Communication et sphère privée

De
Publié par

En sciences humaines et sociales, les recherches récentes sur la sphère privée et la communication ont mis en évidence le rôle de l'environnement matériel et des objets quotidiens dans l'organisation de l'action et dans la construction des identités individuelles et collectives. Ce volume aborde la régulation de la vie familiale et la forme des échanges autour des appareils informatiques et médiatiques : les messages multimédias envoyés par téléphone mobile, le recours au SMS, au courrier électronique ou à la lettre, les pratiques de recherche sur Internet par les collégiens.
Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 136
EAN13 : 9782296698192
Nombre de pages : 172
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Collection Dossiers Sciences Humaines et Sociales Série « Séminaires RESEO » Dirigée par Isabelle Garabuau-Moussaoui
RESEO (Réseau des praticiens de recherche en SHS en entreprise et organisation) a été créé à l’initiative de Sylvie Douzou et Hélène-Yvonne Meynaud (EDF), Catherine Gorgeon (La Poste) et Isabelle Laudier (CDC). Il réactive deux initiatives antérieures de fédération des entités de recherche en entreprise : la première dans les années 1980 intitulée « Rencontres Sciences Sociales », la deuxième dans les années 1990, à travers l’association « ULISSE » (association pour l’utilisation des sciences sociales dans l’entreprise). RESEO vise à fédérer l’ensemble des intervenants en sciences humaines et sociales qui sont commanditaires ou auteurs d’études portant notamment sur leur propre entreprise ou entité. Les disciplines concernées sont celles des sciences humaines et sociales : sociologie, psychologie, ergonomie, économie, droit, gestion… Ce réseau constitue une occasion pour les acteurs des structures de recherche en sciences humaines et sociales en entreprise et en organisation : - de se rencontrer et d’échanger sur leurs activités, tant sur un plan théorique et empirique (thèmes d’échange communs, problématiques de recherche communes pouvant déboucher sur un partenariat) que sur le plan des pratiques internes (politique de recherche, valorisation des résultats, supports de valorisation internes et externes, renouvellement des thématiques, des disciplines et des équipes...). Les séminaires RESEO remplissent notamment cette fonction et permettent à de jeunes chercheurs bénéficiaires d’un CIFRE ou de bourses doctorales de présenter une communication de recherche dans un cadre intermédiaire entre un séminaire académique et une restitution d’étude pour des interlocuteurs opérationnels. Ces communications restituées constituent les ouvrages RESEO ; - de développer des partenariats pour mener des recherches sur des problématiques communes.

Les membres de RESEO ayant participé à cet ouvrage : Valérie BEAUDOUIN, Benoît LELONG, Division Recherche et Développement, France Télécom Sophie BEAUQUIER, Direction de l’Innovation et de la Recherche, SNCF Karine BERTHONNET, Hélène-Yvonne MEYNAUD, Direction Recherche et Développement, EDF Hélène DELAHAYE, Direction Prospective et Recherche, La Poste Catherine GORGEON, Groupe La Poste Barbara JANKOWSKI, Centre d’Etudes en Sciences Sociales de la Défense, Ministère de la Défense Isabelle LAUDIER, Institut CDC pour la Recherche, Caisse des Dépôts Catherine VERITE, Direction des Statistiques, des Etudes et de la Recherche, CNAF

SOMMAIRE

Présentation des auteurs

9

Introduction générale Par Benoît Lelong et Catherine Vérité

11

Première partie : Techniques de communication et pratiques d’écritures Présentation de la partie Par Benoît Lelong et Catherine Vérité

21

Chapitre 1 : L’écriture épistolaire ou la révélation de soi au cinéma : l’exemple du face-à-face épistolaire dans Be with me d’Eric Khoo Par Tanguy Bizien

25

Chapitre 2 : Les schèmes de navigation sur Internet : la constitution de savoir-faire techniques locaux par les collégiens Par Cédric Fluckiger

43

Chapitre 3 : Ecrire, photographier, envoyer : comment comprendre la pratique du message multimédia mobile sur caméraphone (MMS) ? Par Bertrand Horel

63

Deuxième partie : Interactions et objets personnels Présentation de la partie Par Benoît Lelong et Catherine Vérité

87

Chapitre 4 : Débarrasser la maison. Le devenir de l’ancien logement et des biens d’une personne âgée seule résidant en maison de retraite Par Solène Billaud-Ascencio

91

Chapitre 5 : Les « scripts » du préservatif. Masculinité, hétérosexualité et intimité Par Cyril Desjeux

107

Chapitre 6 : Technologie et objets l’organisation temporelle du foyer Par Natalia La Valle

usuels

dans 131

8

PRESENTATION DES AUTEURS

Solène BILLAUD-ASCENCIO est doctorante en sciences sociales au sein de l’équipe ETT du Centre Maurice Halbwachs (CNRS / EHESS / ENS / UCBN). Ses travaux de thèse, pour lesquels elle a obtenu des bourses d’étude de la CNAF ainsi que de la Fondation Médéric Alzheimer, portent sur les mobilisations familiales de gestion autour des finances et des biens des personnes âgées hébergées en établissement. solene.billaud@ens.fr

Tanguy BIZIEN est doctorant en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Sa thèse, intitulée « La lettre et la relation épistolaire dans le film de fiction depuis 1940 » et sous la direction scientifique de François Jost, fait l’objet d’un contrat CIFRE, financé par La Poste. Directeur artistique du festival Cinéastes Affranchis, il a récemment publié : « D’entre les morts. L’épistolaire et la mort illustrés par le cinéma », in Le Dictionnaire de la mort, Paris, Robert Laffont, 2009.

Cyril DESJEUX est docteur en sociologie (EHESS) et a bénéficié d’une bourse doctorale de la CNAF. Il a également suivi une formation doctorale à la Sorbonne Paris-V. Il a réalisé plusieurs enquêtes (Liens Socio, SNCF, hôpital Saint-Louis, etc.) et publié différents articles, notamment : « Homosexualité et parentalité : du désir d’enfant à sa réalisation », Recherches et Prévisions, n°93 (2008) ; « Histoire et actualité des représentations et pratiques de contraception masculine », Autrepart, n°52 (2009). desjeux.cyril@wanadoo.fr

Cédric FLUCKIGER est maître de conférences à l’université de Lille 3, au sein du laboratoire Théodile-CIREL (EA4354). Il a effectué sa thèse sur l’apprentissage de l’usage des ordinateurs par les collégiens au sein de l’UMR STEF à l’ENS de Cachan et du laboratoire de sociologie des usages (SENSE) d’Orange Labs. Il a récemment publié : « L’école à l’épreuve de la culture numérique des élèves », Revue Française de Pédagogie, n°163, 2008, pp. 51-61. cedric.fluckiger@univ-lille3.fr

Bertrand HOREL est ATER et doctorant au CELSA, l’école des hautes études en sciences de l’information et de la communication rattachée à l’université de Paris IV-Sorbonne. Il a passé trois années au sein du laboratoire de sociologie des usages (SENSE) d’Orange Labs dans le cadre d’un contrat CIFRE afin d’étudier les usages des MMS. Dernière publication : « Les images des caméraphones : de la mémoire vive à la mémoire vide ? », in Image et Mémoire, Actes du 3e colloque international Icône-Image (juillet 2006), Musée de Sens, 2007. bhorel@noos.fr Natalia LA VALLE TORRES finalise une thèse en sciences du langage (ICAR-Lyon2), financée par Orange Labs dont l’objet est : « L’organisation temporelle des activités dans le foyer. Interactions, matérialité, technologies ». Ses dernières publications sont : a) M. Relieu, M. Zouinar, N. La Valle (2007), “At Home with Video Cameras”, Home Cultures, vol. 4, n°1 ; b) N. La Valle (2008 [2006]), « Redéfinitions du contexte domestique : la réorganisation des activités familiales suite à des appels téléphoniques », in L. Mondada (éd.), Verbum, La pertinence du contexte. Contribution de l’ethnométhodologie et de l’AC, T. XXVIII, n°2-3 ; c) K. Cherkaoui Messin, N. La Valle (sous presse), “Slogan and antislogans practices: a confrontation on public space and advertising in the Parisien subway”, Studies in Slang and Slogan, München, LINCOM Europa. natalialavalle@gmail.com

10

INTRODUCTION GENERALE
Benoît LELONG et Catherine VERITE Ce troisième volume de la série des « Séminaires RESEO » a été conçu à un moment où chercheurs et enseignants réagissent vivement aux projets de réforme de la recherche et de l’université. Il ne s’agira pas ici, bien entendu, de prendre part à ces débats. Nous pouvons toutefois témoigner des expériences des divers acteurs qui ont pris l’habitude de se rencontrer dans le cadre de RESEO. Ces discussions et ces échanges confirment que nos démarches de soutien aux jeunes chercheurs permettent de créer des liens féconds entre la recherche académique et nos entreprises et organisations. Nous espérons ainsi contribuer modestement à la mise en place de passerelles entre les sciences humaines et sociales et les activités opérationnelles, entre le monde académique et la recherche privée, entre les filières de formation par la recherche et les recrutements hors de l’université. Nous pensons que notre activité dément une vision de sens commun, mais un peu trop hâtive, opposant une offre de savoirs ésotériques et réflexifs à une demande de recommandations immédiatement actionnables. Les doctorants, en particulier, sont souvent surpris de découvrir des interlocuteurs qui témoignent d’un vif intérêt pour la thèse en cours et contribuent à son amélioration conceptuelle et empirique. La recherche devient alors un langage commun entre le doctorant et le directeur de thèse, d’une part, et l’entreprise ou l’organisation qui accompagne la recherche doctorale, d’autre part. Ce livre se démarque des ouvrages plus classiques en sciences humaines et sociales par le caractère diversifié des travaux qu’il présente sur la sphère privée et la communication. Cette variété provient à la fois

des entités qui soutiennent ces doctorants mais également des disciplines et des approches déployées par ces jeunes chercheurs sur un même objet. Ainsi sont mobilisées à la fois la sémiotique et l’analyse de contenu (Bertrand Horel), l’ethnométhodologie et l’analyse des interactions (Natalia La Valle), l’anthropologie de la vie quotidienne et la sociologie des relations de parenté (Solène BillaudAscencio), les sciences de l’éducation et l’analyse des traces d’usages (Cédric Fluckiger), la sémiologie audiovisuelle (Tanguy Bizien), les sociologies du corps, du genre et des comportements sexuels (Cyril Desjeux). Malgré cette hétérogénéité méthodologique et disciplinaire, plusieurs résultats communs se dessinent. En premier lieu, ces recherches sur la sphère privée et la communication mettent en évidence le rôle de l’environnement matériel et des objets quotidiens dans la communication interpersonnelle, l’organisation de l’action, la construction et la publicisation des identités individuelles et collectives, la négociation des territoires personnels. L’étude de Natalia La Valle montre ainsi que la gestion de la vie domestique s’appuie sur les appareils informatiques et médiatiques, et que ceux-ci servent en particulier à la mère pour la régulation temporelle des activités des enfants. Dans son analyse des messages multimédias composés et envoyés par téléphone mobile (MMS), Bertrand Horel s’attache aux effets de sens produits par l’artefact et par l’interface elle-même. Ces recherches le montrent : outils et espaces donnent des prises pour la compréhension et pour l’intervention, et ceci vaut pour l’individu en action comme pour celui ou celle qui l’analyse. Plusieurs contributions pointent l’aspect transactionnel et réglé des interactions : les communications de la vie ordinaire, en effet, sont cadrées par des attentes, des codes, des logiques de don et de contre-don. Dans les scènes du film étudié par Tanguy Bizien, le recours au SMS, au
12

courrier électronique ou à la lettre impose des règles d’usages qui reconfigurent l’utilisateur et participent même d’un procès de subjectivation. Quant à la parenté des personnes âgées quittant leur domicile, Solène Billaud-Ascencio révèle combien ses membres réunis au moment du départ font l’expérience des droits et des devoirs associés à leurs positions familiales. On voit ainsi qu’il faut prêter attention aux échanges et aux horizons normatifs pour comprendre la circulation des objets et de l’argent, pour faire sens des situations d’envoi de messages et de réception de contenus. Au delà de leur diversité, l’ensemble des contributions rappelle aussi que les individus ont une épaisseur identitaire et relationnelle dont il faut tenir compte dans l’observation et l’analyse : elle peut en effet se manifester dans les détails les plus infimes des actions concrètes et de l’expérience des acteurs. Ainsi, les compétences et les pratiques de consultation et de recherche sur internet par les collégiens dépendent de leur itinéraire social et cognitif : selon l’enquête de Cédric Fluckiger, leurs schèmes de navigation s’organisent en trois univers d’usages qui renvoient spécifiquement à des lieux et réseaux de socialisation et d’apprentissage. Et Cyril Desjeux montre que les usages des dispositifs de contraception masculine impliquent des réglages propres à la définition de l’intime et de la masculinité, à la confiance entre les partenaires et à leur projet conjugal. Identité sexuée, rôles familiaux, parcours biographiques, répartition de ressources tant relationnelles qu’économiques et culturelles : autant de spécificités nécessaires pour saisir la territorialisation des espaces sociaux ou les formes des interactions. La première partie de cet ouvrage porte sur les techniques de communication et les pratiques scripturaires et s’ouvre sur l’analyse de Tanguy Bizien. Dans son film Be with me, le réalisateur Eric Khoo décline trois histoires qui se cristallisent autour de l’écriture : des adolescentes
13

communiquent par SMS et courrier électronique, une femme aveugle écrit son histoire au sein d’un manuscrit, un homme inadapté socialement tente d’écrire une lettre d’amour à une femme qui ignore tout de son existence. Ce personnage de Khoo, incapable d’approcher celle qu’il aime, décide de lui écrire, la lettre étant pour lui l’unique possibilité d’accès à l’autre. Le cinéaste singapourien ne cesse de faire revenir le thème du face-à-face et le rôle des dispositifs tel que l’évoque Michel Foucault. A l’image, le personnage fantasme ce face-à-face jusqu’à ce qu’il décide de le faire advenir réellement. Mais en faisant la démarche d’adresser sa lettre, il se trouve confronté à lui-même en tant que sujet d’écriture. Le film illustre parfaitement l’enjeu réflexif de l’écriture épistolaire qui oblige le sujet à exister, non seulement au regard de l’autre mais aussi à son propre regard. La personnalité du personnage ne cesse de se densifier à mesure qu’il franchit les différentes étapes le conduisant à rédiger sa lettre. Cet article propose une réflexion sur la révélation de soi par l’écriture épistolaire et sur les possibilités offertes par le cinéma de traiter visuellement une approche foucaldienne du face-àface. Les recherches de Cédric Fluckiger portent l’attention sur les jeunes et leurs pratiques en ligne, notamment leur activité de recherche d’information sur le Web. L’analyse est en particulier consacrée aux compétences pratiques, ainsi qu’aux espaces sociaux et aux relations interpersonnelles qui permettent leur émergence, leur transmission et leur consolidation. Qu’apprennent effectivement les adolescents dans leur usage souvent ludique des ordinateurs, d’Internet et de ses outils communicationnels ? Décrits sous le vocable de « génération Internet », les plus jeunes se voient souvent attribuer par leurs aînés une véritable virtuosité, d’autant plus impressionnante qu’elle apparaît peu spécifiée. En utilisant les technologies de l’information et de la
14

communication, les adolescents développent certaines compétences techniques, mais qui ne font souvent l’objet d’aucune formalisation. Dans le cadre d’une recherche ethnographique, Cédric Fluckiger a procédé à des observations directes d’adolescents utilisant un navigateur Web dans différents contextes sociaux. Il montre que la variabilité des schèmes d’utilisation observés renvoie à un mode de familiarisation pratique, fondé sur l’imitation, faisant peu appel à l’explicitation et à la conceptualisation, et limitant la compréhension qu’ont les adolescents des systèmes qu’ils manipulent. Cette partie se conclut par l’article de Bertrand Horel sur les messages multimédias envoyés par téléphone mobile (MMS). Ceux-ci allient une dimension esthétique et communicationnelle, expressive et informationnelle : l’observateur-chercheur est ainsi conduit à temporairement abandonner les notions d’usage et de pratique pour envisager celle de poétique. Cette dernière se dégage assez naturellement au regard des savoirs engagés par les acteurs sociaux et des propriétés sémiotiques et matérielles des outils de communication. Cette poétique pourrait se définir comme le réseau des formes cognitives, composées de savoir-faire et de représentations sociales, mobilisées par les messages multimédias mobiles. Une telle poétique a été saisie dans la rencontre fortuite avec un dispositif technique originellement déployé pour en révéler les traces d’usage, à savoir le contenu du message MMS en lui-même. Cette recherche vise, à travers des exemples précis, à justifier le non recours à une approche classique des usages, et propose un éclairage inédit sur ces nouvelles pratiques communicationnelles, photographiques et culturelles.

15

La deuxième partie de ce livre est consacrée aux objets et interactions personnelles et familiales, et commence par la contribution de Solène Billaud-Ascencio sur l’entrée en maison de retraite. Il s’agit d’un événement complexe à la fois pour les personnes âgées et leurs apparentés, entre adaptation et regrets pour les unes, soulagement et culpabilité pour les autres. Le deuil de l’ancien chez-soi se fait souvent à demi-mot, en laissant une nouvelle « routine » s’installer, et grâce à un « temps de latence » observé avant d’agir et de se réapproprier ainsi le cours des événements. En effet, tôt ou tard, se pose la question du devenir de l’ancien domicile et de son contenu : les négociations et les prises de décision peuvent alors impliquer tout le groupe de parenté. Si, le plus souvent, le bien immobilier est vendu, les sommes issues de cette conversion de patrimoine sont l’objet de fortes prescriptions quant à leur utilisation. Dans ce cas comme dans celui, plus rare, de la conservation du bien, le calcul vise à ce que les descendants en reçoivent le maximum, tout en minimisant les risques de contribution financière future pour la prise en charge de leur parent. Le « débarrassage », moment symbolique, est l’occasion d’une réunion familiale extraordinaire, durant laquelle la maison est réoccupée collectivement de façon éphémère. Son déroulement traduit aussi la complexité des positions et des relations au sein du groupe de parenté : dès ce jour, la propriété symbolique des biens passe aux héritiers, qui s’arrangent donc entre eux. Sur eux pèse l’obligation morale forte de « recevoir » certains biens – norme qu’ils négocient de manières diverses selon leur histoire familiale, leur trajectoire et la conception des relations familiales qui en découle. Au final, cette période sensible est à la fois révélatrice des relations au sein du groupe familial et structurante pour leur avenir. Elle permet de se projeter à nouveau, tout en réaffirmant l’inscription de la

16

personne âgée et de ses descendants dans une même lignée. La deuxième partie de l’ouvrage se poursuit par l’article de Cyril Desjeux. Différentes déclinaisons de l’intimité sont rendues apparentes en analysant l’itinéraire du préservatif masculin. Mettant en œuvre une méthode qualitative et « ethno-photographique », des entretiens ont été réalisés et des photos ont été prises pour caractériser matériellement et symboliquement les étapes d’acquisition et d’usage. A travers l’obtention du préservatif, la manière de le ranger, de le prendre, de l’ouvrir et de l’enfiler, l’interprétation des sensations ressenties, de ses contraintes, son acceptation par l’utilisateur, ses modalités d’utilisation et son abandon, on rend manifeste que les définitions de l’intime se transforment et ne se présentent pas de la même manière à chaque moment. Ainsi, l’intimité se construirait et se diversifierait selon de multiples configurations, modifiant les jeux d’interactions sexuelles et la place de chacun des deux sexes selon les étapes du parcours d’utilisation. C’est-à-dire qu’à travers la dimension corporelle (habillé, nu, centré sur le pénis) et les différents types de relation (familiale, marchande, amicale et sexuelle), l’intimité masculine pourrait se décliner sous au moins cinq modalités : d’une part, une forme « partagée » propre aux lieux publics ; d’autre part, une intimité « préservée » en lien avec la sphère privée ; et enfin, une forme « conjugale », une « personnelle » et une « masculine » au sein de l’espace intime. Au bilan, la carrière d’usage du préservatif apparaît comme un moyen particulièrement heuristique d’analyser ces différents niveaux et la manière dont ils s’articulent. Le livre se conclut par l’étude de Natalia La Valle sur la vie familiale. Cette recherche vise à accéder aux activités « en train de se faire » et privilégie donc une méthodologie qualitative et naturaliste fondée sur l’enregistrement vidéo. Les analyses montrent que les
17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.