//img.uscri.be/pth/855d252203a9909d4b48c7d8cc5e20abab363dc3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,63 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ces jeunes-là

De
162 pages
Depuis la révolution française jusqu'à la crise des banlieues en 2005, les jeunes combattent contre l'injustice sociale, l'inégalité des chances et des traitements, la liberté, ou l'abus de pouvoir. Les jeunes veulent être reconnus mais la jeunesse entière est en crise d'identité et de repère depuis des lustres. L'auteur aborde les différents problèmes des jeunes : les violences, la sexualité, leurs souffrances, l'emploi, la justice, la famille, le sport et les religions...
Voir plus Voir moins

CES JEUNES-LA

Points de vue Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga-Akoa
Déjà parus

Anselme MACKOUMBOU-NKOUKA, Un général dans la tourmente: la guerre du 5juin 1997 au Congo, 2009. SHANDA TONME, La France a-t-elle commis un génocide au Cameroun? Les Bamiléké accusent, 2009. SHANDA TONME, Jeux et enjeux des Etats dans l'ordonnancement géostratégique planétaire, 2009. Alfred MBUYI MIZEKA, Du village aux amphithéâtres. Itinéraire d'un universitaire africain, 2009. Michel NKA YA, Pour une approche endogène du développement au Congo-Brazzaville, 2009. Jean-Baptiste SOUROU, Jean-Paul II: Pape blanc et Africain, 2009. Janis OTSIEMI, Guerre de succession au Gabon, 2009. Mohamed Lamine GAKOU, Afrique subsaharienne et développement de l'Asie de l'Est, 2009. Allaoui ASKANDARI, Logiques politiques et mahorites dans la postcolonie de Mayotte, 2009. Toumany MENDY, L'immigration clandestine. Mythes, mystères et réalités, 2009. Succès MASRA et Béral M. LE GRAND, Tchad, éloge des lumières obscures. Du sacre des cancres à la dynastie des pillards psychopathes, 2008. Reckya MADOUGOU, Mon combat pour la parole, 2008. Raphaël BINDARlYE, Le bonheur d'un couple. De vingt à quatre-vingts ans, 2008. André-Bernard ERGO, Congo belge, La Colonie assassinée, 2008.

Étienne-Marcelin

NGBANDABANDOA

CES JEUNES-LÀ

L'Iftmattan

@ L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-09883-1 EAN : 9782296098831

Dédicaces
A mes petits-enfants Attila-Djibril N'GODIOH-NGBANDA-BANDOA, Maélys-Noémia et Mathis-Max Junior AKOUNDOU
A ma tante et tutrice Madeleine YANGBA à Bangassou (République Centrafricaine)

Remerciements
Je formule mes remerciements à Isabelle NAUDY qui m'a inspiré le thème traité. Aurélie HIALLE-GUILHAMOU, Viviane CACCA VELU, Monique BALLAN, Hafida ELHBI, Michèle RAYNAL, Sophie L'HERMITE, Françoise BERGONZAT, Jean-Marc ANGELINI pour leur contribution effective et diversifiée: corrections, photographie, réalisation de la première couverture... J'exprime une reconnaissance particulière à mon frère RobertCyriaque YAVOUCKO, professeur à l'université de Bangui, pour le travail fastidieux de saisie et de mise en forme. Je remercie infiniment ma sœur Marielle BENTAÏBA qui a assuré la nouvelle saisie et la bonne présentation du livre. Son sincère dévouement, sa patience inébranlable et sa bienveillance débordante me marquent d'un sceau indélébile. Je profite de cette opportunité pour réitérer ma gratitude à Mr JeanLouis REDONNET, Directeur du foyer d'accueil spécialisé Ernest BOUE qui est aussi le siège de notre association «EspoirSolidarité pour TOKI et le CENTRAFRIQUE ».

Introduction
Parler de la jeunesse, c'est ouvrir à la fois une porte sur son passé, une autre sur le présent et la dernière sur son avenir, avenir appréhendé avec angoisse et pessimisme, compte tenu de la précarité, de la pauvreté, du chômage, des discriminations de tous ordres et des autres violences qui ébranlent notre société.

La jeunesse est l'étape décisive de la vie. Elle peut être située
entre l'enfance et la maturité. Dans le cadre de cette étude, la jeunesse se situe dans la tranche d'âge qui va de neuf à trente-trois ans environ. Cette période de la vie constitue un passage obligé que chaque individu traverse tant bien que mal, dans un environnement donné. Cette tranche d'âge est caractérisée par une panoplie de dispositions d'esprit: l'enthousiasme dans les actions, la fougue, l'insouciance des lendemains, des conséquences ou des sanctions à subir, le goût et l'intérêt pour des relations et rencontres amicales, la recherche d'une identité intrinsèque, la soif d'indépendance et de liberté... La jeunesse est aussi par excellence le moment de la formation professionnelle, de l'apprentissage et, en principe, de l'exercice du premier emploi. La jeunesse tout entière est en crise en France et cette réalité-là date d'un certain temps. En fait, la belle société française pérennisée par ses jeunes connmî à chaque époque ses délinquants, ses marginaux, ses caractériels, ses goujats. Elle connaît aussi en même temps ses modèles, ses éléments entreprenants, dévoués et courageux, ses visages sympathiques. Ces jeunes-là, nous, adultes d'aujourd'hui, nous en faisions aussi partie dans un passé plus ou moins rapproché. Les souvenirs de cette époque dorée ne cessent de nous envahir à tel ou tel moment, quand tel événement revient au devant de la scène. Omniprésents, acteurs actifs et redoutés de la vie nationale, ces jeunes-là sont de tous les combats, de toutes les luttes qui ont

10 Ces jeunes-là

profondément marqué l'histoire de notre pays, la révolution française qui vit la chute de l'Ancien Régime, les événements de mai 68 et les mutations qui s'ensuivirent, les grèves dures de mars 2006, l'occupation des établissements scolaires pour réclamer le retrait de la loi Fillon... Ces jeunes-là ont profondément secoué la France lors de violentes émeutes qui ont embrasé les banlieues en novembre 2005 et pendant la crisel née du rejet des dispositions du Contrat Première Embauche (CPE) en février 2006. De par le monde, les jeunes participent activement aux bouleversements et transformations qui surviennent ici ou là au sein de différentes nations. fis se sont emparés de Bichlek, poussant le président de la République à la démission et à la fuite. En Côte d1voire, par contre, ils ont apporté leur total soutien au Président Laurent Gbagbo en novembre 2004 dans le conflit qui l'opposait aux rebelles décidés à renverser son régime2 et, surtout, contre l'intervention de la France qui a détruit tous les aéronefs de l'armée de l'air ivoirienne en représailles contre ses neuf soldats tués à Bouaké. Les jeunes Français, adhérents de notre club, de notre association, de notre parti, ces jeunes-là, membres de notre congrégation religieuse, sont aussi nos enfants, nos cadets, nos nièces, nos beaux-frères, nos voisins, nos élèves, nos patients, nos apprentis, nos étudiants, nos collaborateurs... Ces jeunes-là, qui représentent toutes les couches, toutes les classes sociales, vivent, soit dans des quartiers résidentiels, soit dans des ghettos étiquetés «quartiers sensibles », «quartiers difficiles », «quartiers à hauts risques» ou «quartiers chauds» parsemés de zones d'éducation prioritaire (ZEP). Dans ces véritables ghettos, les perspectives d'avenir deviennent des denrées rarissimes face à la croissance exponentielle du taux de chômage qui nourrit la démotivation et la marginalisation et constitue un terreau favorable au développement de violences multiformes et d'autres actes délictueux.
I Les Chinois affirment qu'une crise se présente plutôt comme une occasion salutaire de recentrage et de changement de cap. 2 La réconciliation entre les rebelles et le président Laurent Gbagbo a été scellée à Ouagadougou et Guillaume Soro, leur cbef de file, a été nommé Premier ministre de Côte d1voire.

Introduction

Il

Ces jeunes-là, membres à part entière de notre société, ont été de tout temps sur tous les champs de bataille où l'intégrité et l'indépendance de la patrie étaient menacées. lis ont combattu le nazisme et le totalitarisme et contribué au prix de lourds sacrifices au rétablissement des valeurs républicaines et à la liberté. L'on peut citer, entre autres illustrations grandioses, l'exemple de Pierre B... Celui-ci est entré dans la résistance à dix-sept ans en 1940. li a pris d'énormes risques quasi suicidaires pour s'infiltrer courageusement dans le « Groupe Collaboration» transformé ensuite en « Jeunesse de l'Europe Nouvelle» en vue de fournir des renseignements à l'ennemi. TIa été démasqué par la suite... A l'exemple de leurs grands-parents qui ont su entretenir de solides liens de solidarité et de fraternité pendant les deux guerres mondiales, ces jeunes-là, composés de Blancs, Blacks, Beurs (BBB), peuvent aujourd'hui unir leurs différences, conjuguer leurs efforts et leurs aptitudes pour servir et bâtir ensemble leur patrie, la France. TIsconstituent une richesse inépuisable, une force unique, comme le fut jadis celle de leurs devanciers, les valeureux anciens combattants. TIsfont l'orgueil et la fierté de la République dans les domaines culturel, musical, artistique et sportif. La Coupe du monde de football de 1998 fut la preuve palpable de l'unité et de la combativité collective de ces jeunes-là, de leur profond attachement et de leur sincère affection pour la France. Cette occasion fut indubitablement une véritable communion nationale vécue par le peuple français dans ses différentes composantes multiraciales lors de cette toute première victoire mondiale dans cette discipline phare. Ces jeunes-là étaient hostiles à la guerre d'Algérie qui commença le 1er novembre 1954 pour s'achever avec l'indépendance algérienne en 1962. lis étaient les tout premiers à parler de véritable «guerre» à l'époque où la formule consacrée faisait plutôt mention des« événements d'Algérie ». Aujourd'hui, ces jeunes-là continuent de servir fidèlement l'armée française. Ils interviennent avec courage et abnégation dans le cadre des missions de maintien de la paix et de la recherche de la réconciliation au Liban, au Kosovo, en Serbie, en Côte d'Ivoire, en République Centrafricaine, au Tchad, au Rwanda, etc. Par ailleurs, ils sont aussi présents dans le monde du travail où ils apportent leur contribution dans le développement socio-économique de leur pays.

12

Ces jeunes-là

Le jeune qui assurera demain le relais et la continuité de la. marche du pays doit bénéficier d'emblée d'un bon traitement et d'un bon engagement, d'une excellente éducation qui met l'accent sur l'amour, la confiance, le respect de soi et des autres ainsi que sur le sens de la valeur morale, civique, disciplinaire, sans pour autant oublier le goût du travail, la responsabilité, l'intérêt et la beauté de la vie. En général, celui à qui l'on ne propose rien, l'on n'inculque rien et qui se sait mal aimé, celui qui est convaincu d'être marginalisé, stigmatisé, celui-là va se replier sur lui-même. Mieux, il cherchera, soit à se protéger, à se défendre, soit à s'opposer radicalement et frontalement à l'ordre établi, d'où l'intérêt de l'aimer tel qu'il est, selon l'adage qui veut qu'« 'on ne jette pas le bébé avec l'eau du bain ». La société dans son ensemble doit plutôt s'atteler à cultiver en lui l'esprit de tolérance, l'estime de soi, toutes choses mises bout à bout qui lui permettront d'avoir un regard positif sur lui-même et la soif de s'ouvrir aux autres. Le jeune en situation difficile est envahi par l'animosité, la rancœur et l'esprit d'agressivité. TI est exposé aux échecs répétés, aux déviances de tous ordres qui seront difficiles à éradiquer dans l'avenir. Le soutien, l'aide effective et l'assistance bienveillante que la société lui apportera au moment critique de sa vie pour faciliter sa réussite scolaire, son insertion socioprofessionnelle seront un gain inestimable aux dimensions et conséquences heureuses, multiformes que la société engrange de manière inconsciente. TI importe au premier chef aux pouvoirs publics français, aux collectivités locales, aux régions, bref, à la société française de donner un contenu concret et palpable à la devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité» en favorisant effectivement l'égalité des chances et des droits3 pour tous les citoyens et d'être disponible pour tendre la perche aux jeunes qui traversent des moments difficiles.
3 Dans la Déclaration des Droits de l'Homme adoptée le 10 décembre 1948 par l'Assemblée Générale des Nations Unies, l'article premier stipule «Tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droit... ». L'article 2, quant à lui, stipule: «Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration sans distinction aucune notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation... »

Introduction

13

Les jeunes savourent la liberté qui n'exclut pas cependant la responsabilité. Aussi, les conditions nécessaires doivent être créées pour que les termes mécaniques du type «mes droits» qu'ils brandissent à tout bout de champ soient accompagnés de la notion de « devoirs », indispensable et inséparable des droits du citoyen et de l'équilibre qui sied à toute vie en société. Les notions de « Liberté, responsabilité, droits et devoirs, discipline, solidarité »... doivent faire l'objet d'amples explications, de discussions permanentes et dépassionnées, de négociations désintéressées. Ces jeunes-là sont des fanatiques de musique, de sport et de gadgets induits par les nouvelles technologies de l'information. Ds sont aussi souvent associés aux problèmes brûlants de la violence, à la drogue et aux délits multiformes qui gangrènent la société française. Nous avons souligné plus haut que la jeunesse est une étape capitale, voire décisive, dans la vie d'une personne. C'est généralement à ce moment-là que se précise le choix d'un métier à exercer dans l'avenir: armée, police, enseignement, santé et autres professions, choix qui se consolide pour se matérialiser par la vocation ou l'engagement ferme et iITéversible du jeune. D est inutile de noter qu'on n'entre pas à Saint-Cyr, à l'ENA ou dans les autres écoles professionnelles à quarante ans. C'est plutôt vers dixhuit, vingt ans que tout se joue. Tous les hommes et toutes les femmes d'État d'aujourdbui, tous les capitaines d'industrie, les personnalités de premier rang de tous ordres, tous sans exception, étaient les jeunes dbier. Les illustrations foisonnent. Sur le plan politique, Jacques Chirac, Michel Rocard, Jean-Marie Le Pen, Martine Aubry, Nicolas Sarkozy, Nelson Mandela, etc. ont commencé à militer dès leur prime jeunesse. Lbebdomadaire international indépendant Jeune Afrique écrit à propos de l'actuel président d'Algérie, Abdelaziz Bouteflika : «D n'a que vingt-trois ans quand au lendemain de l'indépendance de son pays en 1962, il est nommé ministre de la jeunesse, avant de se voir confier une année plus tard la direction de la diplomatie. »4
4 Jeune Afrique n° 2379 - 2380.

14 Ces jeunes-là

Les jeunes qui sont par nature assoiffés de vérité, de justice, de paix et versés dans les idéaux de la coopération et de l'entraide universelle se voient confrontés à des sujets tabous comme la sexualité. Ils sont également exposés à des souffrances comme l'incompréhension qui conduit à l'obésité, à l'anorexie, aux maladies mentales, à la toxicomanie... Les adultes restent le modèle d'identification des jeunes. Ils doivent pour cela refléter des valeurs positives comme la sincérité, l'honnêteté et éviter des comportements répréhensibles. Tel n'est pas souvent le cas aujourd'hui. Les adultes ne donnent pas toujours les bons exemples qu'il faut. C'est tel député, tel ministre, tel directeur général, tel chef d'entreprise qui sont mis en examen pour détournement, abus de biens sociaux, escroquerie, corruption, délit d'initié, etc. Or, le plus souvent, les jeunes sont très sensibles au mensonge, à l'escroquerie, à la tricherie. Conséquemment, ceux-là mêmes qui devaient être des modèles se trouvent en porte-à-faux avec la loi, ce qui peut les porter vers le mépris, la révolte. Le témoignage de Clémence Derouet, une agricultrice de trentedeux ans, nous interpelle: « L'éducation à la citoyenneté doit faire partie des missions de l'école. Elle constitue un apprentissage de connaissances et de valeurs à transmettre. Cependant, il est important de garder à l'esprit qu'elle ne doit pas seulement être un savoir, mais une pratique permeuant de bien vivre ensemble ».5 Avoir l'audace de parler globalement des jeunes est une tâche ardue compte tenu de l'immensité et de la complexité du sujet. C'est avec modestie et humilité que nous avons cependant voulu aborder ce thème qui présente de multiples facettes, aussi complexes les unes que les autres, entre autres:

- Les domaines6 où les jeunes brillent positivement, suscitent la fierté, l'honneur, l'orgueil national, l'enthousiasme de toute la nation. - Les domaines où ils endurent de réelles souffrances dans la mesure où le contexte socio-économique les pénalise.
5 Magazine th! la Maïf, n° 14 de juin 2006. 6 Aucun critère ne nous a déterminé et motivé dans le choix des domaines à traiter par rapport à d'autres.

Introduction

15

- Les domaines auxquels ils accordent peu d'intérêt, de valeur ou de priorité. - Les domaines
où ils se démarquent par leur style de vie, etc.

Pour bien se construire et atteindre les objectifs positifs qu'ils se sont fixés dans la vie, réaliser leurs projets personnels, ces jeuneslà ont besoin de l'aide, de l'accompagnement des adultes.