Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Publications similaires

Neeminah

de harmattan

Les Falaises mortes

de harmattan

T 4 &
Laure Dominique Agniel
Aux Marquises Une renaissance culturelle
2
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09009-2 EAN : 9782343090092re 1 édition : 1998
AUX MARQUISES
Laure Dominique Agniel AUX MARQUISES
Du même auteur
Gauguin aux Marquises, l’homme qui rêvait d’une île,Paris Tallandier, 2016
Viens voir comment vivent les Hommes,Paris, Les Equateurs, 2007Voyage au Tibet, sur les pas d’Alexandra David-Néel, Paris, Éditions du Garde-Temps, 2002 Tahiti, Marquises, sur les pas de Gauguin, Paris, Éditions du Garde-Temps, 2003 Et ceux qui vont en mer, Paris, Robert Laffont, 2002
6
À Jean-Pascal Couraud, Lucien Roo Kimitete, Jean-Luc Blain, Qui ont guidé mes pas aux Marquises.
8
Remerciements
Lucien Kimitete Yvonne Katupa Charles Tamarii Georges Teikiuupoko François Sarciaux Marie-Noëlle de Bergh-Ottino Pierre Ottino Tosca Kiersnowski Mary Keller Frère Omer Bernard Couronne Et tout particulièrement Armelle Buisine, Pour sa relecture attentive
Introduction
Aux Marquises, avant la terre, il y a la lumière : la pureté des premiers matins du monde, quand le soleil s’annonce derrière la silhouette noire de la montagne, l’irradie d’un halo jaune d’or avant d’apparaître, souverain. Lumière métallique des matins marquisiens. C’est bien plus qu’une aube. L’île recrée ces jours-là la naissance du monde, au temps où n’existaient que l’eau, l’océan désert, et qu’émergèrent tout à coup ces montagnes venues du ventre de la terre dans une féerie de feu et de lave rouge sang. Ce n’est pas un hasard si les deux dieux créateurs des Marquises s’appellent Oatea, « Lumière du jour », et Atanua, « Lueur de l’aube ». Chaque arbre, chaque pierre accrochent un peu de cette poussière dorée qui tombe du ciel et semble rayonner de l’intérieur, comme si, après avoir absorbé cette énergie, le monde minéral et végétal la restituait en apportant ses vibrations de couleur dans le paysage. Blancheur du chemin de pierres. Vert sombre des feuilles de bananier dont la peau brille comme un miroir. Bouquets roses, violacés ou orangés des bougainvillées. Rouge des hibiscus. L’air est si léger qu’il effleure à peine la mer qui a la douceur d’une soie bleue. Ces matins-là emplissent les habitants de cette terre de paix et de félicité. Ils sont heureux d’être là, de respirer cette pureté, cadeau du ciel et de la mer, si loin des villes