Comment être africain et chrétien ?

De
Publié par

Sur le terrain de la pastorale en Afrique, il n'est pas toujours facile pour bon nombre de chrétiens africains de conjuguer la foi avec le contexte socioculturel, politique et économique. La question de l'inculturation est sans cesse évoquée. Comment l'Africain peut-il répondre à l'appel de Dieu en restant lui-même ? Voici la recherche de réponses à travers la famille et le mariage : des valeurs importantes pour l'Africain.
Publié le : vendredi 1 mai 2009
Lecture(s) : 99
EAN13 : 9782296222557
Nombre de pages : 148
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Comment être africain et chrétien?
Essai sur l'inculturation du mariage en Afrique

Collection EGLISES D'AFRIQUE Dirigéepar François Manga-Akoa
Depuis plus de deux millénaires, le phénomène chrétien s'est inscrit profondément dans la réalité socio-culturelle, économique et politique de l'Occident, au point d'en être le fil d'Ariane pour qui veut comprendre réellement les fondements de la civilisation judéo-chrétienne. Grâce aux mouvements d'explorations scientifiques, suivis d'expansions coloniales et missionnaires, le christianisme, porté par plusieurs générations d'hommes et de femmes, s'est répandu, entre autres contrées et à différentes époques, en Afrique. D'où la naissance de plusieurs communautés ecclésiales qui ont beaucoup contribué, grâce à leurs œuvres socio-éducatives et hospitalières, à l'avènement de plusieurs cadres, hommes et femmes de valeur. Quel est aujourd'hui, dans les domaines économiques, politiques et culturels, le rôle de l'Église en Afrique? Face aux défis de la mondialisation, en quoi les Églises d'Afrique participeraient-elles d'une dynamique qui leur serait propre? Autant de questions et de problématiques que la collection « EGLISES D'AFRIQUE» entend étudier.

Dernières parutions

Jean-Claude DJEREKE, Les évêques et les évènements politiques en Côte d'Ivoire (2000-2005), 2009. Francis BARBEY, L'Eglise et la politique en Afrique. Eléments de réflexion pour dédramatiser le débat, 2009. Gabriel TCHONANG, L'essor du pentecôtisme dans le monde. Une conception utilitariste du Salut en JésusChrist,2009. Jean-Claude DJEREKE, Les évêques et les évènements politiques en Côte d'Ivoire (1980-1989), 2009. Jean-Claude DJEREKE, Les évêques et les évènements politiques en Côte d'Ivoire (1990-1999), 2009.

Jean-Baptiste SOUROU

Comment être africain et chrétien?
Essai sur l'inculturation du mariage en Afrique

@ L'Hannattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique;

75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-08206-9 EAN : 9782296082069

A ma mère, Agnès Zohoungbé, femme du peuple Sahouè, pour les valeurs humaines et chrétiennes qu'elle a su me témoigner et transmettre.

INTRODUCTION

GÉNÉRALE

Il Ya une question récurrente que l'on se pose au sein de l'Eglise catholique en Afrique: comment être authentiquement africain et authentiquement chrétien? La question préoccupe les pasteurs à divers niveaux et ils ne cessent de la soulever entre eux et même au cours des assemblées internationales, tels que les Synodes au Vatican. Le premier Synode des évêques pour l'Afrique, tenu au Vatican en 1994, s'est penché largement là-dessus. Au cours du Synode sur la Parole de Dieu et sa place dans la vie et la mission de l'Eglise qui vient d'avoir lieu à Rome (du 5 au 26 octobre 2008), plusieurs pères synodaux l'ont évoquée. Traîner pour y répondre renforcerait notamment « la prolifération cancéreuse des sectes de tous genres », de «quoi inquiéter les pasteurs de l'Eglise », a déclaré l'archevêque de Kinshasa en République démocratique du Congo, Mgr Laurent Monsengwo Pasinya. Beaucoup d'autres participants à ces assises ont soulevé le problème des jeunes et moins jeunes qui, face aux échecs, ou aux moments des choix décisifs, se tournent facilement et carrément vers les pratiques ancestrales. L'impression que l'on a, sur le terrain de la pastorale en Afrique, est qu'il est difficile pour bon nombre de chrétiens africains de conjuguer leur identité culturelle propre et le message chrétien. Suivre le Christ comporte « des exigences d'une authentique inculturation» qui «n'est pas un simple "vernis", mais une "personnalisation" de la foi 7

nourrie par la Parole bien accueillie et toute imprégnée de notre tradition ancestrale », a affirmé Mgr Benjamin Marc Ramaroson, évêque de Farafangana à Madagascar au cours du Synode sur la Parole de Dieu. Personnellement, mon contact, ces dernières années, avec d'autres cultures a réveillé en moi le désir de mieux connaître mes origines et d'en vivre les valeurs. En approfondissant aussi la foi à travers les diverses disciplines scientifiques, j'ai senti, toujours fort, le goût de traduire les diverses notions reçues en des réalités beaucoup plus proches du génie de ma culture. J'ai eu aussi l'occasion d'apprécier le travail que nombre de chercheurs en théologie et des pasteurs font sur le continent africain, dans les facultés de théologie et surtout au contact du peuple de Dieu. Mon choix du thème du mariage traditionnel veut donc être l'apport d'une petite pierre à cette oeuvre qui s'accomplit sur le terrain et une tentative de réponse à la question de départ. Une simple contribution, c'est vrai. Mais, j'entreprends aussi cet essai dans la ligne des invitations de l'Exhortation apostolique post-synodale Ecc/esia in Africa de Jean-Paul II dont une des préoccupations est bien sûr: comment l'Africain peut-il répondre à l'appel de Dieu en restant luimême, en conservant les richesses que l'Esprit a déjà déposées dans sa culture? Quelle est la route à suivre? Quel est le prix à payer? En un mot, comment affronter le processus de l'inculturation? Cette oeuvre rentre donc dans la même ligne que la précédente qui vient à peine de paraître. Dans cette tâche commune, j'ai choisi d'étudier la famille et le mariage; des valeurs importantes pour l'Africain. « En effet, écrit Jean-Paul II, non seulement la famille est la première cellule de la communauté ecclésiale vivante, mais aussi celle de la société ». « En Afrique, poursuit-il, en particulier, la famille représente le premier 8

pilier de l'édifice social. C'est pourquoi le Synode considère l'évangélisation de la famille africaine comme une des priorités majeures... »1, conclut Jean-Paul II, qui avait déjà écrit: «L'avenir du monde et de l'Église passe par la famille »2. Car c'est au sein de la famille que l'individu naît, qu'il reçoit une éducation qui l'influencera dans son contact avec la société; c'est au sein d'elle qu'il reçoit la foi, les valeurs traditionnelles et ancestrales. Partir de la famille donc peut signifier prendre un bon départ dans la perspective de l'inculturation. C'est cette tentative que je vais faire au sein de la famille Sahouè au Bénin. Essayer de voir comment le chrétien Sahouè qui vit dans son milieu culturel, en accueillant le message du Christ, peut réaliser son projet de mariage en restant fidèle à ses origines et au Christ. Qu'il ne sente pas le message chrétien comme étranger ou pire encore, un frein à son épanouissement total. Comment faire pour qu'il n'en soit pas ainsi, mais qu'il prenne son mariage et son choix de fonder une famille comme une phase de la réponse qu'il est appelé à donner librement au Christ, Lui qui est venu, non pour détruire nos cultures, mais pour s'y incarner, les purifier et les élever, les débarrasser de toutes les structures qui ne nous permettent pas de jouir totalement des semences de vie que Dieu y a déjà jetées? Comment faire pour que le chrétien Sahouè apprenne, comme l'a écrit Jean-Paul II, «la route qui conduira la famille au cœur de sa vérité profonde ». « Cette route que l'Église a apprise à l'école du Christ et à celle de l'histoire interprétée à la lumière de l'Esprit Saint, elle ne l'impose pas, mais elle ressent en elle-même une exigence imprescriptible de la proposer à tous, sans crainte et même avec confiance et une espérance très grandes, tout en
l Exhortation apostolique post-synodale, Ecclesia in Africa, n° 80. 2 Exhortation apostolique Familiaris Consortia, n° 75. 9

sachant que la "Bonne Nouvelle" comporte aussi le langage de la croix », affirme le pape, précisant: «Or, c'est à travers la croix que la famille peut atteindre la plénitude de son être et la perfection de son amour»? 3 Les interrogations sont nombreuses. Et pour tenter de leur donner une réponse, j'ai divisé cet essai en trois parties. La première, consacrée à la phénoménologie du mariage traditionnel Sahouè, nous conduira à la découverte du mariage et de la famille dans cette culture; leurs manifestations, leurs expressions et les structures qui les portent. Nous verrons ensuite, dans la seconde partie, ce que la Révélation nous dit à propos du mariage et surtout la théologie chrétienne en la matière. Notre dernière tâche consistera, grâce à la contribution des données de la Révélation et de la théologie, de porter un regard critique sur ce qui ressort de l'étude de la première partie afin d'en dégager les valeurs et les ombres dont on pourrait tenir compte dans l' inculturation. Il y aura enfin des propositions qui pourraient aider les chrétiens Sahouè à être des protagonistes-responsables de la réponse à donner au Christ et à célébrer et vivre leur mariage conformément aux (vraies) valeurs de leur culture. La dernière partie de ce livre n'étant pas un traité de liturgie, je ne suis contenté d'utiliser le précédent Rituel pour la célébration du mariage.

3

Familiaris

Consortia,

n° 86.

10

PREMIÈRE PHÉNOMÉNOLOGIE TRADITIONNEL

PARTIE DU MARIAGE SAHOUÈ

CHAPITRE I LE MARIAGE TRADITIONNEL CHEZ LES SAHOUÈ

1.
1.1.

A la découverte des Sahouè au Bénin Le Bénin et ses ethnies

1.1.1. Le Bénin4
Située dans la zone intertropicale de l'hémisphère nord, la République du Bénin est un État de l'Afrique occidentale. Elle couvre une superficie de 114763 km2. Sa population est estimée à 8,7 millions d'habitants. Avec une belle façade de 125 km sur l'Océan Atlantique, le Bénin est limité au Nord par le Niger, au Nord-Ouest par le Burkina Faso, à l'Ouest par le Togo et à l'Est par le Nigéria. Sa capitale politique est Porto-Nova, mais Cotonou, à cause de ses grandes installations économiques (port, aéroport international, infrastructures hôtelières), ravit la vedette à la capitale. Le Bénin a un climat chaud et humide avec une bonne pluviométrie. On y trouve trois zones climatiques:
4

Voir Carte n° 1 en Annexe. 13

1. du littoral jusqu'à la latitude de Savè5, règne un régime béninien ou sub-équatorial assez tempéré (de 23 à 32° C) avec quatre saisons; 2. dans le Nord, règne le climat des régions soudaniennes : deux saisons avec des écarts thermiques augmentant en même temps que la sécheresse, il pleut de juin à octobre. 3. le climat atacorien caractérise la zone de la chaîne de l' Atacora; les températures y sont plus fraîches à cause de l'altitude, mais les orages sont plus fréquents, il pleut généralement d'avril à octobre. Le relief du Bénin est peu accidenté. Au littoral lagunaire succèdent des plateaux cristallins qui s'élèvent progressivement vers le Nord où ils atteignent l'altitude de 800 mètres. C'est le massif de l'Atacora, qui se prolonge au Togo, au Ghana et au Niger. Le Bénin est un pays essentiellement agricole. L'agriculture béninoise fournit des produits vivriers comme le maïs, le sorgho, le mil, le riz, le fonio, des tubercules et des cultures maraîchères. Les cultures fruitières sont assez diversifiées et de très bonne qualité: oranges, bananes, ananas, mangues, anarcades. Sa principale source d'exportation et de devises est, depuis près d'une décennie, le coton6. Le pays possède
5 6

Ibidem. De 14 500 tonnes en 1981, la production a bondi à 177 000 tonnes en

1991. Elle se chiffrait entre 1995 et 1996 à 490 827 tonnes. Ce qui a placé le Bénin au 2° rang des producteurs francophones afficains et le 10° au niveau mondial (exportateurs de fibres). Cf. Jeune Afrique Economie n° 171 Septembre 1993, 131 et n° 265 du le' au 14 Juin 1998, 83. Aujourd'hui, le Bénin est le troisième producteur de coton au sud du Sahara derrière le Burkina Faso et le Mali. Les estimations de la campagne 2007-2008 (300 000 tonnes) prévoient une hausse de 20% par rapport à la précédente. Les producteurs de coton béninois 14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.