//img.uscri.be/pth/e8fd8dc224f246abcd0a360c490289beb48a51be
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Corps vulnérables

De
274 pages
Selon quels critères considère-t-on qu'un corps est exposé à la blessure ou à la destruction, objet possible ou probable de maltraitance ou de négligence ? Pourquoi et à partir de quels éléments une personne est-elle considérée comme devant être secourue, protégée ou encore pleurée ? Ce numéro montre que les vulnérabilités sont à la fois le fruit et la source des structures hiérarchiques de la société et propose une réflexion sur l'utilité de la notion de vulnérabilité pour le féminisme.
Voir plus Voir moins


Cahiers
Corps vulnérables du Coordonné par
Genre Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
Coordonné par Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
Selon quels critères considère-t-on qu’un corps est exposé à la blessure ou à
la destruction, objet possible ou probable de maltraitance ou de négligence ?
Pourquoi et à partir de quels éléments une personne est-elle considérée comme
devant être secourue, protégée ou encore pleurée ? Quelles sont les normes Corps politiques, éthiques, psychologiques et sociales mobilisées, les argumentations
déployées, les représentations projetées, les agencements matériels qui
constituent un corps en entité vulnérable ? Transdisciplinaire et transculturel,
ce numéro montre que les vulnérabilités sont à la fois le fruit et la source des
structures hiérarchiques de la société, et propose une réfexion sur l’utilité de la vulnérables
notion de vulnérabilité pour le féminisme.
Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese – Féminisme et vulnérabilité (Introduction)
Marine Bretin-Chabrol – Du lait de la nourrice aux alimenta du père nourricier :
des liens fragiles dans la Rome impériale
Penelope Deutscher – Reproduction précaire
Claude Calame – Chanter les vulnérabilités : des poèmes de Sappho au rap
bernois, du modèle choral au paradigme néolibéral
Stéphanie Daniel-Genc – Femmes au combat : cessent-elles d’être une catégorie
vulnérable ?
Sandra Bornand – Faire reconnaître sa vulnérabilité : quand les épouses zarma
(Niger) quittent le foyer conjugal
Alyson Cole – Verbicide. D’une vulnérabilité qui n’ose dire son nom
Laurie Laufer – Éclats de mots : pouvoir de la parole et vulnérabilité
Hors-champ
Natacha Borgeaud-Garciandía – Trajectoires de vie et rapports de domination.
Des travailleuses migrantes à Buenos Aires
Notes de lecture ISSN : 1165-3558
ISBN : 978-2-343-06122-1
58 24,50 €
2015
Cahiers du Genre
58 / 2015
Cahiers du Genre
Corps vulnérablesDirectrice de publication
Pascale Molinier
Secrétaire de rédaction
Danièle Senotier
Comité de lecture
Madeleine Akrich, Hourya Bentouhami, Sandra Boehringer, José Calderón,
Maxime Cervulle, Danielle Chabaud-Rychter, Sandrine Dauphin,
Anne-Marie Devreux (directrice de 2007 à 2013), Jules Falquet,
Estelle Ferrarese, Maxime Forest, Fanny Gallot, Nacira Guénif-Souilamas,
Jacqueline Heinen (directrice de 1997 à 2008), Danièle Kergoat,
Éléonore Lépinard, Marylène Lieber, Ilana Löwy, Hélène Yvonne Meynaud,
Delphine Naudier, Roland Pfefferkorn, Wilfried Rault, Fatiha Talahite,
Priscille Touraille, Josette Trat, Pierre Tripier, Eleni Varikas
Bureau du Comité de lecture
Isabelle Clair, Virginie Descoutures, Dominique Fougeyrollas-Schwebel,
Helena Hirata, Pascale Molinier, Danièle Senotier
Responsable des notes de lecture
Virginie Descoutures
Comité scientifique
Christian Baudelot, Alain Bihr, Christophe Dejours,
Annie Fouquet, Geneviève Fraisse,
Maurice Godelier, Monique Haicault, Françoise Héritier,
Jean-Claude Kaufmann, Christiane Klapisch-Zuber,
Nicole-Claude Mathieu, Michelle Perrot, Serge Volkoff
Correspondant·e·s à l’étranger
Carme Alemany Gómez (Espagne), Boel Berner (Suède),
Paola Cappellin-Giuliani (Brésil),
Cynthia Cockburn (Grande-Bretagne), Alisa Del Re (Italie),
Virgínia Ferreira (Portugal), Ute Gerhard (Allemagne),
Jane Jenson (Canada), Diane Lamoureux (Canada)
Sara Lara (Mexique), Bérengère Marques-Pereira (Belgique),
Andjelka Milic (Serbie), Machiko Osawa (Japon),
Renata Siemienska (Pologne), Birte Siim (Danemark),
Fatou Sow (Sénégal), Angelo Soares (Canada),
Diane Tremblay (Canada), Louise Vandelac (Canada),
Katia Vladimirova (Bulgarie)
Abonnements et ventes
Voir conditions à la rubrique « Abonnements » en fin de volume
© L’Harmattan, 2015
5, rue de l’École Polytechnique, 75005 Paris
ISBN : 978-2-343-06122-1
EAN : 9782343061221
ISSN : 1165-3558
Couverture. Auteur inconnu : Cristina Gajoni et Anna Magnani
dans le film Nella città l’inferno (1959), de Renato Castellani
http://cahiers_du_genre.pouchet.cnrs.fr/
http://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre.htm Cahiers du Genre, n° 58/2015
Sommaire
Dossier Corps vulnérables
5 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
Féminisme et vulnérabilité (Introduction)
21 Marine Bretin-Chabrol
Du lait de la nourrice aux alimenta du père nourricier : des liens
fragiles dans la Rome impériale
41 Penelope Deutscher
Reproduction précaire
69 Claude Calame
Chanter les vulnérabilités : des poèmes de Sappho au rap bernois,
du modèle choral au paradigme néolibéral
93 Stéphanie Daniel-Genc
Femmes au combat : cessent-elles d’être une catégorie vulnérable ?
113 Sandra Bornand
Faire reconnaître sa vulnérabilité : quand les épouses zarma (Niger)
quittent le foyer conjugal
135 Alyson Cole
Verbicide. D’une vulnérabilité qui n’ose dire son nom
163 Laurie Laufer
Éclats de mots : pouvoir de la parole et vulnérabilité
Hors-champ
181 Natacha Borgeaud-Garciandía
Trajectoires de vie et rapports de domination. Des travailleuses
migrantes à Buenos Aires Cahiers du Genre, n° 58/2015
205 Notes de lecture
— Anaïs Bohuon. Le test de féminité dans les compétitions
sportives : une histoire classée X ? (Joëlle Wiels) — Sonia
DayanHerzbrun et Tassadit Yacine (eds). « Dire les homosexualités
d’une rive à l’autre de la Méditerranée ». Tumultes (Mira Younes)
— Arnaud Alessandrin et Yves Raibaud (eds). Géographie des
homophobies (Lionel Rougé) — Catherine Achin et Laure Bereni
(eds). Dictionnaire Genre & science politique. Concepts, objets,
problèmes (Janine Mossuz-Lavau) — Tania Angeloff et Marylène
eLieber (eds). Chinoises au XXI siècle. Ruptures et continuités
(Gwendoline Debéthune) — Leonore Davidoff et Catherine Hall.
Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise,
1780-1850 (Anne Jusseaume) — Lilian Mathieu. La fin du tapin.
Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution
(Michèle Greer) — Anne Monjaret et Catherine Pugeault (eds).
Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques
(Isabelle Clair) — Sabrina Sinigaglia-Amadio (ed). Enfance et
genre. De la construction sociale des rapports de genre et ses
conséquences (Charlotte Debest) — Florence Weber, Loïc Trabut
et Solène Billaud (eds). Le salaire de la confiance. L’aide à
domicile aujourd’hui (Paloma Moré) — Edmée Ollagnier.
Femmes et défis pour la formation des adultes. Un regard
critique non conformiste (Jacqueline Heinen)
249 Abstracts
253 Resúmenes
257 Auteur·e·s
261 Les Cahiers du Genre ont reçuCahiers du Genre, n° 58/2015
Féminisme et vulnérabilité
Introduction
Qu’est-ce qu’un corps vulnérable ? Selon quels critères
considère-t-on qu’un corps est exposé à la blessure ou à la
destruction, objet possible ou probable de maltraitance ou de
négligence ? Pourquoi et à partir de quels éléments une personne
est-elle considérée comme devant être secourue, protégée ou
encore pleurée ? Quelles sont les normes politiques, éthiques,
psychologiques et sociales mobilisées, les argumentations
déployées, les représentations projetées, les agencements
matériels qui constituent un corps en entité vulnérable ?
Le dialogue entre la sociologie, la philosophie, l’histoire, la
science politique, la psychanalyse et l’anthropologie que tisse ce
numéro des Cahiers du Genre porte sur la manière dont le
caractère de vulnérabilité est construit et prêté, au sein d’une
société spécifique, à certains corps, et moins, ou pas à d’autres.
De manière à la fois collective et interdisciplinaire, nous
analysons les processus par lesquels les groupes et les individus
définissent le corps et ses limites, et sur cette base catégorisent
les chairs et les personnes. Elle passe par des comparaisons
transculturelles que permettent l’histoire ancienne et les
recherches anthropologiques, par l’enquête conceptuelle et par
l’analyse discursive.
La vulnérabilité, dans les sept études développées dans le cadre
de cette réflexion, désigne l’exposition du corps, sa
perpétuation ou son intégrité à une menace exogène et humaine — à
l’exclusion de la maladie, de l’accident et de l’ensemble des 6 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
processus inhérents à la maturation ou à la dégénérescence des
structures organiques. La vulnérabilité définit alors aussi, en
creux, ce qu’une société considère comme étant un corps intègre.
Le recours à l’idée de vulnérabilité ainsi découpée suppose
une évaluation morale : la vulnérabilité n’apparaît qu’en tant
qu’elle entraîne un horizon d’obligations (remplies ou non, mais
perçues par certain·e·s, et en tout cas par celui/celle qui use du
vocable), de raisonnements normatifs et d’ordonnancements et
discours politiques. Elle appelle une forme d’action, de protection
— une injonction qui peut être adressée aux institutions, à un
groupe particulier, au système juridique, à tout un chacun. Enfin
elle peut s’accompagner d’un blâme à l’endroit de celui qui tire
profit de la fragilité ainsi composée.
Dans les sociétés contemporaines, le droit désigne des catégories
de personnes vulnérables définies par leur faiblesse physique
supposée, mais aussi par une capacité douteuse ou chancelante à
consentir (selon la loi française est vulnérable celui ou celle
dont le consentement est inaudible, improbable ou irrecevable,
par exemple parce qu’il est mineur ou handicapé). Les sciences
sociales participent elles aussi à une production de l’obligation
morale et à la distribution inégale de la vulnérabilité, notamment
en fabriquant la notion de risque, en redéfinissant la
vulnérabilité comme une zone de susceptibilités aux causes multiples, en
l’arraisonnant à une logique du cumul des handicaps sociaux
(ce qu’illustrent par exemple autant la sociologie de la pauvreté
et de la précarité [Castel 1991 ; Paugam 1991] que les recherches
sur les violences policières [Holmes, Smith 2008]).
La comparaison transculturelle des sociétés (Calame 2002)
s’avère fructueuse et c’est une originalité de ce numéro que
d’intégrer deux articles consacrés, respectivement, à la Grèce et
à la Rome antiques. Les sociétés antiques, qu’elles soient grecques
ou romaines, ne disposaient pas d’un appareil de lois destiné à
baliser l’ensemble des comportements individuels ou dessinant
1une morale publique . Ce que montrent, en revanche, les
discours prononcés lors de procès en Grèce classique est, situation
après situation, l’extrême attention portée à la protection du corps

1 Voir, pour la Grèce ancienne, Foucault (1984) et Winkler (2005 [1990]) et,
pour Rome, Edwards (1993) et Williams (1999). Féminisme et vulnérabilité (Introduction) 7
du citoyen, alors même que, selon les critères contemporains,
celui-ci relèverait de la catégorie la moins vulnérable. Prenons
l’exemple de la violence sexuelle : en Grèce, l’agression sexuelle
sur une personne libre relève d’une même catégorie d’actes qu’une
agression physique voire d’une injure ou d’une humiliation
publique (hubrizein) ; elle peut être infime ou très grave,
indépendamment du type d’hubris (Omitowoju 2002). En Grèce
comme à Rome, seule une petite partie de la société est protégée
légalement d’une atteinte physique ou verbale, et l’acte violent
(bia, en grec) ou le tort commis (iniuria, en latin) est perçu
davantage comme une atteinte à l’honneur de l’individu si c’est
un homme de condition libre, une atteinte envers le mari, si c’est
une épouse libre, et envers la famille si c’est un enfant libre.
Quant au corps servile, la question de sa vulnérabilité ne se pose
pas : les atteintes portées à un·e esclave sont un préjudice fait au
maître de l’esclave ou, simplement, si la personne en est
propriétaire, un acte autorisé et sans suite (Deacy, Pierce 1997). Le
genre était donc un critère moins déterminant que celui du statut
social et il ne faisait sens que dans la catégorie des individus libres.
De même, la sexualité n’avait pas les implications sociales ni les
2fonctions identitaires que celles qu’on lui attribue aujourd’hui ,
et la violence sexuelle n’était pas perçue comme un type de
violence spécifique. La vulnérabilité, on le constate, est une
notion étroitement liée à la question politique de l’appartenance
à un corps social.
Les évaluations morales, dans chaque société, opèrent un
partage entre exposition acceptable au monde et insupportable
disponibilité à l’arbitraire d’autrui (ou, au contraire, à la contingence).
Elles arrachent certains événements redoutés au domaine du
sort et les reformulent comme des injustices socialement
produites et politiquement ou intersubjectivement corrigibles. Elles
portent également aujourd’hui, de façon fort originale si on les
compare à des sociétés du passé, sur une intégrité psychique,
considérée tout autant disponible à l’atteinte et à la blessure que
l’intégrité physique, posant l’évidence d’une transitivité des

2 Foucault (1984), Halperin et al. (1990), Halperin (2000 [1990]). Sur le
système de genre antique, voir, entre autres, Boehringer (2012), Hubbard (2014)
et Masterson et al. (2014). 8 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
vulnérabilités et de leur renforcement mutuel, qui influe sur
l’ordre des attentes normatives. La vulnérabilité corporelle
s’entend aujourd’hui rarement seule, elle a pour miroir la
représentation d’une psychê destructible ou mutilable. Porter atteinte à
l’un est menacer l’autre, tandis que les ordonnancements moraux
sont des constructions fragiles qui visent à protéger les deux en
un, le physique des blessures corporelles, et la personne des
blessures intimes ou symboliques.
Enfin la vulnérabilité, et c’est tout le sujet qui nous occupe
dans ce numéro, agence et justifie un régime normatif qui la
dépasse ; en décrivant certains corps, mais pas d’autres, comme
étant sous la menace d’une effraction, en définissant ‘ce qu’est’
un corps (ses éléments, ses aspects intimes ou publics, son
apparence), et en énonçant les règles morales qui définissent les
infractions, les atteintes au corps, la notion de vulnérabilité est
profondément liée aux problématiques du genre.
Le genre de la vulnérabilité
Dans ce numéro, nous défendons l’idée selon laquelle la
vulnérabilité n’existe qu’en situation. Les institutions humaines
protègent toujours, dans leur agencement même des circonstances,
certains individus, et en exposent d’autres à différentes formes
d’événements et de torts. Toute vie, toute capacité d’agir est
susceptible d’être exploitée, trahie ou actualisée dans les guerres,
les politiques d’immigration, ou la rareté des rampes d’accès
aux bâtiments publics, par exemple — mais cette susceptibilité
croise des lignes de domination au tout premier rang desquelles
se trouve le genre.
Aujourd’hui, les corps vulnérables, qu’ils soient envisagés par
leur exposition à l’effraction ou à d’autres atteintes, sont des corps
d’abord et avant tout naturalisés et sexués. D’un côté, dans un
monde rationalisé et tendu par la finalité de la domination, toute
manifestation de la ‘nature’, comme l’ont écrit Adorno et
Horkheimer, apparaît comme défaut et privation ; cette marque
humiliante appelle à la maîtrise, y compris quand elle se
manifeste dans le corps lui-même. La dialectique de la raison décrit
la vulnérabilité dans son organisation genrée : Féminisme et vulnérabilité (Introduction) 9
La femme était plus petite et plus faible, il y avait entre elle et
l’homme une différence qu’elle ne pouvait surmonter, une
différence imposée par la nature, la chose la plus humiliante et
la plus dégradante que l’on pût imaginer dans une société virile.
Pour ceux qui considèrent que la domination de la nature est le
véritable objectif, l’infériorité biologique reste une marque
indélébile, la faiblesse imprimée par la nature, la cicatrice qui
invite à la violence (Horkheimer, Adorno 1974 [1947], p. 271).
D’un autre côté, l’imputation genrée de vulnérabilité se
manifeste en Occident par une attention particulière aux états, pensés
comme biologiques, du corps des femmes. Le corps enceint, par
exemple, permet, dans le droit français, d’attribuer des
circonstances aggravantes à ceux qui lui portent atteinte. Ce corps
enceint est également pris en charge par de multiples règles de
savoir-vivre, et devient le lieu d’un déploiement biopolitique sans
équivalent. L’article de Marine Bretin-Chabrol, sur les liens
nourriciers dans la Rome antique, permet de mesurer l’écart
anthropologique : les normes qui encadrent la pratique du
recours à une nourrice ne dessinent aucunement le corps d’une
femme qui allaite comme plus vulnérable sur le plan physique
ou affectif — alors même que ses conditions de travail,
rémunéré ou servile, la placent dans une précarité multiple
(personnelle, économique). Dans les représentations romaines,
cette précarité s’accompagne paradoxalement — selon le point
de vue contemporain — d’un prestige plus grand accordé à la
nourrice qu’à son époux, pourtant agent de soin également. Plus
tard, sous l’Empire romain, le lien nourricier, lien de fait,
subordonné ou opposé au lien de filiation légitime avec un père,
est partiellement et progressivement reconnu comme créateur
de droits pour les éducateurs (homme ou femme) de l’enfant.
Le corps féminin, auquel est prêtée aujourd’hui une
vulnérabilité, étaie aussi des discours sur un autre type de vulnérabilité,
une vulnérabilité dérivée, seconde. Si le corps faible des femmes
a fréquemment servi à expliquer une psychê inaboutie, dénuée
3de talents ou amorale , il est aussi, dans son assujettissement à
l’enfantement, le lieu de multiples injonctions. Penelope Deutscher,
dans sa contribution « Reproduction précaire », montre que la

3 Cf. par exemple Weininger (1975 [1903]). 10 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
grossesse et l’engendrement sont les ressorts de la
subjectivation morale des femmes. Les femmes ne deviennent des sujets
moraux, elles ne sont reconnues en tant que tels que pour autant
qu’elles se soumettent à des injonctions de gravité et de mesure
dans la délibération et la décision lorsque la possibilité de la
maternité apparaît.
Une obligation et des attentes similaires pesant sur les corps
des femmes sont chantées et dénoncées par la rappeuse bernoise
Steff la Cheffe, figure étudiée dans ce numéro par Claude
eCalame en comparaison avec la poétesse grecque du VI siècle
4avant notre ère, Sappho. Cette approche ethnopoétique sensible
aux modalités énonciatives montre deux constructions
performatives du corps féminin par le chant à la première personne.
Ce sont des constructions formellement proches mais
anthropologiquement éloignées : chez Sappho apparaît un corps de femme
victime d’une force extérieure non maîtrisable, celle d’érôs ;
c’est en revanche un corps féminin soumis à une logique de
5consommation néolibérale que donne à voir Steff la Cheffe .
Selon les mêmes logiques contemporaines, puisque les femmes
sont considérées comme plus vulnérables, les populations
désignées comme vulnérables tendent à être féminisées. À ces groupes
sont associés les stigmates de l’absence de rationalité, de la
réponse incohérente et inutile, voire de la passivité et de l’attente
résignée du péril redouté. Comment dans cette construction
signifiante et féminisée des corps vulnérables penser les femmes
à la guerre ? Comment définir la fonction et le rôle des femmes
à l’armée dans un contexte où les populations vulnérables à
défendre sont, pour l’institution militaire, les femmes, les
personnes âgées et les enfants ? L’étude de Stéphanie Daniel-Genc,
dans son analyse de la notion de vulnérabilité définie par le
droit des conflits, relève un paradoxe : on attribue aux femmes
militaires des qualités propres de care dans les conflits armés,

4 L’ethnopoétique propose une démarche d’ordre anthropologique et
transdisciplinaire : c’est l’étude de la pratique poétique en tant que performance dans
différentes sociétés et à différentes époques. Voir l’introduction de Florence
Dupont et, pour l’Antiquité, l’article de Claude Calame dans Calame et al. (2010).
5 Il est possible de visionner certains clips de Steff la Cheffe sur la plateforme
de partage de vidéos You Tube, notamment Annabelle :
https://www.youtube.com/watch?v=36oMNe8nPGs Féminisme et vulnérabilité (Introduction) 11
mais c’est sur l’argument des « caractéristiques naturelles » que
l’on considère les femmes des populations civiles à protéger
comme étant plus vulnérables que les hommes de ces mêmes
populations.
Pourtant, à bien y regarder, la juxtaposition hommes/femmes
corps invulnérables/corps vulnérables est moins évidente qu’il
n’y paraît, et il y a encore des vulnérabilités qui, bien
qu’affectant les femmes, ne comptent pas comme telles. Les systèmes
de protection sociale, ainsi, sont nés en Europe comme autant de
réponses à des risques inhérents au travail, envisagés de manière
très masculine, comme des dangers que le corps prolétaire (viril)
rencontre dans sa confrontation avec la machine. Voilà donc un
souci politique pour une vulnérabilité corporelle dont les femmes
n’ont pendant longtemps pas bénéficié. Enfin, même visibles,
toutes les vulnérabilités ne se valent pas, il faut encore « tenir
compte du fait que la vulnérabilité d’un cadre d’entreprise n’est
pas la même que celle d’une réfugiée tchétchène », que « le
suicide du premier fera toujours plus de bruit que le malheur de
6la seconde » . La supposée vulnérabilité féminine ne s’impose
donc à l’attention que lorsqu’elle ne dérange pas d’autres ordres
de priorité.
On peut encore observer que la distribution genrée de la
vulnérabilité résulte aussi de ce que les attentes normatives
ellesmêmes peuvent être inégalement distribuées. Certains groupes
portent ou activent des attentes quant à ce qui leur est dû,
amoindries, amputées, déformées ; l’ordre institutionnel organise
la disposition à certains types d’attentes, tandis que l’histoire
collective ou personnelle incite à en abandonner, ou à ne pas en
nourrir d’autres. Ainsi Veena Das a montré, avec son enquête sur
les femmes indiennes victimes de viols de masse à différentes
époques de la constitution de l’État indien, comment la violence
physique peut signifier la perte d’une relation au monde, y compris
dans les relations de face à face, un sentiment d’estrangement, et
comment elle est à l’origine du sentiment d’une extrême
contingence et vulnérabilité dans la poursuite des activités quotidiennes.
Selon Veena Das, face à l’expérience de la violence, l’ordinaire
se révèle comme étrange, plutôt que comme quelque chose

6 Molinier et al. « Introduction » (2010, p. 28). 12 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
ayant la qualité d’un monde évident dans lequel une confiance
peut être placée sans hésitation, et vis-à-vis duquel des attentes
morales peuvent être nourries (Das 2007). Si certaines femmes
ne sont pas ou plus en mesure de concevoir qu’elles peuvent
être l’objet d’obligations morales (et dans la mesure où pour
qu’une vulnérabilité se matérialise, il faut que des obligations
morales soient perçues, envisagées, par un bourreau potentiel,
par un témoin, et a minima par la possible victime), alors nous
nous trouvons ici devant un phénomène d’effacement d’une
vulnérabilité pourtant très féminine.
Il apparaît donc que les vulnérabilités des femmes sont à la fois
le fruit et la source des structures hiérarchiques de la société,
pour reprendre et détourner la définition du genre par Joan Scott
(1988, p. 25).
Vulnérabilité et théorie féministe
Ce à quoi ce numéro invite alors, c’est à une réflexion sur la
pertinence du concept de vulnérabilité pour le féminisme. Compte
tenu de sa lourde histoire, de son intrication avec l’ordre du
genre, se peut-il qu’il ne soit qu’un concept miné, inutilisable ?
Et le corrélat de son invocation n’est-il pas d’engager à une
protection paternaliste, qui viendrait des hommes, de l’État ou encore
des représentantes d’un féminisme privilégié et institutionnalisé ?
Or, si l’on se débarrasse du concept — et dans la mesure où la
vulnérabilité rend compte d’une vie ‘à la merci’ —, la logique
même de l’implacable enchaînement des événements et des
non-événements auxquels sont exposés les femmes, en termes
d’accès à l’éducation, d’accès à la santé, de pauvreté, etc., devient
invisible. Se trouverait gommé le fait que la susceptibilité d’un
événement négatif entraîne celle de l’autre. Sans l’idée de
vulnérabilité, il est difficile de rendre compte du fait que des
structures de protection très efficaces vis-à-vis d’une exposition
sont des mécanismes de production d’autres fragilités. Pour
prendre un exemple éclairant, un proxénète peut parfois constituer
une solution réelle à l’exposition à certains types de violence.
De même, l’enquête de terrain sur les femmes zarma du Niger
que Sandra Bornand expose dans ce numéro montre comment la
réponse à une vulnérabilité propre à la dimension virilocale du Féminisme et vulnérabilité (Introduction) 13
mariage (contraignant l’épouse à habiter dans la maison et avec
la famille de son époux) en suscite une autre, replaçant l’épouse
sous l’autorité de ses parents. La possibilité d’une « fugue » de
l’épouse mécontente, notamment lorsqu’elle est victime de
maltraitance, est énoncée dans les chants de femmes qui
rappellent aux unes et aux autres leurs droits et les conditions de
l’exercice de ce départ. Elle peut quitter son foyer, rentrer chez
ses parents et leur demander protection : ils reconnaissent sa
vulnérabilité en examinant ses doléances, éventuellement en
blâmant l’époux qui aurait profité de sa faiblesse, voire en
cherchant à obtenir réparation. Cependant, elle dépend d’eux dans la
reconnaissance même de cette vulnérabilité.
L’idée de vulnérabilité donne à voir comment la précarité au
travail, la fragilité du statut en termes de papiers et de droits,
l’exposition aux violences du partenaire ou d’un éphémère
protecteur, se renforcent les unes les autres, comment l’impuissance
face à un employeur et la dépendance vis-à-vis d’un conjoint se
permettent mutuellement. Il ne s’agit pas ici d’une logique
inexorable de facteurs sociaux, de handicaps chiffrés par les
experts. Il s’agit, très concrètement, de dilemmes très matériels
que certaines femmes doivent arbitrer, en « choisissant » entre
les événements néfastes devant lesquelles elles s’inclinent.
De même, en parlant du « cycle de la vulnérabilité socialement
provoquée et totalement asymétrique qu’entraîne le mariage »
pour les femmes, Susan Moller Okin, dans Justice, genre et
famille rendait compte de la manière dont la responsabilité
d’élever des enfants contribue à la construction de marchés du
travail qui désavantagent ces dernières, et l’inégalité des
rapports de force ainsi créée dans la sphère d’activité économique
vient à son tour renforcer, et exacerber, l’inégalité des rapports
de force au sein de la famille (Okin 1989, p. 138). La maternité et
l’écrasante responsabilité perçue vis-à-vis des enfants ferment
parfois l’option du départ, mais aussi désavantagent les femmes
dans les négociations au sein du foyer. Comme l’a mis en
évidence Eva Feder Kittay, la prise en charge de corps vulnérables
(enfants, personnes âgées, personnes handicapées de la famille,
etc.) est à l’origine, pour celles qui s’y trouvent assignées, d’une
« dépendance seconde », inhérente au fait que les intérêts des
un·e·s ne sont plus distinguables des intérêts des autres, que se 14 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
protéger soi-même revient à exposer celui ou celle dont on a la
charge (Kittay 1999).
Il paraît alors que la vulnérabilité ne peut être conçue qu’au
pluriel, et envisagée comme un système. La vulnérabilité
corporelle elle-même, loin d’être une vulnérabilité première,
toujoursdéjà là, est coproduite avec toutes les autres.
Il nous semble en outre que pour être utilisée par le féminisme,
l’idée de vulnérabilité doit l’être de manière à combattre deux
fausses idées. La première est que la vulnérabilité renverrait à
une prédisposition des populations à être affectées par un
événement préjudiciable externe, ou une incapacité de leur part à faire
face aux désastres qui pourraient survenir. Alyson Cole met ainsi
en évidence dans ces pages la manière dont la vulnérabilité,
associée à la catégorie de catalysation victimaire (« victim
precipitation »), a été employée par la criminologie américaine
dans les années 1930 et 1940, dans le but de mettre au jour ce
que les victimes ont en commun ; elle a servi à étayer la thèse
selon laquelle certains individus — certaines femmes — sont
destinés à, ou prédisposés à devenir des victimes, si bien que les
individus vulnérables se retrouvent de ce fait ‘co-auteurs’ du
crime, ou à tout le moins constituant avec le meurtrier un
‘couple pénal’. Le fantôme de l’idée d’une responsabilité de la
personne ‘vulnérable’ vis-à-vis de sa propre vulnérabilité plane
aujourd’hui encore dans les utilisations psychologiques ou
managériales de l’idée de coping, ou dans celle de résilience, définies
a contrario comme la capacité à éviter un tort éventuel, à le
supporter, ou à le compenser.
Le second problème est inhérent au fait que la vulnérabilité
apparaît au cœur d’un régime normatif où se distribue de la
puissance d’agir. Elle ne peut se matérialiser que face à une
puissance qui menace de s’exercer. Parler de vulnérabilité revient
à parler de la puissance d’un autre. Elle est le chiffre de
l’existence d’une puissance. Alors, c’est la puissance du corps dit
vulnérable (et du sujet dont il est le support) qui est mise en
doute, en même temps que la capacité du sujet à se défendre, ou
à consentir.
Dès lors qu’il est envisagé comme disponibilité infinie à la
destruction et au tort, le concept de vulnérabilité semble im-Féminisme et vulnérabilité (Introduction) 15
pliquer une absence de puissance d’agir de la part de celui/celle
qui se trouve dans une situation de vulnérabilité, ce qu’illustre
sans ambiguïté les représentations contemporaines du harcèlement
moral, où la victime est censée être anéantie par son bourreau,
au point d’être parfois déclarée désormais inapte à assumer ses
fonctions. C’est bien plutôt la conviction contraire qui est
nécessaire à un usage féministe de la notion. Comme l’analyse
Laurie Laufer dans sa contribution « Éclats de mots : pouvoir de
la parole et vulnérabilité », être exposé·e aux signifiants de
l’autre, par l’insulte, l’assignation ou la stigmatisation, destitue
le sujet, mais cette destitution permet une réappropriation
subjective. Les signifiants de l’ordre médical qui découpent et
catégorisent le corps d’une femme « nullipare », par exemple,
7produisent cet effet . La vulnérabilité linguistique porte en
ellemême les conditions d’une réponse subjectivante et l’action de
l’« autre secourable » (Freud), dans le cadre de la cure
psychanalytique, permet de régler ces jeux de vulnérabilités.
Il importe d’insister non seulement sur le fait que
l’exposition à la puissance d’autrui ne signifie pas impuissance propre,
mais encore sur l’idée qu’une grande part de nos capacités se
déploie contre, à partir d’une vulnérabilité. Paul Ricœur distingue
des ordres de vulnérabilités affectant la capacité à être autonome,
relatifs à la parole, à l’agir et à la capacité à se conformer à un
ordre symbolique. Esquissant quatre figures de la capacité, le
pouvoir dire, le pouvoir faire, le pouvoir raconter et
l’imputabilité (Ricœur 1997, p. 166 sq.), il dessine quatre formes de
vulnérabilité, et définit l’autonomie comme la tâche engendrée
par l’épreuve de la vulnérabilité. Elles se supposent donc
mutuellement.
Dans une perspective indéniablement plus féministe (et
même si c’est souvent de manière confuse), Judith Butler, à
l’époque d’Excitable Speech, considérait que la puissance d’agir
émerge d’une « vulnérabilité habilitante », l’adresse de l’autre
étant ce qui me constitue en tant que sujet. Nous venons à être
par le biais d’une dépendance à l’autre (Butler 2004 [1997],
p. 22).

7 Laurie Laufer développe sa réflexion à partir du roman de Jane Sautière,
Nullipare (2008). 16 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
La tâche d’une théorie féministe, et c’est ce que nous souhaitons
mettre en perspective dans ce numéro, nous paraît donc être de
penser ensemble vulnérabilité et puissance d’agir, exposition et
transformation sociale.
* *
*
Hors dossier, l’article de Natacha Borgeaud-Garciandía aborde
une forme concrète de vulnérabilité socialement construite, celle
de travailleuses émigrées du Pérou qui réalisent le travail de care
des personnes âgées en Argentine, à Buenos Aires. Toutefois,
comme le suggère le récit de vie d’Olga, fil conducteur de la
démonstration, celles-ci ne subissent pas seulement la condition
de travailleuse migrante précaire. « Ni banale, ni exceptionnelle »,
cette trajectoire montre qu’en dépit d’une évidente perte de
statut, les travailleuses peuvent s’inventer de nouveaux destins
qui n’étaient pas écrits préalablement à la migration.
Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
Références
Boehringer Sandra (2012). « Le genre et la sexualité. État des lieux et
perspectives dans le champ des études anciennes ». Lalies, n° 32.
Brown Wendy (1995). States of Injury: Power and Freedom in Late
Modernity. Princeton, Princeton University Press.
Butler Judith (2004 [1997]). Le pouvoir des mots : politique du
performatif. Paris, Éd. Amsterdam (trad. Charlotte Nordmann).
— (2005 [2004]). Vie précaire. Les pouvoirs du deuil et de la violence
après le 11 Septembre 2001. Paris, Éd. Amsterdam (trad. Jérôme
Rosanvallon et Jérôme Vidal).
— (2010 [2009]). Ce qui fait une vie : essai sur la violence, la guerre
et le deuil. Paris, Zones (trad. Joëlle Marelli).
Calame Claude (2002). « Interprétation et traduction des cultures. Les
catégories de la pensée et du discours anthropologique ». L’Homme,
n° 163.
Calame Claude, Dupont Florence, Lortat-Jacob Bernard, Manca Maria
(eds) (2010). La voix actée. Pour une nouvelle ethnopoétique.
Paris, Kimé. Féminisme et vulnérabilité (Introduction) 17
Castel Robert (1991). « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation.
Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle ». In Donzelot
Jacques (ed). Face à l’exclusion : le modèle français. Paris, Esprit.
Cavarero Adriana (2009). Horrorism. Naming Contemporary Violence.
New York, Columbia University Press.
Das Veena (2007). Life and Words. Violence and the Descent into the
Ordinary. Berkeley, University of California Press.
Das Veena, Kleinman Arthur, Ramphele Mamphela, Reynolds Pamela
(eds) (2000). Violence and Subjectivity. Berkeley, University of
California Press.
Deacy Susan, Pierce Karen F. (eds) (1997). Rape in Antiquity. Sexual
Violence in the Greek and Roman Worlds. London, Duckworth &
The Classical Press of Wales.
Edwards Catharine (1993). The Politic of Immorality in Ancient Rome.
Cambridge, Cambridge University Press.
Ferrarese Estelle (2009). « Vivre à la merci. Le care et les trois figures
de la vulnérabilité dans les théories politiques contemporaines ».
Multitudes, n° 37/38, automne.
— (2011). « Les vulnérables et le géomètre. Sur les usages du concept
de vulnérabilité dans les sciences sociales ». Raison publique,
n° 14, avril.
Foucault Michel (1976 et 1984). Histoire de la sexualité. 3 tomes.
Paris, Gallimard.
— (1997). Il faut défendre la société. Cours au Collège de France,
1975-1976. Paris, Gallimard & Seuil.
— (2004). Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de
France, 1977-1978. Paris, Gallimard & Seuil.
Fraser Nancy (2012). Le féminisme en mouvements : des années 1960
à l’ère néolibérale. Paris, La Découverte (trad. Estelle Ferrarese).
Gilligan Carole (2008 [1993]). Une voix différente : pour une éthique
du care. Paris, Flammarion (trad. Annick Kwiatek).
Goodin Robert E. (1985). Protecting the Vulnerable: A Reanalysis of
our Social Responsibilities. Chicago, University of Chicago Press.
Halperin David M. (2000 [1990]). Cent ans d’homosexualité et autres
essais sur l’amour grec. Paris, Epel (trad. Isabelle Châtelet).
Halperin David M., Winkler John J., Zeitlin Froma I. (eds) (1990).
Before Sexuality. The Construction of Erotic Experience in the
Ancient Greek World. Princeton, Princeton University Press.
Holmes Malcolm D., Smith Brad W. (2008). Race and Police Brutality:
Roots of an Urban Dilemma. Albany, SUNY Press.18 Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese
Horkheimer Max, Adorno Theodor W. (1974 [1947]). La dialectique
de la raison : fragments philosophiques. Paris, Gallimard (trad.
Éliane Kaufholz).
Hubbard Thomas K. (ed) (2014). A Companion to Greek and Roman
Sexualities. Malden, Mass., Wiley Blackwell.
Kittay Eva Feder (1999). Love’s Labor: Essays on Women, Equality,
and Dependency. New York, Routledge.
Le Blanc Guillaume (2007). Vies ordinaires, vies précaires. Paris,
Seuil.
Maillard Nathalie (2011). La vulnérabilité, une nouvelle catégorie
morale ? Genève, Labor et Fides.
Masterson Mark, Rabinowitz Nancy S., Robson James (eds) (2014).
Sex in Antiquity: Exploring Gender and Sexuality in the Ancient
World. New York, Routledge.
Molinier Pascale, Laugier Sandra, Paperman Patricia (eds) (2010).
Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité,
responsabilité. Paris, Payot.
Nussbaum Martha C. (1986). The Fragility of Goodness: Luck and
Ethics in Greek Tragedy and Philosophy. Cambridge & New
York, Cambridge University Press.
— (2008 [2000]). Femmes et développement humain : l’approche des
capabilités. Paris, Des femmes (trad. Camille Chaplain).
Okin Susan Moller (1989). Justice, Gender, and the Family. New
York, Basic Books [trad. Ludivine Thiaw-Po-Une (2008). Justice,
genre et famille. Paris, Flammarion].
Omitowoju Rosanna (2002). Rape and the Politics of Consent in
Classical Athens. Cambridge & New York, Cambridge University
Press.
Paperman Patricia, Laugier Sandra (eds) (2006). Le souci des autres.
Éthique et politique du care. Paris, Éd. de l’EHESS.
Paugam Serge (1991). La disqualification sociale. Essai sur la
nouvelle pauvreté. Paris, Puf.
Ricœur Paul (1997). « Autonomie et vulnérabilité ». In Garapon
Antoine, Salas Denis (eds). La justice et le mal. Paris, Odile Jacob.
Sautière Jane (2008). Nullipare. Paris, Verticales Phase deux.
Scarry Elaine (1985). The Body in Pain. The Making and Unmaking of
the World. New York, Oxford University Press.
Scott Joan W. (1988). Gender and the Politics of History. New York,
Columbia University Press. Féminisme et vulnérabilité (Introduction) 19
Thomas Hélène (2010). Les vulnérables. La démocratie contre les
pauvres. Bellecombe-en-Bauges, Éd. du Croquant.
Weininger Otto (1975 [1903]). Sexe et caractère. Lausanne, L’Âge
d’homme (trad. Daniel Renaud).
Williams Craig A. (1999). Roman Homosexuality, Ideologies of
Masculinity in Classical Antiquity. New York & Oxford, Oxford
University Press.
Winkler John J. (2005 [1990]). Désir et contraintes en Grèce
ancienne. Paris, Epel (trad. Sandra Boehringer et Nadine Picard). Cahiers du Genre, n° 58/2015
Du lait de la nourrice
aux alimenta du père nourricier :
des liens fragiles dans la Rome impériale
Marine Bretin-Chabrol
Résumé
Dans la Rome antique, deux types de liens nourriciers peuvent se nouer
autour de l’enfant : le lien avec une nourrice qui allaite l’enfant pour le
compte d’autrui, et le lien entre un enfant abandonné et ses parents
nourriciers. Ces deux liens placent l’enfant et ces figures nourricières dans
des situations de vulnérabilité qui sont partiellement identifiées par les
médecins et les juristes d’époque impériale : vulnérabilité physique et
morale du nourrisson, vulnérabilité des parents nourriciers face au titre
légitime du paterfamilias. Mais la spécificité du rôle de la nourrice, dont le
corps et l’affect sont mobilisés et contrôlés par les parents de l’enfant,
donne à cette femme (par opposition à son conjoint, qui peut être lui aussi
agent des soins dispensés à l’enfant) une position à la fois plus prestigieuse
et plus vulnérable, sur les plans physique, affectif et économique.
ROME ANTIQUE — NOURRICE — ENFANTS — ALLAITEMENT — DROIT ROMAIN —
VULNÉRABILITÉ
De nos jours, la garde d’enfants, dans laquelle une personne
extérieure à la famille est mandatée pour s’occuper d’un
nourrisson ou d’un enfant en bas âge, relève de la sphère des
activités du soin : le nourrisson, dépourvu d’autonomie alimentaire,
locomotrice et verbale, est par excellence un être dépendant,
vulnérable, dont le bien-être, la santé, voire la survie sont tribu-22 Marine Bretin-Chabrol
taires de la qualité des aliments et des soins prodigués par celle
(il s’agit en effet le plus souvent d’une femme) qu’on
surnomme la ‘nounou’. Mais face à l’enfant, la nourrice se trouve
elle aussi dans une position vulnérable, une position de
vulnérabilité sociale : liée à l’enfant par contrat, elle tire sa
subsistance d’une relation qui peut être interrompue à tout moment,
selon certaines règles, par décision des parents. Or, la relation
nourricière n’est pas une relation neutre : elle crée un lien entre
l’enfant et la nourrice. Et pour comprendre toute la spécificité
de la fonction de ‘nounou’, il faut aussi se demander ce que
devient ce lien après la rupture du contrat de travail.
Une étude du dossier riche et complexe des relations
nourricières dans la Rome antique permet de mettre au jour différents
1aspects de ce lien particulier , dont la vulnérabilité est plus ou
moins reconnue selon les contextes culturels. Pour bien en
comprendre les enjeux dans le contexte antique, il faut dire
quelques mots, au préalable, des structures familiales romaines.
Le modèle dominant, idéologiquement mais pas nécessairement
démographiquement, est celui de la famille légitime dans
laquelle le paterfamilias, le père de famille, marié en justes noces,
exerce sa puissance sur les enfants nés ou adoptés dans le cadre
de ce mariage (Thomas 2005 [1986]). Lorsque l’épouse légitime
accouche, la sage-femme vérifie si l’enfant est normal, puis elle
le dépose sur le sol. Le père décide alors si l’enfant doit être
2reconnu comme sien et élevé, ou s’il faut l’abandonner .
L’exposition des enfants est en effet une pratique courante : on
expose non seulement les enfants mal formés mais aussi les
filles en surnombre ou les enfants dont la paternité est suspecte
(Rawson 1986, p. 172-173 ; Fayer 1994, p. 179-189). Ces
nourrissons abandonnés sont parfois recueillis par des parents
en mal d’enfants qui deviennent des ‘parents nourriciers’, mais
ils le sont le plus souvent par des marchands d’esclaves : dans
les deux cas, ils doivent être nourris par des femmes qui ne sont

1 Plus qu’à l’aspect économique, nous nous intéresserons à la dimension
affective de cette relation entre la nourrice, le nourricier et le nourrisson.
2 L’expression latine tollere liberos (« soulever les enfants », mais plus
exactement les garçons) désigne le geste coutumier du paterfamilias (ou de la
sagefemme, selon Dasen 2013) qui manifeste symboliquement sa volonté de
reconnaître l’enfant comme sien (Shaw 2001). Du lait de la nourrice aux alimenta du père nourricier… 23
pas leur mère. On les appelle alumni, mot de la famille du verbe
alere, ‘nourrir’, formé sur la même racine que le nom alimenta,
‘aliments’ ou plus généralement ‘moyens de subsistance’.
Un enfant reconnu par son père légitime peut être nourri par
sa propre mère, mais cette pratique est minoritaire. En général,
par tradition, on le confie à une nourrice, esclave de la maison qui
3a du lait à ce moment-là, ou femme libre recrutée par contrat .
Précisons aussi que le taux de mortalité des femmes en couches
est important : dans ce cas, la mise en nourrice des enfants
survivants est évidemment une nécessité.
À côté de ce modèle dominant existent d’autres configurations
familiales dans lesquelles les nourrices jouent aussi un rôle. À
Rome, les esclaves n’ont pas le droit de se marier. Les enfants
nés d’une femme esclave naissent esclaves du maître de
celleci. Ils n’ont pas de père légal. Le maître peut choisir de faire
nourrir l’enfant par une nourrice : de la sorte, il encouragera une
reprise plus rapide et plus efficace du travail chez la mère et lui
permettra de retomber plus rapidement enceinte, ce qui
contribue à accroître son propre patrimoine. D’autre part, dans les
milieux populaires, où le mariage est loin d’être systématique,
la mise en nourrice est également une pratique courante : la
mère doit pouvoir retrouver rapidement sa capacité à travailler
(Bradley 1986).
Une fois ceci posé, nous allons pouvoir nous interroger sur la
façon dont les Romains se représentent la nature du lien qui est
établi par la relation nourricière. Cette relation a plusieurs variantes
et engage différents types de personnes. Au cœur du dispositif
se trouve toujours un enfant. Mais le lien nourricier prend à
Rome deux aspects principaux : le premier est un service à la
personne, assuré par une nourrice qui alimente et soigne, chez

3 Sur les nourrices à Rome, cf. Bradley 1986 (étude sociologique d’après les
inscriptions de Rome) ; Dixon 1988, p. 120-167 (rôles respectifs de la
mère et des différents substituts parentaux d’après les sources littéraires et
épigraphiques) ; Gourevitch 1984, p. 233-260 (le dossier médical de
l’allaitement, en particulier chez Soranos d’Ephèse) ; Gourevitch et
RaepsaetCharlier 2001, p. 120-124 (synthèse des dossiers médicaux et épigraphiques) ;
Dasen 2003 et 2010 (ce que la nourrice transmet à l’enfant, d’après les textes
médicaux et les documents archéologiques) ; Dupont 2002 (réflexion
anthropologique sur les liens de lait à Rome). 24 Marine Bretin-Chabrol
elle ou chez ses employeurs, un enfant que ses parents ou ses
maîtres lui confient. Aux côtés de la nourrice, on trouve parfois
mention d’un homme, son compagnon ou son aide, qui joue
également un rôle dans l’éducation de l’enfant. Le deuxième
type de lien nourricier est celui qui s’établit entre un enfant
abandonné par son père, ou sans père légal, avec l’homme qui
accepte de l’élever comme son esclave ou comme son fils. Cet
homme peut être le compagnon de sa mère biologique, ou un
étranger, célibataire ou marié, qui a recueilli un enfant
abandonné. Un lien de lait peut donc s’établir non seulement entre
un enfant et la femme qui l’allaite, mais aussi entre un enfant et
plusieurs catégories d’hommes, conjoint de la nourrice ou père
nourricier (en angl. foster-father).
Nous verrons comment la vulnérabilité du nourrisson et celle
de ses nourriciers sont successivement et distinctement
identifiées par les textes, quelles sont les solutions proposées par les
Romains d’époque impériale pour protéger les uns et les autres
et comment se formulent les différences de genre dans ce
contexte.
Une prestation de service
qui contraint le corps et engage l’affect
C’est d’abord la vulnérabilité du nourrisson qui est prise en
compte à travers les prescriptions concernant le choix de la
nourrice. Il s’agit de lutter au mieux contre une importante
mortalité infantile, difficile à évaluer en termes statistiques, mais
attestée par de nombreux témoignages littéraires et épigraphiques.
Citons à cet égard l’exemple de Cornélie, la mère des Gracques,
qui fut célèbre pour avoir enfanté douze enfants, mais n’en
porta que trois à l’âge adulte (Plutarque, Vie des Gracques, I, 5
et 7).
Dans un traité de gynécologie écrit en grec, intitulé Maladies
edes femmes, le médecin Soranos d’Ephèse (début du II s. apr.
J.-C.) décrit les soins que doit recevoir un nourrisson après sa
naissance et les qualités que l’on doit privilégier chez la
nourrice qui s’occupera de lui. La première tâche de la nourrice Du lait de la nourrice aux alimenta du père nourricier… 25
4consiste à alimenter le nouveau-né au sein , la seconde à
l’emmailloter et à modeler son corps. Le corps des nourrissons
romains était en effet étroitement enserré dans des bandelettes
qui servaient de guide à leurs membres, considérés comme trop
mous, donc trop fragiles à la naissance. Ces bandelettes
maintenaient les enfants absolument immobiles.
Dans un premier temps, Soranos se demande qui doit nourrir
l’enfant. Pour ne pas heurter de front les habitudes en usage
dans l’aristocratie romaine auprès de laquelle il exerce, et bien qu’il
affirme avec prudence que le meilleur lait, pour un nourrisson,
5est généralement celui de sa mère , il justifie le choix d’une,
voire de plusieurs nourrices, par la volonté de réserver à
l’enfant la meilleure nourriture possible. Cette idée est confortée par
le choix d’une image végétale, celle de la transplantation d’une
jeune pousse :
Si les circonstances fournissent des femmes capables d’allaiter,
il faut choisir la meilleure, sans s’arrêter forcément à la mère,
sauf si celle-ci possède les qualités requises chez les meilleures
nourrices. Toutes choses égales d’ailleurs, il vaut mieux que le
nouveau-né soit nourri au lait de sa mère, qui est mieux fait
pour lui ; de plus, les mères sont mieux que les nourrices
accordées avec les enfants qu’elles ont mis au monde, et il est
plus naturel qu’un enfant reçoive la nourriture de sa mère après
la naissance comme c’était le cas avant la naissance. Mais si
quelque empêchement se produit, il faut choisir la meilleure
nourrice possible, pour éviter à la mère de vieillir avant l’âge à
force de s’user un peu plus chaque jour à allaiter. […] La mère
se trouvera donc mieux, tant pour son propre rétablissement
qu’en vue d’avoir d’autres enfants, de cesser d’avoir les seins
distendus par le lait. Les légumes cultivés sont semés par les
jardiniers dans une terre où germer, puis transplantés dans une
autre où parfaire sans difficulté leur croissance, ceci afin que ce

4 Les récipients en terre cuite d’époque romaine que l’archéologie a longtemps
qualifiés de biberons et la « tétine souple » mentionnée par Soranos (Maladies
des femmes, II, 17, l. 24-28) ne paraissent en effet avoir été utilisés que dans
des contextes médicaux restreints, et n’avoir pas servi à alimenter l’enfant au
quotidien (Rouquet 2003).
5 Vers la même époque, cette idée trouve un vigoureux défenseur en la
personne du philosophe Favorinus d’Arles, selon Aulu-Gelle, Nuits attiques, XII, 1,
qui consacre un long chapitre à son discours d’apologie de l’allaitement maternel
(Bretin-Chabrol 2011). 26 Marine Bretin-Chabrol
ne soit pas un sol unique qui peine à ces deux tâches : de même
le nouveau-né sera plus robuste s’il est mis au monde par une
femme et nourri par une autre, dans les cas du moins où quelque
faiblesse de constitution empêche celle qui l’a enfanté de lui
fournir sa nourriture (Soranos, Maladies des femmes II, 7, l.
846110) .
Notons que l’argument selon lequel l’allaitement fatigue et
vieillit prématurément le corps de la mère conduit à envisager le
rôle de la nourrice comme celui d’un substitut prêt à engager sa
propre santé physique pour favoriser celle de l’enfant. Afin de
protéger ce dernier, le médecin prescrit l’exercice d’un contrôle
rigoureux non seulement sur le corps de la nourrice, à qui l’on
impose un régime alimentaire et sexuel précis, mais également
sur son comportement moral et affectif.
Il faut choisir une nourrice qui n’ait ni moins de vingt ans ni
plus de quarante ans ; elle aura eu deux ou trois enfants, sera
exempte de maladies, de bonne taille et de teint bien coloré ; elle
aura des seins de volume moyen, souples, sans dureté et sans
rides, des mamelons ni trop gros ni trop petits, ni trop drus ni
trop poreux ou laissant passer trop largement le lait ; elle sera
tempérante, sensible, de caractère paisible ; ce sera une Grecque,
et elle aimera la propreté [...]. Tempérante : elle s’abstiendra de
la sorte de rapports sexuels, d’ivresse, d’excès physiques et
d’autres formes de plaisir et d’intempérance ; outre qu’elle
refroidit l’affection [philostorgian] portée au nourrisson, en
raison de la distraction procurée par le plaisir des sens, la
copulation gâte aussi le lait, et le tarit partiellement ou
totalement en réveillant le flux menstruel de la matrice et en
aboutissant à la conception [...]. Les propriétés du vin pris à trop forte
dose se communiquent au lait, si bien que les nourrissons sont
torpides et engourdis, parfois même sont pris de tremblements,
d’apoplexie ou de convulsions (Soranos, ibid. II, 8, l. 1-9 ;
6571 ; 76-79).
Le lait de la nourrice est l’aliment principal de l’enfant : il
doit être abondant et de bonne qualité. Les Anciens prennent
notamment pour gage de qualité du lait l’apparence saine du
corps de la nourrice, qui est soigneusement examiné avant
l’établissement du contrat. Dans la mesure où la nature du lait

6 Traduction de Paul Burguière et Danielle Gourevitch, CUF, 1990, pour cet
extrait comme pour les suivants.