Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Comment les Voyages Forment la Jeunesse

De
0 page

Ca y est vous partez, ou vous allez partir, enfin c’est décidé !

Que vous partiez pour poursuivre vos études ou pour travailler à l’étranger, que vous partiez pour une mission de volontariat international ou, plus modestement, que vous partiez pour aller rejoindre un autre coin de la France, ce livre est fait pour vous. En effet il serait dommage de passer à côté du petit bijou que vous offre cette expérience de changement de culture et de milieu de vie. Ce trésor c’est votre capacité à vous (re) découvrir, à mettre au jour le lien intime entre vous et votre culture maternelle, à vivre une formation par l’expérience qui vous permettra de vous réaliser pleinement, en un mot d’ETRE. A l’heure où l’on relativise le parcours académique en le complétant par des stages et autres formations terrain, c’est à vous de ne pas passer à côté des acquis que vous fournira l’expérience que vous souhaitez vivre. Ce modeste ouvrage souhaite, tel un guide, baliser les incontournables, les chemins de traverse et les spécificités de ce voyage que vous entreprenez car comme l’a affirmé Lors d’une interview dans l’émission envoyé spécial sur France 2, Bernard Lavilliers : "le voyage est un endroit où tout peut arriver " et encore : « Ce n’est pas moi qui ai fait les voyages, c’est les voyages qui m’ont fait. » dans la chanson : Voyageur de l’album Carnets de bord, Edition BBC et encore « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait ». (Nicolas Bouvier, in 'L'usage du monde')


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Comment les voyages
forment la jeunesse ?
Expérience interculturelle et savoir-être
Par Pierre Willaume
Champ social éditions
Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont permis de devenir qui je suis et aussi celles qui ont participé à ce projet. Je dédi e ce livre à tous les lecteurs en espérant que cet outil les aide à se former et s’ép anouir.
Introduction
Préambule
Présentation autobiographique
Sommaire
Première partie : l’expérience interculturelle
Thèmes majeurs de l’expérience interculturelle
Retour sur l’expérience interculturelle
Deuxième partie : La formation par l’expérience interculturelle
La formation par l’expérience
Premier titre choc : nos deux cerveaux !
Le processus de changement
Dynamique de la boucle réflexive de l’expérience interculturelle
Maslow
Processus d’élargissement du cadre de références
Déstabilisation culturelle
Approche ternaire de l’expérience interculturelle
Conclusions
Retour personnel
Annexes
Bibliographie
Films et CD thématique interculturelle et d’apprentissage
Organismes et associations utiles pour la formation et le voyage
Plates-formes régionales
Introduction
Ca y est vous partez, ou vous allez partir, enfin c ’est décidé !
Que vous partiez pour poursuivre vos études ou pour travailler à l’étranger, que vous partiez pour une mission de volontariat in ternational ou, plus modestement, que vous partiez pour aller rejoindre un autre coin de la France, ce livre est fait pour vous. En effet il serait dommag e de passer à côté du petit bijou que vous offre cette expérience de changement de cu lture et de milieu de vie. Ce trésor c’est votre capacité à vous (re) découvrir, à mettre au jour le lien intime entre vous et votre culture maternelle, à vivre une formation par l’expérience qui vous permettra de vous réaliser pleinement, en un m ot d’ETRE. A l’heure où l’on relativise le parcours académique en le complétant par des stages et autres formations terrain, c’est à vous de ne pas passer à côté des acquis que vous fournira l’expérience que vous souhaitez vivre. Ce modeste ouvrage souhaite, tel un guide, baliser les incontournables, les chemins de traverse et les spécificités de ce voyage que vous entreprenez car comme l’a affirmé Lors d’une interview dans l’émission envoyé spécial sur France 2, Bernard Lavilliers : "le voyage est un endroit où tout peut arriver " et encore : « Ce n’est pas moi qui ai fait les voyages, c’est les voyages qui m’ont fait. » dans l a chanson : Voyageur de l’album Carnets de bord, Edition BBC et encore « U n voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-mêm e. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait ». (Nicolas Bouvier, in 'L'usage du monde')
Préambule
Rien n’est simple, je décris un parcours de formation qui reste à effectuer. Ce livre vous donne des balises et des repères, il indique des processus qui peuvent se mettre en place. Mais partir et revenir ne suffit pas à assurer l’obtention d’une formation. En revanche je souhait e transmettre que si vous vivez pleinement l’expérience, vous pouvez développ er des capacités et vous développer par la même occasion. Mais, Vous seul p ouvez choisir de vivre pleinement l’aventure intérieure.
Comment lire ce livre ?
Ce livre est conçu pour être accessible à plusieurs niveaux. Vous pouvez commencer par le début et continuer jusqu’à la fin, mais vous pouvez aussi choisir une partie ou bien choisir un ou plusieurs thèmes dans chacune des parties. Dans ce cas vous effectuerez une lecture thématique. Les deux parties traitent chacune d’une thématique. La première décr it les éléments incontournables de l’expérience interculturelle, la seconde traite de la façon dont on se forme par l’expérience et concerne l’aspect pédagogique de l’expérience.
PrésEntation autobiographiquE
Qui suis-je pour oser vous proposer cet accompagnem ent, ce coaching interculturel ?
Je suis issu d’une famille qui a ses racines dans u n village à la frontière de la France, de la Belgique et du Luxembourg. Lorsque j’étais enfant je vivais la moitié du temps en banlieue parisienne et l’autre moitié dans ce village lorrain du nord meusien. A 12 ans j’ai vécu un premier choc in terculturel. Après avoir effectué de nombreux voyages en Europe, j’ai décidé à l’âge de 32 ans de partir vivre un an en Californie. J’y ai rencontré de nomb reux chercheurs en sciences humaines autour de l’Ecole de Palo Alto : Ecole de psycho-sociologie californienne fondée au début des années 1950. Le Mental Research Institute est situé à Palo Alto. Des Indiens californiens m’ont c onvié à participer à leurs cérémonies chamaniques. Puis des missions professio nnelles de formateur indépendant m’ont conduit en Hongrie, au Kurdistan Irakien en 1996 puis en Afrique de l’ouest : Au Bénin, Togo, Burkina Faso, Guinée Conakry et Sénégal pour une mission de coaching en management de cadre s africains de l’ONG Aide et Action. Chaque expérience a enrichi la précédente dans une quête d’un savoir être ou d’une philosophie de vie. Ces expériences m ’on amené à changer mes comportements vis-à-vis des autres et de moi-même.
Aujourd’hui, j’accompagne régulièrement des jeunes Volontaires de solidarité internationale ou des étudiants faisant des stages à l'étranger au départ et au retour de missions. C’est ce qui m’a poussé à écrire afin que vous aussi, puissiez bénéficier pleinement de ces multiples ap ports pour mieux profiter de votre propre voyage.
Première partie :
l’expérience interculturelle
Lorsque l’on part, on a coutume de dire que l’on pa rt pour quelque chose, ou pour un projet ou bien que l’on fuit quelque cho se, mais dans tous les cas cette décision est prise dans notre contexte de vie d’ici alors que votre expérience va se dérouler là-bas ! Et cette différe nce entre le lieu de conception et le lieu de réalisation va vous demander une adap tation, un changement, c’est le sujet de cette première partie. Lors de leur retour les jeunes que j’accompagne souhaitent aborder des thèmes qui reviennent réguli èrement car ces sujets les ont interpellés, choqués, surpris, bref ils partic ipent à ce que l’on appelle l’expérience interculturelle.
Avant de poursuivre et pour savoir de quoi il est q uestion, voici quelques définitions qui décrivent les mots clés afin de définir le cadre choisi pour notre étude.
OSONSUNEDÉFINITIONDELEXPÉRIENCE
Vous connaissez surtout l’institution d’Education N ationale et l’école de l’Etat, mais ici nous allons développer une autre façon de se former. Il s’agit de l’école de la Vie. Nous allons détailler cette autr e voie, celle de l’apprentissage intuitif ou apprentissage par l’expérience.
Le mot expérience possède plusieurs significations dont traverser, transpercer (du grec peirein) Dans le grand Robert de la langue française p. 451, c’est aussi le fait d’acquérir, ou de développer la connaissance des êtres et des choses par leur pratique et par une confrontation p lus ou moins longue de soi avec le monde et la réalité de la vie, de façon vol ontaire ou non ( là, cela se complique, c’est connaître parce que l’on a vécu); c’est encore une épreuve dont on peut tirer une leçon de sagesse (on arrive à un chemin qui aide à vivre).
En bref restons zen ! Vous voyez le parcours qui no us attend, nous avons du pain sur la planche !
L’INTERCULTURELCESTLENTRE-DEUXCULTURES
Il y a beaucoup de définitions de l’interculturel m ais les chercheurs sont tous d’accord sur une notion d’entre deux cultures. On trouve aussi la notion de transculturel mais on en reparlera dans la deuxième partie, si vous le voulez bien !
NOTIONDEXPÉRIENCEINTERCULTURELLE
J’arrive au cœur de ce que vous allez vivre, à la n otion d’expérience interculturelle qui correspond à l’acquisition de c onnaissances et de comportements issus d’un autre milieu culturel que celui d’origine, celui dans lequel on a été élevé. Cela consiste à vivre une im mersion dans une culture différente de la nôtre. Cette ouverture intercultur elle peut se vivre dans un milieu socioculturel totalement différent tout en restant dans notre pays d’origine. Plus couramment elle peut se passer à l’étranger, dans u n pays différent, avec l’emploi d’une autre langue, dans une autre culture , avec d’autres façons de se comporter en public.
On est loin d’une simple visite touristique dans un pays « exotique » ou d’un voyage professionnel effectué dans un contexte d’hô tel d’une chaîne internationale. On ne peut pas prendre en compte un e mission dans un Pays du Sud, nouvelle appellation qui remplace les expressi ons Tiers monde et Pays émergents, si l’on se comporte, comme certains expatriés néo-colons, qui restent entre eux et se limitent à des contacts superficiels avec la population locale.
Cette expérience, pour être valide, doit déboucher surun déphasage ou u n edéstabilisatione dunos repères internes et les codes de conduit  entre milieu dans lequel on se retrouve. Cette expérience doit nous confronter à un chocou uneincompréhensionde ce qui se passe sans pouvoir immédiatement trouver la solution dans notre savoir-faire habituel.
Certains chercheurs confirment la possibilité de ch oc qui traduit bien cette déstabilisation. Claude Cazenabe parlant de choc in terculturel précise « On peut schématiquement et banalement avancer l’idée que pl us l’écart entre moi et l’autre est grand, plus le choc risque d’être viole nt. Encore faut-il préciser cette notion d’écart : c’est en effet tout autant la repr ésentation que nous faisons de l’écart que sa réalité qui détermine l’intensité du choc interculturel » , p 35 Claude Cazenabe 2003. La formation interculturelle, l’Harmattan Paris 271 p.
Ce premier choc interculturel je l’ai vécu à 12 ans , mes parents m’ont envoyé en Allemagne à Oberndorf pour un séjour ling uistique et je me suis
retrouvé à Oberndorf en Autriche ! Mes Deutsch Mark s, la monnaie allemande de l’époque, n’étaient pas acceptés dans les commerces . Les gens ne parlaient pas de la même façon, les mots se terminant par G en allemand se prononçaient CH et les salutations passaient de « Guten Tag » à « G russ Gott ». J’ai vécu pour la première fois cette sensation d’être perdu, l’impre ssion de voir le monde fonctionner sans moi, de « flotter sans repères ». Je revivrai souvent ce choc. Aujourd’hui je sais que cette déstabilisation est le déclencheur d’un processus de formation.
ETATDESPRITDEDÉPART
Durant les stages de préparation au départ, les an imateurs ont la coutume de dire que l’on part pour un projet ou que l’on fu it une situation. Les volontaires qui viennent de rentrer confient à ceux qui vont pa rtir : « Ce n’est pas ce qu’on attend, on est déçu parce que les raisons pour lesquelles on est parti ne sont pas là, mais il y a d’autres choses à voir. C’est un pe u comme lire la critique d’un film avant d’aller le voir. ». Ils traduisent par cette phrase que ce qui est vécu est différent de ce que l’on pensait.
Retenons pour l’instant que le projet de départ, quel qu’il soit, plus ou moins idéalisé, est formé dans la tête et dans un cadre c ulturel correspondant au pays d’origine. Or il devra se réaliser dans un autre li eu, une autre culture, un pays différent de celui où il a été conçu. De ce simple fait, on peut augurer qu’une adaptation sera nécessaire pour qu’il puisse se réa liser. Ce changement contribuera au processus de choc et de déstabilisat ion. J’ai rencontré par exemple un jeune volontaire parti dans une région d u Sénégal différente de celle qu’il connaissait déjà et où il avait vécu deux ans . Il fut très surpris de devoir s’adapter une nouvelle fois au contexte spécifique de ce nouveau lieu de réalisation.
Cette adaptation fait partie de tous les témoignage s recueillis. Elément incontournable, le processus d’adaptation fait partie intégrante de l’expérience. S’adapter c’est changer et se former, voici une pis te pour notre étude.
Mais s’adapter à quoi ? Nous allons maintenant déta iller les thèmes qui reviennent le plus fréquemment lors des débriefings dans les témoignages de ceux qui rentrent. Je vous propose de les analyser ou de les décrypter car ils forment ensemble une bonne part de nos repères et c e sont ces repères qui seront « chahutés » lors du voyage.