//img.uscri.be/pth/bc8945cb8813d821aa202e1b748edd1182b25e6e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Didactique de la communication

De
214 pages
Les enseignements de communication sont nés avec la mise en place des IUT. Le présent ouvrage coordonné par le président de l'Association des enseignants de communication IUT propose une observation précise des échanges didactiques au sein de cette association sur une dizaine d'années. Il propose ensuite quelques pistes de réflexion pour travailler aussi bien l'expression écrite ou orale que l'exploitation des technologies de l'information et de la communication de l'image.
Voir plus Voir moins

Questions contemporaines Textes réunis et présentés par
Rodolphe Dalle
DIDACTIQUE Q
DE LA COMMUNICATION QuesQuestions conttions contemporemporainesaines
DIDACTIQUE
Les enseignements de communication sont nés avec la mise en place QQQDE LA COMMUNICATIONdes IUT. Cette matière protéiforme reste un espace fondamentalement
transdisciplinaire. Sans lière universitaire destinée à former des
enseignants pour cette matière, reste alors à comprendre ce qui en fait
la spéci cité.
Le présent ouvrage, à travers une observation précise des pratiques
de terrain, en réunissant dix années d’échanges didactiques à travers les
rencontres de l’Association des enseignants de communication en IUT,
cherche à proposer quelques pistes de ré exion pour construire une
approche didactique de la communication.
Après avoir livré au lecteur une photographie des pratiques, il explore
quelques dispositifs mis en place pour travailler aussi bien l’expression
écrite ou orale que l’exploitation des technologies de l’information et de
la communication et de l’image.
Rodolphe Dalle, membre fondateur et président de l’Association des
enseignants de communication en IUT, enseigne la communication à l’IUT de
Nantes. Son travail porte sur la place et l’apport de la démarche littéraire
dans la constitution de l’épistémologie des enseignements de communication.
Questions contemporaines
Série Question de communication
ISBN : 978-2-336-29368-4
21 €
Textes réunis et présentés par
DIDACTIQUE DE LA COMMUNICATION
Rodolphe Dalle







































'
,'$&7, 48('(/$&20081, &$7, 21Questions contemporaines
Série ‘Questions de communication’
Dirigée par Bruno Péquignot
La communication est au cœur de la vie politique, économique et
culturelle de la société contemporaine. Cette série, dans le cadre de
la collection « Questions Contemporaines » publie des ouvrages
qui proposent des approches interdisciplinaires sur les questions de
communication.
Textes réunis et présentés par

Rodolphe Dalle





















/$&&(82'00,8'1,'&($477,$2,1&HWRXYUDJHHVWSXEOL?JU?FHDXVRXWLHQ
GH7RXORQ3URYHQFH0?GLWHUUDQ?H
GH&RPPXQLFDWLRQHQ,87




























© L'Harmattan, 2013
5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-29368-4
EAN : 9782336293684
HWHVW?O?LQLWLDWLYHGHO?$VVRFLDWLRQGHV(QVHLJQDQWVSOMMAIRE



Avant-propos ........................................................................................ 9
Rodolphe Dalle
Enjeux autour de l’enseignement de la
communication
La communication dans tous ses états ............................................... 15
Guillaume Bordry, Rodolphe Dalle, Anne Parizot
Communication et terminologie ......................................................... 39
Anne Parizot
Modèles culturels, valeurs de la culture ............................................ 59
Rodolphe Dalle
Usages de l’expression
Ecrire à l’IUT : réflexions et propositions didactiques ..................... 73
Pascal Plouchard
L’étrangère ou la langue de nos étudiants ......................................... 95
Isabelle Kawa-Topor
Techniques théâtrales et travail de l’oral ........................................ 109
Sarah Mirante-Petit et Mathilde Nouailler
Pratiques didactiques
Chercher plutôt que trouver ............................................................. 129
Ivanne Rialland
7 Pistes méthodologiques pour décrypter un site web ........................ 143
Florence Miton
Représenter et se représenter, ou comment maîtriser l’image,
son image ......................................................................................... 165
Nicole Stride
L’usage du documentaire ................................................................. 189
Anne-Marie Hinault
8
AVANT-PROPOS
D’UN ENSEIGNEMENT SANS CONTENU
A UNE DISCIPLINE EN MANQUE DE RECONNAISSANCE

Rodolphe Dalle


Dans le livre qu’elle consacre aux techniques
1d’expression, Renée Simonet constate que cet enseignement
créé dans les IUT à leur naissance est directement issu du
besoin des entreprises. C’est aussi ce que montre Danielle
Morali dans sa thèse sur la naissance de l’enseignement de
2l’expression-formation générale . Ainsi fait-elle remarquer que
les cours se sont certes construits sur un postulat idéologique,
celui de la mise à niveau des inégalités devant la maîtrise de la
langue et devant la culture, mais sans fondement disciplinaire ni
épistémologique. Plus de quarante ans après, l’Association des
enseignants de communication en IUT (AECiut), fondée en
32001 , a cherché à donner une place à cette discipline qui s’est,
chemin faisant, structurée au fil des occasions, des rencontres et
des échanges pédagogiques.
Après avoir cherché à unifier nos pratiques en nous appuyant
sur le travail de nos prédécesseurs, l’AECiut a décidé de définir
les bases de cet enseignement dont Renée Simonet disait qu’il
était sans contenu. Le manuel publié aux éditions Nathan, fruit
du travail d’une équipe de l’association sous la direction de

1 Renée SIMONET - Les techniques d’expression et de communication. -
Paris : Éditions L’Harmattan, « Collection Savoir et Formation », 1994.
2 Danielle MORALI - L’enseignement de formation générale-expression dans
les IUT. - Paris V, 1978.
3 Voir pour plus de précision son site, URL : http://www.aeciut.fr
9 4Jérôme Hennebert a cherché à établir ce qui, tous départements
confondus, était enseigné. Mais si, désormais, le travail pour
unifier les pratiques d’enseignement, en faire la synthèse, est
réalisé, reste encore à donner véritablement corps à cette
discipline que personne ne reconnaît et pour laquelle personne
n’est véritablement formé.
C’est sans aucun doute l’un des objectifs de cet ouvrage.
Il cherche en effet à ouvrir aux enseignants de communication
des pistes de travail autour de sujets variés qui ont occupé la
réflexion de l’association : la place de notre enseignement et
son rapport à la culture, la maîtrise de l’expression et enfin le
rapport aux signes.
Le caractère transdisciplinaire et interdisciplinaire de
l’enseignement de communication, aussi bien en IUT que dans
l’ensemble des formations professionnalisantes de ent supérieur (licences et masters professionnels,
écoles de commerce ou d’ingénieur), en rend d’autant plus
complexe la perception par les étudiants et les enseignants des
matières dites de spécialité. Les recrutements d’enseignants ne
font qu’accroître ce flou. Du côté des enseignants chercheurs,
les postes sont aussi bien profilés en lettres (langue et littérature
françaises, littératures comparées) qu’en sciences de
l’information et de la communication ou encore en psychologie,
en sciences du langage, philosophie, esthétique ou sciences de
5l’éducation . Le recrutement des enseignants du second degré
repose sur la même indistinction disciplinaire bien que trois
profils principaux se dégagent autour des lettres (modernes et
classiques), de l’économie et gestion et enfin d’un champ large
6intitulé « toutes disciplines » dans le Bulletin officiel . Ainsi
trouve-t-on des enseignants de communication titulaires d’un
concours ici de langue, là d’histoire et géographie, ailleurs
d’une autre discipline qu’on jugera, en fonction de la

4 re ème Jérôme HENNEBERT et alli - Communication DUT 1 et 2 années. -
Paris : Nathan, « Collection IUT », 2010.
5 èmes Respectivement 9, 10, 71, 16, 7, 17, 18 et 70 sections du Conseil national
des universités.
6 Pour exemple, on peut renvoyer au Bulletin officiel n° 43 du 29 novembre
2007, p. XXXV, où trois postes de communication en IUT sont classés dans la
rubrique « Sans discipline ».
10 représentation qu’on peut avoir de cet enseignement, plus ou
7moins « exotique » .
À cheval entre différents champs de savoir et associé à un
paradigme culturel dépassé tant sur le plan social
8qu’universitaire , cet enseignement a bien du mal à être reconnu
comme une discipline propre. Les uns le considèrent comme
une forme restreinte et utilitariste de la rhétorique quand
d’autres le réduisent ni plus ni moins qu’à un cours de français.
Cet ouvrage porte donc la volonté de lutter contre ces deux
erreurs a priori et de combattre l’absence de reconnaissance
dont est victime l’enseignement de la communication.
Il s’adresse avant tout aux collègues, que leur poste soit
ou non en IUT, qui n’enseignent pas ce pour quoi ils ont été
9formés et qui partagent nos problématiques et cherchent à
positionner leur cours comme une base sur laquelle les autres
disciplines pourront s’appuyer. Son objectif est d’ouvrir pour
d’autres (collègues arrivant en poste, vacataires, …) des pistes
et d’être un support d’information et de formation à travers trois
aspects principalement. D’abord, une réflexion sur la matière en
elle-même. C’est ce que présentent les trois premiers textes
réunis dans la section “Enjeux autour de l’enseignement de la
communication” qui cherchent à dresser une forme de
diagnostic et d’état. Ensuite, un questionnement autour du
rapport à l’expression, considérée non pas pour elle-même - ce
que feraient les linguistes - mais dans sa dimension d’outil de
communication, c’est-à-dire comme medium, comme lien entre
les acteurs d’une situation de communication. La deuxième
section “Usages de l’expression” envisage ce champ dans sa
dimension écrite et orale, verbale et non verbale. Enfin, la

7 L’ensemble de ces informations repose sur le croisement entre la lecture des
publications de postes, l’enquête nationale sur l’enseignement de la
communication en IUT réalisée par l’AECiut et les informations collectées
lors des rencontres annuelles par l’AECiut auprès de ses membres de 2001 à
aujourd’hui.
8 Cf. ci-après ma réflexion sur les différents modèles culturels.
9 Dans la mesure où aucune filière universitaire n’est véritablement construite
pour préparer à ce type d’enseignement, chacune des formations d’origine des
enseignants actuels est lacunaire. Il est donc nécessaire que les enseignants se
forment par eux-mêmes, entre eux (c’est un des rôles de l’AECiut) pour
exercer leur métier de la façon la plus rigoureuse.
11 dernière partie regroupe des échanges de pratique qui cherchent
à montrer des dispositifs pédagogiques utilisés en cours. Ces
“pratiques didactiques” portent sur des domaines très variés : la
recherche documentaire, la construction sémiotique des sites
web, le rapport à l’image, aussi bien à travers la mise en forme
de l’image de soi qu’à travers le documentaire.
12













I

Enjeux autour de l’enseignement de la communication















LA COMMUNICATION DANS TOUS SES ETATS
10RESULTATS DE L’ENQUETE NATIONALE DE L’AECIUT


Guillaume Bordry, Rodolphe Dalle, Anne Parizot
STID - IUT de Paris
Université Paris Descartes
QLIO - IUT de Nantes
Université de Nantes
TC C3SI - IUT de Reims Châlons Charleville
Université de Champagne Ardennes

Reposant tant sur les connaissances que sur les
compétences, la communication est une matière, sinon la
matière, qui illustre parfaitement la notion de transversalité.
Cependant, si cette transversalité est synonyme
d’enrichissement, puisqu’elle permet d’envisager la
communication sous différents angles et approches, notamment
en la mettant en relation avec des concepts et outils inhérents,
par exemple, aux nouvelles technologies, elle doit aussi
conserver sa raison d’être, et s’interroger sur ses propres
objectifs. De plus, il convient aussi de distinguer
« communication » et « enseignement de la communication ».
Les deux domaines évoluent.
Des questions cruciales animent chacun de nous, sont souvent
au cœur de nos réflexions : quelle communication enseigne-t-
on, comment l’enseigner ? Certains modèles sont-ils toujours
valables, utiles… ?
Autant de questions qui ont conduit l’Association des
enseignants de communication en IUT à mener une enquête
nationale sur la communication et son enseignement dans les
115 IUT métropolitains en 2008. Cette enquête a permis de
faire un état des lieux sur la diversité des contenus des

10
Ce travail n’aurait pas été possible sans l’aide des étudiants du département
STID de l’IUT de Paris que nous remercions chaleureusement.
15 enseignements de la communication. L’objectif n’était pas de
faire une étude qualitative de l’enseignement dispensé mais
d’en donner une photographie. Cette approche apportera une
connaissance réelle des axes étudiés et permettra de voir
l’évolution des formes de communication et de son
enseignement. Elle a débouché sur différentes actions : la
publication d’un manuel, le développement de la réflexion sur
le statut de la discipline.
Ce travail important doit aussi permettre un partage des
connaissances et des compétences de chacun : une
mutualisation. Il devra aboutir à une réflexion plus globale sur
la place de la communication dans l’enseignement, place encore
trop souvent négligée, alors que, paradoxalement, tous les
départements d’IUT inscrivent la matière Communication à leur
programme.

Pourquoi une enquête sur l’ensemble des IUT ?
On pourrait effectivement s’en tenir au cadre des enseignants de
communication faisant partie de l’association AECiut, mais on
connaît déjà, grâce aux rencontres annuelles, le contenu de
l’enseignement que nous abordons au sein de nos formations.
Or il s’agit bien d’avoir véritablement une vision globale de cet
enseignement en fonction des origines et compétences des
enseignants et aussi en fonction des formations. Ainsi, c’est
bien la pluralité des enseignements en communication que nous
protégeons, la diversité et la transversalité de la matière, enfin
la reconnaissance d’un enseignement à la fois riche en lui-
même et indissociable des autres enseignements. Toutefois,
l’enquête ne porte pas sur les départements Information-
Communication mais sur l’ensemble des autres départements
où la communication n’appartient pas au cœur de compétences
de nos étudiants.



16 EXPLOITATION DES RESULTATS
Analyse de l’échantillon de répondants
Sur 115 IUT maillant l’ensemble du territoire, l’enquête
conduite par l’AECiut a recueilli 117 réponses, soit un peu plus
d’une réponse par IUT. Il est extrêmement complexe d’établir
une liste de l’ensemble des enseignants en poste dans la mesure
où il n’existe pas d’identification disciplinaire figée, quels que
soient les statuts (enseignants, enseignants-chercheurs ou
vacataires). Néanmoins, les enquêtes de terrain réalisées auprès
11
de certaines assemblées de chefs de département permettent
une extrapolation. Ainsi, sur les 117 répondants, 95 ont un
poste de permanent (PR, MCF, PRAG/PRCE ou PAST), soit un
taux de 0,82. Par ailleurs, dans les 43 départements GMP, on
12recense 38 enseignants permanents en poste , soit un taux de
0,88. Les enquêtes réalisées sur les départements Informatique
et GEA donnent des résultats comparables. Cependant, derrière
ces taux se cachent des réalités de terrain très dissemblables.
Ainsi, certains gros départements comptent plusieurs
enseignants titulaires permanents auxquels s’ajoutent des
vacataires quand d’autres n’en ont aucun ou le partagent (sur
1/2 ou 1/3 de temps) avec un ou plusieurs autres départements.
On comprend donc qu’il est particulièrement complexe de faire
une estimation fiable du nombre total d’enseignants de
communication. Néanmoins, en considérant qu’il y a en France
666 départements, on peut en déduire une fourchette variant
entre 546 et 586 enseignants de communication permanents,
selon qu’on applique le taux de 0,82 ou de 0,88.
Ainsi, est-il possible de considérer que les 117 réponses
constituent un échantillon représentatif tout à la fois de
l’enseignant et de l’enseignement de la communication en IUT
en ce début de siècle, hors spécialité Information-
Communication. En effet, les 95 réponses d’enseignants
permanents représentent plus de 15% des enseignants

11 Réalisées sur les départements GEA, GMP et Informatique.
12
Enquête réalisée lors de l’assemblée de chefs de département GMP de
Nantes le 2 juin 2010.
17 permanents titulaires d’un poste statutaire (PR, MCF,
PRAG/PRCE ou PAST) et les 117, plus ou moins 20%.
Analyse des réponses au questionnaire
Le questionnaire porte sur 3 groupes de questions. Pour
plus de clarté, l’analyse est associée à chaque question.
Qui est l’enseignant de communication ?
• La répartition par sexe




Fig.1 Répartition homme/femme
On note que parmi les répondants les femmes sont
majoritaires. En revanche, il n’y a pas de corrélation entre le
département d’affectation et le sexe.








Fig. 2 Répartition entre le sexe et le département
18 • La répartition par âge
16 répondants n’ont pas souhaité indiquer leur âge. Les
analyses portent donc sur un corpus plus réduit.











Fig. 3 Catégories d’âge
L’âge des enseignants varie de 25 ans à 66 ans. Il est intéressant
de voir s’il est possible d’établir une corrélation entre l’âge et
l’ancienneté dans l’enseignement de la communication et dans
le poste.









Fig. 4 Répartition du degré d'ancienneté dans l'enseignement
de la communication selon chaque catégorie d'âge
Tous les individus, ayant moins de 35 ans, ont moins de 10 ans
d’expérience. On observe tout de même que plus d’un
cinquième des enseignants âgés de 45 à 55 ans ont eux aussi
moins de 10 ans d’expérience.

19









Fig. 5 Répartition du degré d'ancienneté dans le poste selon chaque
catégorie d'âge
Plus la catégorie d’âge est élevée, plus la répartition du degré
d’ancienneté dans le poste est étalée.


















Fig. 6 Boîte à moustaches de l’ancienneté à ce poste

20