//img.uscri.be/pth/d3a9572414417fbd247d404a70ed64cade9d072f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

A Paris des habitants s'engagent

De
208 pages
Le présent livre expose les étapes d'une action collective qui a vu le jour en 1955, souhaitant proposer des solutions aux victimes de la crise du logement. S'appuyant notamment sur une expérience dans le VIIe arrondissement, la démarche a mis en évidence la nécessité de mettre en place un dispositif pérenne pour que les citoyens puissent intervenir dans la gestion et l'évolution de leurs quartiers et de la ville et ainsi prendre en charge l'animation de la vie locale.
Voir plus Voir moins
François Serrand À Paris,des habitants s’engagent 19542014 :un élan citoyen au service de l’améliorationdu cadre de vie et de la démocratie locale
A PARIS, DES HABITANTS SENGAGENT
© L’HARMATTAN, 20155-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-05371-4 EAN : 9782343053714
François Serrand
À Paris, des habitants s’engagent
*
1954-2014 : un élan citoyen au service de l’amélioration du cadre de vie et de la démocratie locale
L’HARMATTAN
DU MÊME AUTEUR
Le Pari des Halles de Paris, Paris, Aubin Éditeur, 2001.
Pour Anne, ma femme
À celles et ceux qui participent à cette action associative
Je tiens à remercier chaleureusementNoémie Mainguet, Jean Gribenski etLaurent Drancourt pour leur précieuse contribution àl’élaboration de ce livre.
À Paris, des habitants s’engagent
AVANT-PROPOS
Dans notre société, nous sommes confrontés à un choix essentiel : ou bien nous résigner à subir l’action politique locale, forcément imparfaite parce que décalée entre les attentes des administrés et les contraintes d’une gestion peu malléable et souvent insuffisamment adaptée aux réalités et aux défis sociétaux ; ou bien nous associer à une démarche de citoyen actif dans la société. C’estpourquoi j’ai voulu, dans cet ouvrage, relater les différentes étapes d’une démarche commune, cellequi a été entreprise avec des hommes et des femmes soucieux de construire, avec les élus, une action qui s’appuie sur une idée de solidarité urbaine.Cette évocation de l’action de solidarité sociale et sociétale qu’avec e beaucoup d’autres j’ai menée dans le VII arrondissement de Paris, puis dans le quartier des Halles et aussi dans la région de la Sarthe, se veut un témoignage sur l’importance de faire participer les habitants à la gestion de leur cité ou de leur commune, en partant de l’analyse des besoins et des problèmes de la vie quotidienne. Elle est aussi une réponse à ceux des responsables administratifs et politiques qui nous ont parfois considérés comme des utopistesau moins dans les tout débuts de notre démarche. Aujourd’hui, les résultats, les faits et les chiffres sont là, qui prouvent, un demi-siècle plus tard, la valeur de notre action participative. Une action qui, au-delà de la politique du logement social, a pris une place importante dans l’urbanisme de la capitale comme d’autres villes de France.
7
À Paris, des habitants s’engagent
INTRODUCTION
Naissance d’un grand mouvement de solidarité dans Paris Février 1954Dans la nuit d’un rigoureux hiver, une femme meurt de froid sur un trottoir parisien.Et à l’intérieur d’un bidonville délabré de banlieue, un enfant est lui aussi mort de froid. Un prêtre qui vit auprès des chiffonniers d’Emmaüs, lance, par la radio, un appel aux habitants de la Ville de Paris. Il leur demande de venir au secours des personnes de leur quartier, sans logis fixe et des familles logées dans des conditions inhumaines. L’abbé Pierre se tient dans la nuit en haut de la colline Sainte Geneviève, au pied du Panthéon, auprès d’un grand brasero.e Dans le VII arrondissement, plusieurs habitants répondent à cet appel. Parmi eux, un groupe d’anciens résistants.Dix ans auparavant en effet, plusieurs membres des centres de jeunes de l’arrondissement avaient mené des actions au sein de la Résistance. Un groupe d’aînés de l’association du Bon Conseil avait notamment formé autour de l’abbé Derry, arrêté par la Gestapo en octobre 1941 et décapité deux ans plus tard en Allemagne, un « corps franc du septième », le corps franc Driant. Plusieurs des membres du groupe avaient accompli des missions de renseignements et de liaisons, alors que d’autres s’engageaient dans l’armée du Général de Gaulle à Londres ou dans des maquis. Le groupe auquel j’appartenais avec Henri Vivier, Jacques Voisard et Philippe Mithouard participa activement à la libération de Paris. L’évocation de notre participation à des actions de résistance explique la réactivité avec laquelle ces mêmes personnes ont répondu à l’appel de solidarité de l’abbé Pierre, en coordonnant leurs efforts avec les chiffonniers d’Emmaüs pour organiser de vastes collectes. Porter des poêles, du bois et du charbon à des personnes démunies, victimes du froid,répondait à l’urgence, mais très vite la nécessité de
9