Avenir de l'Industrie Minière en Guinée

De
Publié par

Les réserves de bauxite en Guinée suffiraient à approvisionner l'industrie mondiale de l'aluminium pendant près de 500 ans, pourtant la Guinée reste l'un des pays les plus pauvres du monde. Avec une bonne gouvernance et un cadre institutionnel approprié, la Guinée pourrait mettre en valeur ses ressources et rejoindre le niveau de vie des pays émergents tels que l'Inde ou la Chine. Voici une information sur le potentiel, l'histoire et l'évolution du secteur minier guinéen et les perspectives d'avenir pour le pays.
Publié le : samedi 1 septembre 2007
Lecture(s) : 491
EAN13 : 9782336282244
Nombre de pages : 257
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Avenir de l'Industrie

Minière en Guinée

@ L'HARMATTAN, 2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

http://www.]ibrairieharrnattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan] @wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-03797-7 EAN:9782296037977

Ibrahima

SOUMAH

Avenir de l'Industrie Minière en Guinée

L'HARMATTAN

PRÉFACE Par M. Léonard JACOB Junior Ancien Vice-Président de Alcoa

M. Ibrahima SOUMAH est sans conteste la personne la plus qualifiée pour préparer un livre sur l'avenir de l'industrie minière en Guinée. Avec sa longue expérience dans le secteur des mines et de la géologie, il a vécu la naissance de tous les projets miniers, majeurs ou modestes, depuis très longtemps. En plus, pour certains projets, comme par exemple le projet de minerai de fer Nimba-Simandou, il a participé à son évolution à titre d'ingénieur, de consultant, d'ambassadeur au Liberia, de conseiller principal et, finalement, de ministre des Mines et de la Géologie. Cependant, les contributions de M. Ibrahima SOUMAH ont dépassé de loin les aspects techniques et financiers des programmes miniers. Il a été parmi les fondateurs de l'Institut Géo-Mines de Boké dans les années 1970, alors que plus récemment il a servi comme ministre de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Donc, il est clair que l'éducation et le développement des cadres qualifiés guinéens pour la nation étaient toujours parmi ses plus hautes priorités. Sans réussite dans ce domaine, il n'y aura pas un avenir compréhensif pour l'industrie minière en Guinée. Personnellement, j'ai eu le privilège et le plaisir de travailler étroitement avec M. SOUMAH. Ma première visite en Guinée remonte au mois d'avril 1963, époque à laquelle j'étais géologue de recherche à l'Aluminium Company of America (ALCOA). Après six ans de négociations entre la Guinée et six sociétés privées, ce furent la construction, la mise en service et le début des opérations de la Compagnie des Bauxites de Guinée, ensuite, le départ de la Société Minière de Dinguiraye à Léro (1.200 kilos d'or par année), la réanimation de Friguia et, enfin, la naissance de Global Alumina, avec, au total, 23 ans de résidence en Guinée. Pendant toutes ces années, la présence et la sagesse de M. SOUMAH ont été toujours ressenties lors des négociations et de la résolution des problèmes qui se soulevaient. Il était disponible à tout moment, de bonne humeur et bien préparé. Il est devenu un vrai ami

qui m'a aidé à éviter les pièges de la vie politique et à maîtriser les complexités pratiques et administratives que l'on rencontre souvent en Guinée. En somme, je ne peux que féliciter M. Ibrahima SOUMAH pour cette initiative qui consiste à établir un guide définitif pour développer le secteur minier et industriel au 21ème siècle.

8

AVANT-PROPOS

Ce livre n'a pas la prétention de couvrir tous les aspects de l'activité minière en Guinée. Son principal objet est de faire le point de la situation concernant un secteur clé dans la vie économique et sociale du pays. C'est aussi un moyen d'infonner les futurs cadres de l'économie nationale sur les péripéties qui ont souvent accompagné la naissance et le développement d'un projet industriel complexe. C'est donc la raison pour laquelle une place de choix a été réservée aux faits et aux événements, chaque fois que cela a été utile ou intéressant. Notre souhait est que la tâche soit reprise et complétée par d'autres pour la fonnation continue des cadres et l'information objective des décideurs. Nos remerciements vont à tous ceux qui nous ont assisté ou qui ont accepté de se prêter à nos interviews, aux hautes personnalités du département des mines et particulièrement à tous les travailleurs cadres ou anonymes du secteur dont le dévouement et le patriotisme ont toujours été sans faille.

Introduction

Lorsqu'en 1325 Kankan Moussa, empereur du Mali médiéval, se rendit à La Mecque avec 1500 esclaves portant chacun sur la tête un lingot d'or, le cours du dinar égyptien qui jouait le rôle du dollar à cette époque fit une chute vertigineuse en raison de l'entrée massive du métal jaune en Egypte. L'or avait été collecté dans tout l'empire et particulièrement dans la région du Bouré ou se trouve l'actuelle ville de Siguiri en Guinée. II n'est pas étonnant que la prestigieuse capitale de l'empire se soit aussi trouvée dans la même région. En effet Niani, devenu aujourd'hui un des principaux sites archéologiques de Guinée, se trouve à quelques kilomètres seulement de Siguiri. L'exploitation de l'or en Guinée remonte évidemment bien au-delà du Moyen Age, comme en témoigne la puissance de l'empire du Ghana qui échangeait avec l'Afrique du Nord l'or contre le sel et les tissus. La tradition minière est par conséquent bien ancrée dans ce pays surtout dans sa partie orientale. Depuis très longtemps l'or et les minéraux n'ont plus de secret pour les populations, et de très ingénieux artisans ont su très vite fondre le minerai de fer et fabriquer fusils et autres outils. C'est cependant à l'époque de la colonisation que le pays découvre ses immenses potentialités minières avec le fer, l'or bien sûr, mais aussi le diamant et surtout la bauxite qui va révolutionner totalement la vie économique en Guinée. D'ailleurs après la colonisation et en dépit de l'effondrement de l'économie du pays sous le régime hyper-centralisé du Président Sékou Touré, le nouvel Etat n'a pu survivre et ce même après l'avènement de la deuxième République, que grâce aux revenus tirés de l'exploitation minière. Avec près de 10.000 emplois permanents, le secteur minier a assuré depuis plus de 30 ans plus de 60% des revenus de l'Etat, 80% des recettes d'exportations en devises, et a contribué à raison de 30 % à la formation du PIB de la Guinée.

Chapitre I Présentation de la Guinée

Le territoire national de la Guinée se situe à l'extrême Ouest du continent africain entre les 7° et 12° de latitude Nord, et les 8° et15° de longitude Ouest, avec une superficie de 245.000 km2. Il est bordé à l'ouest par l'océan Atlantique sur 300 km de côte, tandis qu'il est limité à l'intérieur des terres par 6 pays, soit la GuinéeBissau, le Sénégal, le Mali, la Côte d'Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone. La Guinée est divisée en quatre régions naturelles à savoir la Guinée Maritime, le Moyenne Guinée, la Haute Guinée et la Guinée Forestière.

La Guinée Maritime englobe le domaine côtier large de 50 à 90 km avec des baies étendues, des lagunes marécageuses recouvertes de mangroves, les estuaires de nombreux fleuves. Cette zone abrite la capitale Conakry bâtie sur la presqu'île du Kaloum. La Guinée

Maritime compte en outre 2 capitales régionales à savoir Kindia et Boké. La Guinée est le pays montagneux dit du Fouta Djalon avec un sommet culminant à 1500 m à Mali. La Moyenne Guinée renferme la source de plusieurs grands fleuves de l'Afrique de l'Ouest: Gambie, Konkouré, Sénégal, Niger, etc., ce qui fait appeler la Guinée le château d'eau de l'Afrique. La Haute Guinée est le domaine de vastes plaines arrosées par les bassins du Niger et du Sénégal. La Guinée Forestière a un climat subéquatorial humide avec des montagnes boisées dont le plus haut sommet de 1850 m se situe au mont Nimba. Le climat guinéen est caractérisé par une saison des pluies alternée sauf en région forestière avec une longue saison sèche. La pluviométrie moyenne est de 2000 mm/an avec des pointes de 4000 mm dans la zone de Conakry et Coyah. La population globale de la Guinée a dépassé 8.000.000 Ha en 2004, avec une progression au cours de ces dix dernières années de 2,7%/an. Comme dans beaucoup de pays en développement, cette population est bien entendu très jeune avec 70% de moins de 30 ans, et très féminisée avec 52% de femmes. On considère en outre que plus de 60% de la population résident en milieu rural. La densité moyenne de cette population est de 28 habitants par Km2.

Les grandes évolutions de la population 1983 Ages Hommes Femmes Ensemble 388 000 376000 764 000 0-4 ans 355 000 333 000 688 000 5-9 ans 261 000 221 000 483 000 10-14 ans 213 000 228000 441 000 15-19 ans 150000 200 000 350000 20-24 ans 153 000 218 000 370000 25-29 ans Population 2 270 000 2 391 000 4661 000 totale
Source: Resen Guinée Banque Mondiale

résidente entre 1983 et 1996 1996 Hommes Femmes Ensemble 635000 621 000 1 256000 610000 587 000 1 196000 409 000 358 000 768 000 311000 343 000 654 000 231 000 280 000 512000 234 000 311 000 546 000 3 449 000 3 609 000 7 059 000

14

Taux de croissance a Nombre (000)

licable

446
-500
1983 1996

~

829 .70
~,,Ji'o

i

2015

Source:

Resen Guinée Banque Mondiale

La scolarisation dans l'enseignement primaire a fait des bonds spectaculaires en Guinée si l'on considère que le TBS (taux brut de scolarisation) est passé de 30 à 80% en 10 ans avec une progression plus rapide pour les filles. Ce taux situe la Guinée dans le peloton de tête des pays comparables de l'Afrique de l'Ouest, et laisse prévoir l'atteinte de l'objectif de l'EPT (Education pour Tous) avec une scolarisation universelle en 2015.

15

Comparaison internationale du TBS dans l'enseignement primaire (en 1990 et 2003)

Pays Guinée Bénin Burkina Faso Mali Mauritanie Niger Sénégal Togd Moyenne 7 pays
Source:

Taux brut de scolarisation primaire (en %) 1990 2004 34 81 58 97 33 50 27 61 49 88 29 48 59 79 109 124 50 79
Resen Guinée Banque Mondiale

Les richesses naturelles de la Guinée sont encore plus impressionnantes, car en plus des ressources minières qui sont le sujet principal de ce livre, le pays possède un formidable potentiel agricole pour produire le riz, le maïs, les tubercules, les fruits et légumes. Des atouts importants sont aussi connus dans les domaines touristique, artisanal et culturel. La principale difficulté de la Guinée réside dans la faiblesse de la mise en valeur des ressources naturelles et dans une mauvaise gérance chronique de son faible revenu. Le PIB résultant est parmi les plus faibles du continent (500$/Hab) et par conséquent du monde et sa croissance est souvent inférieure à la croissance démographique, ce qui a conduit à une augmentation de la pauvreté entre 2000 à 2004, puisqu'on est passé de 40% de pauvreté absolue à 50% et ce, malgré une amélioration de l'IDH due principalement aux bons résultats du système éducatif. Le tableau des principaux agrégats macro-économiques fait d'ailleurs ressortir clairement les faiblesses structurelles de l'économie guinéenne.

16

('f")

0

0 N

= ... M t-

0
.....

N

0 0
.....

t') ...

00 00 v;;> \D"

t-

~00 00 00 00
.,.,

ln ln

.,., .,., \D

.,.,

=

00 ln

0
.....

l'-.

a.. 0"
.....

"","
.....

0\ a.. ..... ~a.. N ""," t""
\D

co

00

"'" t') "'" ...

N
0 0

=
t') "'"

0 .-

.....

N .-

'C a.. r-:'

N
......

'C t- .ln M Q\

\DO a..

t- oo

N" a..

= ...
M Q\ "'"

.,., 00 t.v:S ..-

l'-. IC N" .l'-.

.-

a.. 0\ 00 ""

-..

\D

\D N <") "","

'C t...

... Q\ 'C

N
0 Q,j '" .; "" ..... 'Q,j bJ) '" = ,.Q
..... Q,j Q,j '"

0 0

.- .,., = "'" 00 00
r-:'

'D 'D 0\ <")
.,.,

ln \0 ."
t- a.. t') t- ..,., N "'" ln .-

t'D ..t-

too ..'D oo

<") 00 a.. <") ~.0 .,.,0 N l'-. ..- .- IC .- 00 "" t<") <") .,..,a.. 0 .t-" 0\ o' N .- .- .,..,.- t'D a.. a..
0 .v:S .00 l'-. -.. 0" .,..,.00 a.. 'D

~<") .- 'D <") ""," t- <") ~.v:S "'"
.'DO

= ... = = t-

o
0 N

"'" 'C
r-:'

=
a.. "'"
M

.,..,

'D

<V)

0'\ 0'\
0'\
......

M

= 00
"'"

<") .,., Q\ 00
<") "'" 'D

......,., .,., .\0 "'" 'D 00

.a.. <") .-

"'" r-:'

-

00

.,..,00 0\ a.. <") ""

t"'"

tln

oe
0'\ 0'\ ......

00
t') "'"
"'"

a.. \0 .'D 00

= cr


t') "'" r-:'

'D 0" ""," "'" 0 00 \0 "'" 'D

t') ... t-

.a.. a.. .,.,

.v:S .-

N l'-. 0\ .~.-

0 a.. 'D

IC
-.. ""

0
0 <")

a.. "","

t"'"

,~ " o
"" C4

o = o

t0'\ 0'\ ......

"'" "'" ... 00 "'" "'"

N

.,.,

= M "'" r-:' .=
r-:'

.,.," "" t-" t- ..,.,
00

ln 00 t... 'C "'"

...-

a.. IC .,., '0 . ~l'-. - t~.- '0 ..,.,

0\ a.. .,., <V) ~<") "'"
.""

'C M ~t-

1.0 0'\
0'\
......

ln 00
00 t')

M <") .,., 'C
'D .,., "'" .-

<") 0, t-0 Ô .,.,a..
.,.,

a..

N
a..

"

t-

"" 'D" 0\ 0" <V) ..-

0\

00

t- "" .,.,

N ~.,.,
<") v:S

M 'C "'"

8

lrJ

C4 bJ) ,~ bJ) "" C4 ~ =4 C Q.
'ë;:

..... '"

0'\ 0'\
......

= 0 00 'C
'C
t') t')

<")
.,.,

00 "'" "'" 'IS .-

t-

.- '0 v) v:S <") 00 .,.,
ta..

ln 'C
'C

tt-

a..

N oo"
.-

~0 0
~.-

<V) ta.. IC 00
.,., <") ""

N

t~'C "'"

">t 0'\ 0'\ ......

.,., <") M = "'" .,., 'C t') 0 .,., M .00 'C 'C M N

00 "'" 0, <")
'D t"'"

'IS
...

t') tIn

tt00 t'0 0 .-

~N "'" ~0" .,., <V) .,., 0 t-" <V) "'" N ..<") t-0 ""
.,., 0 00 -.. <") IC <") N <V) .N '0 .,..,<") ""

<V)

.,.,

... 00 ln

1: Q. ~ '" '" = ,S
.....

=

N 0'\ 0'\ ...... 0 0'\ 0'\
......

"'" "'" M 'D t.- 'IS
"'"

'D 'D a.." t-' N t"'"
"'"

M

00

...

'C ... 00
cu "'" '0 '" '0 ..

"'" a.."

Q\ "'" ln

""

"'" 00 ln
cu "'" '0 '" '0 ..

... 'D 'C 00 '0
...

0

M 00

cu
'0 '" '0 .. 0:

"'" "'" tri' <'Î
"'" ,-.. <") 0 0

N 0\ .-

.v:S <") 'D t,-.. <") 0 0

"'" ~00 .,.,0 0\
.N ""

0 ~00 .,., l'-. a.. v) 0 co 0" .t- -.. "'" ."'" t:O

= ô ~ ~

13

N ,~
I:: !a

,-..

~G
"CI ~~~'" Q) ....

~N ,~
I::

~0:

0
0

<")

t5::
::!

M
0 0

<") 0
0

0:

---

~!a 8
~---

N
"CI
'"
f;J

"CI
;$?

N Q) ~'"
;:!

N "CI ~Q) '"
.....



~<>
I:: "CI

= ..
I:Q
..

G ~~--- = Q
'"
.... .....

~]
....
::! .....

G

= cu
1:

'"~t:O --- '" ~,. ~~..... ~]
'" ~::!

--- '"

0:
cu

~Q) ~'"
.....

= cu --0:

~.....5
~I:: .21 ~'" 0 t:O
u ~t5:: '.... '"
::! Q) o:i ::!

t)
0

E
Q)
'" u
....

'"
0

'cu
.....

::!

'0
cu '" OJ
..

u

'" '" ~~';':: 0
''''

~cu ~cu '"
'"

u

::

0

....

=

u
>< 'J:

"CI .... = Q >< ::! .. .~
....

0

u

---

;g

0

u
><
....

u
><
....

f;J ;:!

5
'" Q)

B
f;J ;:!

.... '" ::! Q)

t:O

.....

'0

-

]~

A A «i 0: ~>< >< ç:: -= ,~ A Q Q ~c.:ï

~- ..<:: a
A
t:O

"CI
'Cf.

~::! 0 o:i

A

A

= ~G:'

;>

>< >< ~~;::! o;j

~I::

a

~~Z
~~c.:ï

~t:G
'"

Q) '" '"

;>

~o:i ;>
'Cf.

~a

~~cu ~~Q) ~~~c..
'cu

t5::

<r1 M <r1 0'1

-

("CI 0'1 ~0 00 00 M

0'1
00

00 0'1 ("CI

0

r:-<r1

0'1 r:--"
("CI

<r1 r:-- 0 0 00

("CI 0'1 0 \0

r:-- M
("CI

r:--

-

- - r:-0 <r1
\0 00" 0

\0 ("CI

\0 \0"

r:-00"

0'1 ("CI

M 0'1 M

\0"

\0

-

M"

-

0'1

-"

r:-~<r1

<r1 M
\0

r:-- - \0 M - <r1 0
~- 0
M 0 0'1

("CI M

~("CI

r:-N

0

\0 <r1

("CI
M

~r:-~0'1
~"

00

-~" r:-00" ~N

0'1" 00
0'1" 00
00 <r1 00

N
N

~~\0
00
M

~0'1

<r1
~M

~0 M
0'1 <r1 N

\0
<r1

<r1
0

~0 0

M

00 M

00

0 r:-r:-- r:-- M \0 M

0'1 <r1 N M <r1 0'1 N

- - - - - - - - -- <r1 ~r:-<r1 <r1 M M ~<r1 0'1 ~N

v-î

\0 ~<r1

<r1

r:--"

\0

~00 <r1 N N

~r:--

\0

~N

<r1

M

~N" <r1

<r1 \0"

0'1 0"

~0 ~" 00

0'1 ~0
M

0'1 0
~M N

N

~0'1 <r1"

~0'1
<r1

~r:-0'1 0" 0

<r1
00" 00 N ~M
00

0" N

0'1 N

0'1

~N

r:-~M N N

r:-~" ~<r1 <r1 <r1

00 ~"

M

M M

0 00 M <r1 N
0

M

<r1

~M \0 N
0

N

~\0 \0"

0'1 <r1"

<r1 "

00 M
00

N

M

N

\0
N

0'1 \0 N

ci
M
N

<r1

0'1 M

<r1 M
N

r:-M

r:-\0"

\0
M

<r1 00 \0
00 <r1

t-.:'
00

<r1

~0 0'1 <r1 0'1 0'1 M ~N N M
0 M N N 00 00 N

M

~-

N

00

<r1 N

0 N

r:--"
00 00"

00

~- N
t: 0

oo 0

r:-00
oo 0

~-

,;;

\0 E

0

;::! 1:5 0 oo
oo 0

E 0

u ....
oo 0 ....

"0 = --.. E

gc

oo 0

~N 0" <r1

- - " <r1 N \0"

"!

oo I:: 0 0.. ~oo

oo 0

0'1 0" N

0

0
00 oo 0

N"

oo >:: 0 0..
'0 "0

t: 0 u 0

oo 0

oo
0

0 t:
0

"0 oo ;..., 0 ...<:: oo 0

--r;.. Z \J

;..., 'ê ;::! 0 u oo 0 oo >:: 0 0.. '0

"0
.E:!

0 "0 0 u
'ë: 0

VJ

0

.... 'ê ;::! 'g0 u u oo >:: 0 0 oo oo >:: 0 0 oo 0.. I:: 0 '0 0.. 0 '0

ca .....

<) .... ;::! 0 oo oo 0 ....
.... ;::!

Ë ~~0
OJ) >:: 0 0 oo
~«I

'0 "0

....

oo >:: 0 0..
'0 "0

., <ü ;0

oo "0 0 t:
0 "0 .E:!

~~@ 8
"0 oo 0 'ê

;..., := oo oo 0
;::!

.... ;::! oo

---= .. .. .. I- '"
~';j .c

oo @ "0 .... ;::! 0 ï::::
'0

~ ., ::>
0-

I:: o

~
l:I:1

oo

EE E
0 0 <) 0 <)

1:5

8 8 >:: I::

.:zr;.. =.oZ ]\J .c .. "0
oo

--El: ;::! "0 ':!( 0 ~>::

~0 u oo 0 oo
I:: 0

S

~x
0

'<1>
<= '5 CI <= <1>

.,

0

,_ '" ....."0
-

0 "0 oo .....
<0 ....

0 <)
oo 0

..... >:: 0 E oo oo 0 u 0
0 oo ....

0

x
0

~~5

... l10::= ...

w

0.. oo '0 '0 0 1:5 .... 'ê "0 «I

~'ë

':!( 0 '$ .....
0

<)

:= '0 '0 0 01:5 '$

I:: ;::! ~.~ o ,~ 0...... I+:i 13
0

- ~
I::

<1> U .... ::> o en

On note en particulier que plus de la moitié du budget est formée par l'aide extérieure et que la mobilisation des ressources nationales n'atteint pas Il % du PIB contre 20% en moyenne dans la région.

19

Chapitre Il
Le contexte géologique et le potentiel minier

Esqu~segéologique Certains ont voulu qualifier la Guinée de troisième scandale géologique du continent après l'Afrique du Sud et le Katanga (Shaba). En réalité le vrai scandale réside dans le fait que de si grandes ressources soient restées inexploitées durant des décennies, lorsque la Guinée s'est régulièrement retrouvée en queue de liste dans différents classements effectués par des organismes internationaux. La géologie de la Guinée se caractérise par la prédominance des roches du précambrien et du paléozoïque réparties sur le bouclier guinéo-libérien.

Au centre, le massif du Fouta Djalon constitué des schistes du silurien et des grès de l'ordovicien a connu au tertiaire l'arrivée massive des dolérites, roche mère des gigantesques dépôts de latérite bauxitique. Au Nord-Est prédomine le birrimien bien connu pour son potentiel en or. Au Nord et au Sud-Est apparaît une large zone cristalline au sein de laquelle les itabirites ont donné naissance à d'importantes concentrations de minerai de fer.

Vers la côte et au Nord-Ouest se sont développés les schistes qui constituent le réservoir des meilleures bauxites du monde, tandis que la zone cristalline réapparaît au Sud de la côte. Le tableau géologique serait incomplet si on ne mentionnait pas l'occurrence des kimberlites du tertiaire selon l'alignement abondamment décrit par M.G. Bardet, géologue du BRGM, et qui ont donné naissance aux plus belles pierres de diamant de l'Ouest africain. L'intérêt d'une meilleure connaissance de la géologie de la Guinée réside dans le fait qu'elle fournit des explications acceptables de la

22

variété et de l'abondance de la minéralisation exceptionnelle de ce pays. Une stratigraphie simplifiée indique les formations suivantes selon le BRGM. 1- L'archéen ou libérien en corrélation avec la géologie régionale ayant un âge compris entre 2700 et 3000 MA. Les fonnations qui en résultent sont fortement plissées et métamorphosées avec de puissantes séries appelées - série de Kassila (Forécariah) - série de Kambui (DaboIa) - série de Simandou (Nimba) Ces fonnations ont donné naissance aux gisements de fer du Nimba et Simandou ainsi qu'aux zones radioactives de Kissidougou, Beyla et Kérouané. 2- Le protérozoïque inférieur ou birrimien Ils' agit de formations vo1cano-sédimentaires moins métamorphisées que les formations archéennes et ayant environ 2000 MA. On les rencontre dans les différentes séries suivantes: série de Marampa (Forécariah, Kindia) série des Bassaris (Youkounkoun) bassin de Siguiri, Kankan. Les gisements d'or sont liés aux formations birrimiennes, au bassin

de Siguiri - Kankan et aux roches basiques du Niandan Banié qui
contiennent l'essentiel des gisements primaires aurifères de Guinée. 3- Le protérozoïque supérieur qui est daté entre 1650 et 1200 MA est constitué de séries qui reposent en discordance sur le socle archéen ou birrimien. Les fonnations les plus connues sont: la série de Youkounkoun constituée de grès fins la série de Madina Kouta (Mali) constituée de grès quartzeux Cet ensemble a été abondamment étudié par Cogema qui y a découvert d'importants indices d'uranium. 4- Le paléozoïque ou primaire comportant d'importantes intrusions basiques liées à une phase tectonique intense est représenté notamment par: de la série de Pita constituée de grès quartz eux et conglomérats 23

- La série de Télimélé constituée d'argilites et de grès, et de beaucoup de minéralisations en fer qui sont liées à ces formations.
5- Le mésozoïque et le cénozoïque Ces formations géologiques plus récentes sont à la base des indices de Ni, Cr, Co du Kaloum. Le diamant kimberlitique est daté de la même époque. La bauxite et le fer du Kaloum ont aussi été formés au néogène. Pour avoir plus de détails sur la géologie de la Guinée, il est utile de se référer aux ouvrages spécialisés et surtout aux très nombreuses publications du ministère des Mines. C'est par exemple le cas des recherches suivantes: Travaux géologiques de la période coloniale. Travaux géologiques de la mission soviétique Compilation du BRGM Compilation Géosurvey Compilation du PISM ( projet Banque Mondiale sur le secteur minier) Le plan minéral publié en 1983 par le BRGM de France sur financement de la Banque Mondiale a parfaitement résumé les travaux géologiques effectués jusqu'à cette date, à savoir l'époque coloniale, les travaux du BRGM, de la mission soviétique, de Cogema et de Géosurvey. Ces travaux ont par la suite été complétés par la Banque Mondiale et la Coopération Française en 2000.

24

sédentarisation l'homme evo It IOn de U
'

de

H.sapiens. '. H.neanderthalenslS l'h omme mo d erne H.erectus H.habilis,
,

beL Lucy Toumaï apparition des premiers mammifères modernes extinction des dinosaures' remiers mammifères à lacenta de

arsupiaux ; oiseaux; remières plantes fleurs

mmonites

division de la Pangée premiers dinosaures; mammifères oVIpares extinction du Permien

Cératites

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.