Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Circonstances 3

De
127 pages
Ce qui sert de point de départ au présent recueil, ce qui a suscité son existence, n’est pas l’évidence des antisémitismes anciens et nouveaux. C’est un débat de portée plus générale, ou plutôt un débat qui doit être tranché de manière préliminaire, même entre ceux qui s’accordent à ne pas supporter la moindre allusion antisémite. Il s’agit en effet de savoir si le mot « juif » constitue, oui ou non, un signifiant exceptionnel dans le champ général de la discussion intellectuelle publique, exceptionnel au point qu’il serait licite de lui faire jouer le rôle d’un signifiant destinal, voire sacré.
On voit bien qu’on n’aborde pas de la même façon le processus d’éradication des formes de conscience antisémites si l’on pense qu’elles sont essentiellement distinctes de toute autre forme de racialisme discriminatoire, ou si l’on pense que toutes ces formes n’en appellent pas moins des réactions du même type : égalitaires et universalistes.
Les textes d’Alain Badiou ici réunis sont suivis, en annexe, de « Signifiant-maître des nouveaux aryens », de Cécile Winter.
enoncer à rien sans déclencher l’alarme.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Alain Badiou
Circonstances, 3 Portées du mot « juif » Ce qui sert de point de départ au présent recueil, ce qui a suscité son existence, n’est pas l’évidence des antisémitismes anciens et nouveaux. C’est un débat de portée plus générale, ou plutôt un débat qui doit être tranché de manière préliminaire, même entre ceux qui s’accordent à ne pas supporter la moindre allusion antisémite. Il s’agit en effet de savoir si le mot « juif » constitue, oui ou non, un signifiant exceptionnel dans le
champ général de la discussion intellectuelle publique, exceptionnel au point qu’il serait licite de lui faire jouer le rôle d’un signifiant destinal, voire sacré. On voit bien qu’on n’aborde pas de la même façon le processus d’éradication des formes de conscience antisémites si l’on pense qu’elles sont essentiellement distinctes de toute autre forme de racialisme discriminatoire, ou si l’on pense que toutes ces formes n’en appellent pas moins des réactions du même type : égalitaires et universalistes. Les textes d’Alain Badiou ici réunis sont suivis, en annexe, de « Signifiant-maître des nouveaux aryens », de Cécile Winter.
EAN numérique :997788--22--77556611--0055668-70-3EAN livre papier : 9782756101798www.leoscheer.com
www.centrenationaldulivre.fr
CIRCONSTANCES,3
DU MÊME AUTEUR
PHILOSOPHIE Le Concept de modèle, Maspéro,1969(épuisé) Théorie du sujet, Le Seuil,1982 Peuton penser la politique ?, Le Seuil,1985 L’Être et l’Événement, Le Seuil,1988 Manifeste pour la philosophie, Le Seuil,1989 Le Nombre et les nombres, Le Seuil,1990 Conditions, Le Seuil,1992 L’Éthique, Hatier,1993(épuisé) ; Nous,2003 Deleuze, Hachette,1997 Saint Paul, la fondation de l’universalisme, PUF,1998 Court Traité d’ontologie transitoire, Le Seuil,1998 Abrégé de métapolitique, Le Seuil,1998 Petit Manuel d’inesthétique, Le Seuil,1998
LITTÉRATURE ET THÉÂTRE Almagestes, prose, Le Seuil,1964(épuisé) Portulans, roman, Le Seuil,1967(épuisé) L’Écharpe rouge, romanopéra, Maspéro,1979(épuisé) Ahmed le subtil, farce, Actes Sud,1994 Ahmed philosophe, suivi de Ahmed se fâche, Actes Sud,1995 Les Citrouilles, comédie,Actes Sud,1996 Calme bloc icibas, roman, P.O.L,1997
ESSAIS POLITIQUES Théorie de la contradiction, Maspéro,1975(épuisé) De l’idéologie(avec F. Balmès), Maspéro,1976(épuisé) Le Noyau rationnel de la dialectique hégélienne (avec L. Mossot et J. Bellassen), Maspéro,1977(épuisé) D’un désastre obscur, Éditions de l’Aube,1991 Circonstances, 1, Lignes&Manifeste,2003 Circonstances, 2, Lignes&Manifeste,2004 Le Siècle, Le Seuil,2005
Éditions Lignes & Manifestes,2005. Les textes repris restent la propriété de leurs © éditeurs respectifs (mentionnés pour chaque texte).
ALAIN BADIOU
CIRCONSTANCES,3
Portées du mot « juif »
suivi de
CÉCILEWINTER Signifiantmaître des nouveaux aryens
Editions Léo Scheer
INTRODUCTION
La situation intellectuelle en France est très marquée, depuis une ou deux décennies, par d’inlassables discussions autour du statut qu’on accorde au mot « juif » dans les partages de la pensée. Il s’agit sans doute des soupçons, à partir de quelques faits indubitables, et de quelques autres controuvés, concernant le « retour » de l’antisémitisme. Avaitil cependant jamais disparu ? Ou fautil plutôt penser que la question de ses formes, de ses critères, de son inscription dans le discours a, dans les trente dernières années, considérablement changé de nature ? Souvenonsnous qu’à la fin des années soixantedix, après l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic, le Premier ministre en personne, Raymond Barre, avait, en toute tranquillité, distingué parmi les victimes les juifs qui se rendaient au culte et les « Français innocents »(sic)qui ne faisaient que passer. Outre qu’il distinguait benoîtement les juifs et les Français, le bon Raymond Barre semblait bien vouloir
7
dire qu’un juif, aveuglément visé par un attentat, doit être par quelque biais coupable de quelque chose. On a dit que la langue lui avait fourché. Bien plutôt, cette remarquable façon d’analyser la situation révélait la subsistance en quelque manière normale d’un subconscient racialiste venu des années trente. Cette assurance dans la discrimination serait aujourd’hui, s’agissant des usages du mot « juif », inconcevable au niveau de l’État et on ne peut que s’en réjouir sans restriction. Les provocations verbales antisémites calculées, les fausses naïvetés discriminatoires, comme le négationnisme concernant l’existence des chambres à gaz et la destruction des juifs d’Europe par les nazis, sont aujourd’hui réfugiées, ou cantonnées, à l’extrême droite. Et il est bien vrai que, s’il est tout à fait inexact de dire que l’antisémitisme a disparu, il est juste de soutenir que ses conditions de possibilité se sont transformées, de ce qu’il n’est plus inscrit dans une sorte de discours naturel, comme il l’était encore du temps de Raymond Barre. En ce sens, Le Pen est en France le gardien quelque peu fatigué de l’antisémitisme historique, celui qui était un thème d’opinion tout à fait ordinaire dans les années trente. Il se pourrait en somme que la sensibilité nouvelle aux actes et inscriptions antisémites soit une composante essentielle du diagnostic de « retour » de l’anti sémitisme, en sorte que ce retour ne serait, pour une grande part, que l’effet d’un considérable et positif abaissement du seuil à partir duquel l’opinion moyenne ne supporte plus ce genre de provocation racialiste. En ce qui concerne la genèse d’un antisémitisme de type nouveau, articulé sur les conflits du MoyenOrient et la
8
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin