Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Épéios et Philoctète en Italie

155 pages

Le titre de ces Journées d’Études réunit deux figures très différentes, deux héros d’inégale stature. L’un, Epeios, fut, certes, le génial menuisier du Cheval de Troie, mais son lancer du disque provoque le rire chez les Achéens (Ii., XXIII, 840); et il ne devait guère impressionner les compagnons de Simonide lorsqu’à Karthea ils donnèrent son nom à l’âne qui leur montait l’eau (Ath., X, 456 f). Toute autre est l’aura de Philoctète, le compagnon d’Héraclès, vainqueur de Pâris, l’incomparable archer dont la grandeur tragique a frappé l’imagination des Anciens. Si nos journées évoquent ces héros venus d’horizons différents, c’est parce que la légende occidentale leur a prêté des aventures analogues, des nostoi tourmentés par les flots ou les colères humaines qui les font dériver l’un et l’autre vers la côte ionienne d’Italie où ils seront voisins de part et d’autre du Crathis. Là ils fondent villes et sanctuaires, déposant dans ces derniers les instruments de leur grandeur, outils magiques ou flèches meurtrières.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le trésor du Bois-Joli

de les-editions-du-vermillon

Épéios et Philoctète en Italie Données archéologiques et traditions légendaires
Éditeur : Publications du Centre Jean Bérard Année d'édition : 1991 Date de mise en ligne : 22 avril 2015 Collection : Cahiers du Centre Jean Bérard ISBN électronique : 9782918887539
http://books.openedition.org
Édition imprimée ISBN : 9782903189396 Nombre de pages : 155
Référence électronique .Épéios et Philoctète en Italie : Données archéologiques et traditions légendaires.Nouvelle édition [en ligne]. Naples : Publications du Centre Jean Bérard, 1991 (généré le 04 novembre 2015). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782918887539.
Ce document a été généré automatiquement le 4 novembre 2015. Il est issu d'une numérisation par reconnaissance optique de caractères.
© Publications du Centre Jean Bérard, 1991 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Le titre de ces Journées d’Études réunit deux figures très différentes, deux héros d’inégale stature. L’un, Epeios, fut, certes, le génial menuisier du Cheval de Troie, mais son lancer du disque provoque le rire chez les Achéens (Ii., XXIII, 840); et il ne devait guère impressionner les compagnons de Simonide lorsqu’à Karthea ils donnèrent son nom à l’âne qui leur montait l’eau (Ath., X, 456 f). Toute autre est l’aura de Philoctète, le compagnon d’Héraclès, vainqueur de Pâris, l’incomparable archer dont la grandeur tragique a frappé l’imagination des Anciens. Si nos journées évoquent ces héros venus d’horizons différents, c’est parce que la légende occidentale leur a prêté des aventures analogues, desnostoitourmentés par les flots ou les colères humaines qui les font dériver l’un et l’autre vers la côte ionienne d’Italie où ils seront voisins de part et d’autre du Crathis. Là ils fondent villes et sanctuaires, déposant dans ces derniers les instruments de leur grandeur, outils magiques ou flèches meurtrières.
NOTE DE L’ÉDITEUR
Illustration de couverture :Philoctète blessé(Stamnos attique à figures rouges provenant de Caeré. Paris, Louvre, n° G413) (Cliché: Chr. Larrieu)
SOMMAIRE
Présentation Juliette de La Genière
L’encadrement chronologique et les formes de la présence égéenne en Italie Lucia Vagnetti
Lo sviluppo del mito di Filottete, da Crotone a Sibari Tradizioni achee e troiane in Magna Grecia D. Musti
Filottete tra Sibarie Crotone Osservazioni sulla tradizione letteraria Maurizio Giangiulio I. L’INTERPRETAZIONE DELLE TESTIMONIANZE II. GLI ELEMENTI DELLA TRADIZIONE III. NATURA E CRONOLOGIA DELLA TRADIZIONE.
L’identification de Lagaria et ses problèmes Juliette de La Genière
Recenti scoperte nei santuari di Hera Lacinia a Crotone e di Apollo Aleo a Ciro Marina Elena Lattanzi
Au pays de Philoctète, la montagne des Murge ; recherches dans les nécropoles Juliette de la Genière 1983. SONDAGE SE 1983. TOMBE “ALLA CAPPUCCINA”. 1988. ZONE LA COMUNELLA 1988. SONDAGE PRÈS DU MUR D’ENCEINTE À COTE 300/310
Il territorio a sud del Savuto: ancora su Temesa e Terina Roberto Spadea
Filottete in Sicilia Giuseppe Nenci
Réflexions d’un historien sceptique René Van Compernolle
Quelques réflexions Thierry Van Compernolle
Expansion mycénienne et imaginaire colonial Pierre Lévêque
1 2 3 4 5 6
1 Présentation
Juliette de La Genière
En ouvrant ces Journées d’Études il m’est agréable de souhaiter la bienvenue à tous les participants, à nos voisins belges, à nos amis italiens qui n’ont pas craint de venir au pays des Morini et des Messapiens où le soleil ne perce le brouillard que trois ou quatre heures par jour dans les belles périodes (Str., IV, 5, 2); j’espère que la chaleur de notre accueil parviendra à compenser les insuffisances du climat. Le titre de ces Journées d’Études réunit deux figures très différentes, deux héros d’inégale stature. L’un, Epeios, fut, certes, le génial menuisier du Cheval de Troie, mais son lancer du disque provoque le rire chez les Achéens (Ii.,840); et il ne devait guère impressionner les XXIII, compagnons de Simonide lorsqu’à Karthea ils donnèrent son nom à l’âne qui leur montait l’eau (Ath., X, 456 f). Toute autre est l’aura de Philoctète, le compagnon d’Héraclès, vainqueur de Pâris, l’incomparable archer dont la grandeur tragique a frappé l’imagination des Anciens. Si nos journées évoquent ces héros venus d’horizons différents, c’est parce que la légende occidentale leur a prêté des aventures analogues, desnostoitourmentés par les flots ou les colères humaines qui les font dériver l’un et l’autre vers la côte ionienne d’Italie où ils seront voisins de part et d’autre du Crathis. Là ils fondent villes et sanctuaires, déposant dans ces derniers les instruments de leur grandeur, outils magiques ou flèches meurtrières. Notre objectif est aujourd’hui de promouvoir un dialogue entre historiens et archéologues, de confronter l’exégèse des textes aux données du terrain. La communication de L. Vagnetti sur les présences égéennes en Italie méridionale à l’âge du bronze précédera les observations de D. Musti sur les traditions achéennes et troyennes en Grande-Grèce; après avoir suivi E. Lepore en Daunie avec l’épopée de Diomède on reviendra à la légende occidentale de Philoctète (M. Giangiulio) pour s’arrêter ensuite au pays d’Epeios, au nord-est du Crathis, puis dans celui de Philoctète en se rapprochant de Crotone: les découvertes récentes faites sur le versant ionien seront présentées par E. Lattanzi et moi-même, celles de la rive tyrrhénienne par R. Spadea. G. Nenci suivra Philoctète en Sicile. Le titre provocateur de R. Van Compernolle invitera ensuite à la discussion. Pierre Lévêque présentera un bilan des travaux. Les thèmes évoqués ici appartiennent aux cycles héroïques d’Occident dont Paola Zancani Montuoro a été la première à souligner l’importance et à rappeler les originalités. Sa disparition récente ne doit pas mettre un terme à ces recherches; il faut au contraire faire fructifier ce riche héritage et poursuivre son œuvre; c’est pourquoi je souhaiterais dédier à sa mémoire notre contribution d’aujourd’hui. 23 Novembre 1987
NOTES 1.La disparition prématurée de notre ami E. Lepore nous a privés de sa contribution.
AUTEUR
JULIETTE DE LA GENIÈRE Université de Lille-III
1 2 3 4 5 6 7
L’encadrement chronologique et les formes de la présence égéenne en 1 Italie
Lucia Vagnetti
L’étude des relations entre les civilisations égéennes et l’Italie protohistorique figure parmi les secteurs de la recherche historique et archéologique qui ont vu le plus leur documentation s’accroître et leurs systèmes d’interprétation être remis en question au cours des dix dernières années. Cette situation est due. non seulement à de nouvelles trouvailles qui ont élargi le champ de nos connaissances et qui ont, par voie de conséquence, imposé un réexamen du problème, mais encore, et dans une plus large mesure peut-être, à l’attention croissante que portent les spécialistes des civilisations protohistoriques (de l’Egée comme du reste de la Méditerranée) aux problèmes liés aux échanges sur de longues distances, et à l’élaboration de modèles théoriques susceptibles de rendre compte des effets que ceux-ci ont eus sur les populations concernées. De la sorte, la notion de l’importance des échanges avec l’Occident est devenue finalement l’une de ces données de fait dont on doit tenir compte dans l’étude même de la civilisation mycénienne . 2 En fait, les progrès de la documentation et ceux de l’interprétation ont été simultanés. Il en a résulté une nécessité constante d’« aggiornamento », la réalisation de synthèses partielles qui présentent toujours le caractère d’un « work in progress » et qui, bien souvent, ont été rédigées à l’intention de spécialistes de domaines voisins - en particulier d’historiens et d’archéologues dont les intérêts vont aux problèmes de la colonisation et qui sont, par suite, désireux de se mettre à jour sur les contacts antérieurs. Toutefois, deux rencontres récentes qui ont été l’occasion de réflexion générale et de synthèse partielle, ont été provoquées par le groupe même qui opère dans ce secteur. Je fais allusion au XXIIème Congrès sur la Grande Grèce (Tarente, 1982) consacré au thème « la Grande Grèce et le monde mycénien »,et au Congrès sur les« Trafics mycéniens en Méditerranée. Problématique historique et documentation archéologique »(Palerme, 1984). Le premier de ces colloques a permis de recenser et de discuter les nouvelles données disponibles peu après le début de fouilles d’une grande importance comme Vivara, Termitito, Broglio di Trebisacce et Antigori; le second, d’examiner la documentation apparue depuis lors, et de confronter la situation des trafics mycéniens avec l’Orient et avec l’Occident . 3 On lira donc les pages qui suivent en gardant présentes à l’esprit les limitations qui viennent d’être évoquées, et en sachant qu’elles seront rapidement dépassées par de nouvelles données et des interprétations plus élaborées. Cette intervention, même si elle cherche à fournir quelques informations sur les principales nouveautés et sur quelques points de méthode, reste essentiellement circonscrite à la côte ionienne méridionale qui revêt une plus grande importance pour les thèmes qui sont abordés au cours de ce colloque. Je me référerai surtout à la documentation archéologique, en tentant de montrer ce qu’on peut aujourd’hui tirer de la connaissance de la culture matérielle. Je n’essaierai même pas, pour le moment, d’intégrer ces données avec celles des sources littéraires (tout en reconnaissant que la recherche historique a grandement stimulé l’intérêt qu’on porte à ces problématiques).
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin