Coups de baguettes sur la fourchette !

De
Publié par

Alors que les plats chinois (ou prétendument chinois) sont désormais proposés aussi bien dans les grandes surfaces que dans les restaurants d'entreprise en France, que sait-on de ce que les chinois pensent de nous? Ce livre permet justement de combler cette lacune: livre d'humeur et d'humour, il dépeint, à travers de nombreuses anecdotes et expériences vécues, les Européens tout à la fois dans leurs travers et leurs qualités. L'auteur, un chinois authentique qui adore l'Europe, propose la version française de son livre à succès, publié en chinois à Pékin (2002) et à Taipei (2003).
Publié le : vendredi 1 octobre 2004
Lecture(s) : 226
Tags :
EAN13 : 9782296372542
Nombre de pages : 194
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

COUPS DE BAGUETTES SUR LA FOURCHETTE!
LES EUROPÉENS VUSPAR UN CHINOIS

Points sur l'Asie

Collection dirigée par Philippe Delalande
La collection a pour objet de publier des ouvrages brefs, (200 à 500 pages), sur l'actualité politique, économique, sociale, culturelle en Asie. Ils traitent soit d'un pays d'Asie, soit d'un problème régional, soit des relations de ces pays avec le reste du monde. Ces ouvrages s'apparentent à des essais aisément accessibles, mais sur des bases documentaires précises et vérifiées. Ils s'efforcent, au-delà de l'analyse de l'actualité de prolonger la réflexion sur l'avenir. La collection voudrait, autant que faire se peut, pressentir les questions émergentes en Asie. Elle est ouverte à des témoignages, des expériences vécues, des études systématiques. Les auteurs ont tous une connaissance pratique de l'Asie. Les lecteurs visés sont des personnes soucieuses de s'informer de l'actualité en Asie: investisseurs, négociants, journalistes, étudiants, universitaires, responsables d'ONG, cadres de la fonction publique en relation avec cette Asie en rapide mutation; où vit la maj eure partie de la population du monde.

Déjà parus

Sang-chun JUNG, Les relations commerciales franco-coréennes,2004. Maria Linda TINIO, Les droits de l 'homme en Asie du sud-est, 2004. Hsiao-Feng LEE, Histoire de Tai"wan, 2004. Claire ROULLIERE, La mémoire de la seconde guerre
n'londiale au Japon, 2004.

Association d'Amitié Franco-vietnamienne, Ombres et lumières sur le Vietnan'l actuel, 2003. Laurent METZGER, La minorité musulmane de Singapour, 2003. ASIE 21-Futuribles internationale, L'Asie demain, 2003 Thierry COVILLE, L'économie de l'Iran islamique: entre ordre et désordres, 2002. Kyong-Wook SHIM, La Russie D'Orient à la dérive, 2002. A. WILMOTS, Gestion Politique et Centres du Pouvoir en République Populaire de Chine,2001. Alain HENRIOT et Sandrine ROL, L'Europe face à la concurrence asiatique, 2001. Alexandre MESSAGER, Timor oriental, non-assistance à un peuple en danger, 2000 Jean-Claude PETER, Comment échouer en Chine, 2000.

LIN Hua

COUPS DE BAGUETTES SUR LA FOURCHETTE!
LES EUROPÉENS VUS PAR UN CHINOIS

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L 'Harmattan Hongrie Kônyvesbolt 1053 Budapest, Kossuth L. u. 14-16

L 'Harmattan Italia Via Degli Artisti 15 10124 Torino IT ALlE

HONGRIE

(Q L'HARMATTAN,

2004

ISBN: 2-7475-7062-2 EAN : 9782747570626

Préface pour l'éditionfrançaise « Ayez le culte de l'esprit critique » Louis Pasteur (1822-1895)

Pour une meilleure compréhension

entre peuples

Entre Chinois et Européens, préjugés et idées reçus ne manquent pas. Et, malgré les progrès scientifiques et technologiques, ils ne sont pas près de disparaître. Loin s'en faut. Un couple mixte sino-français mène une vie paisible et heureuse en France avec leurs trois enfants et deux chiens. Jusqu'au jour où un ami du mari, d'origine chinoise, lui fait une confidence: « Je trouve que tes enfants ne ressemblent pas du tout aux Chinois! ». Très étonné et inquiet, le mari commence à s'interroger et pose la question à ses parents: « Mes enfants ressemblent-ils aux Chinois ou aux Français? » La réponse: « Nous pensons comme ton ami chinois depuis longtemps, mais nous n'avons p as e u I e courage de te le d ire ». Intrigué, lem ari pose la même question à ses beaux-parents français, la réponse a été encore plus surprenante: « Nous trouvons que les enfants ne ressemblent pas du tout aux Français !» Enfin, sa femme lui dit: « Pour moi, nos enfants ressemblent tantôt aux Français, tantôt aux Chinois. Les deux chiens aussi ». C'est dire combien nous sommes différents, fût-ce sous le même ciel et sur la même terre. On n'est guère d'accord sur la genèse de la vie, ni sur le sens de cette vie ni sur celui de la mort. Pareil, voire pire sur le sujet des principes fondamentaux, tels que 5

les valeurs, les canons de beauté, l'éthique, l'esthétique, etc... Restons différents et défendons notre différence, source de notre originalité et de notre identité culturelle. Dans un monde qui risque de plus en plus l'uniformisation, l'originalité et l'authenticité font la force de notre existence.
TI y a deux ans, je me suis laissé aller à ma fantaisie littéraire

en écrivant un livre inclassable: The « Ugly» European. C'était le premier livre du genre et pour moi et en Chine. Le succès fut au rendez-vous: premier tirage épuisé en moins de 5 mois, classé 3 étoiles sur une échelle de 5 par le Quotidien du Peuple, best-seller à Shanghai; la presse et les critiques littéraires chinois ont très vite et favorablement réagi, des agences de voyage en font maintenant cadeau aux touristes chinois qui se rendent en Europe, des chapitres du livre sont repris et cités... L'édition taiwanaise, plus élaborée, est sortie un an plus tard en 2003 pour le marché des Chinois d'outre-mer. Le troisième tirage de l'édition chinoise est mis sur le marché en avril 2004 à Pékin. Fruit d'une réécriture et de nouvelles réflexions, cette édition française est proposée à l'occasion de l'année de la France en Chine, succédant à une année de la Chine en France marquante qui a vu le défilé des Chinois sur les Champs Elysées et la Tour Eiffel éclairée aux couleurs de la Chine. Mes remerciements vont au groupe ZNZ, groupe français spécialisé dans la communication internationale, pour leurs précieux conseils et assistance technique dans la réalisation de cette édition française.

Tokyo, printemps 2004.

6

Préface pour l'édition chinoise Globalisation économique
ou « MacDonaldisation » culturelle?

Dès l'entrée dans le nouveau millénaire, l'humanité a sauté irréversiblement dans l'ère de la globalisation économique. Avions, TGV, téléphone, fax et surtout internet et coumer électronique ont complètement modifié notre vision du temps et de l'espace, ainsi que notre notion du travail et de la vie. Les vagues de la nouvelle économie ont emporté les barrières traditionnelles des frontières et des communications entre les peuples, faisant ainsi de la planète un petit village. Cependant, la prise de conscience de l'identité culturelle et l'attachement à celle-ci n'ont jamais été aussi vivaces et présents dans les esprits: à I'heure où la mondialisation économique risque de dégénérer en « MacDonaldisation » culturelle, nombreux sont les esprits qui attachent une importance vitale à la défense de leur identité nationale et culturelle, fût-ce au prix de sacrifices, voire celui de leur vie. On pourrait citer le rétablissement de l'enseignement de la langue bretonne et l'engouement qu'elle suscite dans sa région, les mouvements indépendantistes basques et ceux d'Irlande du Nord, en passant par les recherches éperdues des Esquimaux pour se ressourcer culturellement. Force nous est de prévoir qu'au fur et à mesure du développement économique, l'éveil et la recherche de son identité culturelle vont aller en s'intensifiant. La « Ligne Maginot culturelle» ne va certainement pas disparaître, bien au contraire, elle est appelée à se développer et se répandre. Avant d'aller en Europe, l'auteur, un Chinois n'ayant jamais mis les pieds à l'étranger, pensait aussi que tous les Européens se 7

ressemblaient: grands et blonds aux yeux bleus, au même titre que les Européens portent des préjugés sur les Chinois (et il y en a beaucoup !). Mais pendant mon séjour en Europe, j'ai découvert ses incroyables richesses et variétés culturelles, ethniques, historiques, géographiques et climatiques. Mais l'Europe, teITe nounicière, a toujours été l'une des sources et l'une des forces motrices de la civilisation de l'humanité, de ses progrès scientifiques et technologiques, ainsi que de ses progrès sociaux et politiques. Aujourd'hui, l'Europe, continent pourtant déjà « vieux », renferme encore des mystères, des contradictions et des caractéristiques spécifiques, qui ne laissent aucun esprit insensible. Elle nous intrigue, nous interpelle et nous inspire aussi par ses démarches politiques et économiques. La mise en circulation de l'Euro et l'élargissement de l'Europe ne font qu'attiser notre curiosité et notre intérêt. TIne faut pourtant pas perdre de vue que, bien que vieille et admirée, elle est un continent dont les frontières physiques et politiques restent encore à délimiter. Jusqu'au 17ème siècle, époque à laquelle le Tsar a vaincu la Suède et a obtenu une issue sur la Mer baltique, il était courant de penser que la Russie ne faisait pas partie de l'Europe. Quatre siècles plus tard, on est toujours loin d'arnver au consensus sur l'étendue de celle-ci: la Russie est-elle européenne ou asiatique? Si d'un point de vue culturel, historique ou religieux, la Russie paraît plus européenne qu'asiatique, on aura toujours plus de mal à classer la Turquie, pays à cheval sur deux continents, et qui frappe de plus en plus fort à la porte de l'Union européenne. Mais c'est cette variété en même temps que cette unicité qui font le charme de l'Europe. En fin de compte, quel continent pourrait lui être comparé, qui engloberait tout à la fois des paysages naturels exceptionnels, un Paris si romantique, un Londres si majestueux, un Moscou si grandiose, une Venise si somptueuse et un Athènes si dégradé? Heureux sont les Européens qui,suruneteITeà peine plus grande que la Chine, profitent de conditions géographiques et climatiques exceptionnelles, mais aussi d'un patrimoine historique et culturel unique. Or, l'Europe a toujours été et reste mal connue du pays le plus peuplé au monde où il est courant de penser que les premières 8

beautés épousent des Américains, les deuxièmes beautés des Japonais et les troisièmes des Taiwanais... Et les Européens alors? TIest vrai que la belle Europe n'était pas une destination privilégiée des jeunes Chinois, pour l'éducation ou pour le travail, ceux-ci préférant aller aux Etats-Unis, au Japon, voire en Australie, pays de la région Asie-Pacifique. Or, cette tendance est en train de s'inverser à partir du nouveau millénaire au profit de l'Europe: nombreux sont les Chinois qui y viennent maintenant pour faire des études, des investissements ou du tourisme. A la place des touristes japonais qui « envahissaient» les sites touristiques et les magasins de luxe européens, ce sont désormais des groupes de touristes chinois qui débarquent par dizaines de milliers, à tel point que toutes les filières de l'industrie touristique européenne: tour operators, agents de changes, hôteliers, vendeurs de cartes postales et présentateurs de cabarets se précipitent pour apprendre le chinois. Certains en parlent même des dialectes. Quel changement! Et ce n'est qu'un début: si aujourd'hui les Chinois qui visitent l'Europe n'ont pas encore le même pouvoir d'achat que les Japonais, ils vont bientôt être beaucoup plus nombreux et plus exigeants. Mais tout n'est pas réglé, l'Europe reste encore mal connue, car mal présentée: les touristes et hommes d'affaires chinois la parcourent allègrement en compagnie de guides-interprètes mal, voire pas du tout formés, souvent au rythme infernal de 5 pays en 7 jours dont 2 nuits dans le car. A tel point que, au retour, les Chinois pensent souvent que la Tour Eiffel est à côté de la Tour de Pise! Et que les Belges parlent anglais ou que les drapeaux nationaux européens sont tous les mêmes! Un tour operator chinois m'a ainsi raconté une anecdote très révélatrice: une touriste chinoise s'était fait voler son sac à Rome et avait dû aller au commissariat de police pour faire sa déclaration. Elle en était sortie ravie d'avoir pu découvrir a u moins un« site» 0 riginal q ue personne d'autre d u groupe n'avait eu la chance de visiter, car les sites européens parcourus les uns immédiatement après les autres finissent par se ressembler tous.
TI est grand temps de faire changer cet état d'esprit. L'auteur a passé dix ans en Europe, à une époque où les Chinois authentiques,

9

ceux de la Chine continentale (à ne pas confondre avec ceux ayant fui le Vietnam ou le Cambodge) étaient encore rares et peu visibles; il a pris le temps d'étudier, de vivre et surtout de voyager. TIen est tombé amoureux. Une fois rapatrié en Chine pour raison professionnelle, il reste toujours attaché à l'Europe. TIpense qu'il est bon de partager ses expériences et réflexions avec ses compatriotes. Cette envie était si forte et si pressante que, pendant son séjour en automne 2001 dans une montagne sacrée de sa province natale, il lui est venu l'idée d'écrire les pages qui suivent. Cette impulsion de décrire plus particulièrement les « défauts» se justifie également par le fait que les ouvrages sur l'Europe sont d'abord peu nombreux en Chine, et, qui plus est, tous élogieux et injustement flatteurs! Comme tous les êtres humains, les Européens devaient donc bien avoir quelques « défauts ».
TIy a 20 ans, un écrivain chinois de Taiwan s'est rendu célèbre par son livre sur les défauts des Chinois: The Ugly Chinesel. Un écrivain japonais et un écrivain américain l'ont suivi peu après, respectivement par The Ugly Japanese et The Ugly American. La légende dit que I es deux a uteurs sont tous devenus persona non grata dans leur pays respectif.

Et les Européens? Comme « The Ugly European» n'existe pas encore, pourquoi ne pas en écrire un ? Mais comme je ne suis pas Européen et que je les aime beaucoup, j'ai mis Ugly entre guillemets. Si ce livre peut aider les lecteurs chinois à comprendre l'Europe et les Européens, surtout leurs faces cachées et leurs « défauts », l'auteur aura atteint son but. N'est-il pas vrai qu'il est plus difficile de s'accommoder des défauts des autres que de leurs qualités?

1.Le titre signifie « Les Chinois affreux ». 10

1
LA FRANCE: LE COQ GAULOIS
« Du sublime au ridicule, il n y a qu'un pas» Napoléon (1769-1821)

Les Français sont assez spéciaux dans notre monde: ils adorent se distinguer par « l'exception française », synonyme de leurs spécificités politique, économique et surtout culturelle. TIsont l'intime conviction que tout ce qui est français, les hommes comme les produits et surtout la culture, est le symbole de la perfection. TIs n'ont pas oublié d'ajouter sur la liste de leur fierté nationale l'équipe de football, championne de la Coupe du Monde en 1998, même si elle n'a marqué a ucun but lors de la Coupe du Monde 2002. Les autres peuples et cultures ne peuvent exister que comme sous-produits ou faire-valoir du peuple et des produits français: les Belges sont ridicules, les Anglais conservateurs, les Yankees brutaux, les Italiens désorganisés, les Espagnols ignorants, les Jap fourmis de travail, etc... Les Français s ont les descendants des Gaulois, avec comme image et symbole le coq gaulois: un coq bruyant, coquin et prétentieux qui ne sait que chanter sur le fumier. Mais la France, peuplée de 60 millions des Français, est le pays le plus vaste de l'Union européenne et la quatrième puissance économique du monde. Elle est connue pour ses produits dans les domaines de l'aérospatial, du prêt-à-porter, de l'agro-alimentaire, de la fmance, aussi bien que dans le luxe, la haute couture et la haute cuisine, la grande distribution, l'urbanisme et le décor intérieur, ainsi que les services. La France e st surtout réputée pour s es initiatives et ses œuvres artistiques et culturelles. Les Français ont brillé par leur Il

génie inventif qui couvre des domaines aussi variés que le républicanisme, les 5 semaines de congés payés, la pilule abortive, la TVA, la CGSG et le PACS. Nous devons également rendre hommage à la France qui a contribué à former nombre d'intellectuels, artistes et hommes d'Etat chinois, tels que ZHOU Enlai, DENG Xiaoping, etc... Soulignons aussi que la France a été la première puissance occidentale à avoir reconnu la République Populaire de Chine et elle mène depuis toujours d'étroites relations politiques, culturelles et économiques avec celle-ci. Bref, pour nous autres Chinois, la France est un pays digne du plus grand intérêt.

La France, une terre privilégiée

Située à la pointe de l'Europe occidentale, la France se trouve baignée par trois mers: au nord et à l'ouest par la Manche et l'Atlantique, et au sud par la Méditerranée. La beauté des paysages, les échanges des cultures et des peuples ont largement contribué à la formation d'une grande culture et d'une grande histoire en France: les caractéristiques et les qualités bien françaises, le gallicisme, en découlent également. Les Français sont connus pour leur vivacité d'esprit, leur attachement aux arts et à la littérature. Dans les domaines des arts plastiques et visuels, ils ont un don et un flair innés remarquables et incontestés. Aussi font-ils preuve d'un très bon goût et du savoir-faire dans tout ce qui touche les sens: la gastronomie, l' œnologie, les parfums et les cosmétiques. TI n'est donc pas surprenant de voir que de grands maîtres dans ces domaines sont nés ou formés en France. A cause de ce cadre de vie exceptionnel et de l'éducation traditionnelle, les Français sont en général bien contents d'être eux-mêmes. TIspensent bien volontiers que le centre du monde est en France et qu'en dehors del 'hexagone, i I ne sep asse presque 12

rien. Tous les atlas d'Europe ou du monde publiés en France positionnent sans exception la France au milieu du globe. Un beau jour, le maire d'une petite commune d'Auvergne, à peine visible sur la carte, m'a déclaré que son village deviendra bientôt le centre de l'Europe, car deux autoroutes européennes vont s'y croiser non loin! Et puis, Paris et le parisianisme: Paris et sa région, l'TIe-de-France, ne représentent qu'un dixième de la superficie et un cinquième de la population de la France, mais elles monopolisent, à elles seules, le tiers de la richesse nationale. Incontestablement, Paris est le centre politique, culturel, artistique, commercial, fmancier et le centre de la toile d'araignée en matière de communications du pays. Bref, tout part de Paris et tout y revient. Les Parisiens ont donc encore plus de raisons de se sentir supérieurs à leurs autres compatriotes qu'ils appellent les « provinciaux» comme citoyens de deuxième c lasse. Jalousie et querelle subsistent toujours entre Parisiens et provinciaux, comme du temps deB alzac. L es provinciaux, q ui sont« 0 bligés » del e rester, se targuent d'avoir un grand-père éduqué à Paris, alors que les Parisiens se targuent, eux, d'avoir une maison en province qu'ils appellent « maison de campagne» pour y passer (seulement !) le week-end ou leurs vacances en compagnie d'autres Parisiens. Entre Pékinois, Shanghaïens et Cantonais, ce n'est pas non plus le grand amour tous les jours. Mais les moqueries et taquineries restent soft, gentilles: « les Pékinois mangent pour être plus intelligents (cervelle de cochon), les Shanghaïens se nourrissent pour être plus beaux (concombres de mer) et les Cantonais bouffent pour être plus virils (queue de taureau) ! » TIs ont du mal à envisager la même animosité entre Paris et le reste de la France. « Hors de Paris, point de salut », ce vieux dicton français est toujours d'actualité, même si tous les gouvernements français de l'après-guerre, de gauche comme de droite, ont toujours fait de la décentralisation leur « cheval de bataille» dans leur campagne électorale. 50 ans plus tard, Paris est toujours plus puissant, plus présent dans la vie nationale: la différence entre Paris et le désert français s'agrandit chaque jour. Presque toutes les entreprises françaises, qu'elles commercialisent du parfum ou qu'elles 13

produisent de l'urée, sont obligées de domicilier leur siège social à Paris ou Neuilly pour leur image de marque et prestige. Bientôt, Marseille deviendra le vingt et unième arrondissement de Paris et Lille chef-lieu de Seine-Saint-Denis! Comment pourrait-on réellement « décentraliser» en allégeant seulement Paris de quelques services centraux peu « encombrants », tels que le service des casiers judiciaires (déménagés dans la banlieue de Nantes), archives d'outre-mer (déménagées sur Aix-en-provence) ou une partie de l'ENA? Ces aménagements « indolores» n'ont eu comme effets que d'augmenter la charge des contribuables et compliquer la vie des citoyens! Les Français, dès leur enfance, apprennent que leur pays est, et reste, la source et le maître absolu de la démocratie, du régime républicain, des droits de l'homme, des Belles-Lettres, des beaux-arts et du luxe, de la haute gastronomie et des bons vins. La suprématie française dans ces domaines prolonge la diplomatie française et réserve une place particulière à la France sur la scène internationale et en fait rayonner I a culture. B ref, tout ce q ui est beau et bon ne peut pas être autre chose que français: cette supériorité française est ressentie dans tous les domaines... sauf lorsqu'il s'agit de la guerre!!! Les Français sont sentimentalement attachés aux personnages historiques: ceux qu'ils respectent le plus sont ceux qui ont sauvé la France et ont conquis du terrain: Jeanne d'Arc, Napoléon et de Gaulle en sont les trois personnages les plus représentatifs. Mais l'étranger doit être prudent en parlant de ces héros nationaux avec les Français. Jeanne d'Arc, personnage légendaire à qui sont attribuées toutes les qualités et vertus (même virginales !), devient une image exploitée par l'extrême droite française xénophobe. Devant les Français, i I est encore plus difficile de parler de Napoléon, on doit surtout éviter de parler de Waterloo. Car Napoléon est le symbole du triomphe militaire français, même s'il a fait rétablir l'Empire en sa faveur. Le monument des Invalides, mausolée de Napoléon, est non seulement un site touristique pour les étrangers, mais c'est avant tout un haut lieu des activités militaires pour I es Français. TI est vrai que depuis Napoléon, I es 14

troupes françaises n'ont pas beaucoup brillé. Cette nostalgie de Napoléon, rêve de la grandeur passée, se traduit par de nombreuses œuvres artistiques et littéraires, dont une récente série télévisée « Napoléon» romancée et populaire en France où l'empereur est décrit non seulement comme libérateur guerroyant, mais aussi comme prince galant aux multiples conquêtes entre deux batailles. N'est-ce pas là le rêve secret de beaucoup de Français: conquérir sur tous les plans? Pour les étrangers, il n'en est pas moins difficile de parler du Général de Gaulle dont le nom est utilisé par beaucoup de communes françaises comme nom de rue ou de place. Mais le général ne manque pas non plus de détracteurs, ni d'opposants en France. Un ami français m'a dit sans plaisanter qu' « on ne fait pas de la résistance à Londres ». Un autre m'a confié que le général, à la sortie de l'école St-Cyr, avait eu comme mention: « tout est moyen, sauf la taille ». TI est assez curieux de constater que les Français, qui ont tendance à vénérer leurs leaders historiques, se plaisent pourtant à critiquer leurs hommes d'Etat actuels; il leur est également facile de critiquer les leaders politiques étrangers. TIsexcellent à vouloir imposer leur système de valeurs et de normes, en s'érigeant comme spécialistes des droits de l'homme, et cela va de l'ordre économique mondial à la peine de mort dans certains Etats des Etats-Unis d'Amérique, en passant par la politique d'enfant unique en Chine. Un auteur étranger qui connaît bien la France a écrit: « Ce dont les Français sont les plus fiers, c'est d'être Français, car ils sont persuadés de leur supériorité, tant sur le plan collectif, que sur le plan individuel. TIséprouvent de la pitié pour tous ceux qui n'ont pas la chance d'être Français ». Ce n'est pas un hasard si la France est le pays 0 riginaire d u chauvinisme. Les Français n'ont jamais entretenu de bonnes relations avec leurs voisins: I'histoire franco-allemande, comme I'histoire franco-anglaise, est écrite dans le feu et le sang. Les Français ont surtout du mal à s'accommoder des Anglais: ils n'ont jamais accepté qu'ils les aient chassés de l'Inde et de 15

l'Amérique; ils ont surtout du mal à accepter que les Anglais installent le terminus de Eurostar Paris-Londres à Waterloo, un nom éternellement douloureux pour les Français. C'est pour ces raisons que ces derniers gardent une dent à l'encontre des Anglais et que cette rancune contre l'homme se rabat même jusqu'au bœuf: même après que l'embargo contre le bœuf britannique a été levé par bien des pays européens, 1a France menait encore seule «1 a croisade» contre 1e b œuf anglais. Décidément, 500 ans a près 1a Guerre de Cent A ns, les hostilités psychologiques n'ont toujours pas cessé entre ces deux peuples! Les relations entre la France et l'Allemagne, les deux pays les plus importants de l'Europe, sont aussi subtiles que difficiles, marquées par des états d'âmes difficilement avouables. D'une part, la France est l'un des pays vainqueurs de la dernière guerre mondiale et l'un des 5 pays membres permanents duC onseil de Sécurité de l'ONU; la culture et la langue françaises d'autre part sont plus présentes dans le monde que la culture et la langue allemandes, ce qui donne à la France une présence politique, culturelle et linguistique plus forte que l'Allemagne. Mais la France doit reconnaître, non sans amertume, que l'Allemagne, plus puissante et plus riche, est un partenaire indispensable à la construction européenne. L'Union Européenne n'est-elle pas souvent décrite comme un « projet français fmancé par l'argent allemand» ? A propos de leurs cousins wallons et suisses romands, qui parlent pourtant la même langue, les Français ont aussi tendance à les ridiculiser. Quant aux relations entre les Français et deux pays « voisins », l'Australie et la Nouvelle Zélande, elles ont traversé des périodes de crises, lors des essais nucléaires français en Océanie. Mais, à vrai dire, les Français ne sont pas plus xénophobes que n'importe quel autre peuple, étant eux-mêmes largement métissés. L'un des Français aujourd'hui le plus connu et le plus admiré, le footballeur Zidane, n'est-il pas le descendant d'une famille algérienne? Un Chinois, naturalisé français, François Cheng, a même été admis à l'Académie française. Mais quand vous démarchez les Français, vous avez souvent l'impression qu'ils 16

condescendent à vous parler, sauf si votre produit est exceptionnel ou qu'ils ne l'ont pas. Les Français aiment beaucoup conduire les voitures allemandes, mais portent rarement les produits de luxe italiens; ils utilisent tous les appareils photo japonais eta dorent voir les films américains, mais persistent à penser que ces peuples ne savent pas vivre. TI faut faire attention quand un Français commence à vous flatter ou faire des compliments sur votre produit. Force nous est de reconnaître que les Français sont gâtés: ils ont tous les paysages du monde sur un pays 17 fois plus petit que la Chine: la mer, la neige, les montagnes, l'ensoleillement, tout y pousse et en abondance. TIssont habitués à vivre dans ce cadre de vie, à tel point qu'ils n'aiment pas voyager à l'étranger, et encore moins y séjourner. Souvent les sociétés françaises ont du mal à trouver des candidats à l'expatriation, malgré des compensations financières importantes. Un ami français est ainsi allé visiter la Turquie et, à son retour, il s'est plaint à moi de ce que la Turquie est un beau pays, mais qu'il y a trop de Turcs. Un grand groupe français a comme spécialité de proposer à ses compatriotes des villages de vacances à l'étranger, ces villages sont construits sur le même modèle qu'en France, avec les mêmes produits alimentaires, les mêmes horaires et les mêmes distractions. Nous avons beaucoup de mal à comprendre ce fonctionnement... Ne serait-il pas mieux de rester en France où la douceur de vivre peut défier toute tentation d'exotisme? A I'heure actuelle, la plupart des pays occidentaux (par exemple les Etats-Unis, l'Allemagne ou la Suisse) fonctionnent sous le système fédéral, le gouvernement central n'intervenant que dans les grandes questions, telles que la défense nationale, les affaires étrangères ou la politique monétaire. Seule la France continue à appliquer le système centralisé en vigueur depuis Louis XN : le pouvoir central est omniprésent, et le secteur public français est l'un des plus importants parmi les pays occidentaux. Au début des années 1990, après une semaine de visite en France, et concernant le fonctionnement de l'appareil d'Etat français, un haut fonctionnaire chinois est arrivé à un constat inattendu: 17

« Enfm, le socialisme à la française n'est pas si différent du socialisme à la chinoise ». Comme chef d'Etat, le président français dispose de pouvoirs extrêmement larges et discrétionnaires. Et pendant très longtemps, le mandat présidentiel en France a été le plus long au monde. Ce mandat a été récemment ramené à 5 ans et reste encore le plus long des mandats des chefs du pouvoir exécutif dans les pays occidentaux. Le pouvoir du président français est tellement puissant et son mandant tellement long que les Français ont surtout peur que leur président soit un médiocre! TIs n'ont jamais osé penser à la destitution du président à la manière américaineI. TI suffit que le bruit coure que le pouvoir judiciaire français est saisi d'une affaire concernant le président en exercice pour que l'ensemble de la classe politique soit consternée et se mobilise pour sa défense. TIy a quelques années, lorsque le Président français risquait d'être entendu par la justice dans le cadre d'une enquête sur des affaires financières, un des anciens premiers ministres, qui ne faisait pourtant pas partie du même camp politique, est venu à sa rescousse, en faisant valoir que le président d'un grand pays doit absolument bénéficier de l'immunité présidentielle pendant son mandat. Mais ce même ancien premier ministre n'a pas su répondre à la question que le journaliste avait immédiatement posée: « Clinton n'est-il pas, lui aussi, le président d'un grand pays? » En fait, toute la société française est contrôlée par une élite qui se connaît et se fréquente depuis l'enfance et l'adolescence. Ses membres se retrouvent plus tard dans l'une des grandes écoles parisiennes et surtout la grande « Ecole» qui a comme vocation de former les « grands commis de l'Etat ». Depuis la fin de la guerre, presque tous les hommes d'Etat français ou les grands patrons ont fait ce même chemin. Sinon, vous êtes considéré comme hérétique, et le chemin vers le sommet du pouvoir et de la haute société vous
1.« Impeachment» en anglais, une procédure constitutionnelle que les Américains « menacent» souvent d'utiliser pour veiller au bon fonctionnement de leur président en exercice. 18

est barré. Presque tous les chefs d'Etat américains sont avocats, les chefs d'Etat russes militaires et les chefs d'Etat chinois ingénieurs. Seuls les chefs d'Etat français sont des politiciens! L'élite américaine peut être formée à Harvard comme à Stanford, ou bien sur le tas à la Bill Gates ou mieux encore à l'écran à la Reagan et Schwarzenegger, l'élite anglaise peut être formée à Cambridge ou à Oxford (deux universités qui ne sont pas dans la capitale !), tandis qu'en France, l'élite ne peut être formée que dans une seule école! Ecole dont l'annuaire des anciens élèves figure souvent comme fétiche sur le bureau de l'élite française, alors que leurs collègues américains 0 u européens valorisent plutôt au bureau la photo de famille ou le diplôme d'université. Un Français peut réussir au Japon; un Américain peut réussir en Chine; un Anglais peut réussir aux Etats-Unis; un Egyptien peut réussir en Angleterre; ceux qui ont réussi en Asie du Sud-Est sont surtout des Chinois, alors que pour réussir en France, il faut non seulement être Français, mais surtout avoir fait une seule école! En général, les Français sont rongés par un complexe de respect-appréhension-envie-admiration vis-à-vis des grandes écoles parisiennes et ils tremblent tous devant les « anciens élèves de X », les « diplômés de Y », ou les « promotions Z ». Pour impressionner, il convient donc de faire imprimer sur votre carte de visite professionnelle ou de faire savoir, dans les 5 minutes qui suivent

votre rencontre, le nom de votre grande école 1 ! Si, « par
malheur », vous avez fait une grande école qui n'est pas à Paris, il faudra bien préciser qu'il s'agit tout de même de la même formation ou du même diplôme. Ainsi, les diplômés des Sciences Po provinciaux2 veulent tous essayer de me faire comprendre que leur Sciences Po est le meilleur, après Sciences Po Paris bien entendu. Mais j'ai mis du temps pour comprendre que sur les trois Ecoles des Mines (Paris, Nancy et St-Etienne), c'est celle de Paris
1. Un chef d'entreprise français, autodidacte réussi, fait imprimer sur sa carte de visite professionnelle, Jacques Dupont, PDG de la société Dupont et diplômé de ECH (volontairement proche du sigle d'une grande école de commerce parisienne). Personne n'a 0 sé jusque là lui demander ce que signifie ECH, qui veut dire tout simplement «Ecole communale de Houlgate », petite ville normande connue seulement pour ses plages. La curiosité s'arrête à : «Vous avez fait ECH ? Bravo! J'espère que mon fils le fera aussi ». 2. Il existe en France plusieurs Instituts d'Etudes Politiques, les Sciences Po, à Paris, Lyon, Bordeaux, Aix-en-Provence, Strasbourg, Grenoble, etc. 19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.