Charte-loi de Chièvres

Publié par

La Charte-loi de Chièvres[1] est le plus ancien texte de loi connu écrit en langue d'oil. Elle date de 1194.TextePage1[1] Sacent chil ki sunt present et chil ki a venir sunt ke mesire Nichole deRumegni et mesire Rasse de Gavre le vile et le sart de Cirve ontmize a assize a LXXXXII l. de blans deniers, par tel condisiun ke a leur se[rs]et a leur ancheles ne retienent se le parçon non a la mort, et asborjois, afforains et a cels de chiesedé le meleur catel a la mort,et le sanc et les burines et les altres forfais. [2] Se nul hom fiert altrede arme molue, par LX sol. Le doit amender ; de cels LX sol. Ont lisegnor XXXVI sol. Et cil cui on fiert XVIII sol. Et li provos qui les porchaceVI sol. ; se il muert ne affole, a le paiz del païs. [3] AI sanc qui n’est faitde arme molue ne puent prendre ke XXX sol. Si en on li segnor XVIIIsol. Et cil a cui li sans est faiz IX et li provos III. [4] De l’orbe colp, XV sol. ; deço on li segnor IX sol. Et Cil cui on fiert IIII et li prevos Il. [5] Deldesmentir, V sol. ; de ço on li segnor III sol. Et cil qui on desman II. [6] Sacentbien li serf et les ancheles ke il ne se puent marier fors de le vilesains congiet as segneurs, mais en le vile se puent il bien mariersains congiet. [7] Et sacent bien li borjois qui a le loi de le vile sunt keil se puent bien marier sains congiet, u ke il vuelent, et se puent bienle loi de le vile lassier, sauve leur issue, et li segneur les doiventconduire sauvement fors de luer terre. [8] ...
Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 65
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
LaCharte-loi de Chièvres[1]est le plus ancien texte de loi connu écrit en langue d'oil. Elle date de 1194.
Texte Page1 [1] Sacent chil ki sunt present et chil ki a venir sunt ke mesire Nichole de Rumegni et mesire Rasse de Gavre le vile et le sart de Cirve ont mize a assize a LXXXXII l. de blans deniers, par tel condisiun ke a leur se[rs] et a leur ancheles ne retienent se le parçon non a la mort, et as borjois, afforains et a cels de chiesedé le meleur catel a la mort, et le sanc et les burines et les altres forfais. [2] Se nul hom fiert altre de arme molue, par LX sol. Le doit amender ; de cels LX sol. Ont li segnor XXXVI sol. Et cil cui on fiert XVIII sol. Et li provos qui les porchace VI sol. ; se il muert ne affole, a le paiz del païs. [3] AI sanc quin’est fait
de arme molue ne puent prendre ke XXX sol. Si en on li segnor XVIII
sol. Et cil a cui li sans est faiz IX et li provos III. [4] De l’orbe colp, XV sol. ; de
ço on li segnor IX sol. Et Cil cui on fiert IIII et li prevos Il. [5] Del
desmentir, V sol. ; de ço on li segnor III sol. Et cil qui on desman II. [6] Sacent bien li serf et les ancheles ke il ne se puent marier fors de le vile sains congiet as segneurs, mais en le vile se puent il bien marier sains congiet. [7] Et sacent bien li borjois qui a le loi de le vile sunt ke il se puent bien marier sains congiet, u ke il vuelent, et se puent bien le loi de le vile lassier, sauve leur issue, et li segneur les doivent conduire sauvement fors de luer terre. [8] S’est en le paiz ke li eschevin et li jureet par le consel les segneurs doivent metre provost por les droitures warder ; et se il forfait vers le paiz de le vile, par les segneurs li eschevin et li jureet l’en puent oster ; et se li provos mesfait vers les segneurs, par les eschevins et les jureez li segneur l’en doivent oster et altre met[re]. [9] Sacent encore tot cil qui a le loi de le vile montente ke, se il font sanc et il fierent autrui sains sanc ne il desmentent li uns l’autre, par II homes de le paiz qui le loi ont juree leur puet on prover ; et se il i a homes qui mainent dedens l’alu[et] de le vile qui n’aient le paiz juree, on leur doit faire jurer et puis puent il porter tesmoing.[10] Et se aucuns se plaint ke un li a sanc fait u ferut u desmentit, se n’en ait nul tesmoing, il jurra sor sains ke il li a sanc fait u ferut u desmentit ; cil cui il encolpe se puet escondire par jurer sur sains, lui settisme, entrepresure ; et se il ne se puet escondire, il doit amender le forfait selonc le loi de le vile. [11] Et sacent cil qui tienent les iretages ke, se il vont manoir fors de le vile ne il y mainent, par le comun consel de le vile tallera on
lor iretage. [12] S’est en le loi de le vile ke, se hom afforains i vient
ki a borjois doive catel et il voit des borjois de le vile IIu troiz, atenir
le puet sains batalle tant ke il soit devant le justice. [13] Et se aucuns est
Page2
atains de fause plainte, il le doit amender par IIII sol. et III d. ; de ço sunt
li IIsol. as segneurs et li II a celui de cui il se plaint et li III d. le justice.
[14] S'est assiz en le loi de le vile ke dechi a XX sol. de blans et de mains
entre les borjois est clamé et respondu dechi a loi ; et a le loi faire
ait cascuns qui la parole wart. [15] Et s'est en le loi de le vile ke li segneur
ne poront prendre as sers por parçon leur armes ne as borjois por mellor catel, ains doivent les armes remanoir a leur oirs et cil kis ont nes puent vendre ne ewagier, se por poverté non et par tesmoing d'eschevins et des jureez ; ne li segneur ne leur compaignon ne leur serjant ces armes ne puent emprunter. [16] S'est encore en le loi de le vile ke, se li segneur qui on le paiz de le vile juree mesprendoient vers le paiz de le vile, dedens XL jors le doivent amender par les cavaliers qui juree l'ont et par les consels les homes de le vile por lor sairement sauver. [17] S'est devizé en le loi de le vile ke li eschevin et li juree et li home que il volront apeler avuec aus ke il feront l'eswart par sairement ; et se aucuns lor dist lait, par V sol. li convenra a amender sains relaiz as segnors. [18] S'est en le loi ke li segneur doivent livrer les serjans por l'eswart quere. [19] Et s’est assiz en le loi ke, s'aucuns hom afforains u borjois est en ostel a home de le vile et il li doit de ce dete de son boire et de son mangier et il ne li volt paier, li ostes en puet prendre wage u atenir sains forfait et sains nule amendize tant que li justice i viegne u il ait sen catel. [20] S'est assiz en le loi de le vile ke, se borjois u hom afforains doit a home de le vile catel, u il l'a mis en pleges, et il li a en covent a paier u a acuiter devant l'aiue de le vile, prendre puet del sien cil cui i[l] [doi]t le catel u a mis en pleges, se il en a l'aiue de le vile, sans forfait et sains amendize as segneurs. [21] S'est encore en le loi ke les entreez et les issues des borjois remainent as borjois por paier les LXXXXII lb. [22] Et s'est en le loi ke on ne puet recollir borjois home qui vif avoir vendié, se il ne vient manoir en le vile. [23] S'est en le loi de le vile ke li segneur les homes de le paiz ne puet okisoner, se par le dit des eschevins non. [24] Sacent tot li home de le paiz ke, se il mesfont vers les serjans as segneurs, il ne l'amenderont mie par l'assize de le vile niais ensi soit a la volenté
les segneurs com ill astoit devant l'assize. [25] Et s'est en le
loi de le vile ke, se li segneur font de leur fils cavaliers u il
Page3
marient leur filles u il sont roiens de prizon de leur cors, demander doivent aiue a le vile ; et se il demandent cose qui as borjois samble estre fors raizon, par le consel des cavaliers qui le paiz ont juree et les homes de le vile prendre le doivent. [26] S'est en le pais que, se li provos somont les eschevins et les jureez por les besognes les segneurs et de le vile, se il n'i vienent et il loyal soine ne puent mostrer, par II sol. de blans le doivent amender ; si en sunt li XII as segneurs et li XII al provost sens relais. [27] Tesmoins en est sire Ernols de Winti , sire Godefrois ses freres, sire Ostes d'Arbre, sire Frankes
d'Acherne, sire Amorris ses freres, sire Gosuins li maires, maistres
Bauduins de Huncegnies, frere Wenemers, maistres Gommers, maistre Wit,
Ernols li clers, Nicholes li clers, li eschevin et li jureet.
Actum anno ab incarnatione Domini M°. C°. LXXXX.IIII°.
[Dessin d'un sceau rond, au cavalier; légende: SIGILLVM RAZONIS DE GÀVERA].
[A la gauche du dessin :]
Iceluy seel de Rasse de Gavre a cheval ainsy pourtraict comme il se monstre au papier est trouvé concordant et semblable a celuy de la susdite lettre en parchemin, collationnes par les gens de loy de Chierves, pendu a une queue de soye vermeille, aupres duquel y estoit aussy le seel du seigneur de Rumegny. Moy, greffyer, aussy present a icelles collations, RAGHET.
[Et plus bas :]
Ceste copie a esté collationnee [a l'] original en parchemin saine et entiere d'escripture
et de seau, estant au ferme des eschevins de la franche ville et sart de
Chierves, et trouvee concordante de motz a aultres par nous, les dis eschevins
de Chierves soubsignés, le XVIIIe jour d'octobre XVe quattre vingtz et syx, tesmoing
de GAVRE, 1586 ; QUESNOIT ; N. TAMPERE, 1586 ; J. CABOTEAU.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.