//img.uscri.be/pth/27af2456271e995ebc63463f5e87edf4aa4e231d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Corps et méthodologies

De
255 pages
Epistémologique, scientifique ou empirique, chaque contribution à cet ouvrage se replace dans un modèle plus complexe de compréhension du corps : d'un corps vivant, siège des réactions de notre organisme immergé dans l'environnement, à un corps vécu, siège de nos ressentis affectifs et émotionnels, vers un corps décrit, fruit de l'éveil de la conscience. Cet ouvrage cherche à transcender les cloisonnements disciplinaires classiques pour porter un regard complexe sur le corps.
Voir plus Voir moins
Nicolas Burel
Sous la direction de Nicolas Burel
Corps et méthodologies
Corps vivant, corps vécu, corps décrit
Corps et méthodologies
CORPS ET METHODOLOGIES Corps vivant, corps vécu, corps décrit
Mouvement des savoirs Collection dirigée par Bernard Andrieu L’enjeu de la collection est de décrire la mobilité des Savoirs entre des sciences exactes et des sciences humaines. Cette sorte de mobilogie épistémologique privilégie plus particulièrement les déplacements de disciplines originelles vers de nouvelles disciplines. L’effet de ce déplacement produit de nouvelles synthèses. Au déplacement des savoirs correspond une nouvelle description. Mais le thème de cette révolution épistémologique présente aussi l’avantage de décrire à la fois la continuité et la discontinuité des savoirs : un modèle scientifique n’est ni fixé à l’intérieur de la science qui l’a constitué, ni définitivement fixé dans l’histoire des modèles, ni sans modifications par rapport aux effets des modèles par rapport aux autres disciplines (comme la réception critique, ou encore la concurrence des modèles). La révolution épistémologique a instauré une dynamique des savoirs. La collection accueille des travaux d’histoire des idées et des sciences présentant les modes de communication et de constitution des savoirs innovants. Déjà parus Patrik MARTY, L’Eau de l’art contemporain. Une dynamique de esthétique écosophique, 2016. Pierre PARLEBAS,Jeux traditionnels, sports et patrimoine culturel. Cultures et éducation, 2016. Éric Perera et Yann Beldame (dir),In Situ,Situations, interactions et récits d'enquête, 2016.Judith NICOGOSSIAN, Mélanie SUSTERSIC,La norme du corps hybride, Une éthique de la reconstruction et de l’amélioration du corps humain en chirurgie, 2016. Isabelle GUILLAUME, Aymeric LANDOT, Irène LE ROY LADURIE et Tristan MARTINE,Les langages du corps dans la bande dessinée, 2015. Sylvain FEREZ,La corporation critique, 2015. SALOME et le Dr Christophe CHAPEROT,Salomé et son psychiatre, 2015. Anaïs BERNARD,Immersivité de l’art, Interactions, Imsertions, Hybridations, 2015.
Sous la direction de Nicolas Burel CORPS ET METHODOLOGIES Corps vivant, corps vécu, corps décrit
© L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 ParisKWWSZZZKDUPDWWDQIU GLIIXVLRQKDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU ,6%1   ($1  
À la mémoire de Claire Hollenstein
PRÉFACE
L’ÉMERSION DU CORPS VIVANT DANS LA CONSCIENCE UNE ÉCOLOGISATION DU CORPS
 %HUQDUG $1'5,(8 HISTORIQUE (Q  MH SXEOLDLV OD YHUVLRQ GH PD SUHPLqUH WKqVH GH SKLORVRSKLH TXH M¶DYDLV DUUrWpH SRXU IDLUH FHOOH VXULa neurophilosophie $QGULHX   VRXV OH WLWUHLe corps e dispersé. Une histoire du corps au XX siècle,TXH OHV DYDQW KLVWRLUHV GX FRUSV QH VRLHQW HQJDJpHV DYHF OH VXFFqV TXH O¶RQ VDLW WDQW HQ )UDQFH &RUELQ 9LJDUHOOR &RXUWLQH pGV TX¶DX[ eWDWV8QLV 1RXV DYRQV SX FRQIRUWHU OHV WUDYDX[ VXU O¶pSLVWpPRORJLH GX FRUSV HW VXU OH PRXYHPHQW GHV VDYRLUV DYHF GHX[ FROOHFWLRQV  IRUWH FKDFXQH G¶XQH WUHQWDLQH G¶RXYUDJHV HW OD UHYXH 3 LQWHUGLVFLSOLQDLUHCorpsQXPpURV HQFUpp HQ  DYHF VHV  GL[ DQV 1RV GRFWRUDQWV <DQQLFN 9DQSRXOOH DYHF O¶pQDFWLRQ HW 0DWWKLHX 4XLGX pG   DYHF OH FRUSV GX VDYDQW TXL SRXUVXLW FH TXH QRXV DYLRQV HQJDJp DYHF /HCorps du chercheur $QGULHX pG  RQW SX SRXUVXLYUH OH WUDYDLO GH FHWWH pSLVWpPRORJLH SHQGDQW TXH QRXV IRQGLRQV OHV SUpPLVVHV G¶XQH RQWRORJLH FRPPH PDWpULDOLVPH G\QDPLTXH $QGULHX   DYHF OH VRXWLHQ G¶$ODLQ %HUWKR] j O¶RFFDVLRQ GX FHQWHQDLUH 0DXULFH 0HUOHDX3RQW\ %HUWKR] $QGULHX  
 3KLORVRSKH GX FRUSV 3URIHVVHXU HQ 67$36 j O¶8QLYHUVLWp 5HQp 'HVFDUWHV 6RUERQQH 3DULV &LWp &KHUFKHXU DX 7(& 7HFKQLTXHV HW (QMHX[ GX &RUSV ± ($    KWWSZZZOFGSXIUFROOHFWLRQVHSLVWPRORJLHGXFRUSV  KWWSZZZFDLUQLQIRUHYXHFRUSVKWP

GDQV FH TXH QRXV DYRQV DSSHOpLe monde corporel $QGULHX   &HCorps du monde $QGULHX %RsWVFK pGV  UpYqOH OHV UpSRQVHV GHV FXOWXUHV FRUSRUHOOHV IDFH j GHV PLOLHX[ GLIIpUHQWV &RQWUH OD QHXURSKLORVRSKLH $QGULHX   LO QH FRQYHQDLW SDV GH UHIXVHU OD UHODWLRQ DYHF OHV QHXURVFLHQFHV PDLV GH OD UHSHQVHU j SDUWLU GH OD SODVWLFLWp HW GH O¶pFRORJLVDWLRQ GX FHUYHDX YLYDQW DYHF OH PRQGH /D QDWXUDOLVDWLRQ GH O¶KRPPH $QGULHX  TXL GHYDLW DQQRQFHU OD ILQ GHV 6FLHQFHV KXPDLQHV SRXYDLW rWUH FRPSULVH FRPPH XQ UpGXFWLRQQLVPH pOLPLQDWLYLVWH /¶LQWHUSUpWDWLRQ GHV JqQHV $QGULHX  UHVWH HQFRUH XQ H[HPSOH GH FRQIXVLRQ GHV VDYRLUV VL OH GpWHUPLQLVPH JpQpWLTXH UHPSODoDLW OD GpWHUPLQDWLRQ LQWHUDFWLYH GX JqQH DYHF VRQ HQYLURQQHPHQW 0DLV GXUDQW FHWWH YLQJWDLQH G¶DQQpHV DYDQW OD IRQGDWLRQ GH O¶pPHUVLRORJLH DYHF QRV GRFWRUDQWV $QDwV %HUQDUG 1LFRODV %XUHO HW $OLQH 3DLQWHQGUH QRXV DYRQV GpYHORSSp XQH PpWKRGH pSLVWpPRORJLTXH GX FRUSV YLYDQW HW SOXV VHXOHPHQW G¶XQH PpWKRGH G¶pSLVWpPRORJLH GX FRUSV j WUDYHUV OHV WHUUDLQV GHV DUWV LPPHUVLIV %HUQDUG $QGULHX pGV   GH OD FRPPXQLFDWLRQ GX FRUSV YLYDQW $QGULHX %XUHO   GH OD VDQWp .OHLQ pG  3DUD\UH .OHLQ pGV   GHV VFLHQFHV GX VSRUW 4XLGX pGV   GHV SUpPDWXUpV $QGULHX E HW GX FRUSV SRXU HQVHLJQHU $QGULHX %XUHO 3DLQWHQGUH pGV   (Q WUDGXLVDQW DYHF &KULVWLQH /DIRQ )UDQoRLV )pOL[ HW SXEOLDQW DYHF OH VRXWLHQ GHV $UFKLYHV 3RLQFDUp FHOOH GLULJpH SDU *HUKDUG +HLQ]PDQQ O¶DXWRFpUpEURVFRSLH G¶+HUEHUW )HLJO )HLJO   $QGULHX pG   OHV LQpGLWV VXUQuel physicalisme ?  $QGULHX )pOL[ pGV  GH 5XGROI &DUQDS  HW OD WKqVH GH .DUO 3RSSHU   QRV WUDYDX[ VXU OH FHUYHDX SV\FKRORJLTXH QRXV RQW SHUPLV GH GpFRXYULU OH UHWDUG GH OD FRQVFLHQFH VXU O¶DFWLYLWp GH VRQ FHUYHDX YLYDQW $LQVL O¶DFWLYLWp GX FRUSV YLYDQW SUpFqGH OD FRQQDLVVDQFH TXH OH VXMHW FRQVFLHQW SHXW HQ DYRLU 'H OD VRUWH OD FRQQDLVVDQFH GH VRQ FRUSV FRQVWLWXpH SDU OD FRQVFLHQFH SKpQRPpQRORJLTXH HW SV\FKRORJLTXH HVW VHFRQGH SDU UDSSRUW j OD SURGXFWLRQ GHV LQIRUPDWLRQV GDQV OD WHPSRUDOLWp GHV FRUSV YLYDQW

(VWFH VL LPSRUWDQW G¶rWUH HQ UHWDUG VXU VRQ FRUSV YLYDQW " 4XH QRWUH FHUYHDX VRLW WRXMRXUV HQ DYDQFH VXU QRWUH FRQVFLHQFH HVWFH VL JrQDQW SXLVTXH QRWUH FRQVFLHQFH QH SHXW HQ DYRLU FRQVFLHQFH " 3RXUWDQW O¶LQFRQVFLHQW FRUSRUHO SV\FKLTXH HW FpUpEUDO *DXFKHW  VXUJLW GDQV OD FRQVFLHQFH TXL UpDJLW SDU OH UHIRXOHPHQW HW OH FRQWU{OH UHSUpVHQWDWLRQQHO )RFDOLVp VXU OH FRUSV YpFX SDU O¶pGXFDWLRQ FRUSRUHOOH SDV WRXMRXUV VRPDWLTXH +DQQDK RX VRPDHVWKpWLTXH 6KXVWHUPDQ  QRXV DYRQV SHUGX OH FRQWDFW DYHF OD SURIRQGHXU GH QRWUH FRUSV SRXU QRXV SURMHWHU VXU VD VXUIDFH GHUPRVRFLDOH j WUDYHUV OH PDVTXH GX YLVDJH OD PRGH pSKpPqUH GXselfie HW DXWUH FRORUDWLRQ GX EURQ]DJH $QGULHX