//img.uscri.be/pth/4ddf979d9882f81dec6e18f3c5f7b75512ba8725
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Du déclin de la pensée critique au triomphe de la psychiatrie

De
84 pages
En élargissant le champ de leurs compétences à toutes les déviances sociales et légales, ainsi qu'à toutes les vicissitudes de l'existence, les psychiatres ne risquent-ils pas de produire plus de dépendance que d'autonomie ? La place démesurée qui leur est réservée dans nos sociétés contemporaines est-elle vraiment justifiée ? Les pouvoirs qu'ils exercent sont-ils fondés ? Ne leur confions-nous pas trop facilement la résolution de problèmes personnels que nous pourrions résoudre par nous-mêmes ?
Voir plus Voir moins

Du déclin de la pensée critique au triomphe de la psychiatrie

Psycho - logiques Collection dirigée par Alain Brun et Philippe Brenot
Sans exclusives ni frontières, les logiques président au fonctionnement psychique comme à la vie relationnelle. Toutes les pratiques, toutes les écoles ont leur place dans Psycho - logiques.

René SOULA YROL, La spiritualité de l'enfant, 2006. Joseph C. ZINKER, Le thérapeute en tant qu'artiste, 2006. Jean-Claude REINHARDT et Alain BRUN (collectif dirigé par), Vieillesse et création, 2005. Giovanni GOCCI, Les groupes d'individuation, 2005. Josette MARQUER, Lois générales et variabilité des mesures en psychologie cognitive, 2005. Pierre MARQUER, L'organisation du lexique mental, 2005. Marcel FRYDMAN, Violence, indifférence ou altruisme?; 2005. Serge RA YMOND, Pathobiographies judiciaires. Journal clinique de Ville-Evrard, 2005. Jacques HUREIKI, Ethnopsychiatrie compréhensive, 2005. Jean HUCHON, L'être logique. Le principe d'anthropie, 2005. Paul CASTELLA, La différence en plus, 2005. Marie-Pierre OLLIVIER, La violence des croyances. Point de vue d'une psychologue clinicienne, 2004. P.-A. RAOULT, De la disparition des psychologues cliniciens. Luttes et conflits entre cliniciens et cognitivistes, entre universitaires et praticiens, entre médecins et psychologues, 2004. Jacques WITTWER, Mots croisés et psychologie du langage, 2004. Bernard MAROY, La dépression et son traitement. Aspects méconnus,2004. Guy Amédé KARL, La passion du vide, 2004. Régis VIGUIER, Le paradoxe humain, 2004. Sarah EBOA-LE CHANONY, La psychologie de l'Individuation. L'Individu, la Personne et la Crise des 28 Ans, 2004.

Monique ESSER (dir.), La programmation neuro-linguistique
en débat, 2004. Georges KLEFTARAS, La dépression: approche cognitive et

comportementale, 2004.

Michel Landry

Du déclin de la pensée critique au triomphe de la psychiatrie

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE

L'Hannattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest

Espace Fac..des

L'Harmattan Sc. Sociales, BP243,

Kinshasa Pol. et Adm. ;

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALlE

L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 I2B2260 Ouagadougou 12

KIN XI - RDC

Université

de Kinshasa

Du même auteur

Le p!ychiatre au tribunal, Toulouse,

Privat, 1976. 2000.

Manuel alphabétique du p!ychiatrisme, Paris, L'Harmattan, L'état dangereux, Paris, L'Harmattan, 2002.

http://www.librairieharmattan.com diEEusion.harmattan@wanadoo.Er harmattan 1@wanadoo.Er ~ L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-01699-5 EAN : 9782296016996

Avant-propos
En ce débUt du XXIe siècle, le niveau des connaissances acquises par les citoyens des pays industrialisés est incomparablement supérieur à celui de leurs aïeux. Cet enrichissement culturel résulte, bien sûr, des fabuleux progrès réalisés par la science depuis deux siècles, mais procède aussi de la démocratisation de l'instruction publique ainsi que de la multiplicité des sources d'information mises, aujourd'hui, à la disposition de tous ceux qui souhaitent étendre et approfondir leurs connaissances. Est-ce à dire que nous sommes devenus, sinon plus intelligents, du moins plus lucides et plus aptes à porter un regard critique sur les problèmes de notre temps? Sommesnous, aujourd'hui plus qu'hier, capables de repérer, pour les dénoncer, les approximations, fraudes, inexactitudes et autres contre-vérités qui peuvent se glisser dans telle ou telle assertion prétendument scientifique? AUtrement dit, notre pensée critique est-elle à la haUteur de nos connaissances et sommesnous aujourd'hui réellement capables de démasquer les imposteurs? Pour tenter de répondre à cette question, j'ai choisi de prendre comme objet d'étude la psychiatrie, pour trois raisons principales. La première réside dans le fait qu'il s'agit officiellement, et partout dans le monde, d'une discipline médicale qui peut donc, a priori, se prévaloir du label de science, au même titre, par exemple, que l'ophtalmologie ou la dermatologie. Aux yeux de ses « usagers », libres ou contraints, elle est donc censée respecter les valeurs idéologiques de la science: soif de vérité, impartialité, objectivité, absence de préjugés... La seconde tient dans la place démesurée qui lui est réservée dans nos sociétés

8

Avant-propos

contemporaines et plus particulièrement dans les compétences multiples et les pouvoirs exorbitants qui lui sont généreusement accordés. La troisième est personnelle: il s'agit en effet d'une discipline que j'ai pratiquée durant plus de quarante ans avec en permanence, dois-je l'avouer, un pénible sentiment de doute et d'insatisfaction quant à la qualité de mes aptitUdes et compétences professionnelles, ainsi d'ailleurs que de celle de beaucoup de mes confrères. Deux précisions pour conclure cet avant-propos. La pratique psychiatrique dont il sera question ici concerne moins celle qui s'exerce légitimement au sein du champ qui lui avait été initialement assigné (celui de la pathologie mentale) que de ses nombreuses activités annexes, d'expertise notamment. En second lieu, si je me suis donné comme règle impérative de n'employer aucun terme technique, d'utiliser au contraire un langage clair, propice à la communication, de préférence au méta-langage ésotérique, c'est pour permettre aux profanes de suivre et de comprendre mon argumentation et donc d'exercer librement leur droit de réplique. S'ils le peuvent.