//img.uscri.be/pth/1b217f8796dc51de7dd1b269a5d89765e466bb7b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Bourdieu

De
122 pages
A l'époque où il était élève de l'Ecole Normale Supérieure, l'auteur de cet ouvrage a eu l'occasion de découvrir l'enseignement et les recherches de Bourdieu. Bien des années plus tard, ayant lu et relu les premiers ouvrages du sociologue, il s'est senti assez proche de cette pensée qui a beaucoup évolué. A la sociologie de l'Etat s'est ajouté une réflexion approfondie sur la science et sur l'universel irréductible aux conditions sociales particulières dans lesquelles il a été produit.
Voir plus Voir moins

A l’époque où il était élève de l’Ecole normale supérieure, l’auteur de ce
livre a eu l’occasion (et la chance, dont il n’avait pas pleinement
conscience) de découvrir l’enseignement et les recherches de Bourdieu.
Puis il est entré à l’Ecole nationale d’administration.
Bien des années plus tard, ayant relu les premiers ouvrages du
sociologue et lu avec étonnement ceux qu’il ne connaissait pas, il s’est
senti désormais assez proche de cette pensée, qui a beaucoup évolué.
Comme Bourdieu l’a indiqué lui-même dans une note au chapitre 1 de
ses M é d i t a t i o n s p a s c a l i e n n e s : « La sociologie de l’éducation, la
sociologie de la production culturelle et la sociologie de l’Etat
auxquelles je me suis successivement consacré ont constitué pour moi
ttrrooiiss mmoommeennttss dd’uunnee mmêêmmee entreprise ddee rrééaapppprroopprriiaattiioonn ddee
l’inconscient social… »
A la sociologie de l’Etat s’est ajoutée une réflexion approfondie sur la
science, et sur l’universel irréductible aux conditions sociales
particulières dans lesquelles il a été produit.
Dominique Thiébaut Lemaire a publié aux éditions du
Scribe L’Harmattan trois recueils de sonnets et autres
poèmes, A é r o g r a m m e s (2010), C o u r t s p o è m e s l o n g -
courriers (2011) et Passions Premières (2012).
Avec la contribution de Maryvonne Lemaire Scavennec,
il a publié aux mêmes éditions un essai historique,
Q u a t r e f a m i l l e s d a n s l e s g u e r r e s (2014).
ISBN : 978-2-343-05108-6
12 €BOURDIEU 
 
Une sociologie réflexive 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dominique Thiébaut LEMAIRE 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1
Le Scribe cosmopolite 
Collection dirigée par Osama Khalil 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maquette de la couverture : Osama Khalil 
Gravures et dessin : Sergio Birga 
 
2
BOURDIEU 
 
Une sociologie réflexive 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dominique Thiébaut LEMAIRE 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
© 
Le Scribe l’Harmattan 
ISBN : 978‐2‐343‐05108‐6 
4
Introduction 
 
 
 
 
Pierre Bourdieu (1930‐2002), élève de l’Ecole normale supérieure 
de  1951  à  1954,  agrégé  de  philosophie  en  1954,  directeur 
d’études à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales de 1964 
à 2001, est devenu en 1982 professeur au Collège de France où il 
a enseigné jusqu’à sa retraite en 2001. Il a reçu la médaille d’or 
du CNRS en 1993. La fin de son parcours a été marquée par sa 
consécration  nationale  et  internationale  comme  grand 
intellectuel engagé. 
 
Parcours de l’œuvre 
 
Bourdieu a distingué lui‐même plusieurs étapes dans son œuvre, 
véritable aventure intellectuelle. 
Il était destiné à devenir philosophe (Méditations pascaliennes, 
chapitre 1, post‐scriptum 1 : « Confessions impersonnelles », p. 
56‐57) : « les plus ambitieux s’attachant par prédilection à des 
textes et des auteurs ésotériques, obscurs, voire, comme dans le 
cas de Husserl et de Heidegger, pratiquement inaccessibles faute 
de traductions (les ouvrages majeurs de Heidegger et de Husserl 
ne  seront  traduits  que  dans  les  années  soixante,  c’est‐à‐dire 
lorsque sera retombée la ferveur qui les entourait) ». 
Grâce à Raymond Aron qui l’a pris comme assistant, il a changé 
de voie à la suite de son service militaire à l’époque du conflit 
franco‐algérien : « Sans doute la distance que j’ai prise, peu à 
peu, avec la philosophie, doit‐elle beaucoup à ce que l’on appelle 
les  hasards  de  l’existence,  notamment  à  un  séjour  forcé  en 
Algérie, dont on pourrait dire, sans chercher plus loin, qu’il a été 
5
à l’origine de ma « vocation » d’ethnologue, puis de sociologue » 
(Méditations  pascaliennes,  chapitre  1,  post‐scriptum  1 : 
« Confessions impersonnelles », p. 64). 
« La  sociologie  de  l’éducation,  la  sociologie  de  la  production 
culturelle  et  la  sociologie  de  l’Etat  auxquelles  je  me  suis 
successivement  consacré  ont  …  constitué  pour  moi  trois 
moments  d’une  même  entreprise  de  réappropriation  de 
l’inconscient social » (Méditations pascaliennes, chapitre 1, note 
2, p.356), entreprise qui ne se réduit pas aux tentatives déclarées 
d’  « auto‐analyse »,  plus  justement  dénommée  « auto‐
socioanalyse ». 
 
Il  ne  sera  guère  question  ici  des  Héritiers,  livre  sous‐titré  Les 
Etudiants  et  la  culture,  qui  a  été  publié  en  1964  avec  Jean ‐ 
Claude Passeron, et qui a connu un grand succès public. C’est en 
pensant d’abord à ce livre que Bourdieu a écrit en 1997 : « Les 
découvertes les plus indiscutables, comme l’existence d’une forte 
corrélation entre l’origine sociale et la réussite scolaire ou entre 
le niveau d’instruction et la fréquentation des musées, ou encore 
entre le sexe et les probabilités d’accès aux positions les plus 
valorisées  des  univers  scientifique  ou  artistique,  peuvent  être 
refusées comme des contre‐vérités scandaleuses… » (Méditations 
pascaliennes, chapitre 5, sous‐chapitre : « La double vérité », p. 
274). 
Les analyses des Héritiers fondées sur l’origine sociale s’appuient 
notamment  sur  les  chiffres  de  l’INSEE  par  catégories 
socioprofessionnelles,  regroupées  par  les  auteurs  en  trois 
niveaux,  populaire,  moyen  et  supérieur,  dans  une  répartition 
faite tant bien que mal. Par exemple, en ce qui concerne les 
divers  enseignants,  sait‐on  bien  à  quel  niveau  et  dans  quelle 
catégorie il faut les classer ou les reclasser : cadres supérieurs, 
cadres moyens, employés ?  
6
De  plus,  l’évolution  au  cours  du  temps  est  l’une  des  pierres 
d’achoppement  de  ce  genre  d’études.  Peut‐on  encore  se 
prononcer sur le système éducatif à partir de pourcentages tels 
que  ceux  des  fils  d’agriculteurs,  d’ouvriers  ou  d’instituteurs 
accédant à l’enseignement supérieur, alors que le nombre des 
étudiants a augmenté massivement, et que l’agriculteur, l’ouvrier 
ou  l’instituteur  (aujourd’hui  professeur  des  écoles)  ne 
correspondent plus à ce que l’on désignait ainsi naguère ? 
Ce  livre  a  eu  des  effets  négatifs  sur  la  manière  de  penser 
l’enseignement,  comme  système  reproducteur  des  inégalités 
plutôt  que  des  connaissances,  et  des  effets  négatifs  sur  la 
réputation même de Bourdieu, auquel on a collé l’étiquette de 
«.déterministe.»,  alors  qu’il  s’est  efforcé  de  concilier 
déterminisme et liberté (voir plus loin le chapitre 2). 
 
Un autre livre célèbre du sociologue,  La Distinction, qui a pour 
sous‐titre Critique sociale du jugement, est évoqué à l’annexe 1 
du présent ouvrage. Fruit d’un effort considérable d’enquêtes et 
de  réflexion,  il  présente  une  grande  richesse  d’informations 
concrètes,  mais  celles‐ci  ont  souffert  d’une  péremption 
historique rapide, comme l’auteur en a convenu, de sorte qu’il 
faut faire abstraction de leur caractère daté pour en tirer des 
leçons :  ainsi,  les  goûts  de  certains  individus  ou  de  certains 
groupes  d’une  société  à  un  certain  moment  ne  sont  pas  des 
propriétés  substantielles  inscrites  dans  une  sorte  d’essence 
culturelle, mais des propriétés relationnelles qui n’existent que 
par  la  relation  avec  les  goûts  d’individus  ou  groupes 
sociaux différents ; par ailleurs, autre conclusion, les choix des 
agents sociaux dans les domaines les plus variés de la pratique, 
en cuisine, en sport, en musique, en politique, sont liés entre eux 
de manière relativement cohérente. 
 
7
S’agissant du style, le goût de la formule bien frappée, malgré les 
lourdeurs de l’expression sociologique, fait de Bourdieu, dans une 
certaine mesure, un auteur de maximes. 
Quant au fond, en dépit des critiques et parfois des irritations 
auxquelles a largement contribué le caractère combatif, parfois 
péremptoire, qui transparaît dans cette œuvre, la cohérence de 
la  pensée  progressivement  corrigée  et  approfondie  est 
impressionnante en dépit des contradictions que le sociologue a 
lui‐même reconnues. 
On pourrait dire, en simplifiant, que le parcours de cette pensée 
se  situe  entre  deux  bornes  extrêmes,  entre  d’une  part  la 
tentation  de  ramener  toute  chose  aux  conditions  sociales 
particulières  de  sa  production,  et  d’autre  part  l’aspiration  à 
l’universel permettant de fonder la vérité de ce qui est énoncé. 
 
Vivre toutes les vies 
 
Sous une forme propre au XXe siècle, cette œuvre semble être 
née  d’une  ambition  analogue  à  celle  des  romanciers  du  XIXe 
siècle: « C’est sans doute le goût de « vivre toutes les vies » dont 
parle  Flaubert  et  de  saisir  toutes  les  occasions  d’entrer  dans 
l’aventure qu’est chaque fois la découverte de nouveaux milieux 
(ou  tout  simplement  l’excitation  de  commencer  une  nouvelle 
recherche) qui… m’a porté à m’intéresser aux milieux les plus 
divers… Jeune hypo‐khâgneux tout à l’émerveillement d’un Paris 
qui donnait réalité à des réminiscences littéraires, je m’identifiais 
naïvement à Balzac (stupéfiante première rencontre de sa statue, 
au carrefour Vavin !)… » (Esquisse pour une auto‐analyse, p. 86‐
87, livre publié en France en 2004, qui développe le sous‐chapitre 
final de Science de la science et réflexivité). 
 
8
D’autres modèles – ou contre‐modèles, ce qui revient souvent au 
même – ont pu l’inspirer, par exemple Sartre (auteur, en 
particulier, d’un volumineux ouvrage sur Flaubert) : 
«  Je  n’ignore  pas,  écrit  Bourdieu,  que  mon  entreprise  peut 
apparaître  comme  une  manière  de  poursuivre  les  ambitions 
démesurées de l’intellectuel total, mais sur un autre mode, plus 
exigeant, et aussi plus hasardeux : je courais en effet le risque de 
perdre  sur  les  deux  tableaux  et  d’apparaître  comme  trop 
théoricien  aux  purs  empiristes  et  trop  empiriste  aux  purs ns… » (Esquisse pour une auto‐analyse, p. 89‐90). 
 
Cette œuvre est en partie le résultat d’un travail collectif (livres 
signés en collaboration, publications de nombreux auteurs dans 
les collections que Bourdieu dirigeait, et dans sa revue, Actes de 
la  recherche  en  sciences  sociales)  :  «  Le  groupe  que  j’avais 
constitué,  sur  la  base  de  l’affinité  affective  autant  que  de 
l’adhésion  intellectuelle,  a  joué  un  rôle  déterminant  dans  cet 
énorme investissement… » (Esquisse pour une auto‐analyse, p. 
91). Une interprétation plus critique pourrait conduire à exprimer 
l’idée  qu’il  a  ainsi  tiré  parti,  comme  d’autres,  de  ce  milieu 
universitaire et de ses caractéristiques « féodales ». 
La diversité de sa production ne tient pas seulement à celle des 
collaborations et des sujets, mais aussi à la complexité de son 
«.habitus clivé  »  (voir  le  chapitre  2  du  présent  ouvrage), 
générateur de toutes sortes de tensions et même de paradoxes. 
«  Je  pense  au  fait,  écrit‐il,  d’investir  de  grandes  ambitions 
théoriques  dans  des  objets  empiriques  souvent  à  première 
apparence triviaux », comme « le rapport au temps des sous‐
prolétaires », ou la photographie… « Je me suis ingénié à laisser 
les contributions théoriques les plus importantes dans des incises 
ou des notes ou à engager mes préoccupations les plus abstraites 
dans  des  analyses  hyper‐empiriques  d’objets  socialement 
secondaires,  politiquement  insignifiants  et  intellectuellement 
9
dédaignés…  La  notion  d’habitus  est  présente,  avec  ses 
implications  critiques  à  l’égard  du  structuralisme,  dans  une 
postface à un livre de Panofsky que j’avais créé en réunissant 
deux textes qui avaient été publiés séparément en anglais et où 
le mot d’habitus n’est pas prononcé ; une de mes critiques les 
plus élaborées de Foucault est avancée dans la note finale de 
l’article intitulé : «.Reproduction interdite », que jamais aucun 
philosophe digne de ce nom n’envisagerait de lire ; la critique du 
style  philosophique  de  Derrida  est  renvoyée  dans  un  post‐
scriptum  de  La  Distinction  ou  dans  un  passage  elliptique  des 
Méditations pascaliennes. Seul le sous‐titre donne parfois une 
idée de l’enjeu théorique des livres. Pareil parti pris de discrétion 
a sans doute à voir aussi avec la vision double, dédoublée (et 
contradictoire)  que  j’ai  de  mon  projet  intellectuel  :  parfois 
hautain et même un peu cavalier (dans la logique : comprenne 
qui pourra) et ascétique (la vérité se mérite et khalepa ta kala, 
«.les  choses  belles  sont  difficiles  »),  il  est  aussi  prudent  et 
modeste (je n’avance mes conclusions ‐ et aussi mes ambitions ‐ 
que sous couvert d’une recherche précise et circonstanciée)… » 
(Esquisse pour une auto‐analyse, p. 131‐133). 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10
CHAPITRE 1 
 
Réflexivité et auto‐analyse 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11