Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Des vestiges aux sociétés

240 pages

Les dix auteurs réunis dans ce volume, à l'occasion de la sixième rencontre de l’école doctorale d’archéologie, se sont intéressés au thème : « Des vestiges aux sociétés. Regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente ». Les contributions présentées ici, couvrent des domaines géographiques, chronologiques et thématiques larges, exprimant en partie la substance complexe et subtile de cette vaste problématique. Les auteurs mettent en regard les pratiques archéologiques et celles des populations en question. Leurs approches se rejoignent sur la valeur du regard critique porté sur les postures de l’archéologue face aux faits empiriques. Les auteurs nous révèlent l’entière nécessité du travail de questionnement des outils méthodologiques pour faire parler justement les vestiges. L’ensemble des contributions montre que l’égal intérêt pour le connu et l’inconnu, le producteur et le destinataire, le corpus étudié et le corpus comparatif, l’intérieur et l’extérieur est le fondement d’une archéologie dynamique plus à même de rendre compte des interactions sociales.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Des vestiges aux sociétés Regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente
Jeanne Brancier, Caroline Rémeaud et Thibault Vallette (dir.)
Éditeur : Publications de la Sorbonne Lieu d'édition : Paris Année d'édition : 2015 Date de mise en ligne : 14 décembre 2016 Collection : Archéo.doct ISBN électronique : 9791035100087
http://books.openedition.org
Édition imprimée Date de publication : 15 janvier 2015 ISBN : 9782859448813 Nombre de pages : 240
Référence électronique BRANCIER, Jeanne (dir.) ; RÉMEAUD, Caroline (dir.) ; et VALLETTE, Thibault (dir.).Des vestiges aux sociétés : Regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente.Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Publications de la Sorbonne, 2015 (généré le 16 décembre 2016). Disponible sur Internet : . ISBN : 9791035100087. DOI : 10.4000/books.psorbonne.4546.
Ce document a été généré automatiquement le 16 décembre 2016.
© Publications de la Sorbonne, 2015 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Les dix auteurs réunis dans ce volume, à l'occasion de la sixième rencontre de l’école doctorale d’archéologie, se sont intéressés au thèm e : « Des vestiges aux sociétés. Regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente ». Les contributions présentées ici, couvrent des domaines géographiques, chronologiques et thématiques larges, exprimant en partie la substanc e complexe et subtile de cette vaste problématique. Les auteurs mettent en regard les pr atiques archéologiques et celles des populations en question. Leurs approches se rejoign ent sur la valeur du regard critique porté sur les postures de l’archéologue face aux faits empiriques. Les auteurs nous révèlent l’entière nécessité du travail de questionnement de s outils méthodologiques pour faire parler justement les vestiges. L’ensemble des contributions montre que l’égal intérêt pour le connu et l’inconnu, le producteur et le destinataire, le corpus étudié et le corpus comparatif, l’intérieur et l’extérieur est le fondement d’une a rchéologie dynamique plus à même de rendre compte des interactions sociales.
NOTE DE L’ÉDITEUR
e Actes de la 6 Journée doctorale d’archéologie. Paris, 25 mai 2011.
SOMMAIRE
Introduction Archéologie et sociologie, les biais d’un débat Pascal Butterlin
Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges
Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges De la matrice sédimentaire à l’occupation de l’espace urbain à Noyon : étude géoarchéologique de e e deux stratifications de terres noires (iv -xiii siècle) Quentin Borderie Introduction Matériel et méthode Résultats Conclusion
e Architecture domestique et société dans la Syrie du Bronze ancien (III millénaire av. J.-C.) De l’approche méthodologique à l’interprétation socio-culturelle de l’habitat en Djézireh syrienne Barbara Chiti e La Djézireh syrienne au III millénaire av. J.-C. Le site et l’habitat de Tell Melebiya Le site et l’habitat de Tell Bderi Le site et l’habitat de Tell Chuera Considérations finales
Lesfistulaeestampillées VASSEDO. VF : réflexion critique sur la valeur et la fonction d’un nom Laurence Brissaud Les thermes du Palais du Miroir : iconographie et sources écrites anciennes Les circonstances de la découverte de la fistule estampillée VASSEDO. VF La dispersion des fragments e Les fouilles et la reprise des données au xx siècle La reprise de l’inventaire des conduites estampillées viennoises Regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente Interprétation des indices
Le Tocititlan et les fouilles du métro Pino Suárez à Mexico Elena Mazzetto Le Tocititlan selon les données archéologiques Le Tocititlan selon les sources écrites Le symbolisme spatial du Tocititlan en Ochpaniztli
Les pratiques funéraires et le statut des individus
Au-delà de la gestuelle, l’analyse sociologique funéraire : aspects théoriques, limites et étude de cas Le site villanoviano-étrusque de Verucchio (RN, Italie) entre la fin du premier âge du Fer et l’Orientalisant ancien Ariane Huteau L’analyse archéologique des ensembles funéraires : aspects théoriques Étude de cas. Verucchio, une proposition de lecture sociologique de deux ensembles funéraires Au-delà de la gestuelle : l’anthropobiologie au service des interprétations sociologiques
Du dépôt animalier au système de représentation d’une société Une réflexion méthodologique sur l’interprétation des pratiques funéraires à travers l’exemple des e sépultures dites « de chevaux » et « de cavaliers » de la période avare (Bassin des Carpates, fin vi s.-e milieu ix s. apr. J.-C.) Ilona Bede Un cadre théorique Les présences équines dans les sépultures avares Pour conclure
Du matériel au territoire idéel : les vestiges comme témoin de la perméabilité des sociétés
Les dépôts non funéraires de l’âge du Bronze en Europe Des pratiques votives, précieux témoins de l’histoire sociale Hélène Blitte Les dépôts non funéraires de l’âge du Bronze européen Recours à l’ethnographie : les dépôts non funéraires de l’âge du Bronze, une forme de « potlatch » ?
Image de soi en préhistoire Essais sur les enjeux de la représentation humaine pour les sociétés magdaléniennes Oscar Fuentes L’humain, une histoire de formes et de types Le cadre formel des silhouettes humaines magdaléniennes Les figures humaines et le réalisme: l’approche de l’individu au Magdalénien Quels enjeux pour l’étude des silhouettes humaines au Magdalénien ?
Du territoire archéologique au territoire de l’archéologue : prédictibilité et échelle de confiance
La mobilité dans la tradition Teuchitlán : un vestige de l’interaction régionale dans l’Occident du Mexique Armando Trujillo
La tradition Teuchitlán Les SIG et les analyses de coût de surface Sources d’information Données environnementales Résultats
Cartes de représentativité et de confiance Une application à l’échelle de l’Île-de-France au Néolithique moyen Claira Lietar Introduction: problématique et axes de recherche ; présentation de la méthode ArchaeDyn Cartes de distribution Corrélation des cartes de répartition Bilan
Conclusion Bilan de la sixième journée doctorale d’archéologie Caroline Trémeaud, Jeanne Brancier et Thibault Vallette
Introduction Archéologie et sociologie, les biais d’un débat
Pascal Butterlin
Ce nouveau volume d’Archéo.Doct, le septième de la série, est consacré à une théma tique large qui témoigne de la vitalité d’approches multi ples centrées sur les sciences sociales, dans le cadre des activités de l’École doctorale d’archéologie (ED 112) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. La réunion, sixième du genre, qui s’est tenue en mai2010, a offert une tribune à de jeunes chercheurs soucieux de développer des approches construites autour de problématiques faisant le lien entre sciences socia les et archéologie. Cette préoccupation n’est assurément pas nouvelle, elle fut l’une des g randes ambitions de l’archéologie processuelle et de ses différentes écoles, dès les années 1960. Nous sommes loin aujourd’hui de l’optimisme des pio nniers de ces disciplines qui ont rencontré des problèmes méthodologiques tels que le ur apport aux sciences sociales ou à l’anthropologie a été considéré comme négligeables voire insignifiants, au moins par les anthropologues. C’est que l’immense écart entre l’objet du sociologue ou de l’anthropologue et celui de l’archéologue tient pour une large part à la valorisation de données radicalement dissemblables, rendant tout dialogue extrêmement di fficile comme le soulignait encore récemment Testart. Nous ne travaillons tout simplem ent pas sur les mêmes objets, les vestiges valorisés par les archéologues ne sont que rarement l’objet de l’attention de l’ethnologue ou du sociologue. Dès lors, une réflexion sur les limites de ce que p eut apporter l’archéologie s’impose, de concert avec la définition de nouvelles méthodes. On retrouvera dans ce volume le souci de forger de nouvelles approches avec une extrême prudence à l’égard des idées reçues, et une évidente méfiance face à des modèles monolithiques de sociétés ou de « cultures » censées être des agents historiques.  Ce volume intituléDes vestiges aux sociétés. Regards croisés sur le p assage des données archéologiques à la société sous-jacente comprend des études groupées en quatre grands thèmes, sur un très large éventail chronologique et spatial, du Paléolithique à la période médiévale, dans un espace qui s’étend de la Mésoamé rique au Moyen-Orient. Les quatre thèmes retenus sont: « Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges », « Les pratiques funéraires et le statut des individus » , « Du matériel au territoire idéelles : vestiges comme témoins de la perméabilité des sociétés » et « Du territoire archéologique au territoire de l’archéologue: prédictibilité et échelle de confiance ».  Le trait commun aux dix communications réunies ici est assurément le souci d’une méthodologie clairement assumée et définie, dont le s présupposés sont exposés très soigneusement. On appréciera surtout la qualité gra phique de ces approches nourries par des outils modernes assurément mais aussi par une réflexion sur leur usage et leur biais. Le souci notamment de définir et articuler des concept s comme celui de prédictibilité et d’indice de confiance est devenu une priorité, tant les archéologues tendent à extrapoler
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin