Communication sociale et politique

De
Publié par

Profitant du phénomène technique de l'expansion des médias de masse dans le quotidien des sociétés contemporaines et des apports des disciplines anciennement constituées, comme la sociologie, la philosophie ou la psychologie, le champ de la communication a pu développer des concepts et des théories opératoires. Ce livre est une tentative de synthèse des domaines de l'information et de la communication avec un regard singulier porté sur les phénomènes de la communication sociale et politique.
Publié le : mercredi 1 juillet 2015
Lecture(s) : 9
Tags :
EAN13 : 9782336387260
Nombre de pages : 508
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ansans adns oduo tedu,ote mu,te mie, muiexu qiex quuxeu q deu d’aeu’ datru’eatsrue dtsr deosmao dmaionmaeinse sinsc seiesc snietcinfietiqinfutiqiefusiqe, leus,e les c , le chah cmpahmp amp HeHe Henr nri Mnri Mi MOOVOVAAV S A S SAAkAkAkAnAnyi nyi yi
de lde l’dine l’finof’rimonrfamotiraomtn eioan etiot dn et de lt de la ce la coa cmomoumnuimcaniucatnioitcan cion ction cnonnanoîtna, dînt, daeîtp, deupis puepis puriès ps drès drè’us dn ’un ’un
sièscièlesc,ièle dc, dlees,e d as avaesvan acnvaéceénsec tséh teésho tériqohréuiqoerusiqe esu ete ést e épistp étéispmtéisomtélomgloiqogluiqoegusiqe dsu de’usn’ duen a’ue anmpemp alempuler uler ur SScocnosncidsoéindrsaéibrdaléebr. Llaeb. Lleà o. Là où dà où d’aù du’atrue’tas sruets srecs siecniecneices oens ocens ot mnt mnit ms dis deis ds ses seiès scièlecs pilèecs pleos puor ur our
conconscosonliodlesidor lelirde leuer lsu sresuo srcsol sescloes épcl épesis éptiésmtéisomtléomgloioqgluioqesguiqes, lu,es les d, l diessci dsipcliispnclesinpes rlineg resegr rou regoupéesrpouéesp s éesou sous s lsoue l se l e
lablaebl uleal ubneivl uneivrnseiirtvsaeiitrrase « siirte « saire « sciecnieccneices dens dce les de l’ine l’finof’rimonrfamotiraomtn eioan etit don et de lt de la c e la coma commoummnuimcaniucatnioitcan » (ion » (tion » (SICS) ICS) IC) CCCOOO mmmmmm uuunnnICICIC AAAtttIOIOIO n n n auarounroatu étnrot étén dt été’ duén’ duen pr’ue prnéec préocoéitcéio éttéc étiotén étonnannonanten.tane.te.
ProfProftParntofat, dntta, donut, dobulebomulebemlneetm, dnte , du pnt, du phéu phnéonhmoéèmnnoèe tmne tèencee thcnheiqncuihqe dnuiqe de lue de l’ex’e lepxa’penaxsnpiosa n dinosn die pon de plue ps elus eln pus en plun ps lus lus
mam sasmsivsae disvse dievs me des meés mdéiads diéads die mas de mae msasse dsae dsasne das lns lae qne qs luoe qutiodtuiiedon diteidn dies sn des soces sociétiocés ctéiés ctoéns cotenmtoenpmtoeprmaoirpnaoeinrs aeis nes
et, set, suer ltu, se pr l ue pr llae pn tlan thlaén thoériohqréuiqoeur, dieq, duees a, des apeps apoprtops drptos derts ds des diescs disipcliiisnpceliins apelis annecs aniecninencneinemenemnneet cmnt ceonnt cosntistoutniétsuetéisteu, sé,e s, sososo cocmomcoe lme lma se la soca socioliocogloiioegl, loieg, la piea p, lha pilhoislohsiplohpsie oohpie ohu lie ou la pu la psa pyscyhcsohylocghloioegl, loieg, le ciee c, lhe cahmap dhmap dme lp de la e la a
cocmomcoumnuimcnauictniaonitciaon ption put du p t déuvté devloeéplvopepeloprp depr deseres d c cesonc onc ceponcepts eepts ett dst e destes d th teséhor téhioreséiores oi oespép oraéptroaéitroesaitroes ir es
quqi, puqi, paur ai, par agarr aéggréaggtriaéotgnioa, pnti, poanr s, par séadr séimdiéemdneitmanteiaontn etioan etiot n ept apr ct ar cpoamr copmloépmlépemlnéetmanrteiatnérti, oatér, oitnét , onat fnaft fnafé fné fle nlé e le
paprcaorpcuaors aucros auxrios axliogxloioqgluioqe dguiqe d’ue dn d’un d’oumn doam ioname dinae die rne de rece rehcehercehrce qe hre qcuhi ne qui ne sue si neme sebm lee pbmle pblule ps slus solus sofufforiufr dfrifr de rir de e etetet p p p OOO itiqitiqitiq uuueee
sa « jsa « jsa « jeuenuenesuessne » esee » esse » et et enct enocre monrce moroe minos dinos die sns de son cae son caorn caactraèctrrae pèctre pèlure prliudrilisudcrisiipdcliiispnclaiinpiraleiin.rea.ire.
uunune pne pe peers ersprspepecectictvivte pie pve panananooraoramramimqiquique due de dees saes sas savvoovirsoirsirs
ApArèpAs erèps ert à lès et à la st à la suia stue dite due bite de biee bn dien di’ean du’atrue’tasrue, ctsr, cee ls, ce livrie le evre eivsrt ue est unse tt une tene tetanteiavnte dtivae dtie sve de syne sythnètyhsnèe dtshe dèess e des es
dodmoamdionameins daeis dnee ls de l’ine l’finof’rimonrfamotiraomtn eioan etiot dn et de l t de la c e la coa cmomoumnuimcaniucatnioitcan aion atioven avc uec uven rc un regn reagrd saergd sairnd sginuglinuelgr ieur lier
poprtoé srptoé surtr lé suer l s puer ls pheés phnéonhmoéèmnnoèemns deès dne les de la c e la coma comoumnuimcaniucatnioitcan sion stiocon socialie eocale eiat ple et polit potilqituoiqleiut, aiqe, auines, aini qsii qnuse i que ue
susr luer lss iuer ls inefns iufenunefcnueces mens mceus mtuuetululeetlus elees ellnets erne ltrne la ctra ce loma commoummnuimcaniucatnioitcan eion etit lon ea vt la vt lie ia vie intiene irtnenartnteiaortnnioaantlieao.lnea.le.
DoDcotDecutoerc enuter enu Rr en Relae Rtlioaetnsiolanst iion instern itnaerntnaterionatnalionaltieosnale, sH,e ensH,en ri MHenri M ri Movoav oav a
SaSkaSknyaknyia e nyis et is ept rsopt froepfsreossefsueesr à lusr à leu’r à lun’uivne’iuvrnseirtvsé eitrdé se Kitdé e Kdine Ksinhsaihnsaassah. a. sa.
DirDeicrDeteciruterc gutreénér gur galénér dual dual C duen Cent Cre ten dre ’t dirn e’ti denlt’leignllentieglenlcigecen s et src aettr séagtréiaqugtiéqueg ique e
et det des rt des rels raetliaoetniloas intis ionntes inrtnenartnteiaortnioantlieaos (lneas (CleIs (SCRISCI)R, iISI)R, il dI)l d, iiril dgire ligire la ige la a
rev revuerevu seciu seeci snetciinfetiiqnfutiqiefu iDqeou Dueoni Duaoni .u Outrani. Outra. Outre soe sone i sonn itnén irtêéntrt pêétr poêuto pr uor ur
les qles qluees qusetisuotenioss intis ionntens irtnenartnteiaortnnioaantlieaos elneas elt des et de s t de strae sttréagttréiaegt, liéeg’, laieu’a, lteu’utaer uutr eur
s’ins’tiensrt’reinortgreorg,r daeo,g daen,s dan sess sesns t sesra tvra tvurax, uv sx,au sx,r lu sesr lues irnc l iesncid ieincdeincdeseesnc des des d es
phpéhnpéonhmoéèmnnoèemns deès dne les de la c a ce loma com oumnuimcaniucatnioitcan dion dtiaonn das lns laens ces ls cheas chmapmhs dapms de lps de la m a me l oa mnodniadolniasadliisataiolitsanio, dnti, doe ln, de la a e la
dipldiompldomiplatomiaet etiea ett plie et plusus pl la lusrgearge lmargeem netm dnte dnste r dse relaset rlioaetniolasnt iiosnt inentsr inentarnteioartnioantlioeaslne.a sl.e s.
45 €
ISBN : 978-2-343-06842-8
RRec ecRec RRes Res es RRec ecRec RRes Res es
ene bine binbl biblioblilooilgioolgioegiee ene bine binbl biblioblilooilgioolgioegiee
hlaucelcchchqlceeqcuhhhelqleuccihahlhehltlelihiechetat
COmmun ICAt IOn
Henri Mo Va Sa kanyi
COmmun ICAt IOn
Henri Mo Va Sa kanyi
COmmun ICAt IOn
Henri Mo Va Sa kanyi
Soci ae e politie
Soci ae e politie
Soci ae e politie





















Communication sociale et politique
Une perspective panoramique des savoirs Recherches en bibliologie

Collection dirigée par Eddie Tambwe

La collection Recherches en bibliologie est un espace ouvert à
tous les chercheurs engagés dans des travaux relevant de la
bibliologie, science générale de la communication écrite, l’une
des sciences de l’information et de la communication.
Destinées aussi bien aux étudiants, aux chercheurs-enseignants,
qu’aux professionnels, les publications de la collection
témoignent de la vigueur de la recherche sur l’écrit, dans le
monde.

Déjà parus

Bob BOBUTAKA BATEKO, Archivistique, Bibliothéconomie,
Documentation et Légistique. Des disciplines de la Bibliologie,
2015.
Wang ZHIJIE, Le livre en chine, de Mao Zedong à Deng
Xiaoping, 2015.
Eddie TAMBWE KITENGE (dir.), Déconstruction du
processus bibliologique colonial. Installation d'un modèle
endogène africain, 2015.
Roberts ESTIVALS (dir.), Hommage à Elena Savova, 2012.
Bob BOBUTAKA Bateko, Écrit, information et communication
en République démocratique du Congo, 2009.
Robert ESTIVALS (dir.), La bibliologie scientifique appliquée,
2008.
Robert ESTIVALS, Les écoles du schématisme et de la
schématologie. L’histoire du schématisme 2, 2007.
Eddie TAMBWE KITENGE BIN KITOKO (dir), La chaîne du
livre en Afrique noire francophone, 2006.
(Sous la direction de Jacques HELLEMANS et Eddie
TAMBWE), Les Bibliothèques, le Livre, l’Écrit et les
Technologies de l’Information et de la Communication en
République Démocratique du Congo, 2006.
Emmanuel BEBE BESHELEMU, Presse écrite et expériences
démocratiques au Congo-Zaïre, 2006.
Didier MUMENGI, Panda Farnana, Premier universitaire
congolais (1888-1930), 2005. Henri MOVA Sakanyi














Communication sociale et politique
Une perspective panoramique des savoirs




















Recherches en Bibliologie L’Harmattan ?/?+DUPDWWDQ
OH3RO\ eFR HGHO?3DULVUXHWHFKQLTX
GLIIXVLRQKDUPDWWDQ#ZDQDGRR IU
KDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU
,6%1 978-2-343- 0 6842-8
($1 068428
KWWSZZZKDUPDWWDQIU








A la mémoire de mon père
Benoît Sakanyi Kaleng :
« La fameuse fleur continue d’éclore… »

A mes beaux-parents Jérémie et Françoise Mwewa
« Merci pour Lista… »

A la mémoire de Julia,
« Pour un repos éternel mérité… ».









« La communication est le processus social par excellence.
Changer sa forme, ses moyens, aussitôt elle changera la nature des groupes
et l’exercice du pouvoir, l’histoire nous l’apprend.
On aurait tort de la considérer comme un simple instrument entre les
mains d’hommes qui se lancent à la conquête des foules.
En vérité, elle leur impose ses règles, qu’ils sont bien obligés de respecter ».

Serge Moscovici,
In : L’âge des foules, Paris, Fayard, édition 1981, p. 245




. Sommaire

Introduction 13

Partie I :
Autour des disciplines de l’information et de la communication

Chapitre I :
Fixer l’objet communicationnel 21

Chapitre II :
De la complexité du champ communicationnel 31

Chapitre III :
La dialectique Information/Communication 37

Partie II :
Le champ de l’information :
Problématiques et pratiques interpellant les relations internationales
et les sciences politiques

Chapitre I :
Du document aux sciences du document (documentologie) 58

Chapitre II :
L’intelligence économique 66

Chapitre III :
Le lobbying 86

Chapitre IV :
Les big data, un domaine de l’information 92

Chapitre V :
La date science, ou la nouvelle discipline 103


Partie III :
Le champ de la communication : Problématiques et pratiques intéressant
les relations internationales et les sciences politiques

Chapitre I :
De la linguistique à la sémiologie 113 Chapitre II : La rhétorique 120

Chapitre III : L’anthropologie de la communication 131

Chapitre IV : Sociologie des médias
et critique du champ journalistique 154

Chapitre V : La cybernétique 171

Partie IV :
Synthèse de quelques théories de la communication

Chapitre I :
Communication et théories sociales 181

Chapitre II :
L’Ecole de Chicago 191

Chapitre III :
Lasswell et l’approche fonctionnaliste 200

Chapitre IV :
La théorie mathématique de l’information 206

Chapitre V :
L’Ecole de Palo Alto et la théorie systémique de la communication 227

Chapitre VI :
Le structuralisme 234

Chapitre VII :
Les Cultural Studies 237

Chapitre VIII :
Les études postcoloniales (postcolonial studies) 243

Chapitre IX :
Les analyses de la société post-industrielle 262

Chapitre X :
Les directions et les courants de recherches en communication 265

Partie V :
La communication politique
Chapitre I :
Histoire et définition d’une pratique 272

Chapitre II :
Pratiques de la communication politique 3 22

Chapitre III :
Le marketing politique 334

Chapitre IV :
Quelques ingrédients pour toute campagne électorale 354

Chapitre V :
Les modes d’action interactifs
et les modes d’action unidirectionnels 361

Chapitre VI :
La place de plus en plus prépondérante
de l’émotion et de l’irrationnel 365

Chapitre VII :
Le cas particulier de la communication politique sur Internet


Partie VI :
Communication et vie internationale :
Une analyse des nouveaux enjeux pour les Relations internationales.

Chapitre I :
Mondialisation et internalisation des médias 407

Chapitre II :
La géopolitique de l’information 421

Chapitre II
Communication et puissance 462

Conclusion générale 487
Bibliographie 491

Introduction

La problématique de la communication s’avère d’une telle ampleur
qu’il apparaît à plus d’un que s’y aventurer relève de la turpitude voire
de la témérité. Même ceux dont la besogne quotidienne se concentre sur
l’expertise en cette matière, ne s’empêchent de rappeler l’immensité de
la tâche à accomplir lorsqu’il vient à l’esprit l’idée de disserter sur la
communication. Des questionnements enflent et les réponses
s’éparpillent dans tous les sens. Les espoirs suscités par certaines
découvertes s’évanouissent si tôt que d’autres études aboutissent à des
conclusions qui tendent à invalider les résultats précédents.
L’évanescence des théories qui essayent d’apporter un peu plus de
lumière semble alors la chose la mieux partagée, dans ce domaine de
recherche.
Les éléments impliqués dans les phénomènes « information » et
« communication » sont d’une telle diversité qu’il ne serait pas aisé de
tracer avec exactitude les limites du champ. Certains opinent même qu’il
n’existerait pas de réalités que recouvriraient les concepts
« information » et « communication ». D’autres, plus perspicaces,
estiment que la communication n’aurait aucune sorte de pertinence
heuristique tant elle serait réductrice d’une réalité fort éclatée. L’idée
d’une mosaïque irréconciliable ou celle d’un patchwork irréductible se
donnent comme la meilleure image de ce champ dont les études
d’élucidation – comme celle-ci - ne cessent de se multiplier. Parler de
communication, c’est investir un domaine qui se targue d’une expertise
capable de mettre en lumière des énoncés qui se positionnent sur un
spectre dont l’éventail touche à autant de choses que contient le monde.
Toute existence semble impliquer la problématique de la communication.
Des éléments de l’environnement physique à la globalité du système
social mondial, en passant par les êtres biologiques, les êtres
anthroposociaux, le monde animal, la chaîne alimentaire, le transport, les
transferts, les échanges des biens et des services, la diffusion
d’informations (qui sont à la fois news- nouvelles-, data – données-, et
knowledge – connaissances-) , les inventions de l’intelligence humaine,
les créations des inventions humaines, les langues et les langages, les
arts, les rites, les contorsions des corps, les gestes, la procréation,
l’enseignement, la socialisation, le prolongement des mécanismes
humains dans les machines, les cellules vivantes, les rapports
transcendantaux avec les virtualités, les relations verticales avec les
sphères spirituelles et magico-religieuses, les satellites géostationnaires,
etc. De l’infiniment petit à l’infiniment grand, tout paraît régi par le lien,
13 la relation, la médiation et donc la communication. Des espaces
intraatomiques et infra-atomiques (protons, neutrons, électrons, quantas,…)
jusqu’aux configurations intersidérales, aux constellations planétaires,
aux systèmes galactiques... De tout l'espace connu et inconnu et depuis la
nuit des temps, du début à la fin, et dans toute l’histoire et la géographie,
la communication est omniprésente. Ce capharnaüm pose ses
pseudopodes sur toute l’existence, sur le visible et sur l’invisible. Daniel
Bougnoux s’interroge à juste raison : par quel phénomène faudra-t-il
commencer dans l’étude de la communication car « ce grand sac enferme
trop de choses (qui ne sont pas justement des choses, mais des
1relations) ? » ; la communication ne serait donc pas à penser. Pour sa
part, Yves Winkin souligne le caractère bigarré et l’hétérogénéité de la
communication en mettant l’accent sur l’image de l’auberge espagnole
où tout le monde retrouve ce qu’il a amené. Il considère que la
communication « est un invraisemblable fourre-tout, où l’on trouve des
trains et des autobus, des télégraphes et des chaînes de télévision, des
petits groupes de rencontre, des vases et des écluses, et bien entendu
une colonie de ratons laveurs, puisque les animaux communiquent
2comme chacun le sait depuis Lorenz, Tinbergen et Von Frisch. »
Si une unanimité se dégage dans les milieux universitaires où
s’étudient les questions de communication, c’est le caractère singulier
d’un domaine éclaté, un espace multiple, des objets divers et les
linéaments qui voguent plus dans les entrelacs et les interstices qu’au
sein des frontières nettes et tranchées. Si le monde scientifique peine
tant à tracer les contours du phénomène communicationnel, le langage
courant semble aussi éprouver les mêmes difficultés. En effet, dans
l’imaginaire populaire, qui est loin d’être naïf, la communication
renferme des réalités physiques aussi différentes que des voies de
communication (route, canaux, voies de chemins de fer, etc.) ou des
outils de communication (téléphone, satellite, radio, etc.) et des
processus sociaux aussi dissemblables que la publicité, les interventions
scientifiques dans un colloque ou une conversation entre amis.
Paradoxalement et contre toute attente, cette diversité imprègne
également le langage scientifique puisque ce vocable peut désigner aussi
bien des échanges chimiques entre les terminaisons nerveuses (en
neurologie par exemple) que des grognements échangés entre membres
3d’une même meute. On se retrouve dans un véritable fatras sémantique
que Winkin peint sous les traits d’un caméléon. Si on s’en remet à cet

1 BOUGNOUX, D., Introduction aux sciences de la communication, Paris, La Découverte,
2001, p.11.
2 WINKIN, Y., La nouvelle communication, Paris, Seuil, 2002.
3 DACHEUX, E., « La profonde ambivalence de la communication », in Les Essentiels
d’Hermès. La communication, Paris, CNRS Editions, 2011, pp. 11-31.
14 imbroglio qui s’offre à voir à chaque fois qu’on ose lorgner sur la
communication, il est fort à parier qu’on ne sera jamais suffisamment
hardi pour en aborder une étude rigoureuse et sereine. Certes la tâche
est difficile ; mais, elle n’est aucunement impossible. Bien au contraire, le
foisonnement d’enquêtes scientifiques et la production théorique de
grande envergure donnent à penser qu’un long chemin a déjà été
accompli. C’est de notre point de vue, l’autre grand questionnement :
comment un domaine dont on avance qu’il serait si peu malléable peut
avoir offert en si peu de temps autant de travaux d’acabit appréciable, les
uns aussi stimulants et féconds que les autres ?
Il tombe d’ailleurs sous les sens que la communication est plurielle et
donc, les approches pour en appréhender le sens devraient éviter de
verser dans la simplicité. Un phénomène si complexe se verra réduit à la
caricature si le besoin de compréhension s’adonne allègrement à la
simplification au détriment de l’effort d’explicitation. La communication,
tenant compte de la diversité de son objet, a puisé dans diverses sciences
pour peaufiner ses résultats. Cet emprunt à plusieurs sources est, en
amont, une raison du caractère pluriel de l’objet de la communication.
Dans une relation circulaire, en aval, la pluralité nourrit la
communication avec des apports puisant aux quatre vents. Pourtant, la
communication - aussi vieille qu’elle soit, si co-existentielle à la société -
n’a pas toujours fait l’objet d’un questionnement scientifique. C’est ce
paradoxe qui est à la base de certaines distorsions et dissensions dans
l’univers intellectuel. Cette réalité est l’émanation d’une évolution en
dents de scie du parcours emprunté par les études dans le domaine de la
communication. Elle procède donc de l’histoire. Les élaborations
théoriques de première heure dans le domaine de la communication
proviennent des spécialistes d’autres disciplines des sciences de
l’homme voire des sciences exactes (Joseph von Neumann, Claude
Shannon, Waren Weaver, Norbert Wiener entre autres). Ainsi, tour à
tour, les théories issues de différentes sciences ont conceptualisé
l’espace communicationnel autant que des théories qui, a priori,
n’avaient rien à voir avec la communication ont servi de fondation à la
théorisation en communication. La matière est par conséquent
abondante et appelle à coup sûr de la multidisciplinarité quoique
s’efforçant, par ailleurs, à se muer en interdisciplinarité. Ce sujet n’est
donc pas à la portée d’une avenue disciplinaire. Plusieurs voies
convergent et c'est à leur confluence que se trouve le carrefour qui crée
l’espace scientifique de la communication. Science-carrefour s’il en est, la
communication n’en présente pas moins l’image d’un fleuve torrentiel
qui reçoit les eaux de plusieurs affluents. Des préoccupations empiriques
ou des demandes sociales initiales jusqu’à la théorisation la plus affinée,
la communication brasse plusieurs vents qui enrichissent son combat
15 pour asseoir son objet d’étude. Mais la difficulté d’étudier efficacement
ce champ procède de la difficulté d’en définir les limites. La boîte de
Pandore étant définitivement ouverte, aucune reculade n’est appropriée.
Il faudra se saisir à bras le corps de cette complexité sans rechigner en
pensant également aux dangers de toute sorte qui guettent la
communication elle-même. Apparemment triomphante, la
communication ne s’en présente pas moins aux yeux de Dominique
Wolton comme fragile voire menacée, autant à l’échelle individuelle ou
collective, dans les rapports humains, familiaux, sociaux et maintenant
mondiaux. « Omniprésente, écrit-il, elle est cependant peu légitime et
suspecte, comme si finalement elle avait vaincu dans les faits et non dans
4l’ordre des valeurs. »
Voilà : alors qu’on épiloguait encore sur sa pertinence scientifique, la
communication subit les coups de boutoir de la part des acteurs sociaux
qui menacent sa percée et sa « sociabilité ». Il faudra tenir compte de
cette difficulté « sociale et culturelle » dans le monde scientifique
puisque l’on sait que les préoccupations empiriques ont souvent été à
l’origine de plusieurs théories en communication. Mais cela ne devrait
pas étonner outre mesure lorsqu’on sait que la communication a
toujours été un enjeu humain, entre les classes sociales, entre les
individus, entre les gouvernants et les gouvernés, entre les riches et les
pauvres, entre les élites et les masses, entre les pays, entre les genres,
entre les générations, entre les cultures, etc. Point n’est besoin de s’en
offusquer surtout si on ne cède pas à l’angélisme promis par la fameuse
« société de l’information » ou, pire, les espérances mythiques de la é de la communication ».
Le bel âge de la communication éthérée et exempte de toute impureté
humaine demeure de l’ordre du rêve : communiquer n’est-ce pas aussi
défendre ses intérêts, son image, son identité, sa culture ? Ou alors
pousser l’autre à adopter des comportements qu’il n’aurait pas adoptés
sans cette influence ? N’est-ce pas se défendre et défendre son cadre de
vie, son territoire, son « espace vital » ? Malgré la volonté généralement
affichée de faire de la communication un enjeu de société, de
cohabitation et l’idéal de rapprochement des hommes sans oublier la
défense des valeurs, il subsiste des incohérences et des imperfections.
Ces écueils suggèrent de raison garder pour ne pas verser dans un
enthousiasme béat et une délectation empreinte de naïveté. La
communication reste donc une question de rapports de force dans la
société où les postures stratégiques se retrouvent même dans la
pragmatique, le dialogue ou la praxéologie. Mais les enjeux de la
communication ne sont pas que sociétaux. Ils sont aussi du ressort de la

4 WOLTON, D., Sauver la communication, Paris, Flammarion, 2005, p. 5.
16 science. Ainsi, toutes les sciences sont passées par ces travers et ces
tâtonnements qui ont fait douter de leur capacité à établir de véritables
disciplines scientifiques. Au lieu de décourager les efforts, les défis ont
galvanisé les scientifiques qui, à travers la circulation des idées dans
leurs milieux, ont pu venir à bout de premières résistances pour
s’attaquer aux difficultés subséquentes.
A l’instar des coureurs des marathons, dans une course à obstacles, à
chaque fois, il faut sauter, sauter encore, sauter toujours les barrières qui
barrent la route vers la victoire. Il est reconnu quasi universellement
qu’une science s’érige autour d’un objet, des méthodes et des théories.
Pour plusieurs auteurs, cela suffit pour fonder une science. Pour notre
part, il faut souvent aller beaucoup plus loin pour qu’une science ait ses
lettres de noblesse. On court le risque de n’identifier qu’une science
s’occupant de l’homme en société (la sociologie) ou l’homme en tant
qu’entité autonome indépendamment de son appartenance à un groupe
collectif (prétention de la psychologie réfutée par Husserl). Une telle
conclusion, qui anéantirait tant d’efforts déployés pendant des siècles,
serait une imposture et un déni de réalité. Aussi défendons-nous l’idée
de l’élargissement des critères de scientificité au-delà du triptyque
« Objet-Méthodes-Théories ». Certes, il constitue la base, mais la
pyramide admet d’autres étages. C’est pourquoi nous avons soutenu la
5démarche de six piliers fondateurs de la science : la problématologie,
l’ontologie, l’épistémologie, la méthodologie, la praxéologie et la
phénoménologie.
S’appuyant sur ces considérations épistémologiques communes aux
sciences sociales et humaines, cet essai porte une ambition : celle de
poser une perspective panoramique sur les domaines de l’information et
de la communication ; un champ de recherche qui a connu, depuis près
d’un siècle, des avancées théoriques et épistémologiques d’une ampleur
considérable. Là où d’autres sciences ont mis des siècles pour consolider
leurs socles épistémologiques, les disciplines regroupées sous le label
universitaire des « sciences de l’information et de la communication »
(Sic en sigle) auront été d’une précocité étonnante. Profitant,
doublement, du phénomène (technique) de l’expansion de plus en plus
massive des médias de masse dans le quotidien des sociétés
contemporaines, et, (sur le plan théorique), des apports des disciplines
classiques, déjà constituées (comme la sociologie, la philosophie, la
psychologie), le champ de la communication put développer des
concepts et des théories opératoires qui, par agrégation, par

5 MOVA SAKANYI, H., La science des relations internationales, Essai sur le statut et
l’autonomie épistémologique d’un domaine de recherche, Paris, L’Harmattan, 2014, pp.
4749.
17 sédimentation et par complémentarité, ont affiné le parcours axiologique
d’un domaine de recherche qui ne semble plus souffrir de sa « jeunesse »
et encore moins de son caractère « pluridisciplinaire ». Ecrit par un
chercheur curieux de la situation théorique des nouveaux domaines de
recherche en sciences humaines et sociales, ce texte de synthèse
présente, nous l’espérons, quelque intérêt aussi bien pour les
communicologues eux-mêmes mais également pour tous les chercheurs
soucieux de l’état épistémologique de nos disciplines. Pour ces derniers,
ce livre – à l’origine conçu comme un manuel d’initiation pour les
étudiants en Relations internationales et en sciences politiques -
pourrait aider à la compréhension d’un domaine (les SIC) qui, par la
nature transdisciplinaire et transversale de ses objets et de ses savoirs,
interpelle les autres disciplines. Les relations internationales et les
sciences politiques ont vu en effet leurs pratiques envahies par des
problématiques de l’information et de la communication.
18








Partie I :

Autour des disciplines de l’information
et de la communication


Chapitre I :
Fixer l’objet communicationnel

La science mène à la connaissance par la rigueur de sa démarche, par
sa logique interne, par l’objet qu’elle poursuit, par sa neutralité
axiologique, par la méthodologie, par les critères de scientificité qui
passent notamment par la falsifiabilité, la vérifiabilité des résultats, et
éventuellement la prédicabilité. Pour des raisons de commodité, nous
retenions dans notre ouvrage déjà cité quelques critères qui consolident
la démarche et le modus operandi de la science : c’est le corpus qui fonde
notre idée de « six piliers fondateurs de la science », qui sont donc la
problématologie, l’ontologie, l’épistémologie, la méthodologie, la
praxéologie, la phénoménologie.
Au-delà de ce questionnement d’une ampleur cosmologique, il faut
situer pour chaque science la série de problèmes sur lesquels elle
compte mener des investigations afin d’améliorer la compréhension ou
l’explication des phénomènes. La communication étant une démarche
multidimensionnelle, force est de constater qu’elle aborde des
problématiques à caractère globalisant. Plusieurs questions viennent à
l’esprit des chercheurs en communication. On peut en citer
quelquesunes. Qu’est-ce que la communication ? Qu’est-ce que l’information ?
Quelles relations, entre les deux ? Pourquoi communique-t-on ? Quelles
sont les fonctions de la langue ? La communication est-elle uniquement
langagière ? Peut-on ne pas communiquer ? Quels rapports existent-ils
entre la société et la communication ? lient la
communication à la connaissance ? Les animaux communiquent-ils ? La
communication est-elle intra-individuelle, intersubjective, sociétale,
internationale ? Quelles sont les particularités de la communication de
masse ? Quelles sciences portent le mieux les études en communication ?
La communication est-elle mesurable, mathématisable, chiffrable ?
Estce que tout est communication ? Est-ce que tout est communicable ?
Qu’est-ce que la communication numérique ? Qu’est-ce que la
mondialisation de la communication ? Qu’est-ce que le cyberespace et
quels sont les dangers de la cybercriminalité ? Quelles sont les approches
dans l’étude de la communication ? Quels sont les modèles représentatifs
de la communication ? Quels sont les enjeux de la communication ?
Quelles sont les théories de la communication ? Comment devrait
s’étudier efficacement la communication ?
Ce questionnement, ample, pourrait pourtant être tiré à l’infini.
L’instance problématologique est ainsi fournie par ce socle interrogatif
qui fonde les études en communication. C’est en abordant les questions
21 ontologiques que l’on se rend compte de l’immensité de la tâche dans
l’étude la communication. Il est plus idoine de s’interdire de réduire la
question de la communication à sa portion des médias modernes malgré
leur prégnance sur la société et l’importance qu’ils revêtent de nos jours.
Le fait communicationnel est plus large et requiert une investigation
pluridisciplinaire. La communication en appelle, ce faisant, à un
cheminement qui conduit à entreprendre la recherche dans le sens d’une
« prise de distance par rapport au tropisme d’une définition de la
communication qui sacrifie trop à la sphère médiatique. Car ce champ de
connaissances scientifiques et d’activités industrielles s’est révélé de
nature captieuse. Objet sans cesse dépassé par lui-même comme tout
emblème de la modernité technique, il suscite une course infinie,
donnant à croire que tout se passe dans cet espace de haute visibilité.
Alors que les grands enjeux du nouveau mode de communication ne se
décident pas forcément là. D’où l’importance de la tâche d’enracinement
de la réflexion sur la notion de communication, ses usages et ses
systèmes dans l’histoire des modes de régulation sociale qui
6accompagnent les mutations des formes et technologies de pouvoir. »
Néanmoins, de prime abord, il sied d’affirmer ce qui paraît le plus
simple. La communication, elle-même nécessitant une conceptualisation,
fait partie de la substance de toute science qui se destinerait à l’étudier.
Puis vient le concept « information » qui n’en pose pas moins de
problème. Les liens entre les deux termes (information et
communication), tantôt harmonieux, tantôt dichotomiques ou
contradictoires, constituent le troisième niveau des matières à ausculter.
Puis s’imposent les considérations historiques, psychologiques,
sociologiques, politiques, techniques ou autres. Aucune liste de matières
étudiées en communication ne saurait être exhaustive. A l’énumération
précédemment déclinée, on peut, pertinemment, adjoindre les
considérations qui ne viennent pas immédiatement à l’esprit du premier
venu en communication. Elles ont trait à la signification des sujets
médiatiques dans la société et la pertinence des théories qui le prennent
en charge. Ces sujets peuvent être divisés par rapport aux terrains qu’ils
7occupent :

Relations avec la politique et l’Etat :
- La campagne politique et la propagande ;
- La participation citoyenne et la démocratie ;
- Le rôle des médias dans la guerre et le terrorisme ;

6 MATTELLART, A., L’invention de la communication, Paris, La Découverte, 2011, pp.
1112.
7 McQUAIL, Denis.
22 - L’influence des médias dans l’élaboration de la politique
extérieure ;
- Le rôle de la communication dans le soutien ou la résistance aux
sources de pouvoir.

Les questions culturelles :
- La globalisation des contenus et des flux ;
- La promotion de la vie culturelle et de la production culturelle ;
- Les effets de l’identité sociale et culturelle.

Les préoccupations sociales :
- La définition de la réalité et de la médiation de l’expérience sociale ;
- Les liens avec la criminalité, la violence, la pornographie et la
déviance ;
- La relation avec l’ordre social et le désordre ;
- La promotion de la société de l’information ;
- L’usage et la qualité du temps des loisirs ;
- L’inégalité sociale et culturelle.

Les questions normatives :
- La liberté d’expression ;
- L’inégalité sociale et culturelle : classe, ethnicité, genre et sexualité ;
- La législation des médias, l’éthique et le professionnalisme ;
- L’obligation pour les médias de rendre compte et la responsabilité
sociale.

Les préoccupations économiques :
- Le degré de concentration ;
- La commercialisation des contenus ;
- L’impérialisme global et la dépendance.

8En matière de communication, Jacques Gerstlé estime que la
conception épistémologique, malheureusement encore dominante,
conçoit la communication comme production et transmission de
connaissances sur l’environnement, c’est la
communicationreprésentation. La conception praxéologique, au contraire, l’envisage
comme la construction d’un monde commun par l’action réciproque qui
rend pensable l’espace public. Le cas spécifique de la sociologie pourrait
servir d'illustration quant au besoin de s'éloigner de la naïveté qui
consiste à vouloir reproduire le modèle de scientificité copié sur la
connaissance de la science physique. Issue de la philosophie, la

8 e GERSTLE, J., La communication politique, Paris, Armand Colin, 2 éd., 2008, p. 37.
23 sociologie, pour le besoin de son émancipation, a très tôt cherché à
s'approprier les méthodes de la physique. Or, il est facile de faire noter
que sa scientificité ne peut être qu'insuffisante dans la mesure où aucun
laboratoire ne lui permettra de faire de l'expérimentation sur les êtres
humains. En sus, comme le note Edgar Morin, « le modèle de scientificité
déterministe, mécaniste, réductionniste adopté en sociologie est
aujourd'hui dépassé : les sciences physiques ont désormais fait leur
place aux aléas, aux bifurcations, aux singularités, aux complexités, alors
que la sociologie restée fidèle au vieux modèle considère la société
comme une machine déterministe triviale et les individus comme des
crétins sociaux compartimentés dans des classes, des statuts, rôles et
9autres habitus."
Dans le domaine de la communication, la praxéologie s’enrichit de
toutes les pratiques quotidiennes, de tous les participants à la vie en
société, du niveau personnel à la communication de masse en passant
par le niveau dialogique de l’interaction pragmatique et symbolique. Le
processus d’échange d’informations entre les sociétaires implique tout le
monde au point qu’on pense que tout le monde est compétent pour
communiquer. Donc, la praxéologie englobe toutes les formes de nications, toutes ses dimensions, toutes ses approches. Il est vrai
que le niveau du dialogue et de la stratégie est peut-être celui qui est
plus démonstratif de la praxéologie (surtout à travers l’interactionnisme
stratégique). Cela ne voudrait nullement dire que les autres niveaux de la
communication soient dépourvus des préoccupations praxéologiques.
L’approche stratégique de la communication ne dissimile pas l’intention
d’un acteur face à ses adversaires en pensant aux décisions à prendre
dans cette relation qui est malgré tout interdépendante. Cette dimension
permet de dégager un consensus au terme d’âpres discussions au sein de
la société. C’est la même démarche qui aboutit à l’édification de l’espace
public et l’entretient. Celui-ci requiert de la compétence
communicationnelle pour participer efficacement à la communication
aux fins d’intercompréhension (dans l’agir communicationnel) et de
succès (dans l’agir stratégique).
La notion de l’agir communicationnel de Jürgen Habermas est un
exemple fort symbolique de la praxéologie en communication en ce
qu’elle se veut une rationalité de l’action et une rationalité de la société.
Cette théorie s’inscrit à rebours de la tendance historique de la
dissolution de la praxis dans la technè et la science. Habermas dégage des
concepts d’action (téléologique, normatif, dramaturgique et
communicationnel) qui permettent aux sciences sociales de participer au
changement dans la société. Contrairement à ce à quoi il nous avait

9 MORIN, E., Sociologie, Paris, Fayard, 1994, p. 7.
24 habitués, Habermas qui semble être revenu à Kant (qui défend
l’importance de la raison pratique mais il y ajoute le caractère dialogique)
dans Théorie de l’agir communicationnel, s’écarte de la théorie critique
issue de l’Ecole de Francfort pour mettre l’accent sur un possible accord
démocratique que permet la communication. En effet, l’espace public
admet une participation qui allège le poids de la domination de l’élite en
ce qu’on y entre avec la chance de se faire entendre dans la mesure où
c’est l’argument le meilleur qui y triomphe. Il établit une corrélation
entre la communication, la rationalité et l’action. Dans le même élan,
Habermas développe le concept de « raison communicationnelle » après
avoir mené une étude systématique des théories modernes (de Max
Weber – dont il retient la théorie de l’action - à Max Horkheimer et
Adorno en passant par George Mead – de qui il tire la rationalité
communicationnelle -, Emile Durkheim, mais aussi les acquis de la
pragmatique du langage avec John Austin et John Searle).
Justement, la pragmatique est l’autre dimension forte de la
praxéologie de la communication. Les théories fonctionnalistes et
structurelles relèvent dans une large mesure de la praxéologie en
communication en ce sens qu’elles mettent en avant le rôle
transformateur de la communication (en particulier les moyens utilisés
pour communiquer). Autant la critique d’obédience marxiste que le
béhaviorisme américain, la doctrine de Mass Communication Research de
l’Ecole de Chicago et d’autres rentrent bien dans l’idéal-type que dessine
la praxéologie en matière de communication. Ces thèses s’interpénètrent
avec l’agir communicationnel et constituent des exemples de la
praxéologie dont l’essentiel tourne autour de l’action ; et, en
communication, la volonté et l’intention des participants vont dans le
sens de l’influence. L’agir social ne serait pas sans être finalisé et orienté
vers le modelage de la société.
Dans sa dimension philosophique, la communication est
fondamentalement phénoménologique, surtout lorsqu’elle souligne le
monopole du pouvoir que détient l’homme à représenter le réel par des
signes. Or justement, la philosophie est une quête de sens sur la réalité
des choses, du monde et de l’homme. Le monde moderne se targue d’être
celui de l’information et de la communication, ou à tout le moins en voie
de l’être. On affirme sans ambages : « Depuis plus d’un demi-siècle, les
thuriféraires du monde occidental et les chantres de la modernité
multiplient les métaphores et analogies fondées sur la dimension
informationnelle de l’homme ; depuis peu, ils discourent sur la société de
l’information, issue du monde développé, appelée à devenir mondiale.
Cette prégnance de l’information, venue des économistes
nordaméricains, des savants et ingénieurs de l’informatique et des
télécommunications, bref de ceux qui pensent les rapports entre les
25 hommes et les machines en termes de réseaux qu’innervent des flux,
10enfante d’innombrables avatars. » Autant dans sa dimension
information de mise en forme que dans sa dimension
communicationnelle de mise en commun, le processus d’échange et de
diffusion de la sève qui vivifie la société, connaît des ratés qui remettent
en cause les proclamations de bonne foi ressassées à longueur de
journée. En réalité, les choses sont loin d’être roses et, d’ailleurs, par
moment, elles vont de mal en pis, malgré les apparences. Malgré des
avancées notables sur le plan technique, on regrette encore que des
mensonges subsistent, les manipulations perdurent et l’asymétrie dans
les échanges semblent être la règle. Plein d’espaces végètent dans
l’obscurité de l’incommunication ou de l’excommunication. La
phénoménologie nous permet de le déceler.
La communication est un acte d’intersubjectivité en tant que mise en
commun. Ce concept (la communication) on le doit à Emmanuel Kant qui
entend par là l’idée que les hommes sont des sujets pensants capables de
prendre en considération la pensée d’autrui dans leur jugement propre.
L’intersubjectivité retrace les interactions que plusieurs consciences ont
entre elles. A travers elle, être en communication, c’est être dans la
science des dialogues que les uns, sujets, opèrent avec les autres, sujets
et et/ou objets. C’est la raison pour laquelle les hommes communiquent.
Différents qu’ils sont, ils se veulent complémentaires et échangent pour
s’enrichir mutuellement. George Mead affirmait même que le soi, la
conscience et le sens étaient socialement construits et médiés par
l’interaction avec les autres. Ce qui est à connaître de la communication,
c’est le phénomène communicationnel. Cela nous entraîne vers les
significations du phénomène. Au sens large, il se définit comme ce qui
apparaît à la conscience, tout ce qui est perçu tant dans l’ordre physique
que psychique. Stricto sensu, il s’agit d’un événement ou un fait
d’observation se situant au niveau de l’expérience quotidienne et du sens
11commun .
En matière de communication, la perspective qui noue en gerbe les
théories en deux blocs distincts, reprend à son compte le débat suscité
par la phénoménologie. En effet, certains auteurs distinguent une série
de théories qui se fondent sur la perspective analytique et qui
s’élaborent sur la démarche rationaliste et sur les théories issues de la
conception globaliste. On peut constater avec Jean Lohisse que depuis
trois siècles, la pensée et la science ont trouvé dans la méthode

10 PALMER, M., Homo informans. L’urgence des news au fil des millénaires, Paris, Edition
de l’Amandier, 2011, p. 25.
11 Dictionnaire d’histoire et de philosophie des sciences, sous la direction de Dominique
LECOURT, Paris, PUF, 2006.
26 analytique un point d’appui de leur efficacité. Cette démarche saisit le
réel en en décomposant les éléments constitutifs. Pour comprendre la
totalité, elle suppose qu’il faille en élucider les parties. La rationalité
serait à ce prix depuis Aristote. Mais c’est avec René Descartes qu’elle a
trouvé son égérie en s’imposant chez les scientifiques depuis les Temps
Modernes. Dans son Discours sur la méthode, Descartes défendait l’idée
de diviser la chose à analyser en autant des parties qu’il se pourrait pour
en reconstituer le sens général à l’issue de cette dissection. « La science
classique, écrit Lohisse, s’est fondée sous le signe de l’objectivité,
c’est-àdire d’un univers constitué d’objets isolés soumis à des lois
objectivement universelles. On détermine d’autant mieux la réalité
« objective » de l’objet qu’on l’isole expérimentalement ; l’objectivité de
l’univers des objets tient dans leur double indépendance à l’égard de
12l’observateur humain et du milieu naturel. »
On l’a vu, des faiblesses évidentes ont émaillé le parcours de cet effort
d’asseoir les sciences humaines sur le modèle des sciences de la nature.
Ayant entraîné la scissiparité dans les compositions des sciences, cette
démarche a fait l’objet d’âpres critiques. Elle a favorisé la spécialisation
des sciences et également, malheureusement, un cloisonnement des
savoirs incompatibles avec la nécessité d’une vue plus globale et plus
panoramique de la réalité à étudier. A l’inverse, l’approche globaliste
s’est fondée sur une vision plus multidisciplinaire qui privilégie la
totalité en lieu et place des éléments qui la constituent. Elle est fort
ancienne et très répandue dans plusieurs cultures en dehors de l’Europe.
Or, la domination européenne de la science moderne a fait oublier les
apports des présocratiques, des adeptes de Pythagore. Héraclite
d’Ephèse en a été aussi un chaud partisan. Cette démarche met en
exergue la totalité, la globalité et le dépassement des parties par la
totalité. Celle-ci se définit comme une instance qui va au-delà de la
simple somme des parties qui la forment.
A l’approche rationaliste, on associe en communication, l’idée de
machine et de transmission d’information. Ce qui fait penser à la vision
mécanique de la communication. A l’approche globaliste, on réfère
l’organisme dont l’image en communication vient à la rescousse de la
vision globaliste de plusieurs théories. Elle privilégie la relation et le
mouvement. On peut donc trouver de part et d’autre de cette ligne de
fracture une communication plus ou moins statique dont l’image serait
une photographie. De l’autre côté, on peut aisément identifier la
dimension dynamique dont l’image représentative serait un
déroulement de film (ou de vidéo) avec son et lumière (assurément en

12 LOHISSE, J., La communication. De la transmission à la relation, Bruxelles, De Boeck,
2009, p. 18.
27 couleur). C’est le contraste entre le fluide et le coagulé. Mais il importe de
ne point se méprendre face aux images utilisées ici. Il ne s’agit pas
d’affirmer que la vision de transmission d’informations ignore le
déroulement des séquences ni de la figer dans le statu quo voire le
fixisme. L’échange d’informations est aussi mouvement ; mais son
caractère linéaire et séquentiel est ici souligné.
On ne l’a pas suffisamment souligné, dès les premiers moments de
l’élaboration d’énoncés qui feront par la suite la science de la
communication (le pluriel est plus correct), la démarche est globaliste.
En effet, la communication intéressait plusieurs domaines qui
s’efforçaient de créer des liaisons entre les humains. Cela allait des
contacts physiques (le transport, la circulation des biens et services, le
voyage, etc.) aux échanges des biens immatériels (informations,
connaissances). Armand Mattelart rappelle qu’à travers l’article que
l’Encyclopédie consacre au commerce en 1753, on peut lire : « On entend
par Commerce, dans le sens général, une communication réciproque. Il
s’applique plus particulièrement à la communication que les hommes se
font entre eux des productions de leurs terres et de leur industrie. La
Providence infinie, dont la nature est l’ouvrage, a voulu, par la variété
qu’elle y répand, mettre les hommes dans la dépendance les uns des
autres : l’Etre suprême en a formé les liens, afin de porter les peuples à
conserver la paix entre eux et à s’aimer… Cette dépendance réciproque
des hommes, par la variété des denrées qu’ils peuvent se fournir, s’étend
sur les besoins réels ou sur les besoins d’opinion. » Montesquieu ne
disait-il pas, lui-aussi, que l’histoire du commerce est celle de la
13communication » ?
La communication se présentera, dans cette foulée, sous les auspices
du paradigme de la complexité organisante. En 1948, Weaver relégitime
le concept de complexité dans la science. Si le mathématicien Norbert
Wiener, accompagné de Rosenblueth et Bigelow, en proposant entre
1943 et 1948 d’instituer une nouvelle discipline qu’il proposa d’appeler
la cybernétique, science de la communication et de la commande dans
les systèmes naturels et les systèmes artificiels, eut manifestement
l’intuition forte de la « révolution spirituelle que nécessite l’invention
scientifique » ou de la « révolution scientifique », qu’il allait ainsi susciter,
il ne semble pas que cette prise de conscience épistémologique ait été
largement partagée par les éminents scientifiques qui s’associaient
14initialement à ce projet. Par la suite, les besoins de spécialisation ont
entraîné les chercheurs vers une communication s’arrêtant aux échanges
d’informations entre un émetteur et un récepteur à travers un canal.

13 MATTELART, A., op. cit., p. 20.
14 Dictionnaire d’histoire et de philosophie des sciences, op. cit., p.242.
28 Cette approche pour insatisfaisante qu’elle fût, fut longtemps utilisée
comme la base de toutes les études qui seront menées sur la
communication avant de revenir aux approches fondées sur la
complexité. Cette évolution s’avère tout à fait conforme aux étapes de la
« création » scientifique qui admet une science normale et une
révolution scientifique. Lorsque certaines élaborations ne rendent plus
fidèlement compte des faits issus de l’observation, la nécessité s’invite
dans le processus pour suggérer d’autres matériaux plus adaptés
fournissant des réponses plus adéquates et plus plausibles. Il s’agit du
passage d’un paradigme à un autre. Cette rupture épistémologique entre
l’avant et l’après n’est pas nécessairement brutale, n’en déplaisent à
certains théoriciens. En réalité, la science se construit au quotidien et
avance souvent à petits pas. Comme le note Patrice Flichy, « L’opposition
entre deux paradigmes est d’abord d’ordre épistémologique. Un nouveau
paradigme réussit à intégrer dans une même construction théorique des
phénomènes qui étaient inexplicables pour le paradigme précédent. Mais
cette transformation théorique n’est pas analogue à une révolution
15politique. » La communication rentre bien dans ce big picture où la
complexité embrasse plusieurs données et essaie de leur donner un sens
rigoureux.
La communication en tant que domaine épistémologique s’est
constituée comme un champ d’observation en ballottage entre le
physique et l’immatériel, le biologique et le social, le naturel et le culturel,
le géographique et l’historique, le microscopique et le macroscopique, le
technique et le discours, l’économique et le politique, l’individuel et le
sociétal, le réel et le virtuel, le libre arbitre et le déterminisme, etc.
Toutes ces sphères qui en enrichissent la portée sont en perpétuel
mouvement d’entremêlement et de brassage. Les flux et reflux de
problématiques qui en ressortent, interdisent de concevoir cette
trajectoire de façon linéaire. Philippe Breton dégage trois moments
importants qui marquent l’extension de la notion de communication. Il
situe le premier entre 1942-1948. C’est la période de la mise en œuvre
d’un socle fédérateur (réseau) autour de la cybernétique de la part des
chercheurs émanant de plusieurs disciplines. Le deuxième moment se
passe entre 1947-1948 lorsque le mathématicien Norbert Wiener étend
la portée de cette notion de communication cybernétique au domaine de
l’analyse puis de l’action politique et sociale. Le troisième moment est la
continuation et l’enrichissement de la communication notamment à
travers la théorie de l’information. Ce moment se fait en rapport avec
l’évolution de la société occidentale d’après-guerre, fortement marquée

15 FLICHY, P., Une histoire de la communication moderne. Espace public et vie privée, Paris,
La Découverte, 1997, p. 174.
29 par le conflit mondial qui vient d’avoir lieu. On constate que cet
environnement aura une forte influence. En effet, la suite le démontrera,
la réflexion naissante sera alors un monopole de chercheurs se référant
au continent intellectuel associé aux mathématiques, aux sciences de la
nature et aux techniques, à l’exception de quelques chercheurs qui
appartiennent aux sciences humaines, comme l’anthropologue Gregory
16Bateson.
La communication ne concerne pas que les aspects sociaux ou
psychiques de la vie en société ; elle est aussi une question d’outils
d’amplification des capacités empathiques. Elle met en branle des
instruments de transmission d’informations et intéresse de ce point de
vue les ingénieurs et les praticiens des sciences de la nature. Le lien
social est couplé aux considérations techniques ou physiques dans l’acte
de communication. Les consciences et les instruments, le calcul et
l’intentionnalité, l’esprit et la nature, … entités abstraites et réalités
empiriques, toutes ces instances sont convoquées dans le processus de
communication. La science qui s’efforce d’appréhender le phénomène
communicationnel se doit de déployer ses investigations sur plusieurs
paliers. Il ne faut donc pas se méprendre : la communication en appelle à
des sciences qui brassent et embrassent les deux catégories dégagées
par Dilthey ; à savoir, les sciences de la nature et les sciences de l’esprit.
En effet, la communication ne se traite pas uniquement comme science
de l’esprit, celle où la certitude des sciences de la nature s’abolit. La
communication, puisant dans l’analyse husserlienne, dépasse cette
opposition pour s’installer dans l’immanence d’une conscience devant
laquelle les sciences de l’esprit comme celles de la nature sont
redevables d’une même juridiction.
On le verra par la suite, des théories de la communication puisent
autant dans les carquois de la modélisation à base mathématique
(axiomatique, physiciste ou chiffrable) que dans le style narratif des
sciences de l’esprit. A ce stade, on peut se contenter de constater que les de l’information et de la communication passent avec succès les
tests des six piliers fondateurs de la science. En plus du triptyque Objet –
Méthodes – Théories, dont la combinaison permet à un domaine de
connaissances d’afficher ses particularités, ses liaisons avec le magma
intellectuel et ses ambitions, il faut affiner l’analyse pour y ajouter les six
piliers fondateurs qui créent la matrice hexagonale ou l’hexagone
matriciel.

16 BRETON, P., L’utopie de la communication. Le mythe du « village planétaire », Paris, La
Découverte, 1997, pp. 17-18.
30

Chapitre II :
De la complexité du champ communicationnel

Pour poursuivre avec quelque chance de succès l’étude de la
communication, il faut, avant d’aborder l’examen des sciences qui
s’attèlent à cette tâche, déterminer à quel niveau se situe l’analyse qu’on
initie. Car, comme il en a été question en liminaire, la communication est
un champ tellement vaste qu’il renvoie à l’image d’un océan aux fonds
abyssaux. Son appréhension sémantique autant que celle de son pendant
l’information pose tellement de problèmes qu’on n’hésite plus à parler
d’un « caméléon conceptuel » (Heinz von Foerster) particulièrement
vicieux. Il apparaît de plus en plus relever d’un truisme voire d’une
fastidieuse redondance de rappeler le caractère complexe de la
communication. Philippe Breton et Serge Proulx retiennent quatre
niveaux pour offrir une analyse plus idoine et un examen ayant plus de
chance d’éclairer suffisamment toute étude sur la communication. Il
17s’agit :

Du domaine de pratiques
Tout le monde communique. Certains en font même une activité
professionnelle. Des moyens sont utilisés pour rendre effective la
communication : le geste, l’oral, l’image, l’écriture. Ces moyens se
diffusent dans les strates de la société à travers des supports de
communication (livre, téléphone, courriel, ordinateur…). On peut y
ajouter le support particulier qu’est l’espace physique commun dans
lequel se déroule la communication.

Des techniques
Communiquer, c’est aussi mettre en œuvre ou utiliser des techniques,
notent-ils. Ecrire, argumenter, informer requièrent malgré tout la
connaissance des procédés pour accomplir la tâche de communication.
On peut signaler aussi que tous les aspects de la communication
humaine sont pris dans l’univers des techniques. Cela montre que
l’interpénétration des techniques mises en œuvre et les innovations
réalisées dans un domaine peuvent trouver dans d’autres domaines des
applications tout à fait appréciables. L’utilisation des techniques est le
point qui différencie la communication humaine et la communication
animale.


17 BRETON, P. et POULX, S., L’explosion de la communication. Introduction aux théories et
epratiques de la communication, Paris, La Découverte, 4 éd., 2012, pp. 10-13.
31 Des théories
Les pratiques et les techniques sont appelées de la part des
chercheurs des travaux conceptuels de théorisation qui ont servi
d’éclairage à la compréhension des phénomènes qui relevaient de
l’empirie. Le travail de théorisation a puisé d’abord et avant tout dans
l’escarcelle d’autres sciences autant de la nature que celles de l’esprit. On
peut signaler les travaux de John Dewey et l’Ecole de Chicago, de
journalistes (Lippmann) ; de politologues (Lasswell), des psychologues
(Hovland, Weaver), des sociologues (Lazarsfeld), des mathématiciens
(Shannon, Wiener).

Les enjeux
L’acte de communication n’est pas sans intention, sans calcul. Des
enjeux sont énormes autour du processus d’échanges d’informations.
Les enjeux sociaux, politiques, économiques, idéologiques et culturels
impliquent la communication autant que celle-ci est l’enjeu des conflits
dans la société globale. Les rapports de forces sont très présents dans le
phénomène communicationnel. Toute la problématique de la
communication soulève des questions qui montrent la nature de ces
enjeux. N’accorde-t-on pas trop de place – ou pas assez – à la
communication ? Notre société ne serait-elle pas meilleure si elle niquait plus ? La communication n’est-elle pas toujours de la
manipulation ? Vivons-nous dans une « société de la communication » ?
Une autre dimension à déterminer dans l’étude de la communication
consiste à indiquer de quelle communication il s’agit tant il est clair
qu’embrasser toute la communication entraîne des déconvenues vu
l’immensité du sujet. Un concept qui englobe tout serait un ensemble
vide au sens du diagramme de Venn dans les mathématiques modernes.
On distingue en gros trois formes dans la communication. Au niveau du
cerveau humain, au niveau des rapports homme-machine, au niveau de
la société. Ce faisant, on négligerait ainsi sciemment le niveau de la
communication animale. Ces niveaux correspondent aux pôles de
recherches qui se développent dans l’étude de la communication. Le
premier pôle est pris en charge par les neurosciences (neurologie,
neurophysiologie, neuropharmacologie, neuropsychologie, informatique)
et les sciences cognitives (psycholinguistique, logique, informatique,
psychologie, psychologie cognitive, linguistique). Pour Dominique
18Wolton , ce pôle étudie la communication dans ses rapports avec le
cerveau aussi bien au niveau de la perception qu’à celui de la mémoire,
du traitement des informations et du langage. Le deuxième pôle fait
référence aux sciences cognitives et aux sciences dites de l’ingénieur
(informatique, électronique, modèles mathématiques, automatique). Il

18 WOLTON, D., Penser la communication, Paris, Flammarion, Champs Essai, 1997.
32 s’intéresse aux relations entre l’homme et les machines qui reproduisent
l’intelligence humaine et tentent même de la dépasser à travers les
applications de l’intelligence artificielle.
Le troisième pôle planche sur les sciences de l’homme, les sciences
humaines et les sciences sociales. Il porte sur les influences mutuelles
entre l’homme et la société avec les moyens techniques de
communication (informatique, télécommunications, audiovisuel). Sa
préoccupation est notamment d’analyser les effets de la technologie de
communication sur les structures et le fonctionnement de la société. La
manière dont les individus et la société en général réagissent face à
l’intrusion des moyens de communication dans leur vie, est un objet
essentiel dans les études de communication à caractère sociologique et
psychologique. Ce pôle investit aussi les sphères des intérêts en jeu, des
valeurs, des idéologies, des idéaux de la société face au problème lié à la
communication. Cette présentation montre le caractère obligatoirement
pluridisciplinaire de l’approche scientifique de la communication. Des
efforts sont en cours pour que de cette multidisciplinarité émerge une
féconde interdisciplinarité. Mais il relève encore d’une gageure voire
d’une mission impossible que d’arriver à une seule science
macroscopique qui étudierait avec des chances de succès toutes les
facettes de la communication. Les sciences en question ne s’érigeraient
pas en une seule discipline unie par son objet. Il s’agirait plutôt d’un
immense creuset qui recueillerait et brasserait différentes disciplines.
Pour innover, il faut scruter et rogner à la lisière des disciplines
universitaires anciennement constituées. Ce qui apparaît comme un
chaos ou un bordel ambiant en matière de communication, peut, avec
beaucoup d’efforts, de patience et d’échanges, produire un corps de
connaissances à même d’apporter des explications profitables à tous. Il
faut donc un brin de rébellion contre les poncifs et les tabous
disciplinaires dans différents cursus universitaires.
L’interdisciplinarité n’est possible que moyennant une remise en
cause de plusieurs disciplines juchées sur leurs certitudes et fières de
leurs prétendues souverainetés. Il y trône des paradigmes imposés et
des catégorisations administratives qui, pourtant, sont loin d’être
naturelles. Elles sont des constructions culturelles liées aux nécessités
des temps et des besoins. La question qui vaille la peine d’être posée est
la suivante : « D’où vient que l’on paraisse s’exposer à stériliser la
recherche scientifique en s’attachant obstinément à une définition
frileuse de la définition – une définition qui entend satisfaire aux critères
inchangés : un langage propre, des méthodes, des programmes, une
organisation, mais aussi une base sociale et institutionnelle, des moyens
d’assurer une continuité et de préserver ou d’étendre son influence, et
33 enfin une capacité à se donner une image de légitimité en écrivant sa
19propre histoire ? »
La réponse pour contrer tout nombrilisme en matière de sciences est
de recourir aux anciens (notamment ceux de la Renaissance et les
Encyclopédistes) qui violaient constamment les frontières supposées
étanches entre les différentes disciplines organisées. Le domaine de la
communication est un bel exemple de tels « sacrilèges » et de tels
« blasphèmes ». Ceux qui ont osé braver les orthodoxies convenues des
disciplines scientifiques, en sont sortis auréolés de succès indicibles. A
l’instar de Norbert Wiener avec le socle épistémologique fédérateur que
se veut la cybernétique, Edgar Morin, le systémisme de l’Ecole de Palo
Alto. En histoire, on peut retenir l’Ecole des annales qui travestit le
courant « normal » de l’histoire événementiel pour oser sonder les voies
des systèmes à temporalisation lente et aux frontières indéterminées. En
sociologie, l’Ecole de Chicago innova aussi avec les études sur la vie
urbaine. Prenant appui sur de telles audaces multidisciplinaires, la
Revue française de communication Hermès se donnait pour mission dans
son numéro 67 de « contribuer à quelque chose comme le Manifeste du
renouveau des sciences de la communication – de ces sciences qui, par
bonheur, ne sont pas parvenues à s’éclore dans la discipline, mais
forment un espace de rencontres, de pratiques, d’initiatives émanant du
milieu lui-même, un espace relativement délimité, qui s’intéresse aux
conditions du vivre ensemble, prenant en compte dans les synergies les
plus diverses des considérations scientifiques, techniques et
20sociétales. »
Il faut donc se laisser aller crânement à cette formule d’emprunt et de
transfert de connaissances d’un domaine vers un autre ; ce qu’Edgar
Morin appelle « le Maraudage ». Il reste d’autres difficultés comme celle
liée à une dimension souvent mise en sourdine alors qu’au
commencement des études en communication on y recourrait
abondamment. Aux trois pôles de Wolton, il faut alors ajouter un
quatrième qui fait référence à l’environnement physique comme champ
de communication à travers les efforts humains à corriger l’espace pour
l’aligner sur les besoins de la société. L’aménagement des territoires, la
correction de la géologie, le redressement des équilibres naturels dans
l’écologie, les nivellements des reliefs pour mettre ensemble les hommes
et les facteurs de production, la mise en commun d’éléments épars, le
brassage des topographies écartelées, les flux et les liens provoqués par
le génie humain afin d’améliorer les conditions de déplacement et de
transport des marchandises ainsi que des hommes…, toutes ces activités

19 BESNIER, J-M. Et PERRIAULT, J., Introduction générale du dossier d’Hermès n° 67
portant sur « Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline ».
20 Idem.
34 relèvent de la communication entendue dans son sens premier de mise
en commun, de perméabilité, de circulation, de fluidité… Des sciences qui
s’y intéressent iraient de la géographie, à la l’anthropologie en passant
par l’économie, l’écologie, l’aménagement des territoires, la cartographie,
la proxémique, le transport, etc.
Plusieurs exemples illustrent l’intrusion de considérations
géoéconomiques voire des motivations politiques qui ont été d’un
profitable apport dans l’étude de la communication. Les ingénieurs des
ponts, les bâtisseurs des routes et chaussées, les canaux et canalisations
qui rectifient les cours d’eau, le perçage des canaux pour faire se
rencontrer des plans ou des cours d’eau émaillent l’histoire du progrès
de l’humanité. On doit à Vauban les premiers travaux sur la topographie
fluviale en France, les estimations statistiques de la démographie et des
données de terrain (« l’évolution sociale s’oriente vers une structure
relevant du calcul », dira-t-il), l’édification des places fortes (initiée par
son opuscule Le Directeur général des fortifications, 1685).
Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) initie les travaux sur la
cartographie ; il crée les ponts et chaussées pour la construction et
l’entretien des ouvrages d’art, des routes et canaux, rivières et ponts, il
lance la politique d’équipement routier, la représentation systématique
du territoire, la fondation de l’Observatoire de Paris,… La solidarité
inter-provinciale se nourrit des idées émises par Antoine de
Montchrestien dans son Traité d’économie politique (1615). Francis
Bacon lance l’idée du progrès par la science fondée sur l’expérience et
l’observation. Il en ressort que « l’idée de circulation, à laquelle est
indissolublement liée la genèse du concept de communication moderne,
voit le jour dans les laboratoires de cette Réforme scientifique. C’est la
« première révolution biologique » qui la fait éclore. La méthode
d’observation microscopique contribue à la constitution de l’anatomie
21comparée ainsi que d’une première physiologie. »
Le réseau routier français bénéficiera du génie du physiocrate
indépendant Turgot (1727-1781) alors contrôleur général des Finances.
La circulation des biens et des personnes profite de la conception des
mécanismes basés sur l’organicisme anthropomorphique. L’exemple du
corps humain et surtout de la circulation sanguine sert de modèle aux
aménagements de l’environnement auquel s’attèlent plusieurs
bâtisseurs de grandes nations. La communication qui s’élabore dans ces
conditions est avant tout celle de l’ingénieur qui s’évertue à accroître les
flux. Les analyses géopolitiques puiseront largement dans cette
conception des données physiques qui influent sur l’organisation de la
société. Les contraintes de la géographie entraînent des adaptations
dans les politiques mises en place car parfois devant la nature, l’homme

21 MATTELART, A., op. cit., p. 29.
35 n’a pas toujours eu le dernier mot. De Ratzel aux géopolitologues
modernes, on a beau édulcorer ou atténuer le rôle de la géographie dans
les politiques étatiques, elle revient toujours à la surface pour se
rappeler aux bons souvenirs des décideurs et des chercheurs.
Dès les premiers moments, on fait de la communication un facteur
d’intégration des groupes sociaux. La société elle-même est décryptée au
prorata de son assimilation à l’organisme humain ou à l’organisme
vivant. Cette idée est défendue notamment par Herbert Spencer,
philosophe issu des milieux techniques où il prestait comme ingénieur
des chemins de fer. Autant les parties constitutives de l’ensemble
organique interagissent et participent à la réalisation des buts communs,
autant la société implique les échanges et les flux entre organes en son
sein. C’est une dimension du corpus conceptuel du philosophe écossais
Adam Smith qui parle de la concrétisation d’espaces économiques, de la
division du travail non comme un produit de la sagesse humaine, mais
comme une conséquence nécessaire d’un penchant naturel des hommes
ainsi que de l’importance des voies de communication qui permettent
l’extension des marchés et la mise en connexion des producteurs et des
consommateurs. L’anthropomorphisme ou la métaphore du vivant est
très présent chez Herbert Spencer à travers sa conception de la
physiologie sociale (qu’il fonde sur le modèle de la mécanique, de la
physique et de l’énergie). Pour lui, il y a continuité de l’ordre biologique
et de l’ordre social. La société lui paraît plus cohérente et plus intégrée à
travers les mécanismes des flux entre les organes constitutifs.
Cette conception de l’univers trouvera un écho dans la philosophie
saint-simonienne. Claude Henri Saint-Simon conçoit le corps étatique
comme un organisme-réseau. Sa démarche donne lieu à sa théorie de
l’administration conçue comme transition/médiation entre systèmes
sociaux. L’organisme est assimilé à un mécanisme car la société lui
apparaît comme une machine organisée. C’est un enchevêtrement ou un
tissage de réseaux et de rouages dont l’harmonie dépend de celle de tous
les « ressorts » qui la composent, chacun d’eux devant fournir
22« nécessairement son contingent d’action et de réaction .
De toutes ces données de l’univers intellectuel passé, on retient,
malgré tout, l’idée que la communication se décline comme un système
organique qui tient sa consistance conceptuelle du passage de
l’observation de l’ordre biologique à son adaptation au monde social.
Toutes ces élaborations théoriques semblent découler de la pensée
d’Aristote qui faisait de l’homme un animal social (zoon politikon) et un
animal symbolique (possédant des capacités langagières). Il n’y a donc
pas de théorie de la communication sans une certaine conception de la
société.

22 Cité par MATTELART, A., op. cit., p. 102.
36

Chapitre III :
La dialectique Information/Communication

Il faut donc aborder, quoique succinctement, le passage en revue d’un
certain nombre de sciences impliquées dans la compréhension du
phénomène communicationnel. Information et communication font en
effet un couple à géométrie variable. Tantôt il est discordant, tantôt il est
harmonieux, tantôt il est répulsif ou inconciliable. Pour certains auteurs,
l’information serait plus primitive et plus importante que la
communication. Pour d’autres, la communication serait un vivier plus
englobant et plus inclusif au point de recouvrer l’information. Pour
d’autres encore, les deux termes assurent une division harmonieuse du
travail : à l’information de s’occuper du contenu et la communication de
rendre compte du contenant. Les étymologies des termes protagonistes
leur assureraient une séparation à l’amiable. L’information serait en
rapport avec l’action de mettre en forme des données communicatives
alors que la communication serait le processus de mise en commun,
processus plus global impliquant deux ou plusieurs protagonistes dans
un milieu social et physique donné.
Daniel Bougnoux s’interroge s’il convient d’opposer information et
communication. Il estime qu’il n’est guère aisé de concevoir exactement
leurs rapports, ni de délimiter leurs domaines respectifs : « Si ces deux
mots se recouvrent mollement, et qu’on emploie l’un pour l’autre, nous
croyons qu’un partage majeur dans notre domaine d’étude se trouve
annulé. Tentons au contraire de mettre ces mots sous tension et
d’esquisser à partir de leurs concepts respectifs une dialectique féconde
23pour nos SIC. »
Cet auteur n’en reste pas moins dans la lignée de ceux qui professent
la primauté de la communication. Le titre de son ouvrage ne comporte
même pas le terme « information », se cantonnant à ne mentionner que
la communication. Il note que le primat de la communication peut
s’établir en remarquant par exemple que le verbe communiquer se
conjugue aisément à l’intransitif, comme si l’action ou l’état qu’il désigne
conserveraient une forme secrètement réflexive, voire
impersonnelle. Schématiquement, selon Karine Philippe, l’information
est représentée du côté de la raison, respectant le libre arbitre de chacun,
tandis que la communication se situerait du côté de la sensation, dont on
soupçonne la séduction manipulatrice. La communication privilégie la

23 BOUGNOUX, D., Introduction aux sciences de la communication, Paris, La Découverte,
2001, p. 72.
37 vitesse, l’immédiateté, tandis que l’information peut nécessiter un
24certain temps d’investigation.
L’information rapprocherait même, vue sous cet angle, deux sciences
en particulier. Il s’agit de la biologie (moléculaire) et de l’informatique,
sciences qui auraient pris d’énormes avancées théoriques au 20e siècle.
Apparues simultanément pendant et après la Seconde Guerre mondiale,
ces deux sciences partagent un certain nombre de termes : l’information,
le message, le code, la mémoire… Tenant à la primauté et à la préséance
de l’information par rapport à la communication, Michael Palmer écrit :
« L’information précède la communication : je mets en forme
(« informare ») ce que je pense, ce que je ressens, avant de le
communiquer à autrui ; je formule ce que « j’ai à dire », à moi-même
comme à d’autres, même s’il m’arrive d’avoir à m’exprimer avant de
savoir ce que « j’ai à dire » - « il pense en parlant », dit l’autre. L’urgence
à signaler – « au feu ! » … « qui va là ? » - toutefois, me fait donner ou
quémander une information en raccourcissant ce temps de la réflexion ;
ne me sentant pas à l’aise, je crie « qui va là ? », même si faisant ainsi, je
me dévoile… « Qui va là ? » « Comment le monde, mon monde, va-t-il ? » :
25cri primal devant l’incertitude ? »
Il est généralement admis qu’il n’y aurait pas de vie sans information.
26Prenant appui sur ce truisme, Jesùs Mosterin considère que l’homme a
besoin d’au moins deux types d’informations pour survivre : la génétique
et la culturelle, celle dont on hérite et celle qu’on apprend. Celle dont on
hérite est incorporée dans le génome et celle qu’on acquiert se forme
dans le cerveau. Autour de l’information, il y a donc imbrication et
opposition entre la nature et la culture. Comme les hommes sont des
entités improbables du fait de la tendance universelle à l’entropie et au
désordre, ils ont besoin de l’information accumulée dans leurs gènes
pour remonter la bonne pente. C’est la démarche de néguentropie (ou
entropie négative). L’information joue ce rôle-là. Les hommes dépendent
aussi d’un autre type d’information qui ne siège pas dans le génome mais
dans le cerveau. Elle constitue l’information culturelle. Norbert Wiener
avait souligné la remarquable similitude structurelle des processus de
contrôle et de communication chez les animaux et les machines, et le rôle
central que joue l’information auprès de ces deux entités. Le déchiffrage
du code génétique de l’information nous a permis de comprendre qu’il
était à la base de la vie. C’est l’une des plus grandes découvertes autant
que celle de l’informatisation croissante de tout type d’activité et

24 ”Les Sciences de l’information et de la communication”, in CABIN, P. et DORTIER, J-F.,
La communication. Etat des savoirs, Auxerre, Sciences humaines Editions, 2008, pp. 73-
82.
25 PALMER, M., op. cit., p. 67.
26 MOSTERIN, J., La culture humaine, Espasa, 2009.
38 l’échange généralisé de l’information à travers Internet. L’intelligence
naturelle (celle des êtres vivants) utilise le langage naturel et
l’intelligence artificielle (celle des machines) utilise les langages
artificiels. Pourtant, les deux sont à la base des processeurs
d’information et les deux langages sont des codes de transmission de
l’information. Autant dans le monde animal que dans le cosmos,
plusieurs informations circulent et permettent aux êtres de se réaliser
comme des entités insérées dans des ensembles plus grands. Ainsi en
est-il de la lumière provenant du soleil dont la composition fournit des
informations sur les différents rayons de cette lumière ; des informations
chimiques contenues dans les émanations lacrymales qui marquent leurs
territoires ; les traces des pneus sur la route contiennent des
informations pour les enquêteurs d’un meurtre ; les empreintes digitales,
les odeurs ou les traces des pas, sont autant des contenants
d’informations d’usage multiple. L’univers n’est pas un chaos total car les
informations qu’il contient permettent d’en comprendre le sens. Les
connexions entre ces différentes parties permettent d’en saisir la
pertinence et les régularités.
Les informations contenues dans les génomes se transmettent
automatiquement selon certaines règles découvertes par certains
chercheurs (loi de Mendel, ADN,…). Elles sont héréditaires. Les
informations culturelles s’obtiennent par le biais de l’apprentissage ou
par la socialisation ou tout autre processus de transmission des requis
pour survivre dans une société. Pour Charles Morris (1903-1979), il
existe trois sens distincts de l’information :

- L’information comme forme ou structure du signe (l’information
structurelle, combinatoire ou syntaxique) ;
- L’information comme corrélation du signe avec les autres choses
(l’information sémantique) ;
- L’information comme capacité du signal à changer l’état de
l’observateur et du récepteur (l’information pragmatique), celle-ci se
répartit en information descriptive, en information pratique et en
information évaluative.

Dans le langage courant, l’information renvoie autant aux nouvelles
(news), aux données (data), aux savoirs (knowledge). Chez les
spécialistes, les choses sont loin d’être simples. L’information est
confondue à la communication au point qu’il en est ceux qui les utilisent
indistinctement. Ce couple terminologique finit par se contenter de
cohabiter en ayant peut-être fait la paix des braves. On remarque cette
confusion dans l’interchangeabilité des deux concepts même chez les
spécialistes. Ainsi Eric Dacheux écrit : « Beaucoup s’intéresseront à la
39 dimension technique de la communication (définie implicitement
comme transmissions par des machines de données mises en forme par
un ou des émetteurs pour un ou plusieurs récepteurs), certains se
pencheront sur la dimension sociale de la communication (entendue
comme relation entre des êtres humains), tandis que d’autres étudieront
la dimension sémiologique de la communication (comprise comme la
27construction de sens entre altérités), etc. »
Par le truchement de l’information, on affirme que la société moderne
se caractérise par son ouverture. Cette caractérisation de Karl Popper
signifie que notre société est sensible à l’information et au changement,
contrairement par exemple à une société monastique, ou à divers
totalitarismes, pour lesquels l’Histoire semble dorénavant écrite, et où
l’on se borne à psalmodier son Grand Récit. Mais cette entité
conceptuelle fait encore l’objet d’approximations sémantiques. On
affirme que la notion information, qui recouvre, à la fois les données, les
nouvelles et la connaissance, constituerait comme l’avait dit Heinz von
Foerster un « caméléon conceptuel » particulièrement vicieux. Pour
Daniel Bougnoux, « de même nos organismes, quoique rigoureusement
clos dans une forme qu’ils passent leur vie à entretenir et à tenter de
reproduire à l’identique, sont ouverts à certains échanges énergétiques
et informationnels. ‘L’homme ne vivra pas seulement de pain’, mais aussi
de la réception, du traitement et de l’émission de certains signaux ; et
l’on sait que le supplice des cellules de privation sensorielle peut
conduire au dépérissement et à la mort. L’information nomme donc en
général cet appel, venu d’un monde extérieur, qui traverse notre clôture
28pour guider, enrichir et éventuellement compliquer nos vies. »
L’information est d’une telle importance qu’on la considère comme
vitale dans la survie et la pérennité des espèces vivantes. De tout temps,
l’homme a dû se frotter à cette réalité incontournable. Il lui a fallu
constamment posséder les informations nécessaires pour faire face au
danger, à la convivialité, à la croissance, au progrès, bref, à la survie.
L’information possède une force structurante indéniable. Elle a eu à
transformer la société. Celle-ci n’est pas la même selon qu’elle est
ouverte à l’information ou qu’elle fait l’apologie du secret absolu.
Posséder confère du pouvoir. Ne pas la posséder, c’est
vivre dans l’ignorance, et de plus en plus, dans l’obscurité car
l’information est assimilée à la lumière. La maîtrise de l’information est
l’essence de la puissance au sein d’un Etat et entre les nations. Les forces
économiques, culturelles, sociales et politiques s’empoignent autour de
la problématique de l’information au point d’en faire une denrée

27 Art. Cité.
28 BOUGNOUX, D., op. cit., p.78.
40 hautement stratégique sans laquelle une entité est appelée à disparaître.
Les stratégies de domination passent notamment par la détention et
l’utilisation de l’information pour contrôler, manipuler, influencer,
vendre, acheter, diffamer, louer, conditionner, définir, représenter,
caractériser, catégoriser, stigmatiser, induire, etc. Il s’installe presque
une guerre quotidienne pour s’influencer et résister par le truchement
de l’information. Ceux qui contrôlent les moyens de diffusion des
informations possèdent plusieurs longueurs d’avance pour influer sur la
marche de la société. Celle-ci, par divers artifices et comportements,
s’efforce de trouver la parade pour ne pas être le jouet de la puissance
informationnelle. Parfois, c’est peine perdue tant le conditionnement est
tellement astucieux (on n’est pas loin chaque jour de la seringue
hypodermique de Lasswell) qu’on a à peine le temps de se rendre
compte que l’on subit les effets d’une stratégie savamment menée.
Ce scénario enfante une sorte de répartition inégalitaire entre les
protagonistes dans les processus d’échange d’informations. En effet,
certains sociétaires, par diverses voies, sont détenteurs de plus
d’informations que d’autres. On en vient à un déséquilibre pernicieux qui
voit les dominants possédant l’information comme capital social, culturel,
politique et économique, imposer leurs vues sur ceux qui en manquent.
Ceux-ci s’engluent dans une carence informationnelle et deviennent des
inadaptés sociaux. Les repères qui orientent la société deviennent
défavorables à cette dernière catégorie. Cette césure ne recoupe pas
nécessairement celle de la lutte des classes même si elle est imprégnée
de ses caractéristiques.
Une nouvelle rubrique de la science économique s’en saisit pour
étudier l’économie de l’information. Celle-ci se donne pour mission
l’étude de situations dans lesquelles certains des agents impliqués
disposent de plus d’informations que d’autres. Les asymétries
informationnelles créent des comportements fort différenciés dans le
corps social et sur les différents marchés. Les agents économiques, étant
donné cette situation, tissent des liens organisationnels différenciés
selon qu’ils ont plus d’informations ou non. En plus, l’efficacité sur les
prestations économiques est tributaire de cette asymétrie. Les
anticipations rationnelles des agents économiques divergent selon la
ligne de démarcation informationnelle. La matière d’assurance et celle
des marchés boursiers sont de bons exemples des comportements
économiques induits par la différenciation informationnelle. Joseph
Stiglitz en avait fait une spécialisation. Il avait réussi à amener les
conclusions de ses travaux universitaires dans la pratique économique à
la Banque Mondiale et à la Maison Blanche, comme conseiller de Bill
Clinton. Il a démontré qu’il existe des asymétries informationnelles entre
l’employé et l’employeur, l’emprunteur et le prêteur, la compagnie
41 d’assurance et l’assuré… Ces asymétries sont persuasives dans toutes les
économies. Ce travail a produit les fondations pour les théories réalistes
du marché du travail et le marché boursier, expliquant, pour le coup,
pourquoi il y a le chômage et pourquoi les demandeurs de crédits n’en
29trouvent toujours pas (à cause du rationnement du crédit).
Sans tomber dans le déterminisme technologique au point d’y
sombrer, on peut à tout le moins convenir que les canaux de diffusion
d’informations et le processus de communication participent au
façonnage de la société autant qu’ils sont l’émanation de la société dont
l’évolution les rend possibles. La communication nous possède autant
que nous la possédons. Ailleurs, on affirme que chaque époque
historique et chaque type de société ont la configuration
communicationnelle qu’ils méritent (Armand Mattelart). On remarque
d’ailleurs que l’histoire de la technique coïncide avec l’histoire sociale
sans qu’on ne situe dans l’absolu quelle instance détermine une autre.
Souvent, elles ne relèvent pas de l’ordre de la causalité mais plutôt du
registre de l’enchaînement.
Après la Seconde Guerre mondiale émerge la théorie mathématique
de l’information suite aux travaux de Claude Shannon et Warren Weaver.
Robert Boure note qu’il a été maintes fois relevé qu’un autre père
fondateur des sciences de l’information et de la communication, Claude
Shannon, était préoccupé par des pratiques liées à sa qualité d’ingénieur
chez Bell : l’amélioration sur le plan technique et économico-financier de
la transmission des messages téléphoniques. Pour Philippe Dumas, la
plupart des théories de l’information reposent sur le postulat que
« l’information est un objet que l’on peut mesurer, manipuler, évaluer. »
Par conséquent, Frank Bulinge constate que ce paradigme marquera
plusieurs générations de scientifiques, notamment dans les sciences
humaines qui voient là une possible légitimation au regard des sciences
dures, aux dépens d’une approche humaine. L’aridité du fait technique,
conclut-il, l’emporte aujourd’hui encore, dans l’esprit scientifique, sur le
fait social, posant aux sciences de l’information et de la communication
30un véritable dilemme épistémologique.
Dominique Wolton minimise les dissensions entre la communication
et l’information. Pour lui d’ailleurs, en considérant les quatre dimensions
de la définition qu’il donne de la communication, il n’y aurait pas de
différence fondamentale entre information et communication ; « les deux,
écrit-il, appartiennent au même système de référence, liés à la modernité,
à l’Occident et à la démocratie. Si l’information a pour objet de mettre en

29 STIGLITZ, J., Globalization and Its Discontents, Londres, Penguin Books, 2002, p. XI.
30 BULINGE, F., Maîtriser l’information stratégique, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2014, p.
25.
42 forme le monde, de rendre compte des événements, des faits, et de
contribuer directement au fonctionnement des sociétés complexes, elle
est inséparable de la communication, qui au-delà de l’idéal normatif
d’échange et d’interaction, constitue le moyen de diffuser ces
informations et de construire les représentations. Les deux sont
31inséparables. »
Cette façon de voir les choses soulève un certain nombre de questions.
D’abord, il s’agit d’un penchant ethnocentrique d’une étonnante
absurdité. Le phénomène communication et l’échange d’informations
concernent toutes les sociétés à travers le monde. Même dans le règne
animal, les entités communiquent et échangent des informations. Le
totalitarisme comme celui d’Adolf Hitler n’a certainement pas manqué
de système de communication. Bien au contraire ; tout le monde
s’interroge d’ailleurs sur l’efficacité du système de communication du
régime nazi. Il est en plus une partie de l’histoire occidentale. Le fascisme
de Benito Mussolini avait produit une extraordinaire machine à
communiquer.
La modernité n’a pas l’apanage de la communication et de
l’information. L’anthropologie de Lévi-Strauss, la sociologie de George
Mead, la linguistique de Ferdinand de Saussure, l’anthropologie de la
communication de Winkin ou la nouvelle anthropologie de Jean-Chrétien
Ekambo, les apports de l’Ecole de Palo Alto, la sociologie d’Erving
Goffman, la proxémique de l’anthropologue Edward Hall, la
cryptographie, la pragmatique d’Austin et de Searle… le démontrent à
suffisance. La communication et l’information n’appartiennent donc
point un système de référence lié à la modernité, à l’Occident et à la
démocratie. Mais tout n’est pas si simple car Dominique Wolton revient à
la charge avec des arguments qui tranchent avec le mode mineur dont il
avait fait preuve dans Penser la communication. Il affirme le caractère
complexe des relations entre la communication et l’information. A
travers lui, il s’affirme que grâce aux prouesses de la technique, la faveur
va plus à l’information qu’à la communication. La séduction dont les
techniques font l’objet provoque la survalorisation de l’information et de
son efficacité. « Si, écrit-il, chacun ne devient pas un roi de la
communication, il le devient par contre pour l’information. Bref, le XXe
siècle est celui de la séparation entre l’information et la communication,
avec une préférence évidente pour l’information (…) Une hiérarchie s’est
donc établie entre les deux, au profit de l’information (…) La disjonction
croissante entre information et communication devrait, pour le XXIe
siècle, obliger à changer de vocabulaire. Il s’agit de techniques
d’information qui transportent de l’information sous toutes ses formes

31 WOLTON, D., op. cit., p. 375.
43 (images, sons, données), dont on espère qu’elles assureront la
communication. Internet et les réseaux donnent leur lettre de noblesse à
l’information au moment où les médias de masse, et même la
32communication humaine, semblent décevants et simplistes. »
Ce caractère de potentat conféré à l’information pousse certains à lui
attribuer toutes les vertus et les pouvoirs au point que la société n’aurait
plus qu’à se livrer à la déesse qui trône sur le toit du monde. Parfois
désabusés, certains avouent : « Jamais l’information, qu’elle soit politique,
économique ou scientifique, n’a été aussi facile à se procurer, à partager,
33à analyser. Et pourtant, nous en rirons très mal parti. »
Jean Lohisse estime qu’un simple recours à l’étymologie eut été plus
idoine car, pense-t-il, il aurait permis d’ouvrir une voie tout à fait
intéressante vers une « distinction solidaire » tandis que dans le même
temps, se dessine un axe autour duquel les théories pourraient
s’organiser. De cette démarche, il ressort que le terme communication
donne l’idée de la relation à l’autre (com= avec) alors que le terme
information prend le sens de mise en forme (in-formare). Si l’on suit
l’idée que cette mise en forme permet au réel de circuler dans la
communication des individus, selon le dictionnaire de Lamizet. Aussi
Lohisse trouve qu’en donnant aux objets une forme communicable, il
s’agirait avant tout de faire entrer le réel dans l’espace symbolique de la
communication. Il est donc clair que c’est la mise en forme qui permet
les relations interindividuelles et la constitution des formes sociales de
l’échange et de la diffusion dans le champ social.
Le fatras sémantique que constitue le terme irritant de
communication ne saurait voir son écheveau débrouillé sans une
plongée dans le déroulé historique au-delà de l’étymologie. On note
qu’au 14e siècle, communier a le sens de participer à. C’est quasi la
même acception que la mise en commun, de relation avec telle qu’issue
du latin communicare. Communier enveloppe la communication dans le
esens de communion qui, dans la langue du 16 siècle, signifie
« propriétaire en commun ». Cette commune possession donne lieu à un
glissement de sens vers le « partage à deux ou plusieurs » (entre
ecopropriétaires). Au 17 siècle, un autre glissement de sens s’opère
lorsque communiquer commence à signifier « transmettre » un titre de
propriété, une maladie, un bien, un message. A partir de ce moment,
« partager » s’effiloche au profit de « transmettre » alors que les deux
pouvaient se targuer de provenir du latin communicare.

32 WOLTON, D., « Communication, l’impensé du XXe siècle », in Hermès n° 70, 2014, pp.
13-20.
33 BAUMARD, P., Le vide stratégique, Paris, CNRS Editions, 2012, p. 13.
44 Cette polysémie notionnelle amène Jean-Chrétien Ekambo à
entreprendre une véritable archéologie en creusant davantage la
sinuosité historique du terme. Loin de se contenter de l’étymologie, il
mène un travail de spéléologue en fouinant dans les abysses. Il note que
chez la plupart d’historiens de la langue française, le vocable
« communication » provient du mot « commun », mot tiré de l’idiome
roman et qui est lui-même héritier du latin communis. C’est, semble-t-il,
d’un vieux texte réputé le plus ancien, Serments de Strasbourg, qu’il est
tiré. S’attardant sur ce texte, il le présente comme étant issu du discours
prononcé le 14 février 842, une année avant le Traité de Verdun qui
consacrait le partage de l’empire de Charlemagne entre les trois fils de
Louis le Pieux, dit le Débonnaire. Ce pacte de partition écrit aussi bien en
tudesque (ancêtre de l’Allemand) qu’en roman (ancêtre du Français), le
vocable « commun qui y est utilisé fait plutôt référence au
démembrement de l’empire carolingien à travers le partage foncier. Mais
dans l’entendement de Louis le Pieux, il était plutôt question de partage
que de l’entérinement d’un complot de deux fils (Louis le Germanique et
Charles le Chauve) contre leur aîné Lothaire Ier qui revendiquait toute la
succession. Si le partage est effectif, il n’en demeure pas moins vrai que
les portions obtenues restent dans un même ensemble ; à savoir l’empire
de Charlemagne dont le fils Louis le Pieux transmet le droit de
succession à ses fils.
Ekambo estime donc que le « commun à partager et à morceler, à
savoir l’empire de Charlemagne, que tout en ayant la faculté d’être un
bien appartenant à plusieurs personnes à la fois, il reste un patrimoine
propre à tous, auquel tous ont simultanément droit. Ainsi qu’on peut s’en
rendre compte, la portée macro-quantitative du concept « commun » est
suffisamment manifeste et prédominant : ce qui est réputé commun se
doit absolument de perdre tout caractère particulier et individuel. Dès
lors, le commun échappe à la dimension étriquée pour ne se hisser et ne
34se maintenir qu’au niveau du plus grand nombre. »
Sa plongée sous-marine l’entraîne au Moyen-Age, période à laquelle,
le terme communication se drape des oripeaux imprégnés de sacralité.
Le latin chrétien offre trois vocables proches ayant des accointances avec
« commun » et « communication » : communiquer (communicare) ;
communion (communio) ; communauté (communita).
Le rapprochement entre ces différentes déclinaisons offre l’occasion à
Jean-Chrétien Ekambo de conclure pertinemment que l’idée de contrat
dans le processus communicationnel est résolument capitale. D’une part,
note-t-il, l’engagement contractuel permet d’initier un contenu minimal

34 EKAMBO, J-C. D., Nouvelle anthropologie de la communication, Kinshasa, Ifasic Editions,
2006, pp. 28-29.
45 d’intentionnalité chez tous les partenaires impliqués dans la
communication, d’autre part, l’idée de contrat rend moins aléatoire et
35moins naïf le destin de l’association communautaire.
36Dominique Wolton s’interroge sur ce qu’il convient d’entendre par
communication. Il estime que quatre phénomènes complémentaires sont
concernés par la communication, identifiée aux médias. La
communication est d’abord l’idéal d’expression et d’échange qui est à
l’origine de la culture occidentale, et par la suite de la démocratie. Elle
présuppose l’existence d’individus libres et égaux. On devine les terribles
batailles, menées depuis le XVIIe siècle, pour asseoir ces concepts
inséparables du concept de modernisation. C’est aussi l’ensemble des
médias de masse qui, de la presse à la radio et à la télévision, ont
considérablement bouleversé en un siècle les rapports entre la
communication et la société. C’est également l’ensemble des nouvelles
techniques de communication, qui, à partir de l’informatique, des
télécommunications, de l’audiovisuel et de leur interconnexion, viennent
en moins d’un demi-siècle de modifier les conditions d’échange, mais
aussi de pouvoir au niveau mondial. C’est enfin les valeurs, symboles et
représentations qui organisent le fonctionnement de l’espace public des
démocraties de masse, et plus généralement de la communauté
internationale à travers l’information, les médias, les sondages,
l’argumentation et la rhétorique. C’est-à-dire tout ce qui permet aux
collectivités de se représenter, d’entrer en relations les unes avec les
autres, et d’agir sur le monde.
Cette définition contient des éléments pertinemment opératoires.
Mais, elle pêche par ethnocentrisme et ne permet nullement de désigner
ce qu’est la communication sinon en donner des caractéristiques assez
éparses pour permettre une exploitation judicieuse. Elle contient aussi
des pétitions de principes car la chose à démontrer revient dans la
définition même (exemple : le troisième trait qui fait de la
communication l’ensemble des nouvelles techniques de communication
(sic)…). Wolton est donc obligé de synthétiser ces éléments pour
comprendre la communication comme « l’ensemble des techniques, de la
télévision aux nouveaux médias, et leur implication économique, sociale,
et culturelle. » Là aussi, il demeure une certaine lacune tant on constate
que la communication est réduite au champ médiatique et aux moyens
de communication audiovisuels alors que la communication peut être
directe, écrite, interpersonnelle, gestuelle, proxémique, etc. Cette
définition concerne plus la communication de masse par des moyens
techniques de diffusion qui puisent dans la modernité. Mais la

35 Idem, pp. 31-32.
36 Op. cit., pp. 374-375.
46 communication va au-delà et implique d’autres pratiques qui sortent du
cadre étriqué de la communication sociale moderne. Depuis le
commencement de l’humanité, la communication est présente. Elle est
même co-constitutive de la société car on conçoit mal que la société - et
même l’état de nature – puisse exister sans communication. On doit à
Paul Watzlawick la vérité selon laquelle « on ne peut pas ne pas
communiquer ». L’omniprésence de la communication entraîne des
débordements qui suggèrent de croire qu’elle serait omnipotente. Ce qui
est faux. La communication est un phénomène social et ce faisant, subit
les caractéristiques de la société concernée. Elle imprime, à son tour, des
conséquences sur les rouages de la société et influence relativement les
comportements des sociétaires. Ce mouvement n’est nullement à sens
unique. Il est dialectique et sa dynamique promeut en même temps les
interactions multiples et multiformes qui enlacent la société globale. Les
ligaments et les linéaments de la société sont constitués de ce
bouillonnement que permet la communication. Hippocrate ne disait-il
pas que toutes les parties de l’organisme constituent un cercle. Chaque
partie est donc à la fois commencement et fin ? Pour que cela soit vrai, la
voie obligée est l’existence des liens de communication entre ces parties
afin que le tout soit une réalité. Ici, commencement et fin ne signifient
pas des limites temporellement et empiriquement identifiables. On est
loin de la sphère de la causalité déterministe. Il s’agit d’enchâssement et
d’enchaînement qui relèvent du systémisme.
Voulant étudier « la » science de la communication, Denis McQuail la
réduit à l’étude de la communication de masse. Ce champ se justifie pour
lui dans la définition de Berger et Chaffee sur laquelle il s’appuie : « c’est
une science qui cherche à comprendre la production, le traitement et les
effets des systèmes de symboles et signaux par le développement des
théories testables, contenant des lois de généralisations qui expliquent
37le phénomène associé à la production, le traitement et les effets. »
Cette définition est présentée comme la tendance générale
(mainstream) qui s’applique à plusieurs recherches en communication.
Mais il est un fait qu’elle a un parti-pris en faveur d’un modèle de
recherche – l’étude quantitative des comportements communicationnels
et leurs causes et conséquences. McQuail estime qu’il n’est pas
spécialement adéquat de faire rendre compte des systèmes de symboles
et des significations. Il n’est pas non plus aisé de faire face au processus
par lequel le sens est donné au sein des contextes sociaux et culturels. Le
moins qu’on puisse dire est que la communication est sollicitée par
plusieurs définitions du fait de l’extension de son objet (ou de ces objets)

37 McQUAIL, D., Mass Communication Theory, Thousand Oaks, California, 6e éd., 2010, p.
15.
47 d’étude ; mais également, parce que sa théorisation découle de plusieurs
sciences à la fois. Mais les tendances définitionnelles les plus courantes
ne sont pas malheureusement les plus opérationnelles scientifiquement.
Ce « mainstream » sémantique tourne autour de la notion de
transmission que pourtant réprouve Yves Winkin. En 1967, F. Dance
avait, après un survol du domaine, pu identifier quinze sortes de
définitions, chacune mettant l’accent sur un aspect particulier, mais
toutes soulignant la primauté de la communication en tant que processus
social. Sur cette base-là, Le Dictionnaire des sciences sociales souligne
qu’il est possible de dégager de ces diverses acceptions la définition
suivante, qui caractérise en gros tout acte de communication : la
communication désigne toute interaction sociale à travers un message.
Cela sous-entend, conclut-il, une relation entre un émetteur (E) et un
38récepteur (R) à qui il envoie un message (M) à travers un canal.
De manière générique, la communication est définie comme l’acte ou
le processus de l’usage de mots, de sons, de signes ou de comportements
pour exprimer ou échanger les informations ou exprimer les idées, les
pensées, les sentiments à quelqu’un d’autre. C’est aussi pour beaucoup,
le message qui est livré à quelqu’un : lettre, appel téléphonique,
courriel… Pour certains, la communication, est la voie pour envoyer des
informations en utilisant des technologies. C’est, en fait, un acte ou une
instance de transmission de messages des uns aux autres. Elle est conçue
comme un processus par lequel les informations sont échangées entre
les individus à travers un système commun de symboles, de signes et de
comportements. Cette tendance dominante dans le domaine de la
communication a pourtant provoqué un cinglant désaveu de la part
d’Yves Winkin qui, en s’attaquant à la linéarité de cette formule l’avait
qualifiée de modèle télégraphique. Il lui préférait le modèle orchestral tel
qu’il est ressorti de la théorisation du collège invisible. Il en vient à
concentrer ses efforts non à démontrer que le modèle télégraphique est
réducteur, mais plutôt à dégager un modèle alternatif « qui rende
compte de la complexité du processus communicationnel dans lequel les
acteurs sociaux sont perpétuellement engagés ».
Winkin part du constat que la première image qui vient à l’esprit
lorsqu’on parle de communication, c’est celle de la flèche allant d’une
personne à l’autre. La flèche évoquerait la transmission intentionnelle
d’un message, le plus souvent verbal, d’un émetteur vers un récepteur.
Qui à son tour peut devenir un émetteur, et ainsi de suite. Il note que la
communication se confond donc, dans le vocabulaire courant et
l’imaginaire quotidien, avec la transmission, sinon même avec ce qui est
transmis : de l’information. Pour lui, la raison en est simple et le verdict

38 Sous la direction de MESURE, S. et SAVIDAN, P., Paris, PUF, 2006.
48 est sans appel : ces raccourcis se retrouvent dans les travaux de
recherche sur la communication qui se développent aux Etats-Unis dans
les années cinquante. Il illustre ses propos par l’exemple paradigmatique
du modèle de la communication proposé par Shannon et Weaver en
1949 qui reposent explicitement sur des recherches menées sur le
fonctionnement du télégraphe avant et pendant la Seconde Guerre
mondiale. Cette vision « télégraphique » de la communication sera
appelée à connaître un grand retentissement dans les milieux
intellectuels. Les sciences humaines qui se saisiront de cet objet subiront
cette mouvance alors qu’elles servaient en ce temps-là de socle aux
« sciences de la communication » naissantes aussi bien aux USA qu’en
39Europe.
Pour trouver les éléments de différenciation entre la vision
télégraphique et le modèle orchestral de la communication, Winkin,
recourt à l’expertise de Ray Birdwhistell qui démontre à travers moult
illustrations que la communication ne se limite point à la transmission
intentionnelle d’informations. Chez Birdwhistell, la communication fait
partie d’un réseau conceptuel où contexte, code, structure, (pattern),
processus semblent être quasiment interchangeables. Pour lui, la
communication se pose comme l’aspect actif de la structure culturelle.
Sur cette base, il entreprend de déconstruire la communication
inspirée des ingénieurs des télécommunications. Sa critique de la théorie
de l’information (il s’agit en fait de la théorie mathématique de Shannon
et Weaver), n’est pas directe. Il estime qu’elle a simplement été utilisée à
mauvais escient par les sciences humaines ; rejoignant ainsi les critiques
de la mathématisation des sciences humaines proférée par Norbert
Wiener. Sa conclusion est sans appel : « La théorie de l’information peut
s’appliquer à l’étude de la transmission des messages mais non à celle de
40la communication entre les hommes. »
La pierre d’angle pour dégager une définition en rapport avec les
caractéristiques de la communication dans la vision de Birdwhistell,
s’avère être la structurelle sociale. C’est ainsi qu’il livre un certain
nombre de définitions :
- « La communication est ce système de coadaptation par lequel la
société est soutenue et qui, par là, rend la vie humaine possible »
- « La communication est ce système par lequel les êtres humains
établissent pour leur vie une continuité dans la prévision. »

39 WINKIN, Y., Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Bruxelles, De
Boeck & Larcier S.A / Seuil, 2001, pp25-26.
40 WINKIN, Y., op. cit., p. 73.
49

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.