//img.uscri.be/pth/19e272fac8f62e6a9b9c5ba085105af21d35c927
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Développement social et interculturalité : un regard croisé

De
368 pages
Cet ouvrage signe l'ouverture et l'inscription des recherches et des pratiques interculturelles dans la globalisation. Des chercheurs, des praticiens et des jeunes doctorants des quatre continents portent leurs réflexions de manière critique sur la thématique du développement social et de l'interculturalité, du développement durable, de la violence et de la paix, témoignant que l'interculturel est un processus dynamique qu'il faut situer également dans une perspective à la fois historique et transformatrice, avec des influences complexes et pluridirectionnelles.
Voir plus Voir moins

SouSous lSous la d s la dira deircetiicroetn dicotn dioe n d e e
DÉDVÉD EVÉLEV OLEPOL POEPMEPMENMET SNET SNOT SCOICOA ICL EA IAT IL ET INT ITNETN RET CREUCRLUC TLU UTL RUTARULARILAT ILÉ : TIÉ : T É : Ab AbhAbihjiit Khjiit Kjiart Karkuarkn eukn eut Én et Élat Élianlie Canie Cnoe Csotsaot-saF t-eaFr-enaFrenanrnadnednzedzez
UN RUN RUN REGEAGERAGD CRRARD CROISOISOÉISÉ É
Sous la direction de
DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET INTERCULTURALITÉ : Abhijit Karkun et Élaine Costa-Fernandez
UN REGARD CROISÉ
Cet oCet oCuet ovruagvrue sagvre sagigne sie lgnie l’gonue l’voeur’voteurvte et luerture et l’ins’icnrs’ipicnrtisopcn dtriopn dtieos rn des recehs reecrhcehcrehcs et dehreches et des pes praets pirqautireqasut ieqsu es
inteinrcteiunrlcteurlcteullretus dllres dallnes ls dana gs lana gs lloba glaolbislaoalbistiaolntisi. Doanti. Doens c. Des chers chcehreuhcehreusc, dehreus, ders ps, des prats pircaiteircnais et dteinciens et des j eeus jeneus jesneu esn es
docdtoocrdtaooncrtats onrtdas ens dts eqs udeaqs ture aqturce aotnrce toinncetoinnntets inntpes onrptts oernptt eonrleutt enlreut s lrreus éferréfs xieroéfxnis eoxndis oe ndms e admne iaèmnre iaènrce irèirtcie rqiutcie qriutsie uqurs e urs ur
Cet ouvrage signe l’ouverture et l’inscription des recherches et des pratiques la lta hétlmha éatmthiqéamutie qautdie qu ude du édvu eélvodepélpovepmlpoepmnpt emnsot ecnsiot acl sioaet l ciet dal e det l’e indlt’e einrlct’eiunrlcteurlctaulirltaéul, irtaédl, u itdédu , édvu eélvodepélpovepmlpoepmnpte mnte nt D DÉDÉVEÉVEVELLOLOPOPP PPE PEMEM MEENENTNT ST SO SOCOCIALCIALIAL interculturelles dans la globalisation. Des chercheurs, des praticiens et des jeunes durdaburdlabeu, rldabee , ldlea e , vdla ie ovlea ionvlceie onlcet ee ndcet e dlet a e padla e ipaxla , ipatxé, mitxéo, migtéonmiagnot iagqnut ae qnut l’e iqnult’e einrlct’eiunrlcteurlcteul rletusl t reusl n t eupsn t ro upcn roespcsroeuscs euss us
doctorants des quatre continents portent leurs réfexions de manière critique sur dyndaymndayiqmnuaie qmuqie quu’qie l u’fqial u’fit al usft iatuseit tr useiétr gaueélr gaemélgaemnlt emndt aends t andus anne us npe uenrpse eprepsceptreisvcpe teivcà e tivlà a e lfà a ois lfa ois hfisohis tois rhtioqisruiteqo urieq ue
la thématique du développement social et de l’interculturalité, du développement EET IET IT IN NTNTETERERCRCUCULULT LTUTURURARALALILTITIÉ : TÉ : É : et et traet tnrsaftnorsarfmnosrafmtorraimctreai, cterai, vcea, c veadec ves dec is denfis lnufeilnufcelenus ceencs coemcs opmcleopxmles pxleet s xeet s pluet prliudprilirudericritdeiocirtneinocentilnolenslnl.e sll. e s. DÉVELOPPEMENT SOCIAL durable, de la violence et de la paix, témoignant que l’interculturel est un processus
Les oLes oLrgaes orngaisrnagaisteunatisreus datreus de c rs de ce ne ce nouve noeul ovoeuul ovverul oagvrue dagvre de lage da ce la coe lllea cocllteioocln « Etleiocn « Etiosn « Epascpaes Iscpaens Icteens Ircteunrlctteuurrlcteuuls »rletuls » rels »
dynamique qu’il faut situer également dans une perspective à la fois historique
de dle ’Hdlae ’Hrmla’Hramtataarmn ttaapn trtaépn serénpsetreénnsett ennutt nene ut nie untneie nrfteainrcfte aecrrfe iacchre ie chrdie ce hde re egadre ergadrs ergadcs rordciss roéciss roéds isaénds s andls aaqnlus aeqllulaeeq lulee lle U UNUN RN R REEGEGAGARARDRD CRD CR CRO OISOIS ÉISÉÉET INTERCULTURALITÉ : et transformatrice, avec des influences complexes et pluridirectionnelles.
l’allt’éarllit’téaé rlitntéé ’reinstt ’é epsnlt ’ueps slt upps elrpuçes ure pçeucre oçmucoe mce omue n muée n léuémn léeménlt éedmn’t edxn’ct elxduc’seliuxocsn iloumn siaomis n admis ’iandis c’ilnudcs’ilnuocsn ilouan su ioasen u iasen u din see din e de Les organisateurs de ce nouvel ouvrage de la collection « Espaces Interculturels »
la s loa sclioa sét cé iioét cné iitétenré icteunrlcteurlcteullre metullre meolnle mdoinadloeina.dlei.ale.de l’Harmattan présentent une interface riche de regards croisés dans laquelle UN REGARD CROISÉ
l’altérité n’est plus perçue comme un élément d’exclusion mais d’inclusion au sein de
la société interculturelle mondiale.
AbhAibhjAit Kibhjit KAijiRt KAKRUAKN RUKN eUst peN st preosft preosfsereosusfr teesusr tietuluir tatuliriae à ltulire à lair’e à lUn’Uivne’Uirvsneitrié Jvseitré Jasiwté Jaahwaaahrwlaaahrl laalr lal
NeNhreu (hN reJu (hN rJUu (N) à NUJN) à NU e) à Nw Dew Delw Dhie, Ilhi en, Ildhien, I. dAenc. dtAeuc. etAlulecmetlulemenllt cemenht cenf ht cdeu Cef hdeu Cef dnu Cetrne dtrne d’étrte d’uédteu’séd teusd es
Abhijit KARKUN est professeur titulaire à l’Université Jawaharlal frafnrçaafn riçsa aen is eçseat fs eisret fas enrcat fon rpcahononpchoeonps dheone ls d e’e ls dEc’e loElce d’oE lce d’oétl’ue déd teu’s dédteu e ls ddeae ls dnga e lunega, dunege l, dueie lt, dtéire ltta é tirutatréteru ateu re
Nehru (JNU) à New Delhi, Inde. Actuellement chef du Centre d’études et d ee ct d ee cult d tue cul rteuul, JrteuN, JrUeN, J, iU l a eN, i Ul a e, ixe l a erxecé lrxeca fé lrcona fé lcona ftion dcontion dcte Vion de Vice Pe Vice Priécse Priédserindét esidnde lt edn’e lAt dR’e lAICR ’A ICR IC
françaises et francophones de l’Ecole d’études de langue, de littérature de d2e 0d09 2e 009 2à 2009 à 201à 21 e011 e0t c11 et celle dt celle dee lle dPe réPe sriédPserindét esindt e 2endt e 20d1e 21 à 201011 à 20130. E130. En t13. En tant n tanqt uae cnqt ue cqhuee crhcehrhecuehrec,u hre, ur,
et de culture, JNU, il a exercé la fonction de Vice Président de l’ARIC son dson dosmon doaminoae dminae d’inine d’téinrêt’éint prêtéort prêtore st p te suor r ltue sa lr luia ltr ltéia lrtatétirutatréte furarre ftaunrre fçaanriçsaaen/içfsreaa/ifnsreca/onfrpcahononpchoe conphe coonmoe cpmaropémae erpéae et lréet le es et ls es
de 2009 à 2011 et celle de Président de 2011 à 2013. En tant que chercheur, étuéd teus inédteu s indte r s intc eulrcteuulrcteuulllretusll. Pre sla. Plersma. Pri dma ’i dra mu ’ti darue’ts parueus ptrbe lus picbaluitcbionalitcisona, itil eson, i sl est a, i sul et atesut atr deute lr deu’e lor du ’voe lrua’vogr ue ina vg r e inatigtule intiétul tiétul é
son domaine d’intérêt porte sur la littérature française/francophone comparée et les
LitLtéirtLtéatirutatéretur :are tÉ :uv reÉo :lvu oÉtlivuootn ilouet n tioet Én m Éet emrgÉeemrgecrme gecÉme tcudÉe te udÉCte udoCme opaCmorpaéme rpaéde erés de eRs doeRms oaRmnos amnQs aunQés buQécbuoéis cbo éis co is
études interculturelles. Parmi d’autres publications, il est auteur de l’ouvrage intitulé
et B et Benet Bgaenlgais enl(gais 20l(0is 280().0280).08).
Littérature : Évolution et Émergemce Étude Comparée des Romans Québécois
et Bengalis (2008).
ÉlaÉlinaÉlei Cnaei COneSO CTSAOT-FERAST-FERA-NFERANNADENNADEZN eDEZs et pZs et psysct pshyocslhoyogclhuooe cgluoe cglinue cilcinieilcninineienc, dineen, donceto, decutroe cutre ur
en Pen Pseyn Pcshyocslhoyogclhioe inoglioe ingteie inrtceulrcteuulrcteuulllretu, ellre, enllsee, enigseniagsneit cagnt chaenrt chcehrhecuehrr à lecuhr à leu’r à lUn’Uivne’Uirvsneitriévs eitrés ité Élaine COSTA-FERNANDEZ est psychologue cliniciene, docteur
FédFérdFa élre ddaéle dre Pale Pe derne Pearmneabrmuncabo (mucbBo (urcéBo (sriélB) esrilét c) esihlt c) eerhct ceh rhecuehrr aec uh r asesuosr acsioésce asioée acu Liéu Le aabu Lorab aoratobaiorrtoeai rteo ire en Psychologie inteultuelle, ensignant chercheur à l’Univrsité
ClinCilqinCuileqinFs Puiéeqds Psuéyercas Pshlye docsphye Paoctphaeortplhnoaogtmlhioqbogulioe eqcgo (uie et Iq Bunrt Ie eétesnrit Iltc) eeulnrt ccteuulrhcteuulrllrce (tehulelrLue (er aCllLPe (sCIs) dLoPcCIie l) déP e aI’e l) dU u Ln’e lUivane’bUirvorsneitariévst oeitirérse i té
Cliniques Psychopathologique et Interculturelle (LCPI) de l’Université de Tde Todule Touluoseulu-sJoeu-asJn Je-aJn Jeaaun Jraèus (raès (FrrèaFs (nrcaFenr.c) Eaen.) Eclele e.) Elle est melle est memst mebmre dbmre de lbre de l’AD’e lAEDP’AEDPSAE (ESE (ASsE (sAoscsAioasctsoonacti onati on
de Toulouse-Jean Jaurès (France.) Elle est membre de l’ADEPASE (Association poupr loupe Dr loue Dr léve Deélvoepélpoveepmelpoepmenpt dement de l n’e lt dEd’e lEucd’auEtcidon eautcion eatt dion et de le la Pt da Pe lsya Pcshyocslhoyogclhioe eoglioe en Agie en Asie dn Asie du Ssie du Sudu S-uEds-utE)d s-tE) st)
pour le Développement de l’Education et de la Psychologie en Asie du Sud-Est) et s e et screét sctra eéicrtare géirte gaénirée grna élre dnaéle dre all’e e dARl’Ae ICRl’A. ICERn t. IECan t. nE t qan tnut qae cnut qe cheurhe cceh rhecuehrec, suhron de, suron d, somon doamin oae dminae d’in’téin rtê’éint prêtéort prêtoret p tore te PrPérfaPécfraée dcfae dce Ce de Claue Claudi lauo Bdio Bdi oo Blzomlzoamlnzamnan
Préface de Claudio Bolzmanet secrétaire générale de l’ARIC. En tant que chercheur, son domaine d’intérêt porte sur lsuer lss Nuer ls Noeus Nvoeulvloeus Tlvles Tellcehs Tencohelncoohglnioeogs dlioegs de lies da Ce la Ce loma Comuomnmiucmnaiutcinaon (itcion (atNion (TNCT) eNCT) et lCet l) es p et ls proecs preoscsreuoss dcseuss de sus de e Po PsotPfsaotcfsae dtcfae dce Ee de Emme Emmammnauneaul Jneul Jo evl Joevlioenvlienlin
sur les Nouvelles Technologies de la Communication (NTC) et les processus de Postface de Emmanuel Jovelinsubsjuebcsjtueivabctjeitvaicon etitvaion etn sion en situan sittuionaituis inonatis inonters intceulrcteuulrcteuulllretusll. Eresl. Ellee a dsl. Ele a dllie a drigiré ligi’é lroigu’é lvorua’vogrue avgDre aegD le ae DD laeiv D leaivr Dseitivrés eitrés ité
subjectivation en situations interculturelles. Ellirigé l’ouvrage De la Diversité
LinLigunLiisgutniisgqutiise qutaie quux ae uPx aruaPx triqaPutireqas utieqIs nuteIes nrtceIunrlcteurlrcteullretusll (res2l (l0e1s22 (0) a120) a1u2x é) aux éduitx éidonitids Lonitis Lon’Hs La’Hrma’Hramtatarmtnt.antt.an.
Linguistique aux Pratiques Interculturelles (2012) aux éditions L’Harmattan.
ISBN : 978-2-343-04689-1
37 € 37 € 37 € 37 €
DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET INTERCULTURALITÉ :
Sous la direction de Abhijit Karkun
DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET INTERCULTURALITÉ :
Sous la direction de Abhijit Karkun
DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET INTERCULTURALITÉ :
Sous la direction de Abhijit Karkun
et Élaine Costa-Fernandez
UN REGARD CROISÉ
et Élaine Costa-Fernandez
DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET INTERCULTURALITÉ :
Sous la direction de Abhijit Karkun
UN REGARD CROISÉ et Élaine Costa-Fernandez
UN REGARD CROISÉ
et Élaine Costa-Fernandez
UN REGARD CROISÉ







Développement social et interculturalité :
Un regard croisé

Sous la direction de
Abhijit Karkun et Elaine Costa-Fernandez




Développement social et interculturalité :
Un regard croisé



Préface de Claudio Bolzman
Postface de Emmanuel Jovelin












Cet ouvrage fait suite au colloque organisé
par l’Association Internationale de Recherches Interculturelles (ARIC)
au Centre d’études françaises et francophones, l’Ecole d’études de langue,
de littérature et de culture de l’Université Jawaharlal Nehru (JNU),
en décembre 2012 à New Delhi, Inde.




















© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-04689-1
EAN : 9782343046891
EDITIONS L’Harmattan COLLECTION « ESPACES INTERCULTURELS »
Directeurs de collection : Emmanuel JOVELIN et Claudio BOLZMAN

La conjoncture mondiale dans laquelle nous vivons rend la question des contacts et des
relations entre les cultures plus actuelle que jamais. « ESPACES
INTERCULTURELS », collection de l’Association pour la Recherche
Interculturelle (ARIC), créée depuis 1995, vise à prendre place dans la confrontation
d’idées et des débats actuels, en privilégiant les perspectives pluridisciplinaires. Elle publie
des travaux de qualité présentant des descriptions et analyses de recherches
interculturelles, des articulations entre recherche et pratique, des réflexions théoriques, des
synthèses, des monographies et des actes des congrès et colloques de l’ARIC.
La collection publie des travaux traitant des thèmes suivants : Les phénomènes liés aux
contacts entre les groupes socio-culturels ; les conditions d’existence des sociétés
multiculturelles ; l’articulation entre les différents niveaux d’approche, et également de la
confrontation internationale des points de vue, des théories et des pratiques ; les contacts
entre personnes ou entre groupes sociaux se réclamant de cultures différentes et processus
de changements individuels et collectifs résultant de ces contacts au sein d’une société ou
d’un Etat, ou entre sociétés et Etats etc.

Comité de lecture
Michèle VATZ LAROUSSI (Université de Sherbrooke, Canada)
Tania OGAY (Université de Fribourg, Suisse)
Aline GOHARD (Uribourg Suisse)
Claudio BOLZMAN (Haute école de Genève-Université de Genève, Suisse)
René MOUKONKOLO (Université de Tours, - France)
Mohammed LAHLOU (Université de Lyon France)
Anne Françoise DEQUIRE (Université catholique de Lille/Institut social Lille Vauban)
Hédi SAIDI (Université catholique de Lille/Institut social Lille Vauban)
Gina THESEE (Université du Québec, Canada)
Emmanuel JOVELIN (université catholique de Lille/Institut social de Lille France)
Mourad KAHLOULA (Université d’Oran, Algérie)
Fabienne RIO (Université Paris 8, IME, France)
Elaine COSTA FERNANDEZ (Université Fédérale de Pernambuco, Brésil)
Anna ELIA (Université de Calabria, Italie)
Jean FOUCART (Haute Ecole Européenne Charleroi, Belgique)
Reinaldo FLEURI (Université Fédéral de Santa Catarina, Florianoplois, Brésil)
Marie Antoinette HILLY (université de Poitiers, France)
Geneviève VERMES (Paris 8, France)
Nicole CARIGNAN (Université du Québec, Montréal)

Présentation des auteurs

AILINCAI Rodica, MoDyCo (Modèles, Dynamiques, Corpus - Université Paris
10) & Université de la Polynésie française, France.
ANTONY Cecilia, Professeur agrégée, Département d’études françaises et
francophones, Panjab University, Chandigarh, Inde.
BACHY Laetitia, Université de Mons, Faculté de Psychologie et des Sciences de
l'Éducation, Service de Développement humain et traitement des données, Mons,
Belgique.
BHAR Swagata, Doctorante, Centre d’études françaises et francophones, Ecole
d'études de langue, de littérature et de culture, Université Jawaharlal Nehru(JNU),
New Delhi, Inde.
BOLZMAN Claudio, Professeur Haute école de travail social-Genève. Haute
école spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO) et Département de sociologie.
Université de Genève, Suisse.
BRUYNINCKX Marielle, Université de Mons, Faculté de Psychologie et des
Sciences de l'Éducation, Service de Développement humain et traitement des
données, Mons, Belgique.
CAUCHIE Dimitri, Université de Mons, Faculté de Psychologie et des Sciences
de l'Éducation, Service de Développement humain et traitement des données,
Mons, Belgique.
CHAKROUN Ghazi, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax, Tunisie.
COQUEREAU Elise, Etudiante (M2) Europhilosophie, Université de
ToulouseLe Mirail et Université Charles de Prague, France.
COSTA FERNANDEZ Elaine, Docteur en Psychologie Interculturelle,
Enseignant au PPG en Psychologie UFPE et Chercheur associé au LCPI –
l’Université de Toulouse Jean Jaurès (UTJJ), Brésil/France.
DI PASQUALE Bruno, Université de Mons, Faculté de Psychologie et des
Sciences de l'Education, Service de Développement humain et traitement des
données, Mons, Belgique.
DUSI Paola, Professeur agrégée - senior researcher, Département de philosophie,
pédagogie et psychologie, Faculté de Sciences de la Formation, Université des
Études de Vérona, Vérona, Italie.
FERRANDI Raymonde, Psychologue clinicienne – Coordonnatrice des
formations, Association La Clepsydre, France.

HAJJI Nabil, psychologue, Adjoint de Direction. Responsable du pôle
Développement, formations continues, qualifiantes et certifiantes. Institut pour le
Travail Educatif et Social de Brest – Quimper, France.
HOSOKAWA Hideo, Doyen Waseda Graduate School of Applied Japanese
Linguistics/ Université Waseda à Tokyo,Japon.
JOVELIN Emmanuel, Professeur des universités en sociologie, Université de
Lorraine, Vice –Président de l’ARIC, Président de l’Association française pour le
développement de la recherche en Travail Social (AFFUTS), France.
KAPOOR Bhawna, Doctorante, Centre d’études françaises et francophones,
Ecole d'études de langue, de littérature et de culture,Université Jawaharlal
Nehru(JNU), New Delhi, Inde.
KEDDACHE Nadia, EPAU, Ecole Polytechnique d'Architecture et d'Urbanisme,
Alger, Algérie.
LESCARRET Odette, Professeur Emérite de psychologie Université de Nîmes,
membre du Laboratoire PDPS Université de Toulouse Jean Jaurès, psychologue,
présidente de l’ADEPASE, France.
MARCOTE Pedro Vega, Professeur agrégé, Faculté des sciences de l’éducation,
Université de La Corogne, Espagne.
MEKIDECHE Nadjet, Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le
Développement(CREAD), Alger, Université Alger 2, Faculté des Sciences
Humaines et Sociales, Algérie.
MEKIDECHE Tchirine, Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le
Développement(CREAD), Alger, Université Alger 2, Faculté des Sciences
Hum
MESSETTI Giuseppina, chercheuse en éducation, Université des Etudes de
Vérona, Italie.
MOKEDDEM Khedidja, attachée de recherche au Centre national de recherche
en anthropologie sociale et culturelle (Crasc), Division Socio-anthropologie de
l’éducation et systèmes de formation Crasc, BP 1955 El-M'Naouer. Technopôle
de l'USTO, Bir El Djir 31000 Oran, Algérie.
MOUSSA-BABACI Fatima, Présidente de l’ARIC, Professeur, Université d’Alger
2, Laboratoire d’anthropologie psychanalytique et de psychopathologie, Algérie.
MUKHERJEE Amit Kumar, doctorant, Centre d'études françaises et
francophones, Ecole d'études de langue, de littérature et de culture, Université
Jawaharlal Nehru (JNU),New Delhi, Inde.
NGUYEN Ngoc Diep, Docteur en Psychologie de l’Université de Toulouse Jean
Jaurès, ancienne enseignante à l’Université des Sciences Sociales et Humaines de
Hanoi, chargée de cours à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, attachée
temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université d’Angers, psychologue,
membre de l’ADEPASE, France.
PANDEY Mugdha, Doctorante, Centre d’études françaises et francophones,
Ecole d'études de langue, de littérature et de culture, Université Jawaharlal
Nehru(JNU), New Delhi, Inde.
PUGAZHENDHI K., Assistant Professor, Centre d’études françaises et
francophones, Ecole d'études de langue, de littérature et de culture,Université
Jawaharlal Nehru(JNU), New Delhi, Inde.
RADHAKRISHNAN Asha B., Doctorante, Centre d’études françaises et
francophones, Ecole d'études de langue, de littérature et de culture,Université
Jawaharlal Nehru (JNU), New Delhi, Inde.
SHAKERI Ahmad, doctorant, EHIC, Université de Limoges, France. Assistant de
recherche, l'Institut Supérieur d'Études Iraniennes, Paris, France.
SHIRKHODAEI Shima, Doctorante CeReS, Université de Limoges, France.
SRIDHAR Uma Damodar, Assistant Professor, École d’études françaises,
Département de langue française et de linguistiues, English & Foreign Languages
University(EFLU), Hyderabad, Inde.
STEINBACH Marilyn, Professeure agrégée, Département de pédagogie, Faculté
d'Éducation, Université de Sherbrooke, Canada.
SHARMA Varun Dev, Doctorant, Centre d’études françaises et francophones,
Ecole d'études de langue, de littérature et de culture, Université Jawaharlal
Nehru(JNU), New Delhi, Inde.
WALTHERY C. Claire, Enseignante retraitée. ESAS/HELMO (Ecole Supérieure
d’Action Sociale à la Haute Ecole Libre Mosane), Liège, Belgique.
YANAPRASART Patchareerat, Dr. collaboratrice scientifique et chargée de cours,
Universités de Genève et de Lausanne, Suisse.
ZOUAOUI Moussa, Enseignant chercheur, Université Sétif 2, Algérie.

Sommaire

Préface ................................................................................................................................. 13
Introduction ........................................................................................................................ 15
Mot de la présidente .......................................................................................................... 19

Première partie : ................................................................................................................. 21
LE DEVELOPPEMENT SOCIAL ET DURABLE
LE TRAVAIL SOCIAL ; LA SOCIETE CIVILE ; LA SOCIETE INCLUSIVE ;
LA VIOLENCE ET LA PAIX ; LA PAUVRETE URBAINE ET RURALE.
Chapitre 1 .......................................................................................................................... 23
Théorie de l'interculturalité, contre la domination et l'oppression culturelles. La
reconnaissance culturelle comme développement social.
Elise Coquereau
Chapitre 2 ...... 31
L’interculturel et la perspective de la durabilité : Une équation subtile en Algérie
Moussa Zouaoui
Chapitre 3 ...... 49
Développement durable et la culture dominante de la consommation à
l’Université
Pedro Vega Marcote
Chapitre 4 .......................................................................................................................... 61
Emergence de la culture de consommation en France et en Inde : Une étude
comparée
Swagata Bhar
Chapitre 5 ...... 73
Développement social et empowerment en situation interculturelle
Nabil Hajji
Chapitre 6 ...... 85
Coopération internationale pour la formation et la recherche en psychologie.
Attentes mutuelles et aménagements communs
Elaine Costa-Fernandez, Odette Lescarret et Ngoc Diep Nguyen
Chapitre 7 ........................................................................................................................ 103
L’habitus et l’ascension sociale : les films et la perception de la différence
interculturelle
Uma Damodar Sridhar

Chapitre 8 ........................................................................................................................ 111
Le « choc des civilisations » (Huntington) serait-il nécessaire au maintien de la
différence ? Eléments d’approche psychanalytique
Raymonde Ferrandi
Chapitre 9 .... 119
L'espace public du quartier comme espace de socialisation citoyenne,
d'interculturalité et de développement socio-humain en contexte sociétal
maghrébin.
Nadjet Mekideche, Tchirine Mekideche et Nadia Keddache

Deuxième partie : ............................................................................................................. 133
L’UNIVERS ACADEMIQUE/EDUCATIF
LES LETTRES ET LA CULTURE ; LA CREATION DE CAPACITE ET DE
COMPETENCE.
Chapitre 10 ...................................................................................................................... 135
De la culture à l’interculturel par le biais du pluriculturel : une etude des gestes
et des comportements
Cecilia Antony
Chapitre 11 ... 141
Se connecter au monde pour apprendre poétiquement
Claire Walthery C.
Chapitre 12 ... 149
Médiation, interculturelle, et l'éducation de citoyenneté. La possibilité de la
pédagogie pour l’activité langagière.
Hideo Hosokawa
Chapitre 13 ...................................................................................................................... 157
Des œuvres françaises et leurs versions tamoules
K. Pugazhendhi
Chapitre 14 ... 167
A la recherche d'une nouvelle amitié interculturelle : Une étude de l'humanisme
dans Le Dernier Frère de Nathacha Appanah
Asha B. Radhakrishnan
Chapitre 15 ... 179
Le discours du Retour, la transformation du discours
Ahmad Shakeri
Chapitre 16 ...................................................................................................................... 189
La traduction de la littérature de jeunesse : une perspective interculturelle. Une
étude comparée de traduction de Harry Potter and Philosopher’s Stone en français et
en hindi
Mugdha Pandey


Chapitre 17 ...................................................................................................................... 195
Une étude socioculturelle de la musique contemporaine française et indienne
entre 2000 et 2010 et leur impact sur la jeunesse
Amit Kumar Mukherjee
Chapitre 18 ... 201
Le paysage spirituel de l’Himalaya : une perspective française
Varun Dev Sharma
Chapitre 19 ... 209
L’école et le sentiment d’appartenance : le point de vue des futurs enseignants
en Italie et au Québec
Paola Dusi et Marilyn Steinbach
Chapitre 20 ...................................................................................................................... 225
Mise en fiction des figures historiques de l’Inde française : une lecture
de Roman de la Bégum Sombre (1981) et du Mercenaire du Gange (1995) de
Michel Larneuil
Bhawna Kapoor

Troisième partie :
LES DROITS DE LA PERSONNE ........................................................................... 235
LA JEUNESSE ; LA FEMME ; LA SANTE ; LA MIGRATION ET LES
MINORITES
Chapitre 21 ...................................................................................................................... 237
Santé mentale des adolescents, comportements à risques et politiques sociales
pour y faire face
Khedidja Mokeddem
Chapitre 22 ... 247
Espaces offrant des services pour des adolescents et des jeunes dans des
cultures différentes
Ghazi Chakroun
Chapitre 23 ... 265
Insertion scolaire et sociale de minorités tribales dans le Tamil Nadu: analyse
pédagogique critique d'un projet éducatif pilote dans la région de Pondichéry
Dimitri Cauchie, Marielle Bruyninckx et Bruno Di Pasquale
Chapitre 24 ...................................................................................................................... 283
La prise en compte des spécificités culturelles des immigrés vieillissants
intégrant une structure d'hébergement en Belgique francophone
Marielle Bruyninckx, Dimitri Cauchie et Laetitia Bachy
Chapitre 25 ... 301
Les enjeux énonciatifs de la construction identitaire de la "femme universelle"
dans le cinéma d'Abbas Kiarostami
Shima Shirkhodaei

Chapitre 26 ...................................................................................................................... 313
L’interculturel dans l’éducation de l’enfant : dynamique interactive en classe et
en famille. L’exemple de deux minorités de la Guyane française
Rodica Ailincai
Chapitre 27 ... 331
Le capital de mobilité dans la construction identitaire et le capital familial
(le rôle des conjoints) dans l’intégration socioprofessionnelle des expatriés
Patchareerat Yanaprasart
Chapitre 28 ...................................................................................................................... 349
Enfants et familles d’autres cultures: les représentations des enseignants
Giuseppina Messetti et Paola Dusi

P o stface .............................................................................................................................. 359


Préface
De l’interculturel Nord-Sud à l’interculturel global

La naissance de l’Association internationale pour la recherche interculturelle
(ARIC) au début des années 1980 est le fruit de l’initiative d’un groupe
interdisciplinaire (mais en majorité issu de la psychologie) de chercheurs
francophones travaillant dans des pays du Nord (principalement en France, Suisse
et Canada). Les thématiques autour desquelles s’articulait la recherche
interculturelle dans cette période fondatrice étaient logiquement le fruit de
l’inscription de ces chercheurs dans les universités du Nord.
Ce nouvel ouvrage, issu d’un colloque international qui s’est tenu à l’Université
Jawaharlal Nehru (JNU), en décembre 2012 à New Delhi, montre le chemin
parcouru en 20 ans par l’ARIC. En effet, jusqu’au début des années 2000, tous les
congrès et colloques de cette association se sont tenus dans un pays européen ou
d’Amérique du Nord. Avec le Congrès d’Alger de 2005 commence, pour
l’association, un processus d’ouverture au monde et d’inscription dans la
globalisation. Ce processus se poursuivra tout au long des années 2000, avec des
manifestations scientifiques tenues aussi bien en Afrique, en Amérique du Sud et
du Nord, en Europe de l’Ouest et de l’Est qu’en Asie.
On retrouve cette « globalisation » de l’ARIC en parcourant à la fois les origines
des contributeurs à cet ouvrage et les thématiques abordées. En effet, même si de
nombreux auteurs proviennent des universités des pays fondateurs, nombre de
contributions sont issues d’auteurs provenant d’autres pays, notamment du Sud.
Par ailleurs, les trois principaux axes thématiques de l’ouvrage mettent en évidence
des préoccupations nouvelles qui ne sont pas étrangères au regard porté par les
organisateurs du colloque de New Delhi aux questions interculturelles, mais
toujours connectées à de problématiques d’une portée transnationale.
Le premier axe de l’ouvrage porte sur la thématique centrale du colloque, à savoir,
le développement social, question de grande actualité en Inde et dans d’autres pays
du Sud. Mais il aborde aussi, entre autres, le développement durable, le travail
social, la violence et la paix, des thématiques sur lesquelles la perspective
interculturelle peut, à n’en pas douter, porter un regard novateur et alternatif.
L’axe deux s’intéresse à l’interculturel dans les univers académiques et éducatifs,
avec un accent particulier sur sa place dans les lettres et plus largement dans
l’univers artistique, espace paradigmatique du dialogue créatif et dynamique des
cultures.
Enfin, le troisième axe porte sur les droits de la personne, avec une attention
particulière à ceux que l’on pourrait définir comme nitoyens, autrement dit aux

Claudio Bolzman
oubliés de la citoyenneté. En effet, ces personnes ne sont pas considérées comme
des citoyens à part entière soit parce que leur citoyenneté est considérée comme
latente (cas des mineurs, des personnes vivant avec un handicap mental par
exemple), soit parce qu’elles ne sont pas considérées comme des membres à part
entière de la nation dans laquelle elles résident (cas des minorités ethniques ou
religieuses, des immigrés par exemple).
Ces trois axes mettent en évidence le fait que les enjeux interculturels se situent
dans plusieurs domaines de la vie sociale, que ce soit le développement,
l’éducation, les arts, les droits humains et bien d’autres. On constate également
que les questions interculturelles ne concernent pas uniquement les relations
interpersonnelles, mais qu’elles se situent aussi au niveau méso-social et
macrosocial.
Le niveau méso-social est celui où se construisent des relations qui dépassent les
individus, mais qui modulent l’espace social. C’est le travail que les sociétés font
sur elles-mêmes, pour se reconfigurer, c’est l’aménagement des espaces plus ou
moins institués pour construire des passerelles, des dialogues possibles, des
échanges attentifs à l’autre. A ce travail contribuent différents acteurs et il peut
prendre des formes variées, selon leurs ressources et leur capacité d’influence. Au
fond, on perçoit là les nombreuses similarités entre la démarche interculturelle et
la perspective démocratique.
En ce sens, il ne faut pas oublier que l’interculturel se joue aussi au niveau
macrosocial, notamment au niveau macro-institutionnel. Nous nous référons ici
au niveau politique et législatif qui organisent et définissent les formes
d’interculturalité légitimes (ou illégitimes), ce qui sera intégré ou exclu du point de
vue normatif, du droit. En général, cela se fait à un rythme plus lent que dans les
deux autres niveaux. On vient à reconnaître et/ou à encourager ce qui se passe
dans le monde social, non sans tensions ou conflits. Mais les tensions et conflits
font partie du processus du dialogue interculturel et démocratique. En effet, c’est
parce que l’on reconnaît l’Autre, que l’on accepte que d’autres points de vue
légitimes sur la réalité peuvent exister, que l’on peut vivre et construire ensemble.
Les transformations vécues par l’ARIC lors de ces dernières années, la tenue d’un
premier colloque de l’association en Asie, la parution de cet ouvrage, nous
rappellent que l’interculturel est un processus dynamique qu’il faut situer aussi
dans une perspective historique et transformatrice. Par ailleurs, ces nouveaux
phénomènes mettent en évidence que, dans un monde globalisé, les processus
interculturels se jouent simultanément dans plusieurs espaces, avec des influences
complexes et pluridirectionnelles. Si dans le passé le Nord définissait l’agenda de
l’interculturalité, de nos jours la pluralité de perspectives tend à s’imposer.
Claudio Bolzman

Introduction

Les textes regroupés dans cet ouvrage sont issus du colloque international
organisé conjointement par l’Association internationale de recherche
interculturelle (ARIC), le Centre d’études françaises et francophones, l’Ecole
d’études de langue, de littérature et de culture de l’Université Jawaharlal Nehru
(JNU), en décembre 2012 à New Delhi, Inde.
Cette rencontre internationale en langue française avait pour objectif d’étudier
d’une manière critique les questions relatives à l’interface entre les recherches
interculturelles et le développement social, une thématique adaptée aussi bien aux
besoins régionaux qu’universels. Alors pour ce faire, des chercheurs, des praticiens
et des étudiants des quatre continents se sont réunis autour de la thématique :
Travailler l’interculturel, Développer le social, Recherches interculturelles et développement social :
questions(s) et gestion(s).
Etant la toute première manifestation académique et intellectuelle de l’ARIC en
Asie et en Inde, berceau d’une civilisation millénaire où se croisent les traditions et
la modernité, les langues et les religions, les coutumes et les cultures, le comité
d'organisation a proposé de discuter de l’interculturalité, clé pour assurer la paix et
le développement durable dans le monde.
Nous partons du postulat que l’interculturalité joue un rôle primordial dans
l’évolution du monde. Il s’agit surtout d’envisager une synergie interculturelle au
niveau social permettant de nouer des relations dynamiques, réciproques et
égalitaires entre les diverses parties prenantes d’une rencontre ou d’un conflit.
L’interculturalité fonctionne également comme un catalyseur social capable
d’assurer un développement social équitable.
Réaliser pour la première fois un colloque ARIC en Asie était pour nous un
symbole fort. L’enjeu était d’entamer un véritable dialogue entre chercheurs et
professionnels sensibles et engagés à la diffusion d’une démarche interculturelle
dans cette partie du monde. Ceci car le multiculturalisme ne suffit plus à
l’interculturalité. L’Inde étant une incontestable plaque tournante entre les diverses
cultures mondiales, il s’agissait d’un choix naturel qui s’est imposé pour le colloque
ARIC en 2012, après Genève, Amiens, Alger, Timisoara, Florianópolis, Fribourg,
Sherbrooke, entre autres. Mais une question reste toujours ouverte : Comment
favoriser le dialogue interculturel afin d’assurer le développement social, dans une
société multiculturelle ?
Porteuse d’une culture millénaire, au carrefour d’influences multiples, l’Inde a
connu à travers les âges différents, des échanges et des confrontations
interculturels très riches, tant au niveau religieux que sociétal. Les religions
animistes, totémistes des « adivasis » (des premiers habitants ») dès l’aube de
Abhijit Karkun & Elaine Costa-Fernandez
l’histoire, suivies par les vagues de l’Hindouisme, du Bouddhisme, du
Christianisme, de l’Islam et du Sikhisme témoignent de cette diversité plurielle. En
Inde, une religion est bien plus qu’un système de croyance. Le choix religieux
détermine le mode de vie et par conséquent, elle est intériorisée pour servir de
référence à une vie participative et holistique. En effet, le terme occidental
« religion » est souvent interprété dans une perspective restrictive, tandis que le
terme « dharma » en Sanscrit est plus global dans son acception. Il s’applique aux
divers domaines et diverses phases de la vie tels qu’ils sont expliqués dans la
Bhagavad-Gita, le texte sacré des Hindous. Le bouddhisme a apporté le grand
thème de la non-violence, l’avènement d’une culture chrétienne, surtout pendant
l’époque coloniale, a entraîné la conception d’une société moderne. Dans ce
contexte, l’Islam provenant des pays arabes s’est indianisé pour donner naissance à
un islam plus tolérant et plus ouvert à la pluralité indienne, résultat qui témoigne
de compromis et de créations interculturelles certaines.
La devise de l’Inde moderne est celle de l’unité dans la diversité. Dès
l’indépendance en 1947, les combattants pacifiques et visionnaires indiens ont
conçu une Inde à la fois moderne et pluraliste dans les traditions des «Indes »
millénaires, objet de quête et de désir du monde occidental, comme témoignent les
nombreux voyages maritimes à l’origine de grandes découvertes. Cette pluralité est
même la base fondamentale de cette jeune démocratie indienne. De nos jours, la
plus grande démocratie du monde cherche à affirmer son développement social à
travers les valeurs humanistes de l’interculturalité dans un espace mondialisé.
Les divers échanges qui ont eu lieu pendant le colloque ARIC JNU 2012 ont traité
de la question du développement social, aussi pertinente dans le Nord que dans le
Sud de notre planète. Certes, les enjeux de développement social ne sont pas les
mêmes dans les pays dits développés et ceux en voie de développement. Or, les
enjeux sociaux sont complémentaires et englobent des atouts d’un développement
social à la fois équitable et inclusif.
Cet ouvrage présente une interface riche de regards croisés dans laquelle l’altérité
n’est plus perçue comme un élément d’exclusion mais d’inclusion au sein de la
société interculturelle mondiale. Alors sans faire des distinctions entre les
propositions théoriques des recherches académiques et des pratiques
professionnelles, les 28 textes présentés dans cet ouvrage seront regroupés en
fonction de trois axes :
1. Le développement social et durable, avec des discussions sur le travail
social ; la société civile ; la société inclusive ; la violence et la paix ; la
pauvreté urbaine et rurale.
2. L’univers académique/éducatif avec des discussions sur les lettres et
la culture ; la création de capacité et de compétence.
3. Les droits de la personne avec des discussions sur la jeunesse ; la
femme ; la santé ; la migration et les minorités.

Introduction
Cet ouvrage a aussi pour vocation la diffusion des travaux de jeunes chercheurs
dont les études concernent l’interculturalité. Alors les organisateurs ont fait le pari
de publier quelques articles choisis de doctorants présentés dans une table ronde
qui leur a été consacrée et très appréciée par les membres de l’ARIC. Espérons
que la lecture de ces textes va contribuer au rayonnement de l’esprit
d’interculturalité pacifiste dans le monde, souvent troublé par des conflits violents
ou des hégémonismes.
En tant qu’organisateurs de l’ouvrage, nous tenons à remercier Fatima MOUSSA,
présidente de l’ARIC et NGUYEN Ngoc Diep pour la mise en page. Nous
remercions également Emmanuel JOVELIN et Claudio BOLZMAN, directeurs
de la Collection « Espaces Interculturels » aux éditions de l’Harmattan pour leur
soutien.
Abhijit Karkun et Elaine Costa-Fernandez


Mot de la présidente
Saluons le travail effectué par les auteurs Abhijit Karkun et Elaine
CostaFernandez qui n’ont pas ménagé leurs efforts dans l’élaboration et la réalisation
des actes de ce colloque de l’ARIC organisé à New Delhi en Inde. Travailler
l’interculturel, Développer le social, Recherches interculturelles et développement social :
questions(s) et gestion(s): c’est là une thématique chère à l’association internationale
pour la recherche interculturelle (ARIC). Ce colloque organisé par Abhijit Karkun
est venu à point nommé pour offrir une occasion de confrontations et de
concertations à des chercheurs de différentes régions du monde et ce faisant,
permettre que se constitue un espace commun de sensibilités et de valeurs
partagées.
Outre les approches originales présentées dans les différentes contributions,
celles-ci nous ont appris que les diversités culturelles sont toujours partie
prenante dans une trajectoire et qu’elles constituent un formidable creuset pour la
reconnaissance sociale et l’amélioration du cadre de vie.
Notre époque est marquée par cette diversité et à l’heure où l’intolérance est le lot
de bien des régions du monde, il nous faut être vigilant, afin de conserver cet
équilibre si précaire reconnu à la paix et au développement « durable », en luttant
contre l’exclusion, les préjugés et les stéréotypes.
Ainsi en est-il des options de l’ARIC qui nous a gratifiés cette année, en plus de
son colloque intermédiaire à l’université de Sfax organisé par Ghazi Chakroun en
octobre 2014 sur Cognition sociale, formes d’expressions et interculturalité,
d’un partenariat avec l’université d’Artois en France : un colloque organisé par
Olivier Meunier et dont la thématique Cultures, éducation, identité.
Recompositions socioculturelles, transculturalité et interculturalité vise à
mieux comprendre les enjeux de l’interculturalité à travers le monde. Un nombre
important de chercheurs, membres de l’ARIC dont nous-mêmes y ont contribué.
Les actes seront prêts pour la fin de l’année.
èmeUn clin d’œil en direction du XV congrès de l’ARIC organisé par Elisabeth
Regnault à l’universté de Strasbourg et qui se prépare pour août 2015 avec pour
thème L’interculturel, perspectives et enjeux. Ce congrès nous offrira
èmel’occasion de célébrer les 30 ans de l’ARIC et de décerner le 2 prix de la
èmemeilleure thèse de Doctorat en recherche interculturelle. Les actes du XIV
congrès de l’ARIC organisé à Rabat en décembre 2013 seront présentés à cette
occasion.
Un vaste programme, donc et de belles perspectives.
Fatima Moussa-Babaci, Présidente de l’ARIC






Première partie :


LE DEVELOPPEMENT SOCIAL ET DURABLE

LE TRAVAIL SOCIAL ; LA SOCIETE CIVILE ; LA
SOCIETE INCLUSIVE ; LA VIOLENCE ET LA PAIX ; LA
PAUVRETE URBAINE ET RURALE.




Chapitre 1
Théorie de l'interculturalité, contre la domination et
l'oppression culturelles. La reconnaissance culturelle comme
développement social.
Elise Coquereau

Introduction
Le développement d'une société ne devrait pas à priori impliquer l'interculturalité ;
les actions sociales s'inscrivent dans une culture déterminée, ce qui révèle leurs
propres particularités. H. Michaux écrit : « J'aurais voulu que l'Inde au moins et la
Chine trouvent le moyen de s'accomplir nouvellement, de devenir d'une nouvelle
façon de grands peuples, des sociétés harmonieuses et des civilisations régénérées
sans passer par l'occidentalisation. / Était-ce vraiment impossible ? » (H. Michaux,
1967, p. 13) De facto, nous vivons avec des tensions politiques et économiques qui
dictent leurs normes de développements à un niveau international, le plus souvent
encore dans le sens auquel nous sommes trop habitués, de l'Occident vers
l'Ailleurs. Cependant, ce système normatif imposé ne s'interroge jamais sur les
problèmes culturels qu'il déclenche, sur la violence ou l'inadéquation d'une simple
transposition d'un pays à un autre, de modèles de développements sociaux, jusqu'à
nier l'impossibilité parfois de rendre intelligible une dimension sociale qui ne
s'intègre pas dans la culture à laquelle on l'impose, ou bien d'engendrer des conflits
dus à la non-coïncidence du social et du culturel. Comment faire dès lors de ce
nouvel espace interculturel un principe théorique dialogique qui puisse conserver
diversité et multiplicité, différence et particularités qui ne soient pas synonymes de
silence et d'affronts, mais de reconnaissance donnant à chaque culture les moyens
et le droit de créer son propre développement social ? Est-ce vraiment impossible?
I. La philosophie interculturelle connait de multiples définitions, variations et
applications où la systématicité peut manquer ; cependant, il existe un noyau
1fondamental autour duquel tous s'accordent : elle s'élève pour la polyphonie, pour
la relativisation de la détention de la vérité par une culture unique, et pour la
reconnaissance à sa juste valeur de la pluralité des philosophies, loin de toute
2fascination exotique ou de tout dénigrement. Il s'agit d'une attitude qui dépasse
un cadre purement académique et engage la responsabilité morale et une praxis
qui s'appliquent dans le domaine social.
1 Nous faisons référence ici, entre autres, à R.A Mall, F.M Wimmer, H. Kimmerle et R.F Betancourt.
2 Cf à cet égard les écrits de R.A Mall (1995, p.2), par exemple : “ Interkulturalität, positiv
ausgedrückt, ist der Name einer philosophischen und kulturellen Haltung, Einstellung und Einsicht.
” (L'interculturalité, exprimée de manière positive, est le nom d'une attitude, d'une position, d'une
prise de conscience.)

Coquereau Elise
Ces qualités m'ont toujours paru évidentes pour toute intégrité de la pensée
portant vers l'autre : quelle fut donc la nécessité d'en faire au moins une littérature,
èsinon un combat ? Pourquoi cela ne peut-il pas aller de soi ? Jusqu'au 16 s.,
l'Europe (avec toute la différence de ses frontières) et l'Asie furent en contacts
épisodiques, permettant des échanges qui s'intégraient plutôt dans la poursuite de
deux dynamiques distinctes, avec influences réciproques dans un contexte général
d'indifférence ; les quatre cents dernières années se révélèrent être une conquête
de l'Occident, la construction d'une histoire et d'une identité du monde selon les
dires de l'Europe, le mépris, la domination et la colonisation des autres aires
géographiques. L'image du monde dictée par l'Europe signifie une situation
herméneutique radicalement simplifiée, où la seule interprétation et le seul
discours possible de l'Autre est celui où l'Europe est le sujet et l'Asie par exemple
l'objet d'études : c'est ce qu'a fait l'indologie (R.A Mall, 2000, p.17), avec son
enthousiasme de découverte d'un univers exotique, qui se révéla être un échec
flagrant d'une étude philologique uniquement, réduisant l'Inde au sanskrit,
absolument exclue de tout développement philosophique, ou de toute étude à
l'intérieur d'un contexte culturellement déterminé.
3Les interprétations de l'Inde ou du monde extérieur à l'Europe en général en
disent plus sur l'Europe elle-même que sur le monde ; elles servent d'affirmation
d'une unité, d'une identité, d'une supériorité, d'une délimitation de frontières (à ce
titre, l'entêtement heideggérien à définir la philosophie comme exclusivement
européenne puisque tirée d'un concept grec intransposable à d'autres cultures n'est
peut-être qu'une manière de créer des limites et des frontières dans la pensée, tout
à la fois rassurante et pratique comme cadre et structure de pensée), et parfois
aussi, d'auto-critique, contre l'avènement de la technologie et du monde moderne
qui transforma l'Europe, comme mythe des origines et retrouvailles dans
l'exotisme. Que ces interprétations soient positives ou négatives, une conception
fausse, d'une culture dénigrée ou idéalisée perdura en Europe jusqu'au milieu du
è20 s (si l'on considère que cette déformation herméneutique a absolument
disparu, ce qui ne nous semble pas être réellement le cas).
Ce changement radical de comportement de l'Europe surgit avec la modernité, et
la croyance en une domination possible du monde, par la maitrise de la
technologie qui est l'instrument par excellence avec lequel l'Occident soumit le
monde, et qu'elle doubla d'une maitrise idéologique de la pensée. R.A Mall (2000,
p.37) distingue à ce sujet deux concepts, que l'histoire de la philosophie oublia
lorsque ses “ géants eurocentriques ”, comme Hegel ou Husserl, parlèrent d'une
nécessaire occidentalisation du monde ; seul le “ hardware ”, c'est-à-dire
principalement la technologie est devenu mondial, tandis que le “ software ” reste
différencié dans sa majeure partie ; en résumé, « l'européanisation est une
3 On peut consulter W. Halbfass, India and Europe, An essay in Understanding, State University of New
York, Albany, 1988, pour un traitement complet et détaillé de ce sujet.

Chapitre 1 : Théorie de l’interculturalité
4idéologie, un rêve, tandis que l'occidentalisation est un fait. »(Ibid.) La technologie
est un outil, et que sa valeur soit synonyme de progrès ou non n'est pas le lieu de
débat ici : elle est en revanche l'instrument que l'Occident a utilisé pour assoir sa
supériorité et perpétué sa domination coloniale, tandis que l'Asie l'utilisa pour ses
propres luttes politiques et sociales (S. Radhakrishnan, 1956, p.107-131). Il est
intéressant de noter la transformation du Japon et son état actuel ambigu : doit-on
l'interpréter comme la montée en puissance d'un état indépendant et rival ou
partenaire auto-suffisant de l'Occident (selon l'interprétation de H. Michaux, 1967,
p.196) ou bien comme la perte de tradition et l'alignement sur un modèle étranger
intégré dont le sens reste confus ?
Il nous faut apporter une modification aux propos de R.A Mall : le software n'est
pas isolé ni sauvegardé d'une culture à une autre, sa présence se fait déjà sur un
fond d'occidentalisation (W. Halbfass, 1988, p. 440). Certes, le monde n'est pas
européen, l'européanisation n'est d'ailleurs plus le but de l'Europe elle-même qui
essaye de lutter contre les conséquences de sa propre histoire par ses propres
critiques de la modernité, mais le développement du software et de la culture est
déjà ancré, est présent dans un monde occidentalisé, dont les structures sont
radicalement différentes de celles qui étaient présentes avant la mondialisation. En
cela, un nouveau défi s'installe qui est exclusivement interculturel, qui oblige à
l'hybridité et à l'inclusion, à la pensée de l'étranger dans sa propre pensée, en
même temps que ces modifications ont entraîné un changement complet des
structures sociales qu'il faut se réapproprier.
II. Cette occidentalisation généralisée qui dépassa l'Europe et lui laissa un
sentiment d'angoisse devant la perte de contrôle qu'elle connut, et de nombreuses
conséquences philosophiques comme déjà celles de Husserl et de sa Krisis, eut
ècomme effet inverse, et du fait des événements politiques du 20 s., de laisser la
place à de nouveaux partenaires et géants économiques en Asie et en Amérique du
Sud, et de détruire ce qui était “ le mythe de l'Europe. ” Ces modifications ne sont
pas totales et le phénomène de post-colonisation et d'idéologie de l'hégémonie de
l'homme blanc, ainsi que la résistance à admettre les pensées asiatiques au même
plan que la philosophie européenne, demeurent encore présentes aujourd'hui, et
sont les résidus les plus persistants, les plus difficiles à combattre (parce qu'ils ne
sont pas seulement un combat de l'homme blanc contre les autres, mais le partage
d'une sorte de conscience restante des années de colonialisme, partagée dans
l'imaginaire mondiale et par là, beaucoup plus insidieuse). La relativité et l'urgente
nécessité de balayer tous ces schémas de pensée devenue archaïques ont laissé la
place au domaine de l'interculturalité, qui s'est imposé avec fertilité, et selon
différents noms et essais (études comparatives, études post-coloniales, philosophie
de l'interculturalité), différents mouvements pourtant unis par cette pensée
4 Texte original : « Europeanization is an ideology, a dream, whereas Westernization is a fact. » (R.A
Mall 2000, p. 37.) (traduction personnelle en français ci-dessus)

Coquereau Elise
majeure : la reconnaissance des cultures niées auparavant au même titre et sous la
même bannière de l'égalité que les cultures occidentales.
L'interculturalité est déjà un fait contemporain aux vues de la situation
herméneutique qui comme l'explique R.A Mall (2000, p.3) s'est multipliée vers
quatre directions : l'interprétation de l'Europe par l'Europe, et l'interprétation des
cultures non-européennes par l'Europe, conservant un schéma existant déjà, et
sous son unique forme auparavant, auxquelles s'ajoutent également l'interprétation
de l'Europe par des cultures non-Européennes et l'interprétation de cultures
nonEuropéennes par des cultures non-Européennes. Face à cette situation s'installe
un polylogue, un dialogue qui ne comporte plus seulement deux partenaires, mais
5une multiplicité, et tendant vers différents répondants . Cela implique une
complexité de l'herméneutique qui rend les modèles et méthodologies classiques
obsolètes, ou partiellement non adaptables, et demandent de réinventer les règles
de l'interprétation, de la compréhension et du discours en général. Elle implique
une prise en compte de la pluralité des cultures et de leur importance dans
l'établissement de la pensée et de l'échange. Pourquoi cette situation est-elle
essentielle, sur un plan d'application pratique sociale ?
6La culture est, selon C. Geertz un contexte, une structure d'intelligibilité par le fait
de la description, ou dans notre cas, de discours et de narrativité, plutôt qu'un
pouvoir auquel on peut attribuer le développement social. En conservant une
diversité de cultures, en préservant l'échange plutôt que l'uniformité, on peut
disposer d'un potentiel d'interprétation, d'applications variées et adaptées de
différentes pensées du social, favoriser la créativité et l'enrichissement de
structures. Si la culture n'est pas directement liée à la réalisation du développement
social, elle lui est intrinsèquement nécessaire comme un système de mise en ordre
de pensées et de symboles, comme la fabrication de sens qui permet sa propre
interprétation et reformulation du monde, nécessaire à la compréhension et au
fonctionnement transformé en actions pratiques du monde social. Les relations
nécessaires entre ces deux sphères pour la vie d'une civilisation rendent la
multiplicité et la pluralité des cultures sous une forme d'échanges absolument
cruciale au fonctionnement de nos sociétés.
III. Cela signifie que l'émancipation du post-colonialisme passe par la
compréhension propre à chacun de sa propre culture et de celle des autres, et
5 Cf à ce propos les schémas et le système étudié par F.M Wimmer (2004, 66-74).
6 « As interworked systems of construable signs (...), culture is not a power, something to which
social events, behaviors, institutions, or processes can be causally attributed; it is a context,
something within which they can be intelligibly - that is, thickly - described. », traduction
personnelle : « Comme système interconnecté de signes interprétables, la culture n'est pas un
pouvoir, quelque chose auquel les événements sociaux, les comportements, les institutions ou les
procès peuvent être attribués de manière causale ; elle est un contexte, quelque chose à l'intérieur de
laquelle ils peuvent être décrits de manière intelligible, c'est-à-dire, densément. » (C. Geertz, 1973,
p.14.)

Chapitre 1 : Théorie de l’interculturalité
nécessite la structure herméneutique dessinée précédemment. Celle-ci ne peut être
pleinement accomplie cependant que par le fait de la reconnaissance, du respect et
de la tolérance du pluralisme culturel, de l'interculturalité.
7La reconnaissance doit dans ce contexte se définir comme une praxis, au-delà de
la présence de l'autre ou de sa connaissance théorique de la pluralité et de l'égalité
des cultures. Il s'agit d'une conscience que tout savoir est contextuel et qu'il porte
l'empreinte de notre culture ; qu'ainsi, notre savoir est relatif, parce que pensé à
travers les grilles de notre culture, et que la vérité tout autant que la transformation
de la réalité se trouvent dans le croisement de ces connaissances et de ces cultures.
Cela implique de ne pas transposer mes catégories de pensée sur l'autre pour
l'interpréter à tout prix selon ma culture, ni de dominer son discours, mais de
comprendre ma position tout en laissant un espace ouvert vers un ailleurs, vers un
au-delà de moi : plus qu'une perspective d'opposition ou de silence imposé, c'est
vers le croisement et l'entre-deux, cette interculturalité qui se situe entre l'autre et
moi, plutôt qu'une limite et une frontière, un espace de chevauchement et de
contact - ce que l'on nomme plus clairement en anglais « overlapp ». La frontière
n'est pas qu'une pure délimitation de deux espaces séparés, elle est aussi ce qui les
joint, un espace dont la raison d'être provient des deux côtés, et un espace de
contact. Il faudrait ainsi décentrer notre pensée vers ces espaces limites, vers des
ouvertures vers l'extérieur. Ces questions soulèvent des ambigüités actuelles : il est
intéressant de constater que la plupart des cultures prirent tout à la fois l'Occident
comme paradigme, notamment dans le développement du Hardware, mais
également dans certaines traces culturelles, dans l'horizon d'une certaine envie,
tandis que le nationalisme augmenta furieusement ces dernières décennies, et que
tout au moins l'affirmation des spécificités et des différences des cultures sont le
fondement de ce que l'on appelle “ fierté nationale ” ; ce même jeu des différences
se retrouve d'ailleurs entre les États-Unis et l'Europe. On observe chez cette
dernière un positionnement devenu difficile depuis les conséquences désastreuses
de la seconde guerre mondiale et de la colonisation, puisque l'on y a développé
tout à la fois une sensibilité et une conscience aigüe de la pluralité et du
multiculturalisme, tendant vers la tolérance, tandis que des conflits et tensions
demeurent. Après une période si longue d'hostilité à la différence du passé, il est
intéressant de noter que l'Europe est une culture devenue très inquiète, comme
l'écrit R. Rorty (1991, p. 17) : « Cela peut paraître étrange d'attribuer cette sorte de
volonté [d'augmenter ou d'améliorer sa capacité à tolérer la diversité] à l'Occident
récent – une culture que l'on a souvent qualifiée, pour d'excellentes raisons, de
raciste, sexiste et impérialiste, de même qu'on l'a dite eurocentrique, étriquée et
7 Au-delà de J.Habermas et de A.Honneth, le concept de reconnaissance abordé ici n'est pas celui
que nous estimons insuffisant dans leur philosophie (ni la thèse originale hégélienne), car limité à une
approche européenne, mais celui beaucoup plus concerné et ouvert de R.Fornet-Betancourt
notamment, ou tout au moins, une reconnaissance qui soit intégrée aux problématiques
interculturelles : la reconnaissance, qui va de pair avec le respect, des différentes cultures.

Coquereau Elise
intolérante intellectuellement. Mais c'est également, bien sûr, une culture qui est
très inquiète du fait d'être raciste, sexiste et impérialiste, de même qu'elle l'est du
8fait d'être eurocentrique, étriquée et intolérante intellectuellement. », essayant de
réparer et de corriger ses erreurs par la reconnaissance de celles-ci et de
l'interculturalité. Cependant, en même temps qu'elle développe ces réflexions, la
peur de la perte de ses privilèges, de ses propres valeurs (ou plutôt du besoin de
leurs définitions) et de son influence mondiale, paralyse ses avancées, par exemple
sur un plan pédagogique car les entreprises académiques notamment, comme
l'enseignement de la philosophie non-européenne est absente de manière flagrante
du monde de nos connaissances. Les études interculturelles se développèrent
beaucoup plus rapidement en dehors de l'Europe, et sont encore en large partie
menée en Europe par des personnes d'origines étrangères, déjà sensibilisées et
critiques de l'hégémonie occidentale. La question de la perte de ses privilèges et de
son influence nous amène également dans un domaine politique, au-delà de la
diplomatie contemporaine, à un niveau où la manipulation se fait subtile et
discrète, et qui dépasse par sa complexité le cadre de cet écrit.
L'interculturalité ainsi définie est le médium entre les cultures et les structures
sociales : elle est liée aux structures d'intelligibilité par son discours herméneutique
mais elle tend vers une praxis : sa théorie ne tient que par la vérification de son
application dans un développement social qui prend en compte cette dimension
interculturelle. La difficulté de sa réalisation est immense, en ce qu'elle implique un
travail sur l'identité et la représentation de soi dans le monde et face à l'autre, et la
compréhension de l'autre. Une modification radicale n'est selon nous pas possible,
mais un travail minutieux de mentalités et d'ouverture peut apporter, et apportera,
nous l'espérons, un changement graduel et une transformation interculturelle. Il
nous faut, contre Gadamer, arriver à un dépassement de la fermeture de sa propre
tradition malgré la conscience d'un ancrage. C'est ce que R Fornet-Betancourt
(2011, p. 138-139) nomme la « désobéissance culturelle ». La tradition n'est pas un
fardeau figé qui nous détermine, elle nous donne la possibilité de la repenser, de la
dépasser, de la croiser avec d'autres, de favoriser certains ancrages, certaines
parties, en résumé, de nous l'approprier : cette actualisation pratique permet une
multiplication à l'infini des horizons culturels qui étendent notre compréhension
et notre interprétation, et par là, nous permettent de multiplier nos schémas
sociaux, donc nos possibilités de développements. Par les processus d'échange, de
créativité, d'hybridité, on permet une nouvelle richesse culturelle, et sociale, les
deux étant intrinsèquement liés.

8 Texte original : « It may seem strange to attribute this sort of willingness [d'augmenter ou
d'améliorer sa capacité à tolérer la diversité] to the recent West - a culture often said, with excellent
reason, to be racist, sexist, and imperialist. But it is of course also a culture which is very worried
about being racist, sexist and imperialist, as well as about being Eurocentric, parochial, and
intellectually intolerant. » (traduction personnelle ci-dessus). R. Rorty, 1991, p.17.


Chapitre 1 : Théorie de l’interculturalité
Conclusion
Je n'ai pas de réponse à la question de H. Michaux. L'occidentalisation nous
dépassa tous, et elle est un fait contemporain auquel il nous faut continuellement
nous adapter ; la question qui perdure est celle de l'attitude à adopter dans une
situation interculturelle, du changement de notre regard historique sur l'au-delà de
l'Europe, de la redéfinition du monde en toute égalité, du respect d'une culture à
une autre, d'un dialogue perpétué et d'une ouverture culturelle, voire d'une
désobéissance culturelle. Cela reste un défi pour notre monde contemporain, une
lutte contre un Occident toujours orgueilleux et étendu aux États-Unis, et la
promesse de nombreux récits à venir, où la diversité des voix enrichira toutes les
cultures.
Références bibliographiques
Fornet-Betancourt, R. (2011). La philosophie interculturelle, penser autrement le
monde (A. Kasanda, trad.). Paris : Les Éditions de l'Atelier. (œuvre originale
publiée en 2001.)
Geertz, C. (1973). The interpretation of cultures. New York : Basic Books.
Halbfass, W. (1988). India and Europe, An essay in Understanding, Albany. New
York : State University of New York.
Mall, R.A. (1995). Philosophie im Vergleich der Kulturen, interkulturelle
Philosophie - eine neue Orientierung. Darmstadt : Wissenschaftliche
Buchgesellschaft.
Mall, R.A. (2000). Intercultural Philosophy. Lanham-Oxford : Rowman &
Littlefield Publishers.
Michaux, H. (1967). Un Barbare en Asie. Paris/St-Amand : Gallimard.
Radhakrishnan, S. (1956). East and West, some Reflections. New York: Harper &
Brothers.
Rorty, R. (1991). Philosophers, Novelists, and Intercultural Comparisons:
Heidegger, Kundera, and Dickens. In Deutsch, E. (Ed.) Culture and Modernity,
East-West Philosophic Perspectives, pp.3-20. Honolulu : University of Hawaii
Press.
Wimmer, F. (2004). Interkulturelle Philosophie. Vienne : Facultas Verlags-und
Buchhandels AG.

Chapitre 2
L’interculturel et la perspective de la durabilité :
Une équation subtile en Algérie
Moussa Zouaoui

Introduction
Il est clair que la mondialisation d’aujourd’hui peut contribuer à la valorisation du
patrimoine de toute la planète. Spécifiquement, elle est initiée par les grands pays
qui ont tous les moyens pédagogiques, scientifiques et littéraires pour expliquer
aux différents peuples leur situation actuelle et leur devenir. Elle se présente aussi
comme l’héritier légitime qui absorbe toutes les civilisations. Le devoir de cette
mondialisation du début du 21ème siècle est d’accorder une place centrale aux
différences entre différentes cultures et nations. A priori, l’actuelle époque est
représentée par une résistance de l’humanité qui se sentait comme semblable.
Par ailleurs, l’internationalisation et la division du travail ont été le paradigme d’un
ensemble des règles économiques, de croyances de concepts, de méthodes et de
valeurs qui ont été fondés sur le principe de « dépendance » des nations pauvres
par rapports aux nations riches durant tout le 19ème et le 20ème siècles.
Aujourd’hui, y-a–t-il une possibilité pour que la mondialisation ne soit pas
synonyme de dépendance, de profit et de chaos induits par le marché ?
Il faut croire que cette mondialisation est le fruit d’un enchevêtrement complexe
de l’économique, du financier, du technologique, du numérique et d’un processus
complexe et continu de recherches scientifiques dans tous les domaines. Tous ces
éléments ont donné naissance à cette mondialisation inventée par le génie «
l’homo économicus ».
Cet homme dispose de tous les moyens à l’heure actuelle pour produire des
discours sur les différentes situations des peuples. Sans doute, cet homme est-il
suffisamment armé scientifiquement pour connaître même les discours « sacrés »
et peut aussi en démontrer la réalité qui est restée longtemps ambigüe. D’ailleurs,
il peut même connaître, plus ou moins rationnellement les réalités et les non-dits
des différentes cultures. Mais, le but n’est pas de s’approprier les autres cultures
ou, de privilégier sa culture au détriment des autres.
La situation actuelle du monde est marquée par une évolution des civilisations qui
peut être un remède pour la crise de la culture. Au fait, le devoir de la
mondialisation est de rendre l’homme confiant dans son identité culturelle et dans
sa singularité.

Moussa Zouaoui
Dans cet article, nous voulons démontrer l’origine du refus de la mondialisation
qui s’exprime dans les réactions frileuses et passionnées de certaines prises de
position plus ou moins hostiles. Nous remarquons également que la
mondialisation d’aujourd’hui peut même rendre les cultures nationales adaptées à
leurs propres milieux. Nous sommes obligés de démontrer clairement pourquoi la
mondialisation a un pouvoir régénérateur et culturel sur l’homme. Le devoir de
l’humanité d’aujourd’hui est de vivre l’interculturel en tant que droit humain
durable et, « une source sociétale ». A propos du cas de L’Algérie, nous
commencerons dans un premier temps, par laisser de côté l’aspect culturel. Au
même temps, voir de près la rencontre de certains aspects étranges à
l’espace « local » en traversant l’histoire de ce pays. De plus, voir effectivement
les transformations qui ont eu lieu dans l’univers culturel. Cela nous permettra de
comprendre les réformes faites, et est-ce qu’elles ont été efficaces, et quels sont
les éléments clefs, qui ont enrichi le registre « multiculturel » de l’Algérie? Nous
avons préféré dans cette recherche de prendre en compte le local et de le
soumettre à la pression globale.
Diversité culturelle et mondialisation
Cette approche considère que la mondialisation tourne autour des concepts
d’identité. La dimension culturelle est un élément très intégrant dans l’analyse de
la mondialisation. Pour WOLTON Dominique, la mondialisation doit être vue
sous l’angle multiculturel, dont les échanges ne conduisent pas à une
uniformisation culturelle, mais doivent s’appuyer sur une reconnaissance parfaite
du multiculturalisme d’une manière durable.
APPADURAI a insisté sur les dimensions culturelles dans son ouvrage
« Dimensions culturelles de la Globalisation » et a présenté la culture comme une
partie très intégrante dans le processus de la mondialisation. Il a également insisté
sur le déplacement de l’analyse de l’économique au culturel.
Ce qui est original dans la thèse d’APPADURAI, c’est que la mondialisation a été
conçue en termes d’englobement de territoires. Et on n’a pas affaire à un
processus dynamique, mais à une sorte de ré- imbrication d’entités dont la
constitution intrinsèque ne fait pas problème. APPADURAI a accentué ses
critiques pour dire que la mondialisation n’est pas un simple réaménagement dans
la planète, déterminé par les nouvelles avancées technologiques et une
reconfiguration des rapports de production pour atteindre une rationalité
capitaliste, mais ce raisonnement a oublié un point essentiel. APPADURAI, veut
montrer que la mondialisation est un moyen judicieux pour reconnaitre aussi
comment les peuples conçoivent cette rencontre dans le cadre de la
mondialisation sans qu’on leur impose des modes de production, de
consommation ou comment se situer dans cette agora mondiale. Certes, les
différentes pensées économiques persistent du moment qu’elles sont inspirées des
faits historiques qui ne sont pas les mêmes. Ceci- dit, la mondialisation est un
Chapitre 2 : L’interculturel et la perspective de la durabilité
attachement intense entre les peuples, et le domaine qu’elle concerne n’est pas
relativement réduit à l’économie pure, mais aussi à l’aspect culturel durable qui ne
peut se séparer de l’humanité.
Après une brève lecture des travaux sur la mondialisation, on est convaincu que
les particularités culturelles restent vives jusqu’à nos jours. De même que, ces
particularités et ces spécificités culturelles ne sont pas considérées comme de
simples résidus d’un passé révolu, et qui résistent encore au sein d’une humanité
unifiée dans cette mondialisation. Certes, les adeptes de la mondialisation ont
tenté d’éradiquer cette diversité culturelle durable qui est présentée dans toutes les
entreprises et dans les rapports des peuples. Il n’y a pas de doute, et malgré cela, la
mondialisation de toutes les institutions du monde et leurs interactions, ne peut
interrompre la continuité culturelle qui marque chaque société. Certes cette
continuité est un instrument durable qui stimule la coopération entre les
générations au lieu d’amplifier les crises et de favoriser une pure compétition au
profit des riches.
Le destin multiculturel dans la mondialisation
Il est clair que l’ordre mondial de l’actuelle mondialisation porteur de coopération
pacifique entre les nations, régies par des règles communes, ou même des
gouvernements où coexistent des communautés qui n’héritent pas des mêmes
traditions. Certes, qu’il y ait des difficultés pour gouverner des nations qui ne
divisent pas seulement leurs intérêts et leurs valeurs, mais la manière même dont
ils conçoivent la façon de faire « vivre ensemble » ceux dont les intérêts et les
valeurs divergent plus que la mondialisation. Ph. d’irirbane a montré que les
Etats-nations ont étroitement intégré la souveraineté des peuples, et qu’il n’est
plus admissible d’être soumis à un pouvoir étranger, d’être jugé suivant une loi. Si
la loi conçue comme par des peuples éclairés n’était que l’incarnation de la pure
raison, cette exigence démocratique serait un facteur d’unité de l’humanité. A
partir du moment où elle est toujours, à quelques égards, une expression des
préjugés d’une communauté, elle constitue au contraire un facteur de
fragmentation. Il nous faut plus que jamais assumer durablement le poids des
cultures dans notre existence.
Certes, la culture nous aide à nous autodéterminer, mais elle est également le
moyen par lequel « les hommes communiquent, perpétuent et développent leurs
connaissances et leurs réactions face à la vie ». Mais quel « modèle de sens »
devrions-nous accepter dans un monde de plusieurs cultures.
À première vue, cela signifie que la compréhension de l'un est aussi valable que
celle de l'autre, et ceci, en retour, mène à un monde dans lequel nous n'avons
aucune commune mesure, ni pour la communication ni pour la coopération
pratique. On fait face ici à un dilemme intéressant. Il ne fait aucun doute que la
mondialisation a supprimé les obstacles physiques en ce qui concerne l'interaction
Moussa Zouaoui
culturelle. Et les êtres humains sont en face à de multiples cultures. Mais alors que
de plus en plus de gens sont liés à plus d'une culture, d’autant qu’ils sont
émancipés.
L’humanité a fonctionné durant toute son histoire avec deux forces alternatives :
le besoin d’affirmation identitaire (culture nationale) et la nécessité de changement,
de transformation (le stéréotype de l’autre). Cette tension permanente entre le « je
et l’autre » a pu prendre des figures aussi diverses que l’économie ou la religion,
qui « relient », dans le domaine matériel ou immatériel. Dans la dialectique du « je
et de l’autre », quand l’autre passe pour un ennemi, s’enclenche une spirale fatale
de négation mutuelle. Quand l’autre disparaît purement et simplement, c’est alors
nous-mêmes qui sommes en danger. Car « je suis un autre ».
Si la question de l’autre, du différent ou du divers est si importante, c’est que nous
sommes tous partie prenante de l’altérité, de la différence ou de la diversité. La
diversité culturelle a un rapport profond avec les actions humaines. Ph. D’Iribarne
souligne qu’on ne peut pas comprendre la manière dont les hommes vivent et
9gèrent les rapports de pouvoir en faisant abstraction du contexte culturel .
L’humanité, nous le savons bien, est engagée dans un processus mondialisé de
transformations économiques, sociales, politiques, et culturelles. Dans les
bouleversements à venir, la culture ne doit pas être instrumentalisée, ou
radicalisée, pour pallier des carences démocratiques, ou pour justifier des dérives
identitaires. Les cultures doivent nourrir l’esprit, et réciproquement, il n’y a pas de
culture sans esprit. Pour François de Singly, la solitude, Le particularisme n’exclut
10pas le commun ; ils imposent seulement les formes que doit prendre le collectif .
Le parfait de ce collectif initié par la mondialisation est de vivre en « société
monde », sans uniformisation de la culture humaine, ni uniformisation de la
pensée. Il s’agissait d’une opportunité que la mondialisation a offerte à
l’humanité mais elle est censée donner à chacun sa personnalité et une opportunité
d’accéder aux bénéfices de la modernité tout en restant soi-même.
Nouvelles formes culturelles et transculturelles
Nous n’avons pas simplement des identités culturelles anciennes, traditionnelles
11mais plutôt de nouvelles formes d’identités interculturelles ou transculturelles .
Nous vivons aujourd’hui dans un enchevêtrement culturel où tous les êtres
humains participent à cette vie moderne. Et, ce qui a été autre fois étrange est
transformé en une interculturalité vécue.
Nous sommes appelés à travailler ensemble- sociétés au pluriel- dans le sens d’une
identité interculturelle de toute la population de la planète pour se connaitre plus
9 Ph. D’Iribarne, penser la diversité du monde, Ed. Seuil, p. 166, Paris 2008
10 François de Singly, les uns avec les autres, Quand l’individualisme créé du lien, Ed.de l’Aube, , Paris,
2005
11 Constantin von Barloewen, Au risque de la vie philosophique, Ed.l’autre pensée Stock, P. 54

Chapitre 2 : L’interculturel et la perspective de la durabilité
et remplir une mission spirituelle. Le discours sacré en islam, nous rappelle que
nous sommes des peuples et des tribus différents de naissance et, on est dans
l’obligation de se connaitre. Le langage sacré, nous incite à éviter les conflits des
religions. Mais s’il y a aujourd’hui des cultures séparées par des frontières
historiques et mêmes géographiques ne peuvent être que des phénomènes
naturels.
En réalité, la mondialisation actuelle est associée à une exponentielle de nouvelles
industries culturelles et de nouvelles technologies de l’information et à
l’avènement de l’économie du savoir. Avec ces moyens efficaces les expériences
culturelles de l’être humain peuvent contribuer aux cultures originales. La
coexistence humaine n’est concevable dans une globalisation que si l’on s’efforce
d’établir la paix entre les religions et les cultures. Selon Constantin Von
Barloewen, la paix ne peut s’instituer que dans un dialogue entre les différentes
12traditions .
Pour Constantin Von Barloewen, la culture traditionnelle est essentielle à l’être
humain et, elle ne doit pas être subordonnée à la technologie: « dans une culture
essentiellement archaïque, le lien entre le mythe et le sacré, le sensoriel et l’utilitaire
sont coulés dans le même moule et ne menacent pas de se scinder en ouvrant un
gouffre, comme cela se passe dans la culture technique. Cette situation a des effets
sur tous les domaines de l’existence, sur la conception du travail, sur sa destination
-le bien commun -, sur la sphère la plus privée de l’être humain, la relation entre
l’homme et la femme, mais aussi sur la conscience des êtres humains, conscience
qui les force à avoir les uns avec les autres des relations de plus en plus
13instrumentales et fonctionnelles. » .
La compréhension de la diversité des cultures et de ce qu’il en résulte dans la vie
des sociétés n’est sans doute pas plus avancée, de nos jours. Que faut-il faire, pour
penser l’homme dans un monde qui le dépasse ? Ph. D’Iribarne après avoir
analysé les différentes manières d’organisation dans les entreprises des quatre
coins du monde a constaté qu’il n’y a pas une recette miraculeuse standard
uniformisée, « dès que l’on compare les manières dont les humains s’y prennent
pour organiser leur vie commune sous divers cieux, on constate que leurs
pratiques diffèrent. On a affaire à des traditions juridiques, des institutions
politiques, des conceptions de la famille distinctes. L’existence de ces différences
pose question. A-t-on affaire à des héritages d’un passé pré-moderne, voué à
disparaitre à plus ou moins court terme, sous les effets de la mondialisation de
l’économie jointe au triomphe, sur l’ensemble de la planète, de la démocratie et
14des droits de l’homme ? Ou s’agit-il de quelque chose de plus pérenne »
12 Idem, P. 60
13 Constantin Von Barloewen, Anthropologie de la Mondialisation, Ed. Des syrtes, Paris, 2003.
14 Ph. D’Iribarne, Penser la diversité du monde, Ed, du Seuil, P. 17, Paris 2008