Aux frontières du genre

De
Publié par

Le genre est un concept sociologique aux conceptions multiples. Qu'est-ce que le genre dans d'autres sociétés ? Comment se répètent les normes de genre ? Qu'est-ce qui redéfinit la question du genre aujourd'hui ? Les codes sociaux et moraux ont toujours endigué les rapports de genre dans une "normalité". La religion, la nature ou la science ont donné naissance au concept de "genre" ou de "sexe", figeant une asymétrie entre hommes et femmes observable au travail, dans le couple ou dans les médias.
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 104
Tags :
EAN13 : 9782296483934
Nombre de pages : 162
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Aux

frontières

du

genre

ogiqes oiles
Collection dirigée parBruno Péquignot

En réunissant des chercheurs des praticiens et des essayistes même
si la dominante reste universitaire la collectionLogiques Sociales
entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et laction
sociale
En laissant toute liberté théorique aux auteurs elle cherche à
promouvoir les recherches qui partent dun terrain dune enquête ou
dune expérience qui augmentent la connaissance empirique des
phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique
ou théorique voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes
conceptuels classiques

Dernières prtions

Colette MÉCHINLaFabrique des prénoms 
YrisERTUGRALdésir de maternité et la mort depuisLe
la légalisation de la contraception et de l’avortement

UlrichBRAND Michael LÖWYGlobalisation et crise
écologique Une critique de l’économie politique par des
écologistes allemands 
FredDERVINImpostures interculturelles 
AnneLise SERAZINVies de travail en LoireAtlantique
au XXe siècle Traversées du siècle 
JacquelineDEGUISELEROYLes solidarités à
lépreuve de la pauvretéExpériences anglaises et
françaises auxXIXEetXXesiècles 
WilliamGASPARINI et Lilian PICHOT sous la dir de
Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des
organisations
AndréGOUNOTDenis JALLAT Michel KOEBEL sous
ladir deLes usages politiques du football 

VCAT SCGUE

urage dirigé parArnaudAlessandrin

Aux

frontières

du

genre

Du même auteur 

Les sociologues dans la cité : face
L’Harmattan collection Logiques Sociales

© armattan 
 rue de lÉcoleolytechnique   aris
httpwwwlibrairieharmattancom
diffusionharmattanwanadoofr
harmattanwanadoofr
SB  
EA  

au

travail

/bKK%~$R

Le genre :
Entre frontières géographiques etfrontièresthéoriques .............9

Présentation des auteurs ...........................................................11

INTRODUCTION
Genre :travauxen cours… Le pointdevue d’un « parrain » ..13
Daniel Welzer Lang

Genre, féminisme(s) et féminité(s) ........................................29

Il s’agitd’être attentif aux« mouvements dans la culture ».....31
Éric Macé

Femmes etsphère publique auSénégal :
arrêtsurunevisibilité à bifurcation
Quelle perspective pour les questions de genre ? .....................35
Awa Diop

Comment, par les expériences de subjectivations féministes,
puis-je énoncer que l’on soitné(e) féministe dans les sociétés
arabes ? Élémentpour déconstruire les normes féministes
eurocentriqus...e........................................5................................3
Roa’a Gharaibeh

Le rôle de latélévision dans latransformation des identités
etles rapports de genre dans les pays arabes............................69
Hasna Hussein

Genre et institutions ...............................................................85

Les hésitations de la parité professionnelle etpolitique ...........87
Yves Raibaud

Dispositifs etdispositions genrées dans l'acquisition
d'un leadership politique local :
un cas de masculinité égalitaire stratégique..............................93
ClémentArambourou

Les rapports de genre dans le champ dusoin .........................107
Marie Levif

Genre et transgression .........................................................117

Commentapprend-on à signer son genre ?.............................119
Brigitte Bellebeau

La conversion comme outil de recomposition des normes
de genre dansune Église chinoise de Bordeaux.....................125
Pierre Vendassi

Droit, psychiatrie etcorps Trans :
Untriple débordement..........1..14................................................
Arnaud Alessandrin

AUX FRONTIERES DU GENRE
Conclusion par Arnaud Alessandrin
Pour l’association Vocation sociologue .................................157

8

@_ a_im_6

Riom_ `mjioc1m_n a0jamZkbclp_n
_o `mjioc1m_n ob0jmclp_n

S’il est un conceptsociologique auxconceptions multiples,
c’estbien le genre. Nous ne pouvions donc pas nous permettre
de le questionner sans donner l’occasion auxdifférentes
sciences humaines etsociales d’en proposer leurs définitions.
Qu'est-ce que le genre dans d’autres sociétés ? Commentse
caractérisentles hiérarchies etles inégalités genrées ? Comment
se répètentles normes de genre ?
De plus, l’arsenal normatif entermes de genretend à être
discuté par l’éclosion de phénomènes qui nécessitentde
repenser ces normes (mouvements féministes, populations
transsexuelles…) Qu'est-ce qui redéfinitla question dugenre
aujourd’hu Qi ?uelles normes sontcontrariées ? Qui les
contrarie ?
Dans Justine oules malheurs de lavertuSade écrivait: « Ne
te contiens donc point, narguetes lois,tes conventions sociales
et tes Dieux».
Detout temps les codes sociaux, les codes moraux, qu’ils
soientfamiliaux, sexuels, sexués ougenrés, ontendigué les
individus dansun devenir qui, par répétition, enracinaitles
rapports de genre dansune « normalité ». La religion, la nature
oula science ont tour àtour donnévie auxconcepts de
« genre » oude « sexe », cristallisant une asymétrie entre

hommes etfemmes observable encore aujourd’hui au travail,
dans le couple oubien dans les médias.
C’estla remise en cause de cette série
cœur de cette rencontre.

10

d’évidences

qui

est

au

mm0n_ioZocji ^_n Zpo_pmn

Daniel WelzerLang estProfesseur de sociologie à l’Université
Toulouse Le Mirail etspécialiste des masculinités.
Éric Macéestprofesseur de sociologie à l’université
Bordeaux2(LAPSAC). Il estaussi Chercheur associé au
CADIS etenseignantà Sciences Po Paris
Awa Diopestdoctorante en sociologie à l’université
Bordeaux2(LAPSAC). Elleyprépareunethèse sur la place des
femmes dans la sphère publique sénégalaise.
Roa’a Garaibehestdoctorante en sociologie à l’université
Bordeaux2(LAPSAC). Sestravauxportentsur les expériences
de subjectivation féministes dans des pays arabes.
Hasna Husseinestdoctorante en sociologie à l’université
Bordeaux 2(LAPSAC) oùelle effectueunethèse sur la
télévision etles rapports de genre dans les pays arabes.
Yves Raibaudestmaître de conférence IUT Michel de
Montaigne, Bordeaux 3(ADES) etchercheur associé à la
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.
Clément Arambourouestdoctorantmoniteur à l’IEP de
Bordeaux(SPIRIT). Il effectue actuellementsathèse sur les
différentes ressources etcontraintes des hommes politiques.
Marie Levifestdoctorante à l’université Bordeaux 2
(LAPSAC). Elle effectue sathèse sur l’intégration des normes
qualité en établissements de santé.

Brigitte Bellebeauestprofesseure agrégée de philosophie et
doctorante à l’université Bordeaux 3oùelle effectueunethèse
sur l’éthique dans l’œuvre de Judith Butler.

Arnaud Alessandrinestdoctoranten sociologie à l’université
Bordeaux 2(LAPSAC). Sathèse, sous la direction d’Éric Macé,
porte sur les parcours Trans.

Pierre Vendassiestdoctoranten sociologie à l’université
Bordeaux 2(LAPSAC). Iltravaille actuellementsur les
nouvelles formes duchristianisme en Chine.

12

~V:$bFE;:~bV

h_im_6omZqZpt _i ]jpmnq
@_ kjcio ^_ qp_ ^~i kZmmZcip
pn

FZic_f[_fv_m@Zia

mZmmZciq
Lestextes de ce recueil sontissus d’un séminaire de
doctorant-e-s de Bordeauxqui m’ontinvit parrain »é comme «
à leur rencontre annuelle. Etc’està cetitre qu’ils/elles m’ont
demandé d’écrire ces quelques lignes d’introduction. Je me suis
longuementdemandé quelle étaitla place d’un « parrain » dans
ce style de journée. Etque devais-jeydire ? Remarquezque le
terme estjoli etparticulier. Dans le champ des études sur les
sexualités, leterme estparfois aussi ambigu… Devais-je jouer
auprof annotant, etcorrigeantles papiers préparatoires ?
L’habitus reprenantle dessus, l’attitude estfacile,tentante car
quasi paresseuse. Pourtant, chacun-e dispose déjà d’un-e prof,
donc quel intérêtd’en avoirun-e deux Faième ?ut-il pour les
garçons, entoutcas les personnes habillées en garçon, porter
ceinture etbretelle ? On en saitle peude pertinence. Alors, j’ai
lu, relu, annoté les papiers… Et un dimanche, en allantà mon
sauna favori, j’ai eul’idée… En fait, en2010, dansun
séminaire de3ecycle consacré augenre, donc avec des
doctorant-e-s qui ontdéjà pensé, réfléchi, modélisé leurs
questions, le faitREMARQUABLE estque nous avons affaire
avecun ensemble de définitions différentes dugenre. Nous
sommes en France aujourd’hui àuntournanthistorique où

n’existe pas encoreun consensus sur le cadre qui définit
l’adoption de ce… machin,tour àtour problématique,
paradigme, matrice culturelle, cetOTMI (objet théorique mâle
identifié) que l’on appelle en général le genre,voire parfois
LES genres.
J’ai alors relul’invitation, «le genre : entre frontières
géographiques et frontières théoriques». Il estproposé de
« donner l’occasion auxdifférentes sciences humaines et
sociales d’en proposer leurs définitions »,de réfléchir à ce
« qu’est genre dans d’autres sociétés ? Comment se caracté-
risent les hiérarchies et les inégalités genrées ? Comment se
répètent les normes de genre » ?
Mais, àtortouà raison, j’ai l’impression que le débatest
plusvaste. Derrière les interventions, on peutlire les frontières
disciplinaires -travaillantmoi-même actuellementavec des
artistes d’artcontemporain, j’en sais la richesse etles
difficultés. Le débatenglobe cette perspective, mais la dépasse
largement. L’ensemble des interventions (etdes papiers
annexés) est une belle photo desvisages dugenre dans
l’université française, dumoins de ces courants dugenre non
liés historiquementet/exclusivementauféminisme matérialiste
radical, aujourd’hui souventanti-queer etmoraliste, parfois
même avec des analyses - j’yreviendrai - naturalistes et
essentialistes de la catégorie « femme ».
xp_ ijpn ^jii_io)_io_i^m_ ]_n kZkc_mn ^_ f~0qjfpocji
^_ fZ kmj[f0hZoclp_ a_im_n
On peut, entoutcas je m’ysuis essayé dansun premier
temps, comparer ces papiers avec les analysestraditionnelles
qui problématisentles rapports entre sexe etgenre. L’essai fut
vain. Parce que lestravauxdes doctorant-e-s ne sontpas assez
avancés pour certain-e-s. Parce que lestextes se situentdéjà
ailleurs pour d’autres. Même si la problématisation précise des
rapports sexe/genre esthésitante [faut-il parler dugenre oudes
genres ?], l’apportdes recherches présentées ici estcentral pour
faire évoluer nos réflexions.

14

Il en estainsi de différentstravauxqui recadrentles analyses
«tradit en en monionnelles »trantl’eurocentrisme, quand ce
n’estpas dufranco-centrisme (Gharaibeh Roa'a, Hussein
Hasna), des papiers qui abordentconcrètementle masculin, ses
pratiques de genre, ses résistances auxchangements (Clément
Arambourou, Pierre Vendassi), ceuxqui intègrentimplicite-
mentce qui étaitencore peusoumis auxcritiques, à savoir les
effets des mouvements sociauxqui se revendiquentdu
féminisme « classiqu (e »Diop Awa). Sans même parler des
réflexions qui fontexploser le cadre classique etbinaire par
lequel nous pensons encore bien souventle genre (Alessandrin
Arnaud).
0ZffZ^_ ^_ a_im_
J’ai donc opté pourun autre regard sur cestextes. Une sorte,
on pourraitdireun genre, de ballade de genre qui essaie, de
mon pointdevue, d’en montrer quelquestraits saillants. En me
permettantdes digressions, des apports, qui sontà prendre pour
ce qu’ils sont:un regard décalé etamical pour faciliter débats
etavancées collectiv en q parrain »es. Un regard de «uelque
sorte. Etpuisque jetraque les questions de genre, les définitions
discutées, je commencerai par la mienne. Le pointdevue à
travers lequel je lis, analyse, interprète, lestravauxprésentés.
Si j’avais aujourd’hui à définir le genre, en essayantd’en
avoirunevision large qui englobe aussi lesthèses présentées
ici, je dirais que le genre estle système sociopolitique qui
construit, organise ethiérarchise la pseudo-naturalité des
catégories sociales de sexe (le sexe ditbiologique) en légitimant
la domination masculine hétéronormative.
:mZqZpt _i ]jpmnq
Diop Awa, nous présente dans son papierun regard nouveau
sur les formes de contestation de la domination masculine au
Sénégal. Elle nous explicite deuxfigures de femmes
sénégalaises : la figure positive, etla figure négative, celle qui
« faitscandale ». Les figures positives sontintégrées à la
mythologie nationale. Femmes populaires servantde modèle

15

« genré » à la nation. Femmes soumises, dociles, se disant
combattantes pour l’égalité des sexes, elles seveulent
rassurantes pour les hommes. Pour elles sontcitées :« les
féministes intellectuelles, les femmes d’affaires, certaines
romancières ».
Notre collègue les qu acalifie d’«trices de l’antisexisme ».
D’autre part scandale, les «uses » qui ontd’autres codes. Pour
elles sontévoquées : nouvelles, mondialisation,« valeurs
globalisation culturelle, monde urbanisé, allégement des
pesanteurs sociales et des tabous, enrichissement professionnel,
opportunités artistiques, culturelles et médiatiques ».Le papier
nous dit:« Elles font du scandale un canevas qui leur permet
d’être connues et populaires même si elles ne reçoivent pas
bien l’accusation publique accompagnant l’action normalisa-
trice ». EtDiop Awa de s’interroger sur ce d’une« passage
féminité sacralisée à une féminité désacralisée »,la place de la
« féminité exubérante »dans la sphère publique. Bref quelle est
la place duscandale ?« De cette floraison marquée des
scandales au féminin, cette banalisation des scandales ».Est-ce
«le début de l’acceptation d’une visibilité publique féminine
s’accompagnant de déviance ? »On estdansune analyse de
genre qui respecte la bipartition par sexe, mais Diop Awa
propose d’analyser les écarts (les scandales) à la féminité
classique, positive, l’adoption de la provocation, de
l’exubérance, commeune réponse féminine (= de femmes) au
sexisme qui règne auSénégal. Diten d’autrestermes, elle nous
suggère que la« chére » attitudeadoptée par des femmes
modernes,voire postmodernes est unevoie nouvelle de
contestation de l’ordre de genre auSénégal.
Même contestant, àtravers les « femmes positives » le
féminisme classique, les femmes, car dominées etopprimées,
en particu délier les «viant sones »tici présentées comme les
principales actrices de la déconstruction dugenre. Etcette
contestation estplurielle, incarnée par des actrices différentes.
Nous sommes dansune définition dugenre qui interroge le sexe
etses normes sexuées. Nous sommes aussi, le débatdu
séminaire l’a montré, dansune autre question : comment
nommer ces mouvements quitraversentla société sénégalaise ?

16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.