//img.uscri.be/pth/eee043ed9f16642a1b035230cf87612dadf5dd80
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,63 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Cerveau et psychanalyse

De
112 pages
Philosophie, psychanalyse, neurosciences sont autant de disciplines dédiées à l'étude de l'homme et de sa pensée. Et pourtant, cette dernière continue à résister. Cet ouvrage tente de construire un cerveau imaginaire, le regarde fonctionner, le modifie par petites touches pour que, peu à peu, il permette de répondre à quelques questions essentielles : qui est ce "moi" qui hante en permanence les couloirs de notre vie psychique ? Comment concevoir un cerveau libre de ses choix ?
Voir plus Voir moins

CERVEAU ET PSYCHANALYSE
Tentative de réconciliation

Psychanalyse et Civilisations Collection dirigée par Jean Nadal
L'histoire de la découverte de la psychanalyse témoigne que démarche clinique et théorie issues de champs voisins ont concouru, par étayage réciproque à élaborer le concept d'inconscient, à éclairer les rapports entre pathologie et société et à reconsidérer les liens entre le malaise du sujet singulier et celui de la civilisation. Dans cette perspective, la collection Psychanalyse et Civilisations tend à promouvoir cette ouverture nécessaire pour maintenir en éveil la créativité que Freud y a trouvée pour étayer, repenser et élargir la théorie. Ouverture indispensable aussi pour éviter l'enfermement dans une attitude solipsiste, qui en voulant protéger un territoire et préserver une identité, coupe en réalité la recherche psychanalytique de ses racines les plus profondes. Déjà parus Jean-Michel PORRET, Les narcissismes, 2008. Florence PLON, Vivre la perte. L'accompagnement des deui/s, 2007. Franca MADIONI, La psychanalyse interroge la phénoménologie. Recherches freudiennes à partir de Brentano, 2007. Pascal HACHET, Promenades psychanalytiques, 2007. Georges ZIMRA, Penser I 'hétérogène. Figures juives de l'altérité, 2007. Claude LORIN, Un nouveau regard sur l'anorexie. La danse comme solution possible, 2007. Jean-Paul DESCOMBEY, La psychiatrie sinistrée, 2007. Claude BRODEUR, L'inconscient collectif, 2007. Violaine DUCHEMIN, Le dénouement d'un secret defami/le, 2007. Kéramat MOV ALLALI, Contribution à la clinique du rêve, 2007. Riadh BEN REJEB (sous la direction de), La dette à l'origine du symptôme, 2007. Pierre BALLANS, L'écriture blanche. Un effet du démenti pervers, 2007. Alain LEFEVRE, La blessure mélancolique kanak. Une psychanalyse de l'ombre mélancolique en Nouvelle-calédonie, 2007. Fabienne FRÉMEAUX, Comment se faire arnaquer par son psy, 2007. Pascal HACHET, Les toxicomanes et leurs secrets, 2007. Telma Corrêa da Nobrega Queiroz, Du sevrage au sujet, 2007. Thierry DUBOIS, Effondrements psychiques et cognition onirique, 2007.

Bruno

Falissard

CERVEAU ET PSYCHANALYSE
Tentative de réconciliation

Préface de Daniel

Widliicher

L'Harmattan

L'HARMATTAN, 2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005

@

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05031-0 EAN : 9782296050310

T able des matières

P ré face.

................................................................

l

A van

t - pro

po

s

......................................................

V

Qu'est-ce

qu'un cerveau?

.....

9 1S 27 4S

Voir et reconnaître Conscience et perception Le manque, ou l'étrange expérience du deuil... Conscience de soi et« non attracteur "Je"» Intention et libre arbitre Parler et raisonner D a capo

... S3 S9 71 83

Préface
Les progrès rapports deux considérables de nos connaissances d'ouvrages. cognitive, sur les

entre l'esprit et le cerveau ont donné matière depuis nombre Se fondant expése (et des cérébrale et les méthodes des compatibilités

décennies à un grand

sur les données de l'imagerie rimentales éventuelles physiologie

issues de la psychologie incompatibilités)

les auteurs

sont efforcés de dresser un bilan

entre ce que nous savons de la de la manière ici que nous propose sur l'organisation C'est

cérébrale et ce que nous pensons l'esprit. Les réflexions sont d'une autre nature. en effet se sont penchés cérébrales localisatrice intra

dont fonctionne Bruno Palissard

Ces travaux des structures dans une perspective

et sur leurs fonctions.

que les recherches ont pu

être menées: des indices repérables dans une structure donnée sont corrélés à des particularités du traitement
cognitif de l'information tion n'est pas nous disposons. seulement Elle et du comportement. due aux moyens tient également ne peut Cette orientatechniques dont dont il support

à un principe être tenue pour

est difficile de contester la légitimité, du cerveau dans sa globalité

selon lequel la structure

matériel de la pensée que comme un agencement de
substructures. On ne s'étonne pas que par cette voie nous ayons accédé plus facilement à la connaissance des mécanismes d'oPérations perceptivo-motrices ou mnésiques que d'opérations complexes deJugement et de conscience de soi.

Bruno Palissard emprunte donc un autre chemin. Il se penche sur l'agencement des connexions neuronales élémentaires. Les substructures qui l'intéressent sont des

rystèmes neuronaux qui paraissent élémentaires au regard du point de vue localisationiste, mais déja fort complexes par rapport à la simple rynapse. L'esprit de cette démarche n'est pas nouveau. Déja au siècle des lumières, quand les philosophes matérialistes ont cherché à rendre compte du fonctionnement représentation du cerveau, il leur a fallu se dégager de la d'un corps mou pour en imaginer une

structure élémentaire sous forme de fibres. Plutôt qu'aux modèles si souvent cités de la statue de Condillac ou de l'homme machine de La Mettrie, il convient ici d'évoquer ce qui les compose: un ensemble de cordes sensibles dont le
fonctionnement se développe par des associations de résonance.

Pensons ici à l'image de l'instrument philosophe que décrit Diderot, qui est en même temps le musicien et l'instrument, constitué de cordes dotées de la conscience des sons qu'elles rendent et qui grâce à la mémoire organisent leur propre mélodie. (( Nos sens sont autant de touches qui sont pincées par la nature qui nous environne, et qui se pincent souvent elles-mêmes.)) (Denis Diderot (1769) (( Entretien entre d'Alembert et Diderot ))). Deux découvertes permettront à la science du siècle suivant de faire un pas décisif, celle de l'associationnisme en prychologie et celle du neurone en anatomo-plysiologie. Ceci permettra à Freud de se risquer à construire le pro;'et d'une psychologie à l'usage des neurologues. C'est dans cette filière que s'inscrit la démarche de Bruno Falissard. Ce qui l'intéresse ce n'est pas la nature plysicochimique de la synapse inter neuronale mais une logique des connexions entre les neurones. On verra ici un lien avec l'intelligence artificielle sans pour autant qu'il

II

faille confondre les deux formes de ((pensée )). Palissard ne construit pas une configuration de neurones mais sepropose de décrire une configuration de configurations, un assemblage de systèmes. Ce qui le conduit à s'aventurer dans les questions de l'énergétique et de la conscience de soi. En définitive, et l'auteur y insiste avec vigueur, nous sommes en présence non d'une théorie explicative, mais d'un modèle descriPtif, presque d'une fiction, mais à la manière des chimistes ou des physiciens plutôt qu'à celle des philosophes. C'est ce qu'il nous fait voir au terme de son livre. Mais, iCt~il convient de nous arrêter et de laisser au lecteur la surprise et le plaisir de découvrir ce vers quoi nous a mené l'auteur et dont il sait au terme de l'ouvrage nous
montrer la fécondité et les limites.

Daniel Widlocher

III

Avant-propos Les pleurs d'un enfant me réveillent. Un bref instant de chaos sonore et lumineux; un paysage qui défile à vive allure; le train tangue paisiblement; un regard sur ma montre: encore au moins deux heures de voyage. Rien à faire... Pas de livre à lire ou de musique à écouter. Alors, sans but précis, j'observe autour de moi. L'enfant qui tout à l'heure pleurait, joue maintenant à empiler des cubes de bois. Ravi de sa performance, il se tourne fièrement vers sa maman qui n'a bien sûr d'yeux que pour lui. Brusquement, il projette sa main et envoie les cubes voler aux quatre coins du compartiment dans un éclat de rire jubilatoire. La maman se baisse et ramasse péniblement les cubes tout en faisant semblant de se fâcher. Mon esprit flotte, la scénette défile à nouveau devant mes yeux. Mais, au fait, pourquoi cet enfant a-t-il fait cela? Que s'est-il passé dans sa tête pour qu'il se lance dans ce comportement en apparence si absurde? Assis non loin de là, un homme d'une trentaine d'années, sûrement le papa, feuillette les pages d'un magazine. Régulièrement, sans perdre le fil de sa lecture, il déplace son bras droit, plonge la main dans un sachet rempli de biscuits salés et alimente ainsi un grignotage discret mais imperturbable. Soudain, il lève le nez de sa revue, empoigne brusquement le sachet et le tend à son