//img.uscri.be/pth/374f8d8a689147fcc1ea8af0944127e06f96cff3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,18 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Archéologie du pacte social

De
286 pages
Cet essai de sociologie politique procède à une enquête généalogique et archéologique portant sur la constitution du Lien social primordial. Le Pacte originaire, fondateur de toute communauté humaine, est saisi dans son unité et son universalité, au travers des multiples figures historiques, culturelles, éthiques et politiques, qui, depuis le peuple hébreu et l'antique Cité grecque, ont concouru à l'émergence finale de l'exigence rousseauiste, moderne et universelle du Contrat social et des Droits de l'homme.
Voir plus Voir moins

ARCHÉOLOGIE

DU PACTE SOCIAL

Collection "Logiques Sociales" Dirigée par Dominique Desjeux et Bruno Pequignot

Bizeul D., Nomades en France, 1993. Giraud C., L'action commune. Essai sur les dynamiques sationnelles, 1993.

organi-

Gosselin G., (sous la direction de), Les nouveaux enjeux de
l'anthropologie. Autour de Georges Balandier, 1993. Farrugia F., La crise du lien social, 1993. Blanc M., Lebars S., Les minorités dans la cité, 1993. Barrau A, Humaniser la mort, 1993. Eckert H., L'orientation professionnelle en Allemagne et en France, 1993. Iazykoff W., Organisations et mobilités. Pour une sociologie de l'entreprise en mouvements, 1993. Barouch G., Chavas H., Où va la modernisation? Dix années de modernisation de l'administration d'Etat en France, 1993. Équipe de recherche CMVV, Valeurs et changements sociaux, 1993. Martignoni Hutin J.-P., Faites vos jeux, 1993. Agache Ch., Les identités professionnelles et leur transformation. Le cas de la sidérurgie, 1993. Robert Ph., Van Outrive L., Crime et justice en Europe, 1993. Ruby Ch., L'esprit de la loi, 1993. Pequignot B., Pour une sociologie esthétique, 1993. Pharo P., Le sens de l'action et la compréhension d'autrui, 1993. Sironneau J.-P., Figures de l'imaginaire religieux et dérive idéologique, 1994. Albouy S., Marketing et communication politique, 1994. Collectif, Jeunes en révolte et changement social, 1994. Salvaggio S.A, Les chantiers du sujet, 1994. Hirschhorn M., Coenen-Huther J., Durkheim-Weber, Vers lafin des malentendus, 1994. Pilloy A, Les compagnes des héros de B.D., 1994.

Francis FARRUGIA

ARCHEOLOGIE DU PACTE SOCIAL

Des fondements éthiques et sociopolitiques de la société moderne

Editions L'Harmattan 5 -7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

@ L'Harmattan, 1994 ISBN: 2-7384-2591-7

"Il y que l'azur veux dire a vraiment difficile à

a une couleur qui doit être cent fois plus importante pour un généalogiste de la morale: c'est le gris, je les documents, ce qui est réellement constatable, ce qui existé, en un mot le long texte hiéroglyphique, déchiffrer, du passé de la morale humaine! " 1

Frédéric Nietzsche

"Sans entrer aujourd' hui dans les recherches qui sont encore à faire sur la nature du pacte fondamental de tout gouvernement, je me borne en suivant l'opinion commune à
considérer

ici l'établissement du corps politique comme un vrai

contrat entre le peuple et les chefs qu'il se choisit, contrat par lequel les deux parties s'obligent à l'observation des lois qui y sont stipulées et qui forment les liens de leur union." Jean-jacques Rousseau

1. Nietzsche, Généalogie de la morale, Gallimard, Paris, 1971, page 221.

INTRODUCTION

"Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout." Jean-Jacques Rousseau

Nous nous proposons dans cet ouvrage d'exhumer les racines du lien social plus précisément déterminé comme pacte social ou contrat social 2; de mener à terme une enquête concernant non seulement l'origine mais aussi les fondements épistémologiques d'une catégorie stratégique en tant qu'elle occupe dans les sciences sociales, économiques, juridiques et politiques, mais aussi dans le discours de l'Etat, des media et tout simplement dans l'opinion, une place
pri vilé giée. En dépit, ou peut-être au contraire, en raison de l'usage constant qui en est fait, le statut de cette catégorie dans ce qui constitue notre Modernité demeurant obscur et ambigu, il nous est apparu essentiel de procéder à son élucidation par analyse rétrospective et d'engager le processus de sa reconstitution idéologique et de sa reconstruction sociologique
2. La notion de pacte contient l'idée d'une conclusion de paix. Le mot français provient en effet du latin pactum, participe passé substantivé de pacisci : faire la paix (pax pacis : la paix). La notion de contrat ne contient pas pour sa part cette référence implicite à un état de guerre dépassé, cependant elle met l'accent sur l'accord et le lien d'éléments réunis en un corps compact. La formule du contrat procède de l'opération par laquelle les physiciens contractent un corps, c'est-à-dire le recréent, en réalisent la synthèse; (contrahere : resserrer). C'est le corps social qui est ici pensé dans sa recréation et sa cohésion.

7

par examen de la tradition. Nous engageons donc le mécanisme de son épuration rétroactive, pour finir par l'ériger en catégorie sociologique ayant valeur scientifique. Ce travail de catégorisation3de la notion de lien social une fois accompli, par lequel nous avons manifesté la récurrence dans la tradition de la théorie sociale d'une opposition constitutive de la catégorie: oppositIon entre une conception naturaliste / communautariste du lien, et une conception conventionnaliste et plutôt sociétaire de celui-ci, nous prenons la décision de révéler l'origine, les fondements et la genèse d'une telle structure de sens. Cette entreprise définit la présente phase de notre travail comme phase archéologique4et généalogique, mettant en oeuvre une démarche historico-comparative, ayant pour fonction de constituer une sociologie du lien social en même temps qu'une épistémologie de la connaissance sociologique. Nous prétendons mettre en oeuvre une archéologie du lien social remontant à l'Antiquité, élaborer une investigation rétrograde systématique de cette catégorie latente, visant à mettre en évidence l'émergence et la constitution progressives dans la culture et le devenir des sociétés occidentales de plusieurs structures de sens qui sont autant de déterminants de notre réalité et de notre imaginaire social. Il s'agit de comprendre l'émergence progressive d'une anthropologie de la liberté, ainsi que de figures nouvelles qui structurent peu à peu la vie culturelle, politique et sociale de l'Occident. Ces figures nouvelles de la socialité sont les suivantes: celles de l'Individu libre, conscient, connaissant et responsable, et de son vouloir postulé inaliénable, de la Personne humaine et de sa valeur originaire; mais il est aussi deux figures qui leur sont corrélatives parce qu'elles les
3. Il est important pour la compréhension de la présente étude de rappeler que nous avons déjà procédé à la construction et à l'intégration critique de la catégorie de lien social telle qu'elle surgit au sein de la tradition sociologique. L'analyse que nous produisons dans le présent ouvrage prendra toute sa signification si elle est mise en perspective par rapport au travail de notre précédent Essai de Sociologie Critique: La Crise du lien social, éditions L'Harmattan, collection Logiques Sociales, Paris, 1993. 4. "Le domaine des choses dites, c'est ce qu'on appelle l'archive; l'archéologie est destinée à en faire l'analyse." Michel Foucault, L'archéologie du savoir, Gallimard, Paris, 1969. 8

transcendent et les fondent dans leurs qualités essentielles, ce sont celles de la Loi et du Droit, posées elles-mêmes dans leur relation de dépendance nécessaire à l'égard de la Nature et / ou du Contrat ou de la Convention, pensés comme principes légitimants du lien social. Dans cette perspective, il apparaît donc fondamental de déterminer l'essence et le statut, non seulement et en priorité de la nature, mais aussi des genres dérivés que sont la loi naturelle et le droit naturel, tant il est vrai qu'ils jouent un rôle fondateur, conscient ou inconscient, dans la constitution de l'idée moderne de justice, de vérité morale et tout simplement de société. C'est donc de la sacralité et de la légitimité du pacte fondamental qu'il est ici question, du caractère naturel ou artificiel des institutions et des lois, et de la manière dont les hommes entretiennent des rapports avec ces déterminants fondamentaux de la vie commune. n est en conséquence nécessaire de montrer comment se construit progressivement au cours des âges, à travers la combinaison de ces figures de la socialité, une Nature nouvellement et progressivement déterminée comme humaine ou en voie d'humanisation, et comment se mettent en place dès l'Antiquité, les prémices et les fondements à la fois éthiques et politiques de la société moderne, tout autant que les prémisses épistémologiques de ce qui en deviendra la science sociale. En conséquence, nous assignons à l'archéologie du pacte social ici mise en oeuvre une double finalité: - contribuer à élucider la vie sociale et politique dans sa modernité, en tant qu'elle se constitue nécessairement autour d'un usage implicite ou explicite, simple ou complexe, des figures constitutives de la. catégorie du lien social telles que nous venons de les signaler dans leur combinatoire dynamique : la nature comme principe des actions humaines, /'individu et ses idéaux, la liberté et son statut reconnu ou dénié dans la communauté, la valeur de la vie, le pouvoir législatif de la volonté, l'égalité des hommes, les limites de validité des déterminations éthiques du sujet absolu, eu égard aux exigences de la vie collective et de ses impératifs communs 5.
5. L'égalité postulée des hommes surgit en conséquence pour nous comme figure éminemment problématique de la modernité. En effet, dès lors que les hommes sont réunis en une même société, ils sont contraints 9

- fournir à une sociologie critique les moyens de procéder à l'analyse de la science sociale elle-même, en tant qu'elle met nécessairement en oeuvre aussi, les catégories dont elle détecte la présence dans le vécu idéologique et culturel, dont nous prétendons justement constituer la généalogie.
A l'occasion de cette longue investigation des différentes péripéties du lien social et des multiples figures de l'Humanité et de la socialité qui nous semblent les plus significatives, nous prétendons fournir à la Sociologie les moyens de se réapproprier une préhistoire et de réintégrer une tradition philosophico-politique des plus fécondes, d'accomplir une authentique anamnèse de ses origines perdues ou peut-être refoulées. Il nous semble fondamental que la Sociologie puisse échapper à la malédiction de l'oubli de l'origine, tOt-elle mythique, malédiction telle que Santayana a pu la formuler: "Ceux qui ne se souviennent pas de leur passé sont condamnés à le revivre." Au cours de cette enquête généalogique, régressive et progressive à la fois, en quelque manière conjuratoire, exorciste et cathartique, prenant pour objet la constitution historique mais aussi épistémologique de la catégorie du lien conçu comme contractus originarius ou pactum sociale, nous réservons une place fondamentale au système politique de Jean-Jacques Rousseau, système que nous définissons comme plaque tournante obligée pour toute analyse sociale et politique prétendant à l'élucidation de ce qui constitue notre Modernité, notre actualité idéologique, sociale, politique et culturelle, mais aussi notre actualité sociologique. Le système anthropologique et politique de Rousseau joue selon nous le rôle de théorie sociale médiatrice entre l'Antiquité et la Modernité. Par ce système rousseauiste
de se comparer et de "tenir compte des différences qu'ils trouvent dans l'usage continuel qu'ils ont à faire les uns des autres". Ces différences sont de quatre sortes: "la richesse, la noblesse ou le rang, la puissance et le mérite personnel (u.) la richesse est la dernière à laquelle elles se réduisent à la fin, parce qu'étant la plus immédiatement utile au bien-être et la plus facile à communiquer, on s'en sert aisément pour acheter tout le reste." Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, Garnier-Flammarion, Paris, 1971, page 230. 10

s'effectuent le lien et le passage mais aussi la réconciliation, entre une théorie naturaliste traditionnelle du lien social d'une part, et une théorie contractualiste et conventionnaliste de l'autre, opposition qui trame et oppose les différentes théories sociales modernes. Nous voyons donc en JeanJacques Rousseau le véritable instituteur du lien social moderne, dont la théorie du pacte social constitue l'assise véritable. C'est en conséquence sur l'Antiquité et sur le système de Rousseau en tant qu'ilIa dépasse et l'intègre à sa propre Modernité que portera l'essentiel de nos analyses. La théorie rousseauiste du lien social spécifié comme pacte ou contrat, permet de fonder une véritable sociologie néo -contractualiste, en tant qu'elle fournit à l'investigation sociale une indispensable grammaire, tant de la théorie que de la praxis. Il faut lire Rousseau en sociologue, et comprendre qu'au-delà des oppositions sociologiques classiques nature / contrat, communauté / société, sa théorie du social est porteuse de constructions théoriques qui au-delà de leur dimension spéculative possèdent une véritable signification sociologique et une réelle efficience sociale. La théorie sociale de Rousseau est productrice de catégories sociologiquement opératoires: le contrat nouvellement compris, posé comme perpétuant et restaurant à la fois le lien naturel; .la convention, reconnue par delà l'arbitraire de la volonté individuelle, comme régénérant le lien communautaire fondamental, fondé sur le consensus de la volonté générale. Rousseau fournit donc à une sociologie nouvellement définie, les moyens de saisir le lien social dans toute sa complexité, mais aussi dans son extrême fragilité. Son système est pour cette sociologie critique 6telle que nous la définissons,
6. Nous entendons ici par sociologie critique, une sociologie qui, au lieu de considérer a priori les phénomènes sociaux comme objets connais sables au même titre que des choses naturelles, commence par s'interroger sur les conditions de possibilité d'une telle connaissance, et décide de se prendre d'abord elle-même pour objet d'investigation, en tant qu'elle met nécessairement en oeuvre des catégories historiquement et épistémologiquement chargées. Elle met donc en oeuvre une analyse des modalités idéologiques ainsi que des présupposés du savoir. Une telle sociologie se donne pour tâche d'intégrer l'axiomatique du savoir social à la science sociale elle-même, ce qui revient à faire la part de la science et de la morale, à distinguer les jugements descriptifs des jugements évaluatifs, et plus précisément à débusquer les évaluations Il

pour cette sociologie de la connaissance sociologique telle que nous prétendons la constituer, d'une utilité majeure puisqu'il permet d'effectuer le passage, la conversion et la réconciliation entre une théorie politique du lien qui le pose rituellement et traditionnellement dans la sphère de l'autorité et du pouvoir, et une théorie sociale qui le comprend sous l'espèce de la communauté et de la convivialité. Par la formule rousseauiste de la "volonté générale", noyau du Contrat Social bien compris, est possible la synthèse épistémologique entre la dimension politique et la dimension sociale du lien, ainsi que l'intégration de sa dimension économique à sa forme culturelle, (ce qui selon nous définit précisément la Modernité), toutes opérations que ne permettent manifestement pas les théories communautariennes naturalistes traditionnelles de la sociologie classique, qui sont des visions en quelque sorte hémiplégiques, puisque fonctionnant selon une logique de la disjonction exclusive. Les théories sociologiques des pères fondateurs véhiculent en effet toutes, comme nous l'avons montré dans notre précédent ouvrage La crise du lien social, une conception implicite (donc une morale sous-jacente) du droit naturel et de la loi naturelle tels que nous les définirons, (en tant qu'ils fondent un holisme primordial, une organicité originaire, et une naturalité du social, du pouvoir et des institutions). Mais ce qui est dès lors postulé par l'usage axiomatique implicite de catégories profondément régulatrices telles que le droit naturel et la loi naturelle, les théories sociologiques classiques voire même contemporaines ne le savent pas véritablement, ou du moins n'en veulent méthodologiquement rien savoir. En effet, elles n'en proposent aucune intégration théorique, et occultent en conséquence les problématiques portant sur le fondement du lien social et la légitimité des institutions sous l'urgence scientifique de le constituer comme objet d'analyse objective, donc de l'occulter comme sujet d'interrogation. Mais selon nous, ce qui est alors refoulé comme sujet de la science ne saurait, pour cette
morales, c'est-à-dire estimatives et normatives, implicitement présentes au sein même des théories et des procédures scientifiques ordinaires. fi est clair que la mise en évidence de la part d'impensé contenue dans les catégories fondatrices tant du social que de la science de celui-ci, ressortit éminemment au projet critique global tel que nous le concevons.

12

même raison se laisser constituer sans retour en objet de celle-ci. Une épuration de l'attitude méthodologique de la sociologie et de ses forclusions est ici requise, qui passe par une mise en réserve du positivisme et de la conception naturaliste du lien social, au profit d'une démarche épistémologique et critique qui pose méthodologiquement le lien dans sa factualité, dans sa contingence et sa conventionnalité, et donc dans sa contractualité potentielle et sa réforme possible, en même temps que dans sa spontanéité reconnue, et sa nécessité empirique devenue. La spontanéité des phénomènes sociaux n'est selon nous pas la même chose que la nature, et les faits sociaux n'en sont pourtant pas moins envisageables comme des choses, pour reprendre la formule connue de Durkheim. Il nous semble que dans tous les cas, il ne faut jamais oublier le comme, qui signifie clairement que les faits sociaux ne sont en aucun cas des choses. Tout au plus peut-on pour des raisons pratiques et théoriques à la fois, faire semblant et les considérer comme tels. Il ne s'agit alors que de méthode et d'artifice heuristique et sûrement pas de réalité objective. Une théorie de la spontanéité du lien social, un spontanéisme méthodologique, si l'on nous passe cette formule, est selon nous bien plus fécond que tout naturalisme sociologique, puisqu'il permet au moins d'échapper à l'illusion toujours légitimante, de la naturalité postulée des institutions, et tout à la fois de comprendre, mais aussi d'agir sur un lien réformable si on le désire, et pour autant que l'on en ait les moyens. Rousseau, dont la sociologie des pères fondateurs a lQngtemps fait l'économie tout autant que la critique7, et que la sociologie contemporaine continue d'ignorer, permet en fait à la sociologie telle que nous proposons de la repenser, de réintégrer à son champ d'analyses la théorie contractuelle du lien social, nullement exclusive de la conception communautaire, comme la sociologie l'a trop longtemps cru. Rousseau est selon nous le premier à proposer une formulation de la question du lien social en termes non plus exclusivement politiques (question de l'autorité et du pou7. Voir à ce sujet les critiques adressées par Durkheim à Rousseau, en particulier à la théorie du Contrat Social, dans De la division du travail social.

13

voir), mais en termes sociaux, excluant de plus potentiellement tout usage ultérieur de sa théorie qui se voudrait positiviste. C'est ainsi que les seuls faits réellement porteurs de socialité, dans la perspective d'une authentique compréhension du pacte social, ne sont autres que des actes émanant d'une volonté posée comme instance déterminante, soutenue par une raison qui se fonde sur la nature, et sur la véracité des sentiments élémentaires: question du consensus et de l'unanimité, du consentement réciproque des parties en présence, de la liberté et de l'égalité nécessaires des contractants, de l'intérêt général, du bien-être collectif et de la convivialité fondamentale, de la commisération universelle étendue à tout le genre humain. Non seulement est alors posée la question nouvelle dans l'histoire des sociétés, de l'égalité des citoyens, c'est-à -dire de leurs droits inaliénables, mais encore celle de l'égalité sociale des hommes et de leur condition au sein de ce qui est désormais pensable comme Humanité. Contre le fait inégalitaire, l'égalité des hommes est posée comme valeur politique et sociale, et, de pure exigence éthique, elle finira par devenir un fait social, investi comme tel d'une valeur nouvelle. Est également pensée la transgression possible des règles fondamentales du pacte social; et parce qu'il y a désormais Humanité, il peut aussi y avoir crime contre celle-ci. Une telle innovation dans la conception et la perception du lien social n'est selon nous possible qu'en raison du recours permanent de la théorie de Rousseau à la catégorie de nature (conçue comme source des valeurs) età ses catégories dérivées : la loi naturelle et le droit naturel rénovés, éléments, il faut l'avouer, habituellement forclos par la sociologie, et pourtant fondateurs d'une nouvelle théorie contractuelle en même temps que communautaire du lien social, autant d'éléments qui sont manifestement générateurs d'une anthropologie rendue de plus en plus nécessaire. C'est dans le droit fil de cette analyse sociologique nouvelle du lien social que nous achevons notre travail par une phase pragmatique, portant sur l 'héritage politique rousseauiste tel qu'il se manifeste à travers la question des Droits de l' homme. Dans cette dernière partie, nous revenons sur la question à nos yeux essentielle des faits et des valeurs, telle qu'elle se formule de manière exemplaire et polémique, chez Weber et Léo Strauss, et qui ne nous semble nullement 14

obsolète. Ce débat nous apparaît dans sa fondamentalité en ce qu'il manifeste la récurrence nécessaire du problème de l'éthique dans la théorie sociale. La question des Droits de l 'homme est paradigmatique pour la sociologie, en ce qu'elle manifeste le lien social dans sa dimension à la fois empirique (les usages et le Droit dans la société historique concrète), et éthique (la question du bonheur et de l'idéal commun à l'humanité tout entière).

En cette occasion, nous observons la permanence de l'opposition nature / contrat, mais aussi le renforcement de l'antagonisme individu / Etat, déjà amorcé dans l'Antiquité par la doctrine sophistique. Cette réalité éthico-empirique est une nouvelle figûre du lien social dont la sociologie critique telle que nous la concevons doit faire un de ses objets, ce à quoi nous consacrerons la fin de cet ouvrage.

15

THÉORIE TRANSCENDANTALE DE LA MÉTHODE8

"La forme logique de tous les jugements consiste dans l'unité objective de l'aperception des concepts qui y sont contenus." Emmanuel Kant

En ce qui concerne la méthodologie que nous mettons en oeuvre dans ce travail, nous tenons. à apporter les précisions suivantes: notre projet n'est pas d'analyse empirique; il n'est pas non plus dans son essence, pour reprendre la terminologie utilisée par Steven Seidman dans son ouvrage Le libéralisme et la théorie sociale en Europe, (pUP, Paris, 1987) "contextualiste" . L'analyse contextualiste, est en effet une analyse qui se propose d'expliquer le développement idéationnel en se référant à l'édifice socio~historique comme à son déterminant. Même si nous y avons parfois recours, ce n'est pas en ceci que consiste fondamentalement notre méthode. Notre investigation ne doit pas non plus être comprise sous le genre du réductionnisme idéologique. Il ne s'agit pas non plus d'une analyse historique pure, ni d'une authentique histoire des idées sociologiques. Nous prétendons plus spécialement constituer une histoire récurrente de la catégorie de lien social; une analyse généalogique-critique, relevant d'une certaine manière d'une histoire des sciences posée dans sa dimension ruptura-

8. En raison du caractère technique et souvent rébarbatif des considérations qui vont suivre, nous signalons au lecteur soucieux d'en venir plus rapidement au vif du sujet, qu'il peut sans dommage pour la compréhension du contenu, se reporter directement au chapitre I. 17

liste 9. Nous sommes soucieux, au cours de cette enquête, de bâtir, dans la perspective ainsi définie, une épistémologie de la connaissance sociologique. Notre propos est donc de mettre en oeuvre une certaine conception historique du développement de la science sociale qui précise les niveaux de continuité ou de discontinuité du projet global. Il s'agit de ce que Seidman nomme"une
théorie post-positiviste de la science"

Loin de nier l'existence d'une dimension empirique et logique de la science sociale, l'analyse post-positiviste insiste sur les domaines ou présupposés non-empiriques et non-logiques. Seidman cite à cette occasion: les "préjugés" de Gadamer, les "hypothèses de base" de Gouldner, les "themata" de Holton, les "paradigmes" de Kuhn, les "hypothèses universelles" de Pepper, et la "dimension tacite" de Polanyi. En résumé, nous nous situons dans cette perspective, où la science, et plus précisément ici la pré-science du social est définie comme un édifice à deux niveaux: la théorie sociale comporte un étage analytique, constitué par des hypothèses, des énoncés empiriques, des règles logiques, des postulats
9. "Sous les grandes continuités de la pensée, sous les manifestations massives et homogènes d'un esprit ou d'une mentalité collective, sous le devenir têtu d'une science s'acharnant à exister et à s'achever dès son commencement, sous la persistance d'un genre, d'une forme, d'une discipline, d'une activité théorique, on cherche maintenant à détecter l'incidence des interruptions. Interruptions dont le statut et la nature sont fort divers. Actes et seuil épistémologiques décrits par G. Bachelard: ils suspendent le cumul indéfini des connaissances, brisent leur lente maturation et les font entrer dans un temps nouveau, les coupent de leur origine empirique et de leurs motivations initiales, les purifient de leurs complicités imaginaires; ils prescrivent ainsi à l'analyse historique non plus la recherche des commencements silencieux, non plus la remontée sans terme vers les premiers précurseurs, mais le repérage d'un type nouveau de rationalité et de ses effets multiples. Déplacements et transformations des concepts: les analyses de G. Canguilhem peuvent servir de modèles; elles montrent que l'histoire d'un concept n'est pas, en tout et pour tout, celle de son affinement progressif, de sa rationalité continûment croissante, de son gradient d'abstraction, mais celle de ses divers champs de constitution et de validité, celle de ses règles successives d'usage, des milieux théoriques multiples où s'est poursuivie et achevée son élaboration." Michel Foucault, L'archéologie du savoir, Gallimard, Paris, 1969, Introduction, pages 10-11. 18

.

heuristiques, des modèles et des explications théoriques; mais la connaissance systématique comprend aussi. un étage que nous nommons pour notre part métathéorique, où l'on trouve des hypothèses implicites de définition de la réalité, mais aussi de la méthode, ainsi que des catégories fondatrices mises en jeu par le savoir et par la pratique du savoir. C'est sur ce deuxième domaine, sur cet étage métathéorique et sur la dimension souvent latente des systèmes que nous avons concentré notre travail d'interprétation. Dans cet ouvrage, l'essentiel de l'investigation généalogique critique mise en oeuvre porte bien évidemment sur les théories politiques et philosophiques et sur leur postérité théorique et pratique, par référence auxquelles la science sociale se constituera au XIXosiècle.Mais il est clair pour nous, qu'en dépit de sa scientificité conquise, la théorie sociale des pères fondateurs continue à relever de l'analyse à deux étages ici constituée comme instrument d'investigation de la dimension postulatoire et pourtant tacite de toute théorie. C'est en effet la part d'impensé de tout système qui d'une certaine manière permet sa dynamique fondamentale, qui joue en quelque sorte le rôle du jeu indispensable au fonctionnement des pièces de toute machine. Et pour demeurer dans le registre des métaphores élucidantes, nous posons comme principe méthodologique, qu'il existe, au coeur de toute théorie et de tout système donateur de sens, ce que l'on pourrait nommer un point aveugle. Il est ce qui permet à la théorie de voir, d'être en quelque manière sensible et pertinente à l'égard d'un nouvel ordre de phénomènes. Mais ce qui permet de développer une acuité, ce qui fonde la visibilité n'est soi-même pas immédiatement et surtout pas directement visible, (en règle générale, du moins, par celui-là même qui institue cette vision). Ce qui fonde l'intelligibilité n'est pas pour soi-même clairement intelligible, à moins de porter attention à ce phénomène de forclusion et de mettre en oeuvre des procédures complexes de formalisation et d'axiomatisation rigoureuse du système par lui-même. C'est précisément le rôle que nous assignons à ce que nous nommons sociologie critique: celui de révéler la part d'impensé propre à tout système, en l'occurrence socio-politique, au moyen de l'outil généalogique. Ainsi sera mise à jour sa charge de moralité implicite, donc accomplie, son analyse axiologique, et son anamnèse épistémologique. Il est clair qu'il ne s'agit aucunement d'un retour du métaphysique dans la science sociale mais bien au contraire d'une
19

évacuation du résidu métaphysique contenu dans la science sociale, épuration réalisée par un surcroît d'activité épistémologique. n est entendu que ces deux dimensions de toute théorie systématiquement constituée: - dimension d'exercice analytique des concepts fondamentaux saisis dans leur jeu cognitif effectif, et leur dimension opératoire, et - dimension métathéorique postulatoire implicite, ne sont pas à disjoindre, mais qu'il faut inclure le domaine métathéorique à la définition du projet global de connaissance. Notre thèse est qu'une telle intégration doit obligatoirement passer par une démarche critique d'auto-analyse des présupposés de la théorie, seule garantie de la conquête d'une réelle scientificité. C'est dans la perspective ainsi définie qu'il convient d'élucider, de définir précisément les catégories fondamentales des théories politiques et sociales que nous avons déjà mentionnées (qui fonctionnent comme sous-catégories de la catégorie générale de lien social) : nature, loi naturelle, droit naturel, convention, contrat, pacte, naturalité, humanité, communauté, société, hiérarchie, égalité, justice, légalité etc... De la catégorie de lien social existant comme concept pur de la socialité en général, mais qui n'est en tant que tel qu'une forme vide de tout contenu déterminé10, il est possible de tirer un certain nombre de concepts dérivés, tels que nous venons d'en énumérer certains, qui jouent le rôle de concepts fondateurs dans des théories particulières. Ces concepts sont les conditions subjectives de la pensée sociologique et nous ne pouvons rien connaître de l'expérience sans procéder à l'imposition de ces formes pures au réel
10. "Les catégories sont des concepts qui prescrivent a priori des lois aux phénomènes, par conséquent à la nature considérée comme l'ensemble de tous les phénomènes." Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Gallimard, Paris, 1967, page 143. Il n'est bien évidemment pas question ici de nature au sens strict, mais d'un usage analogique de la législation des catégories relativement à ce qui fonctionne comme objet pour la science sociale, c'est-à-dire comme équivalent d'une nature; un objet étant, comme le précise Kant: "ce dont le concept réunit les éléments divers d'une intuition donnée." 20

empirique. "Il s'agit maintenant de savoir s'il ne faut pas admettre aussi antérieurement des concepts a priori comme conditions qui seules permettent non pas de percevoir intuitivement, mais de penser en général quelque chose comme objet.. car alors toute connaissance empirique des objets serait nécessairement conforme à ces concepts, puisque sans eux, il n'y aurait rien de possible comme objet d'expériencell." Ces catégories sont donc pour nous, autant de figures a priori de la socialité, à concevoir pourtant aussi, et c'est fondamental, comme productions sociales de sociétés historiques particulières, donc comme conséquences d'un processus de production empirico-historique saisi dans ses discontinuités, ses récurrences et ses oublis. L'a priori doit être absolument reconnu dans ses origines et ses racines empiriques. Les catégories sont des condensés de l'histoire des sociétés en même temps qu'outils pour leur compréhension. Les catégories sont donc tout à la fois objets et instruments d'objectivation au service d'un sujet qui est en tant que tel, tout autant dissous que constitué par elles. Et c'est seulement lorsque nous aurons procédé à l'élucidation de ces catégories par leur généalogie que nous serons en mesure d'avoir une vision plus claire des points aveugles inhérents à toute théorie sociale, tant ancienne que moderne, tant pré-scientifique, que scientifique; une vision plus claire aussi de la modernité politique et sociale. Il n'est en effet pas possible qu'une quelconque théorie sociale se dispense du recours à l'une ou l'autre de ces catégories qui fonctionnent comme de véritables transcendantaux de l'analyse sociologique et déterminent donc a priori la forme de toute intelligibilité sociologique possible. Sans les catégories de la socialité qui sont comme les cadres de toute théorie, il n'existerait tout simplement ni sujet de la science, ni objet de la science, c'est-à-dire un vide d'intelligibilité. TIn'est par ailleurs aucunement possible de décrire une série de phénomènes sans définir les catégories fondamentales mises en jeu par l'analyse sociale alors constituée.

11. Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Gallimard, Paris, 1967, page 105. 21

Et c'est au coeur même de toute définition que s'insinue la postulation axiologique que nous appelons la part d'impensé du système. La définition enfin, ne peut pas être tirée uniquement des faits eux-mêmes, puisqu'elle les précède en quelque sorte logiquement, étant ce sans quoi les faits n'auraient strictement aucune intelligibilité 12. C'est ainsi par exemple que la définition de ce qu'est le droit naturel tel que nous le trouvons convoqué dans la sociologie de Tonnies, ou ce qu'est l'anomie13 telle que nous la voyons intervenir dans la sociologie de Durkheim, n'est manifestement pas tirée de la nature, ou des faits bruts mais de l'esprit qui pense son objet conformément à certaines
12. "La diversité donnée dans une intuition sensible rentre nécessairement sous l'unité synthétique originaire de l'aperception, puisque l'unité de l'intuition n'est possible que par elle. Or l'acte de l'entendement par lequel le divers de représentations données (que ce soit des intuitions ou des concepts) est ramené à une aperception en général est la fonction logique des jugements. Toute diversité, en tant qu'elle est donnée dans une intuition empirique, est donc déterminée par rapport à l'une des fonctions logiques du jugement, et c'est par celle-ci qu'elle est ramenée à l'unité de conscience en général. Or les catégories ne sont pas autre chose que ces mêmes fonctions du jugement, en tant que la diversité d'une intuition donnée est déterminée par rapport à ces fonctions. Ce qu'il y a de divers dans une intuition est donc nécessairement soumis à des catégories." Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, Gallimard, Paris, 1967, pages 120-121. 13. L'anomie surgit comme catégorie régulatrice et à notre sens morale (donc en aucun cas axiologiquement neutre), dans la préface de la seconde édition de De la division du travail social; elle se définit comme détérioration du lien socialyéritable, comme "état d'irréglementation", comme déconstruction des solidarités fondamentales, source de discorde. L'anomie signifie que la société s'est dégradée en mettant à l'avant-scène des relations factices fondées sur le commerce et l'intérêt égoïste des individus. L'intérêt commun est perdu de vue, et la loi du plus fort qui se manifeste dans la vie économique l'emporte sur les puissances de cohésion morales. "Q'une telle anarchie soit un phénomène morbide, c'est ce qui est de toute évidence, puisqu'elle va contre le but même de toute société, qui est de supprimer ou, tout au moins, de modifier la guerre entre les hommes, en subordonnant la loi physique du plus fort à une loi plus haute." Emile Durkheim, De la division du travail social, PUP, Paris, 1991, page III de la préface de la seconde édition.

22

règles, mais aussi, et c'est ce qui nous intéresse plus précisément, conformément à certaines valeurs, posées comme idéales. Ces définitions catégorielles sont donc déjà des interprétations, des évaluations, et donc sont des passages obligés, dont nous proposons d'analyser la constitution à partir de l'Antiquité. Dans cette optique, notre démarche concernant la constitution progressive de la catégorie de lien social au sein des théories socio-politiques déjà présentes dans l'Antiquité, relève d'une méthode généalogique critique appropriée à son objet, saisi dans sa dimension dynamique. n s'agit moins de l'attention à un seul penseur ou à une même école de pensée que d'une approche structurante visant à regrouper des productions intellectuelles distinctes et parfois sans aucun lien objectif, sous la puissance d'une catégorie régulatrice (la catégorie de pacte originaire décomposable en sous-catégories), afin de manifester la permanence ou la rémanence de structures particulières au sein de la pensée politique et sociale occidentale, ceci, de l'Antiquité à la Modernité 14. Une telle analyse à la fois généalogique, structurale et critique est destinée à enrichir la sociologie elle-même. Il ne s'agit donc pas de récuser la dimension scientifique de ce qui se constituera comme théorie sociale scientifique, par apport et intégration de la tradition, mais de mettre la sociologie en situation de s'approprier par la mise en oeuvre critique de sa composante philosophico-politique, son passé en quelque sorte pré-scientifique. C'est délibérément que nous nous situons au cours de cette investigation généalogique, dans une perspective tout à la fois bachelardienne et nietzschéenne, et que nous recher14. "Ce qui dans le passé reste positif vient encore agir dans la pensée moderne. Cet héritage positif du passé constitue une sorte de passé actuel dont l'action dans la pensée scientifique du temps présent est manifeste." Gaston Bachelard, L'activité rationaliste de la physique contemporaine, déjà cité. C'est ainsi que se met en place une dialectique constante entre les notions ou catégories abandonnées, et les notions ou catégories intégrées dans l'actualité des systèmes. Une telle dialectique fonctionne comme réactif permettant d'identifier nombre de problématiques actuelles dans leur dimension archaïque.

23

chons systématiquement .

dans le passé de quoi éclairer le

présent.

Les notions de lien social et de pacte social nous semblent relever tout particulièrement d'une sorte de genèse à rebours, qui, partant du présent, remonte au passé, pour éclairer en retour le présent. Cette démarche paradoxale nous paraît apte plus que toute autre, à révéler la notion dans sa dimension concrète, entendue précisément au sens durkheimien de catégorielS, résultant de multiples concrétions sociales, de cristallisations successives, de stratifications progressives, relevant d'un processus que Withem Jérusalem nommait condensation sociale ("eine soziale Verdichtung"). En conséquence, nous proposons de mettre en place ce qu'en termes bachelardiens, on pourrait nommer une "histoire récurrente" de la catégorie de lien social et plus particulièrement de la catégorie de pacte social ou de contrat social. Une telle histoire doit être entendue non pas comme une "histoire pure", au sens classique, académique et institutionnel du terme, mais bien plutÔt d'une" histoire jugée", tout à la fois conçue comme investigation généalogique et épistémologique de la catégorie, et comme reconstitution théorique de celle-ci. "On voit alors la nécessité éducative de formuler une histoire récurrente, une histoire qu'on éclaire par la finalité du présent, une histoire qui part des certitudes du présent et découvre, dans le passé, les formations progressives de la vérité. Ainsi la pensée scientifique s'assure dans le récit de ses progrès." et encore: "Il s'agit en effet de montrer l'action d'une histoire jugée. (...) D'une façon générale, ne peut-on pas dire qu'une histoire comprise n'est déjà plus de l' histoire
15. "La science est encore chose sociale parce qu'elle met en oeuvre des notions qui dominent toute la pensée et où toute la ci"ilisation est comme condensée: ce sont les catégories." Emile Durkheim, Le problème sociologique de la connaissance, (1910), extrait d'un article paru dans l'Année sociologique 11, et portant sur un article de W. Jérusalem, traitant de la sociologie de la connaissance, ("Soziologie des Erkennens", Die Zukunft, 1909), in Textes, Eléments d'une théorie sociale, tome I, éditions de Minuit, page 193. Nous estimons que le lien social, spécifié comme pacte ou contrat est une telle catégorie dont il convient d'effectuer la mise en oeuvre généalogique et récurrente, car elle nous semble porteuse de multiples et précieuses concrétions, riche d'héritages et de condensations sociales, mais aussi théoriques et spéculatives, dont nous devons la faire en quelque sorte accoucher. 24

pure? (...) Là est vraie plus qu'ailleurs cette opinion nietzschéenne: "Ce n'est que par la plus grande force du
présent que doit hre interprété le passé 16."

Ce travail ne prétend pas relever de ce que l'on nomme au sens strict une histoire des idées sociologiques, même si nous mettons en oeuvre une certaine histoire de certaines idées, procédant à des emprunts de méthode, tout en subvertissant les finalités, dans la perspective d'une histoire généalogique et récurrente. En effet, si nous traitons largement de Rousseau, nous décidons par contre, (et nous nous en expliquons dans le chapitre que nous consacrons à cet auteur), de ne pas revenir en détail sur les rapports étroits existant entre le système de Rousseau et ceux de Hobbes et Locke. Loin de prétendre exposer une histoire homogène et continue de certaines idées sociologiques, nous nous sommes au contraire, bien plutÔt attachés à manifester des rémanences, à détecter l'origine d'idées, ou plus précisément de catégories, qui ne sont pas des idées ou des catégories sociologiques, au sens strict, mais qui se révèlent au diagnostic, être plutôt des idées pré-sociologiques, des catégories préscientifiques, présentant des caractéristiques variées. Ces idées en quelque sorte matricielles laisseront des traces résiduelles dans toute la pensée sociale, se combineront entre elles pour donner naissance à des concrétions intra-sociologiques, à des noeuds d'intelligibilité socio-politiques ayant désormais acquis une réelle puissance, tant dans le domaine spéculatif que pratique. De telles cristallisations à propos desquelles nous enquêtons, sont composées d'éléments ayant des origines dans des champs hétérogènes: champs éthiques, juridiques, économiques, politiques, religieux, théologiques, métaphysiques, idéologiques et philosophiques. Plutôt que d'histoire des idées, il s'agirait donc plus exactement, bien que métaphoriquement, de chimie des idées, d'une tentative d'analyser en quelque sorte le dépôt d'une certaine tradition pré-sociologique au sein même de ce quise constituera comme Modernité, et d'une analyse des modalités selon lesquelles ce dépôt pourra affecter certains systèmes sociologiques, selon des mécanismes souvent souterrains, et en quelque manière inconscients; tout cela
16. Gaston Bachelard, L'activité rationaliste de la physique contemporaine, chapitre premier, Les récurrences historiques, PUP, Paris, 1965, pages 24 à 26.

25

légitimant ce que nous nommons et définissons comme étant une généalogie, et donc une symptomatologie du social. En conséquence, notre étude est non seulement, nécessairement partielle, mais également orientée, puisque privilégiant un angle d'attaque lié aux hypothèses de récurrence et de retour sélectif du passé dans le présent. Nous délimitons17donc un champ d'investigation de ce que nous avons prétendu constituer comme catégorie de lien social, tout autant à partir du passé de la catégorie, qu'à partir de la diversité des notions subsumées, disséminées dans différentes représentations historiques du social. Nous estimons que" l'ancien doit être pensé en fonction du nouveau." et, confonnément au précepte bachelardien, nous nous sommes efforcés de mettre en oeuvre une analyse "récurrente", non pas dans le but de mettre en évidence des catégories anticipatrices, qui se révéleraient scientifiquement sociologiques avant même la naissance de la Sociologie comme science à part entière, mais dans une perspective inverse, afin de manifester qu'au sein d'une certaine sociologie, ou plutÔt de certaines sociologies, que nous identifions comme communautaristes et naturalistes, persistent un certain nombre de catégories ou notions plus ou moins diffuses, et non soumises à critique, qui appartiennent en quelque sorte à ce que l'on est tenté de nommer la préhistoire de la science. Nous prétendons mettre ici en évidence tout autant
17. "L'objet de l'historien des sciences ne peut être délimité que par une décision qui lui assigne son intérêt et son importance. (...) Par conséquent, l'historien constitue lui-même un objet à partir d'un état actuel des sciences biologiques et humaines, état qui n'est ni la conséquence logique ni l'aboutissement historique d'aucun état antérieur d'une science distincte, ni de la mathématique de Laplace, ni de la biologie de Darwin, ni de la psycho-physique de Fechner, ni de l'ethnologie de Taylor, ni de la sociologie de Durkheim. Mais par contre la biométrie et la psychométrie ne peuvent être constituées par Quêtelet, Galton, Catell et Binet qu'à partir du moment où des pratiques non-scientifiques ont eu pour effet de fournir à l'observation une matière homogène et susceptible d'un traitement mathématique. La taille humaine, objet d'étude de Quêtelet, suppose l'institution des armées nationales et de la conscription et l'intérêt accordé à des critères de réforme. (...) Donc l'histoire des sciences, dans la mesure où elle s'applique à l'objet ci-dessus délimité, n'a pas seulement rapport à un groupe de sciences sans cohésion intrinsèque mais aussi à la nonscience, à l'idéologie, à la pratique politique et sociale." G. Canguilhem, Etudes d' histoire et de philosophie des sciences, Vrin, Paris, 1968, page 18. 26

que constituer un transcendantal qui renvoie toute théorie effective du lien à la catégorisation a priori de ses formes possibles. Et nous laissons au lecteur le loisir de détecter dans les théories sociales de son choix la présence de tels schémas directeurs et d'en effectuer en quelque manière la déduction transcendantale. Nous soutenons que le passé de la science est tout à la fois dépassé par la sociologie scientifique en même temps que conservé de manière partielle et souvent non intégrée sous le mode critique. Dans la droite ligne ciecette thèse, notre propos n'est en conséquence pas de montrer que Rousseau, en tant qu'il restructure nouvellement une tradition, serait au sens strict un sociologue possible avant la lettre, mais de manifester la présence dans son système d'une nouveauté, d'un certain nombre de concepts hérités de l'Antiquité et reconstruits par lui dans une perspective moderne. Ces concepts qui perdurent et s'implantent dans un certain nombre de systèmes sociologiques ultérieurs, et les structurent de manière conséquente (nature, loi naturelle, droit naturel, contrat etc...) parviennent, semble-t-il, la plupart du temps, à jouer leur rÔle, non seulement à l'insu des auteurs, mais aussi en dépit de leurs dénégations et rejets d'un système jugé par eux trop métaphysique. S'il est vrai que Rousseau installe tous ces concepts, et en particulier l'opposition nature / contrat dans ce qui se constituera comme Modernité, nous pensons que l'on n'est pas pour autant fondé à estimer qu'il existe une solution de continuité entre la démarche rousseauiste et la constitution ultérieure de la Sociologie. La création et l'innovation nous semblent relever de la rupture et de l'émancipation à l'égard de formes traditionnelles, et se constituer et se nourrir pourtant de cette tradition. Notre conception du surgissement de la nouveauté comme rupture est une conception nécessairement non positiviste ; le positivisme trouve en effet son fondement dans une conception continuiste et progressiste, dans la postulation d'un développement téléologique et en quelque sorte préformiste, c'est-à-dire dont la fin se trouve inscrite en puis... sance au commencement. C'est là nous semble-t-il, en dépit de toutes les dénégations de Comte, un résidu métaphysique, en tous les cas téléologique, voire même théologique.

27

Tout au contraire, il nous semble que la science sociologique se constitue comme les autres sciences, tout à la fois par ruptures et par reprises; par rupture à l'égard d'une tradition antique véhiculée et en partie synthétisée et accordée à la Modernité par Rousseau, (mais aussi élaborée partiellement par d'autres penseurs politiques dont nous convoquerons les théories), et par reprises plus ou moins critiques de cette même tradition à un autre niveau. Et à supposer qu'une science du lien social soit possible, nous estimons qu'elle devrait avoir totalement consacré sa rupture avec l'état archaïque de la notion, c'est-à-dire l'avoir accepté et intégré, par un dépassement qui en est en même temps la reconnaissance, la conservation et la transmutation réussie. Donc, au sens strict, nous ne concevons pas Rousseau comme un précurseur18, bien que nombre de ses conceptions trament les problématiques de certains sociologues fondateurs, serait-ce sur un mode négatif, mais plutôt comme un novateur. Nous estimons que Rousseau met en place une théorie du lien social en quelque manière incontournable, en particulier dans sa dimension à la fois contractuelle et pourtant naturaliste; théorie qui dans l'ensemble n'a pas eu de postérité sociologique directe, mais bien plutôt juridique, institutionnelle et politique. Sa théorie du contrat social n'a pas été l'objet d'un accueil favorable de la part de certaines
18. "Trois concepts me paraissent particulièrement importants: récurrence, rupture, connaissance commune. L 'histoire des sciences doit être récurrente, nous dit Bachelard, c'est-à-dire que c'èst à partir d'une connaissance de l'état actuel du débat scientifique que sera 'interrogé le passé d'une science. Cette notion de récurrence permet d'évacuer toute conception du "précurseur", comme l'écrit G. Canguilhem: "C'est cet éclairage récurrent qui doit empêcher l'historien de prendre des persistances de termes pour des identités de concepts, des invocations de faits d'observation analogues pour des parentés de méthode et de questionnement (ou) (Canguilhem, Idéologie et rationalité dans les sciences de la vie, Paris, Vrin, 1977, page 21.) C'est-à-dire que la méthode par récurrence permet de définir dans une histoire les limites d'une problématique et exclut toute recherche d'une origine dans la constitution du discours scientifique. Elle permet aussi de reconstituer le processus par lequel une nouvelle problématique apparaît et que Bachelard nomme rupture." Bruno Péquignot, Pour une critique de la raison anthropologique, Logiques Sociales, L'Harmattan, Paris, 1990, page 21. 28