Comment répondre aux appels d'offres ?

De
Publié par

Cet outil pratique, sous la forme d?un lexique au ton direct et simple vous propose explications, exemples concrets et astuces qui ponctuent les définitions. De quoi mieux comprendre la demande pour mieux y répondre. Les notions de Droit sont expliquées simplement, sans termes juridiques, mais d?un point de vue très pratique et opérationnel. Auteur : Consultante spécialisée, Gladys PERSONNAZ, a créé GBS Appel d?Offres pour accompagner les entreprises dans leur conquête des Marchés Publics, et d?optimisation de résultats. Son expérience en Maîtrise d?Ouvrage publique lui permet de guider efficacement les entreprises, notamment les TPE/PME. Son objectif est de créer une passerelle entre le savoir-faire de l?entrepreneur et le besoin qualitatif de l?acheteur.
Publié le : mardi 21 juillet 2015
Lecture(s) : 23
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791022702973
Nombre de pages : 190
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

 

Gladys PERSONNAZ

www.gbs-appeldoffres.fr

 

Comment répondre aux

Appels d’Offres ?

En comprenant

(enfin)

le langage

des Marchés Publics !

 

 

ISBN :979-10-227-0297-3

 

Date de première édition : Juin 2014

 

Edition : Gladys PERSONNAZ

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

Intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

L’auteur est seul propriétaire des droits de ce livre.

© Gladys PERSONNAZ, Juin 2014

 

Dépôt légal 1er Juillet 2014

 

Maquette de couverture :

GRAFIMAGES : www.grafimages.com


INTRODUCTION

 

Cet ouvrage a pour but de démocratiser (vraiment) le langage des appels d’offres des Marchés Publics.

J’ai souvent entendu les chefs de petites entreprises me dire que les Marchés Publics les auraient intéressés, mais que « c’est bien trop compliqué ». GBS Appel d’Offres répond à cette problématique : nous guidons les entrepreneurs dans leur conquête des Marchés Publics, en leur proposant tous les services associés dans un véritable souci d’accompagnement, à tous les niveaux : audit, conseil, stratégie, et externalisation.

Toute entreprise peut accéder aux Marchés Publics.

On rencontre plusieurs philosophies des Marchés Publics. La nôtre est qu’une candidature bien travaillée, et unique vaut mieux que tous les dossiers-types que l’on peut trouver en vente sur Internet.

Notre site www.gbs-appeldoffres.fr vous explique notre positionnement en détails, l’utilité que nous trouvons à produire un mémoire technique unique pour chaque appel d’offres, pour chaque entreprise ! (Rubrique Fil d’infos spécialisé).

Notre vocation est de mettre à la portée des « petites » structures ce qui semble si inaccessible parfois, et qui ne l’est pas.

J’ai lu beaucoup d’ouvrages relatifs aux appels d’offres. Pour avoir fait le test auprès de plusieurs artisans et prestataires de services, le constat est clair : au bout de quelques pages, ils abandonnent la lecture. Pourquoi ? Parce que tous ces ouvrages ont un point commun : ils se réfèrent en permanence aux articles des différents Codes, aux jurisprudences etc. La lecture est ponctuée de références de droit qui rendent la compréhension plus difficile.

Le résultat ? Celui qui voulait une information claire se retrouve parfois plus embrouillé… et décrète que ce n’est pas pour lui !

Combien de clients me disent qu’ils ne comprennent « pas vraiment tout », dans dossiers de consultation, mais « pas grand-chose non plus » aux ouvrages existants…

Cet outil n’est pas un ouvrage de droit.

Nouvelle approche : l’idée est d’expliquer simplement les termes rencontrés fréquemment dans les appels d’offres. Cet outil pratique va vous aider à comprendre les dossiers de consultation, et vous montrer que vous pouvez vous lancer dans la course aux appels d’offres.

Je vous propose des définitions, les plus claires possibles, accompagnées d’exemples concrets, d’astuces, de conseils…

Cet ouvrage est né de l’expérience.

Je vous encourage à me contacter via le site internet de GBS Appel d’offres si vous avez des commentaires ou réactions concernant cet outil.


FONCTIONNEMENT DE L’OUVRAGE

 

Cet outil se présente sous la forme d’un petit dictionnaire : les termes sont classés par ordre alphabétique.

Les mots en caractères gras sont définis dans cet ouvrage. Vous pouvez vous y reporter.

Souvent, une définition amène à une autre, ce qui est intéressant pour avoir une idée plus large de la recherche initiale !

Si vous constatez qu’une définition dont vous auriez eu besoin est manquante, n’hésitez pas à me contacter via le site www.gbs-appeldoffres.fr je mettrai l’ouvrage à jour, sans oublier de vous en remercier dans une page spécialement dédiée !

 

Je pars de ce constat : La qualité paie toujours alors le standard relève de la loterie !

Pour le prouver, voici une simulation de résultat selon ces bases :

Equipe A : Mémoire technique standardisé (nécessairement peu qualitatif)

Prévisions optimistes : il est le moins-disant, et obtient la moyenne en valeur technique.

 

 

Equipe B : Mémoire spécialement conçu pour l’AO (toutes les chances de pertinence)

Prévisions pessimistes : note de prix - 10 points, note mémoire - 6 points

 

 

Image


A

Accord-cadre

 

Un accord-cadre est un marché à un (rarement) ou plusieurs titulaires. Il s’agit pour l’acheteur public de présélectionner ses fournisseurs pour le marché. L’accord-cadre est un marché fractionné.

En général, l’acheteur public passe un accord cadre pour l’une de ces raisons :

Crainte qu’un seul fournisseur ne puisse assurer le marché sans problème : commandes fréquentes, volumes importants, notions d’urgence… Il sécurise donc son achat, en multipliant les fournisseurs, pour que la prestation soit réalisée quoi qu’il arrive (il ne met pas tous ses œufs dans le même panier, ainsi si un fournisseur ne peut pas répondre, il peut tout de même faire réaliser sa prestation par un autre).

 

Il optimise le coût de revient de son achat global, par la sélection de fournisseurs qui sont plus compétitifs sur certaines prestations (en effet, d’un fournisseur à l’autre, le coût de revient, donc le prix de vente n’est pas le même sur telle ou telle prestation, en fonction du matériel, de caractéristiques du produit, du coût des matières premières… L’acheteur consultera donc les fournisseurs en fonction des points de compétitivité de leur offre.)

L’accord-cadre est donc une présélection de fournisseurs, où chacun répond à la même demande, tant en termes de prix que d’offre technique.

Une fois les fournisseurs sélectionnés, l’acheteur les met en concurrence les uns avec les autres, sur les mêmes bases, pour chaque besoin tout au long du marché.

Ainsi, chacun tirera son épingle du jeu sur telle ou telle prestation.

On ne produit pas la même offre pour un accord-cadre que pour un marché classique. Il est ici question de stratégie ! Faites-vous accompagner pour définir la meilleure stratégie de réponse, si vous pensez en avoir besoin.

Le grand intérêt de l’accord-cadre, c’est que les marchés sont passés pour de longues durées, en général reconductibles et que vous n’aurez à produire qu’une offre de prix pour chaque besoin formulé par l’acheteur (et plus un dossier complet !).

Le plus gros se joue sur le dossier de réponse à l’appel d’offres initial, ensuite, le Maître d’Ouvrage est libre de négocier avec le fournisseur sur les demandes particulières.

Les entreprises ont parfois un peu de mal à cerner l’intérêt d’être à plusieurs sur un marché, pourtant le bénéfice est grand !

Imaginez que vous soyez en pleine période de pointe, et que vous vous retrouviez à devoir assumer en plus une commande importante de dernière minute pour l’acheteur public : si vous ne satisfaites pas la demande comme vous vous y êtes engagé, c’est la résiliation à vos torts exclusifs, et vous vous retrouvez dans une situation fâcheuse… Sans compter que vous laisserez une mauvaise impression à cet acheteur (et soyez-en sûr, aux acheteurs de son réseau…).

Dans un accord-cadre, vous avez la possibilité de décliner (dans une certaine mesure, bien entendu) la demande de l’acheteur, sans pour autant vous « griller ».

 

Acheteur public

 

Voir pouvoir adjudicateur. Il s’agit de l’entité qui passe le marché. Sont considérés comme acheteurs publics l’Etat, les collectivités territoriales, les établissements publics. Mais aussi certains organismes d’intérêt général ayant des fonds mixtes (SEM, Caisse des Dépôts et Consignations, organismes financés par l’Etat…), qui publient donc des appels d’offressoumis aux procédures de Marchés Publics.

 

Acte d’engagement

 

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.