//img.uscri.be/pth/4b884d7eae70f60b3d3c16ec0830868c8858e2a7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Construction de l'identité arabe américaine

De
132 pages
Cet ouvrage, basé sur une étude sociologique menée dans la ville de New York tente de répondre à la question de savoir qui sont les Arabes Américains. Les paradoxes concernant ce "groupe ethnique" sont nombreux. En revenant sur des aspects de la scène sociale américaine, comme la catégorisation ethno-raciale, ou le lobbyisme ethnique, l'ouvrage analyse la construction identitaire d'un groupe qui doit faire face à ses complexités internes et lutter contre les stéréotypes dont il est affublé.
Voir plus Voir moins

CONSTRUCTION DE L'IDENTITÉ ARABEAMÉRICAINE

Alexandra Parrs

CONSTRUCTION DE L'IDENTITÉ ARABE AMÉRICAINE

et mIse en scene strategIque

.

Entre invisibilité
, I

.

L'Harmattan 5-7, rue de I'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALlE

(Q L'Harmattan, 2005

ISBN: 2-7475-7715-5 EAN: 9782747577151

A ma mère, Bob et Walter, pour leur patience et leur soutien A Annie Benveniste, pour ses conseils éclairés

New York
Highness, and immensiry in the womb of commerce, called greatness, and splendor byyour merchants, and this isyour beaury. But woe to them and thee because thry are liars.
The beaury of their idols like a dollar, In the night and glided minted

in the day.

Woe to this beaury. Ano'!)!me, début du Jiècle,New York

Table des matières
Introd uction
C hr is ta.

11

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Il

Un e cons

tru c t ion

ide nt it air e . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. .. . . . . .. . . . . . . . .. .. . . . .. . . .. . . .. . . .

14

New york Méthodologie ... .. .

15 16 17 18 18 25 30 32 32 35 38 41 de la construction identitaire 47 47

Première Partie - Américains à trait d'union Au pays del'« Ilypllen » Le poids des mots Arabes et Arabes Américains: changement defrontière ethnique Tenue de combat La catégo risa tio n eth n0-raciale Historique de la catégorisation ethna-raciale Les Arabes Américains et la catégorisation ethna-raciale Situ ation actuelle 1ntérêt stratégique Deuxième Partie

- Dimensions

Dim ensio n pol itiq ue
Les deux vagues migratoires
arabe am éri ca in. . . .. . . . . . ... ... ... . . .. . .. . . . . .. . . .

...
et la naissance de l'activisme politique

. . . .. ... . . .. . . .. . . ... .. .. . . .. .. .. . . . ... ... . 48

Stratégies de l'activisme politique: prôner les différences ou les sim ilarités ? Paradoxes de la construction politique Dim ensio n socia le.. Une si bonne intégration sociale
Au-delà de l' im age

69 79 84 85
100

9

Dim eosioo cuIturelie Culture et construction identitaire Face externe de la frontière Coo elusio os ...... ... ...

104 105 113 ..123 123 124 129

Etre américain à trait d'union Une construction identitaire Bibliographie

10

Introduction

Christa Le 26 septembre 1986, la navette spatiale américaine Challenger s'écrase. Consternation générale partout dans le monde, des images circulent qui vont marquer des générations, comme celle d'un groupe d'enfants qui pleurent à chaudes larmes leur maîtresse bien aimée: Christa McAuliff. Cette jeune femme souriante représente l'Américaine type, ou plutôt l'Américaine idéale, l'institutrice au grand cœur, la mère de famille bienveillante, et sa disparition tragique bouleverse le monde entier. L'expérience de Challenger était tout aussi symbolique que scientifique. Parmi les membres de l'équipage, une mosaïque de personnes ethniquement différentes, à l'image de l'Amérique multiculturelle: un Africain Américain, un Asiatique Américain, un Hispanique Américain, un Juif Américain et une Arabe Américaine: Christa McAuliff. Cette histoire nous paraît symbolique à plusieurs niveaux, c'est pourquoi nous l'avons choisie pour introduire notre sujet. L'Amérique, tout d'abord, se plaît à mettre en avant sa diversité: diversité culturelle, diversité «raciale». Multiculturalisme est le maître mot. Et la navette Challenger était censée représenter une Amérique colorée et hyphénatiséeJ, c'est-à-dire peuplée d'individus qui sont quelque chose-américains: qu'ils soient africains, asiatiques ou arabes, voire Native. La deuxième chose est que Christa était arabe américaine, fait fort peu connu du grand public, et qu'elle avait été choisie parmi 11500 candidats pour participer à cette expérience extra-terrestre, grâce à un cours qu'elle avait fait sur « The American Woman ».

Nous avons traduit le terme Hyphenated d'union.

1

American par Américain

à trait

Il

Tant de paradoxes déjà: Christa était l'Américaine type, mais elle était également une Arabe Américaine... Les Américains types sont-ils donc des Américains à trait d'union? Les Arabes sont censés être facilement reconnaissables, grâce à un phénotype précis et à un comportement particulièrement incompatible avec les valeurs occidentales, mais Christa était une charmante institutrice qui avait été choisie par un jury de la NASA, suite à son cours remarquable sur « la femme américaine ». Son « arabité » ne peut que surprendre: ni son nom, ni son prénom n'étaient arabes, elle ne portait aucun signe d'appartenance à la religion musulmane', elle était une parfaite institutrice américaine, pratiquement morte pour la patrie! Cela nous amène à la constatation qui a motivé notre choix concernant le titre de cette recherche: les Arabes Américains sont impossibles à identifier pour la plupart des Américains. Pour le groupe arabe américain, le balancement entre invisibilité et volonté de s'affirmer est constant. L'invisibilité est à la fois volontaire et involontaire, puisque les Arabes Américains n'ont pas de phénotype précis, ou du moins ne correspondent pas nécessairement à l'idée que s'en font les non-Arabes (stéréotypes les représentant comme des scheiks millionnaires, des fanatiques religieux, des femmes voilées, ou les fameux Three Bs qui servent à décrire tous les Arabes: Bomber, Billionaire, Belly dancer) ; la religion des Arabes Américains n'est pas uniquement musulmane, puisqu'un tiers seulement d'entre eux est musulman; beaucoup d'Arabes Américains ont un nom qui n'a pas une consonance arabe... tant et si bien que ce groupe est pratiquement invisible. C'est un groupe au sein duquel il y a une moindre délinquance, un groupe dont la réussite sociale est particulièrement bonne, comme en témoignent les statistiques concernant le revenu
1

Alors que traditionnellement, dans les représentations stéréotypées,
liés.

« arabité » et islam sont intrinsèquement

12

per capita et le grand nombre d'entrepreneurs arabes américains; mais c'est aussi le groupe ethnique le plus haï aux Etats-Unis. Il y a cependant de la part de certains Arabes Américains une volonté de faire reconnaître leur appartenance à une ethna-raciale singulière, une volonté d'entreprendre des actions politiques et culturelles pour « exister ». Nous verrons, tout au long de notre travail, qu'à différents niveaux de la construction identitaire, nous assistons à une valse-hésitation entre deux attitudes: se fondre dans la masse ou chercher à se différencier. Certes, le phénomène qui consiste à gommer les différences ou à les mettre en avant peut se retrouver dans toute construction ethnique, mais nous pensons qu'il s'applique particulièrement bien au groupe arabe américain qui, plus que tout autre groupe, est à la fois trop visible (à cause des évènements de l'actualité, de I'histoire mondiale, de la soi-disant opposition entre Occident et Orient, entre islam et chrétienté) et invisible, car tellement hétérogène qu'il est pratiquement impossible de le définir... Comment définir un Arabe Américain, si on ne peut mettre en avant ni la religion, ni la nationalité, ni le continent d'origine, ni la langue, ni I'histoire? Cette interrogation se retrouve au niveau de la désignation du groupe: certains revendiquent leur titre d'Arabe Américain, d'autres le réfutent; au niveau de la catégorisation ethna-raciale, qui est inexistante à l'heure actuelle, mais alors que certains militent en faveur de la création d'une catégorie Arabe Américain ou Moyen-oriental, d'autres préfèrent pouvoir se définir comme blancs. Cette attitude est également perceptible au niveau de l'activisme politique: on cherche à revendiquer ses droits et ses différences, mais on cherche également à prouver à quel point on se comporte en «bon Américain»; au niveau social: on voudrait que des dispositions soient prises pour aider les membres du groupe socialement défavorisés, mais 13