Accompagner la vie jusque-là

De
Publié par

Ouvrir ce livre, c'est plonger dans l'univers de l'accompagnement de la fin de vie, et comprendre combien des attitudes simples et spontanées peuvent compter pour le patient, l'entourage ou l'équipe soignante. Les récits parlent de tendresses et de moment heureux, mais aussi de tristesses, de colères, d'injustices. Ouvrir ce livre, c'est aussi découvrir que le temps nous rappelle l'urgence de savourer la vie : il nous invite à porter sur nos rencontres et nos gestes un regard intérieur qui leur donnera du sens.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 39
EAN13 : 9782336392547
Nombre de pages : 164
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Bernadette Feroumont Accompagner la vie jusquelà
Préface de Gabriel Ringlet
Accompagner la vie jusque-là
Encres de vie
Collection dirigée par Annemarie Trekker
Cette collection a pour objectif de publier des textes littéraires à caractère autobiographique sous forme de récit (de vie), d’auto-fiction ou de roman personnel, ainsi que des témoignages et des écrits restituant et/ou mettant en scène la mémoire collective. Dans la même collection :
Agathe Gosse,À la source de mes mots, le fleuve Congo,2014.
Marie Fizaine,Le goût de la terre,2014.
Anne Lauwers,Les couleurs de la musique, 2014.
Jean-Paul Procureur,Alesia, Lettre ouverte à ma mère, 2014.
Nelly Laurent,La rue des Songes ou les rêves d’une métamor-phose, 2014.
Christian Leray,Amor do Mar – Amour de la Mer, 2015.
Michèle-Baj Strobel,D’Orient et d’ailleurs. Ateliers des voyages, 2015.
Laurence Leguay,Lettre à l’absent, 2015.
Jean-Pierre Outers,Un voyage à l’envers, 2015.
Bernadette Feroumont
Accompagner la vie jusque-là
Récits de volontaires en soins palliatifs
Préface de Gabriel Ringlet
Collection : Encres de vie
Photo de couverture: Bernadette Feroumont, « Infiniment bleu »
©L’Harmattan, 20155-7, rue de l’École Polytechnique – 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’auto-risation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
ISBN : 978-2-336-30839-5 EAN : 9782336308395
À mes enfants, Véronique, Jean-François et Frédéric Pour que se perpétue la transmission de valeurs qui me tiennent à cœur Et qu’ils mettent déjà chacun à l’œuvre, autant dans leur vie professionnelle que personnelle
À mes petits-enfants, Wendy, Juliette, Tom, Théo et Lola Pour que la trace existe dans un objet précieux comme un livre
Préface
« Le regard intérieur »
En traversant le livre de Bernadette Feroumont, j’étais accompagné par le récit d’un grand résistant dont les écrits m’ont beaucoup marqués et qu’on redécouvre aujourd’hui, il était temps : Jacques Lusseyran. Cela m’arrive souvent, quand on me confie un manuscrit, d’avoir besoin d’une parole pour en faire chanter une autre. Et Dieu sait que c’est le cas ici. Car Jacques Lusseyran, aveugle à huit ans, résistant à dix-sept, arrêté en 1943 par la Gestapo, incarcéré à Fresnes, déporté à Buchenwald et devenu, après sa libération, professeur de litté-rature aux États-Unis… n’a jamais cessé de répéter que « les vrais yeux travaillent au-dedans de nous ». Comment cet immense témoin, si sensible à la poésie, et qui a osé écrireEt la lumière fut, a-t-il réussi à développer avec une telle justesse ce qu’il appelait « le regard intérieur », et à nous partager le feu d’une passion aussi jeune que rayonnante ?
Il me semble que la première grande qualité du texte de Bernadette Feroumont est de jeter un regard intérieur sur le travail des volontaires en Soins Palliatifs. Elle les connaît bien. Elle en a interrogé plusieurs dizaines, longuement, et elle leur offre une parole qui va nous permettre de suivre leurs che-mins jusqu’au-dedans de nous.
Mais il est délicat, ce voyage-là. Il emprunte des routes es-carpées et oblige à n’avoir pas trop le vertige, même quand il faut se tenir debout au bord du précipice. Un effort qui sup-pose une bonne préparation et la capacité de faire face à l’inat-tendu si le temps se couvre et si la montagne en vient à tester notre résistance. Sur ce chemin de crête, le volontaire ne va pas marcher qu’avec le patient. Il va devoir accompagner l’en-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.