Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Eloge historique et philosophique de mon ami

De
93 pages
Le chien serait-il notre seul véritable ami ? Telle est la question que pose ce texte cocasse et attendrissant de Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) dont on célèbre le bicentenaire cette année. L'homme des Lumières, qui créa la Ménagerie du Jardin des plantes, s'y joue avec bonheur de nos préjugés.
 
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le chien seraitil notre seul véritable ami ? Telle est la question que pose cet opuscule cocasse et attendrissant de Bernardin de SaintPierre (1737 1814) qui brosse le portrait de son inséparable compagnon, un petit épagneul nommé Favori, et narre ses combats, ses amours et ses joies, de la naissance à sa fuite dans les tropiques. Derrière la parodie des éloges académiques et de la grandiloquence, lamoureux de la nature et homme des Lumières, qui créa la Ménagerie du Jardin des Plantes, se joue avec bonheur de nos préjugés de civilisés. Il propose un huma nisme ouvert à toutes les formes de vie, qui fait écho aux interrogations de notre époque.
Collection dirigée par Lidia Breda
Bernardin de SaintPierre
Éloge historique et philosophique de mon ami
Préfacé et annoté par Guillaume Métayer
Rivages poche Petite Bibliothèque
Préface
D ans un coin du Jardin des Plantes, le promeneur attentif découvre une statue inattendue : celle de Bernardin de Saint Pierre. Pourquoi un écrivain sentimental dans ce lieu dévolu aux sciences ? Que vient faire lauteur dePaul et Virginiedans cette arche de Noé en pleine ville ? Cest que Bernardin de Saint Pierre (17371814) dont nous célé brons cette année le bicentenaire
9
de la disparition, ne peut pas être cantonné à la peinture des pas sions naissantes ni au pathos de lexotisme. Sa personnalité intel lectuelle, certes originale et fan tasque, fut dune grande étendue et dune grande richesse. Son Voyage à lÎle de France(1773) recueillait déjà nombre dobser vations stimulantes, de la zoo logie à la botanique, en passant par la critique sociale : on y trouve les pages les plus fortes et les plus belles jamais écrites contre lesclavage. La tradition veut que lon raille les « causes finales » quil croyait voir par tout, parfois sans grand discer nement, dans le vaste massif de sesÉtudes de la nature(1784).
10
Certes, mais dans cette vraie fausse naïveté saccroît déjà une idéevisionnaire de lécologie, de lécosystèmeet des équilibres fondamentaux, ce que lécrivain a nommé, dans son langage poé tique, les « harmonies de la nature ». Bernardin de Saint Pierre tâtonne indubitablement, mais son effort pour promouvoir une autre conception du savoir que celle qui règne au siècle des Lumières fera école, du roman tisme à lévolutionnisme. Il tient lanalyse pour desséchante et lanatomie pour macabre et erro née dans son principe. Il cherche à promouvoir une vision den semble, où toutes les parties du
11
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin