Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

CONVERSATIONS SUR L'HOMO(PHOBIE)

De
193 pages
A l'heure où l'éducation à la sexualité et à la vie est remaniée, au moment où l'homosexualité et l'homophobie deviennent des sujets de société dans les médias, à l'instant où le monde éducatif entre timidement dans ces questions, cette conversation souhaite ouvrir un nouvel es pace de dialogue dans les familles et les enseignements, bousculer à sa manière les préjugés, la frilosité et l'ignorance. Gays, lesbiennes, bisexuels, hétérosexuels : tout cela est juste une question d'amour, tout simplement. Conversons-en.
Voir plus Voir moins

Conversations sur l'homo (phobie)
L'éducation comme rempart contre
l'exclusion

Collection Sexualité humaine dirigée par Charlyne Vasseur Fauconnet
Sexualité humaine offre un tremplin pour une réflexion sur le désir, le plaisir, l'identité, les rôles féminin et masculin. Elle s'inscrit dans un mouvement socio-culturel, dans le temps et dans l'espace. La sexualité ne peut être détachée de sa fonction symbolique. L'erreur fondamentale serait de la limiter à un acte et d'oublier que l'essentiel est dans une relation, une communication avec l'autre, cet autre fût-il soi-même. Cette collection a pour objet de laisser la parole des auteurs s'exprimer dans un espace d'interactions transdisciplinaires. Elle relie la philosophie, la médecine, la psychologie, la psychanalyse avec des ramifications multiples qui vont de la pédagogie à la linguistique, de la sociologie à l'anthropologie, etc. Dernière parutions
Sexualité et internet, Pascal LELEU. La sexualité féminine en Afrique, Sami TCHAK Le naître humain, Claude-Émile TOURNE. Homme dominant Homme dominé, Mohamed EL BACHAR!. Cure en adolescence, Philippe GUTON Sexe et guérison, André DURANDEAU, Charlyne VASSEUR FAUCONNET, Jean-Marie SZTALRYD Une maieutique du sujet pensant, Approche clinique, Renée-Laetitia RICHAUD. Avortement: l'impossible avenir, J-J. GHÉDIGHIAN-COURIER Le sens de l'altérité. Penser les (homo)sexualités, Rommel MENDÈSLEITE. Chroniques socio-anthropologiques au temps du. sida, Rommel MENDESLEITE, Bruno PROTH, Pierre-Olivier BUSSCHER.

Circ'oncision masculine, circoncision féminine, SAMI A. ALDEEBABUSAHLIEH. Des maternités impAnsables, l'accompagnement de l'abandon et des parentalités blessées, Sylvie BABIN

PHILIPPE CLAUZARD

Conversations sur l'homo (phobie)
L'éducation comme rempart contre
l'exclusion

Préface de Louis-Georges TIN

L'Harmattan 5-7, me de l'École-Polytechnique 75005 Paris

France

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

@L'Hannatian,2002
ISBN: 2-7475-2671-2

« Les pro.fesseurs qui, pendant des siècles, ont enseigné allX e'1f'antscombien I 'homosexualité était intolérable et qui ont p'urgé les 111anuels littérature, .f'alde s~fié l'histoire (~fin d'en exclure ce type de sexualité, ont cCluséplus de ravages que le jJro.!esseur qui parle d'hol110sexualité et ne peut .faire d'autre 111al qu'expliquer une réalité donnée, une expérience vécue. » Miellel Foueault.

« Au c0l11mencelnent, il)J a l'in.iure. Celle que tout
gCI)) jJeut entendre à un 1110111ent ou un autre de sa vie, et

qui est le signe de sa vulnérabilité p!!'ychologique et sociale. » Didier Eribol1.

Pour Marcel.

A Xavier,

Philippe et Suzanne.

Avec Ines re111ercielnents à Louis-Georges et à tous ceux qui ont contrib'ué, d'une lnanière ou d'une atttre, au développe111ent de 111apensée, de 1110n engagelnent, de 1110n action et 111 'ont aidé à che111iner...

PREFACE

Voici 1111 livre pour que les enfallts d' aujourd '11ui11esoiellt pas les Il0111p Ilob es de delnaill. o Jusqu'ici, dalls ce dOlnaille, les illitiatives diverses avaiellt en gélléral pOtlr but de corriger, ou dlI 1110illS,de litniter les injustices les plus flagralltes, abus, violences ou discriI11il1a-

ti011Sde toutes sortes. Le P ACS lui-lnêll1e répondait à cette
logiqtle : le lllariage Il' étallt pas accessible allX cotlples 1101110sexuels, il s'agissait de proposer Ulle alterllative. Les revelldicatio11s liées à l' adoptioll 110lTIO-parentale 011à la pél1alisatioll des injures ll01TIOpll0bes VOllt dallS le ll1êlne sellS. De ce fait, les actiol1S l11ellées trouvellt leur POil1t d' applicatioI1 dallS les défaillallces de la société, dalls les défectiol1S du droit, ou de son applicatio11 : elles ~e proposel1t d'y relnédier. 'Le présellt otlVrage tellte d'explorer UIle atltre directioIl, en agissallt pOlIr ail1si dire en amont. S'il est urgel1t de répoIldre aux besoÏ1ls présellts, aux Ïtljtlstices quotidiel111es, aux illégalités Inal1ifestes, il est plus ill1portallt el1core de prévenir les actes, discours ou pratiques qui sont l'effet plutôt que la cause de 1'1101nopl10bie alnbiallte. Les Inesures proposées S011tdOllC llécessaires, 111ais11011 pas suffisal1tes. Il faudrait Illettre ell œuvre tllle véritable propllylaxie sociale de sorte que les préjugés 1101110pllobescessellt d'être la règle. Folle alnbition, dira-t-oll. Peut-être. Peut-être pas. Le lTIoye11ici choisi pOlIr prével1ir 1'1101TIOpl1obie,c'est l'éducation. NOll sallS raison: l' édllcatioll est la conti11uatioll de la politiqlle

par d'autres l110ye11s.Pour U11nouveall contrat social, il fallt bie11un nOtIvel Elnile. C'est donc par là qu'il faut agir: d'oll l'idée de ce livre. Ces cOllversations suivies el1tre un père et sa fille propose11t aillsi Ull exelnple de lnise ell œuvre dOl1t cllacull pOtlrra tirer profit. Biell souvellt les parellts ou futurs parel1ts S011tdisposés a priori à discllter avec leurs ellfallts de ces questio11S se11sibles : la violellce, l' exclusioll, la sexualité, etc. Mais ell gél1éraI, ils s' i11terrogel1t sur la bon11e façol1, et surtout sur le bOl1 In0111elltpOtlr aborder ces sujets. Selon une idée COl111TIl111e, le l11iellx serait d'atte11dre que l' e11fa11tpose de 111i-111êlne les questions l1écessaires. Evide111111e11t, ette Opil1iol1 pernlet c d'esquiver 11abilel11elltle problèlne et de rellvoyer e11quelqlle sorte la balle dans l' alItre calnp : elle décl1arge les pare11ts de ]ellr el1co111bral1terespo11sabilité, et laisse aux enfal1ts la couragellse i11itiative du dialoglle. Mall1eureuselne11t, elle C0111porte allssi qtlelques illcol1vénie11ts : elle risque de laisser les el1fal1ts cOlnplètelne11t délnu11is lorsqtl' ils serol1t cOl1frol1tés à la réalité. DallS le 1neilleur des cas, ils vie11dro11t cl1ercher da11Sla parole des adultes 1111vel1tuel re111èdeà leurs al1goisé ses ou à leurs traul11atislnes ; plus vraise111blablelne11t, ils e11fOllir011t da11Sleur l11élnoire les il11ages ou les idées les plus sOI11bres... Ce 11'est peut-être pas la bonl1e SOltltÎOll. El1core tIl1e fois, préve11ir, plutôt que gllérir. Slll" ces qtleSti011Sde sexe et de gellre, les apprelltissages sociallx se fOl1t très tôt. Dès la pIllS tel1dre el1fa11ce vie11t l' intllitiol1 C011fuse qlIe les garço11s doive11t l' el11porter Sllr les filles: ceux qlIi Il'y parvielll1e11t pas l1e S011tque des pédés. Les COllI'Sde récréatiOl1S011tl' ordil1aire laboratoire Oil S' élabore11t ces hypotl1èses sexistes et 1101TIOp110bes, dOl1t l'étroite cOl111exiol111'est qlle trop évide11te, C01111l1e rell1arque Pllilippe Clallzard à jllste le titre. S'il falIt atte11dre l'âge adulte pour expliquer el1fil1 que ces idées reçlles, accréditées, e11raci11ées S011tde cOllpables IJréjugés, il est à crail1dre que les raisol111el11entsles plus rigoureux l1e puissel1t les extirper. Si la petite fille peut ellte11dre daIls la cour des i11sultes C01111ne pédé », si l' 011dit au « petit garçOl1: «arrête de pleurer COl11111e petite fille», HI1e 11'ell dOlltez pIllS, il est gral1d tel11ps de leur parler.

10

Mais COll1lnent ? Précisélnellt, le présent ouvrqge propose quelqlles pistes pOlIr répOlldre à cette questioll. A dire vrai, quelqlles il1itiatives POllctuelles en ce sens avaient déjà vu le jour. Mêlne, ell 1999, le ministère de l'éducation llatiollale avait la11cé U1le «1l1allette pédagogique» cOll1prella11t toute Ulle série qe ficlles d'éducation sexuelle, dont une sur « le sexis111e ou le 11lacllislne », et une autre sur « 110111osexualité et 1101110pll0bie», docu111ents llélas peu diffusés. Par C011Séquellt, ce livre pi01ll1ier 11eprételld pas être le prelnier à défric11ercette voie de l' édllcatioll COlllll1erell1part COl1tre1'1101110phobie. Ell revallclle, il est sallS doute le pre11lier à serrer de si près la difficile questioll de la 11lise ell œuvre du dialogue. C'est tllle cll0se d'avoir de bOll1les idées, les Illettre ell pratique ell est 111le alltre. Ell l' occurrel1ce, Pllilippe Clauzard prelld Ie risque de la 11lise ell œuvre, et propose de façoll exelllplaire ces quelques Conversations sur I 'homo (phobie). 011 le voit, le projet est à la fois lll0déré et radical. Modéré, puisque loin de toute révo111tiol1 politique ou législative, il 11es'agit ici qlle d'lUl Sill1ple dialoglle elltre Ull père et sa fille; radical puisqu'il s'agit d'éradiqller au sellS propre les préjugés 1101l10pll0bes ava1lt qu'ils ne s' ellracille11t, pour filer la Inétap110re, dalls l'esprit de l' ellfallt. POLIralItant, ce dialogue falnilial Il' est pas repli sur la spl1ère privée, rell0ncell1e11t aux vastes all1bitiollS Pllbliques des 1llttes COl1tre l' exclusioll. Au cOlltraire. L' allteur propose d' ellgager ce dialogue dallS toutes les faluiIIes et toutes les écoles de la llatiol1 où il se trouvera des 1101ll11lest e des fel111l1es bOll1le vOIOl1té,soucieux d' el1seigller la jllstice de et le respect aux citoyells de dell1aill. Ell SOlTIll1e,oil1 d'être l une altenlative à la politique, l' éducatioll ell est à l'évidence le corrélat, le pellda11t, et pour tout dire, le 11écessaire préa111buIe. Pour qlli le ]it, le corps de ce livre se présel1te sous la forllle d'U11 heureux c011trepoil1t elltre récit et dialoglle. Le récit racollte, le dialogue explique, et tous deux se crOiSe!lt et s'Ï11terrolllpel1t lTIlltuelleInellt au fil du texte. Quoique le récit ne soit pas directell1ellt lié au dialogue, il est cepel1dallt clair que cell1Î-ci COllstitue Ul1e sorte de cOll11ne11tairede celui-là, et cette agréable alte11lallce perll1et de COl11biIlerles avantages des detlX styles: 1111raité didactique eût sel11blé trop austère; t

il

une silnple 110uvelle, peut-être trop légère. Mais le 111éla11ge des ge11res per1net ici de joindre l'utile à l'agréable. Cepe11da11t, l'auteur Il' escal110te pas les difficultés, et il y el1 a. Par exelnple : U11garçol1 avec deux papas l1e va-t-il pas être la cible des i11sultes et quolibets de tOllt son e11tollrage ? Toutefois, Pllilippe Clauzard 11e don11e pas dans le l11al1iClléis1ne, téll10in l'institutrice qui, rétive au débllt, fil1it par relever le défi de l' intégratioI1 et du civislne. AillSi, serait-il da11gereux de 11ier que I'1101no-parentalité risque de poser des problèlnes, lnais plus dangereux e11core d'affirlner que ces pro"blè1nes sont insunnontables. Ce serait en effet une étrange justice: pour résolldre la discrilnination que pourraiellt subir les enfants d '110Inosexuels, 011voudrait l'exercer à l' ellcolltre des 1101110sexuelsqui velllellt être p~rents. C0111battre la discrilniIlatio11 par la discrilninatioIl. A ce cOlnpte, il faudrait allssi déconseiller tout projet parental aux Noirs, aux Jllifs, allX Arabes, allX pauvres, aux baIllieusards, aux provillCiallX., etc., lesquels risquent de Inettre au 111011de futllres victide Illes. Par ailleurs, l'ouvrage fait le POillt sur des l10tiol1S difficiles, et cepelldant capitales, l10talll111e11t I'llétérosexislne, dOllt le lie11Inallifeste avec le sexisl11e et I'1101110pll0bieest clairel11ellt forllllllé. Cependant, la riglleur llécessaire de l' allalyse Il' est jall1ais aride, car elle est tell1pérée par les scè11es dll récit, souvellt él11011va11tes u drôles (que l' 011s011ge seule111el1t o à cette ilnpayable l11adall1eDrucl1e !). Mais alI-delà dll récit et du dialogue, qui SOl1tdéjà, dal1s le cadre falllilial, des exe111ples pour lutter contre 1'1101110pllobie, cet ouvrage COl11portee11alll1exe des docul11el1ts extrê111el11ellt précieux, qui SOI11autaI1t de pistes de travail pour œuvrer daI1s le cadre scolaire. Il s'agit de suggestiol1S, recoll1l11al1datiOllS, leçol1s, activités, exercices, etc., susceptibles d'être l11is el1 pratique dal1s Ul1e classe. Puisque la lutte COlltre 1'1101110}JI10bie est alljourd'I11li reC011l11leC0111111e }'u11e des ll1Îssio11S de l'illStitutioll scolaire, ces propositiollS avisées te11tel1t de sllbvel1ir à la faiblesse des l110yells l11is à dispositioll par le l11il1istère. De la sorte, les apports scie11tifiques des étlldes gaies et lesbiel1l1es et les résolutiol1S civiques de l' édllcatiol1 I1atiol1ale trouveroIlt leur possible applicatiol1 pédagogique dal1s les écoles, et l11ê111e, daIls les fa111illes. Dal1S ce cOl11bat

12

COl1tre

I'11011l0pl10bie,c'est là, sallS doute, que se jouerol1t les

derl1ières batailles, les plus 1110destes,les plus grandes allssi.
PelIt-être el1 ve114011S-110USiel1tôt le résultat. b I Louis-Georges TIN

I Ancien élève de l'Ecole nonnale supérieure, agrégé de lettres. Organisateur du colloque de l'Ecole nOrIllale supérieure, HOn'10sexualités: eXjJressiOl1lréjJressiol1,publié aux éditions Stock, Paris, 2000. Dirige en ce n10111ent n Dictionnaire de l 'hon10phobie, à paraître aux éditions Stock en u 2002.

13

AVANT-PROPOS

Les pratiques 1101TIOSexuelles quittèrel1t, da11s les pays occideI1taux, atl cours de la seconde ll10itié du XX è1l1e siècle les rives de la déviallce pour se retrouver sur les terrai11s des c0111portelnel1ts qualifiés de «différel1tS». L' 1101I10sexueI deviel1t COll1lne le Noir, le Juif, le cllôlneur, le gros, l'Arabe, 1'11alldicapé ou le gitaIl U1Iautre différent; Ull étranger avec lequel toute identification est illconcevable. Ull autre dOllt la différel1ce, si elle est tolérée, surprel1d, intrigue, inquiète. La persolllle 11011l0sexuelle apparaît désorlnais COlI1111e l'autre, le passeur qui «transgresse» l'ordre social. Elle selnble excelltrique, provocatrice, agitatrice. Elle est el1ferlllée dalls le rôle du 111arginal, à la périphérie sociale. Elle est allssi, dal1s UII 1110uvel11el1til1verse, illtégrée à la réalité COlll1lle élélnellt exotique. Le discours de 1'1101110pl10bie désiglle cet atltre COll1111e UII c011traire, t111 être illférieur ou all0rll1al. Il est reflls de la différel1ce 1101110sexuelle.Cette lI1al1ifestatioll arbitraire est voisil1e du raCiS111e,de la xénopl1ùbie ou de l' al1tisélnitislne. Le ressort de cette eXCltlSioll de l'ullivers COl11111U11 felnlI1es et des des hOl11111es idelltique atlX autres fOflT)eSd'illtolérallce qui est peuvent aboutir à des actes de violel1ce localisés ou généralisés. Le freill ilIColIscie11t à la reconnaissance des gays et des Iesbiellnes, 1'110stilité à l'égard des 1101110sexuel-le-s résident

15

sOllvelltdans cette peur de l'autre ell soi 1.La craillte de trallir SOIlcorps d'origine, l'inquiétude d'affaiblir le Inasculill et la virilité, l'appréhension de contredire l'ancestrale dOlninatioll l11asculine attisellt l'ardeur ll0lnopll0be. La cOlltestatioll du pouvoir 111asculinet des rôles sociaux par les lesbiennes crée la lesbopl10bie2. Les terll1es « 110111ophobie»et « 1101110pllobe » sont apparus pOlIr la prelnière fois dans le Petit LarOlIsse en 1998. Pour le Petit Larousse Illustré de l'aIl deux
Inille, I'1101110pl1obieest Ull rejet de l '110111osexualité, Ulle hostilité systéll1atique à l'égard des hOl11osexuels. L'hol11ophobe est celui qui est hostile à 1'holTIosexualité, aux 110111osexuels. La forte 110stilité, à l'égard des gays et des lesbiell11es,

proll0Ilcée lors des discussiollS parlell1elltaires sur le P ACS
]JfOvoqlla Ull cllallgelnellt épistélnologique esselltiel. Il se produisit Ull déplacelnent de l'objet d'allalyse. La problélnatique Il' était plus portée sur la Ilature et la genèse du COlnportell1ellt 110111osexuel, tnais sur les raisolls qui all1ènel1t à COllsidérer cette fOIl11ede sexualité COlnt11e déviante. La question 11oInosexuelle laisse place à la questioll 110lnopll0be. Nous Il'avolls plus à cOluprendre pourquoi et COl111nelltUll Î11dividu est 110l11osexllel, luais pOllrquoi cl1ez certail1s ] 'll01110pl10bie est si prégnallte, ce que peut craindre I'llétérosexualité d'une 110uvelle ballalisatiol1 institutionllelle, d'Ull 110uveau paradigITIe daIls la l1iérarcl1isatioll des sexualités. VIle rllptllre politiqlle s'opère alIssi. Cette II0l1velle approcl1e sigllifie que les 11oIll1nes ou les fell11nes 1101110sexuellesIl' 011t plus à porter les stigl11ates du lnépris ou de la dévalorisatioIl. L'110111osexualité doit être COIlsidérée COlnlne lI11e forIne de sexlIalité aussi légitilne, reCOl111ue respectable que l'hétéroet sexualité avec Ull cortège de lois ad-Il0c, d'il1jllres Ï11terdites et cOlldall1Ilées, de reconnaissallce daIls tous les aspects de la vie sociale: culture, éducatioll, Il1étiers, études... Ce Il' est
Daniel WELZER-LANG a analysé dans l'ouvrage collectif «La pelfr cie l'autre en soi, du sexiSl11e à I 'h01110phobie» la sourde peur d'un autre indésiré qui s' Ï111111isceraiten soi. U explique l'appréhension de cette fel11111e ui sOl11111eille chaque hOll11ne, de cet hOl111nequi dort en chaq en que fe1111ne,voire de 1'holnosexue1l1e tapi/e en chacun. Il décrit C01111nent la construction 111êlne du Inasculin structure 1'holnophobie. La ]Jellr de l 'olltre en soi, Du sexiSl11e à I 'h01110phobie, sous la direction de Daniel Welzer-Lang, VLB Editeur, 1994. 2 Le ternle « lesbophobie » est un dérivé d'holllophobie. Il désigne line fOl1ne de raCiSl11eanti-holnosexuel concernant les felnll1es lesbiennes. J

16

plus la qllestion 11olDosexuelle, SOlDlne toute banale, IDais bie11la question ll01TIOphobe et llétérosexiste qui 11lérite doré11ava1ltUlle problélnatisatioll particulière. Lors des COIltroverses autour du PACS se SOlltsubstituées à UIle llo1TIosexualité illégitillle, la cOll1passioll et la Iniséricorde de eertaills.' Nul Il' avoue plus rejeter les hOlnosexuel-le-s. 011 lle peut dOllC pIllS taxer d'110lTIOpll0be Ull adversaire, Ili dire

I'1101nosexualité

d 'l11le

perso1l1lalité

(l' outi11g).

U Il

« politiquelllel1t correct» s'est illstallé pour Inieux orgalliser lUle hOl110pllobie s'avançal1t à visage couvert de tlléories, d'études et réflexions aux fondelDellts bien discutables quallt aux axio111es de départ clloisis. Pour une celiaine partie de la populatiol1 française, il Il' est pIllS de lnise de se voir accuser de rejet des 1101110sexuelset de l'1101TIosexualité. Il surgit cepelldallt dalls les discours l'idée d'ulle illégalité des sexualités. Ce que 1'011dé1l01l11nel'11étérosexisll1e. Nullle croit réellell1ellt ell l'égalité des sexualités lorsqu'il s'agit de COIISidéreI' les questiollS de lnariage et de filiatiol1. La problélnatique de 1'1101noparentalité seli de révélateur. Le passage de la tolérallce au regard de la vie privée à Ulle reco1111aissallce 111COl1ditioll1lelle des libertés privées de lnallière illstitutiollllelle et sociale Il' est pas utl 10tlg fleuve trallquille. .Le sociologue Eric FASSINdistillgue sur Ull axe psycl1oIogie/idéologie 1'1101110pl10bieet 1'Ilétérosexislne. Il y a aill1er (ou pas) les hOlnosexuels (au lnêlne titre que la InisogYllie est détester ou l1lépriser les fel11111es), t de l'autre, adll1ettre (ou e pas) l'égalité elltre les sexualités (tout COllllne le sexisll1e qui est illégalité el1tre les sexes, dévalorisatiol1 du sexe félnillil1, discril11illatiollà l' el1colltre des felnll1es). Eric FASSIN écrit3 : « L 'llsage actuelllésite e11tre deux défillitiol1S fort différelltes. La prell1ière entelld la phobie dalls I'1101l10p110bie il s'agit du : rejet des Iloll10sexuels, et de l'Ilo1110sexualité. NOllS SOlTIllleS dalls le registre, illdividuel, d'ulle psycllologie. La secollde voit dal1s 1'hOl110pl10bie un 11étérosexisl11e : il s'agit cette fois de l'illégalité des sexualités. La l1iérarcllie elltre llétérosexllalité et llol11osexualité rellvoie dOlle plutôt au registre, collectif, de l'idéologie. » A juste titre, ce sociologue lllet elf
:\

L 'hon10phobie, COlnl11ent d~finir, C0l11111ent C0111 la la battre, sous la dide Daniel Borrillo et Pierre LaSC0111nes. Editions PROCHOIX.,

rection 1999.

17

perspective les problélnatiques de Inisogynie et sexislne afin de lnieux saisir le contraste. La prel11ière est rejet COlTIlTIee l rejet des 1101TIosexuels. Elle s'inscrit dans l'ordre du pSYCl10logique: c'est une phobie. Et l'illjure (salope ou pédé) appartiellt all Inêl11e registre de Inépris, dénigrell1ellt, al1nulation de cet autre. ~a seconde est de type idéologique à l'instar de 1'11étérosexisll1e qui exprilne l'illégalité des seXllalités. Cette l1iérarcllisation des sexualités s' exprilne de 111allière subtile dallS les cOllversations et les ouvrages. 011 peut parler d'ulle 110lTIOpll0bie de salon ou d'al11phit11éâtre. Daniel BORILL04 relève Ulle disproportion lallgagière à la lecture du dictiolll1aire des synonYlnes de «llétérosexualité» et «1101110sexualité» au bénéfice du dernier tel1ne. Il l'analyse COlnlne «une opératioll idéologique consistant à désigner surabolldalnlnent ce qui apparaît COlnllle problétnatique et à rellvoyer à l'illlplicite ce qui se prétend évident et 11aturel. » L '1101l10pll0bie revêt plusiellrs forll1es qlli VOllt de la blaglle qlli ridiculise l'autre qui est différent jUSQll'à la V010llté d'exterInillatioll de cet autre 1101110sexllelsous le régil11e l1azi. L'110111ophobe constate Ulle différence, l'il1terprète, isole la perS01l11edifférente et se défelld de ce processus. Plus Sllbtilel11ellt, 1'1101110sexualitéest, de nos jours, ellferl11ée par 111le ll0lTIOphobie ratTIpante dans des ellclos de toléral1ce, Ulle place Il1argillale et silellcieuse. Acceptée dans la spl1ère il1tilne de la vie privée, elle devielldra rapidelnent illsupportable si elle « sort du placard». Certail1s se crisperollt vite à l'idée qll'elle franchit le seuil du jardil1 intilTIe pour revelldiquer publiquelnellt U1le égalité de traite l11ellt avec 1'11étérosexllalité. Acceptatio11 fal11iliale d'Ull ellfallt l101nosexuel, 1101l10pare11talitéet droits affére11ts, éducation c011tre 1'1101110pll0bie SOlllèvellt 110lnbre de polél11iqlles avec la sOllrde i11qlliétllde d'1111eperte de la suprélnatie l1étérosexuelle. Dalliel BORILL05 explique que « l' éducatioll relative à la lutte COl1tre 1'110111ophobieCOllsisterait ell défillitive à sel1sibiliser la pOplllatiol1 l1étérosexuelle de faço11 à ce que celle-ci 11eCOllsidère plus sa sexualité COl11111e il1colltestable, 11ison COl11portel11ellt l1écessairel11e11tpartagé par tous, c'est-à-dire que cette édllcatiOl1 aurait pour objet de lnontrer que d'autres forInes de sexualité peuve11t coexister avec la leur, saI1S pour autaI1t lui
4 Daniel Borilla, L 'h01110phobie, Collection 5 Oanie] Borillo, id. 18 Que-sais-je, PUF, Paris, 2000.

11uire ou COllstituer une provocatioll de la part des 1101nosexuels ». Il ajoute: «L'école a un rôle capital à jouer dal1s la lutte COl1trel' il1toléral1ce. Elle doit faire cOlnprendre que l'égalité des gays et des lesbiel1nes est l'affaire de tous. Dal1S les COlIrset les 111a11uels, I'llo1nosexualité et la bisexualité devraient ê.tre présel1tées COlnlne des l11anifestations de la sexualité aussi légitilnes et épanouissalltes que l' l1étérosexualité. El1fin, 1'II0111osexualité des personnages historiqtIeS, littéraires ou scielltifiques pourrait être évoquée tout allssi naturellelne11t que le Inariage de telle reine ou les avel1hIres al110ureusesde tel révolutiollnaire. » Le rapprocl1elnellt des terlnes éducation et 1101TIOSexualité peut dérallger, sell1bler ilnpeliinel1t tallt se profile le possible grief d'Ull supposé prosélytisll1e. Il paraît ellcore illconvellallt d'opérer lIne telle liaison, à HIleépoque où les Inédias6 - télévisio11, Cillé111a,presse - s' elnparellt pou11allttrès largelnellt

du sujet de I'll01nosexualité, à la faveur des discussiollS parlelnel1taires autour du PACS(PActe Civil de Solidarité), des débats StIr les falnilles 1101noparentaleset des gay-prides qtIi rasselnblellt al1nuellelnent toujours plus de personnes sur le pavé parisiell et provillcial pour revendiquer, entre autres, UIle loi c011dalnnant les propos 1101nopll0bes.Les e11fal1ts et les adolescel1ts ell sont 11aturellelnel1t les tél110illS. Ils
s'Îl1terroge11t Sllr I'1101TIOSeXllalité les 1101TIll1eSt felTIll1eS et e

110111osexuels. biel1 plus encore, cellX dOllt l' orielltatioJl Et sexuelle les qllestioll1le - qui peuvel1t, certes, s'adresser à la Ligne Azur (0 810 20 30 40) - UIlespace de parole pour les jeulles cOl1frolltésà des difficultés par rapport à leur sexualité, leurs désirs, leur idelltité - 11laispour lesquels le Inallque de parole écrite est Ulle grave laculle. Des parellts et des éducatellrs recllercllel1t aussi des répol1ses pertinentes. C'est aillsi
6

Une pre111ière la télévision française en septelnbre 2001: Pour la preà

Inière fois, un élu hOlTIOSexuel st apparu à la télévision française avec e son conlpagnon. NOlls avions déjà eu le conling-out télévisuel de Bertrand DeJanoë et de son confrère sénateur André Labarrère, c'est au tour de Jean-Luc ROlllero, conseiller régional d' Ile-de-Fr51nce, 111elllbredu bureau politique du RPR et président de l'association Elus locaux contre le Sida (ELCS), de faire parler de lui. Il entend ainsi «faire la preuve d'une salutaire banalisation du couple hOlTIOSexuel, ni par les Inêlnes u liens d'aIllour qu'un couple hétérosexuel, rencontrant COlllllle lui des obstacles, désireux COl11111e d'être vécu au grand jour ». Source: telui tu.conl.

19