Critique de la pensée sacrificielle

De
Publié par

Réfléchir sur la barbarie des temps modernes et la comparer à la barbarie des temps anciens, en tant que l'une et l'autre ont à voir avec le sacré, telle est l'ambition première de cet ouvrage.


Il s'agit de saisir l'implication des processus sacrificiels dans les violences politiques (et domestiques) majeures de notre temps. L'auteur met en parallèle les modalités des grands crimes politiques contemporains et la spécificité religieuse du sacrifice. Au mépris des interdits anthropologiques, il entend mettre en rapport la violence déchaînée et intrinsèquement destructrice des massacres de notre histoire avec cette autre violence – contrôlée, canalisée, domestiquée, ritualisée – qui préside, au sein du religieux, aux cérémonies sacrificielles.


Pour élaborer une critique de la pensée sacrificielle, il ne suffit pas d'analyser des rites qui comportent la destruction d'un être vivant, encore faut-il que cette analyse participe, d'une manière ou d'une autre, au démantèlement du processus. La meilleure façon de comprendre ce qu'est une cérémonie de sang, c'est de chercher à l'interrompre.


Il ne s'agit pas pour autant d'une attitude de moderniste sans mémoire. L'interruption de la destruction est au cœur de l'histoire des rituels. Les procédés de substitution symbolique – remplacer un être humain, adulte ou enfant, par un animal, puis par un végétal – montrent que la critique de la violence du sacrifice est aussi traditionnelle que le sacrifice lui-même.


Publié le : mercredi 27 octobre 2010
Lecture(s) : 48
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021008807
Nombre de pages : 238
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
», 1994
Extrait de la publication
T
ÉE LE
IL
Extrait de la publication
e Dupuy idées»
000
ons destinées à une utilisation faite par quelque procédé que icite et constitue une contrefa-e la propriété intellectuelle.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
ate exacte, mais e mars 1998, à  de ceux qui se en religion. Ce de 35 000 spec-x hommes accu-égorgés à terre,  dans nos cam-u de la loi isla-as de photos de ir s’il faut s’en ire à tant de bar-deprendredes doxale, dans la que. Puisqu’elle i ne se montre-e s’est déroulée s un soleil prin-pas, aussi, aux ent sur d’autres bitude de regar-olonté politique
ération, 28-29 mars
Extrait de la publication
LE pour le public du s à son nouveau – àimpression-d’abord les siens. ordre nouveau qui us son joug. Par-agogiques de la ternir son image trace une stricte à usage interne tateurs ont beau ainsi quasiment é de propagande ectacle définit sa
sur les images a st pas possible de d’en donner des aine de l’image fidèles, au point tion de l’invisible le en son entier. as faire d’image n de ne pas tolé-’agit en l’occur-rs religieux à des ère que l’interdit ra de sacralité, squer à son seul
naliste, qui n’hé-au sein même de t précisément ce du témoin, et de ur. En formulant
Extrait de la publication
ionnel – il pro-qui ne se donne ion pourtant se arie d’un autre utretemps au ans ce temps-là ôtre – nous qui ons une sorte e, mais quand nir cette barba-ue tout montre tretemps? Ici bri. Nous vou-uelle échappée voudrions pou-taient capables s imitent qu’oc-nt. Nous avons r le mode de la connaître dans ut une façon de me sesabsolus s’interroge sur ge, au moment récit, il éprouve e à quoi il vient autre temps». e l’idée prover-«autre temps» la proposition e peut être tota-scène du temps emps barbares. ais elle semble acines n’étaient
Extrait de la publication
LE icitement que, à chose de propre-on relie ces pro-n nous saute aux rce quecela est ’y a plus qu’une
être cru, lui qui a n de défense qui ut donc, quant à pte ses interro-la réalité de ce relevant de l’in-gardé sa position erver son regard pectacles, il faut r de nous fondre  spectateurs, de e, à notre corps ipation rampante in. sions courantes , «ce n’est pas s tendance à ren-ire dans la caté-a peine à suppor-e plus difficile à il nous fait face. l’étudier comme ance, pour cette i, que d’une cer-jà commencé de ’analyse s’inscrit e l’horreur nous n d’autre qu’une
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'Excès

de editions-gallimard-patrimoine-numerise

La seule fois de l’amour

de ActuaLitteChapitre