Chirurgie esthétique & frontières de l'identité

De
Publié par

La chirurgie esthétique permet-elle à un sujet de franchir les frontières de son identité ou bien de mieux les comprendre ? Quelle est, à la lumière d'une pratique psychiatrique et psychanalytique, la valeur psychologique profonde de l'acte de chirurgie plastique et esthétique ? L'étude de cas cliniques permet de mieux comprendre ce qu'il en est pour les acteurs en présence : l'entourage, le chirurgien, le psychiatre et le patient.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 21
EAN13 : 9782336391694
Nombre de pages : 150
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Michel Godefroy
Chirurgie esthétique &frontières de l’identité
Série RETINA Collection Eidos
Préface de Gérard Flageul
Chirurgie esthétique & frontières de l’identité
ème Ce livre est le 62 livre de la
dirigée par François Soulages & Michel Costantini Comité scientifique international de lecture Argentine(Silvia Solas, Univ. de La Plata), (Alberto Olivieri, Univ. Fédérale de Bahia,),Bulgarie(Ivaylo Ditchev, Univ. de Sofia St Clément d’Ohrid),Chili(Rodrigo Zuniga, Univ. du Chili, Santiago),Corée du Sud(Jin-Eun Seo (Daegu Arts University, Séoul),Espagne(Pilar Garcia, Univ. Sevilla),France(Michel Costantini & François Soulages, Univ. Paris 8),Géorgie(Marine Vekua, Univ. de Tbilissi),Grèce(Panayotis Papadimitropoulos, Univ. d’Ioanina),Japon(Kenji Kitamaya, Univ. Seijo, Tokyo),Hongrie(Anikó Ádam, Univ. Pázmány Péter, Egyetem),Russie(Tamara Gella, Univ. d’Orel),Slovaquie(Radovan Gura, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica), Taïwan(Stéphanie Tsai, Unv. Centrale de Taiwan, Taïpei) Série RETINA3 François Soulages (dir.),La ville & les arts11 Michel Gironde (dir.),Les mémoires de la violence 12 Michel Gironde (dir.),Méditerranée & exil. Aujourd’hui13 Eric Bonnet (dir.),Le Voyage créateur 14 Eric Bonnet (dir.),Esthétiques de l’écran. Lieux de l’image 17 Manuela de Barros,Duchamp & Malevitch. Art & Théories du langage 18 Bernard Lamizet,L'œil qui lit. Introduction à la sémiotique de l'image 30 François Soulages & Pascal Bonafoux (dir.),Portrait anonyme 31 Julien Verhaeghe,Art & flux. Une esthétique du contemporain 35 Pascal Martin & François Soulages (dir.),Les frontières du flou36 Pascal Martin & François Soulages (dir.),Les frontières du flou au cinéma37 Gezim Qendro,Le surréalisme socialiste. L’autopsie de l’utopie38 Nathalie ReymondÀ propos de quelques peintures et d’une sculpture39 Guy Lecerf,Le coloris comme expérience poétique40 Marie-Luce Liberge,Images & violences de l'histoire41 Pascal Bonafoux, Autoportrait. Or tout paraît42 Kenji Kitayama,L'art, excès & frontières43 Françoise Py (dir.),Du maniérisme à l’art post-moderne. 44 Bernard Naivin,Roy Lichtenstein, De la tête moderne au profil Facebook 48 Marc Veyrat,La Société i Matériel. De l’information comme matériau artistique, 1 49 Dominique Chateau,Théorie de la fiction. Mondes possibles et logique narrative 51 Patrick Nardin,Effacer, Défaire, Dérégler... entre peinture, vidéo, cinéma e 55 Françoise Py (dir.),Métamorphoses allemandes & avant-gardes au XX siècle 56 François Soulages & Sandrine Le Corre (dir.),Les frontières des écrans 57 Agathe Lichtensztejn,Le selfie aux frontières de l’egoportrait 58 François Soulages & Alejandro Erbetta (dir.),Frontières & migrations.Allers-retours géoartistiques & géopolitiques 60 François Soulages & Aniko Adam (dir.),Les frontières des rêves 61 M. Rinn & N. Narváez Bruneau (dir.),L’Afrique en images. Représentations, idées reçues de la crise62 Michel Godefroy,Chirurgie esthétique & frontières de l’identité Suite des livres publiés dans la CollectionEidosà la fin du livre Secrétariat de rédaction: Sandrine Le Corre Publié avec le concours de
Michel GodefroyChirurgie esthétique & frontières de l’identité
Préface de Gérard Flageul
ème Ce livre est le 34 de
Sous la direction de François Soulages FONDEMENTS DES FRONTIÈRES géoartistiques & géopolitiques, géoesthétiques & géothéoriques François Soulages (dir.),Géoartistique & Géopolitiques. Frontières,Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2012 Gilles Rouet & François Soulages (dir.),Frontières géoculturelles & géopolitiques, Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2013 Gilles Rouet (dir.),Quelles frontières pour quels usages ?,Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2013 Agathe Lichtensztejn,Le selfie aux frontières de l’égoportrait, Paris, L'Harmattan, coll.Eidos, série RETINA, 2015 François Soulages & Aniko Adam (dir.),Les frontières du rêve, Paris, L'Harmattan, coll.Eidos, série RETINA, 2015 PROBLÈMES des Frontières géoartistiques & géopolitiques François Soulages (dir.),& frontières. Arts, cultures & politiques Mondialisation , Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2014 Éric Bonnet & François Soulages (dir.),Lieux & mondes. Arts, cultures & politiques, Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2015Pedro San Ginès & François Soulages (dir.),Fronteras, Conflictos & Paz, Granada, Edición de la Universidad de Granada, Colección Eirene Instituto de la Paz y los Conflictos, 2014 Pedro San Ginès & François Soulages (dir.),Frontières, Conflits & Paix, Granada, Edición de la Universidad de Granada, L’Harmattan, Colección Eirene Instituto de la Paz y los Conflictos, 2014 François Soulages (dir.),Biennales d’art-contemporain & frontières,Paris, L’Harmattan, coll. Local & Global, 2014 François Soulages & Sandrine Le Corre (dir.),Les frontières des écrans,Paris, L’Harmattan, Coll. Eidos, Série RETINA, 2015 François Soulages & Alejandro Erbetta (dir.),Frontières & migrations. Aller-retour géoartistiques & géopolitiques, (dir.), Paris, L'Harmattan, coll.Eidos, série RETINA, 2015 ŒUVRES des Frontières géoartistiques & géopolitiquesBernard Kœst,! Aux frontières d’ArgentonJ’aurais tant aimé , Paris, L’Harmattan, coll. RETI-NA.CRÉATION, 2015Alejandro Erbetta,Aux frontières de l’oubli, Journal de recherche, 2015, Paris, L’Harmattan, coll. RETINA-CRÉATION, 2015Gilles Picarel,Les frontières de l’extériorité,Journal de recherche, 2015, Paris, L’Harmattan, coll. RETINA-CRÉATION, 2015Alejandro Erbetta,Frontières & mémoires, Journal de recherche, 2014, Paris, L’Harmattan, coll. RETINA-CRÉATION, 2014Éric Bonnet (dir.),Frontières & œuvres, corps & territoires, Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2014.Katia Légeret (dir.),Rodin et la danse de Çiva, Saint-Denis, PUV, 2014. Suite des titresFrontièresà la fin du livre © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07289-0 EAN : 9782343072890
Préface Le Docteur Michel Godefroy est médecin, psy-chiatre et psychanalyste. C’est très tôt que son intérêt pour la chirurgie plas-tique, reconstructrice et esthétique s’est manifesté puisque dès le terme de son cursus en psychiatrie, il a consacré son mémoire de fin d’études de spécialité à « La demande en chirurgie plastique ». S’est ouvert alors pour Michel Godefroy un vaste champ de réflexion concernant notamment la question de savoir pourquoi et après quel cheminement psychologique un sujet est amené à formuler une demande de chirurgie correctrice mais aussi quels sont les bénéfices attendus d’une telle démarche, ses limites et ses dangers potentiels. Pendant trente quatre ans, de 1972 à 2006, Michel Godefroy a choisi de consacrer une part importante de son temps à un exercice en milieu hospitalier, au sein d’une équipe de chirurgiens plasticiens, au cœur de la rencontre des deux vastes domaines que sont la chirurgie et la psy-chiatrie. Outre les soins et l’aide qu’il a pu ainsi apporter à un grand nombre de patient(e)s, Michel Godefroy a été à même, sur le terrain, de confronter à l’activité des chirur-giens, son expérience clinique et sa réflexion de psychiatre. Si les origines de la chirurgie reconstructrice remontent à plusieurs siècles avant Jésus-Christ, il a fallu attendre la fin ème du XIX siècle et notamment les progrès de l’anesthésie et de l’asepsie pour que naisse véritablement la chirurgie esthétique c’est-à-dire la chirurgie qui modifie les formes « naturelles » du visage et du corps, en dehors de tout con-texte traumatique (accident, brûlure), congénital (malforma-
5
tion) ou chirurgical (reconstruction d’un organe après son amputation). ème Cependant, dès la fin du XVI siècle, un chirur-gien italien du nom de Gaspare Tagliacozzi avait entrevu l’ampleur de l’impact psychologique de la chirurgie recons-tructrice. En effet, après avoir effectué environ deux cents reconstructions de nez amputés dans les conditions diffi-ciles de l’époque, et avec des résultats forcément imparfaits, Gaspare Tagliacozzi écrivait en 1597 : « nous réparons ces parties de la face que la nature a données mais que les cir-constances de la vie ont enlevées, pas tellement pour le plaisir des yeux mais bien pour remonter le moral des pa-tients qui en sont affligés ». En une intuition géniale, Tagliacozzi avait parfai-tement observé le mécanisme qui est à la base de toute l’efficacité et la puissance de la chirurgie plastique, recons-tructrice et esthétique à savoir qu’une amélioration parfois même modérée ou imparfaite de l’apparence physique peut avoir sur le fonctionnement de l’économie psychique des effets positifs très importants pour peu que le geste chirur-gical s’inscrive dans une prise en charge médicale et hu-maine de qualité. L’exercice quotidien de l’art chirurgical confirme que cette action remarquable de l’acte opératoire sur le psychisme concerne autant la chirurgie reconstructrice que la chirurgie esthétique. De ce point de vue, il faut souligner que les fron-tières ne sont pas toujours nettes et précises aux confins de ces deux domaines d’autant que, comme Michel Godefroy l’explique très bien dans cet ouvrage, toute chirurgie plas-tique et reconstructrice est à visée esthétique et toute chi-rurgie esthétique vise, en fait, à une réparation, notamment au plan psychique. ème C’est aux Etats-Unis au milieu du XX siècle que les chirurgiens ont commencé à prendre en compte l’importance des critères d’appréciation psychologique ce qui les a amenés à s’adjoindre dans leur service des consul-tants, psychologues ou psychiatres. Progressivement, ce
6
travail en commun est devenu une habitude outre-Atlantique. En France, dans les années soixante, le premier médecin psychiatre à participer régulièrement aux activités d’une unité de chirurgie plastique fut le Docteur Jean-Marc Alby, dans le service du Docteur Daniel Morel-Fatio à l’Hôpital d’Ivry avant que Michel Godefroy n’intègre en 1972 le service de chirurgie plastique de l’Hôpital Saint-Antoine dirigé par le Docteur Jean-Lucien Grignon. La collaboration entre le chirurgien plasticien et le médecin psychiatre peut adopter en fait plusieurs formes. Classiquement, il existe une relation formelle de spécialiste à spécialiste, le chirurgien envoyant au psychiatre les ma-lades qu’il pense relever de sa spécialité. Mais l’expérience la plus enrichissante est celle dé-veloppée dans le cadre de cet ouvrage par Michel Gode-froy. Elle correspond à la collaboration, au sein d’un service de chirurgie plastique, d’un médecin psychiatre attaché et participant régulièrement aux activités de l’équipe médico-chirurgicale. Le patient considère alors ce psychiatre comme un élément « normal » du fonctionnement de l’unité chirurgi-cale et une demande de consultation auprès de lui émanant du chirurgien est vécue comme un des maillons de la chaîne des consultations habituelles au sein du service (consulta-tion d’anesthésie, de cardiologie, examens biologiques…). En pratique, et c’est l’un des intérêts de l’expérience qui est relatée dans ce livre, cette intégration du psychiatre dans le groupe des médecins du service de chi-rurgie entraîne une modification progressive des échanges au sein de l’équipe, les rôles respectifs du chirurgien et du psychiatre s’interpénétrant, chacun sortant quelque peu de sa définition et de sa position initiale. Ainsi, se constitue progressivement un tissu relationnel que le patient perçoit très tôt comme un enrichissement potentiel et un élément thérapeutique déterminant. Cette coopération quotidienne au sein du service de chirurgie plastique a notamment fait apparaitre le rap-port fondamental qui existe entre l’esthétique et l’identité ce
7
qui rejoint et confirme en quelque sorte le propos de Hegel selon lequel l’apparence n’est pas unecatégoriesecondaire mais qu’« elle est essentielle à l’essence ». En effet, être reconnu(e) comme beau ou belle c’est avant tout être reconnu(e) dans son identité, à l’œil d’autrui et au sien propre. Ainsi, les deux concepts d’identité et de beauté sont liés pour définir le sentiment esthétique dont l’activation peut déclencher une demande de correction chirurgicale. Lorsque sera formulée cette demande, le prati-cien devra prendre en compte cette double implication même si la demande expressément formulée ne concerne le plus souvent et en apparence que la recherche de la beauté. On conçoit bien la difficulté et même les dangers de la tâche que constitue le fait d’aider un(e) patient(e) à se rapprocher de la beauté ou à la maintenir au moyen d’un geste chirurgical. Sur ce chemin périlleux, en cet exercice ardu, en cet art partagé entre le chirurgien et son (sa) patient(e), les mé-decins psychiatres comme Michel Godefroy ont apporté une aide déterminante et irremplaçable par leur collabora-tion quotidienne au sein des services de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique et cette aide a profité autant aux patient(e)s qu’aux praticiens. C’est un des mérites et des intérêts de ce livre que de nous en conter une des expériences les plus riches et les plus innovantes. Que cette préface soit pour nous l’occasion de remercier Michel Godefroy pour le soutien qu’il nous a apporté ainsi qu’à beaucoup d’autres chirur-giens plasticiens depuis plusieurs décennies : ainsi, avons-nous pu assurer à beaucoup de nos patient(e)s une meil-leure qualité de prise en charge, des soins plus appropriés ce qui constitue la voie la plus sûre pour répondre à leurs attentes, apaiser leurs souffrances et leur redonner le sou-rire. Gérard Flageul Chirurgien Plasticien
8
Introduction
Le travail qui va suivre est la résultante d'une expé-rience en milieu hospitalier au sein d'une équipe de chirur-gie plastique et correctrice à visée réparatrice, reconstruc-trice et esthétique, entre 1972 et 2006, qui a joint à l'expé-rience clinique les travaux que supposaient les enseigne-ments, les colloques ou les congrès, le tout générant un enrichissement renouvelé et une progression constante dans la réflexion à propos de la chirurgie esthétique, à la lumière d'une activité de psychiatre et de psychanalyste attentif par ailleurs à un regard clinique et thérapeutique sur l’ensemble des champs d'action de cette spécialité. Je veux dire par là qu'une activité envisageant les mécanismes psy-chodynamiques dans un secteur précis, ici celui de la chi-rurgie esthétique, est indissociable de l’expérience menée le plus largement possible dans tous les secteurs d'exercice de l'appareil psychique, incluant les aspects psychopatholo-giques connus depuis l'aurore de la psychiatrie. C'est ainsi que mon intérêt pour cette chirurgie est née d'une double rencontre, simultanée bien qu'hétéroclite : d'une part avec le Docteur Jean-Lucien Grignon, chirurgien plasticien chef de service de l'hôpital Saint Antoine à Paris, et d'autre part avec un sujet hospitalisé pour de graves troubles mentaux à l'hôpital psychiatrique ou j'étais moi-même interne au début des années 1970. Il s'agissait d'un patient dysmorphophobique grave, dont l'intensité du délire l'avait amené à vouloir tuer son chirurgien qui refusait de le
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.