//img.uscri.be/pth/2888ca5628faca5bcc07cdf04b1e1d4fb67396d6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,31 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

CHAMANISME ET CIVILISATION CHINOISE ANTIQUE

De
160 pages
On se pose rarement la question de savoir dans le grand public quels sont les traits caractéristiques essentiels de la civilisation chinoise et on ne recherche pas les raisons de ses divergences profondes avec l'occident. Au moment où ce pays essaie de retrouver la suprématie en Asie et où il émerge de plus en plus sur la scène mondiale, il n'est peut-être pas sans intérêt d'y voir plus clair. Pour l'auteur, le chamanisme sous sa forme évoluée de la divination permet d'apporter des réponses sur l'origine du fossé culturel et ses implications sur le plan scientifique, sur celui de la modernisation, et sur celui de la christianisation
Voir plus Voir moins

CHAMANISME et Civilisation Chinoise Anti ue

Antonv TAO
.,I

CHAMANISME et Civilisation Chinoise Anti ue

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

~L'Hannattan,2003 ISBN: 2-7475-3699-8

À mes six petits-enfants: Stéphanie, Nicolas, Laura, Annabel, Paul et Julien

Avec mes remerciements à : Alice FANO pour ses encouragements et ses mises au point Jean-Yves LIVENAIS pour son aide précieuse dans la préparation de ce travail Ma fille Isabelle pour sa patience et son efficacité dans la mise en forme finale

SOMMAIRE La reli2:ion première Au paléolithique, les hommes voyaient derrière les choses, les phénomènes et tous les événements, la marque ou l'intervention d'êtres invisibles. Il y avait donc pour eux une double réalité, la nature et la sumature. Celles-ci étaient étroitement entremêlées dans un monde unique: « la réalité cosmobiologique» 1,(fig. I p. 30). En même temps, tout groupe humain attribuait la totalité de ses coutumes, de ses manières de faire, de ses techniques, à des ancêtres mythiques ceux de leur passé fondateur (fig. II p. 31). La loi des ancêtres était ainsi le «principe d'ordre» qui assurait la cohésion du groupe et l'égalité de ses membres, en même temps que la bonne marche de toutes choses. Deux caractères définissent donc essentiellement cette religion première:

- la réalité
- la

cosmobiologique,

loi des ancêtres.

Ce sont les modifications de ces deux caractères qui permettent d'expliquer pourquoi et comment les diverses civilisations naissent à partir de la religion première (Chap. VI, VII, VIII et fig. IV p. 64). Le chef traditionnel et le chaman Deux personnages émergent, à cause de leurs rôles, parmi tous les membres égaux des groupes paléolithiques. - Le chef, qui n'a aucune autorité politique, mais dont le rôle est de rappeler constamment au groupe les bienfaits de la tradition et les exploits des héros mythiques à qui l'on doit tout. Ce rappel de l'autorité des anciens du passé fondateur est absolument nécessaire pour maintenir la fragile cohésion du groupe. - Le chaman, pour sa part, assure la liaison entres les deux réalités du monde cosmobiologique, la communication entre la nature et la sumature. La guérison d'un malade ou le succès de la chasse collective dépendent des esprits qui en sont responsables. Le chaman entrera en transe pour que son esprit puisse aller négocier justement avec ces esprits responsables. Avec le chef et le chaman, on a des personnages distincts par leurs rôles qui n'ont aucun privilège dans le groupe et où ils restent à égalité avec les autres membres. Leurs rôles sociaux s'avèrent de première importance et de première nécessité pour assurer l'équilibre, la personnalité, et la survie du groupe.

-7-

Le chamanisme archaïaue Le mot chaman est d'origine toungouse et, selon toutes vraisemblances, le chamanisme serait né chez les Toungouses. Il n'est pas étonnant qu'il ait essaimé tôt en Chine, car les Toungouses en sont voisins et ont même peuplé une partie de la plaine du Fleuve Jaune avant d'en être délogés. Aujourd'hui encore, particulièrement en Asie, chez les peuples turcomongols, les Lapons ou les Tibétains, le chamanisme est resté très vivace. Roberte N. Hamayon 2 a excellemment montré, dans « Taïga, terre des chamans» comment le chamanisme est né dans la taïga. « L'art du chaman puise aux mêmes sources que l'art du chasseur ». Le chamanisme n'est pas une religion mais il est intimement lié à la religion première où il n'y a ni dogme, ni clergé, Iii temple, ni liturgie. On réserve ici le terme de chamanisme archaïque à cette époque paléolithique où le chaman, pour provoquer l'escapade de son âme hors de son corps, devait entrer en transe. Les médias ont souvent montré ses accoutrements et le martèlement du tambour pour provoquer son extase. Au néolithique, avec les nouvelles conditions d'existence des populations, le chamanisme sera aussi obligé d'évoluer et aboutira à la divination, mais la liaison entre les hommes et la surnature persistera toujours. La divination est donc fille du chamanisme archaïque. Ce dernier, cependant, pourra se maintenir avec le medicine-man, par exemple, et coexister avec la divination. Les autorités locales du néolithiaue Au néolithique, en Chine comme ailleurs, la sédentarisation, le développement de l'agriculture et de l'élevage, l'importance grandissante des villages nécessiteront des artisans et l'exécution d'importants travaux collectifs. - Le rôle du chef ne pouvait donc plus se limiter à la remémorisation de la tradition, il deviendra par nécessité un gestionnaire et un dirigeant. Il sera alors une autorité locale qui devra faire appel aux anciens pour le conseiller. - De même, le chaman deviendra devin pour maintenir la prospérité des familles de fermier et celle des villages. Ses anciennes prestations deviendront alors inutiles. Comme les problèmes du village ou d'une importante agglomération ne sont pas souvent seulement d'un ordre pratique mais font intervenir les rapports avec les esprits, le chaman pourra s'adjuger le rôle du chef. C'est ainsi qu'un chef chaman, potentat local, a pu fonder la dynastie des Shang. C'était alors l'apparition d'un État.

- 8-

Dislocation de la reli!!ion première L'apparition de l'État va avoir des conséquences importantes car l'État va contribuer à disloquer défmitivement la religion première. Nous passerons donc en revue son impact sur les deux composantes de celle-ci: - l'autorité des ancêtres, - la réalité cosmobiologique. - Auparavant, le principe d'ordre, le respect de la loi des ancêtres, assurait aussi bien la cohésion sociale que l'égalité des membres d'une communauté. A l'autorité des ancêtres va se substituer celle des souverains. Donc pas d'égalité, mais une hiérarchie où le souverain est le sommet de la pyramide sociale. Son autorité se répercutera à tous les échelons sociaux du plus élevé jusqu'au plus bas. La cohésion sociale sera ainsi maintenant assurée. - Par ailleurs, pour affmner davantage son autorité sur ses sujets, le souverain voudra apparaître comme le représentant des ancêtres. Ceux -ci, pour les sujets, ne seront donc plus lointains, mais comme présents actuellement, particulièrement lorsque les contraintes se renforceront. - De plus, le pouvoir engendre l'esprit de conquête. Des communautés différentes aux traditions différentes vont être ainsi soumises au même pouvoir impérial. Par leur englobement les diverses croyances traditionnelles vont être confrontées à celle de la monarchie. « La dimension et l'horizon de l'universel font alors irruption dans le champ de l'expérience humaine» 1. La !!enèse de la pensée occidentale (fig. IV p. 64) Les effets de la dislocation sur la réalité cosmobiologique sont aussi du plus haut intérêt. Si nous abordons d'abord la genèse de la pensée occidentale, c'est pour mieux faire ressortir les contrastes avec celle de la Chine. - Avec la pensée juive, il y a rupture complète de la nature d'avec la surnature. On aboutit à deux sphères entièrement distinctes: le Dieu absolu, transcendant d'une part et d'autre part la nature avec les hommes. Chez les Grecs, avec Platon, la rupture complète n'a pu se réaliser pleinement mais a abouti à un compromis: Le « Monde Intelligible» des modèles types permanents, des Idées, est en opposition avec le « Monde Sensible », changeant de la nature et des hommes, mais ils restent solidaires dans une nouvelle réalité cosmobiologique.. La pensée occidentale est née de la rencontre de ces deux pensées, juive et grecque.

-9-

La g:enèse de la pensée chinoise (fig. IV p. 64) Avec la Chine, on a un autre cas de figure. Sous la dynastie Shang, les forces invisibles de la sumature ont bien convergé pour s'unifier et apparaître sous la figure du « Souverain d'En Haut », « le Shangdi » mais la logique des procédures divinatoires finira par substituer progressivement « à la volonté divine », « le dynamisme profond de la nature» 3. La dynastie suivante des Zhou, pour des raisons politiques, va conflfIDer cette évolution 4. Il en résulte que le Tao, nouveau principe d'ordre en Chine, est immanent à la nature et que la pensée chinoise est une pensée cosmologique 4. Prêtre.. chaman.. sorcier Il importe, au passage, de préciser brièvement les fonctions de ceux qui se mettent en rapport avec l'invisible. - Le chaman archaïque, puis le devin, communiquent avec la sumature, mais uniquement pour des raisons pratiques. On reste dans le domaine de l'utile, ce qui n'a rien à voir avec la recherche de la sérénité intérieure ou la fusion avec la nature que prêchent les soi-disants néo-chamans d' aujourd 'hui. - C'est tout à fait différent avec le prêtre. Il adore son Dieu ou les divinités de ses croyances, il leur rend un culte, leur offre des sacrifices. Ils les honorent et sa révérence à leur égard est donc désintéressée. Il peut cependant leur adresser des supplications sous forme de prières. - On confond aussi parfois le chamanisme avec la sorcellerie. Il est connu que le sorcier jette des sorts, ensorcèle ou envoûte des êtres humains ou des animaux. Il peut provoquer également des maladies et des désastres agricoles. Il est donc essentiellement 1'homme des maléfices. - Par l'intermédiaire d'un possédé ou d'un médium mais malgré eux, des êtres invisibles peuvent transmettre des communications. Si le possédé est habité durablement par un esprit, le médium ne l'est que brièvement par l'âme d'un défunt. - Si les forces naturelles assurent leur concours aux magiciens elles ne
délivrent pas de messages à cette occasion.

La divination Si la divination a été universelle, elle n'a pas eu partout des conséquences aussi importantes qu'en Mésopotamie et en Chine. - « En Mésopotamie 5, la divination est devenue une connaissance de type scientifique, et déjà, pour l'essentiel, une science. » La pensée grecque a hérité de cet esprit scientifique. - « En Chine, la divination est à l'origine de sa civilisation, de sa pensée cosmologique et des ses traits caractéristiques essentiels. C'est pourquoi la divination occupera une place centrale dans notre essai. On y passera
- 10-

en revue les différentes phases de son évolution. On se penchera particulièrement sur la pensée cosmologique, sur le Grand Plan et le Yijing qui en sont deux oeuvres importantes. Le Grand Plan (Hon2 Fan) Cette courte mais très importante oeuvre précise d'abord les conditions indispensables pour le fonctionnement harmonieux et la paix dans un Royaume. Elle préconise également, ce qui nous intéresse ici plus particulièrement, l'observation méticuleuse, scrupuleuse du monde et des choses, avec tous ses yeux, toutes ses oreilles, sa réflexion, sa perspicacité,.. . Le Monde, l'Univers, est un grand Tout qui englobe Ciel, Terre et Hommes. Si le Ciel dépasse l'Homme, c'est seulement, parce qu'il est « la totalisation de l'immanence du monde entier» 6, mais ce sont les mêmes règles qui les régissent. Bien que l'observation de l'Univers soit menée de l'intérieur, à l'intérieur de l'Univers (immanence oblige), elle a pu déterminer les cinq éléments fondamentaux de base (Wuxing) et d'innombrables correspondances. On considère donc les choses dans leur globalité. On ne recherche surtout pas à en extraire des généralités. Pas de lois causales, seulement des correspondances et des mutations. En fonctionnant de cette manière, la pensée cosmologique chinoise a obtenu très tôt des résultats encore pleinement justifiés aujourd'hui et des réussites technologiques remarquables. Le Livre des Mutations (le Yiiin2) Tout est en constante transformation, il n'y a donc pas de possibilité de faire apparaître des modèles types immuables comme chez Platon. On n'essaie pas de découvrir derrière les choses des êtres stables, des vérités absolues. Il faut alors se passer de définitions puisque c'est le règne des mutations et que rien n'est défini définitivement. Seuls sont donnés les 64 hexagrammes qui symbolisent toutes les situations possibles par lesquelles les événements ou les choses peuvent transiter. « Il n'est pas un penseur de quelque envergure, qui n'ait pas émis sur lui ses réflexions et ses interprétations. » 4 « Chaque fois que la pensée chinoise cherche à se ressourcer, en particulier dans la recherche d'une pensée fondamentale, elle a recours au Yijing. » Dans les autres pays, la notoriété de cette oeuvre est aussi très grande mais son influence s'y est manifestée très diversement. La pensée scientifiaue Il nous a paru nécessaire de consacrer deux chapitres à la pensée scientifique, car il est du plus haut intérêt de comparer, dans ce domaine, les implications respectives de la pensée cosmologique chinoise et de la
- Il -

pensée occidentale, sans négliger les facteurs intellectuels, idéologiques, économiques ou historiques qui peuvent intervenir. Conclusion Le chamanisme s'est répandu autrefois dans le monde entier, mais c'est seulement en Chine qu'il s'est emparé du pouvoir et qu'il y a façonné fortement et durablement la civilisation. Son étrangeté pour les occidentaux vient de là. Les deux mondes se sont ignorés fort longtemps mais cette étrangeté, «cette indifférence, est une aubaine pour la pensée occidentale qui va pouvoir à partir d'elle s'observer sous un jour nouveau» 6.

Bibliographie
Gauchet Marcel, Le désenchantement Hatnayon du monde - Gallitnard 1969.

4

Roberte N., Taïga, Terre des chamans - Itnpritnetie nationale 1997. Vandenneesch Léon - De la tortue à l'achillée - Divination et rationalité - Seuil 1990. Cheng Anne - Histoire de la pensée chinoise - Seuil 1997. Philosophie chinoise - Philosophie n° 44 01/121/944 - Les Éditions de Minuit. Bottero Jean - Mésopotamie Jullien François - Philosophie
Les Editions de Minuit

6

- Folio histoire, Gallitnard 1987. chinoise - Philosophie n° 44 01/121/944
de I 'homme et traditions

-.

- Connaissances

chinoises

-

Alliage n° 41 et 42, hiver 1999, plintelnps

2000.

- 12 -

LES SOUVERAINS MYTHIOUES (Néolithique)

Les 3 Purs

Fuxi Nuwa Shen Nong (le divin laboureur)

Les 5 Augustes

Huang Di (l'empereur Jaune) Zhuan Xu Di Gao Yao Shun

D'autres classifications sont possibles: l'empereur Jaune était à la fois un dieu et un homme. Il est resté honoré comme le créateur de l'identité chinoise (Jacques Pimpaneau), l'Âge d'Or. Où un souverain choisit son successeur pour ses vertus et son efficacité. Ainsi Shun succède à Yao, et Yu le Grand à Shun.

- 13-

LES PREMIÈRES DYNASTIES CHINOISES

Dynasties Les royaumes archaïques Xia (Hsia) Shang (Yin) Zhou (Tcheou) Qin Les premiers empires

Vers 2000 1600 1600 1050 1050 221 221 206 206 av J.C 220 après J.C

Fondateurs Yu le Grand

Ages

Tang

Bronze

Wen Shihuangdi Qin (Ying Zhang) Gaozu (Liu Bang) Fer

(Ie 1er empire)
+Han

Néolithiaue Des milliers de sites, révélant plusieurs foyers de civilisation (dès 6 000 ans avoJ.-C.) imposent peu à peu l'image d'une Chine plurielle. Les Xia - Passage du néolithique à l'âge du bronze - Apparition de l'écriture, de la métallurgie et des premières villes. - Naissance d'un pouvoir centralisé Les Shane: - L'émergence de la civilisation chinoise

D'après Corinne Debaine - Francfort La redécouverte de la Chine Ancienne, Gallimard, 1998.

- 14-

LES 3 DYNASTIES ROYALES (chronologie)

-2000
XIA
(~OO ans)

-2000

-1600
SHANG (550 ans)

- 1600

- 1000

- 1050
ZHOU
OCCIDENTAUX (280 ans)

-1050

- 1000

-770 PRINTEMPS ET AUTOMNES

ZHOU (829 ans)

ZHOU ORIENT AUX (5~9 ans)

I

-475
ROYAUMES COMBA TT ANTS

- 221
PREl\lIER - 206 HAN EMPIRE: QIN

-221
1

(/5 ans)

-206
o

o
HAN

.

- 15 -

LOCALISATION DES ROYAUMES

\.

\.
.'

M'ONCO Lie ~"--".", ..

(,-..r-'

--,'

..

''

".--

--

... f

'

---'"

# .\b

~c., "

l ~o

lot-->~~
..;.)
.

\.' ('~

çtV"J

.

.
)
'\..J"1

...-.
}

..~..
~

..

()
200 f I
I I

~

Zhou
OHAINAN LOCALISATION DES HOY AUl\1 ES

. ~~ .::r Xta

.

.00

UX)

I

.I

i

~1

200 R.I

Shang

D'après Fairbank et Goldman China. New History. Harvard University Press, 1998.

- 16..