//img.uscri.be/pth/590de0192d855c475c2fddb67253a2e6f056b76d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Disparition du crime dans la sociologie contemporaine

De
262 pages
La démarche sociologique permet-elle à la criminologie française de se constituer en section universitaire indépendante du droit pénal, de la science politique et de la sociologie pénale ?
Voir plus Voir moins
'DQV OH FpOqEUH ÀOP
 GX ÀOP FXOWH GH .XURVDZD
GH EULJDQGV TXL YLW OLWWpUDOHPHQW j OHXUV FURFKHWV VDQV TXH OD SROLFH
JXHUULHUV pWUDQJHUV ,O V·DYqUH TXH FHV GHUQLHUV YRQW V\PSDWKLVHU DYHF OHV SD\VDQV HW HQ ÀQ GH FRPSWH UHPSOLU OH U{OH GH SURWHFWHXUV TXH OHV EULJDQGV DXUDLHQW SX UHPSOLU V·LOV pWDLHQW UHVWpV GHV JXHUULHUV GHV VDPRXUDwV  F·HVW VDQV GRXWH Oj OH PHVVDJH IRUW GH .XURVDZD FHW DPRXUHX[ GX -DSRQ GHV VDPRXUDwV 8Q VRFLRORJXH G·DXMRXUG·KXL FULWLTXDQW OD QRWLRQ PrPH GH © FULPH ª UpFXVH ELHQ HQWHQGX FHWWH H[SOLFDWLRQ ,O PHW VHXOHPHQW HQ DYDQW O·pFKHF VFRODLUH O·H[FOXVLRQ OD VWLJPDWLVDWLRQ YRLUH OD GRPLQDWLRQ GH © OD ª VRFLpWp  FHV IDFWHXUV DXUDLHQW SRXVVp FHV © VXSSRVpV ª FULPLQHOV YHUV OD © GpYLDQFH ª SXLVTXH OH WHUPH © FULPH ª HVW EDQQL  /·DQDO\VH GH FH VRFLRORJXH HVW PRQQDLH FRXUDQWH HQ )UDQFH (OOH D QRQ VHXOHPHQW SLJQRQ VXU UXH PDLV HOOH UHIXVH j OD FULPLQRORJLH IUDQoDLVH GH
 S c i e n c e s
d e s
LucienSamir OULAHBIB
DISPARITIONDU « CRIME » DANSLA SOCIOLOGIE CONTEMPORAINE
 P h i l o s o p h i e e t
E p i s t é m o l o g i e
Le crime comme injusticeou effet de système ?
DISPARITION DU«CRIME»DANS LA SOCIOLOGIE CONTEMPORAINE
Epistémologie et Philosophie des Sciences Collection dirigée par Angèle Kremer-Marietti La collectionÉpistémologie et Philosophie des Sciencesles ouvrages réunit se donnant pour tâche de clarifier les concepts et les théories scientifiques, et offrant le travail de préciser la signification des termes scientifiques utilisés par les chercheurs dans le cadre des connaissances qui sont les leurs, et tels que "force", "vitesse", "accélération", "particule", "onde",VRFLpWp GRPLQDWLRQ SRXYRLU LQpJDOLWpetc. Elle incorpore alors certains énoncés au bénéfice d'une réflexion capable de répondre, pour toutsystème scientifique, aux questions qui se posent dans leur contexte conceptuel-historique, de façon à déterminer ce qu'est théoriquement et pratiquement larecherche scientifique considérée. 1) Quelles sont lesprocédures, les conditions théoriques et pratiques des théories invoquées, débouchant sur des résultats ? 2) Quel est, pour le système considéré, lestatut cognitifdes principes, lois et théories, assurant la validité des concepts ? Dernières parutions
Edmundo MORIM DE CARVALHO,Paradoxe de Dieu et de la finitude. Volumes I et II,2012. Lucien-Samir OULAHBIB,Le politiquement correct français. Epistémologie d’une crypto-religion,2012. Saïd CHEBILI,Malaise dans la psychiatrie, 2012. Joseph-François KREMER,Les grandes topiques musicales. Panorama d’un parcours anthropologique, 2012. Hiroshi MORI,Bibliographie de Claude-Henri de Saint-Simon(réunion du texte, introduction et actualisation par Juliette Grange), 2012. Edmundo MORIM DE CARVALHO,Paradoxe sur la recherche : les dessous de la recherche dans les « cahiers » de Paul Valéry,2011. Edmundo MORIM DE CARVALHO,Paradoxe sur la recherche : sérendipité, Platon, Kierkegaard, Valéry,2011. Antonella CUTRO,Technique et vie, Biopolitique et philosophie du bios dans la pensée de Michel Foucault, 2011. Edmundo MORIM DE CARVALHO,Du rationnel à l'inconscient dans les «cahier» de Paul Valéry, 2010. Edmundo MORIM DE CARVALHO,De l'inconscient au conscient. Psychanalyse, science, philosophie, 2010.
Lucien-Samir OULAHBIB DISPARITION DU«CRIME» DANS LA SOCIOLOGIE CONTEMPORAINELe crime comme injustice ou effet dHsystème ?
Du même auteur -Éthique et épistémologie du nihilisme, les meurtriers du sens, L’Harmattan, 2002. -Le nihilisme français contemporain, fondements et illustrations, étude, L’Harmattan, 2003. -Les Berbères et le christianisme, étude, Éditions Berbères, 2004. -Sous le temps des malentendus, le sortilège s’efface, préface au livre de Moïse Rahmani, Sous le joug du croissant, juifs en terre d’Islam, éditions Sépharade, Bruxelles, 2004. -L’œil brisé, qui a tué Pandora Swifer ? roman fantastique, Éditions Le Manuscrit, 2004 -étouffementLes Berbères ou l’(auto-) , essai, in À l’ombre de l’islam, minorités et minorisés, Filipson éditions, 2005. -Méthode d’évaluation du développement humain,de l'émancipation à l’affinement, esquisse, L’Harmattan, 2005. -La philosophie cannibale, La Table Ronde, 2006. -La condition néo-moderne, L’Harmattan, 2007. -Parfum total,roman d’anticipation, Éditions Le Manuscrit, 2008. - Actualité de Pierre Janet, en quoi est-il plus important que Freud, L’Harmattan, 2009. -Les meurtriers de l’Homme. Déconstruire le déconstructionnisme, le foucaldisme, le postmodernisme, (Thèse de doctorat en sociologie, Sorbonne IV), Sarrebruck, Editions universitaires européennes, 2010. -Évaluation du Politique, aujourd’hui. La Démocratie en est-elle la forme la plus accomplie? (Habilitation à diriger des recherches en science politique, Lyon III), Sarrebruck, Editions universitaires européennes, 2011. -Le Politiquement correct français, épistémologie d’une crypto-religion,L’Harmattan, 2012.
© L'HARM ATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00502-7 EAN : 9782336005027
L’idée qu’il y a des rapports entre la justice et le crime est féconde et mérite qu'on y consacre un livre. 1 Maurice Cusson
TableTABLE ...........................................................................................................5 INTRODUCTION .........................................................................................7 LE CRIME COMME MODE DE VIE ? .....................................................7 PREMIÈRE PARTIE .................................................................................29 HISTORIQUE, CHIFFRES, ET NOUVELLE CRIMINOLOGIE........92.... CHAPITRE I ...............................................................................................31 APERÇUS HISTORIQUES ET MÉTHODOLOGIQUES......................31 RELATIVISATION DU CRIME : LES RACINES IDÉOLOGIQUES.51 CHAPITRE II ..............................................................................................65 DE L’INTERPRÉTATION DES CHIFFRES ..........................................65 LES CADRES DES SCIENCES SOCIALES SE SONT ÉCROULÉS ...78 LOGIQUE, RATIONALITÉ, CITOYENNETÉ ......................................93 LOGIQUE MÉCANIQUE ET RATIONALITÉ ÉTHIQUE...................96 LA RATIONALITÉ OU LES CONSÉQUENCES DE L’ACTION......100 LE CRIME, « JUSTIFIABLE » PAR LE CONTEXTE SOCIAL ? .....104 INDIVIDU, PERSONNE, CITOYEN......................................................108 CHAPITRE III ..........................................................................................117 LES TRAVAUX DE CUSSON ET DE GASSIN ....................................117 PERSONNALISATION OU RESPONSABILITÉ INDIVIDUELLE ..119 QU’EST-CE QUE L’ACTION ? COMMENT L’ÉVALUER ? ............120 LES CINQ VARIABLES DE CONFIGURATION................................123 LES QUATRE FONCTIONS D’ÉVALUATION...................................128 LA SPÉCIFICITÉ DE LA CRIMINOLOGIE DE L’ACTION ............132 1 Correspondance privée.
5
SECONDE PARTIE..................................................................................143 LES FACTEURS NÉGLIGÉS...................................................................143 CHAPITRE I .............................................................................................145 POUVOIR, PRESTIGE, RICHESSES....................................................145 ÉTUDE EMPIRIQUE : L’ANALYSE DES « GANGS DE RUE » .......149 CHAPITRE II ............................................................................................161 COMMENT MIEUX EXPLIQUER CERTAINS FAITS DIVERS ......161 IMPULSION OU PULSION ? L’APPROCHE JANÉTIENNE............164 CHAPITRE III ..........................................................................................177 DES « INCIVILITÉS » AUX PRATIQUES « SCISSIONNISTES » ....177 LES ÉMEUTES DE NOVEMBRE 2005 .................................................193 CRIMINOLOGIE DE L’ACTION ET SÉCURITÉ GLOBALE..........201 TROISIÈME PARTIE ..............................................................................209 PRÉVENTION, SANCTION, RÔLE DE LA CRIMINOLOGIE.............209 CHAPITRE I .............................................................................................211 LA PRÉVENTION RÉELLE OU LE RÔLE DE LA SANCTION ......211 LE RÔLE COGNITIF NÉCESSAIRE DE LA SANCTION .................215 NORMES ET VALEURS .........................................................................219 DE L’AFFAISSEMENT VOLONTAIRE DU SENS..............................221 DE L’INJUSTICE VOLONTAIRE .........................................................222 SANCTION ET RESOCIALISATION DU CRIMINEL.......................226 CHAPITRE II ............................................................................................229 «POLISETPOLITEIA »ET ÉDIFICATION DE LA SANCTION.....229 CHAPITRE III ..........................................................................................233 LA CRIMINOLOGIE À PART ENTIÈRE ............................................233 LA CRIMINOLOGIE, SCIENCE DANS LE RESTE DU MONDE ....235 CONCLUSION ..........................................................................................241 BIBLIOGRAPHIE ....................................................................................245 * * *
En posant le crime contre l’humanité comme une interdiction pénale, le droit international définit aussi un interdit, au sens symbolique du terme, alors même que l’humanité, loin d’avoir été explicitement conçue et définie comme valeur universelle reste l’objet de 2 multiples interprétations et malentendus . M. Clemmer a parlé de « prisonisation » pour qualifier le processus de changement du détenu à mesure qu’il s’adapte au monde de la prison et il a été érigé en dogme que la prison ne peut que rendre les criminels plus criminels. Des études ultérieures ont montré qu’une grande partie de ce qui se passe dans la prison n’a qu’un rapport accidentel avec le développement de 3 la criminalité .
Introduction
Le crime comme mode de vie ? Partons de ce célèbre filmLes sept mercenairesJohn Stur de JHVYul (avec 4 Brynner, Steve McQueen, Charles Bronson) ,remake du film culte de 5 KurosawaLes sept samouraïs. Des paysans, à la vie régulée par le rythme 6 régulier desTravaux et des jours— sont,—titre d’un livre phare d’Hésiode sans cesse, rackettés par une bande de brigands qui vit, littéralement, à leurs crochets, sans que la police locale n’y puisse grand-chose, elle est d’ailleurs souvent corrompue, du fait aussi de sa maigre paye. Les paysans pourraient fort bien aller « dialoguer » avec cette bande — peut-être l’ont-ils faits mais cela n’est pas montré — pour leur
2  Mireille Delmas-Marty,Vers une communauté de valeurs ?Paris, éditions Seuil, 2011, p. 21. 3 Jean Pinatel,La société criminogène, Paris, Calmann-Lévy, 1971, p. 195. 4 Fait en 1960 :http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sept_Mercenaires5 Fait en 1954 :http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sept_Samouraïs6 http://remacle.org/bloodwolf/poetes/falc/hesiode/travaux.htm
7
proposer du travail, une formation aux divers métiers du village, une insertion dans les familles en les aidant à construire leurs maisons afin de pouvoir eux aussi fonder un foyer. Cette option n’est pas mise en scène dans ces deux films. Sans doute parce que les bandits n’en voulaientpas. Face à ce constat — les bandits préfèrent l’injustice à l’égalité des droits— les paysans, plutôt que de continuer à se faire racketter et d’attendre avec anxiété que soit connue la cause ultime qui aurait « produit » ces brigands (ce qui de toute façon ne permettrait pas de s’en débarrassermaintenant effectivement et définitivement) vont déciderde recruter des guerriers, étrangers. Il s’avère que ces derniers vont, eux,sympathiserà la longue avec les paysans et, en fin de compte, remplir le rôle de protecteurs que les brigands auraient pu effectuer s’ils étaient restés des guerriers au sens chevaleresque du terme. C’est d’ailleurs sans doute là le message fort 7 de Kurosawa cet amoureux du vieux Japon des samouraïs ; et il n’est pas étonnant qu’il fut repris par le cinéma des USA (le plus jeune des 8 mercenaires, Chico , reste par exemple dans le village et s’y marie) tant celui-ci reste marqué par toute cette thématique qui a forgé, au sens quasi littéral, ce pays de l’Oncle Sam. Soulignons enfin que la lutte actuelle contre les mafias, en particulier les puissants cartels de la drogue au Mexique, tels lesZetass’affrontant ces temps-ci auxSinaloa alliés auCartel du Golfe — 9 auquel appartenaient lesZetastout mis en… (le scène dansMiss 10 Bala) s’intègre dans ce canevas. Les uns et les autres font un choix de vie : les premiers dans le crime c’est-à-dire l’injustice et l’avènement d’une micro société quasi esclavagiste où tous les acquis
7  Voir aussi le filmLe dernier Samouraï (2003) de Edward Zwick avec Tom Cruise, Billy Connolly qui met bien en scène toute cette problématique. 8 http://www.eclairages.eu/The-magnificent-seven-Les-sept-mercenaires-1960-de-John-Sturges-le-debut_a1763.html9 http://fr.wikipedia.org/wiki/Tuerie_de_masse_à_Cadereyta_Jiménez10 http://www.lexpress.fr/culture/cinema/miss-bala_1107624.html
8
désormais universels en terme de respect des droits humains sont abolis. Les 11 seconds, en majorité des femmes policières mal payées , telle Marisol 12 Valles , choisissent de se situer sous le drapeau de la loi républicaine, autrement dit du Pacte politique qui fonde, autour de la notion decitoyenneté(et donc de l’égalité des droits), le sentiment d’appartenance (politeia) 13 comme l’a montré Claude Lefort . Ce qui implique de refuser la loi du plus fort, surtout dans une situation où aucun acte criminel serait désigné tel : soit par peur de le faire, soit par volonté idéologique de mettre à distance toutes les interprétations, ce qui équivaut dans ce cas à laisser la force primer le droit puisqu’il n’y a plus de sanctionseffectivessinon celles de la vengeance… Cela implique donc aussi, cela va de soi, mais il vaut mieux le préciser, qu’appliquer la loi dans le cadre de l’État de droit implique bien sûr de ne pas agir comme ces sept mercenaires ou samouraïs ;sauf en cas de guerre. C’est ce qu’a précisé, depuis le 27 mai 2010, en tout cas pour les USA, un document officiel américain, adoubé par le président américain Barack Obama : la nouvelle doctrine de défense — substituant à la notion «guerre 14 contre le terrorisme» celle de «guerre contre Al-Qaidaopte pour» — l’élimination ciblée par drone interposé de combattants liés à cette organisation. C’est que les attentats du 11 septembre 2001 peuvent être e ère classéschapitre de la 1 partie l’importance de ce (il sera vu dans le 3 15 terme) commeactes de guerre doublé d’un crime contre l’humanité puisque des civils innocents ont été assassinés massivement ; cette dernière qualification concernant les attentats du11 septembrea été en effet utilisé à
11 http://archives.tdg.ch/mexique-aura-femmes-police-2010-11-2212 http://www.lexpress.fr/actualite/monde/la-femme-la-plus-courageuse-du-mexique-contrainte-a-la-fuite_969890.html13 Claude Lefort,Essais sur le politique, Paris, essais/points, Le Seuil, 1986, pp.8-9. 14 http://www.aidh.org/txtref/2010/us_str_sec1.htm: « Nous sommes en guerre contre un réseau spécifique, Al-Qaida, et ses terroristes affiliés qui appuient les efforts pour attaquer les Etats-Unis, nos alliés et partenaires ». 15  Alain Bauer, Xavier Raufer,La guerre ne fait que commencer, Paris, (2002), éditions Gallimard/Folio, 2003.
9