Agriculture et protection de l'environnement dans le Sud-ouest de la Côte d'Ivoire

De
Publié par

Cet ouvrage présente la dynamique de développement de la Côte d'Ivoire à partir des matières premières agricoles, notamment le café et le cacao. Faites de contradictions et d'ambivalences, principalement en matière de protection de l'environnement et d'accès au foncier, les politiques de développement dans le Sud-ouest de la Côte d'Ivoire ont engendré un façonnement du milieu qui va développer des mutations sociales, économiques et environnementales.
Publié le : mardi 1 février 2011
Lecture(s) : 246
EAN13 : 9782296455092
Nombre de pages : 276
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Agriculture et protection de l’environnement dans le Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire
Études Africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions Lofti OULED BEN HAFSIA, Karima BELKACEM, L'avenir du partenariat Chine-Afrique, 2011. Ngimbi KALUMVUEZIKO,Un Pygmée congolais exposé dans un zoo américain, 2011. Essé AMOUZOU,Aide et dépendance de l’Afrique noire, 2010. Pierre N’GAKA,Le Système de protection sociale au Congo-Brazzaville, 2010. Bernard GOURMELEN et Jean-Michel Le Roux,Petits métiers pour grands services dans la ville africaine, avec la collaboration de Mamoutou Touré, 2011. Issakha NDIAYE,Guide de la passation des marchés publics au Sénégal,2010. Xavier DIJON et Marcus NDONGMO,L’Éthique du bien commun en Afrique, Regards croisés,2011. Daniel KEUFFI,La régulation des marchés financiers dans l’espace OHADA, 2011. Cedric ONDAYE-EBAUH,Vous avez dit développement ?, 2010. Mahamadou ZONGO (sous dir.),Les enjeux autour de la diaspora burkinabè, 2010 Jean-Claude MBOLI,Origine des langues africaines Essai d’application de la méthode comparative aux langues africaines anciennes et modernes, 2010. Lambert NICITIRETSE,Charge pastorale du curé et coresponsabilité dans l’église du Burundi, 2010. Jean Maurice NOAH,Le makossa. Une musique africaine moderne, 2010. Brice Armand DAVAKAN,Repenser les nations africaines, 2010. René N’Guettia KOUASSI,Comment développer autrement la Côte d’Ivoire ?, Des suggestions concrètes
Djakalidja Coulibaly Agriculture et protection de l’environnement
dans le Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire
Entre logiques marchandes et logiques écologiques
L’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54096-5 EAN : 9782296540965
REMERCIEMENTS J’aimerais d’emblée apporter des remerciements à des personnes qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à la réalisation de ce travail de recherche. Tout d’abord, Je remercie très sincèrement monsieurMAROUF Nadir,Professeur des Universités à l’Université de Picardie Jules Verne qui a bien voulu dirigé ce travail. Sa disponibilité et ses nombreux conseils, sans oublier sa confiance en mon égard, ont contribué à effectuer ce travail avec beaucoup de courage. Je lui serai à jamais reconnaissant.Je remercie aussi particulièrement le Professeur KALAORA Bernard, qui, à travers ses conseils et suggestions a permis de rendre cette étude plus élaborée. Je remercie également les structures qui ont facilité les travaux de terrain de par leur disponibilité à nous fournir, soit des informations, soit un appui financier et matériel. Il s’agit : - De la représentation WWF – Afrique de l’Ouest basée à Abidjan qui m’a apporté un appui financier non négligeable pour les enquêtes de terrain ; - Le Projet Autonome pour la Conservation du Parc National de Taï, qui m’a accueilli dans ses locaux tout au long de mon séjour de terrain. En outre, il a mis à ma disposition des moyens financiers et techniques afin de me faciliter le terrain ; - La Société de Développement des Forêts, notamment son Centre de Gestion de San Pedro, qui n’a pas hésité à me fournir les informations nécessaires à l’étude ; - L’Agence Nationale d’Appui au développement Rural, notamment les services décentralisés ; - La Délégation Régionales des Eaux et Forêts à San Pedro ; - Les entreprises d’exploitation forestière et les exploitants forestiers isolés. Que les Responsables de toutes ces structures et leur personnel reçoivent ici mes sincères remerciements.
5
Que les Autorités Administratives et Politiques régionales reçoivent aussi ma sincère reconnaissance pour leur disponibilité. Remerciements à : - Mademoiselle LOUKOU Anastasie qui a été d’un soutien sans faille tout au long de cette entreprise d’élaboration de cet ouvrage ; - Mes frères COULIBALY Sibiry et COULIBALY Souley mane qui m’ont encouragé dans mon projet d’entreprendre des études de thèse. Ces encouragements familiaux ont été fondamentaux dans ma prise de décision finale. - Madame FAVRAY-Vauprès Madeleine, qui n’a cessé de m’apporter des soutiens nécessaires pendant les périodes de doute. Ses nombreux appuis m’ont permis d’aboutir aux présents résultats. - KALLE Gbégbé, ex-Chef de projet au WWF-Abidjan, - DIARRASSOUBA Abdoulaye, Officier des Eaux et Forêts au Parc National de Taï ; - TOURE Lancina, Officier des Eaux et Forêts au Cantonnement forestier de San Pedro ; - Dr AGNISSAN Aubin, Enseignant-chercheur à l’Université de Cocody-Abidjan ; - Lassina DIOMANDE, Ingénieur des Techniques Agricoles au ministère des ressources animales et halieutiques ; - YAO N’guessan Mathilde-Aimé à Paris ; - POUEDET Serges en Belgique, reçoivent à travers ces mots, mes sincères remerciements pour leurs soutiens pendant ces années de recherche. Je n’oublie pas les Autorités villageoises, notamment les Chefs et notables des différents villages visités et particulièrement messieurs ZAIPO Bruno, Chef du Kantou qui m’a livré toutes les informations nécessaires dans le cadre de cette étude et BADA Jules, notable à Gnamangui et tous les villageois qui ont bien voulu se prêter à mes questions. Enfin je prie toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à cette étude mais dont les noms ont été omis dans les remerciements de bien vouloir m’en excuser. Je réitère mes sincères remerciements à toutes et à tous.
AVANT-PROPOS La présente étude se signale par son intérêt pour les questions environnementales. Son contenu embrasse dans les faits d’autres disciplines scientifiques des sciences sociales et humaines autres que la sociologie et l’anthropologie. Ce sont l’histoire, l’économie politique, l’économie du développement, la psychologie y compris l’écologie. D’emblée, un rapport est établi entre Economie et Ecologie. Le démarrage du cadre théorique, par les pensées économiques contemporaines, se justifie par le fait que l’économie a été à la base du visage social qui s’offre au monde aujourd’hui. La course pour l’accumulation des richesses, la monétarisation des rapports humains sont autres exemples. L’installation d’une société d’économie marchande a mis en sursis le cadre environnemental du monde. En outre, la mise en pratique des théories de développement, issues en grande partie des théories économiques à partir de la fin des années 1940, vont accentuer la disparition des ressources naturelles. Les impacts (physique et humain) sur le monde vont devenir incalculables. Dès cet instant-là, le champ de réflexion de l’écologie, non seulement s’élargit mais prend de l’importance. Celle-ci s’attellera, avec d’autres sciences sociales, à trouver des réponses scientifiques à la nouvelle donne. Par ailleurs, l’économie et l’écologie ont la même racine. Ce qui signifie qu’elles ont en commun la gestion du l’univers quotidien des êtres vivants et en particulier l’homme. Cette étude se veut un apport de plus dans l’immense océan du savoir scientifique dans le domaine de la socio-anthropologie. Les résultats obtenus doivent servir de creuset à d’autres recherches théoriques ou empiriques qui pourront contribuer à rendre la science davantage utile.
7
SIGLES ACDI :Agence Canadienne pour le Développement International. AFD :Agence Française de Développement. ANADER :Agence Nationale d’Appui au Développement Rural. APDN :Association Pour le Développement de la Nature. APROMAC: Association des Producteurs et Manufacturiers de Caoutchouc. ARSO :Autorité pour l’Aménagement de la Région du Sud-Ouest. BCC :Bourse du Cacao / Café. BNETD :Bureau National d’Etude Techniques et de Développement. CAISTAB : Caisse de Stabilisation et de Soutien des Prix des Produits Agricoles. CFA :Communauté Financière Africaine. CHC :Compagnie Hévéicole du Cavally. CIDT :Compagnie Ivoirienne de Développement Textile. CNRA :Centre National de Recherche Agricole. CSRS :Centre Suisse de Recherche Scientifique. DCGTx :Direction et Contrôle des Grands Travaux (ex BNETD). DEA :Diplôme d’Etudes Approfondies. DFP :Domaine Forestier Permanent. FAO :Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation. FMI :Fonds Monétaire International. GTZ :Agence Allemande de Coopération Technique. KFW :Banque Allemande de Coopération Internationale.LCCI :La Cotonnière de Côte d’Ivoire. MARP : Méthode Accélérée de Recherche et de Planification Participative. OIPR :Office Ivoirien des Parcs et Réserves. ONG :Organisation Non Gouvernementale. ONU :Organisation des Nations unies. PACPNT :Autonome pour la Conservation du Parc National Projet de Taï. PALMCI :Société des Palmiers de Côte d’Ivoire. PIB :Produit Intérieur Brut. PNRPF :Plan National de Restauration du Patrimoine Forestier. PNUD :Programme des Nations Unies pour le Développement.
9
PNUE :Programme des Nations Unies pour l’Environnement. PSF :Programme Sectoriel Forestier. PTE :Permis Temporaire d’Exploiter. SAPH :Société Africaine des Plantations Hévéicoles. SATMACI :Société d’Assistance Technique pour la Mécanisation del’Agriculture en Côte d’Ivoire. SIAMO :Syndicat Interprofessionnel d’Acheminement de la Main d’œuvre. SODEFOR :Société de Développement des Forêts. SODEPALM :Société de Développement du Palmier à Huile. SODEXAM :de Développement et d’Exploitation des Société Aérodromeset de la Météorologie. SOGB :Société des Plantations de Grand-Béréby. UICN :Union Mondiale pour la Nature. UNCHE :des Nations Unies sur le Développement Conférence Humain etl’Environnement. UNESCO :des Nations Unies pour la Science, Organisation l’Education et la Culture. WWF :Fonds Mondial pour la Nature.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.