//img.uscri.be/pth/540e11fff01cf8d3fb2dfb667c52cb1a3fe30258
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Accueillir l'enfant sous de meilleurs auspices

De
114 pages
Comment en placement familial faire une place à l'enfant, prendre en compte ses parents et construire un cadre sécurisant pour développer le soin des liens ? L'ouvrage répond aux interrogations des professionnels de la protection de l'Enfance et aux familles d'accueil au regard de l'accélération du mouvement législatif dans ce domaine, notamment la loi du 5 mars 2007 énonçant l'objectif de travail de collaboration avec les parents.
Voir plus Voir moins
associ ationnationa le des placements famili au x pàr IS
Accueillir l’enfant sous de meilleurs auspices
Accueillir l’enfant sous de meilleurs auspices
ASSOCIATION NATIONALE DES PLACEMENTS FAMILIAUXParis Accueillir l’enfant sous de meilleurs auspices e Actes des XXjournées d’étude– Beaune 2011L’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00135-7EAN : 9782336001357
Sommaire ARGUMENTAIRE .................................................................. 7 ALLOCUTION D’OUVERTURE ........................................11 Claire Turbiaux INTRODUCTION .................................................................17 Vincent Bompard RECONNAISSANCE DE LA DIGNITÉ DES PARENTS D’ENFANTS PLACÉS ..........................................................25 Régis Sécher A PROPOS DES LIENS .......................................................41 Hubert Boutsen SYNTHESE DES ATELIERS : PROPOSITIONS TRANSVERSALES ...............................................................59 Vincent Bompard LE CADRE JURIDIQUE DE LA PROTECTION DE L’ENFANCE : UNE EVOLUTION DIFFICILE..................67 Yann Favier LA VISITE MÉDIATISÉE : FAIRE TENIR L’INTENABLE ? ...................................................................79 Arlette Pellé SYNTHESE FINALE ............................................................91 Vincent Bompard CLOTURE DES JOURNEES.............................................101 Claire Turbiaux PRÉSENTATION DE L’ANPF.........................................105
5
ARGUMENTAIRE Accueillir l’enfant sous de meilleurs auspices… Oucomment en placement familial faire une place à l’enfant, prendre en compte ses parents, construire un cadre sécurisant pour développer le soin des liens ?Protéger et accueillir en famille un enfant placé ouvre un champ relationnel, émotionnel, professionnel à la fois complexe et bouleversant, et représente fondamentalement une prise de risque. Si « les auspices » ont à voir avec le fait de « prévoir l’avenir », le travail doit essentiellement s’attacher à tenter de penser et de préparer « un » avenir pour l’enfant. Le placement familial repose sur l’idée qu’une séparation est nécessaire pour engager protection et soins. Outre l’attention et l’affection, l’enfant doit pouvoir trouver dans sa famille d’accueil, des actes et des paroles qui,en l’inscrivant dans l’inter-dit et la limite, «l’humanisent »et l’aident «à donner sens» aux difficultés rencontrées dans sa vie. A travers les liens « sécures » établis avec les membres de la famille d’accueil, s’il dispose de l’étayage suffisant, l’enfant interroge les liens à ses parents. Le placement familial repose, en effet, sur une mise en tension féconde d’une double appartenancequi peut contribuer à un réaménagement des liens primordiaux et s’ouvrir sur des effets soignants. C’est sur cet apparent paradoxe (du grec paradoxos», decontraire à l'opinion commune: «para: « contre »,etdoxaopinion), au sens de révélateur d’une: « complexité inattendue, que s’ouvre notre travail. C’est aussi le pari (dont le sens ancien était : « aller de pair, s’associer à ») du placement familial. Il convient cependant d’être très attentif aux conditions de la séparation et à cette mise en tension provoquée. Car soit elle produit des effets dynamiques, soit elle annule toute forme de séparation symbolique et de mise en route de la pensée. Dans ce cas, le manque de temps et de distance physique et psychique peut être interrogé.
7
Alors que le placement familial, en tant qu’outil de la Protection de l’Enfance, a évolué vers un espace d’aménagement des liens, prenant en compte l’enfant, ses parents et une parenté sociale pensée comme idéalement complémentaire, les conditions d’accueil et de soins sont-elles toujours réunies pour des enfants et des parents aux problématiques de plus en plus diversifiées ? Dans un contexte d’évolution législative permanente et un contexte socio-économique difficile, la loi du 5 mars 2007 énonce très clairement l’objectif de travail de collaboration avec les parents. Elle renforce en cela l’esprit des mesures législatives, toujours plus nombreuses, concernant l’aide à la famille. Ce mouvement d’accélération des cadres légaux accentue les interrogations des professionnels de la protection de l’Enfance: des obstacles au travail auprès de l’enfant semblent se multiplier, rendent difficile la prise en compte de la diversité des situations et créent une confusion pour l’enfant, les parents et les praticiens. Des questions sont posées : Comment maintenir en tension créatrice l’importance d’une place pour les parents, avec la sécurité nécessaire au développement d’un enfant ? Comment resituer le placement familial dans l’évolution contemporaine des parentés ? La prise en compte attentive de la parole des parents rend-elle encore plus complexe la question des intérêts contradictoires entre les parents et les enfants ?Comment concilier les temps de calme et de protection nécessaires à l’enfant, avec le bouleversement vécu quand il retrouve ses parents, lors des visites et des hébergements ? Si les visites médiatisées sont parfois un moyen de choix pour travailler le lien et les places respectives, n’entretiennent-elles pas d’autres fois, l’illusion de vouloir faire tenir l’intenable ? Comment offrir le temps nécessaire pour un enfant, dans un contexte d’accélération constante, afin qu’il puisse se
8
conforter, avant d’aller interroger le passé pour enfin lui donner du sens et le pacifier ? Quels changements la réforme de la Protection de l’enfance a-t-elle initiés, dans la lisibilité de nos cadres d’intervention, dans le travail auprès de l’enfant et de ses parents ? Quatre ans après la promulgation de la loi, quels en sont les effets ? Comment rendre supportable et intelligible la tension, entre les effets complexes d’une séparation ordonnée et le contact, pour l’enfant, avec des pensées qui, elles, «ne séparent pas » ? Les journées d‘étude ANPF de Beaune 2011 ont été l’occasion de développer ces questions essentielles, de les approfondir à la lumière d’éclairages nouveaux. Le quotidien des praticiens de l’accueil familial est constitué par la gestion permanente de situations complexes. La prise en charge de celles-ci ne peut s’envisager sans réflexion, entre autres, sur le sens de l’action, la prise en compte des sentiments d’indignité sociale ou de considération, fondement de la citoyenneté, mais aussi l’évaluation des compétences parentales et des interventions des professionnels, l’évolution du cadre légal et de ses déclinaisons, en terme de contractualisation et de modalités de placement.