Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 10,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Publications similaires

Web social

de presses-de-l-universite-du-quebec

Vous aimerez aussi

Introduction
1 ÉricGUICHARD
LInternetpeutêtreabordésoustroisangles:cestunesériedeprotocoles techniques,et,àcetitre,onpeutconsidérerquesondéveloppementestdu ressortdesingénieurs;cestaussiunréservoirdecontenus,commele rappellelamétaphoredelabibliothèque;ici,lacomposanteculturelle domine.Resteladimensionsociale,àlafoisliéeauxcapacitésoffertesparles deuxpremiersregistres(échangesentregroupesetindividus),maisaussiaux enjeuxsuscitésparlesconditionssocialesetéconomiquesdesonappropria-tion.CesdernièresdébordentclairementlechampdelInternet. Cestroiscomposantessontliées,etdefaçoncomplexe:parfoislatechni-quecontraintoufaciliteleséchanges:lecodeinformatiquenestpasneutre (pasplusquilnestfixe);encoreaujourdhui,laculturespécifiquenécessaire àlamaîtrisedelobjetfreinelesusagesetlesappropriations:celle-cinese diffusepasaussivitequelesmicroprocesseursévoluent.Parailleurs,les multiplespagesduWebsontavanttoutlefruitdulabeurdenombreuxacteurs sociaux.Oronnégligesouventlesressourcesintellectuellessollicitées lorsquondésiretirerlemeilleurpartideleurconsultation:enmatièrede rechercheoudassimilationdesinformations,tousnesontpaségauxdevantla Toile.Ilenestdemêmepourlacapacitéàsexprimer,àcommuniquersur lInternet.Enfin,laccèsauxréseauxdemandedutemps,delargent(lesordi-nateursnesontpasgratuits),etleurpopularitéenfaitévidemmentunespace denjeux,deconflits,dexpressionsderapportsdeforce.
1.Équipe«Réseaux,Savoirs&Territoires»,Écolenormalesupérieure. Eric.Guichard@ens.fr
12
ÉRICGUICHARD
DÉTERMINISMETECHNIQUE Unetellecomplexitéfacilitelesanalysespartiales.Tropsouvent,lerefus demettreenévidencelesinteractionsdestroisdimensionsprécitéestech-nique,culturelleetsocialeconduitàdesamalgames,quivontdeladiabo-lisationdelatechniqueàlévocationdesoncaractèremagique.Tellessontles réductionslespluscommunesdu«déterminismetechnique».Or,unetechni-que,aussisophistiquéesoit-elle,nepeutnifavoriserledéveloppementde conduitesimmorales,niporterenellelesconditionsdel’épanouissement delhumanité.OnlavuauRwanda,unemachettesertàsedébarrasserdes mauvaisesherbescommeàtuerdesvoisins.Uneradiopeutdonnerdesinfor-mationsprécieusescommeinciteràlahaine;letéléphonemobilefacilitela surveillancecommeilpermetlorganisationderassemblementsspectaculai-res,dansdesbutsfestifsoumilitants.Lesformesdedéterminismetechnique peuventsexprimerdefaçonplusmasquée:largumentairedevientsubtil, maisrestelidéequilfautcomblerunretard.Lerecoursàlurgencepermet alorsdepassersoussilencelesintérêtscontradictoiresdesdiversgroupes sociauxqueloncompteimpliquerdansladoptiondes«nouvellestechnolo-gies».Cetteuniformisationdetemporalitésbiendistinctes(technique, sociale,économiquenotamment)conduitàlaproductiondediscourspure-mentidéologiques:prétendrequ’unetechniquevaconduireàunavenirmeilleur viseavanttoutàinciterlespersonnesnonsatisfaitesdeleurprésentàpatien-ter,àaccepterlordreétabli.Parexemple,lacomparaisonavecladiffusionde lapresseàimprimerestsimpliste,saufsilomissiondélibéréedesviolents e conflitspolitiques,économiquesetintellectuelsencoursauXVIeaièclsopru seulbutdedonnerlimagedunInternettransparent,indoloreetutopique. Ainsi,unepremièrepostureméthodologiqueconsisteàdistinguerlobjet Internetdesdiscoursconstruitsàsonsujet.
CONSTRUCTIONETCONTEXTEDESUSAGES Restentalorslesusages.Lesenjeuxéconomiques,labsencedestabilitédu systèmetechniqueconstituéparlinformatiqueetlesréseaux,associésàla possibilitédarchiverunepetitepartieducomportementdespersonnes, donnentunevigueurimprévueàleurétude. Làencore,lavigilanceestderigueur:létudedespratiquesdunindividu oudungroupedonnédépenddelaposturequelonchoisitpourlesanalyser. Veut-onvoirderrièrelindividuunconsommateurouunacteurpolitique?un lecteurouunauteur?Choisit-ondétudierungroupeexistant,dontonconnaît lescaractéristiques,ouconstruit-oncegroupea posterioripar,àgaré-rtiagdtionsdecomportementsindividuels?Onvoudraiticirappelerque,derrièrela notiongénériqued’usages,desmotivationsbiendistinctespeuventseconfondre:
INTRODUCTION
13
uningénieurpersuadéquelaculturetechniquenécessaireauconfortdun internautenauraplusderaisondêtredanscinqansnapaslesmêmesrepré-e sentationsqu’unepersonnedésireusedeconsulterdesimprimésduXVIsiècle. Unportailsoucieuxdaudiencesous-estimeraledésirdeconnaissancesdes internautesenfavorisantlaccèsàdesinformationsaussipeuscientifiques quelhoroscopedujour. Ilconvientdoncdepréciserquelonaaffaireàdemultiplesgroupeset utilisateurs,lesunsetlesautresdéterminéspardespréoccupations,des demandes,desidentités,desreprésentationsetdesressources(sociales, économiquesetculturelles)biendistinctes,lesquellessontàdéfiniràpartirde champsextérieursàlobjetdétude.Lasociologiedisposededeuxindicateurs robustespouraffinerlétudedesgroupesetdesindividus:cesontlesnotions de«capitaléconomique»etde«capitalculturel».A-t-onaffaireàune personnericheoupauvre,librede«gérersontemps»ounon?Avecquelle aisanceplonge-t-elledansuneencyclopédie,oulit-elleunedocumentation? Est-elle«armée»pouranalyserdestableauxdechiffres,pourémettreun jugementcritique?Parexemple,onsaitquelespersonnesdémuniesintellec-tuellementetéconomiquementsontparticulièrementdésemparéesparles protocolestechniquesdelInternet,parlesimplicitesdelorganisationdu Web,maisaussiparlaprécisiondesinformationsquelonytrouve.À lopposé,destenantsdunpouvoirbienétabli,des«héritierslégitimesriches soustousrapports»,peuvent,parpeurdeperdreleursavantagesacquis, sopposeràdesdynamiquesdappropriationcollective.Ainsi,lechoixde s’impliquerdanslaconstitutiond’unserveur,des’abonneràunelistedediscus-sion,nariendevirtuel:ilestdéterminéparlecontextesocialdelindividu, quilimpliquedansdessolidarités,desalliances,desconflits,prévusou imprévus.Enretour,cetengagementinfléchitsonimagesociale.Lesindica-teursprécédentspermettentaussidanalyserléventaildesobjetsdisponibles surlesréseaux:unsite,unforumseplacent-ilsdansunelogiquedemarché, ouhorsmarché?Sedestinent-ilsàunouàplusieurspublics?Quellesressour-cesintellectuellessollicitent-ils?
DESLOGIQUESSTRUCTURANTES Unefoisprécisélestatutdelutilisateur,réeloudésiré,ilconvientdexpli-citerlescontextesjuridiquesetéconomiquesquicontraignentsespratiques potentielles,avantdedéceleretd’interpréterdespratiquescollectives(résistances, militantismes,identifications,etc.). Eneffet,lesacteurséconomiquesdéterminentaussidespratiques,ne serait-cequenréduisantlecoûtdelaccèsdomestiqueauxréseaux,ouen faisantconnaîtreunsiteenpratiquantlematraquagepublicitaire.Maisces
14
ÉRICGUICHARD
acteursnesontpasnonplusautonomes:ilssontprisdansunmarché,sont confrontésàlamiseenplacedemonopolesetàdenouvellesexpressionsdu droit,réguléesouspontanées.
Cesparamètresnesontpasseulsàinfléchir,àmodulerdespratiques. Celles-cinesontpasleproduitexclusifdedéterminantssociauxouéconomi-ques.Ellessontaussidépendantesducadrecultureldanslequelellespeuvent sedéployer.Encela,ilestutilederappelerlafonctiondes«pionniers». Mêmesilestvraiqueleurspratiquesnepeuventprésumerdesusagesfuturs dunetechniquequandcelle-ciseralargementsocialisée,ilsimprimentune sériedhabitudes,organisentununiversculturel,abordentdesquestionsthéo-riques,quivontstructurerlaToileetsesusagespendantplusieursannées, notammentenmatièredaccèsàlaconnaissance.
PROGRAMME
Lesorganisateursdurécentcolloque«ComprendrelesusagesdelInter-net»,dontestissucelivre,étaientdonctrèssoucieuxdebaliserlInternet entrepratiquesetlogiques.Lacompréhensiondesdynamiqueséconomiques commedesmécanismesintellectuels,lesunesetlesautresétantparfoisen relationdirecteavecledéveloppementdelInternet,relevantdautresfoisde mécanismesmoinsrécents,donneunpremiercadredanalyse.Ensuite,les pointsdeméthodecommelesdescriptionsethnographiquesminutieuses,qui abordentdescommunautésvariées,quecelles-cisoientcomposéesdespécia-listesoudepersonnesissuesdu«grandpublic»,fontsurgirlesmécanismes complexesàlœuvrequandonsepenchesurdespratiquesprécises.Cest alorsquelonpeutavoirunevisionglobale,scientifiqueetlaïque,desusages delInternet,etdesenjeuxquiletraversent.
Louvrageabordedembléeleslogiqueséconomiquesquistructurent léchangemarchandsurlInternet.Leseffetsderéseauxnesappliquentpas seulementàdesimplesproduits:ilsvontdulogicielàlinfrastructure,en passantparlordinateur.Unefoisleréseauconstruit(réseautechniqueou réseaudeclients),denombreuxcoûtsbaissentfortement,cequiexpliquela grandevariabilitédesprix.Àlalimite,leprixdeventedesobjetsimmatériels devraitêtrenul.Larareténétantpluslindicateurquidétermineleprix,reste àentrouverunautre.Plusieursoptionsseprécisent,incluantcellequi consisteàredéfinirledroitpourdéfinirdenouveauxprivilèges.Maisles mouvementsdecapitauxmassifsdecesdernièresannéespeuvent-ilssexpli-queràlalueurdeprincipeséconomiquesnonencorevalidés?Non,ettoutela pertinencedelarticledeThomasServalrésidedanssacapacitéàmettreen évidencedesphénomènesdémographiquesetidéologiquesindépendantsde l’Internet:laplupartdesacteurs,qu’ilssoientdesindividusoudesinstitutions,
INTRODUCTION
ontétédunegrandenaïveté,enopérantunsinguliermélangeentreutopieset modèlestraditionnelsdeléconomie.Àterme,lemythedela«saineetlibre» concurrenceauravécu,auprofitdunretouràladominationdesmonopoles. LaurentCohen-Tanugiétendcetteanalyseàlensembledeléconomienumé-rique(informatique,téléphone,audiovisuel).Luiaussisoulignelesparadoxes deléconomiecontemporaine,eninsistantsurloppositionentreÉtats-Uniset Europe.Ilexplicitelesrapportsdeforceentrelesdeuxcontinents.Lenôtre sera-t-ilenmesurederésisteràcettelogiquemonopolistiquedeconcentra-tion?Lalecturedesonarticle,alarmant,nousinciteàlespérer.Quels moyensdedéfensenousreste-t-ildoncfaceàcetteproliférationdescontrats privésquilientdefaçoninégalitairedominantsetdominés?AudreyYayon-Dauvetmontreleslimitesdeleurlogique;faceauxabusdelautorégulation, dontlecaractère«miraculeux»bénéficieavanttoutauxtenantsdesmonopo-les,ledroitdisposederessourcesautonomes:ainsi,lesconflitsautourdes nomsdedomainemettentenévidencelefaitquuneévaluationattentivedes normesetusages,fussent-ilsrécents,estutile,maisnonprescriptive.
Lespetitsentrepreneursnedisposentpasdesclésnidesmoyensquileur permettraientdentrerdanslecerclerestreintdesacteursdeléconomie contemporaine.Etonsaitquelespetitesentreprises,àquelquesexceptions près,nesontpaspionnièresenmatièredappropriationdelInternet.Après avoirrappelélesthéoriesactuellesenmatièredecoûtsdetransaction, LaurenceDhaleine,ChristianLicoppeetAlexandreMallardenmontrentles limites:ilestdangereuxdoublierquuneentrepriseest,elleaussi,insérée dansuntissuderelationssociales,quidéterminentdesenjeuxdontlanalyse systématiquesimpose.Quelquesétudesdecascomplètentefficacementleur argumentation.Finalement,lesauteursrappellentquelesrelationsdeconfiance neseplientpasàlinjonctiontechnologique:lesmodesdecommunication traditionnels,commeletéléphone,gardenttoujoursleurimportance.Peut-on généralisercetteapprocheaumondedutravail?Lesinstitutsstatistiques nationauxsesontpeuoccupésdelutilisationdelInternetparlesemployés, contrairementàleurshomologuesdAmériqueduNord.Cependant,desorga-nismescommelaDirectiondelanimationdelarecherche,desétudesetdes statistiques,ontétudiélusagedelinformatiqueetdelInternetchezlessala-riés.SylvieHamon-Choletdécritundoublephénomène:lusagedelInternet estévidemmentcorréléaustatutsocialdusalarié;pourlestravailleursaubas deléchellesociale,lalternativeestsimple:ouilsnontpasaccèsàunordi-nateur,oulusagedelamachineconduitàunetaylorisationaccruedeleur activité.
Ainsi,monopoleetexploitationseconjuguentmieuxaveclInternet quutopie.SergeiSolovievsinquiètequantàluideseffetsdelanon-pérennité del’information;aumomentoùcelle-ciestunélémentessentieldela«valeur»
15
16
ÉRICGUICHARD
surlInternet,personnenesinterrogesurlesconditionsdesasauvegarde. Certes,labsencedeformatsdécriturestablespermetledéveloppementdes monopolesévoquéci-dessus.Maispluscriantestlesilenceàcesujetdesperson-nesattachéesàlanotiondarchive,notammentdansledomainedessciences humaines.Etpourtant,ici,lesenjeuxpurementéconomiquesrejoignentdes enjeuxproprementculturels.ClarisseHerrenschmidtsinterrogesurlesliens anthropologiquesentrecesdomainesculturelsetéconomiques.Plusencore quedesobjets,leshommeséchangentdessignes,allantjusquàencréerde spécifiques,commelalphabetetlamonnaie.LacirculationdespaquetsIP surlesréseauxrelèveàlafoisdeléchangemonétaireetdelaconstructionde léchangesocialentrelesindividus;cestpeut-êtresouscetanglequelon peutcomprendrelesdiscoursenthousiastes,maismalformulés,destenants delarévolutionréticulaire.Lauteurévitecepiègepourrappeler,commebien dautresici,lecaractèrelentementévolutifdecephénomène,dontonpeut évaluerlessordanslapériodequivadeladominationdunombreau e XVIIueilyformatiqdelnivnneitnoàleilècsiilt-essurjoouT.snaetnauqnica quele«crédit»desindividus,ausensoùlentendPierreBourdieu,peut-être amplifiéparlamiseenapplicationdeseffetsderéseaucommeparlamanipu-lationdessignesànotredisposition,etquelesdétenteursdesarchivesetdu savoirsetrouventmenacésparunesémiologiequisécartedecelleorganisée autourdulivre.
Eneffet,quenest-t-ildelauteur,aujourdhui?Onsaitquesa«solitude» résultedunelenteconstructionsocialeréaliséeaucoursdessièclesprécé-dents.Ilenestdemêmepourlacautionapportéeàl’éditeur.Jean-Louis Weissbergpromeutleconceptd«auteurencollectif»,quivauttantpourla publicationderecherchesencoursquepourlaproductiondelogicielslibres. Àdetellesproductions,auctorialesetéditoriales,senajoutentmaintenant dautres,liéesaudéveloppementdumultimédia.Làencore,pointderévolu-tion:lauteurindividuelnedisparaîtpas.Maislerefusdecomprendre commentcespratiquesserecomposent,secombinent,pourraitêtrefatalaux principauxacteursdesmarchésdelédition.
Léditionestbiencelieuoùcultureetmarchéseconfondent.Ilsuffitdelire lesdébatssurlaspécificitédelaculturefrançaise,ousurlimportancedeson «rayonnement»,poursenconvaincre.Cette«gloire»aunlienhistorique aveccelledesuniversités,enFrancecommeailleurs;maissitransformation del«économie»(ausenstraditionnel)dessavoirsilya,lesuniversitésne peuventêtremieuxarméesquelesinvestisseurs,eux-mêmesdésemparésface àlanouveauté,pourévaluerlecoûtetlarentabilité(ycomprissymboliq