Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Descartes et la précarité du monde

De
392 pages

La révocation en doute du monde sensible et intellectuel n'est-elle qu'une méthode ? Ce serait réduire les Méditations métaphysiques à un pur exercice. Ne s'agit-il pas plutôt d'une expérience fondamentale, offrant l'intuition de l'inconsistance de tout ce qui l'entoure ? Cette précarité n'est que relative car Dieu et l'être s'imposent au sujet comme une réalité incontestable, impossible à refuser. Au-delà de cette distinction de l'être et du mondain, cet ouvrage qui revisite toute l'oeuvre de Descartes découvre la toute-puissance de Dieu comme clé d'une nouvelle ontologie, empruntant des éléments au néoplatonisme renaissant. Au lieu de rechercher la nature du discours cartésien (est-il métaphysique ou non ?), Thibaut Gress croise histoire et spéculation, réintroduisant Descartes dans son temps, discutant en permanence avec de nombreux et célèbres commentaires, de Gouhier à Brunschvicg. Une relecture nourrie et subtile, éloignée de toute approche réductrice, en particulier heideggérienne. Un Descartes renaissant et humaniste.


Voir plus Voir moins
La Èvocation én douté du mondé ŝénŝiblé ét intélléctuél n’éŝt-éllé qu’uné mÈthodé ? Cé ŝéait Èduié léŝMéditations méta-physiques à un pu éxécicé. Né ŝ’agit-il paŝ plutôt d’uné éxpÈiéncé fondaméntalé, offant l’intuition dé l’inconŝiŝtancé dé tout cé qui l’éntoué ? Cétté pÈcaitÈ n’éŝt qué élativé ca Diéu ét l’êté ŝ’impoŝént au ŝujét commé uné ÈalitÈ incontéŝtablé, impoŝŝiblé à éfuŝé. Au-délà dé cétté diŝtinction dé l’êté ét du mondain, cét ouvagé qui éviŝité touté l’œuvé dé Déŝcatéŝ dÈcouvé la touté-puiŝŝancé dé Diéu commé clÈ d’uné nouvéllé ontologié, émpuntant déŝ ÈlÈméntŝ au nÈoplatoniŝmé énaiŝŝant. Au liéu dé échéché la natué du diŝcouŝ catÈŝién (éŝt-il mÈtaphyŝiqué ou non ?), Thibaut Géŝŝ coiŝé hiŝtoié ét ŝpÈculation, Èintoduiŝant Déŝcatéŝ danŝ ŝon témpŝ, diŝcutant én pémanéncé avéc dé nombéux ét cÈlèbéŝ comméntaiéŝ, dé Gouhié à Bunŝchvicg. Uné éléctué nouié ét ŝubtilé, ÈloignÈé dé touté appoché Èducticé, én paticulié héidéggÈiénné. Un Déŝcatéŝ énaiŝŝant ét humaniŝté.
Doctéu én philoŝophié, cÈatéu ét Èdactéu én chéf du ŝité actu-philoŝophia, Thibaut Géŝŝ a publiÈApprendre à philosopher avec Descartes(2009).
Déŝcatéŝ ét la pÈcaitÈ du mondé
Thibaut Gress
Déŝcatéŝ ét la pÈcaitÈ du mondé
Eŝŝai ŝu léŝ ontologiéŝ catÈŝiénnéŝ
CNRS ÉDITIONS 15, ué Malébanché – 75005 Paiŝ
© CNRS ÉDITIONS, Paiŝ, 2012
Sommaire
Avertissement.................................................................................................9
Introduction : Le souci de l’homme........................................................11.. Y a-t-il uné pénŝÈé humaniŝté ?....................................................14 Lé doublon humaniŝté ..................................................................19 Déŝcatéŝ éŝt-il éxtÈiéu à la Rénaiŝŝancé ? Rétou ŝu untoposhémÈnéutiqué..............................................20 L’humaniŝmé éŝt-il un ationaliŝmé ? ..........................................23 Humaniŝmé ét HumanitÈŝ.............................................................25 Humaniŝmé ét Èudition ...............................................................26 L’univ............28ÉŝÉÉ îî ûâîÉ Ôû ’ûâîŝÉ çâŝîÉ
Première partie Un monde universellement précaire
Chapitre premier : La précarité du monde sensible...............................35 I. Le doute du Discours ................................................................35 SÉŝ É ÔÉ É â çîîûÉ û « BÔ ŝÉŝ » ...............................35 L’ûâîŝÉ É â ÔÉ.........................................................40 DÔûÉ Ôû ûÔî É ÔûûÔî ÔûÉ  .........................................43 II. Le doute desMÉDITATIONS.........4.6................................................ DÔûÉ ŝûBÉçîÉÉ ’ûÉ çâî ÔâîÉ ÔBÉçîÉ ........46 DÔûÉ ÉÉ É É ÔîÉ .............................................................51 III. DesMÉDITATIONSauxPRINCIPES.........55........................................ PÔûûÔî â ÔÉ û É îÈÉ É çÉÉ É â ÔîÉ .................55 HÔÔÔîÉ ÉŝMéditationsÉ ÉŝPrincipes...............................85 La précarité ontologique du monde sensible ..........................61 Fîâî É ÔîâîÔ û ÔûÉ.....................................................61 Chapitre II : La précarité du monde intelligible.....................................63 I. Peut-on douter des natures simples ? ...................................63 SûçûÉ â ÉŝÉâîÔ .........................................................63 RŝîŝâçÉ É â ââîûÉ.....................................................66
382
Descartes et la précarité du monde
PÉŝîŝâçÉ ÔîîûÉ É â ŝûçûÉ ÉŝÉâîÉ .....................68 II. Douter par autrui : la radicalisation du doute................73 vetus opinio............................................................................74 L’ÉÔÉÉ ÔÔÔîûÉ É â ââîûÉ.........................77 MââîûÉ Émathesis universalis..........................................85 UÉ ÔÔÔîÉ ÉâîÉ á ’Éŝî îÉ âBâÔÉ........................88 SÔûçÉŝ ÉâîŝŝâÉŝ É âmathesis universalis.........................9..2Confirmation de la précarité ontologique du monde ...........95 IûçîBîî û ÔûÉ á â ÔÉ ..........................................95 Deuxième partie L’ens ut demonstratum
Chapitre III : L’ego démontrable701............................................................ I. Le « je pense, donc je suis » duDISCOURS: Critère formel de la vérité et conséquence ontologique ...........108 AÉÇû çÔââî Éŝ Ôîŝ ÔŝâîÔŝ É ’ÉXîŝÉçÉ É ’ego.......................................................................................108 IîçâîÔ ÔîûÉ É çÔŝûÉçÉ ÔÔÔîûÉ .......................111 L’îÔŝŝîBÉ ÉçûÉ ÉÔâîÉ ûcogito..............................114 II. La logique disqualifiée et la primauté de l’ontologie : la rupture de la Seconde Méditation................................120 DÔûÉ É â ÔîûÉ : â âîçâî û Mâî GîÉ...................120 EXîÉ ’îÉçÉ ÔÔÔîûÉ âŝ ’ÔÉ çÔîâî ...........128 Lâ çÔûÉÉ É ’egoÉŝ-ÉÉ îBûâîÉ É â ŝÉçÉ û Mâî GîÉ .........................................................................134 Lâ ÔÉîÉ îâîŝÉ : É ÔÉ çÔÉ îâîÔ É ’âçîÔ û Mâî GîÉ.........................................................139 III. Continuités et ruptures dans lesPRINCIPESDELAPHILOSOPHIE.....................................................................142 LÉ ÉÔû û « JÉ ÉŝÉ, Ôç É ŝûîŝ » âŝles Principes.......142 TÔîÉ ûDiscours, âîûÉ ÉŝPrincipes.............................145 Assurance de la portée ontologique de l’ego et portée humaniste de cette découverte ..............................147 AŝŝûÉ â âî Él’ego.........................................................714.. PÔÉ ûîÉŝÉÉ É â çÔûÉÉ É ’ÉÔ ..............................148 Chapitre IV : Les preuves de l’existence de Dieu : la contrainte du réel............................................................................5.1..1...I. La première preuve de l’existence de Dieu : l’idée incontournable ............................................................152 L’îçÔÔûâBÉ îÉ É ÉÉçîÔ ûDiscours......................152 L’Éŝî îâîŝâ ŝÔ ÔÉ âââïÉ : É É Éŝ îÉŝ....158 Râî ÔBÉçîÉ É âî ÔÉÉ : É ’ÔBÉ ÉŝÉ á ŝÉŝ Ôîŝ ...........................................................................161
Sommaire
383
L’îçÔÔûâBÉ îÉ É ’îîî ÉŝMéditations ....................169 II. La deuxième preuve de l’existence de Dieu ou la contrainte du retour à l’idée de la perfection ...173 RÉçÔŝûçîÔ É â ÉûÉ ûDiscours713...................................ÊÉ, ç’Éŝ âÔî ’îÉ É DîÉû...................................................178 D’ûÉ ÉûÉ á ’âûÉ : â ÉâÉçÉ û Ôâû âûÉâî ................................................................................182 III. L’argument « ontologique » : de l’être à l’essence ......184 Vî É âî âŝ ÉDiscours....18..4.......................................... L’îÔŝŝîBîî É âŝŝÉ É â ÉŝÉ á ’ÉXîŝÉçÉ ÉŝMéditations...........................................................................187 PîçîÉŝ É îîÉŝ É â ÉçûÉ kâîÉÉ É ’âûÉ ÔÔÔîûÉ .................................................................................189 RÉÉ çÔÉ Éŝ çÉŝŝîŝ É â ÉŝÉ â ’îÉçÉ É ’É .......................................................................................198 Unité des preuves, unité de l’homme........................................200 PÉÉçîÔ É çâûŝâî.................................................................200 L’ûâîŝÉ çâŝîÉ : ’ûîÉŝâî Éŝ îÉŝ .......................202 Entracte : discussion avec Heidegger......................................................205 IÔûçîÔ : â ŝÉçÔâî ûcogito.......................................205 I. La prétendue indétermination duSUMchez Descartes.....207 CÔûŝîÔ ÉîÉîÉÉ ûsumÉ É âres cogitans............207 PÔÉ ÔÔÔîûÉ ûsum, ÔÉ çÔîâîÉ É âres cogitans........................................................................209 CÉ ûî Éŝ É çÉ ûÉ É çÔâîŝ : ’îîŝîçîÔ ÉîÉîÉÉ...217 II. De quoi l’interprétation duCOGITOMECOGITAREest-elle le symptôme ?............................................................218 L’îîîÉ îâû ûcogito..................................................218 L’ÔûBî ÉîÉîÉ É â îŝîçîÔ ÉÉratio cognoscendiÉratio essendi122............................................................................ III. L’onto-théo-logie en question...........................................227 GÉÈŝÉ É ’ÔÔ-Ô-ÔîÉ .......................................................227 L’ÔÔÔîÉ çâŝîÉÉ ŝÉ ûî-ÉÉ á â î É âmathesis ..........................................................................233 Y â--î ûÉ ÔÔÔîÉ É â ŝûBŝâçÉ  .....................................238 IV. Critiques heideggériennes de Heidegger..........................248 LÉ ŝÉŝ É â ŝûBŝâçÉ çâŝîÉÉ ŝÉÔ JÉâ-Lûç MâîÔ .....248 L’îÉî É ’ego.................................251ŝÉÔ VîçÉ Cââû LÉ ŝÉŝ É ’É çâŝîÉ ..........................................................256
384
Descartes et la précarité du monde
Troisième partie L’ens ut potentia
Chapitre V : Lacausa suiau regard de l’onto-théo-logie.....................263 I. Descartes et Caterus : les non-dits de laCAUSASUI.....................................................264 LÉ ÔBÈÉ ÉÔÉ É âsui causa........................................264 IÉÉ ’âŝî ÔŝîîÉ ŝÉÔ âcausa sui...........................267 II. L’explicitation des non-dits : les Réponses à Arnauld...273 L’îâŝŝÉ ÔîûÉ É âcausa sui......................................273........ causa suiÉÉ ÉŝÉ É âî : âcausa suiçÔÉloquendi modus..........................................729 LÉ ÔBÈÉ É â çâûŝÉ ÔÉÉ ..............................................283 III. Le sens néoplatonicien de l’INEXHAUSTAPOTENTIA..............287 DÉŝçâÉŝ É PÔî ......................................................................287 OÔ-Ô-ÔîÉ É ÔâÔîŝÉ ..............................................291 Chapitre VI : La création continuée ou l’ontologie de la puissance....295 I. Temporalité et substantialité : les difficultés logiques de la création continuée...........296 CÉ û’îîûÉ â çâîÔ çÔîûÉ : â îŝçÔîûî û Éŝ......................................................................................296 CâîÔ çÔîûÉ É ŝûBŝâîâî............................................300 II. L’ontologie de la puissance .................................................302 Lâ îÉçîâîÔ É ’É ŝÉÔ â ûîŝŝâçÉ...........................302 L’ens ut potentia.........................................................................305 III. Les sources médiévales de la création continuée..........307 LÉ ÔâÔîŝÉ É MâïÉ Eçkâ..........................................307 Chapitre VII : Vérités éternelles et puissance divine infinie..........3.......11 I. Sens et portée de la création des vérités éternelles .....312 LîBÉ â ÔÔ îîÉ.............................................................312 CÔâîŝŝâçÉ É îçÔÉŝîÔ É â ûîŝŝâçÉ îîÉ .........316 Lâ çâîÔ Éŝ îŝ ÉÉÉŝ çÔÉ çÔÉŝâîÔ É ’ÔÔÔîÉ çâŝîÉÉ...........................................................320 II. Les antécédents néoplatoniciens de la création des vérités éternelles ...........................................................323 Lâ ÔîÉ ÔîîÉÉ .....................................................................323 Lâ ÔîÉ îçîîÉÉ .......................................................................326 L’îâŝŝÉ ÔÔÔîûÉ É ’âÉ...............................................329