Agriculture au Sud Bénin

De
Publié par

Les paysans d'Afrique vivent avec leur passé. Pour qui ne regarde que le présent, le monde rural africain ressemble trop facilement à une société et une agriculture non seulement traditionnelle mais aussi statique. Or, les paysans sont bien conscient que leur monde change de façon accélérée, ils ont subi maintes tentatives de "développement" dans le passé. Ils ont gardé le souvenir de quelques succès - souvent trop éphémères - mais plus encore le souvenir d'expériences d'exploitation, d'appauvrissement ou d'insécurité. Ce livre essaie de retracer le passé agraire de la Province de l'Atlantique au Sud du Bénin pour mieux comprendre la situation des paysans - et surtout des petits paysans - caractérisée aujourd'hui par : - une baisse de la fertilité des sols et des rendements - une croissance de l'insécurité matérielle et sociale. Est-ce que cette dégradation des conditions de vie est inévitable ? L'auteur soutient que non. Mais l'avenir dépendra non seulement - et peut-être pas en premier lieu - des innovations techniques venant de l'extérieur, mais aussi et surtout de conditions cadres favorables aux initiatives et innovations des paysans.
Publié le : vendredi 1 janvier 1988
Lecture(s) : 279
Tags :
EAN13 : 9782296144002
Nombre de pages : 176
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

AGRICULTURE , AU SUD-BENIN Passé et perspectives

COLLECTION

ALTERNATIVES

RURALES

dirigée par Dominique Desjeux Sociologue à l'École Supérieure d'Agriculture d'Angers

Dans la collection « Alternatives rurales»
Guy BARTHÉLÉMY, Chipko. Sauver les forêts de l'Himalaya. 144 pages, 22 gravures horstexte. Denys CUCHE, Pérou nègre. Les descendants d'esclaves africains du Pérou. Des grands domaines esclavagistes aux plantations modernes. 182 pages. INSTITUT PANAFRICAINPOUR LE DÉVELOPPEMENT. omprendre une économie rurale. C Guide pratique de recherche. 172 pages. Jean PAVAGEAU, eunes paysans sans terres. L'exemple malgache. 208 pages. J Jean-Luc POGET, Le beefsteak de soja: une solution au problème alimentaire mondial? 168 pages. Les sillons de la faim. Textes rassemblés par le Groupe de la Déclaration de Rome et présentés par Jacques Berthelot et François de Ravignan. 225 pages. Jean-Paul BILLAUD,Marais poitevin. Rencontres de la terre et de l'eau. 265 pages. Rémi MANGEARD, aysans africains. Des africains s'unissent pour améliorer leurs villages P au Togo. 308 pages. Philippe BERNARDET, Association agriculture-élevage en Afrique. Les peuls semitranshumants de Côte d'Ivoire. 240 pages. François BESLAY,Les Réguibats. De la paix française au Front Polisario. 192 pages. Adrian ADAMS,La terre et les gens du fleuve. Jalons, balises. 244 pages. Anne-Marie HOCHET, Afrique de l'Ouest. Les paysans, ces «ignorants efficaces)J. 176 pages. Jean- Pierre DARRÉ,La parole et la technique. L'univers de pensée des éleveurs du Ternois, 200 pages. Pierre VALLIN,Paysans rouges du Limousin. 366 pages. Dominique DESJEUX (sous la direction de), L'Eau. Quels enjeux pour les sociétés rurales? 222 pages. Jean-Claude GUESDON,Parlons vaches... Lait et viande en France. Aspects économiques et régionaux. 156 pages. David SHERIDAN,L'irrigation. Promesses et dangers. L'eau contre la faim? 160 pages. Nicole EIZNER, Les paradoxes de l'agriculture française. 160 pages. Lloyd TIMBERLAKE, 'Afrique en crise. La banqueroute de l'environnement. 300 pages. L Anne CADORET(sous la direction de), Protection de la nature.. histoire et idéologie. De la nature à l'environnement. 246 pages. Étienne BEAUDOUX,Marc NIEUWKERK,Groupements paysans d'Afrique. Dossier pour l'action. 244 pages. P. MACLOUF(textes réunis par), La pauvreté dans le monde rural. 332 pages. Jean CLÉMENT,Sylvain STRASFOGEL, isparition de la forêt. Quelles solutions à la crise D du bois de feu? 192 pages. R. VERDIER, A. ROCHEGUDE(sous la direction de), Systèmes fonciers à la ville et au village. Afrique noire francophone. 300 pages. Bernard KALAORA, Antoine SAVOYE,La forêt pacifiée. Sylviculture et sociologie au XIX' siécle. 136 pages. Dominique GENTIL,Mouvements coopératifs en Afrique de l'Ouest. Interventions de l'État ou organisations paysannes? 270 pages. Dominique GENTIL, Pratiques coopératives en milieu rural africain. 150 pages. Marie-Christine GUÉNEAU,Afrique. Les petits projets de développement sont-ils efficaces? 232 pages. Pierre-Marie METANGMO, évelopper pour libérer. L'exemple de Bafou : une communauté D rurale africaine. 158 pages. Jean-Pierre MAGNANT.La terre Sara, terre tchadienne, 382 pages. Maryvonne BODIGUEL,Le rural en question. Politiques et sociologues en quête d'objet. 187 pages. Michel MORISSET,L'agriculture familiale au Québec. 206 pages. Dominique. DESJEUX, Stratégies paysannes en Afrique Noire. Essai sur la gestion de . l'incertitude. 270 pages.

Verena PFEIFFER

AGRICUL TURE ,

AU SUD-BENIN
PASSÉ ET PERSPECTIVES

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

(Ç) L'Harmattan, 1988 ISBN: 2-7384-0029-9

ISSN: 0757-8091

Remerciements

Je n'aurais pas pu réaliser ce travail sans le support intensif des paysans qui m'ont non seulement accueillie amicalement parmi eux, mais qui ont aussi essayé, avec patience, de me faire comprendre leur mode de vie et de travail. Madame Joséphine Boko a infatigablement assuré la traduction de ces entretiens, qui ont parfois duré tard dans la nuit. De l'autre côté le CARDER (Centre d'Action Régional pour le Développement Rural) de l'Atlantique m'a donné tout son soutien. Je voudrais remercier-surtout Monsieur Hounkounou et Monsieur Alapini et tous les agents de la direction et du terrain qui se sont toujours montrés prêts à expliquer et discuter leur travail. La mission allemande auprès du CARDER de l'Atlantique m'a également offert son support logistique et les discussions collégiales m'ont permis de clarifier les grandes lignes de mon travail. Je voudrais remercier surtout Monsieur DressfÜsse et Monsieur Orth. Enfin le support moral de mon mari m'a donné le courage d'accomplir ce travail.

5

Liste des abréviations

AOF BAO CARDER CEE CFAO CICA CVA FAC FCFA FIDES GCE GRVC GV GVC ha IBETEX
lIT A Kg
Kcal

Mio ONAB SAU SCOA

Mrique Occidentale Française Banque de l' Mrique Occidentale Centre d'Action Régionale pour le Développement Rural Communauté Economique Européenne Compagnie Française de l'Mrique Occidentale Compagnie Industrielle et Commerciale Mricaine Centre de Vulgarisation Agricole Fonds d'Aide et de Coopération Franc de la Communauté Financière de l'Mrique Fonds d'investissement pour le Dèveloppement Économique et Social Groupe de Contact et d'Encadrement Groupement Révolutionnaire à. Vocation Coopérative Groupement Villageois Groupement à.Vocation C90pérative Hectare Industrie Béninoise du Textile International Institute for Tropical Agriculture Ibadan, Nigéria kilogramme kilocalorie million Office National du Bois Superficie Agricole Utilisable Société Commerciale de l'Ouest Africain 7

SIP SOBEPALH SONADER SONAFEL SONAPRA SONIAH SONICOG UCODA UC UCRT ZOCA

Société Indigène de prévoyance Société Béninoise de Palmier à Huile Société Nationale pour le Développement Rural Société Nationale des Fruits et Légumes Société Nationale pour la Promotion Agricole Société Nationale d'Irrigation et d'Aménagement Hydro-agricole Société Nationale pour l'Industrie des Corps Gras Union Coopérative Dahoméenne Unité de Consommation Union des Coopératives de la Région de Tori Zone des Cultures Annuelles

8

Liste des mots fan employés
ajolu ambnkwe anatJ avunVJ denu fot£t£ gari gboma hmu hmugan kuzu Mawu nete ogum J sodabi vodun vodunJ zundanu Groupe d'entraide impôt personnel du royaume de Dahomey quelqu'un du peuple (ni noble, ni esclave) Célosie douane, poste de douane amaranthe sémoule fermenté et grillé de manioc Solanum aethiopicum lignage chef de lignage impôt en nature sur la production agricole Déesse suprême
Parkia biglobosa

Solanum nigrum eau de vie de vin de palme

esprit, dieu (<< fétiche») prêtre d'un vodun (<< chef-féticheur») fermage monétaire, payable à l'avance

9

~

PROVINCE

oE

l'ATlANTIQUE

Carte n° I La République Populaire du Bénin La Province de l'Atlantique

10

Introduction
Avant de parler de « progrès» ou de « développement» en milieu rural, il faut être conscient de la complexité des contraintes et des effets rencontrés et provoqués par le changement, l'innovation caractérisée trop systématiquement de « progressiste» lorsqu'il s'agit de bouleverser les comportements en milieu paysan africain, n'est jamais neutre. (DuPRIEZ1980, p. 22).

Les paysans d'Afrique vivent avec leurs ancêtres, avec leur passé. Qui ne regarde que le présent, y aperçoit une société et une agriculture traditionnelle, statique. Or, les paysans sont bien conscients que leur monde change de façon accélérée, ils ont subit maintes tentatives de « développement» dans le passé. Ils
ont gardé le souvenir de quelques succès

- souvent

trop éphé-

mères - mais plus encore le souvenir d'expériences d'exploitation, d'appauvrissement ou d'insécurité. Retracer le passé du monde rural de la Province de l'Atlantique en République Populaire du Bénin est un premier objectif de cette étude, ce qui permettra:

-

-

de savoir comment la situation des paysans a évolué jusqu'à devenir telle qu'elle se présente aujourd'hui ; de mieux apprécier les efforts menés par les paysans pour améliorer leurs conditions de vie ; de comprendre, pourquoi le développement rural a connu si peu de succès et tant d'échecs. Le deuxième objectif est de décrire la situation actuelle de ce 11

monde rural dans sa complexité, pour mieux comprendre les différences régionales et les différences sociales: comment les paysans adaptent-ils leur système de culture à l'écosystème, aux infrastructures? - quelle est l'influence de l'intégration marchande, de l'individualisation sociale et de la pression foncière sur la différenciation sociale? - quelles sont les stratégies de vie, quelle est la marge d'action de ces différentes catégories sociales? enfin quels changements en cours contribuent à la dégradation de la situation de la paysannerie, et quels sont les changements possibles permettant un développement stable de la production et de la vie paysanne? Le dernier objectif est de dégager de cette connaissance du

-

-

passé et des évolutions en cours des visions pour l'avenir :
comment se présentera le monde rural de la Province de. l'Atlantique si les évolutions en cours se poursuivent comme par le passé? - quelles initiatives de changements pourront venir des paysans? - quelles sont les conditions cadres nécessaires à un tel développement des initiatives paysannes? Nous verrons que la mise au point d'innovations techniques pourra se faire en partie par les paysans eux-mêmes, mais, dans certains domaines, un apport extérieur est indispensable. Ces innovations techniques seules ne seront cependant pas suffisantes pour stopper la dégradation du système agraire en cours. En fait, on ne peut s'attendre à une amélioration des conditions de vie des paysans que si les conditions cadres changent et permettent, d'un côté, l'entière utilisation des techniques d'intensification déjà existantes en milieu paysan et encouragent, d'un autre côté, l'adoption des innovations possibles. C'est le problème des conditions cadres qui met en évidence l'importance de la politique agraire nationale. La marge d'action de cette politique est bien sûr limitée, car elle n'a pas d'influence sur le marché international, car elle est soumise à la pression des fonctionnaires et des citadins. J'essayerai cependant de mettre en évidence des changements possibles malgré ces contraintes. Ils se situent dans les domaines de la politique des prix, de la politique foncière et de la politique fiscale. 12

-

Il ressort de ces réflexions que les initiatives de développement rural ne doivent pas se limiter aux innovations techniques, car pour citer Dupriez « l'innovation n'est jamais neutre» : c'est le contexte politique, économique et social qui détermine, si une innovation technique contribue aux biens-être des hommes ou non.

-

CARACTÉRISTIQUES

DE LA RÉGION

Le Bénin - situé entre le Togo, le Burkina Faso, le Niger et le Nigeria - a conu une urbanisation accélérée depuis l'indépendance, comme beaucoup d'autres pays ouest-africains. Cette urbanisation a des causes multiples et interdépendantes, notamment l'extension des fonctions de l'État, l'intégration de plus en plus complète du pays dans le marché mondial, accompagnée de quelques tentatives très modestes d'industrialisation. C'est Cotonou surtout, la ville portuaire, la ville commerciale

et administrative dont la croissance s'est accèlérée : elle est de
8 % par an depuis des années, pour atteindre 520 000 habitants environ en 1985 (GIGG 1985 I, p. 63) pour une population totale du pays d'à peu près 4 millions d'habitants. Mais cette croissance des villes n'absorbe pas la croissance de la population rurale qui s'élève à 2,8 % par an. Cette urbanisation a eu des répercussions importantes sur le monde rural, qui, d'un côté, doit produire le nécessaire à la subsistance des citadins, notamment les aliments et le bois de chauffe, 'et d'un autre côté, doit fournir, à travers l'exportation de coton, d'huile de palme, etc... les devises nécessaires à l'achat de produits importés dont la consommation ne cesse de s'accroître. Au Bénin, l'État a fourni d'importants efforts pour assurer la production du palmier à huile sélectionné dans le Sud du pays. Des conditions climatiques défavorables et nombre de facteurs internes (gestion, prix aux producteurs etc...) ont cependant conduit cette initiative à l'échec. Actuellement le coton figure au centre des activités étatiques et de l'aide extérieure en ce qui concerne la stimulation des exportations. Mais, pour des raisons climatiques ces interventions ne touchent pas la Province de l'Atlantique, objet de la présente étude. Cette région dont le pôle attractif est Cotonou, s'est spécialisée dans l'alimentation de cette ville. 13

Province

du

Zo u

\

,
I .
\ '

/'(" 'J

-.-'

-.'''BU'

,.

/ /

'-/'
"

province
du
Nono

'-

\

Province

I

."".

,

'.
)

(
SEDJE

I

"

J
\

de

" I

{

l'Quemé

I
I \.
\
....... '"

i

Océan Atlantique
Sources: Enquête chef siS

- .- . s. , I

Limites de la Province de l'Atlantique Limites des Districts Limites des sous-Secteurs Nom du sous-Secteur

;?~~~.~~~~~!(: Village d'enquête

Carte n° 2 Province de l'Atlantique, Localisation des villages d'enquête. 14

Les conditions naturelles favorables du Sud du Bénin en ont fait, depuis longtemps, une région à densité de population élevée. Une pluviométrie moyenne de 900 à I 300 mm, répartie en deux saisons de pluies, permet deux récoltes par an sur un sol relativement fertile constitué de terres de barre. Mais une forte variation climatique d'année en année et l'impossibilité de stocker les vivres au-delà d'une seule année à cause d'une hygrométrie élevée, nécessitent une surproduction vivriére en années moyennes afin d'assurer la subsistance durant les mauvaises années. Autrefois il suffisait que la collectivité produise assez lors des mauvaises années pour que la subsistance de tous les membres soit assurée. Mais comme on peut vendre les vivres aujourd'hui, la subsistance des plus pauvres est menacée en mauvaises années, alors que les gros producteurs continuent à vendre pour le marché urbain. Les zones rurales n'ont toutefois jamais connu de famines généralisées comme au Sahel. La croissance démographique et la production marchande de vivres ont conduit à une extension des superficies en cultures vivrières avec, pour corollaire, une réduction sensible de la friche arbustive, entraînant la réduction de la faune sauvage et de la fertilité des sols. Les paysans doivent donc travailler plus pour obtenir la même production. La raréfaction du gibier les oblige à couvrir leurs besoins protéiques avec du poisson qu'ils doivent acheter. Ainsi l'autosubsistance vivrière des populations rurales n'est plus la règle mais l'exception.
LES MÉTHODES DE TRAVAIL

Ce travail se base surtout sur des séjours prolongés dans cinq villages de la Province de l'Atlantique. J'ai vécu deux mois environ dans chacun des villages de Yokpo, d'Agbodjedo, d'Ahouin-Codji, d'Azizonkanmè et de Houngo-Govè (voir carte n° 2). Je suis partie de la conviction que tout processus d'apprentissage est plus efficace et donne de meilleures résultats, s'il se base sur un échange réciproque de savoir entre les personnes impliquées. J'ai donc mis l'accent sur des entretiens ouverts, individuels et en groupe, sur l'observation et sur la participation active aux travaux agricoles. Des entretiens formels ont été réalisés uniquement pour quelques informations de base sur la composition des ménages et les principales activités économiques des hommes et des femmes. 15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.