Enquêtes au domicile des familles: La recherche dans l'espace privé

De
Publié par

Que se passe-t-il lorsque des chercheurs travaillant sur la parentalité et l'éducation des enfants au sein de la famille ont pour terrain de recherche l'espace privé du domicile ? Leurs savoir-faire qui découlent d'expériences variées provenant de différentes disciplines des sciences humaines et sociales sont ici rassemblés. Quelles sont les spécificités de ce mode d'investigation ? Que devient la relation chercheur-enquêté ? Que faire des informations "marginales" non prévues dans le protocole ?
Publié le : jeudi 1 juillet 2010
Lecture(s) : 105
EAN13 : 9782336272627
Nombre de pages : 157
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sommaire

Avant­propos ..........................................................................................................................7 Bernadette
Tillard,
Proféor‐CIREL,
Université
de
Lille
3, Monique
Robin,
CERLIS,
Université
Paris
Descartes,
CNRS‐UMR
8070.
 Écouter,
regarder,
«
être
là
»,
dialogue
entre
deux
chercheuses,
en
 anthropologie
et
en
psychologie .................................................................................... 11 Monique
Robin,
CERLIS,
Université
Paris
Descartes,
CNRS‐UMR
8070,

 Bernadette
Tillard,
Proféor‐CIREL,
Université
de
Lille
3.
Introduction
:
terrains
et
disciplines.............................................................................................................12 La
position
du
chercheur
modifiée.................................................................................................................19 Recueil
de
données
:
difficultés
ou
atouts
? ................................................................................................22 Le
temps
va
permettre
d’étoffer
les
informations
sur
le
cadre
de
vie.............................................23 Le
temps
va
favoriser
l’émergence
d’éléments
nouveaux
jusque­là
occultés..............................25 Le
temps
va
permettre
la
survenue
d’incidents........................................................................................25 Questions
relatives
à
la
démarche
de
recherche
guidée
par
le
terrain .........................................26 Comment
se
construit
l’échantillon
et
à
quel
moment,
décide­t­on
d'arrêter
le
 recueil
de
données
?..............................................................................................................................................32 Le
temps
nécessaire
à
l’analyse.......................................................................................................................36 La
relation
chercheur­objet
d’étude,
chercheur(e)­enquêté(e) ........................................................38 Conclusion.................................................................................................................................................................42 Références
bibliographiques ............................................................................................................................43

Le
chercheur
en
travail
social
face
aux
familles
en
difficulté............................... 53 Anna
Rurka,
CREF,
Université
Paris‐Ouest
Nanterre
La
Défense. ................................ 53
Introduction.............................................................................................................................................................53 Situations
d’entretien ..........................................................................................................................................55 Deux
rencontres
d’apparences
ordinaires… ..............................................................................................56 Conclusion.................................................................................................................................................................61 Références
bibliographiques ............................................................................................................................61

Enquêter
dans
des
institutions
sociales
auprès
de
mères
en
situation
 de
précarité ........................................................................................................................... 63 Nathalie
Thiery,
CREF,
Université
Paris‐Ouest
Nanterre
La
Défense.
L’accès
aux
terrains
d’enquête.........................................................................................................................65 L’entrée
en
relation
avec
les
femmes ............................................................................................................66 Les
lieux
de
l’enquête ...........................................................................................................................................67 Une
technique
d’entretien
adaptée
à
la
spécificité
des
femmes........................................................70 Des
moments
délicats
à
gérer ..........................................................................................................................71 Un
savoir­faire
issu
de
l’expérience ...............................................................................................................72 Références
bibliographiques ............................................................................................................................73

Entrer
dans
la
caravane
et
boire
un
café.
Rencontres
avec
des
familles
 tsiganes
dans
le
cadre
d’une
recherche
ethnographique
sur
la
 scolarisation
des
enfants .................................................................................................. 75 Delphine
Bruggeman,
Proféor‐CIREL,
Université
de
Lille3.
Introduction
:
une
recherche
ethnographique
en
contextes
tsiganes ............................................75 Entrer
sur
les
terrains
et
découvrir
des
lieux
de
vie ...............................................................................76

5

Entrer
dans
les
caravanes
et
surprendre
l’intime ...................................................................................80 Observer
et
discuter
avec
l’Autre
:
l’informel
comme
principe
et
enjeu
de
l’enquête
 ethnographique......................................................................................................................................................84 Parler
d’«
eux
»
:
quand
la
description
ethnographique
se
fait
témoignage...............................93 Références
bibliographiques ............................................................................................................................94

Enquête
auprès
des
familles
appartenant
à
une
minorité.
Conflits
 politiques,
distance
culturelle
et
questions
de
méthode ....................................... 97 Nelly
Askouni,
TEAPI,
Département
d'Education
de
la
Prime
Enfance,
 Université
d’Athènes,
Grèce,

 Effie
Plexoussaki,
Laboratoire
d'Ethnographie,
Département
 d'Anthropologie
Sociale
et
Histoire,
Université
d'
Egée,
Grèce.
La
minorité
musulmane
en
Thrace
:
aspects
politiques
de
l’isolement
social ............................98 L’enquête ................................................................................................................................................................ 100 Dimensions
politiques
et
culturelles
de
notre
rapport
au
terrain ................................................ 102 Contraintes
et
modalités
d’accès
au
terrain........................................................................................... 104 L’accès
à
l’espace
domestique ....................................................................................................................... 109 Modernisation,
espace
domestique
et
pratiques
éducatives ........................................................... 111 Pour
conclure ....................................................................................................................................................... 115 Références
bibliographiques ......................................................................................................................... 116

Allers­retours
sur
carnets
de
terrain
:

le
métier
de
sociologue
en
 famille.
L’observation
d’un
rite
de
socialisation
de
l’enfance ........................... 119 Régine
Sirota,
CERLIS,
Université
Paris
Descartes,
CNRS
UMR
8070.
Recherche
en
famille
pourquoi
avoir
choisi
ce
sous­titre
? .............................................................. 121 Trouver
la
bonne
distance .............................................................................................................................. 122 Se
faire
prendre
au
sérieux............................................................................................................................. 129 Reconnaissance
et
légitimité
académique............................................................................................... 137 En
guise
de
conclusion
:
la
relecture
d’un
carnet
de
terrain,
de
petits
paris
en
petits
 riens .......................................................................................................................................................................... 140 Références
bibliographiques ......................................................................................................................... 141

La
prise
en
compte
du
milieu
de
vie
des
familles

dans
la
recherche
en
 protection
de
l’enfance.
Défis
pour
la
formation
des
chercheurs.................... 145 Carl
Lacharité,
GREDEF,
Université
du
Québec
à
Trois‐Rivières,
Canada.
Introduction.......................................................................................................................................................... 145 La
laborieuse
découverte
du
milieu
familial
dans
les
recherches
en
protection
de
 l’enfance.................................................................................................................................................................. 147 Discussion
conclusive........................................................................................................................................ 152
 Références
bibliographiques ......................................................................................................................... 155


6

Avant-propos
Bernadette Tillard, Proféor-CIREL, Université de Lille 3, Monique Robin, CERLIS, Université Paris Descartes, CNRS-UMR 8070.

De nombreux chercheurs travaillant sur les familles et l’éducation des enfants réalisent leurs recherches à domicile, que ce soit pour des raisons pratiques d'accès à la population d'étude ou/et parce que le recueil des données dans l'espace quotidien de la famille apporte des éléments de compréhension complémentaires et parfois essentiels à leur problématique. Les objets d’étude portent aussi bien sur des familles de niveau de vie moyen, sans problèmes particuliers des « familles ordinaires » que sur des familles dont la précarité socioéconomique, voire les vulnérabilités, peuvent remettre en cause l’idée même de domicile ou bien les conduisent à être concernées par les interventions sociales. Dans ce cas, la distance sociale et culturelle entre chercheurs et enquêtés, distance aussi politique dans le cas de minorités ethniques, s’affiche d’autant plus lorsque l’espace domestique constitue l’espace de la recherche. Lorsque le terrain de recueil des données (la « cueillette », comme disent si joliment nos collègues québécois) est constitué par l’espace privé du chez-soi, il arrive qu’aux outils d'investigation habituels (entretiens, questionnaires, dessins, observation des interactions entre les personnes) s'ajoute une observation des pratiques, des objets, des modes de vie et des lieux dans lesquels habite le groupe familial. Dans tous les cas, la démarche de recherche en est questionnée : Au niveau de la collecte des données : quelles sont les spécificités de ce mode d'investigation ? Au niveau éthique : que devient la relation chercheurenquêté lorsque le sujet d'étude « reçoit », parfois à plusieurs reprises, le chercheur à son domicile ? Au niveau de la nature de la recherche : que faire de ces informations « marginales » dont certaines perturbent le déroulement prévu du protocole ? Au niveau de la formation des enquêteurs, l’abord de ces

7

Bernadette TILLARD, Monique ROBIN

questions suppose-t-il un savoir-faire particulier nécessitant un apprentissage et une élaboration collective ? et bien d'autres questions… C’est dans le cadre de la journée du Réseau Éducation Entre Familles et Institutions (REEFI) du 10 octobre 2007, journée consacrée à la méthodologie de la recherche sur les enfants et la famille, que nos échanges informels se sont concrétisés par un premier écrit exposé en duo (Monique Robin et Bernadette Tillard). L’atelier que nous avions organisé sur le thème « La recherche menée à domicile auprès des familles. Mode d'emploi selon les disciplines » a permis d’élargir notre perspective en recueillant les communications de différents chercheurs de ce réseau international et pluridisciplinaire. Nous y avons confronté les points de vue et perçu différents enjeux de l’enquête au domicile des familles. Certains collègues montraient les atouts d’une telle démarche. D’autres insistaient sur les limites de l’exercice, nous obligeant à préciser nos arguments. L’idée de ce livre a vu le jour à l’issue de cette journée du REEFI. La démarche suivante a été de proposer à des chercheurs relevant de disciplines différentes (sciences de l'éducation, anthropologie, sociologie, psychologie), et ayant en commun le recueil des données au domicile des familles, une réflexion sur l’articulation entre leur objet d’étude et les conditions d’exercice de l’enquête. Nous souhaitons porter ces écrits à la connaissance de nos étudiants en doctorat de sciences de l’éducation, car peu de livres abordent ces questions méthodologiques. Or, les chercheurs qui se déplacent vers le domicile des familles sont confrontés à des circonstances qui, si elles ne sont pas identiques, posent néanmoins des problèmes similaires. Nous voulons faire part ici de nos tâtonnements, de nos ajustements, exposer quelques expériences et les soumettre à la discussion. Sans doute osons-nous dévoiler les forces et les faiblesses de nos méthodologies, et prêter ainsi le flan à la critique, car disons-le cette démarche vers l’autre nous passionne. Nous sommes venues à la recherche, puis avons persévéré dans ce sens, à cause du plaisir de ces rencontres qui comportent toujours une part d’imprévu. Face à la complexité des situations et des conduites individuelles, et soucieuses de rester au plus près des données de la vie réelle dans l'explication et la compréhension des phénomènes étudiés, nous espérons par cet ouvrage convaincre de la richesse d’une approche qualitative des familles dans leur milieu de vie. Les chapitres de ce livre croisent les deux angles d’attaque de cette réflexion méthodologique : – l’axe disciplinaire qui aborde la façon dont les différentes disciplines prennent en compte les atouts et les limites de cette démarche, voire comment elles résolvent les difficultés propres à l’exercice, – l’axe de la diversité des situations familiales et résidentielles, tant sur le plan socioéconomique que culturel. La nature de ces situations est fortement 8

Avant-propos

liée à l’objet même de la recherche sur les familles et l’éducation de l’enfant dans ses différentes dimensions. Parallèlement à l’élargissement des personnes sollicitées pour compléter et enrichir notre projet, notre duo initial s’est poursuivi par une construction progressive du premier chapitre en juillet 2008. Il est le fruit d’un dialogue où chacune répond à l’autre en précisant les similitudes et les différences dans nos savoir-faire et nos positions disciplinaires (l’anthropologie, la psychologie) en prenant appui d’une part sur nos travaux antérieurs dont la méthodologique est présentée en fin de chapitre et, d’autre part, sur les écrits marquants de chacune de nos disciplines. Pour les contributions qui succèdent à ce premier chapitre, nous avons proposé aux auteurs de présenter leurs méthodes, leurs savoir-faire et de s’interroger sur la manière dont le déroulement de l’enquête participait à la construction des résultats de l’étude. Deux membres de l’équipe « éducation familiale et interventions sociales en direction des familles » du Centre de Recherche Éducation et Formation ont été sollicités pour présenter leurs travaux de recherche sous cet angle. Ainsi, Anna Rurka a travaillé sur l’efficacité des mesures d’Action Éducative en Milieu Ouvert (AEMO) et plus particulièrement sur la manière dont les familles perçoivent cette efficacité. Elle s’est déplacée au domicile des familles à l’issue de la mesure. Elle présente deux cas qui étayent son propos sur l’adéquation entre méthode et analyse des résultats. Nathalie Thierry a fait l’expérience d’une recherche dans une forme d’habitat particulier, puisqu’il s’agit de Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale accueillant des jeunes mères avec leurs enfants. Ce lieu transitoire de domiciliation est également un lieu où le mode d’habitation obéit à des contraintes institutionnelles perceptibles dans les relations entre l’enquêtrice et les personnes rencontrées. Trois chercheuses, absentes des journées du REEFI, ont été sollicités pour compléter la palette des thèmes abordés en l’élargissant à des groupes minoritaires. Delphine Bruggeman du Centre Interuniversitaire de Recherche Éducation et Formation nous emmène avec le camion-école au cœur des terrains temporairement investis par les populations tsiganes. Elle nous fait entrer dans l’espace de la caravane, lieu de vie des enfants et de leurs parents. Enseigner en milieu nomade requiert l’adhésion des parents et l’obtenir, puis l’entretenir, passe par ces passages du camion, espace de la scolarisation, à la caravane, espace de l’éducation familiale. Nelly Askouni et Effie Plexoussaki venues présenter leurs travaux à l’université de Lille 3 en 2007 ont accepté de collaborer au projet en apportant leur expérience auprès des familles appartenant à la minorité turque de Grèce. Entre tradition et modernité, intégration et isolement, les familles de la minorité font connaître leurs stratégies éducatives, non seulement par les propos traduits par l’interprète, mais aussi par la disposition de l’espace familial perçu auquel les enquêtrices accèdent. 9

Bernadette TILLARD, Monique ROBIN

La contribution de Régine Sirota ajoute aux spécificités de l’enquête au domicile des familles, celle de mener une étude dans son propre réseau relationnel privé et amical, impliquant ses enfants dans l’aventure ethnographique des goûters d’anniversaire d’un groupe d’enfants d’un même quartier, aventure réitérée chaque année jusqu’aux changements de l’adolescence où le groupe des pairs ne tolèrent plus la présence de l’adulte. Sans détour, elle aborde ces questions et les situations de plus en plus complexes dans lesquels la poursuite de l’étude l’entraîne, tant sur le plan relationnel que sur le plan de la légitimité académique. Enfin, nous sommes reconnaissantes envers notre collègue québécois d’avoir explicité autrement la question qui motive ce livre : comment transmettre les savoir-faire nécessaire à un travail de recherche au domicile des familles ? Il ne vous aura pas échappé que la majorité des contributions ont été écrites par des femmes. Seul Carl Lacharité s’est joint à nous pour contredire une tendance de cet ouvrage qui laisserait penser que l’expérience d’entrée dans l’intimité des familles serait plus répandue parmi les chercheuses.

10

1

Écouter, regarder, « être là », dialogue entre deux chercheuses, en anthropologie et en psychologie
Monique Robin, CERLIS, Université Paris Descartes, CNRS-UMR 8070, Bernadette Tillard, Proféor-CIREL, Université de Lille 3.

Ce chapitre est le fruit d’une rencontre entre deux chercheuses d’origine disciplinaire différente à propos de leurs terrains de recherche qui les conduisent toutes deux au domicile des familles. Nous présentons l’état de notre réflexion sur l’articulation entre nos objets d’étude et les conditions d’exercice de l’enquête et évoquerons les pratiques, savoir-faire et postures que nous avons développés l’une et l’autre lorsque nous avons été confrontées à ce terrain particulier. Nous avons souhaité rendre compte des développements de cette rencontre méthodologique sous forme d’un dialogue que nous avons intitulé : « Écouter, regarder, être là ». L’écoute renvoie aux problèmes classiques de la méthode d’entretien qui peut être plus ou moins structuré, le regard renvoie à la méthode d’observation qui peut, elle aussi, être aussi plus ou moins cadrée, plus ou moins participante. Mais ce qui nous intéressera le plus ici, c’est le « être là ». Qu’est-ce que cela entraîne « d’être là », dans le territoire privilégié du « chez-soi » familial lorsque l’on est, l’une, une chercheuse en psychologie, l’autre, une chercheuse en anthropologie ? 11

Monique ROBIN, Bernadette TILLARD

Introduction : terrains et disciplines Aller vers les personnes que l’on souhaite rencontrer dans leur milieu de vie est au cœur du recueil des données, tel que nous le pratiquons l’une et l’autre. Cette manière d’aborder la recherche est commune à plusieurs disciplines : celles dont nous sommes issues (l’anthropologie sociale pour Bernadette Tillard, la psychologie, pour Monique Robin) mais également, elle est pratiquée par des chercheurs d’autres champs disciplinaires comme celui de la sociologie compréhensive, des sciences de l’éducation, etc. Travaillant sur des objets voisins, nous avons l’une et l’autre développé une démarche compréhensive des familles nous conduisant à porter un regard élargi aux contextes physique et institutionnel dans lesquelles les familles donnent naissance et éduquent les enfants durant leurs premières années de vie. Monique Robin En ce qui me concerne, je me place du point de vue d'une chercheuse en psychologie s’appuyant sur plusieurs éclairages sous-disciplinaires : l’un est la psychologie du développement du jeune enfant, qui est ma discipline initiale, l’autre, plus récent, est la psychologie environnementale qui m’a particulièrement sensibilisée aux questions liées au cadre de vie résidentiel des familles, c'est-à-dire le logement, mais aussi ses alentours (quartier, voisinage, ville). Mon champ d'étude porte sur les processus psychologiques de construction de la parentalité chez les femmes. Ma démarche vise à la compréhension du système familial dans son ou ses contextes de vie, en ayant recours aux entretiens, mais aussi à l’observation. Toutes mes recherches dans ce domaine se sont déroulées au domicile des familles. Mais le dosage des deux méthodes a évolué au fil des années puisque je suis passée d’une première phase (années 70), au cours de laquelle je pratiquais une observation très microanalytique des interactions mère-nourrisson filmées en milieu naturel (maternité, domicile des familles), à, actuellement, un recueil systématisé de récits de trajectoires biographiques et de pratiques quotidiennes des mères, recueillis par entretiens, auxquels s’ajoute une observation de l’espace naturel de la famille (encart 1, voir en fin de chapitre). Ce basculement méthodologique qui s’est aussi caractérisé par le passage de méthodes quantitatives à des méthodes qualitatives ou mixtes avait été amorcé lors d’une décennie de transition dans laquelle je faisais des recherches au domicile des parents de jumeaux (encart 2). J'ai commencé à m'intéresser à l’environnement physique des enfants (leurs jouets, leurs vêtements, leur mobilier) qui, pour moi, ont vite constitué des indicateurs du processus de gémellisation/différenciation que j'étudiais (objets de décor, jouets, 12

Écouter, regarder, « être là », dialogue entre deux chercheuses

vêtements différents, en double exemplaire ou identiques de couleurs différentes, par exemple). On peut dire que je suis passée de l'observation « en » milieu naturel de la première phase de mes travaux à celle « du » milieu naturel des phases suivantes. Je faisais donc déjà de la psychologie environnementale sans le savoir ! Bernadette Tillard Je parle du point de vue d’une chercheuse en anthropologie sociale dont les axes de recherches concernent les relations entre d’une part les familles, d’autre part l’univers de la médecine (encart 3) et du travail social (encart 4). Autrement dit, la question des relations entre les familles et les institutions sanitaires et sociales est au centre de mes préoccupations. Je tente chaque fois que cela est possible de recueillir le point de vue des parents dans des contextes où l’asymétrie des positions tend généralement à occulter le point de vue des usagers au profit de celui du discours de santé publique ou du travail social. Au travers des objets tels que la nomination de l’enfant, la préparation de la naissance et l’éducation reçue dans les familles, j’adopte une démarche de compréhension des questions de parenté et de parentalité en milieu populaire. L’observation participante, sans exclure l’entretien ou le recueil de données systématisé constitue ma principale méthode de recherche. La notion de « terrain » en psychologie Monique Robin La notion de « terrain » est peu présente dans les écrits de recherche en psychologie. Centrant son objet d’étude sur l’individu et visant à expliquer son comportement, ses conduites, son activité mentale, la psychologie a longtemps ignoré l’individu « en situation » et les contextes de vie qui influencent son action. Dans le domaine de la psychologie développementale du nourrisson qui a pris un essor important dans les années 70, la majorité des recherches se sont appuyées sur des paradigmes expérimentaux (Baudonnière, 1985). Si la valeur indiscutable des savoirs acquis par l’observation « en situation naturelle » des « comportements spontanés », telle qu’elle a été pratiquée par les pionniers de la discipline (Gesell, Wallon, Piaget) était reconnue, le recueil de données en situation naturelle (maternité, crèche, domicile familial) était fortement suspecté d’avoir une faible validité scientifique : « Les conditions par rapport au phénomène observé ne permettent pas d’isoler par variation systématique les facteurs qui contraignent le phénomène. L’interprétation demeure largement intuitive, même si, lorsqu’elle est le fait d’un observateur talentueux, cette 13

Monique ROBIN, Bernadette TILLARD

intuition peut ouvrir des voies de recherche fructueuses » (Bresson & de Schonen, 1985, p. 94). Ce choix des chercheurs en psychologie de privilégier les méthodes expérimentales et quantitatives a donc fortement contribué à leur faire délaisser le recueil de données dans les contextes naturels. Néanmoins, les questionnements concernant l’« environnement » de l’enfant ou ses « milieux de vie » faisaient partie de leurs préoccupations. Les premiers travaux des psychologues des années 50 se sont centrés sur la recherche des déterminants psychosociaux et familiaux pouvant expliquer certains aspects du développement moteur, cognitif et socio-émotionnel. Ces recherches faisaient référence au « milieu » de l’enfant, considéré comme le cadre global dans lequel il se développe, on peut dire auquel il est « exposé », milieu qui était étudié tant au niveau macrosocial (recherches sur l’impact du milieu socio-économique et éducationnel de la famille) qu’au niveau microsocial (effets des comportements parentaux). Les caractéristiques des milieux de vie de l’enfant étaient donc considérées comme des « variables » psychosociales susceptibles de favoriser ou d'entraver son développement, même si le courant interactionniste des années 70 avait mis l’accent sur la nature bidirectionnelle des relations entre l’enfant et son environnement. Cet environnement étant conçu comme « l'ensemble des évènements inanimés, animés et sociaux constitutifs du cadre dans lequel évolue l'organisme » (Pomerleau & Malcuit, 1983, p. 5). Mais le cadre de vie quotidien de l’enfant et de sa famille n’était pas, dans ces approches, considéré comme un « terrain » et était rarement mentionné. Deux courants de recherche qui avaient pris leur essor dans les années 70 ont fait évoluer son statut : celui de l’éthologie humaine (ou « éthologie sociale ») et celui de la psychologie écologique. S’inspirant des méthodes développées en éthologie animale par Lorenz, « l’approche éthologique se caractérise à la fois par l’utilisation systématique de l’observation directe des comportements humains et par une conceptualisation biologique des activités humaines » (Strayer & Gauthier, 1985, p. 45). Il s’agissait de décrire des comportements observés en situation naturelle en termes de mouvements et d’activités sans en avoir défini a priori la liste. Les chercheurs en psychologie de l’enfant se référant à ce paradigme, se sont alors déplacés des laboratoires vers les lieux de vie habituels de l’enfant : crèche, domicile, école (voir l’ouvrage de Tremblay, Provost et Strayer de 1985, à propos des concepts, des méthodes et de quelques-uns de leurs champs d’investigation). Mais si l’approche éthologique appliquée à l’étude du comportement humain a permis de gagner en « validité écologique », il s’agissait toujours de décrire, compter et mesurer, sans d’une part que « l’observateur ne s’attarde à inférer la présence de motivations, intentions ou émotions sous-jacentes » (Strayer & Gauthier, 1985, p. 45) et sans que l’on s’interroge sur les interactions 14

Écouter, regarder, « être là », dialogue entre deux chercheuses

entre le comportement et son contexte plus large. C’est l’essor de la psychologie écologique qui a permis d’avancer sur ce deuxième point en portant un intérêt grandissant à l’environnement physique comme facteur influençant le comportement. Les notions de « sites » et de « systèmes » ont permis de placer l’unité personne-environnement au cœur des analyses de la psychologie environnementale. C’est en particulier le cas du modèle des sites comportementaux (behavior setting) de Barker (1968), selon lequel, l'environnement est considéré comme un lieu où sont déployés certains types de comportements. L'accent est mis sur l'importance des caractéristiques structurelles de la situation ou du site (école, crèche, aire de jeux) pour observer les comportements de l'enfant. On s'intéresse par exemple à l'éclairage, au type d'équipement, à la disposition plus ou moins structurée des espaces… C’est aussi le cas du modèle écosystémique du développement humain de Bronfenbrenner (1977) qui met l'accent sur le rôle des différents contextes de vie de l’enfant et de sa famille sur les processus de développement. Les recherches réalisées dans cette perspective s'intéressent surtout au rôle de la famille, de l'école, des contextes de travail des parents et de la culture alors que le rôle de l'environnement physique est considéré seulement de façon indirecte. Néanmoins, la perspective de Bronfenbrenner a beaucoup influencé les modèles récents de la psychologie environnementale et ceux de nombreuses autres disciplines qui s’intéressent à la complexité de l’être humain en situation. On voit que pour la psychologie environnementale, « le terrain » fait partie de l’objet d’étude. Si je me limite aux travaux sur le logement, celui-ci est abordé comme structurant les relations familiales parents-enfants et les rôles sexués entre conjoints. Ainsi, l’usage des pièces et les activités qui s’y déroulent sont liés aux besoins territoriaux des membres de la famille et s’inscrivent dans une dialectique intimité/sociabilité (Gunter, 2000). Ils permettent également d’analyser, par exemple, comment l’assimilation traditionnelle du féminin à la sphère privée se modifie sous l’effet des transformations sociétales (Tognoli, 1980). L’étude du « chez soi » rend compte de l’articulation entre le rapport du privé à la société. Le choix des objets de consommation et de décor, des aménagements intérieurs et extérieurs est considéré comme autant de marqueurs de l’identité personnelle, sociale et culturelle de l’habitant (Serfaty-Garzon, 2003). Enfin, pour en revenir à la référence à la notion de « terrain » dans les recherches en psychologie, je soulignerai qu’au rôle joué par les paradigmes épistémologiques de l’éthologie humaine et de la psychologie écologique, s’ajoute le renouveau récent des méthodes qualitatives en psychologie. Cet intérêt croissant pour les « réalités et contraintes de l’homme concret en situation » (Delefosse & Rouan, 2001, p. 1), dans les années 80, a été influencé par l’ouverture des psychologues à d’autres champs disciplinaires des 15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.