Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Approches du trouble du comportement

De
410 pages

Dans l'approche du trouble du comportement, les lieux d'accueil éducatif, pédagogique et thérapeutique, sont aussi des espaces privilégiés pour l'élaboration des savoirs et des savoir-faire. Actuellement en pleine mutation, ce secteur se sentira concerné par cette publication. En effet , les Instituts de rééducation (IR) sont en train d'évoluer vers des Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP), ce qui implique de nouveaux questionnements sur les prises en charge, et de nouvelles orientations en matière d'accueil. Issu de ces travaux et de ces réflexions, l'ouvrage propose différentes approches du trouble de comportement : éducative et psychologique bien sûr, mais aussi politique, juridique, historique, institutionnelle, neurologique.. Il ouvre une tribune à différents acteurs et praticiens pour faire partager des savoirs et des expériences.


Voir plus Voir moins
Approches du trouble du comportement
L’enfant et l’adolescent par gros temps sous la direction de Yannick Breton Champ social éditions
La numérisation de cet ouvrage a reçu le soutien du CNL
Et de la région Languedoc Roussillon
Présentation du livre :Dans l'approche du trouble du comportement, les lieux d'accueil éducatif, pédagogique et thérapeutique, sont aussi des espaces privilégiés pour l'élaboration des savoirs et des savoir-faire. Actuellement en pleine mutation, ce secteur se sentira concerné par cette publication. En effet , les Instituts de rééducation (IR) sont en train d'évoluer vers des Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP), ce qui implique de nouveaux questionnements sur les prises en charge, et de nouvelles orientations en matière d'accueil. Issu de ces travaux et de ces réflexions, l'ouvrage propose différentes approches du trouble de comportement : éducative et psychologique bien sûr, mais aussi politique, juridique, historique, institutionnelle, neurologique.. Il ouvre une tribune à différents acteurs et praticiens pour faire partager des savoirs et des expériences. Auteur : Breton Yannick(sld), a été pendant de nombreuses années éducateur auprès d'enfants souffrant d'un trouble du comportement et du caractère, puis formateur en irts, responsable pédagogique pour ces mêmes problématiques. Plus récemment enseignant en Université il y a notamment dirigé l'iup "Métiers des arts et de la culture" et créé le D.U. "Ateliers d'Arts et de Créativité, auprès de personnes en difficulté." Il se consacre aujourd'hui entièrement à la responsabilité éditoriale de Champ social éditions et à la direction du centre de formation "Culture pro".
Table des matières
Approches du trouble du comportement Table des matières Présentation -I- Les orientations institutionnelles d’un dispositif L’AIRe Les perspectives européennes Association ANJEU TC -II- Histoire d’un métier, histoire d’une institution La tranformation ITEP: À la recherche d’une identité I- De la reconnaissance du statut de mineur
II- Enfance en danger, enfance coupable
-III- Le cadre juridique
Un espace de Droit, des droits en devenir
Les avancées du décret 2005
Les rapports
-IV- Le facteur économique, les conditions sociales Traiter les troubles du comportement Quel financement pour quelle action sociale? -V- Les modalités institutionnelles de prise en charge Panique à bord L’institution moderne: le sens d’un dispositif ouvert L’offre de soin Une aide pour aborder les troubles du comportement Des états limites au sujet hors limite
I- Psychopathologie et botanique
II- De l’exercice de la Loi
III- Aux Avatars du Désir
Une Unité d’occasion
À propos de la ritaline ? 1- Généralités sur la ritaline® ou méthylphénidate 2- Plasticité neuronale ou neuroplasticité 3- Une pathologie communément atténuée par le méthylphénidate: les troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité 5- Modifications durables induites par les psychotropes De l’internat comme prise en charge Une journée « hardinaire »* Place de la famille en ITEP Quels besoins scolaires spécifiques pour accueillir des enfants ayant des troubles du comportement et du caractère L’atelier Des troubles du comportement à l’école Débattre sur des mythes en classe relais
Aparté De la cristallisation de l’image Des faits de parole aux faits expériencés :
Présentation
Yannick Breton
De nombreux débats et travaux témoignent de l’enjeu et de l’importance des questions actuelles liées aux troubles du comportement. Pour autant, d’être au carrefour des conditions sociales, des pratiques médicales, des attentions pédagogiques, des inquiétudes juridiques, et du souci éducatif, le sujet n’en demeure pas moins complexe et difficile à cerner. Les IR/ITEP sont, au regard de leurs missions et de leurs pratiques, au cœur de cette actualité; ils organisent l’espace institutionnel (le crée parfois) où se réalisent les prises en charge dans leur quotidienneté et dans la responsabilité inhérente à un tel accompagnement. Ces lieux d’accueil éducatif, pédagogique et de soin, sont aussi des lieux privilégiés pour l’élaboration des savoirs et des savoir-faire au vif de l’expérience. En ce domaine, les lois qui déterminent les grandes orientations générales, les décrets qui les connectent aux particularités institutionnelles et aux systèmes de compréhension et de réception du problème, et in fine les pratiques de terrain où elles deviennent des moments de vie ont toujours un travail d’articulation à réaliser. Considérer que tout « cela ne va pas de soi », et qu’il y a encore et toujours des choses à questionner sur le sens de notre entreprise parce que notre entreprise ne cesse pas de changer est une nécessité fondatrice et en même temps « la moindre des choses ». Aujourd’hui, alors que sont en cours dans notre société de profondes mutations et que d’autres sont en préparation, la transformation des Instituts de rééducation (IR) en Instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques (ITEP), participe au nouveau modelage du secteur médico-social. Cet ensemble de dispositifs propre à une compréhension d’un certain nombre de difficultés vécues par des enfants et des adolescents est le fruit d’un long et sérieux travail réalisé au cours de la deuxième moitié du vingtième siècle jusqu’à nos jours. Depuis un demi-siècle, la législation n’a pas cessé de mettre en forme les aspirations et les pratiques d’accompagnement et d’encadrement du secteur. En ce sens, les évolutions juridiques, depuis les premières annexes XXIV de 1956, en passant par la loi-cadre d’orientation de 1975 jusqu’à la toute récente loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, ont problématisé les questions singulières dans un rapport variable avec l’espace collectif. C’est, entre autre chose, cette sensibilité au contexte qui a fait passer de la notion d’enfance inadaptée des années cinquante au champ du handicap en 1975 puis au projet individualisé à partir de 1989. Aujourd’hui, avec la loi 2005, nous sommes dans une modification profonde des façons de construire le rapport de protection de l’institution aux sujets dont elle défend les droits fondamentaux d’accessibilité à l’espace du droit commun. Penser la notion de handicap dans son rapport au droit commun, c’est en même temps réorienter la notion de droit commun elle-même en prenant appui sur l’expérience de vie du plus grand nombre. Ainsi il n’est pas impossible d’imaginer que nous entrons dans l’ébauche d’un droit nouveau pour lequel ce n’est plus le droit commun qui détermine les individus qui vont le représenter (sous le registre de la norme) mais la diversité des individus qui compose la possibilité d’un droit commun. C’est cette possibilité comme horizon qui nous oblige à un devoir constant de transformation au fur et à mesure que les conditions d’existences
individuelles et collectives mutent. Mais cela n’oblige sans doute pas à défaire les espaces d’accompagnement élaborés par notre histoire, mais peut-être à les articuler différemment. Ces dernières années, ce chantier a trouvé auprès d’associations de professionnels, et aussi depuis peu d’associations de familles, un véritable lieu d’expression et de réflexion. C’est l’enjeu de ce débat que nous essayons dans les chapitres I, II et III de cette revue de traduire. Chacun le sait, à la souffrance éprouvée par un sujet ne peuvent répondre qu’imparfaitement des appellations représentant le ou les référentiels sur lesquels une communauté professionnelle tentent de s’accorder. À l’inévitable imperfection des dispositifs, à la nécessaire diversité des personnels et de leurs points de vue répond le désir de présence de tous ceux qui à un titre ou à un autre se sentent concernés. Ne pas accroître le risque d’exclusion engendré par le trouble du comportement, faciliter les processus de participation à la vie sociétale de toutes personnes en situation de handicap, représente une haute ambition qui va bien au-delà de la simple aide secourable (toujours insuffisante), mais demande de prendre en compte la différence entre la déficience objectivable et la situation de handicap, toujours variable en fonction du contexte et des conditions d’accueil. Ainsi, par exemple, l’égalité des chances pour la culture et l’accès à la citoyenneté n’implique pas nécessairement de fréquenter tous la même école, mais de pouvoir bénéficier d’un dispositif d’apprentissage et de socialisation qui fasse sens. Malgré sans doute de bonnes raisons d’avoir des inquiétudes sur le devenir des pratiques sociales et de soins, il est important de repérer les nombreuses avancées réalisées dans la qualité de la vigilance apportée et dans le suivi proposé. Dans le même mouvement, il convient aussi d’accepter que le secteur de l’éducation spécialisée soit profondément modifié par les enjeux d’une démocratie en voie de modernisation (dans le cas de figure le plus optimiste bien sûr). Même s’il est vrai que la pression de plus en plus constante du facteur économique tend à transformer un peu unilatéralement la donne et qu’en valorisant les actions à court terme, il plonge parfois dans l’oubli les suivis sur des parcours institutionnels plus longs. Cependant, ce n’est pas la première fois que le secteur se trouve bouleversé par des données qui lui sont extérieures et lorsque les historiens feront par exemple le bilan de l’impact des lois de décentralisation de 1983, nous mesurerons les profondes restructurations des façons de travailler dont elles sont l’agent, y compris sur le plan des choix cliniques. Nous devons intégrer dans nos perspectives que l’évolution sociale ne se produise plus uniquement à partir d’une redistribution des richesses, car ce système rend trop dépendante la solidarité sociale d’une forme de capitalisme paternaliste, de moins en moins présente, et de plus en plus relayée par un libéralisme qui ne poursuit pas les mêmes objectifs. Il est donc nécessaire de construire de nouvelles façons de faire pour la mise en œuvre des politiques sociales et médico-sociales. Cela ne se peut que si nous acceptons ce qu’il y a de plus difficile, c’est-à-dire la redéfinition de notre position au regard de certains mots. Redéfinir ce que nous considérons comme une richesse et surtout délimiter les moyens par lesquels nous sommes prêts ou pas à la soutenir. Si cet effort est à la fois critique et épistémologique, il est avant tout à considérer comme existentiel et donc comme facteur inter-humain (chap. IV). De leur côté, la biologie et la recherche pharmaceutique ont mis à disposition des médecins des traitements efficaces sur le court terme, mais qui doivent faire l’objet de débats quant à leurs effets dits secondaires. Par ailleurs, même si on prouvait un degré zéro de nocivité, la question du seul traitement chimique, soit un traitement qui soigne le trouble de la relation en dehors de celle-ci et sans l’intervention du sujet concerné resterait problématique
sur le plan de la subjectivité comme pour les enjeux d’une citoyenneté participative. Cependant il serait vain de rejeter en bloc les résultats obtenus par la médecine sous ce seul prétexte (chap. V). Les sciences humaines (psychanalyse, cognitivisme, systémie), les classifications internationales (DSM, CIM), le tout récent rapport d’expertise collective de l’Inserm, n’ont pas manqué de proposer des outils et des méthodes pour essayer de réguler les souffrances. Là encore, le débat doit continuer entre ces différentes approches pour lutter contre toutes les tentations autoritaires, qui les animent parfois, de modélisation de la vie psychique et donc de sa réduction. D’ailleurs, devant les réussites et les échecs des unes et des autres, il n’est pas improbable d’imaginer que ce soit un travail impliqué du praticien qui produise des effets positifs et non l’utilisation de telle ou telle référence théorique, même si bien sûr la conduite du soin se doit d’être structurée et référée pour se transmettre, être régulée et se partager (chap. V). Enfin les travailleurs sociaux, de par l’ardeur et l’inventivité dont ils font preuve dans leur travail au quotidien, ont su influer leur dynamisme sur les cadres législatifs, sur les conceptions théoriques et s’organiser en associations pour prendre du recul sur les pratiques et mettre à l’épreuve les théories (en la matière, on se référera aux publications des actes des Journées de recherche de l’AIRe depuis 1996) [chap. V]. Même si le trouble du comportement demeure quelque peu énigmatique sur le plan de la nosologie, même si les actions pour le contenir sur le plan social et relationnel et pour amoindrir les souffrances générées sont encore souvent incertaines, il n’en demeure pas moins que les pratiques évoluent, que les questions, riches de leurs expériences de terrain et de leur élaboration, apprennent à se formuler autrement. C’est ainsi que nous sommes passés du scolaire au pédagogique, du rééducatif à l’éducatif et au thérapeutique et que se dessine la possibilité de voir les apprentissages s’imaginer au travers de la créativité. Beaucoup de travail a été réalisé, beaucoup de travail est en cours, et de toute façon il restera toujours beaucoup de chose à faire en qualité de trouble du comportement de l’être humain. C’est pourquoi il nous a semblé opportun de rassembler en ce moment de transition un certain nombre de travaux pour faire le point sur les questions qui nous mobilisent. L’Institut régional du travail social/Languedoc-Roussillon et le Centre universitaire de Nîmes dans leur fonction de formation, de recherche et d’animation souhaitent participer de leur place à cette réflexion.
-I-Les orientations institutionnelles d’un dispositif