Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Enfants et adolescents en mutation

De
192 pages
Nos enfants sont des « mutants ». Comment vivre et travailler avec eux ? Aujourdhui, les adultes sont confrontés à une question cruciale : comprendre ce qui se passe dans la tête des enfants. Or, lensemble des repères sur lesquels ils croyaient pouvoir compter a perdu sa pertinence. Nous observons lémergence dune nouvelle normalité très différente de celle à laquelle nous sommes habitués, et nous assistons au façonnement dun psychisme radicalement différent du nôtre. Jean-Paul Gaillard nous propose ici une description point par point de ces différences, sources de grande perplexité pour les adultes. Il explique comment elle produit un climat de violence dont les adultes croient être les victimes, alors que la méconnaissance dans laquelle ils sont de la mutation psychosociétale en cours les conduit à en être les acteurs aveugles.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Enfants et adolescents en mutation
Mode d’emploi pour les parents, éducateurs, enseignants et thérapeutes
À Bernard Fourez, Marcel Gauchet, et Charles Melman qui, les premiers, ont pris la mesure de la mutation en cours.
Direction éditoriale : Sophie Courault Édition : Sylvie Lejour Coordination éditoriale : Maud Taïeb Relecture – correction : Carole Fossati Composition : Myriam Dutheil
© 2009 ESF éditeur SASCognitia 20,ruedAthènes 75009Paris
e 3 édition augmentée 2012 e 5 édition 2014
ISBN: 978-2-7101-3218-9฀ ISSN: 1269-8105 www.esf-scienceshumaines.fr
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2° et 3° a), d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non desti-nées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple ou d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou ses ayants droit, ou ayants cause, est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Jean-Paul Gaillard
Enfants et adolescents en mutation
Mode d’emploi pour les parents, éducateurs, enseignants et thérapeutes
e 5 édition
L’ART DE LA PSYCHOTHÉRAPIE Collection dirigée par le Docteur Philippe Caillé
Sommaire
Introduction : une nouvelle normalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Comment écrire l’inintelligible ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Ne pas les détruire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 Aujourd’hui, entre le pire et le meilleur : choisir ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 Qui est touché par cette mutation psychosociétale ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 Semi-mutants et mutants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 Les premières observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
Première partie La mutation sociétale en question
1. Des principes en voie d’extinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 La culpabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 La réflexivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 Le rapport entre besoin et désir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 La division du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 L’autorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 La hiérarchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 Les objets de jouissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 Prendre la mesure des effets de cette mutation sociétale . . . . . . . . . . . . . . .23 2. Notre façonnement psychosociétal et le leur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 L’identité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 L’autorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37 La hiérarchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39 La culpabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 L’interdit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 La relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 L’humilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 Le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Le sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 La sexualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58 L’autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62 La mort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65 Le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68
5
6
Sommaire
3. Une nouvelle donnée : l’autorité de mode maternel . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Un articulateur important dans la nouvelle machine éthologique . . . . . . . .71 À propos de la précocité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 Autorité ou laxisme ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77 Mère et père, vers un même mode d’autorité ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 D’un mode d’autorité à un autre, deux caricatures d’une autorité disparue . . .79 Vers un nouveau matriarcat ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79 Michel Maffesoli : Matrimonium . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81 Du désir au besoin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82 Les objets dans la mutation sociétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83 De la morale à l’éthique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
Deuxième partie Quelques suggestions à l’usage des parents et des enseignants 1. Pour y voir plus clair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 Sur l’exercice de l’autorité : contenance et socialisation . . . . . . . . . . . . . . . .92 2. De l’injonction à ne pas penser à l’injonction à penser . . . . . . . . . . . . . 100 L’argument d’autorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100 L’injonction à ne pas penser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100 L’injonction à penser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101 3. Relancer l’imagination créatrice en pédagogie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Point 1 : les mutants ne sont plus façonnés pour intégrer l’autorité de mode paternel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103 Point 2 : ils ne peuvent plus intégrer les modes d’apprentissage fondés sur la soumission au savoir du maître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104 Point 3 : ils ne peuvent apprendre le respect qu’à partir du respect qu’on leur accorde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105 Point 4 : ils n’apprennent de nous que ce qu’ils nous voient faire nous-mêmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106
Troisième partie Comprendre et accueillir nos mutants 1. Les scientifiques normaux confrontés à la mutation . . . . . . . . . . . . . . . 111 INSERM : trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent . . . . . . . . . .111 La violence des « scientifiques normaux » en psychologie et en psychiatrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 La régulation du « terrain » et ses effets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 La question des « enfants turbulents » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119
Sommaire
2. Deux chercheurs « non normaux », pour accueillir l’inintelligible… . . . . 121 Bruit, énigmes, anomalies et générateurs d’objets . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121 Gregory Bateson :ethoseteidos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123 Bernard Fourez : premières observations, premiers constats . . . . . . . . . . .132 Nouveau façonnement, nouvelles pathologies : l’apport de Bernard Fourez . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134
Quatrième partie Du monde finissant au monde naissant 1. Une brève histoire du monde occidental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Et le politique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147 Le monde finissant et le religieux chrétien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148 2. Maurice Sachot : la subversion chrétienne du monde antique . . . . . . . . 150 3. Jean-Marie Apostolidès : entre héroïsme et victimisation . . . . . . . . . . . . 153 Mais qui est le héros ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154 Mutation sociétale et figures héroïques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155 Mythe du héros et héros du mythe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156 4. Bernard Stiegler : une pensée résolument contemporaine de la mutation en cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Les mutants radicaux : nouveaux héros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159 Individualisation et singularité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .160 Le marché de la captation de l’attention et la « symptomatologie INSERM » . . . .161
Cinquième partie La question du sacré
Le sacré n’est pas le religieux et réciproquement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165 La république et le sacré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168 Avènement de la démocratie ou victoire de l’économique ? . . . . . . . . . . . .169 Démocratie et responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .170
Sixième partie Le modèle autopoïétique : un modèle pour comprendre les différentes évolutions et leurs conséquences
Le marché, nouvel espace du sacré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179 Contribuer à une recomplexification du monde ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180 Les déplacements du sacré et leurs effets possibles . . . . . . . . . . . . . . . . . .180 Heinz von Foerster et l’éthique de la responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . .181 Conclusion Le mot de la fin ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
7
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin