//img.uscri.be/pth/d96dd3798d1d8f9e94ad42c9a591bebed148fcd3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 21,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Aménagement et résilience du commerce urbain en France

De
274 pages
La fonction marchande est une composante essentielle de la vie de la Cité, d'un point de vue économique et social. Les changements qui affectent l'appareil commercial en France ont pour conséquence un affaiblissement des centralités classiques et du lien social dans le coeur des villes, mais ces évolutions "récessives" ne sont pas systématiques. Des mécanismes positifs de rétroactions se produisent, se concrétisant par des résistances, des polarités urbaines. Comment comprendre et analyser cette résilience, cette vitalité renouvelée du tissu urbain et commercial ?
Voir plus Voir moins
Jean Soumagne (dir.)
Aménagement et résilience du commerce urbain en France
AMÉNAGEMENT ET RÉSILIENCE DU COMMERCE URBAIN EN FRANCE
ITINERAIRES GEOGRAPHIQUES Sous la direction de Colette Vallat Espace de débats scientifiques reflétant la diversité et la densité des intérêts géographiques comme la richesse méthodologique qui préside à la recherche en ce domaine, cette collection veut rassembler tous lesitinérairesmenant au territoire (géographie sociale, culturelle, quantitative, normative, aménagement…). Forum où rien de ce qui touche à l'homme n'est indifférent la collection donne aussi l'occasion d'ouvrir le dialogue avec de nombreuses sciences humaines en accueillant les textes présentant une réelle curiosité pour l'espace, les cultures et les sociétés. Déjà parus 1) Corinne Eychenne,Hommes et troupeaux en montagne : la question pastorale en Ariège(2005 2) Richard Laganier (ed.),Territoires, inondation et figures du risque, la prévention au prisme de l’évaluation(2006) 3) Ugo Leone, Gilles Benest,Nouvelles politiques de l’environnement(2006) 4) Alexandre Moine,Le territoire : comment observer un système complexe(2007) 5) Gabriel Dupuy, Isabelle Géneau de Lamarlière (ed.), nouvelles échelles des firmes et des réseaux, un défi pour l’aménagement (2007) 6) Yves Guermond (coord.),Rouen : la métropole oubliée(2007) 7) Hervé Rakoto (coord.),Ruralité Nord-Sud, Inégalités, conflits,innovations (2007) 8) Jean-Pierre Vallat (dir.)Mémoires de patrimoines(2007) 9) Patrice Melé, Corinne Larrue (coord.),Territoires d’action(2008) 10) Colette Vallat (dir.),Pérennité urbaine ou la ville par-delà ses métamorphose; T1Traces, T2Turbulence, T3Essence(2009) 11) Marcello Balbo (dir.),Médina 2030(2009) 12) Richard Laganier et Gilles Arnaud-Fassetta (dir.) :Les géographies de l’eau(2009) 13) Philippe Dugot, Michaël Pouzenc (dir.) :Territoires du commerce et développement durable(2010) 14) Anne Androuais (dir.) :régionalisation en Asie orientale, dimension La économique territoriale(2010) 15) Patrick Pigeon :Catastrophe et résiliences pour une géographie de l’urbanisation(2011) 16) Laurence Buzenot : Caraïbe et île Maurice, industrialisation et développement (2013) 17) Michel Desse :Les îles de la Caraïbe ; enjeux et perspectives(2013)
Titre à paraître :Nathalie Lemarchand : Les territoires du commerce distractif, géographie du commerce et de la consommation
René-Paul DESSE, Arnaud GASNIER, Armelle GRELLIER, Lionel GUILLEMOT, Jean SOUMAGNE (coordinateur)
AMENAGEMENT ET RESILIENCE DU COMMERCE URBAIN EN FRANCE
L’Harmattan
Couverture : Réhabilitation des hanars ortuairesà Bordeaux en 2004 (photos A. Gasnier)
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-02326-7 EAN : 9782343023267
Sommaire
Introduction7 Jean Soumagne
Chapitre 1 :Commerce urbain et résilience : Entre diagnostic et prospective d’une ville plus durable11 R.-P. Desse et A. Gasnier
Constats : chocs de la révolution commerciale et résilience commerciale12 Vers une régulation politique du commerce moins déconnectée des champs de l’urbanisme et de l’aménagement ?28 Vers des opérations de renouvellement urbain… ? 35 Chapitre 2 :Centres historiques, commerce et mobilités De nouvelles mobilités source de résilience ?41 L. Guillemot Des centres-villes en crise 42 Premières réponses 47 Les mobilités en centre-ville : voiture vs « mobilités douces »57 Nouveaux usages et fréquentations des centres-villes73 Chapitre 3 :Les « fronts d’eau » maritimes et estuariens : des processus de résilience imparfaits83 A. Gasnier Evaluer la résilience84 Modalités d’action et requalification des fronts d’eau 99 Actions et réactions : les blocages de la résilience 109
Chapitre 4 :Le commerce dans les Grands ensembles121 R.-P. Desse
La planification du commerce Crises des grands ensembles, politiques de la ville (1981-201.) et commerce Les consommateurs voués à l’enfermement dans les ZUS ?Les inégalités sociales en termes d’accessibilité commerciale
122 144 154 157
Chapitre 5 :La dominante acteurs publics dans le processus de Résilience des centres commerciaux de périphérie161 A. Grellier L’incidence des politiques publiques…164 Un espace de centralité et d’enjeu urbain…178 La conjugaison des actions…186 L’impact des moyens de déplacements…191 Chapitre 6 :Les « entrées de ville », résilience et aménagements publics et privés203 Jean Soumagne Le problème des entrées de ville 204 Des types spécifiques en mutation209 Crise et résilience des entrées de ville226 Conclusion237: Comment parvenir à un système urbain résilient ? A. Gasnier Bibliographie 255 Table des documents 267
INTRODUCTION
Jean SOUMAGNE
Le présent ouvrage sur la résilience urbaine et commerciale en France part du postulat que la fonction marchande est une composante essentielle de la vie de la Cité, d’un point de vue économique et social très général et par la contribution au maintien d’une sociabilité urbaine riche fondée sur un tissu relationnel à la fois de proximité et d’attractivité. L’hypothèse est que les changements radicaux qui affectent l’appareil commercial, de concert avec de nouvelles formes d’urbanisation, de dilution urbaine dans l’espace périurbain et ses marges rurales, ont pour conséquence un affaiblissement des centralités classiques et par conséquent du lien social dans ces lieux chargés de sens que sont les cœurs de ville ; centres historiques des villes, secteurs péricentraux, sont touchés par des redéploiements quantitatifs et qualitatifs du commerce et c’est aussi le cas de « centralités » de quartiers suburbains. Cependant, ces évolutions réputées récessives ne se produisent pas systématiquement dans les divers gabarits de villes, dans toutes les régions, ni au même moment ni selon des rythmes identiques. Les processus varient et, en plusieurs points, des mécanismes positifs de rétroaction se produisent qui se concrétisent par des résistances des polarités urbaines classiques, des progressions accompagnées de transformations techniques, économiques, architecturales traduisant une vitalité renouvelée du tissu urbain et commercial. Ce sont des changements positifs qui montrent que des chocs ou des trajectoires de dégradation peuvent être suivis de rebonds, dont les racines sont endogènes ou extérieures, rebonds qui touchent l’urbain dans ses différentes composantes. Ces réactions que l’on qualifiera de « résilience » tirent leur origine d’un complexe de facteurs qu’il s’agira de distinguer. L’enjeu de
8Jean Soumagne
l’étude est de discerner les éléments d’impulsion de ces mouvements de revitalisation, d’essayer de les mesurer, d’en voir les éventuelles interactions, de pointer parmi les acteurs sociaux du phénomène ceux qui initient les changements et ceux qui les promeuvent ou les entretiennent. Au sein des secteurs public et privé, producteurs et consommateurs interfèrent et interagissent, et des institutions, organismes et associations cherchent à valoriser et revaloriser les lieux centraux et les autres polarités. Dans ces conditions, il y a lieu de s’interroger sur le poids des initiatives localisées dans le développement ou le redéveloppement des pôles, d’essayer de saisir si les politiques publiques en sont l’accompagnement favorable, ou bien sont à l’origine, dans certains cas, de la résilience, ou encore de peser la part de l’entrepreneuriat dans le processus. Cet ouvrage s’appuie d’abord sur le cas français, même s’il est issu d’une recherche effectuée à base de comparaison intra-européennes ; en effet, le projet Urban Net «Retail Planning for Cities in Sustainability» a associé durant près de trois ans quatre groupes de travail nationaux (France, Portugal, Suède, Turquie) autour du concept de résilience ; il a été souligné dans les conclusions des rapports et publications que les différences nationales restaient importantes. Pour la France, l’évaluation a mis l’accent sur la relative vitalité de cœurs historiques qui auraient surmonté les contrecoups de la « nouvelle distribution ». Si cette assertion est à nuancer, il n’en demeure pas moins que la question de l’équilibre entre de multiples centralités demeure un point important de la réflexion. Un présupposé « idéologique » du travail collectif réside dans le fait que la conservation de systèmes urbains à centralités vivantes et diversifiées – et, entre autres, du cœur historique – est un des objectifs majeurs de la « durabilité » urbaine et des politiques d’aménagement successives. C’est dans ce cadre que l’on vise ici à discerner les termes des changements structurels du commerce urbain et les effets des projets et programmes conduits, à analyser les nouveaux aspects de la consommation et de la place du commerce dans la ville post-moderne, à définir et classer les niveaux de résilience des pôles urbains. Cette quête s’est appuyée sur des travaux de terrain, entretiens, enquêtes, relevés divers 1 qui ont été conduits dans onze villes réparties sur le territoiremais, naturellement, avec des incursions comparatives dans bien d’autres localisations. 1 Angers, Bordeaux, Brest, Grenoble, Le Mans, Marseille, Maubeuge, Nantes, La Rochelle, Saint-Nazaire, Vitrolles.
Aménagement et résilience du commerce urbain en France
9
Dans tous les cas, la diversité spatiale a été prise en compte de manière à distinguer les processus à l’œuvre dans plusieurs types de quartiers à travers les acteurs, les modalités, les résultats. Une interrogation majeure a porté sur le rôle et le poids évolutif des noyaux commerciaux dans les tissus urbanisés. On sait que l’hyperspécialisation commerciale avec son cortège de centres, zones, complexes et parcs commerciaux géants est largement remise en cause parce que considérée comme « non durable » ; cette sectorisation issue du rationalisme moderniste est allée de pair avec des alignements routiers plus ou moins spontanés réputés consommateurs d’espace et d’énergie. En regard, la notion de commerce de proximité apparaît pour certains parée de bien des vertus, mais n’est-elle pas antinomique, quartier par quartier, de celle de désenclavement social et spatial des populations résidentes ? Les mêmes questions se posent à propos du rôle théoriquement intégrateur sur le plan social des espaces commerciaux suburbains. N’y a-t-il donc alternative qu’entre l’inclusion et l’exclusion ? Au-delà des idées reçues qui parasitent les raisonnements et les questionnements sur le développement durable urbain, se retrouve en cœur de cible le thème de l’unité et de la diversité de la ville. L’ambition de cet ouvrage, en plus de ses aspects généraux est d’intégrer cette question intemporelle : il s’agit de prendre en compte les spécificités aux diverses échelles comparatives, entre villes, entre quartiers, entre centres commerciaux, d’analyser les faciès spécifiques urbain et commercial, leurs ressorts de mutation, les jeux d’acteurs qui concourent au redressement ou au maintien de noyaux marchands vivants, jusqu’à former un système résilient. Il y a bien des « mécanismes » de résilience avec leurs originalités selon les lieux ou les types d’espaces, mécanismes au sein desquels le commerce tient une forte place et que l’on souhaite contribuer à mettre en lumière. Inversement, des processus de stagnation voire de blocage existent, des dysfonctionnements des sociétés et des espaces urbains, qui, eux aussi, doivent être décryptés. Ainsi, il y a lieu de s’interroger sur les succès et les échecs des politiques publiques, privées, mixtes qui ont été conduites au fil des dernières décennies pour tenter de mettre en adéquation appareil commercial et espaces urbains. La vision mécaniste de la planification des Trente Glorieuses – un nouveau quartier, un nouveau centre commercial – a précédé d’innombrables implantations « sauvages » de grands complexes et zones de commerce sans qu’il y ait de véritable accompagnement par une vision stratégique de