Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

De l'origine des Fulbés (Peuls) à l'Empire Satigui (Deniyanké)

De
116 pages
Peu de populations africaines ont fait couler autant d'encre que les Peuls, ce peuple pasteur nomade qui conduit ses troupeaux à travers toute l'Afrique, pour la raison majeure qu'ils n'ont jamais été considérés comme des autochtones de l'Ouest africain et qu'ils posent un problème ethnocentrique, jusqu'ici non résolu de façon satisfaisante. Incontestablement supérieure, la population peule a fait subir son influence aux populations noires. Nombre de peuplades métissées se forment grâce au mélange de ces deux populations.
Voir plus Voir moins

Ibrahima Mamadou BA
Peu de populations africaines ont fait couler autant d’encre
que les Peuls, pour la raison majeure qu’ils n’ont jamais été
considérés comme des autochtones de l’Ouest africain et qu’ils
posent un problème ethnocentri-que, jusqu’ici non résolu de
façon satisfaisante.
Les premiers voyageurs, comme Hovelacque (1889), ont
résumé alors la question en ces termes : « Il ne faut pas oublier
qu’au coeur même du pays des Nègres, occupant une grande
partie de la région située entre le Tchad et l’Atlantique, a pénétré
et s’est installée une race conquérante de race rouge, les Peuls
ou “Pouls”, originaires de l’Est et qui n’ont rien de commun avec
les races au milieu desquelles ils se sont violemment établis.
La population peulhe est incontestablement supérieure à celle
des Noirs ; partout où elle a rencontré cette dernière, elle lui a
fait subir son inf uence et, au point de vue ethnique, nombre de
peuplades métisses se forment aujourd’hui grâce au mélange
des deux races, la noire originaire et la rouge envahissante. »
Ibrahima Mamadou BA dit Yaya est né en 1955 à
Sinthiou Bamambé (Matam). Fils de feu Mamadou
Boubou BA, fervent défenseur des Satigui et des
Fulbés en général, il est titulaire du Doctorat d’État
en Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de
Dakar et a subi diférentes formations médicales
en France, notamment à l’Université Paris VI. Ayant
exercé en tant que médecin dans le privé pendant dix-sept ans, il est
aujourd’hui médecin-chef du Centre médico-social de la Fonction
publique et Président du Conseil de Santé du Sénégal. Il mène des
activités associatives et politiques dans son Fouta natal. Il est Chevalier
et Ofcier de l’Ordre National du Lion (Sénégal).
Illustration de couverture : © Stockbyte
12,50 €
Ibrahima Mamadou BADe l’originedes Fulbés(Peuls)
à l’Empire Satigui(Deniyanké)IIBRAHIMAMAMADOU BA
De l’oorigine des Fulbés (Peuls))
à l’Emmpire Satigui(Deniyanké)Ce livre est une petitecontributionquin’a pasla
prétention de l’exhaustivité. Il est destiné surtout aux
jeunes citadinsoriginaires du Fouta etquin’ont pas eu la
chance de connaître l’histoirede leurorigineetleur
ascendance .
© L’HARMATTAN, 2014
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-30480-9
EAN : 9782336304809À LA MÉMOIREDEMES PARENTS
Papa, tu fus baptisé« le lion de Sinthiou
Bamambe» par les peuples du Fouta .
Ton ancêtre Koli Tenguella Bâfut fondateur de
ladynastie Deniyanké du Fouta. El Hadj Omar
Foutiyou Tall, le saint hommedisparu dans les
falaises de Bandiagara avait béni tafamille lors
de sonpassagedans ton village natal. Donc, ton
granddestin d’élu de la Divinité n’aétonné
personne .
Tu fus l’aimé, le louéet aussil’élu des
Foutankés qui jouissaient de toustes biens et de ton
hospitalité légendaire .
Les griots chantèrent teslouanges, sur ton
chemin de combattant pour une France libre .
Papa, tu étais si attaché à Dieu que tademeure
était un lieu deculte et dedévotions.
Ta bravoure, ton courage, ta témérité, tonsens
de l’honneur ettadignité ont jalonné toute ton
existence .
Tu étaissirespectueux de la tradition ettu la
valorisais partout et touslessoirs avec la chaleur
1des chansons et dessons de fantangde tes griots .
1
Un air musical dédié uniquement aux Fulbés.
7Tu me disais de laisser aux autres ma part de
toutes parties, de leur donner le meilleur de mon
tout et de ne jamais accaparerleurs biens .
Tu m’apprisla vérité, en touslieux et entous
temps, le courage, la rigueur, la solidaritéetla
justice .
Tu m’enseignasla saveur de notre tradition
2fulbé ,à ladéfendredans le respect de laculture
des autres.
Et enfin la valeur de la paroledonnée;tu m’en
as souvent donné l’exemple jusqu’à ton dernier
souffledans la vie, à Kaolack de Baye Niasseà
qui tu avais promis toninhumation dans sa sainte
Médina où tu reposes .
Papa, je te remercie de m’avoir choisi la mère
idéale, lafillede Kaédi et de Halwar !
La mère protectrice desplus faibles dans la vie
sousl’influencede son grand-père ,
Elimane Ifra Thiam, legrand érudit, le cousin
d’El Hadj Omarla lumière du Fouta .
La grande dame pieuseet généreuseavec les
voyageurs, lesorphelins ettous les démunis.
Le chapelet étaitson arme précieuseetsa
première parure et c’est en l’égrenant qu’elle
rendit l’âme en un joursaint de vendredi de
Dakar.
Elle faisait des épouses de mon pèredes amies
qu’ellecouvait comme ses enfants dont certaines
2
La premièreclassede la noblesseal-poular.
8mêmeétaient choisies par elle. Elle medisait
d’aimer tousles enfants de Dieu comme
moimême .
Elle plantaenmoi lafoi en Dieu, lagénérosité,
l’amour de la familleetlecommerce avec les
hommes .
Elle m’interdisait l’abandon, la trahison, la
haine ou de refuserl’aideà ceux qui ne
choisissentpas de m’aimer .
Elle m’instruisait le respect de la prière, des
aînés, des anciens et de tous les êtres humains .
Ma mère, une blancheurparmiles blancheurs ,
fut l’incarnation de la« Salatoul Fatiha », comme
l’aété ma sœur Rouguiyatou, si tôt arrachéeà
notreaffection.
Papa, maman, je ne saurais, rien d’autre, que
perpétuer vos deux mémoires !
Je veux être votrefidèle reflet sur cette terrede
crisede valeurs .
Je veux être comme vousle vouliez, « un
3palmier droit et fécond surla routede Dieu » .
Et jamais je n’oublieraique je viens de votre
sueur,de votre noblesse, pour vousreprésenter
sur terreen cettefin de monde,ettoujours dans la
dignité, l’honneur et l’amour des hommes .
Votre Mamoudou dit Ibrahima
3
Cettecitation est extraite de Lumières jaunes, une œuvredu poète
sénégalais Meïssa Maty Ndiaye .
9Mamadou Boubou Ba (Pèrede l’auteur)
10

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin