Auschwitz, l'impossible regard

De
Publié par

Auschwitz est comme un trou dans notre histoire, au-delà même d’une tragédie, si l’on donne à ce terme les connotations nobles et élevées qu’on lui associe d’ordinaire. Dès lors, la question, pour nous tous, est de savoir dans quel espace nous pouvons vivre si nous acceptons d’ « habiter cette catastrophe », si, au lieu de vouloir l’intégrer dans un ordre quelconque en essayant d’en tirer des leçons, nous la vivons comme indépassable.Ce livre passe en revue les catégories devenues classiques pour analyser la Shoah : génocide, banalité du mal, devoir de mémoire... Il les critique toutes. Il ne les refuse pas, mais s’efforce, respectueusement, d’en montrer les limites. Par sa seule existence, la Shoah récuse d’une manière abyssale nombre de présupposés de la tradition philosophique et politique occidentale : par exemple la représentation de l’homme comme « animal raisonnable » et l’opposition entre cette rationalité et des passions qu’il faudrait dompter. Elle nous oblige à reconsidérer l’histoire de l’Occident, et à repenser l’homme.Si le sol de nos certitudes est ainsi ébranlé d’une manière décisive, dans quelle « maison » pouvons-nous vivre désormais ? Fabrice Midal nous fait entendre la parole de Nelly Sachs et de Paul Celan : la « cabane » dans laquelle nous séjournerons ne pourra plus annuler notre exil.
Publié le : jeudi 6 septembre 2012
Lecture(s) : 36
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021091243
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
AUSCHWITZ, L’IMPOSSIBLE REGARD
Extrait de la publication
FABRICE MIDAL
AUSCHWITZ, L’IMPOSSIBLE REGARD
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
ISBN9782021091250
©ÉDITIONSDUSEUIL,SEPTEMBRE2012
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à uneutilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitueune contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
À Paulette Tyszler
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Chapitre 1
Auschwitz et la Pologne
Je fais de manière récurrente ce rêve dans lequel 1 je pressens que les nazis vont venir m’arrêter . Il faut me préparer à leur venue. Je commence à ranger des affaires. Mais l’imminence de leur arrivée est si angois sante que je me réveille, dans un état de terreur. Quelqu’un à qui j’en fais part me dit que je dois ressentir une sorte d’inquiétude qui se mani feste ainsi. Mais non. Non, cela ne vient pas de moi. Cela est lié à
1. J’ai rédigé une première version de ce livre entre ma vingtseptième et ma trentedeuxième année. Il m’a fallu ensuite un peu plus de douze ans pour réussir à mettre en ordre ce récit, c’estàdire à l’écrire, mais surtout à penser l’effroi où il s’avance.
9
Extrait de la publication
AUSCHWITZ,LIMPOSSIBLEREGARD
la mémoire de tous les miens assassinés – et j’en suis littéralement hanté. Cette terreur, je ne cesse pas de la vivre. Je m’attends toujours à ce que les nazis viennent. Voilà, ils vont venir. Je ne comprends abso lument pas comment il est possible que je sois toujours vivant.
* * *
« Le 21 octobre 1944, nous fûmes déportés àAuschwitz. Entassés les uns sur les autres et àmoitié étouffés, nous partîmes dans des wagons fermés. Tout le monde s’était dit adieu, car nous savions que des fours crématoires et des chambres à gaz nous attendaient. Nous en avions parlé souvent, mais personne ne pouvait se représenter au juste comment tout cela se passerait. Aprèsnotre arrivée, le soir, à Auschwitz, on nous conduisit à Birkenau. Nous vîmes de loin le ciel qui était rouge, comme pendant un incendie. Malgré tout ce que nous avions subi, nous ne pouvions pas nous imaginer que c’étaient des êtres humains qui brûlaient. Ce n’était pas de la fumée,
10
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le dilemme

de editions-du-pantheon

Tant que la terre pleurera

de casterman-jeunesse