//img.uscri.be/pth/e9959f7c52f9a76f5ebdf42b788cd5c64b618da4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Corps et psyché

De
226 pages
L'idée reçue que l'âme réside dans le cerveau laisse entier le problème de savoir comment, sous quelle forme, et quel rapport elle entretient avec son hôte. Reposant sur une conceptualisation matérialiste exclusive du monde, cette démarche objectiviste ouvre sur la perspective futuriste d'un corps augmenté. Sur ce thème, l'auteur propose neuf essais.
Voir plus Voir moins
ÉDOUARD DE PERROT
CORPS ET PSYCHÉ ou les illusions du corps augmenté
Préface de Michel Cornu
CORPS ET PSYCHÉ ou les illusions du corps augmenté
Le Corps en question Collection dirigée par Florence Braunstein “Le corps en question” aborde le problème du corps dans les sciences humaines aussi bien dans les domaines de la philosophie, de la littérature, de l’art ou de l’histoire et de l’anthropologie. Il n’y a pas de limites pour envisager le sujet dans le temps ou l’espace. C’est “un corps ouvert” à toutes les problématiques mais la collection privilégie les sujets de recherche originaux rarement abordés, les auteurs, les époques n’ayant pas fait l’objet de réflexion sur le corps. Les ouvrages de la collection ne répondent pas à d’autres exigences que celles de la grande qualité.Dernières parutions Bernard ROBINSON,Corps et psychomotricité, 2014. Stéphane HEAS,A corps majeurs. L’excellence corporelle entre expression et gestion de soi, 2012. Bertrand LANCON, Marie-Hélène DELAVAUD-ROUX, Anthropologie, mythologies et histoire de la chevelure et de la pilosité, 2011. Stéphane HEAS, Laurent MISERY (dir.),Variations sur la peau. Tome 2. B. GALINON-MELENEC, F. MARTIN-JUCHAT,Le corps communicant. Stéphane HEAS, Laurent MISERY (dir.),Variations sur la peau. Céline ROUX,Danse(s) performative(s). Stéphane HEAS, Yannick Le HENAFF,Tatouages et cicatrices. Sylvain FEREZ,Le corps déstabilisé. Colette JUILLIARD,Les odalisques de J.-A.-D. Ingres. Florence BRAUNSTEIN,Age des héros, âge des guerriers. Dominique PAQUET,La dimension olfactive dans le théâtre contemporain. Lina FRANCO,Georges Bataille. Le corps fictionnel. Jean-François PEPIN,Aspects du corps dans l’œuvre de Romain Gary. Société française de Sophrologie,Sophrologie face aux difficultés de la vie.
Édouard de Perrot
CORPS ET PSYCHÉ ou les illusions du corps augmenté
Préface de Michel Cornu
Du même auteur La supervision de la psychothérapie.Paris, Masson, 2002, Ouverture psy. (en collaboration avec P.-B. Schneider, C. Rozmuski-Dreyfuss et M. Stauffacher.) Psychiatrie et psychothérapie. Une approche psychanalytique. Bruxelles, De Boeck, 2004. (en collaboration avec M. Weyeneth.) La psychothérapie de soutien. Une perspective psychanalytique. Bruxelles, De Boeck, 2006. Collection Carrefour des psychothérapies. Abrégé de psychologie buissonnière. Entre neuroscience cognitive et psychanalyse: quelle coexistence possible ?Bruxelles, de Boeck, 2007. Collection « Oxalis ». Cent milliards de neurones en quête d’auteur. Aux origines de la pensée.Paris, L’Harmattan, 2010. Collection « Psychanalyse et civilisations ». Je t’aime. Poésies.Vevey. Éditions de l’Aire. 2003 Illustration en page de titre : La lampe,bois gravé de l’auteur © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03512-3 EAN : 9782343035123
à Nicole
PRÉFACE« Quandtout le monde se laisse entrainer, sans réfléchir, par ce que les autres font et croient, ceux qui pensent se retrouvent à découvert, car leur refus de se joindre aux autres est patent et devient alors une sorte d’action. » Hannah Arendt « La tendance universelle à la domination se dirige contre la pensée en tant que telle. La pensée est bonheur là où elle détermine le malheur : c’est-à-dire en le prononçant. […] Qui n’accepte pas d’être atrophié, n’est pas résigné. » Adorno Qui veut bien garder les yeux ouverts ne peut que voir une société se précipitant à grande vitesse dans un mur. Totalement dominée par la finance, l’économie, qui ne connaît plus pour seules valeurs que l’égoïsme et le profit, détruit systématiquement nature, tissu social, individu. Le virtuel se substitue au réel, les lieux du consumérisme sont devenus les lieux de communion. Prométhée déchaîné produit l’hybris d’une technique et d’une science dont la volonté de domination de la nature et de l’humain ne connaît plus de limites. Il n’y a même plus de place pour l’absurde puisque le non-sens suppose que l’on puisse encore se poser la question du sens. Face à un tel constat, grande est la tentation d’une résignation morose, d’une nostalgie confortable, d’un conformisme accommodant ou encore d’une fuite en avant aveugle. Dans de telles conditions, l’acte de penser devient acte de résistance, de courage et de liberté. C’est dans un tel registre de pensée que se situe le dernier ouvrage d’Édouard de Perrot.
9