//img.uscri.be/pth/7ca9c9b526a9f56d562fcb94bd0e2bc044ed0e6a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,31 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Dynamique de l'espace français et aménagement du territoire

De
144 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 0001
Lecture(s) : 93
EAN13 : 9782296304215
Signaler un abus

DYNAMIQUE DE L'ESPACE FRANÇAIS ET
AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE GÉOGRAPHIES EN L1.13Eit'TE
sous la direction de Georges Benko
GEOGRAPHIES EN LIBERTE est une collection internationale publiant des
recherches et des réflexions dans le domaine de la géographie humaine, conçue dans
un sens très large, intégrant l'ensemble des sciences sociales et humaines. Bâtie sur
l'héritage des théories classiques de l'espace, la collection présentera aussi la
restructuration de cette tradition par une nouvelle génération de théoriciens.
Les auteurs des volumes sont des universitaires et des chercheurs, engagés dans des
réflexions approfondies sur l'évolution théorique de la discipline ou sur les méthodes
susceptibles d'orienter les recherches et les pratiques. Les études empiriques, très
documentées, illustrent la pertinence d'un cadre théorique original, ou démontrent la
possibilité d'une mise en oeuvre politique. Les débats et les articulations entre les
différentes branches des sciences sociales doivent être favorisés.
Les ouvrages de cette collection témoignent de la diversité méthodologique et
philosophique des sciences sociales. Leur cohérence est basée sur l'originalité et la
qualité que la géographie humaine théorique peut offrir aujourd'hui en mettant en
relation l'espace et la société.
Déjà parus:
La dynamique spatiale de l'économie contemporaine
G.B. BENKO ed., 1990 (épuisé)
Le Luxembourg dans tous ses états
C. GENGLER, 1991 (épuisé)
La ville inquiète: habitat et sentiment d'insécurité
Y. BERNARD et M. SEGAUD eds., 1992
Le propre de .la ville : pratiques et symboles
M. SEGAUD ed., 1992
La géographie au temps de la chute des murs
P. CLAVAL, 1993
Allemagne : état d'alerte ?
L. CARROUÉ et B. ODENT, 1994
De l'atelier au territoire. Le travail en quête d'espace
T. EVETTE et F. LAUTIER eds., 1994
La géographie d'avant la géographie.
Le climat chez Aristote et Hippocrate
J.-F. STASZAK, 1995
Dynamique de l'espace français et aménagement du territoire
M. ROCHEFORT, 1995
La morphogenèse de Paris des origines à la Révolution
G. DESMARAIS, 1995 DYNAMIQUE DE L'ESPACE FRANÇAIS ET
AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
Michel ROCHEFORT
Université de Paris I — Panthéon-Sorbonne
Éditions L'Harmattan
5-7, rue de l'Ecole - Polytechnique
75005 Paris © Couverture : Fondation Jean Jaurès, 1991, Paris
réalisation de Sylvie Foulon
© L'Harmattan, 1995 et 1996
Paris, France.
Tous droits réservés pour tous pays.
Toute reproduction, même partielle,
par quelque procédé que ce soit, est interdite.
Dépôt légal Avril 1995 et Janvier 1996
ISBN : 2-7384-3265-4 ISSN : 1158-410X SOMMAIRE
Avant-propos 7
Introduction 9
Partie I:
Les grandes mutations du système productif et de la société entre
1970 et 1990. Questions au territoire
Chapitre I. Les mutations économiques 13
I. Mutations dans l'industrie 14
II. Mutations de l'agriculture 18
III. La multiplication des activités tertiaires 21
Chapitre II. Les changements démographiques 23
I. La population s'accroît lentement 23
II. La population vieillit 25
III. La population évolue de façon variée selon les régions 27
IV. Plus de femmes actives, plus d'emplois tertiaires 33
Chapitre III. Les inquiétudes grandissent dans la société 37
I. Le chômage ne cesse d'augmenter 37
II. Va-t-on vers une Société duale ? 41
III. La peur grandit devant l'explosion de la délinquance 44
IV. L'environnement se dégrade. Les Français recherchent un meilleur cadre de vie 45
Chapitre IV. L'intervention de la puissance publique sur le territoire 47
I. La D.A.T.A.R. passe des grandes ambitions aux petites actions à court terme 47
II. Les collectivités régionales et locales face aux traditions centralistes de l'État 52
Partie II:
Le territoire français à la recherche d'une nouvelle organisation
Chapitre V. Un territoire plus accessible et plus ouvert mais des réseaux à plus
grandes mailles 57
I. L'épopée du T.G.V. 57
II. Le triomphe des autoroutes 59
III. La multiplication des liaisons aériennes 64
IV. La révolution des télécommunications 65
Chapitre VI. Un territoire globalement mieux équipé 71
I. Plus d'élèves et d'étudiants, plus de lycées et d'universités, plus d'enseignants 71
II. Plus d'hôpitaux, plus de médecins, plus de dépenses de santé 74
III. Les équipements culturels et sportifs se multiplient 77 6 M. Rochefort
Chapitre VII. Les campagnes vers la désertification ou l'intégration ? 81
I. Les espaces ruraux, globalement, ne se dépeuplent plus 81
II. Les villes transforment leur environnement rural 83
III. Campagnes vivantes ou campagnes mourantes ? 86
IV. L'État tente de protéger des espaces verts de plus en plus vastes 87
Chapitre VIII. Les espaces urbains se modernisent. Pour qui ? 93
I. Les logements neufs se multiplient ... pour qui ? 93
II. Les centres-villes se modernisent 96
III. Les transports collectifs s'améliorent dans les agglomérations urbaines 100
IV. L'extension des espaces urbanisés conduit-elle à l'éclatement de la ville 103
Chapitre IX. L'armature urbaine entre la stabilité et le changement 107
I. Permanences démographiques globales 107
II. La métropolisation dans l'armature urbaine 112
III.Permanences ou changements dans la hiérarchie des centres de services 117
Chapitre X. Les disparités régionales s'aggravent-elles ou changent-elles
d'échelle ? 119
I. L'évolution contrastée des disparités entre les régions administratives 120
II. Les formes de regroupement en grands ensembles régionaux 124
III. Les disparités vécues dans le territoire 127
Conclusion générale 129
Références bibliographiques 133
Liste des tableaux et des figures 135
Index 137
Avant-propos
Dans sa finalité première, ce livre a été conçu pour apporter un
éclairage particulier à l'effort général de prospective entrepris par la
DATAR dans sa volonté de renouveler la conception même de
l'aménagement du territoire. Réalisé en relation avec le programme
Prospective et Territoires, il a bénéficié de son concours. Cette
rétrospéctive des vingt dernières années a donc eu, comme but
essentiel, de dégager des mécanismes d'évolution, des interactions
entre les mutations socio-économiques et l'organisation de l'espace et
de déterminer le rôle des interventions de la puissance publique face à
ces dynamiques profondes. Plutôt que de tenter des interprétations
théoriques des faits rapportés, on a cherché à rester concret, à garder le
contact avec les réalités observables, à être utile à tous ceux qui,
responsables de l'avenir, peuvent être aidés par une meilleure
connaissance du passé récent pour s'efforcer d'infléchir l'évolution des
vingt prochaines années.
Plusieurs collaborateurs ont apportés leur contribution à ce
travail :
Les approches plus sociologiques ont bénéficié des conseils de
Sabah Abouessalam, maître de conférences à l'Université de Paris I
qui a, en particulier, rédigé les pages concernant le problème des
banlieues.
La documentation a été rassemblée par Axelle Stordair,
Christophe Renard et Emmanuel Vire.
La cartographie a été conçue et réalisée par Anne Lefur, AFDEC,
Paris. INTRODUCTION
Combien de jeunes gens de moins de vingt ans restent incrédules
lorsqu'on leur dit qu'en 1970 l'effectif des chômeurs en France était de
500.000, que l'économie affichait un taux de croissance de près de 6 %
par an mais que le territoire ne bénéficiait d'aucun T.G.V. et d'une seule
autoroute interrégionale ! En vingt ans, de profondes mutations
économiques et sociales ont ébranlé les bases du système productif
antérieur et modifié les structures de la société. Dans bien des
domaines, l'organisation du territoire s'est modernisée, sans, pour
autant, répondre à tous les besoins et résoudre toutes les contradictions,
malgré l'ampleur des investissements de l'Etat et des collectivités
locales. Faute, peut-être, d'un schéma d'ensemble cohérent pour
orienter les politiques d'aménagement et les interventions publiques, le
territoire français suscite actuellement bien des inquiétudes : les
profondes transformations qu'il a connues entre 1970 et 1990 peuvent
aboutir à une marginalisation, voire une dislocation face à l'ouverture
sur l'Europe ; une surconcentration dans certaines zones et une
désertification des autres à l'intérieur de l'espace national. Vingt ans ont
suffi pour changer l'image du territoire, mais celle d'aujourd'hui nous
interpelle. Il faut agir pour que dans vingt ans l'organisation territoriale,
sans doute de nouveau profondément modifiée, offre une image plus
cohérente, plus adaptée aux besoins des activités productives et aux
aspirations des habitants.
En 1970, la France qui vient de passer le cap des cinquante
millions d'habitants bénéficie depuis une vingtaine d'années d'un taux
de croissance élevé de son produit national qui a doublé entre 1950 et
1965. C'est bientôt le terme de la période qu'on appellera par la suite
"les trente glorieuses". L'agriculture se modernise sans que la réduction
consécutive des effectifs agricoles provoque trop de problèmes
humains. Après l'explosion sociale de 1968, les élections de G.
Pompidou à la présidence de la République et d'une majorité de droite à
l'Assemblée nationale ont confirmé le poids du mouvement gaulliste
dans la vie politique. Face à la tendance séculaire qui donne à Paris un
très grand rôle dans l'organisation du territoire et au risque dénoncé que
la France devienne "Paris et le désert français", les politiques
d'aménagement du territoire ont tenté de trouver des solutions : la
décentralisation industrielle commencée en 1956 semble porter ses
fruits ; les métropoles d'équilibre créées en 1964 suscitent des espoirs ;
les huit grandes zones d'études pour l'aménagement du territoire, les
ZEAT, délimitées pour la préparation du vième Plan annoncent une 10 M. Rochefort
volonté de regrouper les découpages administratifs complexes en unités
plus vastes. L'intervention de l'Etat par ses services d'aménagement
paraît cohérente dans sa volonté durable d'assurer une meilleure
régionalisation de la croissance industrielle et de l'administration.
En 1990, la France compte plus de 56 millions d'habitants, mais le
chômage touche près de 10 % de la population active et plus de 20 %
des actifs de moins de 25 ans. La crise économique déclenchée en 1974
pèse encore de tout son poids. Les majorités alternées à la tête du
gouvernement sont restées impuissantes devant le caractère inéluctable
des grandes mutations du système productif et de leurs conséquences
sociales : le taux annuel de croissance du Revenu National n'atteint
plus 2 % ; on redoute qu'il devienne négatif dans les prochaines
années. La multiplication des nouveaux pauvres révèle l'acuité des
phénomènes d'exclusion et de ségrégation spatiale. Les agriculteurs,
les pêcheurs, les ouvriers de la sidérurgie ... réagissent avec violence
aux conséquences sociales de la crise et à l'ouverture de l'économie
française sur l'Europe et sur le monde. L'organisation du territoire
reflète en partie ces grands changements. D'un côté elle s'est
profondément modernisée : les moyens de transport et les
télécommunications, par exemple, sont beaucoup plus rapides et plus
performants ; d'un autre côté elle est affectée de divers déséquilibres :
reprise de la concentration sur Paris, liée aux nouvelles formes de la
tertiarisation ; poursuite des mutations de l'économie agricole ;
accélération du désarroi des banlieues dans les grandes villes ;
nouvelles inquiétudes devant les atteintes à la qualité de
l'environnement et du cadre de vie.
Face à tous ces problèmes, les politiques d'aménagement du
territoire restent si timides qu'on peut même douter de leur existence
réelle : les interventions de l'Etat se situent, le plus souvent, dans le
court terme et malgré une indiscutable ampleur des investissements
publics consacrés à la réorganisation du territoire, les effets ne semblent
pas à la dimension des problèmes. L'analyse des transformations du
territoire français entre 1970 et 1990 1 est conçue ici comme une
rétrospective visant à approfondir ces problèmes, à éclairer l'effort de
prospective et à contribuer ainsi à l'élaboration d'un schéma plus
cohérent pour l'aménagement du territoire de demain.
I Les démonstrations seront souvent émaillées de données chiffrées, mais il ne s'agira
pas d'un travail de pure statistique : les valeurs indiquées seront souvent arrondies sans
tenir compte des détails de calcul. Il n'y aura pas plus de rigueur dans les dates choisies :
on a voulu proposer une période de vingt ans, mais parfois les données seront de 1968 et
non de 1970, car c'est la date du recensement le plus proche ; de 1988 et non de 1990
lorsqu'on parlera de l'agriculture.
PARTIE I
Les grandes mutations du système productif et
de la société entre 1970 et 1990 :
questions au territoire
Le système productif a changé, les exigences sociales se sont
accrues, le territoire s'est modifié ... mais quelles sont les articulations,
les interactions entre les mutations socio-économiques et celles de
l'organisation spatiale ? Avant d'analyser ces dernières, il convient de
rappeler les premières et d'examiner comment elles ont "interpellé" le
territoire ; comment celui-ci a opposé ses permanences et ses rigidités
aux nouvelles nécessités de la société ; comment ces diverses
temporalités se sont, ou non, ajustées.
Jusqu'à quel point le libre jeu des agents économiques privés a-t-
il résolu ... ou aggravé les contradictions ? Quels ont été les ambitions,
les choix des interventions publiques pour tenter de réguler ces inter-
relations entre l'économique, le social et le spatial ? C'est au cours
d'une évocation des mutations économiques, des changements
démographiques et sociétaux et de l'évolution des institutions que ces
questions seront d'abord débattues.