Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 27,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Essor de l'agriculture en al-Andalus (Ibérie arabe)

De
360 pages
Au cours du Moyen Âge central, l'agronomie arabe connaît un essor sans précédent en al-Andalus. L'ouvrage analyse le travail expérimental et les innovations que les agronomes arabo-andalous ont offerts à l'agriculture et à l'élevage ibériques de l'époque. Le développement de l'hydraulique rurale notamment a favorisé la mise en exploitation de plantes des régions chaudes telles le riz, la canne à sucre, les agrumes, le cotonnier, le palmier dattier et quelques cultures maraîchères.
Voir plus Voir moins
Louis Albertini
ESSOR DE L’AGRICULTURE EN AL-ANDALUS (IBÉRIE ARABE)
e e X -XIVSIÈCLE
Performances des agronomes arabo-andalous
Histoire et Perspectives Méditerranéennes
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-01512-5 EAN : 9782343015125
Essor de l'a
riculture en al-Andalus (Ibérie arabe)
e e X -XIVsiècle
Performances des agronomes arabo-andalous
Histoire et Perspectives méditerranéennes Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
Dans le cadre de cette collection, créée en 1985, les Éditions L'Harmattan se proposent de publier un ensemble de travaux concernant le monde méditerranéen des origines à nos jours.
Déjà parus Tahar RADDAD,La naissance du mouvement syndical tunisien, 2013. Geneviève FALGAS,Les Français de Tunisie de 1881 à 1931, 2013. Ismaïl REGRAGUI,La diplomatie publique marocaine: uns stratégie de marque religieuse ?, 2013. Anis BEN ALI,Le rapatriement des Français d’Afrique du Nord dans la presse. Alpes-Maritimes 1955-1962, 2013. Mohamed CHABANE,Heurs et malheurs du secteur agricole en Algérie, 1962-2012,2013 Hosni KITOUNI,La Kabylie orientale dans l’histoire. Pays des Kutuma et guerre coloniale, 2013. Geneviève GOUSSAUD-FALGAS,Les Français de Tunisie de 1881 à 1931, 2013. Jean BISSON,La guerre en Méditerranée 8 novembre 1942-9 septembre 1943. L’histoire revisitée, 2012. Adel BOUSNINA,Le littoral et le désert tunisiens. Développement humain et disparités régionales en Tunisie, 2012. Guy FEUER, Kamel YAHMI,Un dialogue pour la réconciliation, Un Algérien de France – Un Français d’Algérie, 2012. Abderrahman EL BERRHOUTI,Outils médiatiques et populations du Moyen Atlas marocain, 2012. Fedj MAÂTOUG,John F. Kennedy, la France et le Maghreb (1957-1963), 2012. Abdelkrim SAA,Migrants berbères marocains, De l’oasis de Figuig à Paris, 2012. Salah MOUHOUBI,L’Algérie face aux chocs extérieurs, 2012. Jean-Michel SALGON,Dictionnaire de l’islamisme au Maghreb, 2012. Mahmoud OURABAH,Premiers pas. Souvenirs autour d’un projet de développement de l’Algérie,1963-1980, 2012. Xavier JACQUEY,Ces appelés qui ont dit non à la torture,2012. Daniel LAGOT,Responsabilité de protéger et guerres « humanitaires ». Le Cas de la Libye, 2012. er Michel BUR,janvier 1960-16 février 1961Algérie 60. Mascara-Sétif, 1, 2012. Ali ABASSI,Espace francophones tunisiens ou Main de fatma, 2011. Chokri BEN FRADJ,Oliviers et oléiculture en Tunisie, 2011. Guillaume D’HOOP,Les Algériens dans le prisme des faits divers, Une lecture de la guerre d’Algérie (1954-1962), 2011. Sébastien ABIS et Damien CORDIER-FERON,Bizerte, otage de l’histoire. De la Seconde Guerre mondiale aux indépendances du Maghred, 2011. Fabien SACRISTE,Germaine Tillion, Jacques Berque, Jean Servier et Pierre Bourdieu. Des éthnologues dans la guerre d'indépendance algérienne, 2011.
Louis Albertini
Essor de l'ariculture en al-Andalus (Ibérie arabe)
e e X -XIVsiècle
Performances des agronomes arabo-andalous
L’Harmattan
à Marie, Catherine, Lucie, Pierre, Xavier, Christine, Paul et Alice
INTRODUCTION
Sous les Arabes, l'Espagne fut riche, glorieuse et puissante comme peut-être elle ne l'a jamais été depuis. La population était immense. L'agriculture et l'industrie avaient pris un développement prodigieux; les établissements littéraires et scientifiques étaient nombreux et florissants... Effacez les Arabes de l'histoire et la Renaissance des lettres sera retardée de plusieurs siècles en Europe.  GuillaumeLibri, mathématicien, 1938.
ème L'invasion de la Péninsule Ibérique par les Arabes au VIIIsiècle est un événement historique considérable car durant la longue occupation qui s'ensuivra, vont s'y réaliser, sous l'autorité musulmane, d'importantes transformations d'ordre structurel, intellectuel et social. L'intrusion des Arabes syriens et des Berbères maghrébins va modifier l'équilibre démographique de l'Espagne musulmane, al-Andalus, où s'installent, entre autres, de nombreux agriculteurs, lesfellahs, d'origine marocaine. Et dans les villes telles que Cordoue, Séville ou Grenade, se développe alors une intense vie intellectuelle qui rappelle en s'en inspirant celle de Bagdad, la capitale abbasside. Cordoue, ème ème en particulier, devient sous le Califat omeyyade, aux Xet XIsiècles, une capitale intellectuelle sans équivalent dans l'Occident méditerranéen, où la philosophie, les lettres, la poésie, les sciences – mathématiques, astronomie, médecine – vont connaître un développement d'une ampleur encore inconnue dans l'Europe chrétienne. Cet essor intellectuel prend appui sur l'écrit car les Arabes d'al-Andalus aiment les livres et l'écriture, et c'est d'ailleurs à cette époque que sont écrits leCalendrier de Cordoue(961) et le premier ouvrage d'un Agronome Anonyme récemment redécouvert. Les grandes villes se dotent d'importantes bibliothèques. Cordoue s'enrichit ainsi de 70 bibliothèques dont la fameuse bibliothèque califale qui ne compte pas moins de quatre cent mille volumes grâce à un important apport d'ouvrages provenant de l'Orient arabe. Nombre de copistes et traducteurs s'affairent autour de ces grandes bibliothèques. Cordoue est alors le « joyau éclatant du monde » qui brille à l'Ouest. Mais elle ne brillera pas seule en particulier en botanique et en agronomie car, avec la fronde berbère et l’éclatement, en 1031, du Califat de Cordoue en 25 royaumes de Taifas, la décentralisation s’installe, de fait. Et, pendant cette période faste de trois quarts de siècle avant la réunification almoravide, pas moins de cinq importants traités d’agronomie seront rédigés par d’éminents géoponiciens andalous – Ibn Wâfid, Ibn Bassâl, Abû l-Khayr, Ibn Hajjâj, M. al-Tighnarî – qui expérimentent à Tolède, Séville, Grenade, villes rayonnantes pour leur richesse intellectuelle, leur artisanat et leur commerce. Un peu plus
9