//img.uscri.be/pth/6d2c78c804cf7f899a3079289bea6a4b41daba9b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

APPROCHES DE LA CULTURE MATÉRIELLE

142 pages
Dix chercheurs en sciences sociales analysent ce corps à corps avec l'objet, à partir de terrain aussi divers que le sport, le confucianisme, le travail dans les égouts, l'élaboration de parfums, le triage des déchets Emmaüs, le logement d'une pièce, ou le déménagement. Ils partent de l'idée que tous nos gestes prennent appui sur des objets et incorporent leur dynamique. Le rapport avec la culture matérielle est donc aussi structurant pour l'être humain que le discours, mais il l'est de manière muette, et tend de ce fait à échapper aux regards scientifiques.
Voir plus Voir moins

APPROCHES
DE LA " CULTURE MATERIELLE
Corps à corps avec l'objet

Collection Connaissance des hommes dirigée par Olivier Leservoisier

Dernières parutions

Albert de SURGY,Nature et fonction des fétiches en Afrique Noire, 1994. Marie-Christine ANEST, Zoophilie, homosexualité, rites de passage et initiation masculine dans la Grèce contemporaine, 1994. Philippe GESUN, Ethnologie des techniques. Architecture cérémonielle Papago au Mexique, 1994. Suzanne LALLEMAND, Adoption et mariage. Les Kotokoli du centre du Togo, 1994. Olivier LESERVOISIER, question foncière en Mauritanie. Terres et La pouvoir dans la région du Gorgol, 1994. Xavier PÉRoN, L'occidentalisation deLftMassaï du Kenya, 1995. Albert de SlTRGY, a voie des fétiches, 1995. L Paulette ROULON-DoKO, Conception de l'espace et du temps chez les Gbaya de Centrafrique, 1996. René BUREAU,Bokaye ! Essai sur le Buritifang du Gabon, 1996. Albert de SURGY(dir.), Religion et pratiques de puissance, 1997. Eliza PEUZZARI, Possession et thérapie dans la corne de l'Afrique, 1997. Paulette ROUWN-DoKO, ChaLftSe,cueillette et culture chez les Gbaya de Centrqfnque, 1997. Sélim ABou, Liban déraciné, 1998. Laurent BAZIN,Entreprise, politique, parenté, 1998. Carmen BERNAND, a solitude des Renaissants, 1998. L Radu DRAGAN, a représentation de l'espace de la société tradtionnelle, L 1998.

~) L'Harmattan, 1999 ISBN: 2-7384-7767-4

Sous la direction de Marie-Pierre Julien Jean-Pierre Warnier

APPROCHES DE LA , CUL TURE MATERIELLE
Corps à corps avec l'objet

L'Harmattan
5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris -FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Les auteurs

Nicolas Auray, professeur agrégé en sciences sociales, prépare une thèse sous la direction de Laurent Thévenot (E.H.E.S.S.), sur la dynamique d'innovation dans la micro-informatique. Il a travaillé sur les trajectoires de professionnalisation des jeunes programmateurs. Il a publié en 1997: «Ironie et solidarité dans un milieu technicisé. Les défis contre les protections dans les collectifs de « hackers» », in Conein B., Desrosières A., Thévenot L., (eds.), Cognition et information en société, série «Raisons pratiques », n° 8, Paris, éd. de l'EHESS. François Hoarau est doctorant en anthropologie à Paris V sous la direction de J.-P. Warnier, sur le sujet: «Les Mutations de l'image de la campagne. Un exemple montagnard ». Il est allocataire de recherche de l'enseignement supérieur, et chargé de cours à Paris V (UFR Staps). Il a travaillé sur le déchet dans «La Communauté Emmaüs de Besançon (l'imaginaire dans l'action, l'exemple d'un marché authentique)>> et sur l'envers de l'authenticité dans «Dégénérescence et authenticité dans les Hauts de l'île de la Réunion. Altération et altérité de la figure du paysan de montagne ». Il a publié: «Vu d'Emmaüs. Géographie de la liminarité et du déchet », in A. Raulin (ed.), Quand Besançon se donne à lire. (Essais en anthropologie urbaine), Paris, L'Harmattan, à paraître, 1999. Membre du MàP. Agnès Jeanjean, membre stagiaire du Laboratoire d'Anthropologie Urbaine (CNRS, Ivry), a soutenu en décembre 1998 à l'Université de Paris V une thèse intitulée Basses œuvres, Ethnologie d'un réseau technique urbain: les égouts de Montpellier, sous la direction de Jean-Pierre Wamier et le tutorat de Colette Pétonnet. Elle est l'auteur entre autres de «Eaux urbaines et saisons », in : Annales de la recherche urbaine, 61 : 55-58, 1994. Marie-Pierre Julien, Chargée de cours à Paris V (UFR Staps), prépare une thèse en anthropologie sur l'objet exotique. Elle a 7

travaillé sur contrat pour l'Unifa en 1995, en collaboration avec C. Rosselin et C. Deman (cf. publication 1996), et pour le Plan Urbain en 1993 (en collaboration avec Marie Percot). Elle a publié en 1996 avec C. Rosselin « Les métiers du meuble au pied du mur: entre patrimonialisation et obsolescence planifiée» in J.-P. Wamier et C. Rosselin (eds.), Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d'authenticité, Paris, L'Harmattan, et en 1994 « Meubles chinois made in France» in J.-P. Wamier (ed.), Le paradoxe de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation de masse, Paris, L'Harmattan, pp. 79-98. Membre du MàP. Frédérique Lecoeur, parfumeur depuis 1996, a exercé son métier dans trois sociétés différentes. Elle travaille aujourd'hui plus particulièrement sur les produits cosmétiques. A partir d'une pratique des sports, Pierre Parlebas s'est orienté vers l'étude des conduites motrices, de la sociologie des sports et de la modélisation des jeux et des réseaux sociaux. Il est Professeur de Sociologie à l'Université de Paris V, et a publié Eléments de sociologie du sport (P.U.F., 1986), Sociométrie, réseaux et communication (P.U.F., 1992), et un Lexique commenté en science de l'action motrice (INSEP, 1981). Richard Pottier a passé de nombreuses années en Asie, en particulier au Laos. Spécialiste d'anthropologie religieuse, il est l'auteur d'une Anthropologie du mythe (Kimé, 1994). Il a également travaillé sur les problèmes de santé. Il est actuellement professeur d'ethnologie à l'Université de Paris V, après avoir été professeur à l'Université de Lille I. Le travail de Tim Putnam est centré sur les conditions et les conséquences de l'innovation en matière de design des biens produits et consommés à grande échelle en Inde, aux USA et en Europe occidentale. Il est l'un des fondateurs de l'histoire du design (<< design history») en Grande Bretagne. Il est actuellement Professeur d'histoire de la culture matérielle et du design à l'Université Middlesex de Londres. Il a dirigé le programme de documentation et d'exploitation de Household Choices en Grande Bretagne (V. & A., 1987-93). Il est co-auteur de The Industrial Heritage (Routledge, 1992), Mapping the Futures, Travellers Tales, et Futurenatural (Routledge, 1993, 1995, 1996). Céline Rosselin, docteur en anthropologie, a soutenu sa thèse en 1998 sur le sujet « Habiter une pièce. Une ethnographie des espaces par la culture matérielle », Paris V. Chargée de cours à Paris V, 8

elle a travaillé sur le statut de l'objet en muséologie contemporaine, et sur contrat pour l'Unifa en 1995, en collaboration avec M.-P. Julien et C. Deman (cf. publication 1996). Elle a publié en 1997 «Terrain vague et vagues de terrain» in P. Parlebas (ed.) Education, langage et sociétés. Approches plurielles, Paris, L'Harmattan, et en 1996, elle a co-dirigé avec J.-P. Wamier Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d'authenticité, Paris, L'Harmattan (deux articles: «Ethnologie, authenticité et idéologie du patrimoine », et, avec M.-P. Julien: «Les métiers du meuble au pied du mur: entre patrimonialisation et obsolescence planifiée ».) En 1995 : «Entrer, entrée. Approche anthropologique d'un espace du logement », in Espaces et sociétés, n° 78, pp. 83-96. En 1994 : « La matérialité de l'objet et l'approche dynamiqueinstrumentale », in J.-P. Warnier et C. Rosselin (eds.), Le paradoxe de la marchandise authentique. Membre du MàP. Valerie Swales a passé le début de sa carrière au Maghreb dans le domaine de la linguistique appliquée. Par la suite, elle a étudié et travaillé dans celui des beaux-arts et de la culture matérielle. Elle est actuellement Directeur du « Programme Area» pour les médias, le design et les arts à l'Université de Portsmouth. Spécialiste des questions de culture matérielle domestique, elle fut l'une des principales collaboratrices du pro grappe d'exposition Household Choices. Son travail actuel porte sur l'usage de la méthode ethnographique dans l'enseignement du design (au Royal College of Art) et dans l'étude des supporters de clubs de football. Jean-Pierre Warnier est spécialiste d'histoire économique et d'histoire de la culture matérielle en Afrique. Il est actuellement professeur d'ethnologie à l'Université de Paris V. Il est l'auteur de Echanges, développement et hiérarchies dans le Ramenda précolonial - Cameroun (Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesebaden, 1985), et de Construire la culture matérielle. L'Homme qui pensait avec ses doigts (P.U.F., 1999). Il dirige le Laboratoire d'ethnologie de l'Université de Paris V et le groupe MàP.

9

Avant-propos

Le groupe Matière à Penser (MàP) est né d'une interrogation sur la place de la matière et de l'objet dans la réflexion anthropologique. L'objet et la matière ne sont-ils que le signe ou la représentation symbolique d'enjeux culturels et sociaux qui se déroulent en amont ou en aval de leur manipulation? Travailler sur la relation homme-objet engageait le groupe dans plusieurs directions. La première voie explorée fut celle de la consommation de masse, qui permit au groupe de se retrouver autour de deux livres collectifs, l'un intitulé Le paradoxe de la marchandise authentique (1994), suivi d'un autre sur les procédures d'authentification (1996). Tous les objets fabriqués en série sont personnalisés, authentifiés, à un moment de leur biographie selon la définition de Kopytoff (1986) par les différents producteurs, distributeurs, aèheteurs, revendeurs, bricoleurs. .. Cette authentification, si elle revêt un caractère symbolique évident déjà souligné par des études sémiologiques, comme celles. de Roland Barthes (1985) ou de Baudrillard (1968), et structuralistes, n'est possible que par la manipulation, le geste, l'utilisation. Ces réflexions engagèrent le MàP à explorer une seconde voie: l'importance du geste et de l'action dans la relation de l'homme à l'objet. Il était alors primordial de remettre la culture matérielle au centre de notre réflexion anthropologique, en dépassant son acception technologique. Nous avons organisé un premier colloque (Sorbonne 1996) sur les thèmes de la méthodologie (comment étudier la relation homme-objet ?) et, de l'espace gestuel et corporel comme lieu où se déroule la relation de l'homme à la matière. L'emploi du terme d'espace gestuel et corporell nous permettait de nous intéresser aussi bien au geste efficace et technique (généralement entendu dans l'expression de culture matérielle) qu'à tout ce qui tourne autour des jeux, des corps à corps, du travail. .. Dans cette perspective, les termes de «culture matérielle» ne s'opposent pas alors à ceux de « culture immatérielle» ou «culture
1. Concept développé par Céline Rosselin dans sa thèse de doctorat (1998). Il

symbolique ». Ils permettent d'insister sur le fait que les objets font aussi « culture» et que la relation que l'homme entretient avec eux participe à sa propre constitution en tant que sujet individuel, social et culturel. Les objets ne sont pas uniquement la matérialisation d'un sens qui serait donné a priori ou a posteriori. La fécondité des échanges entre chercheurs de différents domaines (sociologues, primatologues, designers...) a engagé le MàP à approfondir les réflexion dans ce domaines et à organiser un autre colloque. La confrontation à l'environnement matériel, l'appropriation des objets, ses transformations, sont facteurs d'identité au même titre que l'appartenance religieuse ou sociale. La confrontation à la matière (savoir se servir d'un instrument, ne pas se cogner, arriver à marcher avec des chaussures à talon...) et son appropriation, sont des éléments primordiaux de la construction du sujet et du groupe. L'observation du geste et des objets se situe donc à la charnière des théories sociologiques qui mettent l'accent sur l'appartenance socioculturelle et des théories psychologiques, psychanalytiques, neuro-psychiatriques, etc... qui s'intéressent à la construction du sujet. Des sociologues comme Norbert Elias et à sa suite Pierre Bourdieu, des philosophes comme Michel Foucault, des psychologues, ou encore des neurobiologistes comme Alain Berthoz, ont cherché avec leurs outils méthodologiques à rendre compte de cet état de fait. Souhaitant rester dans une perspective anthropologique tout en dialoguant avec d'autres champs de connaissance, les membres du MàP se sont tournés vers Marcel Mauss, qui, dès 1934, avait eu la même démarche. Son texte, en soulevant des débats et des questions au sein du groupe, a permis d'organiser les thématiques du second colloque organisé par le MàP en février 1998. Ce livre propose une sélection de dix interventions qui ont particulièrement animé les débats du colloque MàP II. Il a été préparé sous la direction éditoriale d'un comité de lecture composé de : Gosewijn Van Beeck (Université d'Amsterdam), Marie-Pierre Julien (MàP - Paris V), Bruno Lefèbvre (Université de Nantes), Michael Rowlands (University College London) et Jean-Pierre Warnier (Université
Paris V - MàP).

Bibliographie
Barthes R., 1985, «Sémantique de l'objet », in L'aventure sémiologique, Paris, Ed. du Seuil, Points, pp. 249-260. Baudrillard J., 1968, Le système des objets, Paris, Ed. Gallimard. 12

KopytotT I., 1986, «The Cultural Biography of Things. Commodization as Process », in Appadurai A. (ed), The social Life of Things, Cambridge, C.U.P., pp. 64-91. Rosselin C., 1998, Habiter une pièce, une ethnographie des espaces par la culture matérielle, Paris, Paris V-René Descartes, Faculté des sciences humaines et sociales. Warnier J-P. (ed.), 1994, Le paradoxe de la marchandise authentique : Imaginaire et consommation de masse, Paris, L'Harmattan, Dossiers. Warnier J-P. et Rosselin C. (eds), 1996, Authentifier la marchandise, Anthropologie critique de la quête d'authenticité, Paris, L'Harmattan, Dossiers.

13

INTRODUCTION Des «Techniques à la synthèse corporelle: du corps» mises en objets

Marie-Pierre

Julien

Dans un court texte intitulé «Les Techniques du corps» (1936) Marcel Mauss insiste sur l'origine culturelle et sociale de celles-ci ainsi que sur leur transmission individuelle, synonyme de psychologique pour l'auteur, deux thématiques qu'il va articuler autour des concepts d'» homme total» et de «roues d'engrenage». Ce texte est en fait la retranscription d'une communication de l'auteur présentée à la Société de Psychologie en 1934. Mauss y pose les jalons d'une approche qui se révélera être fondamentale bien que peu exploitée par les ethnologues pendant longtemps. Dès le début de sa réflexion, Mauss adopte un point de vue innovant: considérer les gestes sous l'angle socioculturel tout en centrant sa démonstration sur l'importance du corps. Il faudra attendre l'année suivante (1935) pour que Schilder aborde le sujet à partir du concept de schéma corporel et esquisse, lui aussi, une articulation entre le psychologique et le social. Mais le texte de Mauss est court et les jalons qu'il pose méritent discussions et approfondissements. J'aurai recours à d'autres auteurs pour en éclairer certaines notions qui servirent de thématiques au colloque, avant de présenter l'articulation des différentes contributions de cet ouvrage à ce débat général.

15

Un corps actif dans la socialisation et l'individualisation Mauss pose les bases d'un concept fondamental Mauss commence sa communication en faisant état de sa difficulté à classer ces « phénomènes sociaux» (1985 : 366) que sont la nage, la marche, les postures corporelles, etc., si ce n'est dans une rubrique qu'il dit avoir longtemps appelé «divers» (1985: 365). Il conclut son premier chapitre en s'avouant soulagé de pouvoir désormais nommer cette catégorie «techniques du corps ». Il décide alors de laisser de côté toutes les techniques qui nécessitent l'emploi d'un objet pour ne s'attacher qu'au corps «le premier et le plus naturel instrument de l'homme» (1985 : 372). Mauss justifie son choix par deux arguments: d'abord jusqu'à présent, expli-

que-t-il, seules les techniques « à instruments» (1985 : 371) avaient
été prise en compte; ensuite, toutes les techniques à instruments supposent, en amont, des techniques du corps (1985 : 372). Corps et gestes seront donc envisagés sous l'angle socioculturel. Mauss connaît les travaux de Head (1911) qui aborde les mêmes thématiques à partir d'une réflexion psychologique. Aussi tentera-t-il de faire le lien entre ces deux approches, proposant la notion de
« roues d'engrenage».

Considérer le corps et les gestes pour eux-mêmes au sein d'une analyse socioculturelle permet d'intégrer dans la réflexion les jeux non institutionnalisés, les corps à corps ou les ratés} qui donnent lieux à des innovations par exemple, et pas seulement les gestes techniques et efficaces comme c'est trop souvent le cas, tant en ethnologie qu'en sociologie ou en archéologie. Mauss ne s'engage pourtant pas complètement dans cette conception: il ne remet pas en cause explicitement l'efficacité du geste, mais choisit d'éliminer les objets de sa réflexion, ce qui l'engagera dans une impasse. Il se contente de parler des mouvements comme la marche, la position des mains à table, la nage, etc., en faisant abstraction des objets sur lesquels ils prennent appui. Or cette définition du geste par exclusion des objets n'est pas satisfaisante: Mauss tout au long de son texte a du mal à la tenir. Comment parler de la marche sans parler des chaussures et du sol lui-même, comment parler des techniques de bêchage durant la première guerre mondiale sans parler des bêches? Et les exemples sont innombrables dans le texte. «Mauss ne s'en tire qu'en gommant l'objet matériel qu'on devine à l'arrière plan de techniques du corps telles que l'accouchement (la femme s'accroche à un objet ou s'appuie dessus), de la section et
I. Thème de réflexion posé lors du deuxième jour du colloque MàP I 16