Court traité d'économie et de politique économique

De
Publié par

Pourquoi les économies occidentales, et d'abord l'Europe de la Zone euro, se trouvent-elles dans un tel état de quasi-stagnation et de désarroi ? C'est que la politique macroéconomique qui leur est imposée repose sur une théorie fondamentalement erronée (l'«équilibre»), alors que les structures profondes du système capitaliste moderne ont besoin de croissance. Cet ouvrage développe justement les fondements de la « bonne » théorie, celle qui a permis les Trente glorieuses en Europe, et qui est encore utilisée actuellement par tous les instituts d'analyse et de prévisions du monde.
Publié le : mercredi 15 juin 2016
Lecture(s) : 1
EAN13 : 9782140011931
Nombre de pages : 362
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C o l l e c t i o n L’ E S P R I T É C O N O M I Q U E S É R I E C O U R S P R I N C I P A U X
JeanPierreMOCKERS
Court traité d’économieet de politique économique
Bonne théorie : bonne politique ; mauvaise théorie : …
COURT TRAITÉ DÉCONOMIEE POLITIQUE ÉCONET D OMIQUE
Collection « L’esprit économique » fondée par Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis en 1996 dirigée par Sophie Boutillier, Blandine Laperche, Dimitri Uzunidis
Si l’apparence des choses se confondait avec leur réalité, toute réflexion, toute Science, toute recherche serait superflue. La collection « L’esprit économique » soulève le débat, textes et images à l’appui, sur la face cachée économique des faits sociaux : rapports de pouvoir, de production et d’échange, innovations organisationnelles, technologiques et financières, espaces globaux et microéconomiques de valorisation et de profit, pensées critiques et novatrices sur le monde en mouvement... Ces ouvrages s’adressent aux étudiants, aux enseignants, aux chercheurs en sciences économiques, politiques, sociales, juridiques et de gestion, ainsi qu’aux experts d’entreprise et d’administration des institutions.
La collection est divisée en six séries :
Dans la sérieEconomie et Innovation sont publiés des ouvrages d’économie industrielle, financière et du travail et de sociologie économique qui mettent l’accent sur les transformations économiques et sociales suite à l’introduction de nouvelles techniques et méthodes de production. L’innovation se confond avec la nouveauté marchande et touche le cœur même des rapports sociaux et de leurs représentations institutionnelles.
La sérieEconomie formellepour objectif de promouvoir l’analyse des a faits économiques contemporains en s’appuyant sur les approches critiques de l’économie telle qu’elle est enseignée et normalisée mondialement. Elle comprend des livres qui s’interrogent sur les choix des acteurs économiques dans une perspective macroéconomique, historique et prospective.
Dans la sérieLe Monde en Questionspubliés des ouvrages sont d’économie politique traitant des problèmes internationaux. Les économies nationales, le développement, les espaces élargis, ainsi que l’étude des ressorts fondamentaux de l’économie mondiale sont les sujets de prédilection dans le choix des publications.
La sérieKrisisa été créée pour faciliter la lecture historique des problèmes économiques et sociaux d’aujourd’hui liés aux métamorphoses de l’organisation industrielle et du travail. Elle comprend la réédition d’ouvrages anciens, de compilations de textes autour des mêmes questions et des ouvrages d’histoire de la pensée et des faits économiques.
La sérieClichésété créée pour fixer les impressions du monde a économique. Les ouvrages contiennent photos et texte pour faire ressortir les caractéristiques d’une situation donnée. Le premier thème directeur est : mémoire et actualité du travail et de l’industrie ; le second : histoire et impacts économiques et sociaux des innovations.
La sérieCours Principaux comprend des ouvrages simples, fondamentaux et/ou spécialisés qui s’adressent aux étudiants en licence et en master en économie, sociologie, droit, et gestion. Son principe de base est l’application du vieil adage chinois : « le plus long voyage commence par le premier pas ».
Jean-Pierre Mockers Court traité d’économie et de politique économique Bonne théorie : bonne politique ; mauvaise théorie : …L’HARMATTAN
‹ /¶+$50$77$1   UXH GH O¶eFROH3RO\WHFKQLTXH   3DULV
ZZZKDUPDWWDQIU GLIIXVLRQKDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU
,6%1   ($1  
7
A Gérard. A Mireille.
"Dans les pages quisuivent, j’ai été guidé par le souci de ne pas séparer le travail savant de l’inquiétude citoyenne, d’ouvrir l’horizon des possibles en clarifiant et en ordonnant le champ du pensable."  P. Rosanvallon, La société des égaux, Seuil, 2011 "L’idéologie est un système d’idées qui résiste à l’information"  Stéphane Lupasco "Quand l’expérience n’a pas le dernier mot (…), alors la raison emploie les moyens de la torture pour soumettre le réel à sa loi. Elle brise les membres, broie les articulations, jette dans les oubliettes et finalement fait avouer au réel la vérité qu’elle lui ordonne de révéler (…). La clôture de la raison en elle-même, l’élimination de tout ce qui ne se plie pas à elle est un véritabledélire. Ce délire est la rationalisation au sens psychiatrique du terme, c’est-à-dire la construction logique sur une prémisse absurde ou fantasmatique." E. Morin, L’aventure deSeuil, 2015, pp. 137-138la Méthode, "Un autre aspect inquiétant de la rationalisation est la justification de ce qui est (…), tout ce qui triomphe doit être rationnel puisque réel." E. Morin, L’aventure dela Méthode, Seuil, 2015, p. 139 "L’incontradiction n’est pas marque de vérité"  Pascal "Le corps d’idées creuses qui revendique le nom de"théorie de l’offre" est une doctrine fanatique".  P. Krugman, Pourquoi les crises reviennent toujours, Seuil, 2012 "La vraie rareté (…) n’est pas celle des ressources ou de la vertu, mais celle de l’entendement" P. Krugman, Pourquoi les crises reviennent toujours, Seuil, 2012 "La civilisation industrielle continuera à exister quand l’espérance utopique d’un marché autorégulateur ne sera plus qu’un souvenir".  K. Polanyi, la Grande Transformation "La technique et l’organisation modernes ne peuvent se développer que dans un cadre de stabilité, condition que le marché ne peut satisfaire".Galbraith J.K.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.