D'une théorie de l'expressivité à des pratiques de la signification

De
Publié par

Les deux études qui composent ce volume visent à montrer le caractère opératoire de la théorie de Henri Meschonnic, appliquée à la lecture de deux poèmes contemporains : « Aube prochaine » extrait de Césarienne (Abidjan, CEDA, 1984) de Bernard Zadi Zaourou et « Joal » extrait de Chants d'ombre (Paris, Seuil, 1945) de Senghor.L'ouvrage, essentiellement destiné à des étudiants s'intéressant à la poétique, propose des applications précises et très pédagogiques de la théorie du rythme. La controverse suscitée par une question fondamentale et récurrente en poétique, à savoir, « par quels moyens le sens d'un poème émerge-t-il ? », trouve ici un début de réponse.
Publié le : mercredi 3 décembre 2008
Lecture(s) : 128
EAN13 : 9782304010404
Nombre de pages : 153
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
D'une théorie de l'expressivité à des pratiques de la signification
3
Titre N'Guettia Martin Kouadio
D'une théorie de l'expressivité à des pratiques de la signification
Essai d'analyse d' «Aube prochaine» et de «Joal»
Poésie
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01040-4 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304010404 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01041-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304010411 (livre numérique)
6
A mes Maîtres illustresJean DERIVE et Bernard ZADI ZAOUROUVous m’avez enseigné la dialectique, la poétiqueet la stylistique en m’inculquant votre sens de la ri-gueur, de l’objectivité et de la simplicité.Merci.A mon Fils N’guettia Gnamtché PaulSache que la conquête de la toison d’orcelle d’Ulysse –ne s’accomplit qu’au prix d’un lent, long et passionné voyage !
.
8
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Ce livre a pour point de départ deux articles, écrits à l’occasion de colloques, qui ont été re-maniés et complétés pour les besoins de la cause. Le colloque d’Abidjan s’est assigné comme objectif d’aborder des questions d’identité. Il privilégiait la diversité des approches, tant d’un point de vue interdisciplinaire que théorique. Cependant, il n’a pu se tenir aux dates indiquées pour des raisons contingentes et il fut reporté à une date ultérieure. Le colloque de Besançon s’est effectivement déroulé les 29, 30 et 31 octobre 2007. Nous y avons pris part en tant que communicant. Ce dernier a traité des rap-ports entre linguistique et littérature. Le thème, d’ailleurs très évocateur, était : « Linguistique et littérature : Cluny, 40 ans après ». Les thèmes de ces colloques étaient certes tout à fait différents, mais il nous a semblé qu’une articulation entre eux était possible dans la mesure où nous avons eu recours au même type d’outillage conceptuel pour aborder ces questions.
9
D'une théorie de l'expressivité
En anticipant pour ainsi dire sur la publica-tion des actes de ces colloques, nous avons vou-lu, très modestement, proposer un support théorique et pratique, indispensable à la com-préhension de certaines œuvres poétiques afri-caines, en nous inspirant d’instruments qui soient capables de révéler leur identité et leurs significations. Ceci répond au souci de fournir, d’une part, aux étudiants du premier cycle d’université, quelques outils pour aborder l’analyse des textes poétiques, mais aussi et sur-tout, pour donner une esquisse d’interprétation du poème sous la bannière de la théorie de Meschonnic. Les expériences de lecture propo-sées, il faut le rappeler, ne sont pas exhaustives. Elles sont d’abord suggestives et indiquent avant tout des pistes. Le lien organisateur des réflexions relatives aux poèmes de Zadi Zaourou et de Léopold Sédar Senghor trouve son fondement théorique dans la poétique de Meschonnic. Cette dernière peut être considérée comme relevant de l’expressivité. Nous dirons pourquoi. En tout état de cause, si l’un des sujets abordés devait aboutir à la recherche de l’identité par le recours au rythme, et l’autre à la démonstration de la manière dont le rythme, inspiré de la linguisti-que et appliqué à la littérature, fait le spectacle du sens du poème, il semble que ce concept de rythme fédère les deux préoccupations par le recours à l’expressivité. Et comme c’est par le
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.