Ecrits politiques (1958-1993)

De
Publié par

L’exceptionnelle exigence intellectuelle et littéraire de l’œuvre de Maurice Blanchot n’est plus à démontrer. Sa pensée politique, cependant, est peu connue : les textes et déclarations réunis ici pour la première fois ont en effet été écrits pour des revues, éphémères ou parfois confidentielles, et signés par plusieurs (pour témoigner d’un mouvement collectif) ou par personne (pour que tous puissent s’en sentir responsables).
Si marqués que soient tous ces textes par le refus (titre du premier d’entre eux, paru en 1958), ils n’en constituent pas moins l’une des formes les plus hautes de l’affirmation : affirmation de la possibilité de penser en commun, de penser communautairement la possibilité d’une existence politique recommencée.
« Refuser n’est jamais facile, écrit Blanchot, nous devons apprendre à refuser et à maintenir intact, par la rigueur de la pensée et la modestie de l’expression, ce pouvoir de refus que désormais chacune de nos affirmations devrait vérifier. »
Publié le : mardi 24 février 2015
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782756109169
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Maurice Blanchot
Écrits politiques Guerre d’Algérie, Mai 68, etc. 1958-1993L’exceptionnelle exigence intellectuelle et littéraire de l’œuvre de Maurice Blanchot n’est plus à démon-trer. Sa pensée politique, cependant, est peu connue: les textes et déclarations réunis ici pour la première fois ont en effet été écrits pour des revues, éphémères ou parfois confidentielles, et signés par plusieurs (pour témoigner d’un mouvement collectif) ou
par personne (pour que tous puissent s’en sentir responsables). Si marqués que soient tous ces textes par le refus (titre du premier d’entre eux, paru en 1958), ils n’en constituent pas moins l’une des formes les plus hautes de l’affirmation: affirmation de la possibilité de penser encommun, de penser communautairementpossibilité d’une existence la politique recommencée. «Refuser n’est jamais facile, écrit Blanchot,nous devons apprendre à refuser et à maintenir intact, par la rigueur de la pensée et la modestie de l’expression, ce pouvoir de refus que désormais chacune de nos affirmations devrait vérifier.»
EAN numérique :997788--22--77556611--0099116-59-2 EAN livre papier : 9782914172912www.leoscheer.com
ÉCRITS POLITIQUES
DU MÊME AUTEUR AUXÉDITIONSGALLIMARD
Thomas l’obscur Aminadab Faux pas L’Arrêt de mort Le Très-haut La Part du feu Au moment voulu Celui qui ne m’accompagnait pas L’Espace littéraire Le dernier homme Le Livre à venir L’Attente l’oubli L’Entretien infini L’Amitié Le Pas au-delà L’Écriture du désastre De Kafka à Kafka La Folie du jour Une Voix venue d’ailleurs L’Instant de ma mort AUXÉDITIONS DEMINUIT Lautréamont et Sade Après coup, précédé deLe Ressassement éternel La Communauté inavouable AUXÉDITIONSFARRAGO Les Intellectuels en question Pour l’amitié Henri Michaux ou le refus de l’enfermement AUXÉDITIONSCOMPLEXE Sade et Restif de la Bretonne ÀLALIBRAIRIEJOSÉCORTI Comment la littérature est-elle possible ?
©Éditions Léo Scheer, 2003
MAURICE BLANCHOT
ÉCRITS POLITIQUES
Guerre d’Algérie, Mai 68, etc.
1958-1993
Editions Léo Scheer
PRÉSENTATION
Maurice Blanchot, écrivain que la solitude et la hauteur de son œuvre auraient dès son vivant dématérialisé, désincarné ? C’est ce qu’on a dit sur tous les tons. Or, c’est le contraire qu’il faudrait dire : Maurice Blanchot, écrivain qui n’a rien donné à cette œuvre (à la hauteur et à la solitude qu’elle exigeait de lui) qu’il ne lui ait simultanément repris (ou qu’il n’ait voulu lui reprendre) en cherchant à en approprier le « monde ». En réalité, il n’y a pas de mouvement par lequel Maurice Blanchot s’est en effet retiré du monde que n’ait doublé un mouvement inverse, et singulièrement simultané, qui ne l’y a lié, et de la façon la plus ferme ; de la façon la pluspolitique. Parce qu’il existe des textespolitiquesde Blanchot. Des textes peu connus, et sans doute peu faits pour l’être en tant que tels. Parce qu’écritsdansdes revues etpourdes revues. Dans le mouvement de pensée que permettent les revues. Qu’elles seules permettent. Dans ce que les revues seules permettent de penser du mouvement qui fait que des hommes doivent s’assembler. Qu’ils le doivent pour dire le refus qu’ils ont en commun. Un refus – le maître-mot, peut-être, de ce volume – qui leur est à ce point communque Blanchot voudra le rendre bientôt anonyme (que chacun puisse y devenir, écrira-t-il, «responsable d’affirmations dont il n’est pas l’auteur»). Parce que la révolution, selon lui, voulait au moins cela. Qu’il n’y eût plus d’auteurs. C’est-à-dire, que la révolution n’eût plus cette autorité-là.
7
C’est pourquoi les revues (éphémères, confidentielles, quand ce n’est pas impossibles) ont à ce point compté dans l’élaboration des textes rassemblés ici :Le 14 juillet, en 1958, que Blanchot rejoint par le même mouvement qu’il se lie à ses animateurs, Mascolo, Schuster, Antelme, etc. Le projet deRevue internationale, ensuite, dont il sera l’un des instigateurs infatigables.Comité, enfin, en mai 68... C’est dans des revues et pour elles qu’ont été, pour la plupart, écrits les textes que réunit ce volume. Et, il faut en faire l’hypothèse, c’est pour cette raison que leur auteur ne les a depuis intégrés à aucun de ses livres : leur nature les différenciant essentiellement de ce que tout livre, même de lui, pouvait chercher ; un texte « politique », à la différence d’un texte « littéraire » ou de « pensée » ne pouvant, pour lui, qu’être écrit collectivement ; mieux même : anonymement.
L’éditeur
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Propofol

de editions-leo-scheer

Place Colette

de editions-leo-scheer

Fors intérieurs

de editions-leo-scheer

suivant