Armement et ve République

De

Les premières années de la ve République ont vu dans le domaine de l'armement une série de réorganisations et de décisions qui ont commandé pendant des années la situation de ce secteur, souvent jusqu'à aujourd'hui. Cet ouvrage, auquel participent aussi bien des historiens que des acteurs majeurs de l'époque, replace cette question complexe dans ses différents cadres : institutionnel (création de la Délégation ministérielle pour l'armement), économique et financier (premières lois de programmation militaire, exportation d'armes), innovation technique (Mirage IV, circuits intégrés). Le contexte international et les politiques publiques ont ici un fort impact et sont étudiés en détail : que ce soit les rapports avec l'OTAN pour l'armée de l'air, la genèse de la force de dissuasion nucléaire avec le choix de ses différents vecteurs ou l'industrie de l'hélicoptère lors de la guerre d'Algérie, la coopération industrielle avec l'Angleterre ou l'Allemagne. Cet ouvrage de synthèse qui est pionnier en la matière ouvre de larges perspectives tant sur les relations internationales que sur l'histoire économique et industrielle de la France gaullienne.


Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782271078278
Nombre de pages : 414
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture

Armement et ve République

Fin des années 1950 - fin des années 1960

Maurice Vaïsse (dir.)
  • Éditeur : CNRS Éditions
  • Année d'édition : 2002
  • Date de mise en ligne : 26 juin 2013
  • Collection : Histoire
  • ISBN électronique : 9782271078278

OpenEdition Books

http://books.openedition.org

Référence électronique :

VAÏSSE, Maurice (dir.). Armement et ve République : Fin des années 1950 - fin des années 1960. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 2002 (généré le 17 décembre 2013). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/editionscnrs/3241>. ISBN : 9782271078278.

Édition imprimée :
  • ISBN : 9782271060112
  • Nombre de pages : 414

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation :
http://www.openedition.org/6540

Les premières années de la ve République ont vu dans le domaine de l'armement une série de réorganisations et de décisions qui ont commandé pendant des années la situation de ce secteur, souvent jusqu'à aujourd'hui. Cet ouvrage, auquel participent aussi bien des historiens que des acteurs majeurs de l'époque, replace cette question complexe dans ses différents cadres : institutionnel (création de la Délégation ministérielle pour l'armement), économique et financier (premières lois de programmation militaire, exportation d'armes), innovation technique (Mirage IV, circuits intégrés).
Le contexte international et les politiques publiques ont ici un fort impact et sont étudiés en détail : que ce soit les rapports avec l'OTAN pour l'armée de l'air, la genèse de la force de dissuasion nucléaire avec le choix de ses différents vecteurs ou l'industrie de l'hélicoptère lors de la guerre d'Algérie, la coopération industrielle avec l'Angleterre ou l'Allemagne. Cet ouvrage de synthèse qui est pionnier en la matière ouvre de larges perspectives tant sur les relations internationales que sur l'histoire économique et industrielle de la France gaullienne.

Sommaire
  1. Préface

    Pierre Messmer
  2. Introduction

    Maurice Vaïsse
  3. Table des sigles

  4. Première partie. Le cadre général

    1. I. Le cadre institutionnel

      1. Innovation technique, fonctionnement des institutions et politique : créer la DMA et concevoir les missiles de la force de frappe française

        Dominique Pestre
      2. Les corps d’ingénieurs militaires et les débuts de la Délégation ministérielle pour l’armement (1961-1968)

        Anne Rasmussen
        1. L’AFFIRMATION DE LA REFORME DE LA DMA
        2. LES ACTEURS DE LA NOUVELLE POLITIQUE
        3. LES MOYENS MIS EN ŒUVRE
      3. Débat

    1. II. Le cadre économique et financier

      1. Le contexte économique et financier des deux premières lois de programme militaire

        Christian Schmidt et Guy Vidal
        1. INTRODUCTION : LES CONTRAINTES ET LES CHOIX
        2. L’ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER DE 1960 À 1970
        3. LA PREMIÈRE LOI DE PROGRAMME MILITAIRE (1960-1964) : UN PROGRAMME RESPECTÉ AVEC UN MINIMUM DE DÉRAPAGE FINANCIER
        4. LA SECONDE LOI DE PROGRAMME MILITAIRE (1965-1970) : UN NOYAU DUR RESPECTÉ AU PRIX DE REPORTS ET D’ALLONGEMENTS DES DÉLAIS D’EXÉCUTION
        5. CONCEPTION ET RÉALISATION
        6. CONCLUSION : UN BILAN ÉCONOMIQUE PROVISOIRE
      2. Le fait nucléaire à travers l’évolution du budget de la Marine (1959-1970)

        Patrick Boureille
        1. LA MARINE, UNE ARMÉE APPAREMMENT PRIVILÉGIÉE
        2. IMPACT DE LA CRÉATION DE LA FNS SUR LA MARINE NATIONALE
        3. CONCLUSION
      3. Les budgets de l’armée de l’air dans les années 1960

        Michel Fleurence
        1. LE CONTEXTE GÉNÉRAL : RUPTURES AVEC LE PASSÉ
        2. D’ABORD FONCTIONNER, ENSUITE INVESTIR
        3. L’ÉVOLUTION DE L’OUTIL MILITAIRE « AIR »
      4. Débat

  1. Deuxième partie. Le poids de la guerre d'Algérie et les aspects internationaux

    1. I. La guerre d'Algérie

      1. L’armée de l’air en Algérie, 1954-1962

        Philippe Gras
        1. INTRODUCTION : L’ARMÉE DE L’AIR À LA CROISÉE DES CHEMINS
        2. UN ENGAGEMENT AÉRIEN TOUJOURS PLUS IMPORTANT
        3. L’ALGERIE, UN FARDEAU POUR L’ARMEE DE L’AIR
        4. L’AVIATION LÉGÈRE EN ALGÉRIE
        5. CONCLUSION
    1. II. La coopération en matière d'armement

      1. La coopération en matière d’armement air

        Général François Maurin
        1. LE TRANSALL
        2. LE JAGUAR
      2. La production aéronautique et les prémices de la coopération : entre partage industriel et préservation technologique

        Alexis Hamel
        1. L’INFLUENCE TECHNOLOGIQUE ET ADMINISTRATIVE DE LA COOPÉRATION TRANSATLANTIQUE DE 1958
        2. LES RÉPERCUSSIONS POLITIQUES ET INDUSTRIELLES DE L’ACCORD FRANCO-BRITANNIQUE DE 1965
        3. CONCLUSION
      3. Les coopérations européennes dans l’industrie de l’hélicoptère

        Marc-Daniel Seiffert
        1. INTRODUCTION
        2. LES COOPÉRATIONS EUROPÉENNES DANS L’AÉRONAUTIQUE : DIFFICULTÉS ET NÉCESSITÉS
        3. LA COOPÉRATION FRANCO-ALLEMANDE « CACHÉE » AVEC BÖLKOW
        4. LA COOPÉRATION FRANCO-BRITANNIQUE « OUVERTE » AVEC WESTLAND
        5. CONCLUSION
      4. Relations franco-allemandes dans le domaine des armements terrestres au début de la Ve République : sur les chemins de la coopération

        Bertrand Robineau
        1. LE CADRE « INSTITUTIONNEL »
        2. LE CHAR STANDARD FRANCO-ALLEMAND – UNE OCCASION MANQUÉE ?
        3. NAISSANCE DES PROGRAMMES FRANCO-ALLEMANDS MILAN, HOT, ROLAND : UNE COOPÉRATION RÉUSSIE ?
        4. L’ORGANISATION ET LES HOMMES
      5. Débat

    1. III. L'armement et l'OTAN

      1. Le retrait des structures militaires intégrées de l’Alliance atlantique et ses conséquences sur l’armement de l’armée de l’air

        Patrick Facon
        1. L’ARMÉE DE L’AIR DANS L’OTAN
        2. CRAINTES ET APPRÉHENSIONS DES AVIATEURS
        3. UN AVENIR APRÈS L’OTAN ?
        4. CONCLUSION
      2. Débat

  1. Troisième partie. La fabrication et le commerce des armes

    1. Développement des véhicules de combat dans l’industrie privée

      François Bedaux et Hubert Puga
      1. PANHARD
      2. SCHNEIDER-CREUSOT-LOIRE
      3. CONCLUSION
    2. Le Mirage IV, arme de précocité

      Jean Forestier
      1. INTRODUCTION
      2. LES ORIGINES (1956-1959)
      3. LA CARRIERE DU 01
      4. LA GESTION DU PROGRAMME SASP MIRAGE IV A
      5. LE PARALLÈLE AVEC LE TSR2
      6. CONCLUSION
    3. La genèse du système d’arme stratégique piloté Mirage IV (1956-1964)

      Claude Carlier
      1. DE L’INTERCEPTEUR MIRAGE IV AU BOMBARDIER MIRAGE IV
      2. DE NOUVELLES ORIENTATIONS POLITIQUES
      3. LE MIRAGE IV B
      4. LE MIRAGE IV 01
      5. DU MIRAGE IV B AU MIRAGE IV A
      6. LES MIRAGE IV A PROTOTYPES (02, 03, 04)
      7. CONTRATS ET PRODUCTION EN SÉRIE
      8. LE MIRAGE IV DANS L’ARMÉE DE L’AIR
      9. L’INTÉRÊT DE L’ETRANGER POUR LE MIRAGE IV
      10. CONCLUSION
    1. Débat

    2. Les porte-avions Clemenceau et Foch et leur aéronautique

      Philippe Quérel
      1. INTRODUCTION
      2. LES PORTE-AVIONS
      3. LES AVIONS
      4. CONCLUSION
    3. Les missiles de la Marine de 1968 à 1970

      Maurice Brunet
      1. LES MISSILES TACTIQUES
      2. LES MISSILES STRATÉGIQUES
    4. La participation du ministère de la Défense au démarrage de l’industrie des circuits intégrés en France, de 1960 à 1965

      Alain Crémieux et Charles-Antoine Schwanhard
      1. PRÉSENTATION
      2. LES ACTEURS DE L’ÉPOQUE
      3. LES IDÉES À LA BASE DU DEVELOPPEMENT DES CIRCUITS INTÉGRÉS MONOLITHIQUES ET DE L’INTÉRÊT PORTÉ PAR LES ARMÉES
      4. LES SOMMES CONSACRÉES PAR LA DÉFENSE AUX CIRCUITS INTÉGRÉS
      5. CONCLUSION
    5. Les exportations françaises d’armement au début de la Ve République : la mise en place des éléments d’une politique

      Jean-Paul Hébert
      1. MESURE ÉCONOMIQUE GLOBALE DES EXPORTATIONS D’ARMEMENT AU DÉBUT DE LA Ve RÉPUBLIQUE
      2. CLIENTS, MARCHÉS ET PRODUITS
    1. Débat

  1. Quatrième partie. L'Arme atomique et ses vecteurs

    1. I. L'arme atomique

      1. La genèse de la force de dissuasion nucléaire française

        Jacques Chevallier
        1. LES ARMES NUCLÉAIRES
        2. LA PROPULSION NUCLÉAIRE
      2. Les décisions concernant l’armement nucléaire : pourquoi, comment, quand ?

        Amiral Marcel Duval
        1. L’HÉRITAGE DE LA IVe RÉPUBLIQUE
        2. LE PROCESSUS DE DÉCISION SOUS DE GAULLE
        3. LA PROGRAMMATION DE LA FORCE NUCLÉAIRE STRATÉGIQUE
        4. LE DÉVELOPPEMENT DE LA BOMBE ET DES OGIVES NUCLÉAIRES
        5. LE DÉVELOPPEMENT DES VECTEURS DE L’ARME NUCLÉAIRE
        6. LA MISE SUR PIED DES FORCES NUCLÉAIRES TACTIQUES
        7. CONCLUSIONS
      3. Non-prolifération et coopération nucléaire de la France : les débuts de la Ve République

        Béatrice Faillès
        1. LES ENGINS SPÉCIAUX : RELAIS DE L’ARME, VECTEURS DE PROLIFÉRATION
        2. CADRE OTAN OU/ET SOLUTION BILATÉRALE ?
        3. UNE CERTAINE FAISABILITÉ TECHNIQUE
        4. ENGIN RUSTIQUE OU SYMBOLE DE PUISSANCE NATIONALE ?
        5. NÉGOCIATIONS DIPLOMATIQUES ET ÉCHANGES TECHNIQUES
        6. EN CONCLUSION
      4. Débat

    1. II. Les vecteurs

      1. Les engins spéciaux et les fusées à l’ONERA de 1956 à 1966

        Philippe Varnoteaux
        1. LES ENGINS SPÉCIAUX DE L’ONERA À LA FIN DES ANNÉES 1950
        2. LE TOURNANT DES ANNÉES 1957-1959
        3. 1959-1966, LES ANNÉES FUSÉES
      2. La construction du Redoutable

        Jean Touffait
        1. LA VOLONTE POLITIQUE
        2. L’ORGANISATION
        3. LA MÉTHODOLOGIE
        4. LANCEMENT DES MISSILES
        5. LES HOMMES
        6. UNE ŒUVRE BIEN FRANÇAISE
        7. CONCLUSION
      3. Les rapports franco-américains dans le domaine des vecteurs au début des années 1960

        Lorenza Sebesta
        1. LES MISSILES BALISTIQUES À MOYENNE PORTÉE : AIDES TECHNIQUES BILATÉRALES, INSTALLATION DES MISSILES AMÉRICAINS OU FABRICATION EN COMMUN D’ENGINS OTAN ?
        2. LE « VIRAGE ENGINS » EN FRANCE ET LES AIDES TECHNIQUES
        3. LES BRITANNIQUES ENTRENT EN SCÈNE : UNE NUCLEAR TRUSTEESHIP POUR L’EUROPE ?
        4. LA NOUVELLE ADMINISTRATION AMÉRICAINE ET LES PÉRIPÉTIES DU PLAN FOUCHET
        5. UNE HISTOIRE SANS FIN…
      4. Missiles et lanceurs spatiaux : la France gaullienne relève un défi technologique et politique (1958-1964)

        Olivier Huwart
        1. CONSTRUIRE UNE FORCE DE DISSUASION NUCLÉAIRE : UN DÉFI TECHNIQUE ET UN OBJECTIF POLITIQUE PRIORITAIRE
        2. POUDRE OU LIQUIDES, LE DIFFICILE CHOIX D’UN ERGOL
        3. LA MISE SUR ORBITE DU PREMIER SATELLITE FRANÇAIS : UN NOUVEAU DÉFI, MAIS DES RÉSULTATS ACCESSIBLES À MOYEN TERME
        4. L’ESPOIR D’UNE SOLUTION EUROPÉENNE
        5. LE TEMPS DES DÉSILLUSIONS OU LA FAILLITE DU PROGRAMME EUROPA
        6. DE LA CRÉATION DE LA DMA AUX SUCCÈS DES « PIERRES PRÉCIEUSES » : LE CHOIX D’UNE VOIE PUREMENT NATIONALE
  1. Conclusions

    Maurice Vaïsse
  2. Bibliographie

  3. Index des noms cités

  4. Les auteurs

Préface

Pierre Messmer

1En 1945, au lendemain de la guerre, l’industrie française d’armement était en ruine. La IVe République entreprit sa reconstruction et, grâce au travail des ingénieurs et des ouvriers, les usines et les arsenaux recommencèrent bientôt à construire avions, chars et navires, en même temps qu’ils assuraient l’entretien des matériels américains que nos armées avaient reçus pendant la guerre et continuaient de recevoir pour participer à la défense contre la menace soviétique.

2La réalisation de matériels français modernes demandait du temps, de l’argent, une volonté politique. On ne perdit pas de temps, mais l’argent manquait : les crédits militaires étaient dévorés par les guerres coloniales – Indochine, Algérie – auxquelles la IVe République avait, bien à tort, accordé la priorité.

3Dès le début de la Ve République, le général de Gaulle donna une impulsion décisive à la politique nationale d’armement en imposant, dès la première « loi-cadre relative à certains équipements militaires », adoptée non sans mal en 1960, un programme d’armes nucléaires qui bouleversait la stratégie industrielle française.

4En même temps, la réorganisation du ministère faisait disparaître définitivement les anciens secrétariats d’État à la Guerre, à la Marine et à l’Air, maintenus par la IVe République et qui défendaient jalousement leur autorité sur les directions techniques responsables de la conception des systèmes d’armes terrestres, navals et aériens. La création d’une délégation ministérielle devenue plus tard délégation générale plaçait, pour la première fois dans notre histoire, toutes les fabrications d’armement sous une seule autorité. Pendant les deux guerres mondiales, nos éphémères ministères de l’armement n’y avaient pas réussi.

5La fin de la guerre d’Algérie, en 1962, permit d’attribuer aux armes les crédits nécessaires sans imposer aux Français une charge supplémentaire : les économies réalisées grâce à la réduction massive des effectifs, de 1 030 000 à 550 000 hommes, furent affectées aux dépenses d’équipement. Le titre V (investissements) du budget des armées équilibra et même dépassa le titre III (fonctionnement).

6L’outil industriel, largement contrôlé par l’État, était complexe et inadapté, tantôt surdimensionné, tantôt exagérément dispersé, parfois obsolète. Des établissements furent reconvertis, d’autres fermés – principalement des fabrications d’armes terrestres –, des sociétés nationales d’aéronautique fusionnées. Dans la décennie des années soixante qu’un économiste, Jean Fourastié, a placée au centre de ce qu’il appelle « les Trentes Glorieuses » (1945-1974), ce changement de stratégie a été réalisé sans crise sociale puisque le plein emploi était assuré.

7La fusion des corps d’ingénieurs souleva plus de difficultés et de critiques. Cinq corps d’ingénieurs de direction et six corps d’ingénieurs des travaux travaillaient, parfois en concurrence, sur les mêmes techniques et des projets comparables sinon concurrents.

8Les explosifs nucléaires, la propulsion des engins intéressaient les programmes des trois armées et l’électronique envahissait progressivement tous les systèmes d’armes, au point que les avions, les navires, les chars de combat seraient bientôt bourrés d’électronique. Il fallait en accepter les conséquences.

9La loi du 21 septembre 1967 prononçant la fusion des corps d’ingénieurs militaires fut la conclusion de la première et grande réforme des fabrications d’armement sous la Ve République.

Introduction

Maurice Vaïsse

1Dès 1995, le Centre d’études d’histoire de la Défense (CEHD) avait amorcé une série de colloques sur les questions d’armement en France après la Seconde Guerre mondiale. L’armement était en effet le parent pauvre des études en histoire militaire. On s’intéressait volontiers aux opérations militaires, aux doctrines, aux rapports politico-militaires, aux différentes armées. Les recherches sur les questions d’armement étaient curieusement délaissées. La faute n’en était pas seulement aux chercheurs. La technicité du sujet, la difficulté d’accès aux sources constituent des freins importants à une recherche bien nécessaire. Car, à l’évidence, les armements sont indissociables des armées, et n’a-t-on pas imputé aux déficiences de l’armement les revers militaires ? En outre, l’étude des armements est passionnante en ceci qu’elle se trouve au carrefour des questions militaire, financière, technique ou industrielle.

2Le colloque de juin 1995 sur l’armement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (1945-1947) et celui de septembre 1997 sur l’armement au temps de la IVe République ont fait l’objet de publications1.

3Voici les actes du troisième colloque consacré au début de la Ve République, plus exactement à la période allant de la fin des années 1950 à la fin des années 1960.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.